Return to Video

Être jeune et avoir de l'influence

  • 0:01 - 0:04
    Ma mère est une Afro-Américaine forte
  • 0:04 - 0:08
    qui a élevé ses enfants pour qu'ils aient
    le même sens de fierté et de force.
  • 0:08 - 0:11
    Cet esprit s'incarnait
    sur un unique mur
  • 0:11 - 0:14
    dans notre deux pièces
    du sud de Chicago.
  • 0:14 - 0:16
    Deux photos étaient au mur :
  • 0:16 - 0:19
    une, plus vraie que nature,
    de mes frères et sœurs et moi
  • 0:19 - 0:20
    et l'autre, une photo de ma mère
  • 0:20 - 0:22
    à l'âge de 12 ans
  • 0:22 - 0:24
    qui fixait Dr Martin Luther King Jr.
    droit dans les yeux.
  • 0:26 - 0:29
    Quand j'étais plus jeune,
    je me mettais sur la pointe des pieds,
  • 0:29 - 0:30
    fixais cette photo,
  • 0:30 - 0:33
    fermais les yeux
    et prétendais que c'était moi
  • 0:33 - 0:34
    qui contemplait l'homme
  • 0:34 - 0:37
    qui avait révolutionné
    le mouvement des droits civiques,
  • 0:37 - 0:39
    marché sur Washington
    et transformé toute une génération
  • 0:39 - 0:41
    avec ses mots : « I have a dream ».
  • 0:42 - 0:43
    J'ai vraiment pu le rencontrer.
  • 0:43 - 0:45
    Je n'ai pas rencontré le docteur King,
  • 0:45 - 0:48
    mais j'ai rencontré
    le docteur Vincent Harding.
  • 0:48 - 0:50
    Il a travaillé avec King dès le début
  • 0:50 - 0:53
    et a écrit certains
    de ses discours les plus marquants.
  • 0:54 - 0:56
    Quand j'étais petite, c'était un moment
    important pour moi
  • 0:56 - 0:59
    car c'était la première fois
    que je réalisais
  • 0:59 - 1:01
    que King n'était pas seul
    à mener cette révolution
  • 1:01 - 1:03
    et qu'en réalité, il était entouré
    d'un mouvement entier
  • 1:03 - 1:06
    d'anonymes extraordinaires.
  • 1:07 - 1:11
    Les anonymes extraordinaires
    travaillent par altruisme et sans relâche
  • 1:11 - 1:13
    pour défendre ce en quoi ils croient.
  • 1:13 - 1:15
    Des personnes motivées
    par leurs convictions
  • 1:15 - 1:16
    et non la reconnaissance.
  • 1:16 - 1:19
    Il m'a fallu longtemps pour réaliser
    l'importance de ce moment,
  • 1:19 - 1:20
    que je sois plus âgée.
  • 1:20 - 1:22
    Je l'ai dit, j'ai grandi à Chicago.
  • 1:22 - 1:24
    J'ai grandi dans un quartier
    difficile et pauvre
  • 1:24 - 1:26
    mais ça m'était égal quand j'étais jeune
  • 1:26 - 1:29
    parce que j'ai vraiment la famille
    la plus incroyable du monde.
  • 1:29 - 1:32
    En grandissant, j'ai eu du mal
    avec deux choses :
  • 1:32 - 1:35
    d'abord, mon père
    a été malade toute ma vie.
  • 1:35 - 1:37
    Il a la maladie de Parkinson
    et une pancréatite
  • 1:37 - 1:41
    et enfant, c'était vraiment
    dur pour moi de regarder mon héros
  • 1:41 - 1:42
    souffrir autant.
  • 1:43 - 1:45
    Et mon autre problème c'était moi.
  • 1:45 - 1:47
    On peut dire
    que j'ai eu une crise d'identité.
  • 1:48 - 1:50
    J'ai dû déménager quatre fois
    pendant le lycée
  • 1:50 - 1:53
    et ma première année,
    j'étais dans un lycée extrêmement raciste.
  • 1:53 - 1:55
    Les enfants étaient si cruels :
  • 1:55 - 1:56
    écrivant des lettres haineuses,
  • 1:56 - 1:58
    des choses terribles sur nos casiers
  • 1:58 - 2:00
    et, car je suis métisse, ils me disaient :
  • 2:00 - 2:02
    « Tu n'es pas les deux.
    Tu dois choisir : noir ou blanc. »
  • 2:02 - 2:04
    Au final, les deux me déplaisaient.
  • 2:05 - 2:08
    Et tout d'un coup,
    me voilà en terminale, en 2008
  • 2:08 - 2:11
    et être métisse
    était la nouvelle tendance.
  • 2:11 - 2:14
    C'était : « Oh, Natalie.
    Là on peut t’apprécier, t'es belle. »
  • 2:14 - 2:17
    Je n'en pouvais plus de me soucier
    de ce que les autres pensaient
  • 2:17 - 2:19
    et voulais juste faire mon possible
  • 2:19 - 2:22
    pour en finir avec mes cours,
    peu importe l'université où j'irais,
  • 2:22 - 2:23
    et obtenir un diplôme.
  • 2:23 - 2:26
    Enfin, à 17 ans,
  • 2:26 - 2:28
    j'ai vu un film intitulé
    « Invisible Children »
  • 2:28 - 2:30
    et quelque chose a changé.
  • 2:31 - 2:33
    Des enfants soldats.
  • 2:33 - 2:35
    Des enfants aussi jeunes
    que mes neveux
  • 2:35 - 2:39
    qu'on kidnappe, à qui on donne
    un AK47 et qu'on force à tuer,
  • 2:39 - 2:42
    pas n'importe qui, souvent on les force
    à tuer leurs propres parents,
  • 2:42 - 2:44
    leurs propres frères et sœurs.
  • 2:44 - 2:47
    Une armée rebelle
    qui commettait des carnages
  • 2:47 - 2:50
    sans raison politique
    ou religieuse - juste comme ça.
  • 2:51 - 2:52
    25 ans.
  • 2:53 - 2:56
    Cela fait 25 ans que ce conflit perdure.
  • 2:56 - 2:57
    J'ai 20 ans,
  • 2:57 - 3:00
    donc ce conflit
    a cinq ans de plus que moi.
  • 3:00 - 3:02
    Un homme,
  • 3:02 - 3:05
    un seul homme à la voix charismatique
  • 3:05 - 3:07
    est à l'origine de tout cela.
  • 3:07 - 3:08
    Son nom est Joseph Kony.
  • 3:10 - 3:12
    Avec ce film,
    il s'est passé quelque chose.
  • 3:12 - 3:14
    Quelque chose a remué à l’intérieur de moi
  • 3:14 - 3:16
    et je ne savais pas exactement quoi.
  • 3:16 - 3:18
    J'ignorais si c'était
    de la rage, de la pitié,
  • 3:18 - 3:20
    de la culpabilité
    car c'était la première fois
  • 3:20 - 3:23
    que j'entendais parler
    d'une guerre vieille de 25 ans.
  • 3:23 - 3:24
    Je n'avais pas de mot.
  • 3:24 - 3:27
    Cela m'a secouée
    et j'ai commencé à poser des questions :
  • 3:27 - 3:28
    que faire ?
  • 3:28 - 3:31
    Que peut faire
    une adolescente de 17 ans ?
  • 3:31 - 3:33
    Il doit bien y avoir quelque chose.
  • 3:33 - 3:35
    Et en effet il y avait quelque chose.
  • 3:35 - 3:38
    Les fondateurs et producteurs
    d'« Invisible Children »
  • 3:38 - 3:39
    ont parlé d'un projet de loi
  • 3:39 - 3:41
    et si on pouvait faire voter cette loi,
  • 3:41 - 3:44
    deux choses se produiraient :
    un, on arrêterait Joseph Kony
  • 3:44 - 3:46
    et les commandants
    en chef de son armée ;
  • 3:46 - 3:49
    deux, ça apporterait
    des fonds pour le redressement
  • 3:49 - 3:51
    de ces régions dévastées
    par 25 ans de guerre.
  • 3:51 - 3:53
    Alors j'ai dit : « OK, j'y vais,
  • 3:53 - 3:55
    je promets de faire mon possible
    pour que ça se fasse. »
  • 3:56 - 3:59
    Alors, avec 99 autres
    idéalistes comme moi,
  • 3:59 - 4:00
    âgés de 18 à 20 ans,
  • 4:00 - 4:03
    nous avons fait un stage à San Diego
    avec les « Invisible Children ».
  • 4:04 - 4:07
    J'ai décalé mon entrée à l'université,
    nous n'étions pas payés.
  • 4:07 - 4:10
    Vous pouvez me dire folle
    ou irresponsable, comme mes parents,
  • 4:10 - 4:13
    mais pour nous, ça aurait été
    pure folie de ne pas y aller.
  • 4:14 - 4:17
    Nous sentions tous l'urgence
    et nous ferions le nécessaire
  • 4:17 - 4:19
    pour faire voter cette loi.
  • 4:20 - 4:22
    On nous a assigné
    notre première mission :
  • 4:22 - 4:23
    planifier un événement :
  • 4:23 - 4:26
    « Au secours des enfants soldats
    de l'armée de Kony »
  • 4:26 - 4:28
    où les participants se rassembleraient
  • 4:28 - 4:30
    dans des centaines de villes
    dans le monde entier
  • 4:30 - 4:32
    jusqu'à ce qu'une célébrité
    ou un politicien
  • 4:32 - 4:35
    vienne et apporte son soutien
    à ces enfants soldats.
  • 4:35 - 4:37
    A cette étape, chaque ville
    était « sauvée ».
  • 4:38 - 4:41
    Mais nous ne quitterions pas les villes
    tant qu'on ne venait pas nous sauver.
  • 4:42 - 4:44
    On m'a donné Chicago et 9 autres villes.
  • 4:44 - 4:46
    Alors j'ai dit à mes patrons :
  • 4:46 - 4:49
    « Quitte à avoir des personnes connues,
    pourquoi pas la reine de la ruche ?
  • 4:49 - 4:51
    Pourquoi pas Oprah Winfrey ? »
  • 4:51 - 4:53
    Ils ont trouvé mon idée un peu idéaliste,
  • 4:53 - 4:55
    mais nous faisions les choses en grand.
  • 4:55 - 4:56
    Nous faisions l'impossible,
  • 4:56 - 4:59
    pourquoi ne pas tenter
    plus impossible encore ?
  • 4:59 - 5:01
    Nous avions de janvier
    à avril pour accomplir cette mission.
  • 5:02 - 5:05
    Voici le nombre d'heures passées
    sur la logistique :
  • 5:06 - 5:08
    obtention d'autorisations,
    ralliement des participants
  • 5:08 - 5:09
    et choix des lieux.
  • 5:11 - 5:13
    Voici le nombre de fois
    où j'ai été rejetée
  • 5:13 - 5:16
    par les agents des stars
    ou les secrétaires des politiciens.
  • 5:18 - 5:22
    Voici la somme que j'ai dépensée
    en RedBull et en soda light
  • 5:22 - 5:24
    afin de rester éveillée
    pendant cette période.
  • 5:24 - 5:25
    (Rires)
  • 5:25 - 5:27
    Vous pouvez me juger
    si vous le souhaitez.
  • 5:28 - 5:30
    C'est ma facture d'hôpital
    pour mon infection rénale
  • 5:30 - 5:34
    suite à une surconsommation
    de caféine à cause de cet événement.
  • 5:34 - 5:35
    (Rires)
  • 5:35 - 5:38
    Ce sont juste quelques-unes
    des choses ridicules faites
  • 5:38 - 5:39
    pour organiser cet événement.
  • 5:39 - 5:42
    Alors, le 21 avril est arrivé
    et l'événement a commencé.
  • 5:42 - 5:44
    100 villes de part le monde,
    elles étaient splendides
  • 5:45 - 5:48
    6 jours plus tard, toutes
    étaient sauvées, sauf une :
  • 5:48 - 5:49
    Chicago.
  • 5:49 - 5:52
    Alors, nous attendions dans la ville.
  • 5:52 - 5:54
    Des gens sont arrivés du monde entier,
  • 5:54 - 5:56
    de tout le pays pour nous soutenir
  • 5:56 - 5:58
    et ajouter leurs voix aux nôtres.
  • 5:58 - 5:59
    En enfin, le premier mai,
  • 5:59 - 6:01
    nous sommes allés au studio d'Oprah.
  • 6:01 - 6:03
    Nous avons attiré son attention.
  • 6:03 - 6:05
    C'est un extrait du film
    « Ensemble, nous sommes libres »
  • 6:05 - 6:07
    qui a suivi notre événement de sauvetage
  • 6:07 - 6:10
    ainsi que notre tentative
    pour avoir Oprah avec nous.
  • 6:11 - 6:13
    (Vidéo) Oprah Winfrey :
    A mon arrivée ce matin,
  • 6:13 - 6:14
    il y avait un énorme -
  • 6:14 - 6:16
    A votre arrivée,
    y avait-il un groupe dehors ?
  • 6:16 - 6:17
    Public : Oui.
  • 6:17 - 6:20
    OW : Ils demandaient
    à ce que je leur parle
  • 6:20 - 6:21
    juste 5 minutes.
  • 6:21 - 6:23
    Alors, je l'ai fait avec plaisir.
  • 6:23 - 6:26
    C'était un groupe qui s'appelait
    « Invisible Children ».
  • 6:26 - 6:28
    J'ai dit à ce groupe dehors
  • 6:28 - 6:32
    que je leur accorderais une minute
    pour défendre leur cause.
  • 6:32 - 6:34
    Homme dans la foule : Oprah,
    merci de nous avoir reçus.
  • 6:34 - 6:40
    En fait, ces gens-là
    ont vu l'histoire de 30 000 enfants
  • 6:40 - 6:44
    kidnappés par un chef rebelle
    du nom de Joseph Kony.
  • 6:44 - 6:45
    Ils étaient là par solidarité,
  • 6:46 - 6:49
    ils étaient là dehors depuis 6 jours.
  • 6:49 - 6:52
    Au début, ils étaient
    près de 100 000 dans le monde.
  • 6:52 - 6:54
    Maintenant ils ne sont que 500 ici
  • 6:54 - 6:57
    pour défendre leur cause
  • 6:57 - 7:00
    et que nous puissions faire cesser
    le plus long conflit armé en Afrique
  • 7:00 - 7:04
    et secourir ces enfants soldats
    en Afrique de l'Est.
  • 7:04 - 7:06
    Oprah, cette fille, Natalie,
  • 7:06 - 7:07
    elle a 18 ans.
  • 7:07 - 7:09
    Elle a été stagiaire pour nous,
  • 7:09 - 7:12
    elle nous a dit : « Mon but
    est d'avoir Oprah avec nous. »
  • 7:12 - 7:14
    Elle a réuni 2 000 personnes samedi
  • 7:14 - 7:16
    mais il a plu.
  • 7:16 - 7:18
    Elle est restée ici sous la pluie
    avec 50 personnes.
  • 7:18 - 7:21
    Quand ils ont su qu'elle était là,
    des centaines sont venus.
  • 7:21 - 7:23
    Ces gens viennent du Mexique, d'Australie.
  • 7:23 - 7:25
    Natalie a 18 ans.
  • 7:25 - 7:27
    Ne pensez pas que vous êtes trop jeunes.
  • 7:27 - 7:28
    Vous pouvez changer le monde.
  • 7:28 - 7:29
    Commencez maintenant.
  • 7:29 - 7:30
    Commencez aujourd'hui.
  • 7:30 - 7:33
    (Applaudissements)
  • 7:36 - 7:37
    Homme : Ça valait le coup ?
  • 7:37 - 7:40
    Foule : Oui !
  • 7:41 - 7:46
    Natalie ! Natalie ! Natalie !
  • 7:46 - 7:49
    (Musique)
  • 7:52 - 7:55
    Ensemble nous sommes libres !
    Ensemble nous sommes libres !
  • 8:00 - 8:05
    (Applaudissements)
  • 8:05 - 8:08
    Alors, vous pouvez vous imaginer
    que ce moment de ma vie,
  • 8:08 - 8:10
    cette apothéose a été extraordinaire.
  • 8:11 - 8:12
    C'était un moment génial,
  • 8:12 - 8:14
    j'étais la reine du monde.
  • 8:14 - 8:16
    10 millions de personnes
    regardent Oprah Winfrey.
  • 8:17 - 8:18
    Mais, avec du recul, ce n'était pas ça.
  • 8:18 - 8:19
    Ne vous méprenez pas.
  • 8:20 - 8:21
    Cela a été un moment génial.
  • 8:21 - 8:24
    J'ai eu une sacré photo de profil
    sur Facebook pendant 1 semaine.
  • 8:24 - 8:25
    (Rires)
  • 8:26 - 8:28
    Mais c'était extraordinaire
    sur toute la ligne
  • 8:28 - 8:29
    et je n'étais pas toute seule.
  • 8:29 - 8:32
    Même si c'est mon histoire
    qui est montrée sur ce film,
  • 8:32 - 8:34
    je n'étais qu'une stagiaire sur 100
  • 8:34 - 8:37
    qui ont bossé comme des dingues
    pour que ça soit possible.
  • 8:38 - 8:39
    J'étais dans les airs,
  • 8:39 - 8:41
    mais celui qui me porte sur ses épaules,
  • 8:41 - 8:42
    c'est mon meilleur ami.
  • 8:42 - 8:44
    Il s'appelle Johannes Oberman
  • 8:44 - 8:46
    et il a travaillé avec moi
    depuis le début à Chicago
  • 8:46 - 8:49
    il a fait autant d'heures,
    autant de nuits blanches que moi.
  • 8:50 - 8:53
    La fille sur la droite,
    son nom est Bethany Bylsma.
  • 8:53 - 8:55
    Bethany était en charge
    de New York et de Boston
  • 8:55 - 8:58
    et c'était vraiment les plus beaux
    événements que nous ayons eus.
  • 8:59 - 9:01
    La fille à gauche, son nom est Colleen.
  • 9:01 - 9:03
    Collen est partie au Mexique,
  • 9:03 - 9:04
    pendant 3 mois
  • 9:04 - 9:06
    pour planifier 5 événements là-bas
  • 9:06 - 9:08
    et a été chassée la veille
    de l'événement
  • 9:08 - 9:10
    à cause de la grippe porcine.
  • 9:11 - 9:13
    Ensuite, il y a eu cette famille.
  • 9:13 - 9:16
    Cette famille n'a pas pu
    venir lors du sauvetage,
  • 9:16 - 9:17
    elle n'a pas réussi à venir
  • 9:17 - 9:19
    mais elle a commandé
    des centaines de pizzas,
  • 9:19 - 9:22
    nous les a faites livrer
    au coin de Michigan et Randolph
  • 9:22 - 9:24
    où nous manifestions en silence.
  • 9:24 - 9:27
    Ce sont de telles personnes,
    faisant ce qu'elles pouvaient
  • 9:27 - 9:29
    simultanément, résolument,
  • 9:29 - 9:31
    sans se soucier de qui les observait,
  • 9:31 - 9:33
    qui ont rendu tout ça possible.
  • 9:33 - 9:35
    Ce n'était pas seulement
    Oprah avec nous.
  • 9:35 - 9:37
    Car lorsque je suis
    descendue de ces épaules,
  • 9:37 - 9:38
    la guerre n'était pas finie.
  • 9:38 - 9:40
    C'était pour cette loi.
  • 9:40 - 9:42
    Oprah était un point de passage
    pour arriver à la loi.
  • 9:42 - 9:43
    La loi était notre sujet.
  • 9:44 - 9:46
    La loi était notre ligne
    de mire depuis le début.
  • 9:46 - 9:49
    Cela allait nous aider à cesser
    la plus longue guerre en Afrique
  • 9:49 - 9:52
    et c'est ce qui a rassemblé
    100 000 personnes
  • 9:52 - 9:54
    à travers le monde pour les sauver.
  • 9:55 - 9:56
    Et ça a marché.
  • 9:58 - 10:00
    10 jours après
    notre passage chez Oprah,
  • 10:00 - 10:02
    la loi a été présentée devant le Congrès.
  • 10:03 - 10:06
    Une année après, elle avait unanimement
  • 10:06 - 10:10
    267 soutiens au Congrès.
  • 10:10 - 10:11
    Et, une semaine après,
  • 10:13 - 10:15
    le président Obama a promulgué notre loi.
  • 10:15 - 10:18
    (Applaudissements)
  • 10:23 - 10:25
    Aucun de nous autres
    stagiaires n'a pu être là.
  • 10:25 - 10:27
    Nous n'avons pas pu être présents.
  • 10:27 - 10:28
    Nos fondateurs étaient là.
  • 10:28 - 10:30
    Ce sont les gars au fond.
  • 10:30 - 10:35
    Mais ce moment-là
    valait largement tous nos efforts.
  • 10:35 - 10:38
    C'est ce que des centaines
    de milliers d'anonymes extraordinaires
  • 10:38 - 10:41
    ont fait pour que ça marche.
  • 10:42 - 10:44
    Les moments comme avec Oprah,
  • 10:44 - 10:47
    ils prouvent que ce qui est supposé
    impossible peut être réalisé.
  • 10:47 - 10:49
    Ils nous inspirent,
    nous donnent confiance.
  • 10:49 - 10:51
    Mais ce moment n'est pas un mouvement.
  • 10:51 - 10:55
    Même ces moments mis ensemble,
    ils n'alimentent pas un mouvement.
  • 10:55 - 10:58
    Ce sont les anonymes extraordinaires
    qui alimentent un mouvement.
  • 10:59 - 11:02
    Ce qui m'a motivée pour ce sauvetage,
  • 11:02 - 11:04
    c'était de penser à ces enfants soldats.
  • 11:04 - 11:07
    C'était un combat personnel.
    Un jour, j'ai pu aller en Afrique.
  • 11:07 - 11:09
    J'ai rencontré ces personnes géniales.
  • 11:09 - 11:12
    J'ai des amis qui ont connu
    ce conflit toute leur vie
  • 11:12 - 11:13
    et c'était un combat personnel.
  • 11:13 - 11:16
    Ce n'est pas ce qui doit
    nécessairement vous motiver.
  • 11:16 - 11:19
    Vous pouvez vouloir être
    le prochain Shepard Fairey
  • 11:19 - 11:21
    ou la prochaine J.K. Rowling
  • 11:21 - 11:23
    ou qui que ce soit.
  • 11:23 - 11:25
    Ce n'est pas important,
    mais quel que soit votre but,
  • 11:25 - 11:27
    poursuivez-le
    avec tout ce que vous avez -
  • 11:27 - 11:29
    pas pour la célébrité ou la fortune,
  • 11:29 - 11:32
    mais parce que
    c'est ce en quoi vous croyez,
  • 11:32 - 11:34
    c'est ce qui fait chanter votre cœur,
  • 11:34 - 11:35
    c'est votre danse.
  • 11:36 - 11:39
    C'est ce qui va définir
    notre génération,
  • 11:39 - 11:41
    quand nous nous battrons pour les choses
  • 11:41 - 11:44
    que nous aimons et pour lesquelles
    nous voulons nous battre.
  • 11:44 - 11:47
    Au lycée, j'ai prêté trop d'attention
    au regard des autres.
  • 11:47 - 11:49
    C'est ce qui est énorme
    avec cette conférence.
  • 11:49 - 11:50
    Vous êtes tant à être si jeunes.
  • 11:50 - 11:54
    Trouvez ce qui vous inspire,
    que vous aimez et poursuivez votre but.
  • 11:54 - 11:55
    Battez-vous pour ça
  • 11:55 - 11:57
    parce que c'est
    ce qui va changer le monde
  • 11:57 - 11:59
    et c'est ce qui nous définit.
  • 11:59 - 12:00
    Malgré ce qu'on dit,
  • 12:00 - 12:02
    mes moments avec Oprah,
    ma présence à TED
  • 12:02 - 12:04
    ne définissent pas qui je suis.
  • 12:04 - 12:06
    Si me suiviez chez moi à Los Angeles,
  • 12:06 - 12:09
    vous verriez que je suis serveuse
    et nounou pour payer les factures,
  • 12:09 - 12:12
    pendant que je poursuis
    mon rêve de devenir réalisatrice.
  • 12:12 - 12:15
    Dans les petits actes simples
    de la vie ce touts les jours
  • 12:16 - 12:17
    anonymes et monotones,
  • 12:17 - 12:20
    je dois me rappeler
    que je dois être extraordinaire.
  • 12:21 - 12:25
    Croyez-moi, quand la porte est fermée,
    quand les caméras sont éteintes,
  • 12:25 - 12:26
    c'est dur.
  • 12:26 - 12:29
    Mais s'il y a une chose
    que je veux que vous reteniez,
  • 12:29 - 12:32
    une chose que je peux
    vous dire et me dire,
  • 12:32 - 12:34
    c'est ces actions-là qui
    nous rendent extraordinaires,
  • 12:34 - 12:36
    pas les moments avec Oprah. Merci.
Title:
Être jeune et avoir de l'influence
Speaker:
Natalie Warne
Description:

A 18 ans, le travail de Natalie Warne avec le mouvement Invisible Children en a fait une héroïne pour les jeunes activistes. Elle utilise son histoire inspirante pour nous rappeler que personne n'est trop jeune pour changer le monde.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
12:49
TED Translators admin approved French subtitles for Being young and making an impact
TED Translators admin edited French subtitles for Being young and making an impact
TED Translators admin edited French subtitles for Being young and making an impact
Claire Ghyselen accepted French subtitles for Being young and making an impact
Claire Ghyselen edited French subtitles for Being young and making an impact
Morgane Quilfen edited French subtitles for Being young and making an impact
Morgane Quilfen edited French subtitles for Being young and making an impact
Morgane Quilfen edited French subtitles for Being young and making an impact
Show all

French subtitles

Revisions