French 字幕

← Scènes issues d'une vie trans noire

获得嵌入代码
29种语言

Showing Revision 6 created 07/16/2020 by Claire Ghyselen.

  1. Bonjour.
  2. Salut.
  3. (Rires)

  4. Comme vous venez de l'entendre,

  5. je m'appelle D-L Stewart
  6. et je suis membre du corps enseignant
    à l'université d'État du Colorado.
  7. Mais ce qu'il est important
    que vous compreniez à mon sujet
  8. est que je m'identifie
    à la fois comme étant noir
  9. et comme étant transgenre, ou trans.
  10. Et oui, je vais vous parler du fait
    que les vies trans noires comptent.
  11. Ce faisant,
  12. je vais vous faire part
    de quelques scènes de ma vie
  13. combinées au fait
  14. qu'il y a une intersection historique
    et actuelle entre la race et le genre
  15. qui façonne la vie
    des personnes trans noires.
  16. Prêts ?
  17. Public : Prêts.

  18. DLS : Scène une.

  19. Je suis chez moi, seul.
  20. Mon corps un pays souverain.
  21. Souverain signifiant
  22. qu'il est superlatif en termes de qualité.
  23. Du genre le plus exalté.
  24. Ayant des pouvoirs curatifs généralisés
    d'une nature unique,
  25. absolue,
  26. majeure,
  27. en possession d'un pouvoir suprême,
  28. illimité dans son ampleur, absolu.
  29. Profitant de l'autonomie,
  30. indépendant,
  31. royal.
  32. Mon corps défie les restrictions
  33. d'une société dévorée
    par des cases et des binarités
  34. et « es-tu un garçon ou une fille ? »
  35. Indépendant de telles conversations,
  36. mon corps s'accroche plutôt
    aux coutumes très anciennes
  37. qui comprenaient sa magie.
  38. Il contient des multitudes.
  39. De ce pouvoir suprême de me nommer,
  40. de me définir et d'être moi-même,
  41. je me revendique
  42. et j'organise ma résistance.
  43. Une résistance qui déclare audacieusement
    que les vies trans noires comptent.
  44. Mon corps est un pays souverain
  45. et mon premier terrain de résistance.
  46. Fin de la scène.
  47. Dire que les vies trans noires comptent
    est une revendication de la souveraineté.

  48. Tout comme Black Girl Magic
    et #transisbrilliant,
  49. Black Trans Lives Matter
    est un chœur de la résistance.
  50. Car les vies trans noires commencent
    en définissant notre corps
  51. comme un pays souverain
  52. d'où nous commençons
    à résister aux messages
  53. disant que nous n'avons pas
    notre place ici.
  54. Nous faisons avancer des mouvements
    de par la force de notre vision.
  55. Nous instaurons des tendances
    et créons de nouveaux mondes.
  56. Nous sommes l'avant-garde.
  57. Les vies trans noires ont toujours compté.
  58. Et pourtant,

  59. pris dans un voyage
    dans le temps à l'intersection
  60. entre la célébration de l'émancipation
    du jour de la Liberté
  61. et de la déclaration
    d'émancipation de Stonewall,
  62. les vies trans noires sont considérées
    et pourtant ne le sont pas.
  63. Elles ne sont pas considérées
  64. par les mouvements queer
    et trans qui sont contre la noirceur.
  65. Elles ne sont pas considérées
    du fait de la transphobie
  66. et de l'antagonisme envers les trans
    des mouvements noirs.
  67. Notre souveraineté
    et notre résistance sont obstruées
  68. par des couches
    de systèmes et de structures
  69. qui ont toujours cherché
  70. à confiner, définir et effacer
    les corps trans noirs.
  71. Scène deux.

  72. Je suis avec ma thérapeute.
  73. C'est sur ton témoignage
    que je dois compter
  74. pour être déclaré assez homme
    pour que mes papiers soient changés.
  75. C'est elle qui doit être crue.
  76. Malgré mes propres déclarations
    disant que je ne suis pas ce corps,
  77. que ce corps n'est à définir
    ni par elle ni par vous,
  78. me voilà avec ce médecin.
  79. Elle remplit un formulaire pour moi.
  80. Considérant tout ce que j'ai fait
  81. pour affirmer mon genre,
  82. « La présentation genrée du patient
  83. s'est-elle alignée
    à son identité de genre ? »
  84. Elle décide que ma présentation genrée
  85. est plutôt neutre, en réalité.
  86. Alors que je suis assis là,
  87. habillé des pieds à la tête
    dans le rayon du magasin
  88. où les boutons se défont du côté droit
  89. et où mon pantalon indique
    la circonférence de ma taille
  90. et ma coupe de cheveux
    est celle de Denzel dans « Man on Fire »,
  91. mais je demeure plutôt neutre.
  92. Vraiment ?
  93. Car elle voit toujours,
  94. et vous voyez,
  95. une femme noire.
  96. Et le corps des femmes noires
    est toujours dépourvu de genre.
  97. Fin de la scène.
  98. De la mamma
    à la femme noire agressive,

  99. des hommes noirs au beau cul
    aux hommes noirs idiots,
  100. les corps noirs et nos genres sont
    pris au piège dans l'imagination blanche.
  101. L'imagination de la blancheur
    est fantaisiste
  102. et assez puissante pour transformer
    ses fantasmes en réalités.
  103. Imaginés comme étant une chose,
  104. on nous a fait devenir cette chose
  105. et nous avons été sélectionnés
    dans nos lignées tels des chevaux,
  106. donnés à manger
    tels des tortues à des alligators,
  107. marqués comme du bétail,
  108. trais comme des truies,
  109. transformés en bœufs
    pour tirer des charrues.
  110. Le genre n'importait pas
  111. tant que les parties de notre corps,
  112. nos bras, nos jambes, notre dos,
  113. notre poitrine, nos organes génitaux
  114. pouvaient rapporter des profits.
  115. Le corps noir a été fait non blanc

  116. et de ce fait, ne mérite pas de genre.
  117. Sous le poids de la tulle païenne
    et de la dentelle virginale
  118. qui habillaient
    les maîtresses de plantations,
  119. la féminité noire a toujours été reniée.
  120. Au lieu de cela, elle est soit
    une bête ou une star du porno.
  121. Elle n'a pas vraiment de genre,
    est déshumanisée.
  122. Elle est transformée en menace sociale
    qui met la civilité en danger.
  123. Ça met la civilisation en danger.
  124. On ne peut pas échapper
    à la femme noire en colère,
  125. même pas si l'on est
    la Première dame de ces États-Unis.
  126. De la même façon,
    inadaptés à la galanterie

  127. et dépassés en tant que maîtres
    et capitaines de leur destin,
  128. la masculinité noire repose flasque
  129. dans les mains de la domination
    de l'homme blanc.
  130. Son corps est mesuré,
  131. sa vitesse est évaluée,
  132. sa sélection officielle
    en équipe de sport est prédite.
  133. C'est le cartel du football.
  134. Son corps est mesuré,
  135. ses dents et ses cavités corporelles
    sont inspectées,
  136. un numéro lui est assigné.
  137. C'est l'admission en prison.
  138. Son corps est mesuré,
  139. on fait la publicité
    de ses talents et capacités,
  140. ses dents et ses cavités corporelles
    sont inspectées,
  141. un nom et une valeur lui sont assignées.
  142. C'est un acte de vente d'un esclave.
  143. Transformé en étalon ou en farce,
    il n'est pas pour son propre plaisir
  144. mais plutôt pour le profit
    et pour la plaisanterie.
  145. Des athlètes et des comiques
  146. maîtrisés.
  147. Façonnés pour ne pas être une menace.
  148. « Mon genre est noir » a dit Hari Ziyad,

  149. car les corps noirs et nos genres
    ont été pris au piège
  150. de l'imagination blanche
  151. et nous avons toujours été transgressifs.
  152. « Transgressif » signifiant
  153. une violation des limites acceptées
    et imposées de l'acceptabilité sociale.
  154. La noirceur est transgressive.
  155. Une fois libérée
    de l'acceptabilité sociale,
  156. la noirceur remet en questions les limites
    de ce que le genre peut être.
  157. Ici, nous avons toujours été des fugitifs.
  158. Échappant au contrôle du genre
  159. pour revendiquer notre souveraineté
  160. et notre droit à exister
    et à vivre librement,
  161. à proclamer comme étant beau
  162. ce qui a été rendu laid,
  163. à défier les conventions,
  164. les vies noires, les vies trans
    et les vies trans noires.
  165. Et pourtant, dans ce monde, ce fait

  166. que les vies trans noires
    font une différence,
  167. font des différences
  168. et donnent de l'importance
    au fait de compter
  169. est éteint par les lances à incendie
    du refus passé et présent
  170. de nos droits à exister et à résister.
  171. Nous devons nous battre pour être vus
  172. alors que nous regardons
    au travers de palissades
  173. les cours de récréations
    dont on nous tient écartés.
  174. Scène trois.

  175. Je suis à l'école.
  176. La cloche sonne, c'est la récréation.
  177. Nous nous mettons en file pour sortir.
  178. Ceux ayant été faits garçons d'un côté,
  179. celles ayant été faites filles de l'autre.
  180. Nous sortons en file par la porte.
  181. Les garçons s'arrêtant
    pour remplir la rue fermée aux voitures.
  182. Les filles et moi traversant la rue.
  183. « Regardez droit devant vous »
    nous dit-on.
  184. Car il y a un parc
    de l'autre côté de la rue.
  185. Mais il y a une clôture en fer forgé
    entourant ce parc.
  186. C'est là que les filles et moi jouons.
  187. La majorité du temps, je me tiens
    devant la clôture et je regarde
  188. alors que mes camarades
    jouent au ballon dans la rue,
  189. sont bruyants,
  190. sont agités,
  191. transpirent,
  192. et je suis derrière la clôture.
  193. Je suis accusé d'avoir
    des pensées espiègles.

  194. Ils n'en ont pas la moindre idée.
  195. Fin de la scène.
  196. Garçons efféminés
    et lesbiennes masculines,

  197. nous sommes tous des inventions.
  198. Ce ne sont que des garçons en robes
    et des filles en costumes,
  199. le corps noir transgressif
  200. piégé dans un imaginaire
    de cases et de binaires
  201. qui rendent nos organes génitaux
    représentatifs de notre genre
  202. et nos manières de notre sexualité.
  203. Les vies trans noires sont de ce fait
    écartées comme de simples gays efféminés
  204. ou des lesbiennes butches.
  205. Et le revêtement de la féminité
    sur des corps marqués comme mâles,
  206. et de ce fait d'hommes,
  207. adhère comme une pancarte « frappez-moi »
  208. sauf que les conséquences
    sont bien plus mortelles.
  209. La majorité des personnes trans tuées
    dans ce pays sont des femmes trans noires.

  210. Car quand ce qui fait de nous un homme
    est situé entre nos jambes
  211. et est défini en opposition
    au fait d'être une femme,
  212. ce que l'on a entre les jambes
  213. ne peut pas être perçu
  214. comme quoi que ce soit
    que l'on aurait en commun avec une femme.
  215. Ce même lavage acide sert
    à blanchir la masculinité trans,
  216. à la réduire au néant.
  217. Les hommes trans noirs deviennent
    des illusions d'hommes,
  218. simplement des femmes
    prétendant être des hommes
  219. car elles ne peuvent pas
    avoir de vrai homme.
  220. Pour toujours remis à notre place,

  221. nous sommes marqués de façon indélébile
    comme étant des femmes.
  222. Au mieux, la menace latente
    de la masculinité trans noire
  223. est contenue, inoculée,
  224. rendue plus neutre.
  225. Scène quatre.

  226. Je suis avec ma thérapeute,
  227. je lui dis à quoi je pense
  228. alors que mon corps
    se transforme lentement
  229. en une autre version de lui-même.
  230. Que se passera-t-il quand je passerai
  231. de la menace sociale
    d'une femme noire en colère
  232. à la menace physique latente
    d'un homme noir ?
  233. Quand mes voisins oublieront-ils
    de nous reconnaître, mon pitbull et moi ?
  234. Ils nous ont vu presque tous les jours,
  235. avant l'aube ou après le crépuscule,
  236. pour ce qui aura alors été
    plus de deux ans.
  237. Quand et avec quelle rapidité,
  238. quand je ne serai plus une femme mégenrée,
  239. appellera-t-on la police
    pour venir maîtriser
  240. et effacer ma présence ?
  241. Combien de temps avant
    que l'on ne s'accroche à son sac à main,
  242. que l'on ne traverse la rue ?
  243. Qu'est-ce que cela signifie-t-il
    de devenir une brute ?
  244. De transformer mon corps
    en un autre type de menace ?
  245. Elle est stupéfaite
    que je reconnaisse déjà cela.

  246. Je ne peux pas me permettre le contraire.
  247. Fin de la scène.
  248. Qui peut nous voir,
    moi et mes frères et sœurs trans noirs,

  249. dans la peau dans laquelle nous sommes ?
  250. Qui ose nous aimer,
  251. qui ose nous tenir proche de son cœur ?
  252. Pour qui comptons-nous
    à part nous-mêmes ?
  253. Nous ne cherchons pas de sauveurs.
  254. Nous sommes là les uns pour les autres.
  255. Comme Lila Watson a dit :
  256. « Si vous êtes venu ici pour m'aider,
    vous perdez votre temps.
  257. Mais si vous êtes venu
    car vous reconnaissez
  258. que votre libération est liée à la mienne,
  259. alors travaillons ensemble. »
  260. Travaillons ensemble pour faire
    que les personnes trans noires comptent.
  261. Le vécu des personnes trans noires
    dans notre monde.
  262. Et si vous croyez que votre libération
    est liée à la mienne
  263. alors je vous invite
  264. à faire de Black Trans Lives Matter
    votre éthique personnelle
  265. en étant acteur de changement
  266. de façon vocale et consciencieuse.
  267. Vous pouvez le faire de trois façons.

  268. Changez votre façon de penser
    au sujet du fait d'être noir et du genre.
  269. Donnez de la voix en prenant le risque
  270. de confronter les idées fausses,
    les peurs et les biais des autres.
  271. Soyez attentif,
    prêtez attention et croyez
  272. ce que les personnes trans noires disent
    au sujet de notre propre vie.
  273. Être acteur de changement
    de façon vocale et consciencieuse

  274. nécessite de la pratique.
  275. Tout comme attribuer
    les bons pronoms à quelqu'un.
  276. Les miens sont iel et il.
  277. Attribuer les bons pronoms à quelqu'un,

  278. être acteur de changement
    de façon vocale et consciencieuse compte.
  279. Car les vies trans noires comptent.
  280. Ma vie compte.
  281. Mon corps est un pays souverain
  282. et mon premier lieu de résistance.
  283. (Applaudissements)