Return to Video

The Science of Being Transgender ft. Gigi Gorgeous

  • 0:01 - 0:04
    Il y a de fausse information
    de ce que signifie être transgenre,
  • 0:04 - 0:07
    récemment, les scientistes ont commencé
    à regarder de plus près
  • 0:07 - 0:11
    dans la neurologie, la physiologie
    et la psychologie derrière cela.
  • 0:11 - 0:14
    Aujourd'hui, nous allons décomposer
    ce qui la science sait
  • 0:14 - 0:16
    de façon respectueuse et pédagogique.
  • 0:16 - 0:19
    Salut à tous, je suis Gigi Gorgeous,
    et je suis là avec AsapSCIENCE
  • 0:19 - 0:22
    pour décomposer la science
    d'être transgenre.
  • 0:22 - 0:24
    Avant d'aller plus loin,
  • 0:24 - 0:28
    on a besoin de savoir votre sexe génétique
    ou les chromosomes que vous avez
  • 0:28 - 0:30
    ceux-ci ont été déterminés
    juste à la fécondation.
  • 0:30 - 0:35
    c'est le spermatozoïde de ton père,
    qui porte un chromosome X ou Y,
  • 0:35 - 0:38
    fusionné avec l'œuf de votre mère,
    qui porte un chromosome X.
  • 0:38 - 0:41
    jusqu'à six ou sept semaines
    après fécondation,
  • 0:41 - 0:46
    les embryons XY et XX ont
    les mêmes gonades.
  • 0:46 - 0:49
    Vers sept semaines les organes
    sexuels masculin se développent
  • 0:49 - 0:52
    grâce à un gène
    dans le chromosome Y appelé SRY.
  • 0:52 - 0:55
    Il amène les cellules à se spécialiser
  • 0:55 - 0:57
    et ce cellules fabriquent la testostérone,
  • 0:57 - 1:01
    qui déclenche le développement
    du pénis et le scrotum,
  • 1:01 - 1:05
    tandis, d'autres cellules bloquent
    le développement des canaux féminines.
  • 1:05 - 1:07
    Pourtant, dans le développement féminin,
  • 1:07 - 1:10
    car il n'y a pas de chromosome Y
    avec le gène SRY,
  • 1:10 - 1:13
    ces canaux restent intacts
    et devient l'utérus, le col de l'utérus,
  • 1:13 - 1:15
    le haut du vagin et de l'oviducte,
  • 1:15 - 1:19
    à l'aide d'œstrogènes et des substances
    sécrétée par le rein primaire.
  • 1:19 - 1:21
    Mais ce n'est pas toujours aussi simple.
  • 1:21 - 1:25
    Il y a parfois,
    même des combinaisons rares comme XXY,
  • 1:25 - 1:28
    XXX, XXYY, etc,
  • 1:28 - 1:30
    et même des personnes
    avec des chromosomes XX
  • 1:30 - 1:33
    que développent des génitaux
    et d'attribut masculin
  • 1:33 - 1:35
    dû à un morceau du chromosome Y rompu
  • 1:35 - 1:38
    qui change de place avec un chromosome X.
  • 1:38 - 1:41
    Mais la différenciation sexuelle
    dans le cerveau
  • 1:41 - 1:44
    arrive en fait beaucoup plus tard
    que la différenciation gonadique.
  • 1:44 - 1:48
    Et oui, bien que controversé,
    les cerveaux masculins et féminins
  • 1:48 - 1:51
    ils ont des différences structurelles
    et fonctionnelles entre eux.
  • 1:51 - 1:55
    Des études ont montré que les hommes
    ont généralement un cerveau plus gros,
  • 1:55 - 1:57
    cervelet et hippocampe,
  • 1:57 - 2:00
    tandis que les femelles ont
    des lobes frontaux gauches plus denses.
  • 2:00 - 2:03
    et plus de volume
    dans les lobes frontaux droits.
  • 2:03 - 2:04
    Donc que voyons nous exactement,
  • 2:04 - 2:07
    dans un cerveau
    d'une personne transgenre?
  • 2:07 - 2:09
    Des études ont montré
    que les cerveaux transgenres
  • 2:09 - 2:12
    sont à la fois structurellement
    et fonctionnellement plus similaire
  • 2:12 - 2:16
    à leur identité de genre vécue
    que leur sexe biologique.
  • 2:16 - 2:20
    Une étude a révélé que les femmes trans,
    malgré attribué à un homme à la naissance,
  • 2:20 - 2:24
    elles avaient dans 'hypothalamus,
    une structure féminin plus petite,
  • 2:24 - 2:27
    L'IRM montre également,
    que les structures cérébrales des trans
  • 2:27 - 2:28
    sont plus similaire en épaisseur
  • 2:28 - 2:31
    à leur genre expérimenté
    et non leur sexe.
  • 2:31 - 2:33
    Enfin, la phéromone androstadiénone
  • 2:33 - 2:37
    cause réactions hypothalamiques
    divers aux cerveaux masculins et féminins.
  • 2:37 - 2:40
    Lorsque les personnes atteints
    de dysphorie genre y ont été exposés,
  • 2:40 - 2:41
    la réponse du hypothalamus
  • 2:41 - 2:44
    correspondait à leur genre perçu
    plutôt que leur sexe.
  • 2:44 - 2:46
    Ces études mettent en évidence
  • 2:46 - 2:49
    comment la masculinisation
    ou féminisation des gonades
  • 2:49 - 2:51
    n'est pas toujours le même que le cerveau
  • 2:51 - 2:54
    et qu'il y a une différence
    entre ton sexe ou ton anatomie
  • 2:54 - 2:57
    et votre genre ou comment nous percevons
    notre propre corps.
  • 2:57 - 3:00
    Il semble également y avoir une composante
    génétique à l'identité transgenre.
  • 3:00 - 3:02
    Dans les histoires de famille,
  • 3:02 - 3:05
    l'incohérence d'identité du genre
    circuler dans la famille,
  • 3:05 - 3:07
    ce qui signifie
    qu'ils peuvent être hérités.
  • 3:07 - 3:11
    Le gène CYP17, qui contrôle
    le niveau d'hormones sexuelles du corps,
  • 3:11 - 3:15
    a un allèle modifié qui s'exprime
    fréquemment chez les hommes trans.
  • 3:15 - 3:18
    Malgré les recherches,
    les scientifiques étudie toujours
  • 3:18 - 3:21
    plus de trois millions de marqueurs ADN
    pour l'identité transgenre
  • 3:21 - 3:24
    pour enquêter
    tout lien génétique pour être trans.
  • 3:24 - 3:28
    Même si des études scientifiques valident
    l'expérience des personnes transgenres,
  • 3:28 - 3:32
    ils souffrent toujours plus
    de dépression et d'anxiété
  • 3:32 - 3:33
    que le grand public.
  • 3:33 - 3:37
    Le risque suicidaire est plus important
    chez les personnes transgenres
  • 3:37 - 3:39
    qui ont été rejetés par leur famille,
  • 3:39 - 3:41
    discriminé au travail
    ou dans les soins de santé.
  • 3:41 - 3:45
    Les risques de suicide semblent diminuer
    après la transition de genre,
  • 3:45 - 3:47
    suggérant que la dysphorie de genre
  • 3:47 - 3:50
    peut causer une quantité extrême
    de douleur émotionnelle,
  • 3:50 - 3:51
    jusqu'au suicide.
  • 3:51 - 3:55
    Si vous, un membre de votre famille
    ou un ami souffre de dysphorie de genre,
  • 3:55 - 3:58
    il y a des liens dans la description
    pour plus d'informations.
  • 3:58 - 4:00
    Merci Gigi, pour faire
    partie de cette vidéo.
  • 4:00 - 4:03
    Cela signifie tellement.
    On est content que vous soyez là.
  • 4:03 - 4:06
    Merci les gars, pour utiliser
    votre chaîne, votre plateforme,
  • 4:06 - 4:09
    valider les expériences transgenres
    avec les sciences,
  • 4:09 - 4:12
    - Ce qui nous rapproche de l'égalité.
    - Absolument.
  • 4:12 - 4:15
    Si vous voulez voir la chaîne de Gigi,
    nous mettrons des liens.
  • 4:15 - 4:18
    Sinon, abonnez vous
    pour plus de science ici,
  • 4:18 - 4:20
    - Chaque semaine, à bientôt.
    - Paix!
Title:
The Science of Being Transgender ft. Gigi Gorgeous
Description:

more » « less
Video Language:
English
Team:
Amplifying Voices
Project:
Gender Diversity
Duration:
04:21

French subtitles

Revisions Compare revisions