Return to Video

La nature, le folklore et des collaborations photographiques fortuites

  • 0:03 - 0:05
    Riita Ikonen : Voici notre ami Bob.
  • 0:05 - 0:08
    Nous l'avons rencontré
    lors d'une nuit d'hiver
  • 0:08 - 0:13
    en compagnie des membres du Club
    de jardinage en extérieur de New York.
  • 0:13 - 0:17
    Ce gentleman charismatique
    était l'un des participants réguliers,
  • 0:17 - 0:20
    il étudiait les merveilles
    des plantes carnivores.
  • 0:21 - 0:22
    Nous étions là
  • 0:22 - 0:25
    à la recherche de collaborateurs
    pour un projet artistique
  • 0:26 - 0:29
    visant à examiner l'appartenance
    de l'homme moderne à la nature.
  • 0:30 - 0:33
    Karoline Hjorth : Impossible de ne pas
    glisser un mot dans la poche de Bob
  • 0:33 - 0:35
    pour lui dire de donner des nouvelles.
  • 0:35 - 0:39
    Et le jour suivant, il nous a appelé
    et a déclaré avec enthousiasme :
  • 0:39 - 0:42
    « Ce n'est pas un moment de ma vie
    où je veux rester au lit. »
  • 0:43 - 0:44
    Et la semaine suivante,
  • 0:44 - 0:47
    nous étions tous à bord du train J
    vers Forest Park dans le Queens.
  • 0:49 - 0:51
    RI : Bob a travaillé des années
  • 0:51 - 0:54
    dans la photographie de mode à New York
  • 0:54 - 0:57
    et il a dû être remplacé
    par trois personnes
  • 0:57 - 1:00
    quand il a décidé de se lancer
    dans de nouvelles aventures.
  • 1:01 - 1:04
    Bob a accepté de collaborer avec nous
  • 1:04 - 1:07
    à condition de ne pas toucher au style
  • 1:07 - 1:10
    qu'il avait mis des dizaines
    d'années à perfectionner.
  • 1:11 - 1:13
    Nous avons promis de faire exactement ça
  • 1:13 - 1:16
    et nous avons seulement ajouté
    quelques aiguilles de pin.
  • 1:16 - 1:18
    Vous vous demandez peut-être
  • 1:18 - 1:22
    pourquoi nous avons toutes les deux taillé
    le béret à aiguilles de pin de Bob
  • 1:22 - 1:24
    avant toute chose.
  • 1:24 - 1:27
    Nous nous sommes rencontrées
    il y a quelques années,
  • 1:27 - 1:30
    alors que je faisais
    des recherches sur Internet
  • 1:30 - 1:35
    afin de trouver un collaborateur
    pour un projet artistique
  • 1:35 - 1:39
    qui examine l'appartenance
    de l'homme moderne à la nature.
  • 1:39 - 1:40
    J'ai fait comme tout le monde
  • 1:40 - 1:44
    Je suis allée sur Google
    et j'ai tapé trois mots :
  • 1:44 - 1:45
    « Norvège »,
  • 1:45 - 1:47
    « mamies » et « photographe ».
  • 1:48 - 1:50
    J'ai cliqué sur le premier résultat
    de la recherche
  • 1:50 - 1:52
    et c'était Karoline Hjorth qui est ici.
  • 1:52 - 1:53
    (Rires)
  • 1:53 - 1:56
    KH : Je venais de sortir un livre
    sur les grands-mères norvégiennes.
  • 1:57 - 1:59
    Initialement, nous avons fait équipe
  • 1:59 - 2:02
    pour voir comment les phénomènes naturels
    s'expliquent par la forme humaine.
  • 2:03 - 2:05
    Nous avons commencé
    à étudier les contes populaires
  • 2:05 - 2:07
    dans un petit ville côtière en Norvège.
  • 2:09 - 2:13
    RI : Nous avons pensé que plus
    l'interviewé local était âgé,
  • 2:13 - 2:18
    plus nous serions proches de ces pierres
    qui racontent des histoires.
  • 2:19 - 2:23
    KH : Agnès, par exemple, est la grand-mère
    parachutiste la plus âgée de Norvège.
  • 2:24 - 2:26
    À son dernier saut, elle avait 91 ans.
  • 2:27 - 2:30
    Et ce portrait est un hommage
    au légendaire vent du nord
  • 2:30 - 2:33
    souvent évoqué dans les contes nordiques.
  • 2:34 - 2:37
    Nous avons rencontré un autre personnage
    légendaire appelé Lyktemann,
  • 2:37 - 2:40
    sur une tourbière à l'extérieur d'Oslo.
  • 2:40 - 2:46
    On connaît Lyktemann sous la forme
    de lueurs mystérieuses depuis des siècles
  • 2:46 - 2:49
    dans plein de cultures différentes
    sous plein de noms différents,
  • 2:49 - 2:51
    comme Joan the Wad, les feux follets
  • 2:51 - 2:53
    ou l'homme à la lanterne.
  • 2:54 - 2:55
    La thèse contemporaine
  • 2:55 - 2:58
    ou l'explication actuelle de ces lueurs,
  • 2:58 - 3:01
    c'est qu'elles sont le produit
    de la combustion du gaz des marais.
  • 3:02 - 3:03
    Le point de vue le plus audacieux,
  • 3:03 - 3:07
    c'est qu'un personnage apparaît
    quand le brouillard est bas
  • 3:07 - 3:10
    et que des voyageurs imprudents
    ont perdu leur chemin.
  • 3:11 - 3:14
    RI : Il est connu pour être
    un personnage plutôt malicieux,
  • 3:14 - 3:18
    ne révélant jamais tout à fait
    la vraie nature de ses intentions.
  • 3:18 - 3:22
    KH : Et comme Bengt est un expert
    en navigation astronomique,
  • 3:22 - 3:24
    un ex-capitaine de sous-marin
  • 3:24 - 3:28
    et l'ancien capitaine en second
    du grand voilier Christian Radich,
  • 3:28 - 3:31
    il était la personne parfaite
    pour incarner Lyktemann.
  • 3:31 - 3:33
    RI : Dans notre quête initiale
  • 3:33 - 3:36
    d'étudier le rôle
    contemporain du folklore,
  • 3:36 - 3:38
    nous avons été vite tournées en dérision
  • 3:38 - 3:43
    pour nous intéresser à ce qu'on voit
    comme des contes pour enfants.
  • 3:43 - 3:48
    Le simple fait de dire le mot « folklore »
    rendait les gens très perplexes.
  • 3:48 - 3:50
    KH : Et ce n'était pas que notre accent.
  • 3:51 - 3:52
    (Rires)
  • 3:52 - 3:56
    RI : Un potier local depuis
    huit générations a même dit
  • 3:57 - 3:59
    que les habitants de sa région
  • 3:59 - 4:02
    avaient mis au point certaines
    des meilleures innovations de ce pays,
  • 4:02 - 4:06
    qu'ils n'avaient pas le temps de retourner
    les pierres pour explorer en dessous.
  • 4:08 - 4:11
    Ce rejet était exactement
    ce dont nous avions besoin
  • 4:11 - 4:13
    pour continuer à approfondir ce sujet.
  • 4:13 - 4:15
    (Rires)
  • 4:15 - 4:17
    KH : On a continué à interroger les gens
  • 4:17 - 4:19
    sur leur relation avec ce qui les entoure
  • 4:19 - 4:21
    et nous nous sommes demandé
  • 4:21 - 4:23
    ce qu'il se passe
    dans l'imagination des gens.
  • 4:23 - 4:28
    Notre relation à la nature peut-elle
    s'expliquer avec autant de pragmatisme,
  • 4:28 - 4:30
    de façon si ennuyeuse,
  • 4:30 - 4:33
    qu'une pierre n'est
    qu'un bon vieux rocher tout simple
  • 4:33 - 4:36
    et qu'un lac n'est
    qu'un lieu humide basique,
  • 4:36 - 4:38
    entièrement séparés de nous ?
  • 4:39 - 4:44
    Notre environnement peut-il s'expliquer
    avec un tel niveau de rationalité terne ?
  • 4:46 - 4:50
    RI : Le nom de notre projet,
    « Des yeux grands comme des soucoupes »,
  • 4:50 - 4:53
    est emprunté à un conte traditionnel.
  • 4:53 - 4:56
    Et l'un d'eux parle d'un chien
    qui vit sous un pont.
  • 4:56 - 4:57
    Dans une autre version,
  • 4:57 - 4:59
    c'est un troll qui fait la même chose.
  • 5:00 - 5:03
    Et cette approche ouverte
    et potentiellement risquée
  • 5:03 - 5:06
    de voir le monde qui nous entoure
  • 5:06 - 5:10
    est devenue l'emblème de la curiosité
    qui guide nos interactions.
  • 5:12 - 5:15
    KH : La chance est notre chef de projet.
  • 5:15 - 5:18
    Et dans l'idéal, nous trouvons
    nos collaborateurs par hasard.
  • 5:19 - 5:21
    Dans le couloir opposé à la piscine,
  • 5:21 - 5:22
    à la répétition de la chorale,
  • 5:22 - 5:24
    dans un bar à nouilles
  • 5:24 - 5:27
    ou dans un port de pêcheurs au Sénégal,
  • 5:27 - 5:28
    comme tout le monde.
  • 5:29 - 5:31
    Chaque image commence
    par une conversation,
  • 5:31 - 5:33
    plutôt un simple entretien.
  • 5:34 - 5:37
    RI : Nous n'appelons jamais
    ces collaborateurs des « modèles »,
  • 5:37 - 5:40
    parce qu'il y a trois auteurs
    pour chaque image,
  • 5:40 - 5:44
    tous aussi essentiels
    à la réalisation de leur portrait.
  • 5:46 - 5:48
    Il n'y a pas de limite d'âge,
  • 5:48 - 5:51
    absolument quiconque
    ayant une vie intéressante
  • 5:52 - 5:54
    est plus qu'apte à y participer.
  • 5:54 - 5:56
    KH : Voici Boubou.
  • 5:56 - 5:58
    Son gendre se trouvait dans ce port
  • 5:58 - 6:01
    quand nous y sommes venues
    en quête de lieux.
  • 6:01 - 6:06
    Et après une visite impromptue à domicile
    et des achats au marché aux poissons,
  • 6:06 - 6:09
    Boubou et sa famille ont tous pataugé
    à marée basse avec nous.
  • 6:09 - 6:13
    RI : Une sculpture portable
    est née de la conversation
  • 6:13 - 6:14
    avec chaque collaborateur
  • 6:14 - 6:18
    et a été réalisée à partir de matériaux
    trouvés dans les environs.
  • 6:19 - 6:24
    Près d'un tiers des terres arables
    du Sénégal est consacré au millet,
  • 6:24 - 6:27
    une denrée de base
    incroyablement irritante à porter,
  • 6:27 - 6:31
    nutritive et résistante,
    aux racines culturelles profondes.
  • 6:32 - 6:33
    Voici Mane,
  • 6:33 - 6:37
    l'une des majestueuses grands-mères
    du village de Ndos,
  • 6:37 - 6:40
    une tornade de vigueur et d'énergie.
  • 6:40 - 6:42
    Et elle a applaudi notre invitation
  • 6:42 - 6:45
    de faire son portrait
    dans son champ de millet préféré,
  • 6:45 - 6:48
    où elle travaille tous les jours.
  • 6:50 - 6:53
    KH : C'est important
    que la participation soit volontaire.
  • 6:54 - 6:56
    (Rires)
  • 6:56 - 6:58
    Si vous aviez des doutes au départ,
  • 6:58 - 7:00
    vous le regretterez certainement
  • 7:00 - 7:04
    quand Riitta vous bourrera le nez
    de varech froid et humide.
  • 7:04 - 7:07
    (Rires)
  • 7:07 - 7:10
    Travailler avec un appareil argentique
    implique un processus lent
  • 7:10 - 7:12
    et physiquement éprouvant.
  • 7:12 - 7:14
    La personne devant l'appareil photo
  • 7:14 - 7:17
    peut être à genoux depuis trois heures
    dans une neige fondue glacée,
  • 7:17 - 7:19
    être bombardée par des moustiques
  • 7:19 - 7:21
    ou ils peuvent aussi être allergiques
  • 7:21 - 7:23
    à la flore locale dont
    ils sont recouverts.
  • 7:23 - 7:25
    RI : Et plein d'autres choses.
  • 7:25 - 7:27
    (Rires)
  • 7:27 - 7:29
    Et puis, il y a bien sûr les éléments.
  • 7:29 - 7:33
    L'imprévisibilité est
    l'un des principaux facteurs
  • 7:33 - 7:35
    qui maintient cette démarche intéressante.
  • 7:36 - 7:39
    Par exemple, en Islande,
  • 7:39 - 7:43
    nous étions très opérationnelles,
    à photographier pendant deux semaines,
  • 7:43 - 7:46
    sans savoir que l'appareil photo
    ne fonctionnait pas correctement.
  • 7:47 - 7:48
    Oh, c'est vrai ?
  • 7:48 - 7:50
    KH : Comme nous utilisons
    un appareil argentique
  • 7:50 - 7:51
    avec de vraies pellicules,
  • 7:51 - 7:54
    l'excitation des séances
    de photos se fait sentir
  • 7:54 - 7:57
    jusqu'à ce que nous récupérions
    les négatifs au laboratoire.
  • 7:58 - 8:00
    RI : Par chance, Edda, représentée ici,
  • 8:00 - 8:04
    a été l'une des rares à avoir été
    enregistrée sur la pellicule en Islande.
  • 8:04 - 8:08
    Elle est ici au milieu de sources
    d'eau chaude bouillonnantes et fumantes,
  • 8:08 - 8:11
    entre deux plaques tectoniques.
  • 8:11 - 8:14
    On dit que des petits oiseaux
    des sources chaudes
  • 8:14 - 8:16
    plongent dans ces bulles
  • 8:16 - 8:18
    et, selon la légende,
  • 8:18 - 8:21
    ces petits oiseaux représentent
    les âmes des morts.
  • 8:24 - 8:26
    Nous avons l'honneur
  • 8:26 - 8:31
    de travailler avec des gens extrêmement
    exigeants, courageux et sympathiques,
  • 8:31 - 8:33
    et d'apprécier pleinement
  • 8:33 - 8:38
    que certains de nos portraits et œuvres
    piétinent les stéréotypes liés à l'âge,
  • 8:38 - 8:40
    au genre et à la nationalité.
  • 8:42 - 8:45
    KH : Pour nous, la société occidentale
    est inutilement troublée
  • 8:45 - 8:47
    quand il faut trouver l'utilité
  • 8:47 - 8:50
    de ces statistiques démographiques
    si rock and roll.
  • 8:50 - 8:51
    (Rires)
  • 8:52 - 8:57
    RI : L'attitude, l'expérience de vie
    et l'endurance sont parmi les traits
  • 8:57 - 8:59
    que nous avons trouvés chez
    tous nos collaborateurs,
  • 8:59 - 9:04
    ainsi qu'une curiosité formidable
    envers de nouvelles expériences.
  • 9:06 - 9:10
    KH : Nous avons remarqué combien
    les figures solitaires de nos images
  • 9:10 - 9:14
    sont de plus en plus vues comme des
    représentations de l'âge de la solitude,
  • 9:14 - 9:16
    connu sous le nom d'« Érémocène ».
  • 9:17 - 9:20
    RI : Nous essayons d'encourager
  • 9:20 - 9:26
    une nouvelle façon de participer et
    de communiquer avec notre environnement.
  • 9:26 - 9:28
    KH : Il y a cette hypothèse
  • 9:28 - 9:31
    que les humains ont créé
    une nouvelle ère géologique
  • 9:31 - 9:34
    et nous devons apprendre à voir
    quel est notre rôle dans ce domaine.
  • 9:36 - 9:40
    RI : Nous travaillons avec des fermiers,
  • 9:40 - 9:44
    des cosmologistes, des géo-écologues,
  • 9:44 - 9:48
    des ethnomusicologues
    et des biologistes marins
  • 9:48 - 9:53
    pour voir comment l'art peut changer
    notre façon de penser, d'agir et de vivre.
  • 9:55 - 9:59
    KH : On ne sait pas très bien qui
    est le protagoniste de notre travail,
  • 9:59 - 10:02
    que ce soit la figure humaine
    ou la nature autour d'eux,
  • 10:02 - 10:04
    et nous aimons que ce soit ainsi.
  • 10:06 - 10:09
    Dix ans et quinze pays
    après le début du projet,
  • 10:09 - 10:12
    nous ne savons pas comment,
    si ou quand ce projet va se terminer.
  • 10:13 - 10:17
    RI : Nous avons fait le vœu de continuer
    tant que c'est amusant
  • 10:17 - 10:21
    et nous créerons encore d'autres livres
    et de nouvelles images examinant –
  • 10:21 - 10:25
    KH : Comment concilier la vie
    et les effets de la crise climatique.
  • 10:26 - 10:29
    L'écrivain Roy Scranton
    a magnifiquement résumé
  • 10:29 - 10:31
    la manière dont notre projet
    peut être abordé :
  • 10:32 - 10:34
    « Nous devons apprendre à voir,
  • 10:34 - 10:36
    pas qu'avec des yeux occidentaux,
  • 10:36 - 10:39
    mais aussi avec
    des yeux islamiques et inuit,
  • 10:39 - 10:44
    pas qu'avec des yeux humains, mais aussi
    avec les yeux d'une paruline à joues d'or,
  • 10:44 - 10:46
    du saumon argenté
  • 10:46 - 10:48
    et de l'ours polaire,
  • 10:48 - 10:50
    et même complétement sans les yeux,
  • 10:50 - 10:54
    mais avec l'esprit sauvage, peu expressif
    des nuages et des mers,
  • 10:54 - 10:58
    des mers et des rochers,
    des arbres et des étoiles. »
  • 11:00 - 11:05
    RI : Peut-être que si nous nous voyons
    à travers les yeux du saumon argenté,
  • 11:05 - 11:11
    nous pourrions mieux nous intégrer
    à la flore, à la faune, aux champignons.
  • 11:12 - 11:17
    Pour y arriver, il faut à la fois
    de l'imagination et de l'empathie.
  • 11:17 - 11:20
    Et la curiosité est à la base des deux.
  • 11:20 - 11:25
    KH : Comme l'a dit Halvar, l'un de nos
    premiers collaborateurs, il y a 10 ans :
  • 11:25 - 11:27
    « Si vous arrêtez d'être curieux,
  • 11:27 - 11:29
    vous pourriez tout aussi bien être mort. »
  • 11:30 - 11:31
    (Toutes les deux) Merci.
  • 11:31 - 11:32
    (Rires)
  • 11:32 - 11:37
    (Applaudissements)
Title:
La nature, le folklore et des collaborations photographiques fortuites
Speaker:
Riitta Ikonen, Karoline Hjorth
Description:

Inspirées par le folklore nordique, les artistes Karoline Hjorth et Riitta Ikonen collaborent avec les anciens de la région - agriculteurs, pêcheurs, cosmologistes et autres - pour créer des portraits riches en imagination qui examinent le lien de l'humanité avec la nature. Découvrez leur pratique artistique basée sur le hasard heureux à mesure qu'elles nous partagent une sélection d'images fantastiques où la nature et le mythe se croisent pour susciter un sentiment d'émerveillement.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
11:50

French subtitles

Revisions