Return to Video

Esteban Cabeza de Baca's Time Travels | Art21 "New York Close Up"

  • 0:02 - 0:08
    ♪ (musique méditative) ♪
  • 0:09 - 0:13
    (sifflement du vent)
  • 0:27 - 0:30
    (Esteban) Mes peintures
    se développent dans
  • 0:30 - 0:35
    une approche très intuitive
    de mes ressentis, de ma sensibilité,
  • 0:35 - 0:37
    mais aussi de ma quête d'identité.
  • 0:42 - 0:43
    Ayant grandi à la frontière
  • 0:43 - 0:46
    et ayant été connecté
    à peu de mon héritage,
  • 0:46 - 0:49
    j'ai dû la trouver par moi-même.
  • 0:50 - 0:53
    Esteban Cabeza de Baca
    Artiste
  • 0:53 - 0:56
    J'utilise l'art comme un acte de guérison
  • 0:56 - 0:58
    pour me connecter à ces histoires,
  • 0:58 - 1:02
    mais aussi pour renouer avec le territoire
  • 1:02 - 1:07
    et pour apprendre ces histoires
    avant que le temps ne les efface.
  • 1:07 - 1:12
    (tic-tac)
    (la musique méditative continue)
  • 1:18 - 1:24
    (souffle du vent)
  • 1:25 - 1:27
    (ruissellement de l'eau)
  • 1:27 - 1:30
    La façon dont mon procédé fonctionne
  • 1:30 - 1:32
    est basée sur le concept du tesseract,
  • 1:32 - 1:36
    avec quatre couches
    ou dimensions différentes à l'intérieur.
  • 1:38 - 1:41
    Je commence par teindre
    la toile avec du carmin.
  • 1:44 - 1:48
    Le carmin opère presque
    comme un plan astral,
  • 1:50 - 1:54
    un peu comme les physiciens
    cartographient l'espace.
  • 1:54 - 1:59
    Ces spirales que je peins
    représentent les solstices.
  • 1:59 - 2:02
    Les sociétés indigènes étaient capables
  • 2:02 - 2:05
    de modéliser le temps
    sans technologie industrielle,
  • 2:08 - 2:11
    ensuite je construis l'image suivante
  • 2:11 - 2:15
    en pensant aux histoires précoloniales
  • 2:15 - 2:20
    et aux structures avancées
    antérieures à 1492.
  • 2:22 - 2:24
    La troisième couche implique
    de la peinture figurative
  • 2:24 - 2:26
    que je fais sur place.
  • 2:28 - 2:29
    (Heidi) Oui, ça a l'air plutôt bien.
  • 2:31 - 2:34
    (Esteban) Heidi est ma partenaire
    depuis 10 ans.
  • 2:36 - 2:40
    Je demande son avis,
    mais j'essaie aussi de l'épauler
  • 2:40 - 2:42
    dans ses travaux.
  • 2:47 - 2:49
    Pour la quatrième couche,
  • 2:49 - 2:52
    je pense à un futur postcolonial
  • 2:52 - 2:55
    optimiste et réparateur.
  • 2:59 - 3:02
    Ces couches ne sont pas parallèles
  • 3:02 - 3:06
    car plusieurs dimensions
    existent parmi nous.
  • 3:11 - 3:14
    Peindre permet de défier le temps.
  • 3:14 - 3:19
    (tic-tac)
  • 3:23 - 3:27
    Je veux que le spectateur
    ressente ce paradoxe
  • 3:27 - 3:29
    où remonter le temps est possible.
  • 3:40 - 3:42
    (souffle du vent)
  • 3:54 - 3:57
    Je pense que la terre parle
    lorsqu'elle est regardée.
  • 3:57 - 4:01
    Nord du Nouveau Mexique
  • 4:01 - 4:04
    Je continue de retourner
    au Nouveau Mexique pour renouer
  • 4:04 - 4:05
    avec mon passé.
  • 4:08 - 4:10
    La famille de mon père vient de là-bas,
  • 4:10 - 4:14
    celle de ma mère vient
    de San Ysidro, en Californie,
  • 4:14 - 4:16
    mais est native de Tijuana.
  • 4:19 - 4:22
    Il m'est difficile d'expliquer
    la grande liberté spirituelle
  • 4:22 - 4:24
    que je ressens ici.
  • 4:31 - 4:34
    Je pars peindre à l'extérieur,
    en plein air,
  • 4:34 - 4:38
    et en quelque sorte
    cela requiert de l'endurance.
  • 4:43 - 4:47
    Vous allez à un endroit spécifique
    avec une certaine intention
  • 4:48 - 4:50
    mais ensuite la nature vous guide.
  • 4:54 - 4:56
    Et le temps se dilate.
  • 4:57 - 5:01
    En plus d'un peu construire
    ces multiples dimensions,
  • 5:01 - 5:03
    je poursuis aussi la lumière.
  • 5:09 - 5:15
    (craquements de feuilles)
    (chants d'oiseaux)
  • 5:16 - 5:21
    (tic-tac)
    (musique douce)
  • 5:21 - 5:23
    Pour moi, peindre les paysages
  • 5:23 - 5:29
    est similaire à ce que nos ancêtres
    faisaient dans les cavernes.
  • 5:30 - 5:32
    C'est là que l'on a commencé
    à envisager notre espace
  • 5:32 - 5:34
    mais sans le diviser.
  • 5:37 - 5:40
    Le Metropolitan Museum of Art
    Ville de New York
  • 5:43 - 5:46
    La peinture de l'ère coloniale
    est venue aux États-Unis
  • 5:46 - 5:50
    avec pour ambition de montrer
    que la nature doit être domptée
  • 5:50 - 5:54
    et que les sauvages doivent
    être convertis et humanisés.
  • 5:56 - 5:59
    J'essaie dans mes œuvres
  • 5:59 - 6:01
    de déconstruire ce que nous voyons.
  • 6:03 - 6:06
    Qui vivait là, qui y vit encore.
  • 6:08 - 6:11
    Comment puis-je utiliser la peinture
  • 6:11 - 6:15
    pour élargir notre vision
    de l'espace et du temps.
  • 6:22 - 6:25
    La peinture de paysage peut commencer
    en deux dimensions
  • 6:25 - 6:28
    mais je crois qu'elle pourrait incarner
    une vision du monde
  • 6:28 - 6:30
    plus équitable envers les gens.
  • 6:31 - 6:35
    (annonces de métro)
    (musique douce et orchestrale)
  • 6:35 - 6:38
    (roulement ferroviaire)
  • 6:49 - 6:55
    (tic-tac)
  • 7:03 - 7:06
    C'est fou la quantité de clôtures
    qu'ils ont rajoutée
  • 7:06 - 7:08
    depuis la dernière fois, maman.
    - Ça oui.
  • 7:08 - 7:11
    Frontière entre États-Unis et Mexique
    San Ysidro, Californie
  • 7:11 - 7:16
    (Rosario) On considérait l'endroit
    comme idéal pour gambader,
  • 7:16 - 7:17
    surtout pour les enfants.
  • 7:19 - 7:22
    Je ne m'attendais pas
  • 7:22 - 7:27
    à ce qu'une chose que je considérais
    naturelle et quotidienne change.
  • 7:30 - 7:33
    (Esteban) Ça fait bizarre d'être là
    et d'en faire une image
  • 7:33 - 7:36
    qu'on a tant vue dans les médias.
  • 7:36 - 7:38
    Que puis-je dire à ce sujet
  • 7:38 - 7:41
    qui n'est pas juste quelque chose
    qui tente de nous définir ?
  • 7:44 - 7:47
    Je pense que le privilège
    d'avoir vécu longtemps
  • 7:47 - 7:52
    est de savoir que c'est temporaire.
  • 7:52 - 7:53
    (Esteban) Oui.
  • 7:53 - 7:57
    Et qu'à un moment cette clôture tombera,
  • 7:57 - 8:00
    mais je dois raviver le souvenir
  • 8:01 - 8:03
    de cet endroit sans ces clôtures
  • 8:04 - 8:05
    car sinon je perdrais la tête.
  • 8:09 - 8:11
    Vous savez, c'est très dur.
  • 8:14 - 8:17
    - C'est très dur de voir les clôtures.
    - Oui.
  • 8:19 - 8:21
    (Esteban) Merci de partager ça, maman.
  • 8:23 - 8:26
    On doit s'exprimer malgré tout,
  • 8:26 - 8:27
    pour s'en remettre
  • 8:27 - 8:29
    et voir plus grand.
  • 8:30 - 8:35
    (musique douce)
    (tic-tac)
  • 8:42 - 8:44
    (Rosario) Venaient-ils pour le café.
  • 8:44 - 8:47
    - (parle en espagnol)
    - Ou pour passer la nuit.
  • 8:47 - 8:49
    - Passer la nuit ou...
    - Certains des thèmes centraux
  • 8:49 - 8:53
    de mon œuvre concernent la liberté.
  • 8:54 - 8:56
    (musique méditative)
  • 8:59 - 9:01
    La liberté de s'exprimer
  • 9:01 - 9:04
    et d'aborder notre relation à l'espace
    et à l'environnement.
  • 9:06 - 9:07
    La justice.
  • 9:07 - 9:10
    Comment rendre justice au passé ?
  • 9:12 - 9:14
    Et le bonheur aussi, je crois.
  • 9:14 - 9:18
    (musique douce au piano)
  • 9:33 - 9:36
    Je ne parlais pas
    avant mes cinq ans
  • 9:36 - 9:39
    donc je peignais
    pour communiquer avec les autres.
  • 9:42 - 9:44
    Je n'avais pas à m'expliquer.
  • 9:48 - 9:52
    Peindre a toujours été
    une façon de remonter le temps
  • 9:52 - 9:55
    jusqu'à mes cinq ans,
  • 9:55 - 9:56
    où je ne faisais que ressentir.
  • 10:01 - 10:02
    C'est indescriptible.
Title:
Esteban Cabeza de Baca's Time Travels | Art21 "New York Close Up"
Description:

more » « less
Video Language:
English
Team:
Art21
Project:
"New York Close Up" series
Duration:
10:14

French subtitles

Revisions Compare revisions