Return to Video

Pour qui le reste du monde voterait-il lors de l'élection de votre pays ?

  • 0:00 - 0:02
    Comme vous le savez,
  • 0:02 - 0:04
    le résultat des récentes élections
    est le suivant :
  • 0:05 - 0:08
    Hillary Clinton, la candidate démocrate
  • 0:08 - 0:10
    a remporté une victoire écrasante
  • 0:10 - 0:12
    avec 52% des votes.
  • 0:13 - 0:15
    Jill Stein, la candidate des Verts
  • 0:15 - 0:17
    est arrivée deuxième,
    loin derrière, avec 19%.
  • 0:18 - 0:21
    Donald J. Trump, le candidat républicain,
  • 0:21 - 0:23
    était juste derrière elle avec 14%
  • 0:24 - 0:27
    et les votes restants étaient partagés
    entre les abstentions
  • 0:27 - 0:30
    et Gary Johnson, le candidat libertaire.
  • 0:33 - 0:35
    (Rires)
  • 0:35 - 0:39
    Selon vous, dans quel univers parallèle
    est-ce que je vis ?
  • 0:41 - 0:43
    Je ne vis pas dans un univers parallèle.
  • 0:43 - 0:46
    Je vis dans ce monde
    et c'est ainsi que ce monde a voté.
  • 0:47 - 0:50
    Laissez-moi revenir en arrière
    et vous expliquer cela.
  • 0:51 - 0:52
    En juin cette année,
  • 0:52 - 0:54
    j'ai lancé une initiative :
    « Vote mondial ».
  • 0:55 - 0:58
    Vote mondial, c'est exactement
    ce que son nom indique.
  • 0:59 - 1:00
    Pour la première fois de l'histoire,
  • 1:00 - 1:03
    il laisse tout le monde,
    où que ce soit dans le monde,
  • 1:03 - 1:06
    voter aux élections d'autres pays.
  • 1:07 - 1:08
    Pourquoi feriez-vous cela ?
  • 1:09 - 1:11
    A quoi cela sert-il ?
  • 1:11 - 1:13
    Laissez-moi vous montrer
    ce à quoi cela ressemble.
  • 1:13 - 1:15
    Vous allez sur un site internet,
  • 1:16 - 1:17
    qui est plutôt beau,
  • 1:18 - 1:21
    puis vous choisissez une élection.
  • 1:21 - 1:23
    En voici quelques-unes
    que nous avons déjà couvertes.
  • 1:24 - 1:27
    Nous en faisons environ une par mois.
  • 1:27 - 1:30
    Vous pouvez voir la Bulgarie,
    les États-Unis d'Amérique,
  • 1:30 - 1:32
    le Secrétaire Général des Nations Unies,
  • 1:32 - 1:35
    le référendum du Brexit à la fin.
  • 1:35 - 1:38
    Vous choisissez l'élection
    qui vous intéresse
  • 1:38 - 1:41
    et vous choisissez les candidats.
  • 1:42 - 1:44
    Voici les candidats
    des récentes élections présidentielles
  • 1:44 - 1:48
    sur la petit île nation
    de São Tomé-et-Príncipe,
  • 1:48 - 1:50
    199 000 habitants
  • 1:50 - 1:51
    au large de l'Afrique.
  • 1:53 - 1:57
    Vous pouvez regarder un bref résumé
    sur chacun de ces candidats,
  • 1:57 - 2:00
    qui, je l'espère, est très neutre,
  • 2:00 - 2:02
    informatif et succinct.
  • 2:02 - 2:05
    Une fois trouvé
    celui que vous aimez, vous votez.
  • 2:06 - 2:07
    Voici les candidats
  • 2:07 - 2:10
    de la récente élection
    présidentielle islandaise
  • 2:10 - 2:12
    et voilà comment cela marche.
  • 2:13 - 2:18
    Pourquoi voudriez-vous voter
    aux élections d'un autre pays ?
  • 2:19 - 2:22
    La raison pour laquelle
    vous ne voudriez pas,
  • 2:22 - 2:23
    je vous rassure,
  • 2:23 - 2:27
    est d'interférer dans le processus
    démocratique d'un autre pays.
  • 2:27 - 2:29
    Ce n'est pas du tout l'objectif.
  • 2:29 - 2:30
    En fait, vous ne pouvez pas
  • 2:30 - 2:33
    car, en général,
    je ne publie les résultats
  • 2:33 - 2:36
    qu'après que l'électorat
    de chaque pays ait déjà voté,
  • 2:36 - 2:39
    afin de nous assurer de ne pas interférer.
  • 2:39 - 2:40
    Plus important que cela,
  • 2:40 - 2:42
    je ne m'intéresse pas
  • 2:42 - 2:44
    aux affaires intérieures
    de pays en particulier.
  • 2:44 - 2:46
    Nous ne votons pas à ce sujet.
  • 2:47 - 2:51
    Ce que Donald J. Trump ou Hillary Clinton
    ont proposé de faire pour les Américains
  • 2:51 - 2:53
    n'est pas vos affaires.
  • 2:53 - 2:56
    Seuls les Américains
    peuvent voter à ce sujet.
  • 2:56 - 2:59
    Dans le vote mondial, vous ne considérez
    qu'un aspect des élections :
  • 2:59 - 3:03
    que vont faire ces dirigeants pour nous,
    ne vivant pas dans ce pays ?
  • 3:03 - 3:06
    C'est très important car nous vivons,
  • 3:06 - 3:09
    vous devez en avoir marre de l'entendre,
  • 3:09 - 3:13
    dans un monde mondialisé, hyper connecté,
    extrêmement interdépendant
  • 3:14 - 3:17
    où les décisions politiques
    prises dans d'autres pays
  • 3:17 - 3:19
    peuvent influencer et
    influenceront notre vie
  • 3:19 - 3:21
    peu importe qui nous sommes
    et où nous vivons.
  • 3:22 - 3:24
    Comme les ailes du papillon
  • 3:24 - 3:27
    battant d'un côté du Pacifique
  • 3:27 - 3:30
    peuvent apparemment déclencher
    un ouragan de l'autre côté,
  • 3:30 - 3:33
    il en est de même du monde
    dans lequel nous vivons
  • 3:33 - 3:35
    et du monde de la politique.
  • 3:35 - 3:37
    Il n'y a plus de ligne de démarcation
  • 3:37 - 3:40
    entre les affaires
    internes et internationales.
  • 3:40 - 3:42
    Tout pays, peu importe sa taille,
  • 3:42 - 3:44
    même si c'est São Tomé-et-Príncipe,
  • 3:44 - 3:47
    pourrait être à l'origine
    du prochain Nelson Mandela
  • 3:47 - 3:48
    ou du prochain Staline.
  • 3:50 - 3:52
    Il pourrait polluer
    l'atmosphère et les océans,
  • 3:52 - 3:54
    qui nous appartiennent à tous,
  • 3:54 - 3:57
    ou se montrer responsable
    et tous nous aider.
  • 3:58 - 4:01
    Pourtant, le système est si bizarre
  • 4:01 - 4:04
    car le système n'a pas rattrapé son retard
    sur cette réalité mondialisée.
  • 4:04 - 4:08
    Seuls un petit nombre de gens
    peuvent voter pour ces dirigeants,
  • 4:08 - 4:10
    même si leur influence est énorme
  • 4:10 - 4:11
    et presque universelle.
  • 4:12 - 4:13
    Quel est ce nombre ?
  • 4:13 - 4:16
    140 millions d'Américains ont voté
  • 4:16 - 4:18
    pour le prochain président des États-Unis
  • 4:18 - 4:21
    et pourtant, comme nous le savons tous,
    dans quelques semaines,
  • 4:21 - 4:24
    quelqu'un confiera les codes
    de lancement nucléaire
  • 4:24 - 4:25
    à Donald J. Trump.
  • 4:26 - 4:29
    Si cela ne peut pas
    potentiellement tous nous influencer,
  • 4:29 - 4:30
    j'ignore ce qui le pourrait.
  • 4:31 - 4:36
    De façon similaire, l'élection
    pour le référendum sur le Brexit,
  • 4:37 - 4:41
    quelques millions de Britanniques
    ont voté pour cela,
  • 4:41 - 4:43
    mais le résultat du vote, quel qu'il soit,
  • 4:43 - 4:45
    aurait significativement influencé
  • 4:45 - 4:49
    la vie de dizaines, centaines de millions
    de gens à travers le monde.
  • 4:50 - 4:52
    Mais seul un petit nombre pouvait voter.
  • 4:52 - 4:54
    Quel genre de démocratie est-ce ?
  • 4:55 - 4:56
    Des décisions nous affectant tous
  • 4:56 - 5:00
    sont prises par un nombre
    relativement faible de personnes.
  • 5:00 - 5:02
    Je ne sais pas pour vous,
  • 5:02 - 5:04
    mais cela ne me semble pas
    très démocratique.
  • 5:04 - 5:06
    J'essaye de résoudre cela.
  • 5:06 - 5:09
    Comme je l'ai dit, il n'y a pas
    de questions sur les affaires internes.
  • 5:10 - 5:13
    En fait, je ne pose que deux questions
    à tous les candidats.
  • 5:13 - 5:15
    Je leur envoie les deux
    mêmes questions à chaque fois.
  • 5:15 - 5:17
    Je dis, un :
  • 5:17 - 5:20
    « Si vous êtes élu,
    qu'allez-vous faire pour nous,
  • 5:20 - 5:23
    le reste des 7 milliards de personnes
    vivant sur cette planète ? »
  • 5:23 - 5:25
    Deuxième question :
  • 5:25 - 5:28
    « Quelle est votre vision pour l'avenir
    de votre pays dans le monde ?
  • 5:28 - 5:30
    Quel rôle le voyez-vous jouer ? »
  • 5:31 - 5:33
    J'envoie ces questions
    à tous les candidats.
  • 5:33 - 5:36
    Ne vous méprenez pas,
    ils ne répondent pas tous.
  • 5:36 - 5:37
    Si vous êtes sur le point
  • 5:37 - 5:40
    de devenir le prochain
    président des États-Unis,
  • 5:40 - 5:42
    vous êtes probablement occupé
    la plupart du temps,
  • 5:42 - 5:45
    je ne suis donc pas surpris
    qu'ils ne répondent pas tous,
  • 5:45 - 5:46
    mais beaucoup répondent.
  • 5:46 - 5:48
    De plus en plus.
  • 5:48 - 5:50
    Certains font bien plus que répondre.
  • 5:50 - 5:54
    Certains répondent de la façon la plus
    enthousiaste et passionnante possible.
  • 5:54 - 5:57
    Je voudrais dire un mot
    pour Saviour Chishimba,
  • 5:57 - 5:58
    qui était l'un des candidats
  • 5:58 - 6:00
    de la récente élection
    présidentielle en Zambie.
  • 6:00 - 6:05
    Sa réponse à ces deux questions
    était une dissertation de 18 pages
  • 6:05 - 6:09
    sur ses idées du rôle potentiel
    de la Zambie dans le monde
  • 6:09 - 6:11
    et dans la communauté internationale.
  • 6:11 - 6:13
    Elle est en ligne,
    tout le monde peut la lire.
  • 6:14 - 6:16
    Saviour a gagné le vote mondial
  • 6:17 - 6:19
    mais n'a pas gagné l'élection zambienne.
  • 6:19 - 6:21
    Je me suis demandé :
  • 6:21 - 6:24
    que vais-je faire de cet extraordinaire
    groupe de personnes ?
  • 6:24 - 6:27
    J'ai ici des gens géniaux
    qui ont gagné le vote mondial.
  • 6:27 - 6:28
    D'ailleurs, nous avons toujours tort.
  • 6:28 - 6:29
    Celui que nous élisons
  • 6:30 - 6:32
    n'est jamais la personne élue
    par l'électorat national.
  • 6:34 - 6:37
    Peut-être en partie
    car nous choisissions toujours la femme.
  • 6:37 - 6:40
    Je pense que c'est aussi un signe
  • 6:40 - 6:43
    que l'électorat national
    a encore une vision très nationale.
  • 6:43 - 6:45
    Il est encore tourné vers l'intérieur.
  • 6:45 - 6:49
    Il se demande encore :
    « Qu'ai-je à y gagner ? »,
  • 6:49 - 6:51
    alors qu'il devrait demander :
  • 6:51 - 6:53
    « Qu'avons-nous à y gagner ? »
  • 6:54 - 6:55
    Alors voilà.
  • 6:55 - 6:57
    Si vous avez des suggestions,
    pas maintenant,
  • 6:57 - 6:59
    envoyez-moi un mail si vous avez une idée
  • 6:59 - 7:03
    de quoi faire avec cette équipe géniale
    de glorieux perdants.
  • 7:03 - 7:04
    (Rires)
  • 7:04 - 7:06
    Nous avons Saviour Chishimba,
    j'en ai parlé.
  • 7:06 - 7:08
    Nous avons Halla Tómasdóttir,
  • 7:08 - 7:11
    qui a fini deuxième à l'élection
    présidentielle islandaise.
  • 7:11 - 7:13
    Beaucoup ont vu sa superbe
    intervention à TEDWomen,
  • 7:13 - 7:15
    il a quelques semaines,
  • 7:15 - 7:18
    où elle a parlé du besoin
    d'avoir plus de femmes en politique.
  • 7:18 - 7:21
    Nous avons Maria das Neves
    de São Tomé-et-Príncipe.
  • 7:22 - 7:23
    Nous avons Hillary Clinton.
  • 7:23 - 7:25
    Je ne sais pas si elle est disponible.
  • 7:25 - 7:26
    Nous avons Jill Stein.
  • 7:27 - 7:30
    Nous avons aussi couvert l'élection
  • 7:30 - 7:33
    du futur Secrétaire Général
    des Nations Unies.
  • 7:33 - 7:36
    Nous avons l'ancien
    Premier Ministre néo-zélandais
  • 7:36 - 7:38
    qui serait un super membre de l'équipe.
  • 7:38 - 7:39
    Peut-être que ces gens,
  • 7:39 - 7:42
    le club des glorieux perdants,
    pourrait voyager
  • 7:42 - 7:43
    là où il y a une élection
  • 7:43 - 7:47
    et rappeler aux gens
    la nécessité de notre ère moderne
  • 7:47 - 7:48
    à regarder vers l'extérieur
  • 7:48 - 7:51
    et réfléchir aux conséquences
    internationales.
  • 7:52 - 7:54
    Quelle est la suite pour le vote mondial ?
  • 7:54 - 7:56
    Évidemment,
  • 7:56 - 8:01
    le spectacle de Donald et Hillary
    est un peu difficile à suivre
  • 8:01 - 8:04
    mais il y a d'autres
    élections importantes à venir.
  • 8:04 - 8:05
    En fait, elles semblent se multiplier.
  • 8:05 - 8:09
    Quelque chose se passe dans le monde.
  • 8:09 - 8:12
    La nouvelle vague d'élections
    est d'importance cruciale.
  • 8:13 - 8:15
    Dans quelques jours,
  • 8:15 - 8:18
    l'élection présidentielle
    autrichienne reprend,
  • 8:18 - 8:20
    avec l'éventualité de Norbert Hofer,
  • 8:20 - 8:24
    qui deviendrait le premier chef d’État
    d'extrême-droite en Europe
  • 8:24 - 8:26
    depuis la deuxième guerre mondiale.
  • 8:26 - 8:29
    L'année prochaine,
    il y a l'Allemagne, la France,
  • 8:29 - 8:31
    les élections présidentielles en Iran
  • 8:31 - 8:32
    et une dizaine d'autres.
  • 8:33 - 8:35
    Cela ne perd pas en importance.
  • 8:35 - 8:37
    Cela gagne en importance.
  • 8:38 - 8:42
    Le vote mondial n'est pas
    un projet indépendant.
  • 8:42 - 8:44
    Il n'est pas là, tout seul comme ça.
  • 8:45 - 8:46
    Il y a un contexte.
  • 8:46 - 8:50
    Il fait partie d'un projet
    que j'ai lancé en 2014
  • 8:50 - 8:52
    que j'appelle « le bon pays ».
  • 8:52 - 8:55
    L'idée du bon pays est très simple.
  • 8:56 - 8:59
    C'est mon simple diagnostic
    de ce qui va mal dans le monde
  • 8:59 - 9:01
    et comment y remédier.
  • 9:02 - 9:04
    J'ai déjà évoqué
    ce qui allait mal dans le monde.
  • 9:04 - 9:07
    Nous faisons face à un nombre
    gigantesque et croissant
  • 9:07 - 9:10
    d'immenses défis existentiels mondiaux :
  • 9:10 - 9:13
    le changement climatique,
    les violations des droits de l'Homme,
  • 9:13 - 9:15
    la migration en masse, le terrorisme,
  • 9:15 - 9:18
    le chaos économique,
    la prolifération des armes.
  • 9:18 - 9:21
    Tous ces problèmes
    qui menacent de nous éliminer
  • 9:21 - 9:23
    sont, du fait de leur nature, mondialisés.
  • 9:23 - 9:28
    Aucun pays individuel n'a la capacité
    de les régler seul.
  • 9:29 - 9:30
    Évidemment,
  • 9:31 - 9:34
    en tant que nations,
    nous devons coopérer et collaborer
  • 9:34 - 9:36
    si nous voulons résoudre ces problèmes.
  • 9:37 - 9:39
    C'est évident mais nous ne le faisons pas.
  • 9:40 - 9:42
    Nous ne le faisons pas assez souvent.
  • 9:43 - 9:46
    La plupart du temps,
    les pays continuent à se comporter
  • 9:46 - 9:51
    comme des tribus ennemies, égoïstes,
    se battant les unes contre les autres,
  • 9:51 - 9:54
    comme ils l'ont fait
    depuis l'invention de l'état-nation,
  • 9:54 - 9:55
    il a des siècles.
  • 9:55 - 9:57
    Cela doit changer.
  • 9:57 - 10:01
    Ce n'est pas un changement
    de système politique ou d'idéologie.
  • 10:01 - 10:03
    C'est un changement culturel.
  • 10:03 - 10:05
    Nous devons tous comprendre
  • 10:06 - 10:10
    qu'être tournés vers l'intérieur n'est pas
    la solution aux problèmes mondiaux.
  • 10:10 - 10:14
    Nous devons apprendre à coopérer
    et collaborer beaucoup plus
  • 10:14 - 10:16
    et à un peu moins nous concurrencer.
  • 10:17 - 10:20
    Sinon, les choses vont continuer à empirer
  • 10:20 - 10:23
    bien plus vite et bien plus
    que nous ne le pensons.
  • 10:24 - 10:26
    Ce changement ne se produira
  • 10:26 - 10:27
    que si nous, personnes ordinaires,
  • 10:27 - 10:30
    disons à nos politiciens
    que les choses ont changé.
  • 10:30 - 10:33
    Nous devons leur dire
    que la culture a changé.
  • 10:33 - 10:35
    Nous devons leur dire
    qu'ils ont un nouveau mandat.
  • 10:35 - 10:38
    L'ancien mandat était simple et unique :
  • 10:38 - 10:41
    si vous êtes en position
    de pouvoir, d'autorité,
  • 10:41 - 10:44
    vous êtes responsable de votre peuple
    et de votre petit bout de territoire
  • 10:44 - 10:45
    et c'est tout.
  • 10:45 - 10:48
    Et si pour faire ce qui est le mieux
    pour votre peuple,
  • 10:48 - 10:51
    vous entubez tous les autres
    sur la planète, c'est encore mieux.
  • 10:51 - 10:53
    C'est considéré un peu macho.
  • 10:53 - 10:56
    Aujourd'hui, tous ceux
    en position de pouvoir, de responsabilité
  • 10:56 - 10:58
    ont un double mandat :
  • 10:58 - 11:01
    si vous êtes en position
    de pouvoir, de responsabilité,
  • 11:01 - 11:03
    vous êtes responsable de votre peuple
  • 11:03 - 11:06
    et de tout homme, femme, enfant,
    animal sur la planète.
  • 11:07 - 11:10
    Vous êtes responsable
    de votre bout de territoire
  • 11:10 - 11:13
    et de tout kilomètre carré
    à la surface de la Terre
  • 11:13 - 11:15
    et de l'atmosphère au-dessus.
  • 11:15 - 11:18
    Si cela ne vous plaît pas,
    vous ne devriez pas être au pouvoir.
  • 11:18 - 11:20
    Pour moi, cela est la règle
    de l'ère moderne
  • 11:20 - 11:24
    et c'est le message que nous devons
    transmettre à nos politiciens,
  • 11:24 - 11:27
    leur montrer que c'est ainsi
    que l'on fait ces jours-ci.
  • 11:27 - 11:29
    Autrement, nous sommes tous foutus.
  • 11:30 - 11:32
    Je n'ai aucun problème
  • 11:32 - 11:35
    avec le credo de Donald Trump :
    « L'Amérique d'abord ».
  • 11:35 - 11:37
    Il me semble que cela est
    une banale énonciation
  • 11:37 - 11:40
    de ce que les politiciens
    ont toujours et devraient toujours faire.
  • 11:40 - 11:44
    Bien sûr, ils sont élus pour représenter
    les intérêts de leur peuple.
  • 11:44 - 11:47
    Ce que je trouve si ennuyeux, dépassé
  • 11:47 - 11:50
    et sans imagination est sa vision disant
  • 11:50 - 11:53
    que si l'Amérique est première,
    tous les autres sont derniers,
  • 11:54 - 11:58
    que pour rendre sa grandeur à l'Amérique
    il faut rendre les autres pays petits
  • 11:58 - 12:00
    et ce n'est pas vrai.
  • 12:01 - 12:04
    Les 20 dernières années,
    en tant que conseiller politique,
  • 12:04 - 12:07
    j'ai vu des centaines
    d'exemples de politiques
  • 12:07 - 12:11
    qui harmonisent les besoins
    internationaux et nationaux
  • 12:11 - 12:13
    et ce sont de meilleures politiques.
  • 12:13 - 12:16
    Je ne demande pas aux nations
    d'être altruistes ou pleines d'abnégation,
  • 12:16 - 12:18
    cela serait ridicule.
  • 12:18 - 12:19
    Aucune nation ne le devrait.
  • 12:20 - 12:22
    Je leur demande
    de se réveiller et comprendre
  • 12:22 - 12:25
    qu'il nous faut une nouvelle forme
    de gouvernance qui est possible
  • 12:26 - 12:27
    et qui harmonise ces deux besoins,
  • 12:27 - 12:31
    ce bien pour votre peuple
    et ce bien pour tous les autres.
  • 12:32 - 12:34
    Depuis les élections
    américaines et le Brexit,
  • 12:34 - 12:36
    il m'apparaît de plus en plus évident
  • 12:36 - 12:39
    que ces vieilles distinctions
    entre la gauche et la droite
  • 12:39 - 12:40
    n'ont plus de sens.
  • 12:40 - 12:42
    Elles ne correspondent pas au modèle.
  • 12:43 - 12:45
    Ce qui semble compter aujourd'hui
  • 12:45 - 12:47
    est très simple,
  • 12:47 - 12:49
    que votre vision du monde soit
  • 12:49 - 12:53
    d'être tourné vers l'intérieur
    et le passé pour trouver du réconfort
  • 12:53 - 12:55
    ou que, comme moi,
  • 12:55 - 12:58
    être tourné vers le futur
    et l'extérieur vous donne espoir.
  • 12:58 - 13:00
    C'est la nouvelle politique.
  • 13:00 - 13:03
    C'est la nouvelle division
    qui sépare le monde en plein milieu.
  • 13:05 - 13:08
    Cela peut sembler être un jugement
    mais ce n'est pas l'objectif.
  • 13:08 - 13:10
    Ce n'est pas que je ne comprends pas
  • 13:10 - 13:12
    pourquoi tant de gens
    trouvent du réconfort
  • 13:12 - 13:15
    à être tournés vers l'intérieur
    et vers le passé.
  • 13:15 - 13:17
    Quand les temps sont durs,
    que vous n'avez pas d'argent,
  • 13:17 - 13:19
    que vous êtes fragile et vulnérable,
  • 13:19 - 13:22
    se tourner vers l'intérieur est naturel,
  • 13:22 - 13:24
    penser à vos besoins
  • 13:24 - 13:26
    et ignorer ceux des autres,
  • 13:26 - 13:30
    peut-être imaginer
    que le passé était meilleur
  • 13:30 - 13:32
    que le présent ou le futur pourrait être.
  • 13:33 - 13:35
    Mais je crois que c'est une impasse.
  • 13:35 - 13:37
    L'histoire nous montre
    que c'est une impasse.
  • 13:37 - 13:40
    Quand on se tourne
    vers l'intérieur, le passé,
  • 13:40 - 13:41
    le progrès humain s'inverse
  • 13:41 - 13:45
    et les choses empirent
    rapidement pour tous.
  • 13:47 - 13:48
    Si vous êtes comme moi
  • 13:48 - 13:51
    et croyez à l'avant et l'extérieur,
  • 13:51 - 13:56
    que la meilleure chose
    dans l'humanité est la diversité,
  • 13:56 - 13:58
    que la meilleure chose
    dans la mondialisation
  • 13:58 - 14:03
    est qu'elle stimule cette diversité,
    ce mélange culturel,
  • 14:03 - 14:06
    pour créer quelque chose de plus
    créatif, passionnant, productif
  • 14:06 - 14:09
    que ce qui a déjà existé
    au cours de l'histoire humaine,
  • 14:09 - 14:11
    alors, mes amis,
    nous avons du pain sur la planche
  • 14:12 - 14:15
    car la brigade de l'intérieur et du passé
  • 14:15 - 14:18
    se rassemble comme jamais auparavant.
  • 14:18 - 14:20
    Cette croyance en l'intérieur, le passé,
  • 14:20 - 14:22
    cette peur, cette anxiété,
  • 14:23 - 14:25
    qui joue sur nos instincts primaires
  • 14:25 - 14:27
    se répand à travers le monde.
  • 14:27 - 14:29
    Ceux d'entre nous qui croient,
  • 14:29 - 14:32
    comme moi, en l'avant et l'extérieur,
  • 14:32 - 14:34
    nous devons nous organiser
  • 14:35 - 14:39
    car le temps presse.
  • 14:40 - 14:41
    Merci.
  • 14:41 - 14:43
    (Applaudissements)
Title:
Pour qui le reste du monde voterait-il lors de l'élection de votre pays ?
Speaker:
Simon Anholt
Description:

Vous aimeriez pouvoir voter à l'élection d'un autre pays ? Simon Anholt inaugure « Vote mondial », une plateforme en ligne qui laisse tout le monde, partout dans le monde, « voter » aux élections de n'importe quel autre pays dans le monde (et les résultats sont surprenants).

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
14:55

French subtitles

Revisions