French 字幕

← Que se passe-t-il quand la biologie devient technologie ?

获得嵌入代码
36种语言

Showing Revision 37 created 11/11/2020 by Claire Ghyselen.

  1. Une mallette remplie de caca
    a changé ma vie.
  2. Il y a 10 ans, après
    avoir obtenu mon diplôme,
  3. j'ai participé au jury d'un
    concours d'ingénierie générique
  4. pour étudiants.
  5. J'y ai rencontré l'artiste et designer
    britannique Alexandra Daisy Ginsberg.
  6. Elle portait le polo blanc brodé
    aux couleurs
  7. de l'équipe de l'Université de Cambridge
  8. et tenait une mallette grise,
  9. comme celles que l'on imagine
    menottées au poignet.
  10. Elle m'a fait signe depuis un coin calme
  11. et m'a demandé si je voulais
    voir quelque chose.
  12. Furtivement, elle a ouvert la mallette,
  13. à l’intérieur se trouvaient six
    magnifiques crottes multicolores.

  14. Elle m'a expliqué que
    l’équipe de Cambridge
  15. avait passé l'été à traficoter
    la bactérie E. coli
  16. pour qu'elle soit capable de détecter
    différentes choses dans l ’environnement
  17. et de réagir en produisant
    différentes couleurs.
  18. Votre eau contient de l'arsenic ?
  19. La souche devient verte.
  20. Elle et son collaborateur,
    le designer James King,
  21. ont travaillé avec les étudiants
    et imaginé différents scénarios
  22. d'utilisation de ces bactéries.
  23. Ils ont demandé :
    « Et si on pouvait les utiliser
  24. comme une boisson probiotique vivante
    et un moniteur de santé, tout-en-un ? »
  25. On pourrait boire la bactérie,
    elle vivrait dans l'intestin,
  26. sentant ce qu'il se passe,
  27. et puis en réaction à quelque chose,
  28. elle finira par produire
    une sortie colorée.
  29. Merde alors !
  30. L’équipe de Cambridge a donc gagné

  31. la Compétition internationale de
    machines génétiquement modifiées,
  32. l'IGEM.
  33. Quant à moi, ces crottes
    ont été un tournant.
  34. Je suis une biologiste synthétique,

  35. un terme un peu bizarre que
    la plupart des gens ne connaissent pas.
  36. On dirait un oxymore.
  37. Comment la biologie,
    quelque chose de naturel,
  38. peut-elle être synthétique ?
  39. Comment quelque chose d’artificiel
    peut-il être vivant ?
  40. Les biologistes synthétiques
    trouvent des failles
  41. dans cette frontière abstraite
    entre le naturel et le technologique.
  42. Et chaque année,
    des étudiants du monde entier
  43. passent l'été à l'IGEM
  44. à essayer de modifier la biologie
    pour qu'elle soit technologique.
  45. Ils apprennent aux bactéries
    à jouer au sudoku,
  46. ils font de la soie
    d’araignée multicolore,
  47. Ils font du ciment qui s'auto-répare
  48. et des imprimantes de tissus
    et des bactéries mangeuses de plastique.
  49. Jusqu’à ce moment, cependant,

  50. j’étais un peu plus préoccupée
    avec un autre type d’oxymore.
  51. La bonne vieille ingénierie génétique.
  52. Le comédien Simon Munnery a écrit
  53. que l'ingénierie génétique est en fait
    une insulte à la vraie ingénierie.
  54. L'ingénierie génétique, c'est comme jeter
    du béton et de l’acier dans une rivière
  55. et si quelqu’un peut traverser,
    on appelle ça un pont.
  56. Donc les biologistes synthétiques
    étaient plutôt inquiets à ce sujet,
  57. et inquiets que l'ingénierie génétique
    soit plus artistique que scientifique.
  58. Ils voulaient transformer
    l'ingénierie génétique
  59. en une vraie discipline d’ingénierie,
  60. avec laquelle nous pourrions programmer
    des cellules et écrire de l’ADN
  61. de la même façon que les ingénieurs
    écrivent des logiciels pour ordinateurs.
  62. Ce jour-là, il y a 10 ans, m’a menée
    où je suis maintenant.

  63. Aujourd’hui, je suis directrice artistique
  64. pour l'entreprise de biologie
    synthétique « Ginkgo Bioworks ».
  65. « Directrice artiste » est
    un intitulé de poste étrange
  66. pour une entreprise biotechnologique
    qui essaie de programmer la vie
  67. comme un ordinateur.
  68. Mais le jour où j’ai rencontré Daisy,
  69. j’ai appris quelque chose
    sur l’ingénierie.
  70. L’ingénierie n’est pas seulement
    une question d’équations,
  71. d’acier et de circuits,
  72. il s'agit en fait de personnes.
  73. Ce que les personnes font
    et comment cela nous touche.
  74. Dans mon travail,

  75. j’essaie d’ouvrir de nouveaux espaces
    pour différents types d’ingénierie.
  76. Comment pouvons-nous poser
    de meilleures questions,
  77. et avoir de meilleures conversations
  78. sur ce que nous attendons
    de l'avenir de la technologie ?
  79. Comment comprendre
    les raisons technologiques
  80. mais aussi les raisons sociales,
    politiques et économiques
  81. qui font que les OGM divisent
    tant notre société ?
  82. Peut-on faire des OGM
    que les gens aiment ?
  83. Pouvons-nous utiliser la biologie
    pour créer une technologie
  84. plus expansive et régénératrice ?
  85. Je pense que ça commence par reconnaître
    que nous, biologistes synthétiques,
  86. sommes aussi façonnés par une culture
    qui valorise « l’ingénierie réelle »

  87. plutôt que celle qui touche à l'humain.
  88. On est tellement pris dans les circuits
    et les ordinateurs,
  89. que parfois nous perdons de vue
    la magie qui se passe en nous.
  90. Il existe beaucoup
    de technologies merdiques,
  91. mais c’était la première fois que
    je voyais du caca comme de la technologie.
  92. J’ai commencé à comprendre que
    la biologie synthétique était géniale,
  93. pas parce qu’on pouvait transformer
    des cellules en ordinateurs,
  94. mais parce que nous pouvions
    donner vie à la technologie.
  95. C’était une technologie viscérale,
  96. une vision inoubliable de ce que
    l'avenir peut nous réserver.
  97. Mais surtout, elle était présentée
    avec la question :
  98. « Est-ce l'avenir que
    nous souhaitons vraiment ? »
  99. On nous promet un avenir de chrome,
  100. et si le futur était de chair et d'os ?
  101. La science et la science-fiction

  102. nous rappellent que
    l'on est fait de matière stellaire.
  103. Mais elles peuvent aussi nous rappeler
    la merveille et étrangeté
  104. d’être fait de chair ?
  105. La biologie, c’est nous,
  106. notre corps, ce que l’on mange.
  107. Que se passe-t-il lorsque la biologie
    devient technologie ?
  108. Ces images sont des questions
  109. qui remettent en question ce que
    nous voyons comme normal et souhaitable.
  110. Elles nous montrent aussi
    que l’avenir est fait de choix
  111. et que nous pouvons choisir différemment.
  112. Quel est l’avenir du corps, de la beauté ?
  113. Si on change le corps, aurons-nous
    de nouvelles formes de sensibilité ?
  114. Et de nouvelles formes de
    sensibilité du monde microbien
  115. changeront-ils notre façon de manger ?
  116. Le dernier chapitre de ma thèse
    traitait du fromage que j'ai fait

  117. en utilisant des bactéries prélevées
    entre mes orteils.
  118. Je vous ai dit que
    le caca a changé ma vie.
  119. J’ai travaillé avec l’artiste et
    chercheuse de l’odorat, Sissel Tolaas,
  120. pour explorer toutes les manières
    dont nos corps et le fromage sont liés
  121. par l'odeur et donc les microbes.
  122. Nous avons créé ce fromage
  123. pour remettre en question
    ce que nous savons des bactéries
  124. qui font partie de nos vies
  125. et de celles avec lesquelles
    nous travaillons en laboratoire.
  126. Nous sommes donc bien
    ce que nous mangeons.
  127. L'intersection entre la biologie
    et la technologie

  128. est souvent vue comme une histoire de
    transcendance de nos réalités physiques.
  129. Si on peut télécharger
    notre cerveau dans un ordinateur,
  130. on n'a plus besoin de faire caca
    après tout.
  131. Et c’est généralement présenté
    comme étant une bonne chose, non ?
  132. Parce que les ordinateurs sont propres,
    contrairement à la biologie.
  133. Les ordinateurs sont logiques
    et rationnels,
  134. tandis que la biologie est
    un fouillis imprévisible.
  135. C'est de là que vient l'idée
  136. que la science et la technologie
    sont censés être rationnelles,
  137. objectives
  138. et pures,
  139. et ce sont les humains qui
    sont totalement désordonnés.
  140. De la même façon que les biologistes
    synthétiques trouvent les failles

  141. dans cette frontière entre
    le naturel et le technologique
  142. les artistes, concepteurs
    et sociologues m'ont montré
  143. que les frontières tracées
    entre nature, technologie et société
  144. sont plus souples que
    nous pourrions penser.
  145. Elles nous encouragent à revoir
    nos visions pour l’avenir
  146. et nos fantasmes de contrôle de la nature.
  147. Elles nous montrent comment nos préjugés,
    nos espoirs et nos valeurs
  148. sont intégrées dans la science
    et la technologie
  149. à travers les questions que nous posons
    et les choix que nous faisons.
  150. Elles rendent visibles le fait que
    la science et la technologie sont humaines
  151. et donc politiques.
  152. Qu'est-ce que pouvoir
    contrôler la vie à nos propres fins
  153. peut signifier pour nous ?
  154. Les artistes Oron Catts et Ionat Zurr

  155. ont réalisé le projet
    « Cuir sans victime ».
  156. Ils ont conçu une petite veste en cuir
  157. avec des cellules de souris.
  158. Est-ce que cette veste est vivante ?
  159. Que faut-il pour la cultiver
    et la garder intacte ?
  160. A-t-elle vraiment été faite sans victime ?
  161. Et qu’est-ce que cela signifie que
    quelque chose soit sans victime ?
  162. Les choix que nous faisons
  163. de ce que nous montrons
    et cachons de nos progrès,

  164. sont souvent des choix politiques
    qui ont de réelles conséquences.
  165. Comment les technologies génétiques
    vont-elles façonner notre façon
  166. de nous comprendre
    et de définir nos corps ?
  167. L’artiste Heather Dewey-Hagborg
    a fait ces visages

  168. grâce à des séquences d’ADN extraites
    de déchets sur le trottoir,
  169. et nous force à nous interroger sur
    la confidentialité des données génétiques,
  170. mais aussi sur comment, et si, l’ADN
    peut vraiment nous définir.
  171. Comment allons-nous lutter contre
    et faire face au changement climatique ?
  172. Allons-nous changer complètement
    nos façons de tout faire,
  173. en utilisant du matériel biologique
    qui peut grandir et pourrir à nos côtés ?
  174. Allons-nous changer nos propres corps ?
  175. Ou la nature elle-même ?
  176. Ou pouvons-nous changer le système
    qui renforce les frontières
  177. entre science, société,
    nature et technologie ?
  178. Des relations qui nous maintiennent
    enfermés dans ces modèles non durables.
  179. Notre façon de comprendre
    et de réagir aux crises

  180. qui sont à la fois naturelles,
    techniques et sociales,
  181. du coronavirus au changement climatique,
  182. est profondément politique,
  183. et la science n'arrive pas par hasard.
  184. Remontons le temps,

  185. quand les premiers colons
    européens sont arrivés à Hawaï.
  186. Ils ont amené leur bétail
    et leurs scientifiques avec eux.
  187. Le bétail parcourait les collines,
  188. piétinant et changeant
    les écosystèmes au fur et à mesure.
  189. Les scientifiques ont catalogué
    les espèces qu’ils ont trouvées,
  190. prenant souvent le dernier spécimen
    avant qu’elles ne disparaissent.
  191. Ça, c’est le Maui hau kuahiwi,
  192. ou l’Hibiscadelphus wilderianus,
  193. nommé par Gerrit Wilder en 1910.
  194. En 1912, la plante était éteinte.
  195. J’ai trouvé ce spécimen
    dans l’herbier de l’Université de Harvard,

  196. où il se trouve au milieu de cinq millions
    d’autres spécimens du monde entier.
  197. Je voulais prendre un morceau
    du passé de la science,
  198. son lien étroit avec le colonialisme,
  199. et toutes les idées intégrées
  200. sur la façon dont la nature, la science et
    la société devraient travailler ensemble,
  201. et poser des questions
    sur l’avenir de la science.
  202. En travaillant avec
    mon équipe géniale de Ginkgo,

  203. et des collègues de l’université
    de Californie à Santa Cruz,
  204. nous avons pu extraire un peu d’ADN
  205. d’un minuscule fragment de cette plante
  206. et séquencer l’ADN à l’intérieur.
  207. Et ensuite resynthétiser
    une version possible
  208. des gènes à l'origine
    de l’odeur de la plante.
  209. En insérant ces gènes dans de la levure,
  210. on peut produire des
    petits extraits de cette odeur
  211. et être capable de sentir
  212. un peu de quelque chose
    qui est perdu pour toujours.
  213. En re-travaillant avec Daisy
    et Sissel Tolaas,
  214. ma collaboratrice du projet de fromage,
  215. nous avons reconstruit et composé
    une nouvelle odeur de cette fleur,
  216. et créé une installation
    où les gens pouvaient l’expérimenter,
  217. pour faire partie de cette histoire
    naturelle et de cet avenir synthétique.
  218. Il y a dix ans,
    j’étais biologiste synthétique

  219. inquiète que l'ingénierie génétique
    soit plus artistique que scientifique,
  220. que les gens soient trop désordonnés
  221. et la biologie trop compliquée.
  222. Maintenant, j’utilise l'ingénierie
    génétique comme une forme d'art
  223. pour explorer toutes les différentes
    façons dont nous sommes liés ensemble
  224. et imaginer les différents
    avenirs possibles.
  225. Un avenir de chair et d'os
  226. est celui qui reconnaît
    toutes ces interconnexions
  227. et les réalités humaines
    de la technologie.
  228. Mais il reconnaît aussi
    le pouvoir incroyable de la biologie,
  229. sa résilience et sa durabilité,
  230. sa capacité de guérir,
    de grandir et de s’adapter.
  231. Des valeurs si nécessaires
  232. pour les visions de l’avenir
    que nous pouvons avoir aujourd’hui.
  233. La technologie façonnera cet avenir,
  234. mais les humains font la technologie.
  235. Décider de ce que sera l’avenir
  236. dépend de nous tous.
  237. Merci.