Return to Video

Pourquoi vos discussions politiques ne mènent nulle part | Robb Willer | TEDxMarin

  • 0:11 - 0:14
    Il est probable que vous ayez,
    comme bien des gens,
  • 0:14 - 0:18
    l'impression que la polarisation
    s'aggrave dans notre pays,
  • 0:18 - 0:22
    et que la division
    entre la droite et la gauche
  • 0:22 - 0:25
    est la plus grande que nous ayons vue
    et vécue au cours de nos vies.
  • 0:25 - 0:30
    Vous vous demandez peut-être si cette idée
    a été prouvée par des recherches.
  • 0:31 - 0:36
    Alors, pour résumer,
    la réponse est oui, malheureusement.
  • 0:36 - 0:37
    (Rires)
  • 0:38 - 0:40
    D'étude en étude, nous constatons
  • 0:40 - 0:43
    que les libéraux et les conservateurs
    sont plus éloignés que jamais.
  • 0:44 - 0:49
    Ils s'enferment de plus en plus
    dans un genre de silo idéologique,
  • 0:49 - 0:53
    s'informent auprès de médias différents,
    ne parlent qu'à ceux qui pensent comme eux
  • 0:53 - 0:57
    et choisissent de plus de plus de vivre
    dans différentes régions du pays.
  • 0:58 - 1:01
    Mais à mon avis, ce qui est
    le plus alarmant dans tout cela
  • 1:01 - 1:05
    est de voir l'animosité grandissante,
    tant d'un côté que de l'autre.
  • 1:05 - 1:07
    Libéraux et conservateurs,
  • 1:07 - 1:09
    démocrates et républicains,
  • 1:09 - 1:12
    ils semblent se déplaire de plus en plus.
  • 1:13 - 1:15
    Nous le constatons
    de différentes manières.
  • 1:15 - 1:19
    Ils ne deviennent pas amis.
    Ils ne se fréquentent pas.
  • 1:19 - 1:22
    Si jamais ça arrive, dès qu'ils
    le réalisent, ils s'attirent moins,
  • 1:22 - 1:25
    et, de plus en plus, ils ne veulent pas
    voir leurs enfants se marier
  • 1:25 - 1:27
    avec quelqu'un de l'autre parti ;
  • 1:27 - 1:29
    c'est une statistique surprenante.
  • 1:29 - 1:32
    Dans mon labo, avec les étudiants
    avec qui je travaille,
  • 1:32 - 1:34
    nous parlons souvent
    de modèles sociaux --
  • 1:34 - 1:38
    je suis un amateur de cinéma
    et souvent je dis :
  • 1:38 - 1:41
    dans quel genre de film sommes-nous ici,
    avec ce modèle-ci ?
  • 1:41 - 1:44
    De quel genre de film s'agit-il,
    en parlant de polarisation politique ?
  • 1:45 - 1:47
    Cela pourrait être un film catastrophe.
  • 1:48 - 1:50
    Ça ressemble bien à une catastrophe.
  • 1:50 - 1:52
    Ça pourrait être un film de guerre.
  • 1:53 - 1:54
    Ça marche aussi.
  • 1:55 - 1:59
    Mais ce qui me vient toujours en tête,
    c'est les films de zombies.
  • 1:59 - 2:00
    (Rires)
  • 2:00 - 2:03
    N'est-ce pas ? Vous voyez le genre !
  • 2:03 - 2:05
    Il y a des gens qui errent en groupes,
  • 2:05 - 2:07
    ne réfléchissant plus d'eux-mêmes,
  • 2:07 - 2:09
    captifs d'une mentalité collective
  • 2:09 - 2:12
    qui leur dicte de propager leur maladie
    et de détruire la société.
  • 2:13 - 2:17
    Et si vous êtes comme moi,
    un libéral avec un diplôme universitaire,
  • 2:17 - 2:20
    et statistiquement, je me doute
    que vous êtes en majorité...
  • 2:20 - 2:23
    (Rires)
  • 2:23 - 2:24
    exactement cela.
  • 2:24 - 2:26
    (Rires)
  • 2:26 - 2:28
    Vous croyez sans doute, comme moi,
  • 2:28 - 2:31
    que vous êtes du côté des bons
    dans ce film de zombies apocalyptique
  • 2:31 - 2:35
    et que toute la haine et la polarisation
    est propagée par les autres,
  • 2:35 - 2:36
    les conservateurs.
  • 2:38 - 2:40
    Parce qu'on est Brad Pitt, n'est-ce pas ?
  • 2:40 - 2:43
    Un libre penseur, juste et vertueux,
  • 2:43 - 2:45
    tentant de nous accrocher
    à ce qui nous est cher,
  • 2:45 - 2:49
    et non pas un simple soldat
    dans l'armée des morts-vivants.
  • 2:49 - 2:50
    Pas cela.
  • 2:50 - 2:52
    Jamais cela.
  • 2:52 - 2:54
    Mais voici le problème :
  • 2:54 - 2:57
    dans quel film pensez-vous
    qu'ils croient jouer ?
  • 2:58 - 2:59
    N'est-ce pas ?
  • 2:59 - 3:02
    Oui, ils sont convaincus
    qu'ils sont du côté des bons
  • 3:02 - 3:04
    dans ce film de zombies, n'est-ce pas ?
  • 3:04 - 3:07
    Et soyez certains
    qu'ils se prennent pour Brad Pitt
  • 3:07 - 3:09
    et que ce sont nous, les zombies.
  • 3:11 - 3:14
    Mais qui peut dire qu'ils ont tort ?
  • 3:15 - 3:19
    Ils cliquent sur de stupides liens
    qui racontent des trucs comme ceci...
  • 3:19 - 3:23
    et on clique sur de stupides liens
    qui racontent des trucs comme cela.
  • 3:23 - 3:28
    (Rires)
  • 3:28 - 3:31
    Ils se plaignent d'avoir
    à vivre près de nous,
  • 3:31 - 3:33
    d'avoir à travailler avec nous
  • 3:33 - 3:36
    et d'avoir à manger le diner
    de l'Action de Grâce avec nous.
  • 3:36 - 3:38
    Et nous nous plaignons des mêmes trucs,
  • 3:38 - 3:39
    n'est-ce pas ?
  • 3:40 - 3:41
    Vous savez, c'est vrai.
  • 3:41 - 3:43
    Les études que je vois sur la polarisation
  • 3:43 - 3:45
    disent que les conservateurs
    semblent légèrement pires.
  • 3:45 - 3:47
    Ils apparaissent un peu plus fâchés,
  • 3:47 - 3:49
    un peu plus réticents au compromis.
  • 3:49 - 3:52
    Et on pourrait se dire que cela signifie
    que ce n'est pas notre problème,
  • 3:52 - 3:54
    que ce sont eux les responsables.
  • 3:55 - 3:57
    Mais je crois que ce serait
    choisir la facilité.
  • 3:57 - 4:00
    Je crois que la vérité est
    qu'on est tous impliqués là-dedans.
  • 4:01 - 4:04
    La bonne nouvelle est qu'on peut tous
    faire partie de la solution.
  • 4:05 - 4:07
    Donc, qu'allons-nous faire ?
  • 4:08 - 4:12
    Que pouvons-nous faire pour nous attaquer
    à la polarisation au quotidien ?
  • 4:12 - 4:16
    Que pouvons-nous faire pour mieux
    communiquer et échanger
  • 4:16 - 4:18
    avec nos adversaires politiques ?
  • 4:18 - 4:22
    En fait, voilà les questions qui fascinent
    mon collègue Matt Feinbert et moi-même
  • 4:22 - 4:24
    depuis quelques années maintenant
  • 4:24 - 4:27
    et nous avons entamé
    des recherches sur ce sujet.
  • 4:27 - 4:30
    L'une des premières choses
    que nous avons découvertes
  • 4:30 - 4:34
    et qui à mon sens est très utile
    pour comprendre la polarisation,
  • 4:34 - 4:35
    est la réalisation
  • 4:35 - 4:40
    que l'écart politique dans notre pays
    s'appuie sur une division morale profonde.
  • 4:40 - 4:44
    L'une des découvertes les plus importantes
    en histoire de la psychologie politique
  • 4:44 - 4:48
    est ce modèle identifié
    par Jon Haidt et Jesse Graham,
  • 4:48 - 4:49
    deux psychologues,
  • 4:49 - 4:53
    démontrant que les libéraux et
    les conservateurs ont tendance à appuyer
  • 4:53 - 4:55
    des valeurs différentes
    à différents degrés.
  • 4:55 - 5:00
    Ainsi, par exemple, on constate
    que les libéraux adhèrent à des valeurs
  • 5:00 - 5:04
    comme l'égalité, la justice, la prise
    en charge et la protection contre le mal,
  • 5:04 - 5:06
    de façon plus prononcée
    que les conservateurs.
  • 5:06 - 5:11
    Les conservateurs, quant à eux,
    appuient des valeurs comme la loyauté,
  • 5:11 - 5:15
    le patriotisme, le respect pour l'autorité
    et la pureté morale,
  • 5:15 - 5:17
    de manière plus forte que les libéraux.
  • 5:18 - 5:22
    Matt et moi nous demandions
    si cette division morale
  • 5:22 - 5:26
    ne pourrait pas être utile
    pour comprendre
  • 5:26 - 5:28
    comment les libéraux
    et les conservateurs se parlent
  • 5:28 - 5:30
    et pourquoi ils ne semblent pas
    vraiment s'écouter
  • 5:30 - 5:32
    quand ils se parlent.
  • 5:32 - 5:34
    Nous avons donc mené une étude,
  • 5:34 - 5:37
    pour laquelle nous avons
    recruté des libéraux
  • 5:37 - 5:39
    qui devaient écrire
    une dissertation persuasive
  • 5:39 - 5:44
    en faveur du mariage gay et qui pourrait
    convaincre un conservateur.
  • 5:44 - 5:48
    Nous avons découvert que les libéraux
    utilisaient des arguments
  • 5:48 - 5:52
    basés sur des valeurs libérales,
    comme l'égalité et la justice.
  • 5:52 - 5:53
    Ils disaient des choses comme :
  • 5:54 - 5:57
    « Tout le monde devrait avoir le droit
    d'aimer la personne de leur choix... »
  • 5:57 - 6:00
    et « ils » - les homosexuels américains -
  • 6:00 - 6:03
    « méritent les mêmes droits
    que tous les autres Américains. »
  • 6:03 - 6:07
    Dans l'ensemble, nous avons constaté
    que 69% des libéraux
  • 6:07 - 6:12
    ont invoqué une ou plusieurs des valeurs
    morales libérales dans leur essai,
  • 6:12 - 6:16
    alors que seulement 9% ont fait appel
    à des valeurs morales plus conservatrices
  • 6:16 - 6:19
    et ce, même s'ils avaient pour but
    de convaincre des conservateurs.
  • 6:19 - 6:21
    Puis nous avons demandé
    à des conservateurs
  • 6:21 - 6:23
    d'écrire un essai persuasif
  • 6:23 - 6:26
    pour l'adoption de l'anglais
    comme langue officielle,
  • 6:26 - 6:29
    une position politique
    traditionnellement conservatrice,
  • 6:29 - 6:31
    ils n'ont guère fait mieux.
  • 6:31 - 6:33
    59% d'entre eux ont usé d'arguments
  • 6:33 - 6:36
    s'appuyant sur des valeurs
    morales conservatrices,
  • 6:36 - 6:38
    et seuls 8% ont fait appel
    à une valeur morale libérale,
  • 6:38 - 6:41
    même si leur tâche était de convaincre
    spécifiquement des libéraux.
  • 6:42 - 6:46
    Maintenant vous pouvez voir
    pourquoi on est dans le pétrin.
  • 6:47 - 6:51
    Les valeurs morales des gens
    sont leurs croyances les plus profondes.
  • 6:51 - 6:54
    Les gens sont prêts à se battre
    et à mourir pour ces valeurs.
  • 6:55 - 6:57
    Qui sacrifierait cela simplement
    pour s'entendre avec vous
  • 6:57 - 7:01
    sur un sujet sur lequel ils ne souhaitent
    pas vraiment se mettre d'accord ?
  • 7:01 - 7:04
    Si en tentant de convaincre
    votre oncle républicain,
  • 7:04 - 7:07
    vous cherchez non seulement
    à le faire changer d'avis
  • 7:07 - 7:09
    mais à lui faire renier
    ses valeurs profondes,
  • 7:09 - 7:10
    vous n'accomplirez rien.
  • 7:11 - 7:12
    Que doit-on faire, alors ?
  • 7:13 - 7:17
    Nous croyons que c'est une technique
    que nous appelons le recadrage moral
  • 7:17 - 7:20
    et que nous avons étudiée
    dans une série d'expériences.
  • 7:20 - 7:22
    Dans l'une de ces expériences,
  • 7:22 - 7:25
    nous avons recruté des libéraux
    et des conservateurs
  • 7:25 - 7:27
    et leur avons fait lire un de trois essais
  • 7:27 - 7:30
    avant de sonder leurs opinions
    en matière d'environnement.
  • 7:31 - 7:32
    Le premier essai
  • 7:32 - 7:35
    était un essai pro-environnement
    assez conventionnel
  • 7:36 - 7:40
    qui faisait appel aux valeurs libérales
    de soin et de protection contre le mal.
  • 7:40 - 7:42
    On y disait des choses comme :
    « De plusieurs manières,
  • 7:42 - 7:45
    nous nuisons aux endroits
    dans lesquels nous vivons »,
  • 7:45 - 7:48
    puis « il est essentiel que
    nous prenions des mesures
  • 7:48 - 7:50
    pour prévenir l'aggravation
    de la destruction
  • 7:50 - 7:52
    que subit notre planète. »
  • 7:52 - 7:53
    Un autre groupe de participants
  • 7:53 - 7:55
    devait lire un essai très différent,
  • 7:55 - 8:00
    qui était conçu pour exploiter
    la valeur conservatrice de pureté morale.
  • 8:00 - 8:02
    C'était aussi un essai
    pro-environnement,
  • 8:02 - 8:04
    mais il incluait des trucs comme :
  • 8:04 - 8:08
    « Préserver la pureté de nos forêts,
    de notre eau et de notre ciel est vital. »
  • 8:09 - 8:10
    « Nous devons considérer la pollution
  • 8:10 - 8:12
    de nos lieux de vie comme une disgrâce. »
  • 8:13 - 8:15
    puis, « réduire la pollution
    peut nous aider
  • 8:15 - 8:18
    à préserver ce qui est pur et beau
    dans les endroits où nous vivons. »
  • 8:19 - 8:21
    Et le troisième groupe
  • 8:21 - 8:23
    devait lire un essai non politique.
  • 8:23 - 8:26
    Il s'agissait d'un groupe nous permettant
    d'établir une base de comparaison.
  • 8:26 - 8:28
    Ce qu'on a découvert
    en sondant les gens
  • 8:28 - 8:30
    sur leurs opinions
    environnementales après coup,
  • 8:30 - 8:33
    est que que le choix de l'essai
    n'importe pas aux libéraux,
  • 8:33 - 8:36
    car ils avaient déjà de fortes
    opinions pro-environnement,
  • 8:36 - 8:39
    étant déjà persuadés
    qu'il faut protéger la Terre.
  • 8:39 - 8:40
    Les conservateurs, par contre,
  • 8:40 - 8:44
    ont beaucoup mieux réagi
    aux politiques progressives
  • 8:44 - 8:46
    en matière de protection environnementale
  • 8:46 - 8:48
    après avoir lu l'essai parlant de pureté
  • 8:48 - 8:51
    plutôt que l'un des deux autres essais.
  • 8:52 - 8:55
    On a même constaté que les conservateurs
    ayant lu l'essai de la pureté
  • 8:55 - 8:56
    étaient plus enclins à dire
  • 8:56 - 8:58
    qu'ils croyaient
    au réchauffement climatique
  • 8:58 - 9:00
    et que ça les inquiétait,
  • 9:00 - 9:03
    même si l'essai de la pureté
    n'en faisait pas mention.
  • 9:03 - 9:06
    Il s'agit simplement d'un enjeu
    relié à l'environnement.
  • 9:06 - 9:09
    Mais ça démontre l'effet robuste
    qu'a eu le recadrement moral.
  • 9:10 - 9:13
    Nous avons continué d'étudier cela
    avec de nombreuses questions politiques.
  • 9:13 - 9:17
    Ainsi, si vous voulez
    faire plier des conservateurs,
  • 9:17 - 9:20
    sur des questions comme le mariage gay
    ou l'assurance-maladie,
  • 9:20 - 9:24
    il s'agit de lier ces enjeux libéraux
    à des valeurs plus conservatrices,
  • 9:24 - 9:26
    comme le patriotisme et la pureté morale.
  • 9:26 - 9:28
    On a aussi étudié cela
    dans le sens inverse.
  • 9:28 - 9:32
    Pour faire pencher les libéraux à droite
    sur des politiques conservatrices,
  • 9:32 - 9:36
    comme le budget alloué à l'armée
    ou l'anglais comme langue officielle,
  • 9:36 - 9:38
    vous serez plus persuasif
  • 9:38 - 9:42
    si vous liez ces questions conservatrices
    à des valeurs morales libérales
  • 9:42 - 9:43
    comme l'égalité et la justice.
  • 9:45 - 9:48
    Toutes ces recherches
    nous démontrent la même chose :
  • 9:48 - 9:51
    si vous voulez convaincre quelqu'un
    à propos d'une politique,
  • 9:51 - 9:54
    il est utile de lier cette politique
    aux valeurs morales profondes de celui-ci.
  • 9:56 - 9:59
    Présenté de cette manière,
    ça semble si évident, non ?
  • 9:59 - 10:01
    À quoi bon venir ici ce soir ?
  • 10:01 - 10:02
    Pourquoi --
  • 10:02 - 10:04
    (Rires)
  • 10:04 - 10:06
    C'est incroyablement intuitif.
  • 10:07 - 10:11
    Et malgré cela, ça demeure
    quelque chose de très difficile à faire.
  • 10:11 - 10:15
    Vous savez, lorsque nous tentons
    de convaincre quelqu'un sur un enjeu,
  • 10:15 - 10:17
    nous avons tendance
    à leur parler comme à un miroir.
  • 10:17 - 10:22
    En fait, plutôt que de persuader,
    nous répétons nos propres arguments,
  • 10:22 - 10:25
    nos propres raisons d'adhérer
    à notre position.
  • 10:25 - 10:27
    Mais, en tant que libéral,
  • 10:27 - 10:30
    je crois que nous aurons besoin
    d'un nouvel arsenal d'arguments,
  • 10:30 - 10:33
    si nous voulons convaincre
    la prochaine vague de gens
  • 10:33 - 10:37
    sur des enjeux aussi importants que
    le climat, l'immigration, les inégalités.
  • 10:37 - 10:40
    Et pour développer ces arguments,
  • 10:40 - 10:41
    nous devrons prendre le temps
  • 10:42 - 10:44
    de bien écouter
    nos vis-à-vis conservateurs,
  • 10:44 - 10:47
    de bien comprendre
    ce qui leur tient à coeur,
  • 10:47 - 10:52
    puis de se demander, de façon créative,
    pourquoi ils devraient nous écouter
  • 10:53 - 10:56
    et trouver une façon de les convaincre
    sans qu'ils aient à sacrifier
  • 10:56 - 10:58
    les valeurs qui leur sont les plus chères.
  • 10:59 - 11:03
    En retravaillant ces arguments moraux
    « recadrés », nous répétons sans cesse :
  • 11:03 - 11:06
    « Empathie et respect,
    empathie et respect. »
  • 11:07 - 11:08
    Si on peut y adhérer,
  • 11:08 - 11:10
    on peut établir une connexion
  • 11:10 - 11:12
    et peut-être espérer
    convaincre quelqu'un dans ce pays.
  • 11:13 - 11:18
    Ainsi, en repensant au film
    dans lequel nous jouons,
  • 11:18 - 11:20
    je me suis peut-être laissé emporter,
  • 11:20 - 11:22
    peut-être que ce n'est pas
    un film de zombies,
  • 11:23 - 11:25
    mais plutôt un film de flics.
  • 11:26 - 11:28
    (Rires)
  • 11:28 - 11:30
    Jouez le jeu, pour voir
    où ça nous mène.
  • 11:30 - 11:31
    (Rires)
  • 11:32 - 11:35
    Vous voyez le genre :
    il y a un flic noir et un blanc,
  • 11:35 - 11:37
    ou alors un désorganisé et un minutieux.
  • 11:37 - 11:39
    Peu importe le scénario,
    ils ne s'entendent pas
  • 11:39 - 11:41
    en raison de cette différence.
  • 11:41 - 11:44
    Mais en fin de compte, quand ils doivent
    faire équipe et collaborer,
  • 11:44 - 11:46
    la solidarité qu'ils ressentent
  • 11:46 - 11:50
    est plus puissante en raison
    de ce fossé qu'ils ont dû franchir.
  • 11:51 - 11:53
    Souvenez-vous que dans ces films,
  • 11:53 - 11:56
    c'est toujours pire au deuxième acte
  • 11:56 - 11:58
    quand nos deux flics
    sont plus éloignés que jamais.
  • 11:59 - 12:01
    Peut-être sommes-nous à cette étape,
  • 12:01 - 12:04
    notre pays est au second acte
    d'un film de flics --
  • 12:04 - 12:06
    (Rires)
  • 12:06 - 12:09
    déchiré, mais sur le point
    de se réunifier.
  • 12:11 - 12:13
    Ça semble bien,
  • 12:13 - 12:14
    mais si nous voulons que ça se arrive,
  • 12:14 - 12:17
    je crois que la responsabilité
    commence avec nous.
  • 12:18 - 12:20
    Voici donc ce que je vous demande :
  • 12:21 - 12:23
    réunifions notre pays.
  • 12:25 - 12:28
    Faisons-le, en dépit
    de la classe politique,
  • 12:28 - 12:30
    des médias, de Facebook et Twitter,
  • 12:31 - 12:32
    du redécoupage électoral
  • 12:32 - 12:35
    et tout cela, toutes ces choses
    qui nous divisent.
  • 12:36 - 12:38
    Faisons-le parce que
    c'est la chose à faire.
  • 12:39 - 12:44
    Faisons-le parce que la haine et le mépris
  • 12:44 - 12:46
    qui nous habitent
    et nous traversent au quotidien
  • 12:47 - 12:50
    nous enlaidissent, nous corrompent,
  • 12:50 - 12:53
    et menacent l'étoffe fondamentale
    de notre société.
  • 12:55 - 12:58
    Nous nous devons cela,
    à nous et à notre pays :
  • 12:58 - 13:00
    tendre la main et tenter un rapprochement.
  • 13:01 - 13:05
    Nous ne pouvons plus nous permettre
    de continuer à les haïr,
  • 13:06 - 13:08
    ni de les laisser nous haïr à leur tour.
  • 13:09 - 13:11
    Empathie et respect.
  • 13:11 - 13:13
    Empathie et respect.
  • 13:13 - 13:17
    Quand on y pense, c'est le minimum
    que l'on doit à nos concitoyens.
  • 13:18 - 13:19
    Merci.
  • 13:19 - 13:23
    (Applaudissements)
Title:
Pourquoi vos discussions politiques ne mènent nulle part | Robb Willer | TEDxMarin
Description:

Cette présentation a été faite lors d'un événement TEDx local, produit indépendamment des conférences TED.

De nouvelles recherches pertinentes sur le language nous offrent une piste de solution pour faire face à la polarisation politique. Et si la nouvelle psychologie sociale détenait la clé pour créer des ponts entre les Américains que la politique divise profondément ?

Robb Willer est un professeur de sociologie, de psychologie et de comportement organisationnel à l'Université Stanford. Il a obtenu son M.A. et son Ph.D. de l'Université Cornell, et son B.A. de l'Université de l'Iowa. Il a déjà enseigné à l'Université de Californie à Berkeley, où il a reçu en 2009 le « Golden Apple Teaching award », seule récompense remise par l'ensemble du corps étudiant.

Les recherches du professeur Willer se concentrent sur les forces qui rapprochent les gens (coopération, moralité, solidarité), les forces qui les divisent (préjugés, compétition) et les paramètres qui influencent les interactions complexes entre les deux (politique, organisation). L'un des thèmes de ses recherches est l'importance des aspects de la vie sociale qui sont souvent perçus comme antisociaux (ragots, hiérarchies, jugements moraux) et qui sont pourtant essentiels à l'ordre social.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
13:37

French subtitles

Revisions