Return to Video

Les maths ne sont pas difficiles. C'est une langue comme les autres! | Randy Palisoc | TEDxManhattanBeach

  • 0:14 - 0:17
    26%.
  • 0:17 - 0:21
    C'est le pourcentage
    des élèves de terminale
  • 0:21 - 0:24
    qui maîtrisent les maths
    aux États-Unis.
  • 0:24 - 0:28
    Nous, Américains, nous sommes fiers
    de faire partie d'un pays exceptionnel.
  • 0:28 - 0:32
    Mais est-ce que 26%
    vous paraissent vraiment exceptionnels ?
  • 0:33 - 0:37
    Si vous pensez qu'en tant que nation,
    nous devons faire mieux, levez-la main.
  • 0:38 - 0:41
    Vous avez raison.
  • 0:41 - 0:45
    On a tous besoin des maths mais pourquoi
    désarçonnent-elles tant d'enfants ?
  • 0:45 - 0:48
    Est-ce parce que seulement 26% des gens
    ont la bosse des maths ?
  • 0:48 - 0:52
    Alors que les autres 74% ne l'ont pas?
  • 0:52 - 0:55
    Après avoir travaillé
    avec des centaines d'enfants,
  • 0:55 - 0:57
    je peux vous affirmer
    que ce n'est pas le cas du tout.
  • 0:57 - 0:59
    Les enfants ne comprennent pas les maths
  • 0:59 - 1:03
    parce que nous les leur enseignons
    comme une matière déshumanisée.
  • 1:03 - 1:07
    Mais si les maths redeviennent humaines,
    elles recommencent à faire sens.
  • 1:08 - 1:10
    Vous vous demandez sans doute :
  • 1:10 - 1:12
    « Comment less maths
    peuvent-elle être humaines ? »
  • 1:12 - 1:14
    Réfléchissons ensemble.
  • 1:14 - 1:15
    (Rires)
  • 1:15 - 1:20
    Les maths sont un langage humain,
    comme l'anglais, l'espagnol ou le chinois.
  • 1:20 - 1:23
    Elles permettent aux gens
    de communiquer entre eux.
  • 1:23 - 1:27
    Même dans l'ancien temps,
    les gens utilisaient la langue des maths
  • 1:27 - 1:30
    pour faire du commerce,
    construire des bâtiments,
  • 1:30 - 1:33
    et mesurer les terres arables.
  • 1:33 - 1:36
    La notion des maths en tant que langue
    n'est pas vraiment nouvelle.
  • 1:37 - 1:40
    Un grand philosophe a dit :
  • 1:40 - 1:44
    « La mathématique est l'alphabet
    dans lequel Dieu a écrit l'univers. »
  • 1:44 - 1:47
    Vous voyez ?
    Même Galilée est d'accord avec moi.
  • 1:47 - 1:49
    (Rires)
  • 1:49 - 1:51
    Mais en cours de route,
  • 1:51 - 1:53
    on a pris ce langage mathématique,
  • 1:53 - 1:55
    qui décrit le monde réel qui nous entoure,
  • 1:55 - 1:57
    pour en faire une chose abstraite
    méconnaissable.
  • 1:57 - 2:00
    Voilà pourquoi les maths sèment
    la confusion chez les enfants.
  • 2:00 - 2:02
    Je vais vous donner un exemple.
  • 2:02 - 2:06
    Voici un extrait du programme
    de maths de CE2 en Californie,
  • 2:06 - 2:09
    Dites-moi si c'est compréhensible
    pour un enfant de 8 ans.
  • 2:09 - 2:13
    « La fraction 1/b est la quantité
    formée à partir d'une part
  • 2:13 - 2:16
    quand un tout est divisé
    en b parts égales.
  • 2:16 - 2:22
    la fraction a/b est la quantité formée
    par une part a de taille 1/b.»
  • 2:22 - 2:23
    (Rires)
  • 2:23 - 2:27
    Quand on donne cette description
    à un enfant de 8 ans,
  • 2:27 - 2:29
    la réaction qu'on obtient est celle-ci.
  • 2:29 - 2:31
    (Rires)
  • 2:33 - 2:38
    Pour un spécialise en math,
    cette proposition a du sens.
  • 2:38 - 2:42
    Mais pour un gosse, c'est de la torture.
  • 2:42 - 2:45
    J'ai choisi cet exemple
    parce que les fractions
  • 2:45 - 2:49
    sont fondamentales en algèbre,
    en trigonométrie et même en calcul.
  • 2:49 - 2:53
    Si les enfants ne comprennent pas
    les fractions à l'école primaire,
  • 2:53 - 2:56
    ils sont confrontés à de grandes
    difficultés durant le secondaire.
  • 2:56 - 3:03
    Mais y a-t-il un moyen de rendre
    les fractions simples et faciles ?
  • 3:03 - 3:05
    Oui !
  • 3:05 - 3:09
    Rappelez-vous, les maths sont une langue.
    Nous pouvons en profiter.
  • 3:10 - 3:14
    Quand j'enseigne comment additionner
    ou soustraire des fractions à un écolier,
  • 3:14 - 3:17
    je commence par parler de pommes.
  • 3:18 - 3:21
    Je lui demande : « Combien font
    une pomme plus une pomme ? »
  • 3:21 - 3:25
    Les enfants répondent en général 2.
    Ce qui est correct, en partie.
  • 3:25 - 3:29
    Je leur demande d'associer les mots,
    puisque les maths sont une langue.
  • 3:29 - 3:32
    Ce n'est pas 2 tout seul. C'est 2 pommes.
  • 3:32 - 3:36
    Ensuite, combien font
    3 crayons plus 2 crayons.
  • 3:36 - 3:39
    On sait tous que
    crayons + crayons = crayons,
  • 3:39 - 3:43
    Alors, combien de crayons?
    Public : 5 crayons.
  • 3:43 - 3:45
    5 crayons. C'est juste.
  • 3:45 - 3:47
    L'astuce est d'associer des mots.
  • 3:49 - 3:52
    J'ai essayé avec ma nièce de 5 ans.
  • 3:52 - 3:54
    Après qu'elle ait additionné
    des crayons avec des crayons,
  • 3:54 - 3:59
    je lui demandé « Combien font
    4 milliards plus 1 milliard ? »
  • 3:59 - 4:02
    Ma tante qui m'avait entendu
    s'est fâchée et m'a dit :
  • 4:02 - 4:04
    « Mais tu es fou ?
    Elle est à la maternelle !
  • 4:04 - 4:07
    Comment pourrait-elle savoir
    combien font 4 milliards + 1 milliard ? »
  • 4:07 - 4:09
    (Rires)
  • 4:09 - 4:13
    Imperturbable, ma nièce
    a fini son calcul et a dit :
  • 4:13 - 4:14
    « 5 milliards ? »
  • 4:14 - 4:18
    Je lui ai répondu « Correct !
    C'est bien 5 milliards. »
  • 4:18 - 4:21
    Ma tante a hoché la tête et a ri.
  • 4:21 - 4:23
    Elle ne s'attendait pas à ça
    de la part d'un enfant de 5 ans.
  • 4:23 - 4:26
    Si on a un approche linguistique,
  • 4:26 - 4:30
    les maths deviennent intuitives
    et faciles à comprendre.
  • 4:30 - 4:32
    Alors, je lui ai posé une question
  • 4:32 - 4:36
    à laquelle aucun enfant en maternelle
    ne peut savoir répondre :
  • 4:36 - 4:39
    « Combien font un tiers plus un tiers ? »
  • 4:39 - 4:43
    Et immédiatement,
    elle a répondu : « 2 tiers. »
  • 4:43 - 4:47
    Vous vous demandez
    comment elle peut savoir ça,
  • 4:47 - 4:50
    alors qu'elle ne connait ni
    les numérateurs ni les dénominateurs ?
  • 4:50 - 4:54
    Elle ne pensait pas aux numérateurs
    ou aux dénominateurs.
  • 4:54 - 4:56
    Elle a pensé au problème
  • 4:56 - 4:59
    en utilisant l'analogie
    d'une pomme + une pomme.
  • 4:59 - 5:03
    Ce qui lui a permis de comprendre
    un tiers plus un tiers.
  • 5:05 - 5:08
    Donc, si même des enfants en maternelle
    peuvent additionner des fractions,
  • 5:08 - 5:12
    vous pouvez être certains
    que des étudiants peuvent aussi.
  • 5:12 - 5:15
    (Applaudissements)
  • 5:18 - 5:23
    Pour le plaisir, je lui ai posé
    une question d'algèbre du secondaire.
  • 5:23 - 5:27
    Que font 7 x² plus 2 x² ?
  • 5:27 - 5:30
    Et cette petite fille de 5 ans
    m'a répondu correctement:
  • 5:30 - 5:31
    9x² ?
  • 5:31 - 5:37
    Elle n'avait pas besoin de connaître
    les règles des exposants pour ça.
  • 5:37 - 5:40
    Quand quelqu'un vous dit
    qu'on a, ou pas, la bosse des maths,
  • 5:40 - 5:43
    ce n'est pas vrai.
  • 5:43 - 5:45
    Les maths sont une langue humaine.
  • 5:45 - 5:49
    Nous avons donc tous la capacité
    de les comprendre.
  • 5:49 - 5:51
    (Rires)
  • 5:51 - 5:54
    Il devient urgent d'adopter
    cette approche linguistique des maths.
  • 5:54 - 5:58
    Parce que trop d'enfants sont perdus
    et angoissent à causent des maths.
  • 5:58 - 6:00
    Mais ce n'est pas une fatalité.
  • 6:00 - 6:04
    J'ai travaillé avec une jeune lycéenne
    en colère et complètement frustrée,
  • 6:04 - 6:06
    incapable de réussir son algèbre,
  • 6:06 - 6:10
    parce qu'elle ne connaissait que 44%
    de ses tables de multiplication.
  • 6:10 - 6:12
    Je lui ai dit ceci :
  • 6:12 - 6:16
    « C'est comme si tu essayais de lire
    en ne connaissant que 44% de l'alphabet.
  • 6:16 - 6:19
    C'est ça qui t'empêche d'avancer. »
  • 6:19 - 6:21
    Elle ne pouvait ni factoriser
    ni résoudre des équations.
  • 6:21 - 6:23
    Elle n'avait aucune confiance
    dans les maths,
  • 6:23 - 6:28
    et n'avait donc pas confiance en elle.
  • 6:28 - 6:32
    Je lui ai dit que nous allions commencer
    par les multiplications.
  • 6:32 - 6:35
    Quand on connait ses tables par coeur,
    tout devient plus simple.
  • 6:35 - 6:39
    C'est comme avoir
    un pass accès rapide à Disneyland.
  • 6:39 - 6:40
    (Rires)
  • 6:40 - 6:42
    « Tu en penses quoi ? »
  • 6:42 - 6:43
    Elle a dit : « OK. »
  • 6:43 - 6:47
    Elle a donc appris toutes ses tables
    en 4 semaines.
  • 6:47 - 6:52
    Et même dans les tables de multiplication,
    il y a des mots.
  • 6:52 - 6:57
    Combien d'enfants ne réalisent pas
    que 7 fois 3,
  • 6:57 - 7:01
    peut être épelé « sept fois » 3,
  • 7:01 - 7:06
    c'est à dire 3, sept fois.
  • 7:06 - 7:09
    Quand les enfants réalisent ça,
  • 7:09 - 7:14
    répéter une addition
    devient lent et peu pratique.
  • 7:14 - 7:20
    Ils mémorisent donc avec plaisir
    que 3, sept fois, font toujours 21.
  • 7:21 - 7:24
    Pour cette ado qui était en risque
    de décrochage scolaire,
  • 7:24 - 7:28
    connaître couramment
    ses tables de multiplication
  • 7:28 - 7:30
    a transformé sa vie.
  • 7:30 - 7:33
    Parce que pour la première fois,
  • 7:33 - 7:35
    elle pouvait se concentrer sur
    la résolution du problème,
  • 7:35 - 7:37
    au lieu de compter sur ses doigts.
  • 7:37 - 7:40
    J'ai su qu'elle était
    sur la bonne voie
  • 7:40 - 7:44
    quand elle a calculé qu'un leasing
    d'une voiture pendant 2 ans
  • 7:44 - 7:48
    à $ 445 par mois couterait $ 10 680,
  • 7:48 - 7:51
    et qu'elle m'a regardé et dit
    d'un air désapprobateur:
  • 7:51 - 7:54
    « Monsieur Polisoc, c'est très cher, ça ! »
  • 7:54 - 7:56
    (Rires)
  • 7:57 - 8:02
    A cet instant, les maths
    ne lui posaient plus de problème.
  • 8:02 - 8:08
    Elle utilisait les maths pour résoudre
    un problème comme une adulte responsable.
  • 8:09 - 8:12
    En tant qu'éducateur, il est de mon devoir
  • 8:12 - 8:15
    de mettre les enfants
    au défi de se dépasser.
  • 8:15 - 8:18
    Je vais faire pareil avec vous.
  • 8:19 - 8:22
    Notre pays cale à 26% de maîtrise en math.
  • 8:22 - 8:26
    Je vous mets au défi d'améliorer
    ce pourcentage.
  • 8:26 - 8:29
    C'est important parce que
    la pensée mathématique
  • 8:29 - 8:32
    non seulement construit
    les esprits jeunes,
  • 8:32 - 8:35
    mais elle donne à nos enfants
    les outils nécessaires
  • 8:35 - 8:38
    pour imaginer et créer un futur
    qui n'existe pas encore.
  • 8:38 - 8:43
    Ce challenge peut être gagné avec
    des pommes + des pommes.
  • 8:43 - 8:46
    Insistez pour que les maths soient
    enseignées comme une langue humaine.
  • 8:46 - 8:50
    Cela nous permettra d'atteindre
    notre but plus rapidement.
  • 8:50 - 8:51
    Merci!
  • 8:51 - 8:53
    (Applaudissements)
Title:
Les maths ne sont pas difficiles. C'est une langue comme les autres! | Randy Palisoc | TEDxManhattanBeach
Description:

Randy Palisoc est un professeur passionné et réputé pour rendre les maths faciles. Il partage avec nous sa solution: enseigner les maths comme une langue. En collant des mots sur les maths, on permet aux plus jeunes élèves de comprendre des concepts complexes comme les fractions.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
08:55

French subtitles

Revisions