Return to Video

Xin Liu's Inward Expeditions | Art21 "New York Close Up"

  • 0:00 - 0:03
    (musique aérienne)
  • 0:07 - 0:10
    - Je pense que les œuvres d'art
    sont des autoportraits.
  • 0:17 - 0:22
    C'est vraiment difficile de ne pas
    mettre de sa personne dans les œuvres.
  • 0:30 - 0:34
    En tant qu'artistes, nous déchirons
    des parties de nous et les réassemblons
  • 0:34 - 0:38
    dans chaque pièce que nous créons
    et recréons.
  • 0:38 - 0:42
    (la musique aérienne continue)
  • 0:59 - 1:03
    J'ai commencé comme ingénieure,
    simplement parce que j'était une étudiante
  • 1:03 - 1:04
    qui était bonne en maths et en physique.
  • 1:06 - 1:09
    L'art est venu plus tard dans ma vie
  • 1:09 - 1:13
    parce que le pur plaisir de créer
  • 1:14 - 1:16
    m'a rendue assez accro.
  • 1:19 - 1:22
    J'ai grandi dans la région du nord-ouest
    de la Chine
  • 1:22 - 1:24
    dans une ville qui s'appelle Karamay.
  • 1:24 - 1:29
    Ça signifie huile noire en langue
    ouïghoure, notre langue locale.
  • 1:32 - 1:36
    La génération de mes grand-parents
    a immigré dans cette région
  • 1:36 - 1:39
    sur ordre de l'état de développer
    une ville creusant pour le pétrole.
  • 1:41 - 1:45
    J'ai ce souvenir d'avoir célébré
    le pétrole dans ma ville natale.
  • 1:45 - 1:48
    Toutes les familles qui travaillent
    sur le pétrole
  • 1:48 - 1:50
    auront ces souvenirs de la ville.
  • 1:50 - 1:52
    Ça ressemble à une pyramide,
  • 1:52 - 1:53
    et au centre,
  • 1:53 - 1:55
    il y a une goute de vrai pétrole brut.
  • 1:57 - 2:01
    Je veux en quelque sorte créer
    une version magnifiée de ça,
  • 2:01 - 2:03
    mais en même temps, le bas
  • 2:03 - 2:07
    de l'entièreté de l'œuvre serait une fontaine de pétrole.
  • 2:09 - 2:11
    (moteur qui bourdonne)
  • 2:13 - 2:16
    J'aime bien celui avec les bulles d'air.
  • 2:16 - 2:19
    J'ai l'impression que c'est plus vivant, ou si
    j'ai vraiment envie de beaucoup d'air,
  • 2:19 - 2:22
    je laisse juste le tube s'exposé à l'air.
  • 2:28 - 2:30
    (liquide qui gargouille)
  • 2:30 - 2:34
    J'ai envie qu'il ait ce mouvement
    dans le carter d'huile,
  • 2:34 - 2:37
    qui donne cette existence consciente.
  • 2:37 - 2:41
    Ce n'est pas juste un matériaux
    passif à extraire.
  • 2:41 - 2:45
    C'est un être vivant au-dessous
    de la croûte terrestre
  • 2:45 - 2:48
    et qui transforme le monde au-dessus
  • 2:48 - 2:50
    avec de la terreur et beaucoup
    de violence.
  • 2:50 - 2:55
    (musique aérienne)
    (liquide qui goute)
  • 3:10 - 3:14
    En grandissant dans une ville qui a
    essentiellement été bâtie
  • 3:14 - 3:19
    pas des immigrants en Chine,
    je me suis sentie très connectée
  • 3:19 - 3:23
    à l'idée d'aller à un endroit pour
    ces ressources,
  • 3:23 - 3:28
    en créant des générations et de
    la prospérité en ce sens.
  • 3:30 - 3:35
    Toute cette idée est parallèle
    à l'exploration de l'espace,
  • 3:35 - 3:38
    qui est est une grande partie
    de mon expérience,
  • 3:38 - 3:43
    l'idée que des gens voyagent si loin pour
    aller sur une autre planète
  • 3:43 - 3:46
    était comme ce que la génération de
    mes grands-parents avait fait,
  • 3:46 - 3:48
    quand ils étaient dans leur vingtaine.
  • 3:48 - 3:51
    (vrombissement de fusée)
  • 3:53 - 3:56
    J'ai commencé à travailler sur
    l'exploration de l'espace
  • 3:56 - 3:59
    quand j'étais étudiante diplômée au MIT Media Lab.
  • 4:00 - 4:03
    J'ai soumis un projet et j'ai fabriqué
    un robot
  • 4:03 - 4:07
    qui portait ma dent et qui est allé
    dans l'espace.
  • 4:12 - 4:15
    Ça a été lancé comme un projet de
    recherche
  • 4:15 - 4:17
    mais pour moi, c'est vraiment une
    performance.
  • 4:19 - 4:22
    J'ai envie qu'une partie de moi aille
    dans l'espace.
  • 4:22 - 4:27
    Je voulais créer un avatar qui rendrait
    ce voyage possible.
  • 4:30 - 4:34
    - On compte à rebours, la fusée s'enflamme,
    les moteurs pulsent.
  • 4:36 - 4:39
    Maintenant, on chante comme des oiseaux
    qui respirent de l'air de cèdre.
  • 4:41 - 4:43
    On est fait de poussière et de lumière.
  • 4:45 - 4:48
    (musique éthérée)
  • 4:54 - 4:56
    - Il y a quelque chose avec l'expédition.
  • 4:56 - 5:00
    C'est très beau, très glorieux,
  • 5:00 - 5:05
    mais en même temps, c'est souvent un
    voyage très solitaire.
  • 5:06 - 5:09
    En allant à Pékin pour le Bachelor
  • 5:09 - 5:12
    et aux États-Unis pour le Master,
  • 5:12 - 5:15
    j'essayais d'arriver quelque part pour
    avoir une meilleure vie,
  • 5:15 - 5:17
    mais en fait, ce voyage me pousse
  • 5:17 - 5:19
    toujours plus loin de chez moi.
  • 5:26 - 5:28
    Et je pense qu'en tant qu'humanité,
  • 5:29 - 5:33
    on imagine toutes ces versions du futur
  • 5:33 - 5:37
    où on vit sur une autre planète, où on
    vit avec l'IA.
  • 5:37 - 5:40
    Mais j'ai l'impression que quand tu
    quittes l'endroit où tu vis,
  • 5:40 - 5:45
    une certaine partie de toi est déjà
    morte et a disparu.
  • 5:50 - 5:53
    Il y a une mort inévitable
  • 5:53 - 5:58
    qui a lieu en même temps que la croissance
    qu'on désire tant.
  • 5:58 - 6:00
    qui a lieu en même temps que la
    croissance qu'on désire tant.
  • 6:16 - 6:21
    Je pense beaucoup à ma propre
    reproduction.
  • 6:23 - 6:25
    Ces jours, je suis à cet âge,
  • 6:25 - 6:26
    où les gens me disent simplement,
  • 6:26 - 6:27
    "Oh, tu devrais congeler des ovules.
  • 6:27 - 6:29
    N'y pense pas trop."
  • 6:32 - 6:37
    J'ai un certain niveau d'aliénation et de
    peur de ce processus.
  • 6:38 - 6:41
    (musique douce)
  • 6:45 - 6:49
    Les technologies de reproduction disent
    résoudre tous les problèmes,
  • 6:49 - 6:52
    mais en fait change dramatiquement
    notre corps.
  • 6:56 - 7:01
    On congèle du temps dans cette
    machine biologique
  • 7:02 - 7:06
    parce qu'on doit avoir une meilleure
    carrière, qu'on doit étudier
  • 7:06 - 7:08
    que l'on a pas encore trouver le bon
    partenaire.
  • 7:08 - 7:11
    J'ai eu l'impression que tout se
    rapportait à la productivité,
  • 7:12 - 7:16
    à si le temps était utile ou non.
  • 7:20 - 7:24
    Je fais cette collection d'objets et de
    sculptures
  • 7:24 - 7:29
    à propos de cette peur, représentant
    beaucoup de structures osseuses,
  • 7:30 - 7:32
    mais qui sont toutes déformées et tordues
  • 7:32 - 7:35
    comme j'imagine que nos corps vont
    changer
  • 7:35 - 7:37
    à travers ces expériences.
  • 7:39 - 7:43
    Et je refroidis la sculpture à une
    température basse,
  • 7:43 - 7:44
    pour qu'elle gèle,
  • 7:44 - 7:47
    pour avoir comme du givre qui grandit sur
    la sculpture.
  • 7:50 - 7:53
    (musique éthérée noire)
  • 8:21 - 8:24
    Je crois en les sciences et la
    technologie,
  • 8:24 - 8:26
    dans beaucoup de leurs méthodes,
  • 8:26 - 8:29
    et dans leur capacité à changer de le
    monde.
  • 8:33 - 8:37
    Mais en même temps, j'espère qu'il y a
    une limite,
  • 8:37 - 8:39
    qu'on ne peut jamais atteindre,
  • 8:39 - 8:43
    parce que ça dépouille aussi cette
    idée fondamentale
  • 8:43 - 8:45
    de ce que ça signifie que d'être humain.
  • 8:50 - 8:54
    Dans ce monde calibré et mesuré,
  • 8:54 - 8:59
    l'art permet à la beauté et aux émotions
    de faire partie du processus.
  • 8:59 - 9:00
    l'art permet à la beauté et aux émotions
    de faire partie du processus.
  • 9:02 - 9:06
    (la musique éthérée et noire continue)
Title:
Xin Liu's Inward Expeditions | Art21 "New York Close Up"
Description:

more » « less
Video Language:
English
Team:
Art21
Project:
"New York Close Up" series
Duration:
09:28

French subtitles

Revisions Compare revisions