Return to Video

Tommy Kha's Bits & Pieces | Art21 "New York Close Up"

  • 0:01 - 0:03
    Musique
  • 0:13 - 0:14
    J'ai grandi à Memphis
  • 0:14 - 0:18
    dans un quartier qui s'appelle
    White Haven.
  • 0:18 - 0:20
    J'y ai passé toute mon enfance.
  • 0:24 - 0:26
    Je n'avais pas le droit
    de sortir de la maison
  • 0:26 - 0:30
    donc pendant très longtemps,
    tout ce que je connaissais de Memphis
  • 0:30 - 0:32
    c'était l'allée et le jardin
    de ma maison.
  • 0:36 - 0:40
    Un jour, pour Halloween,
    on jouait aux super-héros
  • 0:40 - 0:41
    je crois que c'était Batman.
  • 0:43 - 0:45
    Comme nous étions vraiment pauvres,
  • 0:45 - 0:47
    on avait tous le même costume
  • 0:47 - 0:49
    des sacs poubelle noirs
  • 0:49 - 0:52
    et on s'appuyait surtout sur nous mêmes,
    notre cerveau
  • 0:52 - 0:56
    et notre imagination on peut dire,
  • 0:56 - 0:57
    ça nous suffisait.
  • 1:05 - 1:06
    Dans ma famille,
  • 1:06 - 1:09
    il y avait cette permission étrange.
  • 1:09 - 1:12
    C'était "Il est normal
    d'accepter l'idée que
  • 1:12 - 1:14
    si tu dois apprendre l'anglais,
    c'est très bien.
  • 1:14 - 1:18
    Tu ne dois pas t'attacher au passé
  • 1:18 - 1:21
    et continuer à parler Chinois avec nous."
  • 1:24 - 1:26
    C'était leur manière
    de ne pas me retenir
  • 1:44 - 1:47
    Les questions tous les jours,
    "Tu viens d'où ?
  • 1:47 - 1:48
    D'où tu viens vraiment ?
  • 1:48 - 1:50
    C'est quoi ton nom chinois ?
  • 1:50 - 1:51
    c'est quoi ton nom coréen ?
  • 1:51 - 1:52
    Je ne suis pas coréen
  • 1:52 - 1:54
    "Tu viens d'où ?"
  • 1:54 - 1:56
    Des questions que j'avais
    constamment quand j'étais enfant.
  • 2:05 - 2:08
    Des gens disaient qu'on avait choisit
    Memphis à cause d'Elvis,
  • 2:08 - 2:11
    ou parce que le climat
    ressemble à notre pays.
  • 2:14 - 2:17
    Ma famille a atterrit à Memphis
    à cause de la guerre,
  • 2:17 - 2:21
    à cause de l'armée,
    à cause de violences domestiques.
  • 2:24 - 2:27
    Ma famille a commencé à
    arriver dans les années 90
  • 2:27 - 2:30
    quand Memphis avait une politique
    d'accueil des réfugiés vietnamiens.
  • 2:33 - 2:34
    - Salut grand-père
  • 2:37 - 2:41
    Entendre ma grand mère hurler
    au milieu de la nuit
  • 2:41 - 2:44
    sans raison, parce que l'alarme
    incendie s'était déclenchée
  • 2:44 - 2:47
    ou à cause des explosions à Oklahoma City
  • 2:47 - 2:51
    était courant pour ma famille.
  • 3:00 - 3:02
    C'est l'absurdité du fait
  • 3:02 - 3:06
    que les traces de la guerre sont inscrites
    non seulement
  • 3:06 - 3:11
    sur nos terres et nos frontières,
    mais aussi en nous et nos enfants,
  • 3:11 - 3:13
    des gens qui sont nés après nos parents.
  • 3:13 - 3:15
    Comment en parler ?
  • 3:18 - 3:21
    Comment vivre avec ça ?
  • 3:24 - 3:28
    musique douce
  • 3:40 - 3:41
    Je reviens toujours à Memphis.
  • 3:41 - 3:44
    Memphis est un point où se croisent
  • 3:44 - 3:46
    la mythologie et l'histoire,
  • 3:46 - 3:49
    le sentimentalisme et la mémoire.
  • 3:49 - 3:54
    Ce sont des choses dont
    les souvenirs sont mal conservés.
  • 3:57 - 4:02
    Mon travail, et l'histoire de ma famille
    sont marqués par le fait
  • 4:02 - 4:04
    d'être morcelés
  • 4:05 - 4:10
    C'est une recherche permanente de sources,
    d'informations, d'archives
  • 4:10 - 4:14
    et de tout ce qu'on peut glaner
    à propos de notre passé
  • 4:20 - 4:22
    - Tu peux enlever tes chaussettes ?
  • 4:22 - 4:24
    - Enlever mes chaussettes ? Ok.
  • 4:27 - 4:30
    La lumière me plait, j'adore.
  • 4:30 - 4:35
    Je vais juste en prendre une première,
    tout de suite
  • 4:37 - 4:39
    J'ai commencé à utiliser
    des masques de moi même
  • 4:39 - 4:42
    et l'ambivalence de ce que ça représente exactement
  • 4:42 - 4:46
    se situe entre toutes ces catégories,
  • 4:46 - 4:49
    si c'est un accessoire,
    c'est aussi une extension de moi.
  • 4:50 - 4:52
    - Tu peux tourner la tête
    légèrement à droite ?
  • 4:52 - 4:55
    - Merci. Trois, deux, un.
  • 4:58 - 5:01
    C'est une sorte de reflection,
    de cette fragmentation
  • 5:01 - 5:04
    non pas de collecter des morceaux
    de l'histoire de ma famille
  • 5:04 - 5:07
    mais les éléments qui se présentent
  • 5:07 - 5:09
    et des connexions qui se font entre eux.
  • 5:13 - 5:18
    Ils sont très improvisés et
    viennent de ma biographie.
  • 5:30 - 5:33
    (musique entrainante)
  • 5:36 - 5:40
    (conversations indistinctes)
  • 5:49 - 5:51
    J'ai commencer à rechercher
    des artistes qui rendent hommage à Elvis,
  • 5:51 - 5:53
    c'est le nom politiquement correct
  • 5:53 - 5:54
    des imitateurs d'Elvis.
  • 5:58 - 6:01
  • 6:01 - 6:04
  • 6:10 - 6:12
  • 6:12 - 6:15
  • 6:15 - 6:16
  • 6:16 - 6:18
  • 6:18 - 6:20
  • 6:20 - 6:23
  • 6:27 - 6:29
  • 6:29 - 6:31
  • 6:31 - 6:36
  • 6:40 - 6:43
  • 6:48 - 6:50
  • 6:52 - 6:55
  • 6:55 - 7:00
  • 7:00 - 7:03
  • 7:03 - 7:06
  • 7:06 - 7:08
  • 7:10 - 7:12
  • 7:16 - 7:20
  • 7:20 - 7:24
  • 7:29 - 7:30
  • 7:30 - 7:35
  • 7:36 - 7:39
Title:
Tommy Kha's Bits & Pieces | Art21 "New York Close Up"
Description:

more » « less
Video Language:
English
Team:
Art21
Project:
"New York Close Up" series
Duration:
07:53

French subtitles

Revisions Compare revisions