Return to Video

Osez vous exprimer.

  • 0:01 - 0:04
    S'exprimer est difficile.
  • 0:05 - 0:10
    Il y a un mois à peine, j'ai compris
    le véritable sens de cette expression,
  • 0:10 - 0:12
    quand ma femme et moi
    sommes devenus parents.
  • 0:13 - 0:15
    Quel moment incroyable !
  • 0:15 - 0:17
    Un moment exaltant,
  • 0:17 - 0:20
    mais aussi effrayant.
  • 0:20 - 0:25
    Ce fut particulièrement effrayant
    en revenant de l'hôpital,
  • 0:25 - 0:26
    car nous n'étions pas sûrs
  • 0:26 - 0:30
    si notre petit garçon recevrait assez
    de nutriments grâce à l'allaitement.
  • 0:31 - 0:34
    Nous voulions appeler notre pédiatre,
  • 0:34 - 0:37
    mais nous avions peur
    de faire mauvaise impression
  • 0:37 - 0:39
    ou de passer pour des parents
    névrosés ou cinglés.
  • 0:39 - 0:41
    Nous nous sommes donc inquiétés,
  • 0:41 - 0:42
    et nous avons attendu.
  • 0:42 - 0:44
    Le lendemain, nous sommes allés
    chez le médecin,
  • 0:44 - 0:49
    et elle lui a tout de suite donné de la
    formule infantile car il était déshydraté.
  • 0:49 - 0:51
    Il va bien, aujourd'hui,
  • 0:51 - 0:54
    et le médecin nous a répété
    de ne pas hésiter à l'appeler.
  • 0:54 - 0:56
    À ce moment,
  • 0:56 - 0:58
    j'aurais dû m'exprimer,
    mais j'y ai renoncé.
  • 0:59 - 1:02
    Parfois, nous le faisons
    au mauvais moment.
  • 1:02 - 1:06
    Je l'ai appris il y a 10 ans,
    quand j'ai nui à mon frère jumeau.
  • 1:07 - 1:09
    Mon frère jumeau
    est documentariste.
  • 1:09 - 1:11
    Un jour, il a reçu une offre
  • 1:11 - 1:13
    de la part d'une
    grande entreprise de distribution.
  • 1:13 - 1:15
    Il était tout excité
  • 1:15 - 1:17
    et voulait accepter leur offre.
  • 1:17 - 1:20
    Mais moi, j'étais chercheur
    en négociation
  • 1:20 - 1:23
    et je lui ai chaudement recommandé
    de faire une contre-offre.
  • 1:23 - 1:26
    Je l'ai même aidé à la préparer.
  • 1:26 - 1:28
    Elle était parfaite, oui,
  • 1:28 - 1:30
    l'insulte parfaite pour l'entreprise.
  • 1:30 - 1:32
    La compagnie était si insultée
  • 1:32 - 1:34
    qu'elle a retiré son offre
  • 1:34 - 1:36
    et n'a jamais rappelé mon frère.
  • 1:36 - 1:40
    J'ai posé la question à des gens
    de partout sur la planète :
  • 1:40 - 1:42
    quand doit-on s'affirmer ;
  • 1:42 - 1:44
    quand doit-on défendre ses intérêts ;
  • 1:44 - 1:46
    quand doit-on exprimer son opinion ;
  • 1:46 - 1:48
    quand doit-on formuler
    une demande audacieuse ;
  • 1:49 - 1:53
    Leurs histoires, même si
    elles sont toutes différentes,
  • 1:53 - 1:56
    se ressemblent en de
    nombreux points.
  • 1:56 - 1:59
    Puis-je corriger mon patron
    lorsqu'il se trompe ?
  • 1:59 - 2:03
    Dois-je aider un collègue qui marche
    constamment dans mes plates-bandes ?
  • 2:03 - 2:06
    Dois-je tenir tête à mon ami
    qui raconte des blagues déplacées ?
  • 2:06 - 2:10
    Puis-je raconter mes plus grandes
    angoisses à mon conjoint ?
  • 2:11 - 2:14
    Toutes ces expériences
    m'ont amené à comprendre
  • 2:14 - 2:18
    que tout le monde a une sorte de
    limite de comportements acceptables.
  • 2:18 - 2:23
    Parfois, nous y allons trop fort ;
    nous repoussons un peu trop nos limites.
  • 2:23 - 2:25
    Comme avec mon frère.
  • 2:25 - 2:29
    Même proposer une offre
    lui paraissait inacceptable.
  • 2:30 - 2:31
    Parfois nous sommes trop mous.
  • 2:31 - 2:33
    Comme ma femme et moi
    avec le médecin.
  • 2:33 - 2:36
    Cette limite de comportements acceptables,
  • 2:36 - 2:39
    si nous la respectons,
    nous sommes récompensés.
  • 2:39 - 2:43
    Si nous la dépassons,
    nous sommes punis de multiples façons.
  • 2:43 - 2:46
    On nous rejette, nous dégrade
    ou nous stigmatise.
  • 2:46 - 2:49
    Nous passons alors à côté d'une promotion
    ou d'une bonne affaire.
  • 2:50 - 2:53
    La première question à se poser
    est la suivante :
  • 2:53 - 2:54
    Où se trouve ma limite ?
  • 2:55 - 2:59
    Ce qu'il faut retenir, par contre,
    c'est que notre limite n'est pas immuable,
  • 2:59 - 3:01
    elle varie considérablement.
  • 3:01 - 3:05
    Elle peut changer de façon importante
    selon le contexte.
  • 3:05 - 3:09
    Le facteur qui influence le plus
    votre limite plus que tout,
  • 3:10 - 3:11
    c'est votre pouvoir.
  • 3:11 - 3:14
    Votre pouvoir détermine votre limite.
  • 3:14 - 3:15
    Mais qu'est-ce que le pouvoir ?
  • 3:15 - 3:17
    Il peut prendre plusieurs formes.
  • 3:17 - 3:20
    Lors de négociations,
    il prend la forme du nombre d'options.
  • 3:20 - 3:22
    Mon frère n'en avait aucune ;
  • 3:22 - 3:23
    il n'avait aucun pouvoir.
  • 3:23 - 3:25
    L'entreprise avait beaucoup d'options,
  • 3:25 - 3:26
    donc du pouvoir.
  • 3:26 - 3:29
    Parfois, il est question
    d'arriver dans un nouveau pays,
  • 3:29 - 3:31
    ou une nouvelle organisation,
  • 3:31 - 3:32
    ou même une nouvelle expérience,
  • 3:32 - 3:34
    comme ma femme et moi,
    avec notre bébé.
  • 3:34 - 3:36
    Parfois, c'est au travail,
  • 3:36 - 3:39
    entre un patron et son subalterne.
  • 3:39 - 3:40
    Ou encore dans une relation,
  • 3:40 - 3:43
    quand l'un des deux partenaires
    s'investit plus que l'autre.
  • 3:43 - 3:47
    L'idée est que lorsque nous sommes
    en position de pouvoir,
  • 3:47 - 3:49
    notre limite est beaucoup plus souple.
  • 3:49 - 3:51
    Nous avons alors
    une grande liberté d'action.
  • 3:52 - 3:54
    En situation inverse, elle rétrécit.
  • 3:55 - 3:56
    Nous n'avons que très peu de liberté.
  • 3:57 - 4:00
    Le problème est que si
    notre limite se rigidifie,
  • 4:00 - 4:04
    il se produit un phénomène appelé
    la double contrainte du faible pouvoir.
  • 4:04 - 4:07
    Elle se produit dans une situation où,
  • 4:07 - 4:10
    si nous nous taisons on nous ignore,
  • 4:11 - 4:13
    mais si on s'exprime, on nous punit.
  • 4:13 - 4:16
    Bon nombre d'entre vous
    qui ont entendu cette expression
  • 4:16 - 4:19
    l'ont associée à une chose :
    le genre.
  • 4:19 - 4:23
    Une femme qui ne s'exprime pas
    est ignorée,
  • 4:23 - 4:26
    tandis qu'une femme
    qui s'exprime est punie.
  • 4:26 - 4:31
    Les femmes désirent autant s'exprimer
    que les hommes,
  • 4:31 - 4:33
    mais doivent surmonter des barrières.
  • 4:34 - 4:37
    Mes recherches des 20 dernières années
    ont cependant démontré
  • 4:37 - 4:41
    que cette soi-disant différence de genre
  • 4:41 - 4:43
    n'en est peut être pas une,
  • 4:43 - 4:46
    mais bien une double contrainte
    de faible pouvoir.
  • 4:46 - 4:48
    Ce qui semble se rapporter au genre
  • 4:48 - 4:51
    n'est souvent en fait
    qu'une simple question de pouvoir.
  • 4:51 - 4:54
    Lorsqu'on voit une différence entre
    un homme et une femme,
  • 4:54 - 4:55
    ou hommes et femmes,
  • 4:55 - 4:57
    nous y voyons une cause « biologique »,
  • 4:57 - 5:00
    comme s'il y avait des différences
    fondamentales entre les sexes.
  • 5:00 - 5:02
    Toutefois, d'une étude à l'autre,
  • 5:02 - 5:06
    j'ai remarqué que ces différences
    n'étaient la plupart du temps
  • 5:07 - 5:08
    qu'une question de pouvoir.
  • 5:08 - 5:11
    Tout comme la double contrainte
    de faible pouvoir.
  • 5:12 - 5:17
    Cette double contrainte signifie que
    notre limite est rigide,
  • 5:17 - 5:19
    et que nous possédons peu de pouvoir.
  • 5:19 - 5:20
    Notre limite est rigide,
  • 5:20 - 5:22
    et notre double contrainte est forte.
  • 5:22 - 5:25
    Nous devons donc trouver le moyen
    de les assouplir.
  • 5:25 - 5:26
    Ces 20 dernières années,
  • 5:26 - 5:29
    mes collègues et moi avons trouvé
    deux éléments essentiels :
  • 5:30 - 5:34
    le premier est que vous devez paraître
    puissant à vos propres yeux ;
  • 5:34 - 5:38
    le second est que vous devez paraître
    puissant aux yeux des autres.
  • 5:38 - 5:39
    Lorsque je me sens puissant,
  • 5:40 - 5:42
    je me sens en confiance, sans crainte,
  • 5:42 - 5:44
    j'assouplis alors ma limite.
  • 5:44 - 5:46
    Si je parais puissant aux yeux des autres,
  • 5:47 - 5:49
    ils me permettent une plus grande
    marge de manoeuvre.
  • 5:49 - 5:54
    Il nous faut donc adopter davantage
    de comportement acceptables.
  • 5:54 - 5:56
    Je vais à vous proposer des trucs
    pour y arriver.
  • 5:56 - 5:58
    S'exprimer comporte des risques,
  • 5:59 - 6:02
    mais mes trucs vous aideront
    à diminuer ces risques.
  • 6:03 - 6:09
    Mon premier truc concerne
    les négociations,
  • 6:09 - 6:10
    un constat important.
  • 6:10 - 6:14
    Les femmes proposent généralement
    des offres moins ambitieuses
  • 6:14 - 6:18
    et obtiennent de moins bons résultats que
    les hommes lors de négociations.
  • 6:18 - 6:21
    Hannah Riley Bowles et Emily Amanatullah
    ont découvert
  • 6:21 - 6:25
    que les femmes ne réalisaient les mêmes
    buts et ambitions que les hommes
  • 6:25 - 6:27
    que dans un seul cas de figure.
  • 6:27 - 6:31
    Lorsqu'elles doivent plaider en faveur
    de quelqu'un d'autre.
  • 6:31 - 6:33
    Dans de telles situations,
  • 6:33 - 6:38
    elles découvrent leurs propres limites
    et n'hésitent pas à les dépasser
  • 6:38 - 6:40
    et font preuve de plus d'assurance.
  • 6:40 - 6:43
    Il existe un phénomène appelé
    « l'effet maman ourse ».
  • 6:43 - 6:46
    Telle une maman ourse
    défendant ses petits,
  • 6:46 - 6:50
    il est plus facile de trouver
    l'assurance nécessaire.
  • 6:50 - 6:53
    Mais parfois, nous devons plaider
    en notre propre faveur.
  • 6:53 - 6:55
    Comment y arriver ?
  • 6:55 - 6:59
    L'un de nos meilleurs trucs pour y arriver
  • 6:59 - 7:01
    s'appelle la mise en perspective.
  • 7:01 - 7:04
    Ce truc est d'ailleurs très simple :
  • 7:04 - 7:08
    Il s'agit de regarder le monde à travers
    les yeux d'une autre personne.
  • 7:09 - 7:13
    Elle est l'un de nos meilleurs moyens
    pour repousser notre limite.
  • 7:13 - 7:15
    Si je me mets à votre place
  • 7:15 - 7:17
    et que je pense à ce que vous désirez,
  • 7:17 - 7:20
    vous risquez davantage de m'offrir
    ce que je désire réellement.
  • 7:21 - 7:23
    Mais voilà le problème :
  • 7:23 - 7:25
    cet exercice est difficile à faire.
  • 7:25 - 7:27
    Tentons une petite expérience.
  • 7:27 - 7:30
    Placez votre main comme ceci :
  • 7:30 - 7:31
    votre doigt vers le haut.
  • 7:32 - 7:36
    Tracez un E majuscule sur votre front
  • 7:36 - 7:38
    le plus vite possible.
  • 7:40 - 7:43
    D'accord, vous n'avez en réalité
    que deux possibilités,
  • 7:43 - 7:47
    car il s'agit d'un test de perspective.
  • 7:47 - 7:49
    Voici deux photos
  • 7:49 - 7:51
    d'un E tracé sur le front d'une personne :
  • 7:51 - 7:53
    Erika Hall, mon ancienne étudiante.
  • 7:53 - 7:55
    Vous voyez,
  • 7:55 - 7:57
    voici un E comme il se devrait.
  • 7:57 - 8:00
    Je l'ai tracé pour qu'il ressemble à un E
    pour la personne d'en face.
  • 8:00 - 8:02
    Voici un E de mis en perspective
  • 8:02 - 8:05
    car il ressemble à un E
    du point de vue de quelqu'un d'autre.
  • 8:05 - 8:08
    Celui-là, par contre,
    est un E égocentrique.
  • 8:09 - 8:11
    Nous sommes parfois égocentriques,
  • 8:11 - 8:14
    surtout en situation de crise.
  • 8:14 - 8:16
    Je vais vous parler
    d'une crise en particulier.
  • 8:16 - 8:19
    Un homme entre dans une banque
    de Watsonville en Californie.
  • 8:20 - 8:23
    Puis il dit : « Donnez-moi 2 000 $
  • 8:23 - 8:25
    ou je fais tout sauter avec une bombe ».
  • 8:26 - 8:28
    La gérante refuse
    de lui donner son argent.
  • 8:28 - 8:29
    Elle réfléchit un instant.
  • 8:30 - 8:31
    Elle essaie de se mettre à sa place
  • 8:31 - 8:34
    et remarque un détail essentiel.
  • 8:34 - 8:36
    Il lui a demandé un montant bien précis.
  • 8:36 - 8:38
    Alors elle lui demande :
  • 8:39 - 8:41
    « Pourquoi avez-vous demandé 2 000 $ ? »
  • 8:41 - 8:44
    Il lui répond : « mon ami va être expulsé
  • 8:44 - 8:46
    si je ne lui trouve pas 2 000 $
    tout de suite ».
  • 8:46 - 8:49
    Elle lui dit :
    « inutile de cambrioler la banque,
  • 8:49 - 8:51
    vous avez besoin d'un prêt ».
  • 8:51 - 8:52
    (Rires)
  • 8:52 - 8:54
    « Venez plutôt dans mon bureau,
  • 8:54 - 8:56
    pour remplir les papiers nécessaires ».
  • 8:56 - 8:57
    (Rires)
  • 8:57 - 9:02
    Elle a su désamorcé la situation
    grâce à sa mise en perspective.
  • 9:02 - 9:04
    En adoptant le point de vue de quelqu'un,
  • 9:04 - 9:09
    on se permet d'être ambitieux et confiant
    tout en restant agréable.
  • 9:09 - 9:12
    Il y a aussi un autre moyen d'y arriver
    tout en restant aimable,
  • 9:12 - 9:15
    c'est même un signe de souplesse.
  • 9:15 - 9:19
    Imaginez que vous êtes un vendeur
    sur le point de vendre une voiture.
  • 9:20 - 9:24
    Vous avez plus de chance de conclure
    la vente si vous offrez deux options.
  • 9:24 - 9:26
    Option A :
  • 9:26 - 9:29
    24 000 $ pour la voiture,
    plus une garantie de cinq ans.
  • 9:29 - 9:30
    Option B :
  • 9:31 - 9:33
    23 000 $ pour la voiture,
    mais une garantie de trois ans.
  • 9:34 - 9:37
    Selon mes recherches, si vos proposez
    plus d'une option aux gens,
  • 9:37 - 9:39
    ces derniers baissent leur garde
  • 9:39 - 9:42
    et risquent davantage
    d'accepter votre offre.
  • 9:42 - 9:44
    Cette règle ne s'applique pas
    qu'aux vendeurs ;
  • 9:44 - 9:46
    également aux parents.
  • 9:46 - 9:47
    Quand ma nièce avait 4 ans,
  • 9:47 - 9:50
    elle ne voulait jamais s'habiller et
    refusait absolument tout.
  • 9:50 - 9:53
    Ma belle-sœur a alors eu
    une idée de génie.
  • 9:53 - 9:56
    Et si je proposais différentes options
    à ma fille ?
  • 9:56 - 9:58
    Cette chemise-ci ou celle-là ?
    OK, celle-là.
  • 9:58 - 10:00
    Ce pantalon-ci ou celui-là ? OK, celui-là.
  • 10:00 - 10:01
    Ça a fonctionné à merveille.
  • 10:01 - 10:05
    Sa fille s'habille rapidement
    et sans faire d'histoires.
  • 10:05 - 10:07
    J'ai demandé à des gens de partout
  • 10:07 - 10:10
    de me parler de situations
    où ils osent s'exprimer.
  • 10:10 - 10:11
    Réponse la plus populaire :
  • 10:11 - 10:16
    « Lorsque j'ai du soutien
    dans l'auditoire, des alliés. »
  • 10:16 - 10:20
    Nous avons donc besoin d'alliés.
  • 10:20 - 10:21
    Mais comment y arriver ?
  • 10:22 - 10:24
    Il y a toujours la maman ourse.
  • 10:24 - 10:26
    En plaidant en faveur de quelqu'un,
  • 10:26 - 10:29
    nous repoussons notre limite,
    et les autres le perçoivent également,
  • 10:29 - 10:31
    en plus d'aller chercher
    de précieux alliés.
  • 10:32 - 10:37
    Pour obtenir de précieux alliés,
    particulièrement ceux haut placés,
  • 10:37 - 10:39
    il faut également savoir demander
    conseil aux gens.
  • 10:39 - 10:45
    Ils se sentiront flattés
    par notre démarche,
  • 10:45 - 10:47
    qui se veut un signe d'humilité.
  • 10:47 - 10:50
    Cette méthode est efficace
    contre une autre double contrainte.
  • 10:51 - 10:53
    On l'appelle la double contrainte
    d'auto-promotion.
  • 10:53 - 10:55
    Elle se produit
  • 10:55 - 10:58
    lorsque nous accomplissons
    quelque chose sans en parler,
  • 10:58 - 10:59
    personne ne le remarque.
  • 10:59 - 11:02
    Advenant le contraire,
    nous paraîtrions impolis.
  • 11:02 - 11:05
    Si nous demandons conseil à quelqu'un,
  • 11:05 - 11:10
    nous lui paraissons compétent
    et aimable à la fois.
  • 11:10 - 11:13
    L'effet est si puissant
  • 11:13 - 11:15
    qu'il fonctionne même
    si on perçoit notre stratégie.
  • 11:15 - 11:20
    Il m'est arrivé à plusieurs reprises
    d'être averti à l'avance qu'on a conseillé
  • 11:20 - 11:24
    à personne en position de faible
    pouvoir de venir me demander conseil.
  • 11:24 - 11:27
    J'aimerais porter trois détails
    à votre attention :
  • 11:27 - 11:30
    Tout d'abord, je savais
    qu'on viendrait me demander conseil.
  • 11:30 - 11:34
    Ensuite, j'ai fait des recherches
    sur les avantages stratégiques
  • 11:34 - 11:35
    de demander conseil.
  • 11:36 - 11:38
    Et enfin, ça a quand même fonctionné !
  • 11:39 - 11:40
    Je me suis mis à leur place,
  • 11:40 - 11:42
    Je leur ai porté attention,
  • 11:42 - 11:46
    je leur ai été attentif,
    car ils m'ont demandé conseil.
  • 11:46 - 11:50
    Un autre cas de figure où
    nous nous sentons libres de nous exprimer,
  • 11:50 - 11:52
    lorsque nous sommes
    experts du sujet.
  • 11:52 - 11:54
    Cette expertise nous donne
    de la crédibilité.
  • 11:55 - 11:58
    Quand nous sommes en position de pouvoir,
    nous en avons déjà ;
  • 11:58 - 11:59
    il nous faut des preuves solides.
  • 12:00 - 12:03
    Si nous manquons de pouvoir,
    nous ne pouvons être crédibles ;
  • 12:03 - 12:05
    il nous faut donc des preuves en béton.
  • 12:05 - 12:09
    Une des façons de devenir un expert
  • 12:09 - 12:11
    est de suivre ses passions.
  • 12:12 - 12:16
    J'aimerais qu'au cours des prochains jours
    vous ailliez tous voir un de vos amis
  • 12:16 - 12:17
    pour lui demander :
  • 12:17 - 12:20
    « J'aimerais que tu me
    décrives ta passion. »
  • 12:21 - 12:23
    J'ai effectué cet exercice
    avec des gens de partout,
  • 12:23 - 12:25
    je leur ai demandé :
  • 12:25 - 12:27
    « Que remarquez-vous chez votre collègue
  • 12:27 - 12:29
    lorsqu'il vous parle de sa passion ? »
  • 12:29 - 12:31
    Ils m'ont tous répondu la même chose :
  • 12:31 - 12:33
    « Leurs yeux s'illuminent. »
  • 12:33 - 12:36
    « Ils affichent un grand sourire. »
  • 12:36 - 12:37
    « Ils gesticulent avec leurs mains
  • 12:37 - 12:40
    au point où je dois essayer
    de me protéger. »
  • 12:40 - 12:42
    « Leur débit est rapide
    et leur voix est aiguë. »
  • 12:42 - 12:43
    (Rires)
  • 12:43 - 12:46
    « Ils s'approchent,
    comme pour me dire un secret. »
  • 12:46 - 12:47
    Je leur demande alors :
  • 12:47 - 12:50
    « Que vous arrive-t-il en
    entendant parler de leur passion ? »
  • 12:50 - 12:53
    Ils me répondent :
    « mes yeux s'illuminent.
  • 12:53 - 12:54
    J'ai souri.
  • 12:54 - 12:55
    Je me suis approché. »
  • 12:55 - 12:57
    Lorsque nous suivons notre passion,
  • 12:57 - 13:01
    nous nous donnons le courage
    et le droit de nous exprimer,
  • 13:01 - 13:04
    mais en plus, les autres
    nous le permettent.
  • 13:05 - 13:10
    Cela fonctionne même
    lorsque nous passons pour trop faibles.
  • 13:11 - 13:15
    Autant les femmes que les hommes sont
    stigmatisés au travail s'ils pleurent.
  • 13:15 - 13:22
    Mais Lizzie Wolf a démontré que si nos
    émotions passaient pour de la passion,
  • 13:22 - 13:28
    on nous pardonnerait nos larmes,
    qu'on soit un homme ou une femme.
  • 13:29 - 13:32
    J'aimerais conclure sur une parole
    de mon défunt père,
  • 13:32 - 13:34
    prononcée au mariage
    de mon frère jumeau.
  • 13:35 - 13:36
    Voici une photo de nous.
  • 13:38 - 13:40
    Mon père était psychologue, comme moi,
  • 13:40 - 13:44
    mais sa vraie passion était le cinéma,
  • 13:44 - 13:45
    comme mon frère.
  • 13:45 - 13:47
    D'où le discours qu'il avait rédigé
    pour l'occasion
  • 13:48 - 13:51
    et qui parlait du rôle des personnes
    dans la comédie humaine.
  • 13:51 - 13:53
    Il a dit : « Plus on y va doucement,
  • 13:53 - 13:57
    plus on peut améliorer
    et enrichir sa performance.
  • 13:57 - 14:01
    Les personnes qui acceptent leur rôle
    et s'affairent à s'améliorer
  • 14:02 - 14:05
    grandissent, changent et se développent.
  • 14:05 - 14:06
    Jouez-le avec coeur,
  • 14:06 - 14:08
    et vos journées se rempliront
    de bonheur. »
  • 14:09 - 14:11
    Il voulait essentiellement dire
  • 14:11 - 14:14
    que tout le monde possède un rôle et
    des limites différentes dans ce monde.
  • 14:15 - 14:19
    Son discours contenait
    les grandes lignes de ma présentation :
  • 14:19 - 14:24
    les rôles et les limites s'étendent
    et évoluent constamment.
  • 14:25 - 14:27
    Alors, le moment venu,
  • 14:27 - 14:29
    devenez une féroce maman ourse
  • 14:29 - 14:31
    et une humble personne
    en quête de conseils.
  • 14:32 - 14:36
    Trouvez des preuves et de précieux alliés.
  • 14:36 - 14:38
    Mettez-vous avec passion
    à la place des autres.
  • 14:39 - 14:40
    Si vous utilisez bien mes trucs,
  • 14:41 - 14:44
    -- et tout le monde en est capable --
  • 14:44 - 14:48
    vous repousserez vos limites en matière
    de comportements acceptables,
  • 14:48 - 14:51
    et vos journées se rempliront de bonheur.
  • 14:52 - 14:53
    Merci.
  • 14:53 - 14:56
    (Applaudissements)
Title:
Osez vous exprimer.
Speaker:
Adam Galinsky
Description:

Il est parfois difficile de s'exprimer, même lorsque c'est nécessaire. Apprenez à faire preuve d'assurance, à tirer profit de situations sociales complexes et à augmenter votre pouvoir grâce aux sages conseils du psychologue social Adam Galinsky.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
15:08
  • Hello, TEDx version of this talk is available in this link:
    http://www.amara.org/en/teams/ted/tasks/?team_video=414443
    If you are translating or have translated this talk, please consider taking the TEDx version as well.

French (Canada) subtitles

Revisions