YouTube

Got a YouTube account?

nou: permite crearea traducerilor și subtitrărilor de către spectatori pe canalul tău de YouTube!

French subtitrări

← Le passé, le présent et l'avenir de l'addiction à la nicotine

Obține codul încorporat
22 Languages

Showing Revision 94 created 01/20/2020 by eric vautier.

  1. Je vais vous raconter une histoire.
  2. Je vais vous raconter
  3. comment le produit de consommation
    le plus meurtrier imaginable
  4. est advenu.
  5. C'est la cigarette.
  6. La cigarette est le seul
    produit de consommation
  7. qui, quand consommé comme prévu,
  8. tuera ensuite prématurément la moitié
    de ses consommateurs à long terme.
  9. C'est aussi une histoire
  10. sur le travail que nous réalisons
    à la Food and Drug Administration
  11. et en particulier,
    le travail que nous réalisons
  12. pour concevoir la cigarette du futur,
  13. qui ne sera plus capable d'entraîner
    ou de nourrir une addiction.
  14. Beaucoup de gens pensent que le problème
    avec le tabac ou le fait de fumer
  15. a été résolu aux États-Unis
  16. du fait des grands progrès réalisés
  17. les 40, 50 dernières années
  18. quand il s'agit de consommation
    et de prévalence.
  19. C'est vrai,
  20. les taux de tabagisme
    sont à des niveaux historiquement bas.
  21. C'est vrai pour les adultes
    et les enfants.
  22. Et c'est vrai que ceux
    qui continuent de fumer
  23. fument moins de cigarettes par jour
  24. qu'à n'importe quel moment de l'histoire.
  25. Mais si je vous disais
    que la consommation de tabac,
  26. principalement du fait
    de l'exposition active et passive
  27. à la fumée des cigarettes,
  28. demeure la principale cause
    de maladie et de mort évitables
  29. dans ce pays ?
  30. C'est vrai.
  31. Et si je vous disais
    que cela tue plus de gens
  32. que nous ne le pensions auparavant ?
  33. C'est également vrai.
  34. Fumer tue plus de gens chaque année
  35. que l'alcool, le SIDA,
    les accidents de voiture,
  36. les drogues illicites, les meurtres
    et les suicides réunis.
  37. Année après année.
  38. En 2014,
  39. le prédécesseur du Dr Adams a publié
  40. le 50ème rapport du médecin-chef
  41. sur le tabagisme et la santé.
  42. Ce rapport a augmenté le bilan annuel
    des victimes du tabagisme
  43. car la liste des maladies
    liées au tabagisme
  44. s'est allongée.
  45. On estime maintenant prudemment
  46. que le tabagisme tue
    480 000 Américains par an.
  47. Ce sont des décès entièrement évitables.
  48. Comment comprendre une telle statistique ?
  49. Nous avons tant entendu parler,
    durant cette conférence,
  50. d'expériences individuelles
    et personnelles.
  51. Comment faire face à cela
    à l'échelle de la population
  52. quand il y a 480 000 mères,
  53. pères, sœurs, frères, tantes et oncles
  54. qui meurent inutilement
    chaque année à cause du tabac ?
  55. Et que se passe-t-il
    quand vous pensez à cette trajectoire
  56. pour l'avenir ?
  57. Faites les calculs :
  58. d'après le 50ème anniversaire du rapport
    du médecin-chef il y a cinq ans,
  59. quand cette statistique
    épouvantable a été augmentée,
  60. d'ici le milieu du siècle --
  61. ce sont plus de 17 millions
    de décès évitables aux États-Unis
  62. liés à la consommation de tabac,
  63. principalement à cause des cigarettes.
  64. Le médecin-chef a conclu
  65. que 5,6 millions d'enfants
    vivant aux États-Unis en 2014
  66. mourront prématurément
    à cause des cigarettes.
  67. 5,6 millions d'enfants.
  68. C'est un énorme problème
    de santé publique pour nous tous
  69. mais en particulier pour nous,
    les régulateurs
  70. de la Food and Drug Administration
    et du Centre pour les produits du tabac.
  71. Que pouvons-nous y faire ?
  72. Que pouvons-nous faire pour inverser
    cette trajectoire de maladie et de décès ?
  73. Nous avons un guide intéressant
    pour aider à démêler des problèmes
  74. tels que : comment est advenue
    la cigarette comme nous la connaissons ?
  75. Quelle est la vraie nature de l'industrie
    du tabac et des cigarettes ?
  76. Comment l'industrie s'est-elle comportée
  77. sur un marché historiquement
    non réglementé ?
  78. Et notre guide,
  79. ce sont des documents auparavant secrets
    et internes de l'industrie du tabac.
  80. Venez avec moi
  81. dans une machine à remonter le temps
  82. pour les documents
    de l'industrie du tabac.
  83. 1963.
  84. C'était 35 ans avant
    que le médecin-chef puisse enfin conclure
  85. que la nicotine et les cigarettes
    créaient une dépendance.
  86. Cela n'est arrivé que dans le rapport
    du médecin-chef de 1998.
  87. 1963,
  88. c'était un an avant le tout premier
    rapport du médecin-chef en 1964.
  89. Je me souviens de 1964.
  90. Je ne me souviens pas
    du rapport du médecin-chef,
  91. mais je me souviens de 1964.
  92. J'étais enfant à Brooklyn.
  93. C'était une époque
  94. où, aux États-Unis,
    presque un adulte sur deux fumait.
  95. Mes deux parents étaient
    de gros fumeurs à l'époque.
  96. La consommation de tabac
    était si incroyablement normalisée que --
  97. et ce n'était pas la Caroline du Nord,
    la Virginie ou le Kentucky,
  98. c'était Brooklyn --
  99. nous créions des cendriers
    pour nos parents
  100. en cours d'arts plastiques.
  101. (Rires)
  102. Ces cendriers étaient assez affreux,
    mais c'étaient des cendriers.
  103. (Rires)
  104. Si normalisée que je me souviens avoir vu
    un bol de cigarettes dans l'entrée
  105. de notre maison et d'autres maisons
  106. en tant que geste de bienvenue
    quand un ami venait rendre visite.
  107. Revenons en 1963.
  108. Le meilleur avocat
    pour Brown et Williamson,
  109. alors la troisième plus grande
    entreprise de cigarettes des États-Unis,
  110. a écrit ceci :
  111. « La nicotine est addictive.
  112. Nous sommes donc dans la vente
    de la nicotine, une drogue addictive. »
  113. C'est remarquable,
  114. autant pour ce que cela ne dit pas
    que pour ce que cela dit.
  115. Il n'a pas dit être
    dans la vente de cigarettes.
  116. Il n'a pas dit être
    dans l'industrie du tabac.
  117. Il a dit être dans la vente de nicotine.
  118. Philip Morris en 1972 :
  119. « La cigarette n'est pas un produit,
  120. c'est un emballage.
  121. Le produit est la nicotine.
  122. Le paquet est un dispositif de stockage
    pour la posologie journalière de nicotine.
  123. La cigarette, un distributeur
    d'une dose de nicotine. »
  124. Nous reviendrons plus tard
    à la notion de dose.
  125. Et R.J. Reynolds en 1972 :
  126. « Dans un sens, l'industrie du tabac
    peut être perçue comme un segment
  127. spécialisé, hautement ritualisé et stylisé
    de l'industrie pharmaceutique.
  128. Les produits du tabac servent
    uniquement à délivrer de la nicotine,
  129. une puissante drogue avec une variété
    d'effets psychologiques. »
  130. A l'époque et durant
    de nombreuses décennies, publiquement,
  131. l'industrie a complètement nié l'addiction
  132. et a complètement nié la causalité.
  133. Mais ils connaissaient
    la vraie nature de leur industrie.
  134. De temps en temps,
  135. des alertes sanitaires pour la cigarette
    ont été rendues publiques,
  136. il y a de nombreuses décennies.
  137. Comment l'industrie a-t-elle répondu ?
  138. Comment a-t-elle répondu
  139. sur ce marché historiquement
    non réglementé ?
  140. Si on revient aux années 30,
  141. c'est avec de la publicité
    présentant beaucoup des images de médecins
  142. et d'autres professionnels de santé
  143. transmettant des messages pour rassurer.
  144. Voici une pub pour Lucky Strike,
  145. la cigarette populaire
    à l'époque des années 30 :
  146. [20 679 médecins disent :
    « Luckies sont moins irritantes ».
  147. La protection de votre gorge
    contre l'irritation, contre la toux.]
  148. (Rires)
  149. Nous rions,
  150. mais c'était le genre de publicité
  151. qui était là pour rassurer
    via un message sanitaire.
  152. Passons aux années 50, 60 et 70.
  153. De nouveau, en l'absence
    de réglementation,
  154. nous allons voir
    des modifications du produit
  155. et de sa conception
  156. pour répondre aux préoccupations
    sanitaires du jour.
  157. C'est le filtre Kent Micronite.
  158. Ici, l'innovation, si vous voulez,
    c'était la cigarette avec filtre.
  159. [Tout le plaisir de fumer...
  160. plus la preuve de la meilleure
    protection sanitaire qu'il soit.]
  161. Ce que le fumeur de ce produit ignorait,
  162. ce que son médecin ignorait,
  163. ce que le gouvernement ignorait,
  164. c'est que c'était un filtre
    contenant de l'amiante.
  165. (Cris de surprise)
  166. Quand les fumeurs
    fumaient cette cigarette avec filtre,
  167. inhalant les produits
    chimiques et la fumée
  168. que nous savons associés aux cancers,
    aux maladies pulmonaires
  169. et aux maladies cardiaques,
  170. ils aspiraient également
    des fibres d'amiante.
  171. (Cris de surprise)
  172. Dans les années 60 et 70,
  173. la soi-disant innovation
    était la cigarette légère.
  174. C'est une marque courante
    à l'époque : True.
  175. C'est après que les rapports
    du médecin-chef ont commencé à paraître.
  176. Vous voyez l'inquiétude sur son visage.
  177. [Vu ce que j'ai entendu dire,
  178. j'ai décidé d'arrêter
    ou de fumer des cigarettes True.
  179. Je fume des cigarettes True.]
  180. (Rires)
  181. [Les cigarettes avec peu de goudron
    et peu de nicotine.]
  182. Puis cela disait : « Pensez-y ».
  183. En-dessous de cela, en tout petit,
  184. il y a les chiffres
    pour le goudron et la nicotine.
  185. C'était quoi, une cigarette légère ?
  186. Comment cela marchait-il ?
  187. Voici une illustration
    de la modification du produit
  188. connue sous le nom
    de « filtre de ventilation ».
  189. Ce n'est pas un vrai filtre,
  190. c'est juste une image
  191. pour que vous voyiez les lignes
    de trous de ventilation au laser
  192. faits sur le filtre.
  193. Quand vous regardez une vraie cigarette,
  194. c'est plus dur à voir.
  195. Chaque brevet de ce produit montre
  196. que les trous de ventilation
    devraient être à 12 millimètres
  197. à partir du bord du filtre côté lèvres.
  198. Comment cela marchait-il ?
  199. La cigarette était mise dans une machine.
  200. La machine a pris
    des bouffées de cigarette
  201. et a enregistré les taux
    de goudron et de nicotine.
  202. Alors que la machine fumait,
  203. de l'air extérieur entrait
    via ces trous de ventilation
  204. et diluait la quantité de fumée
    arrivant via la cigarette.
  205. Alors que la machine fumait,
  206. moins de goudron
    et de nicotine étaient délivrés
  207. comparé à une cigarette classique.
  208. Ce que l'industrie du tabac savait,
  209. c'est que les êtres humains
    ne fument pas comme des machines.
  210. Comment les humains fument-ils cela ?
  211. Où vont les doigts ?
  212. (Murmures)
  213. Où vont les lèvres ?
  214. Je vous ai dit que le brevet disait
  215. que les trous sont à 12 millimètres
    du bout côté lèvres.
  216. Le fumeur ne savait même pas
    qu'ils étaient là,
  217. mais entre les doigts et les lèvres,
    les trous sont bouchés.
  218. Quand les trous sont bouchés,
    ce n'est plus une cigarette légère.
  219. Il s'avère qu'il y a
  220. autant de nicotine
    dans une cigarette légère
  221. que dans une normale.
  222. La différence était l'extérieur.
  223. Mais dès que vous bloquez l'extérieur,
  224. c'est une cigarette normale.
  225. Le Congrès a mis la FDA
    à la réglementation des produits du tabac
  226. il y a 10 ans en juin.
  227. Vous avez entendu
    les statistiques du début
  228. sur la contribution extraordinaire
    de la cigarette aux maladies et décès.
  229. Nous avons aussi prêté
    beaucoup d'attention
  230. à comment la cigarette sert
    de dispositif d'administration de drogue
  231. et l'efficacité remarquable
    de son administration de nicotine.
  232. Jetons-y un œil.
  233. Quand le fumeur tire sur la cigarette,
  234. la nicotine de cette bouffée
    arrive au cerveau
  235. en moins de 10 secondes.
  236. Moins de 10 secondes.
  237. Dans le cerveau,
  238. il y a ces choses appelées
    « récepteurs nicotiniques ».
  239. Ils sont là...
  240. à attendre.
  241. Ils attendent, comme dit
    dans ce document de Philip Morris,
  242. la prochaine « dose de nicotine ».
  243. Le fumeur que vous voyez dehors,
  244. dans un groupe d'autres fumeurs,
  245. dans le froid,
  246. dans le vent,
  247. sous la pluie,
  248. est dans un état de manque
  249. et subit peut-être
    les symptômes du sevrage.
  250. Ces symptômes de sevrage
    sont un message chimique
  251. que ces récepteurs envoient au corps
  252. disant : « Nourris-moi ! »
  253. Un produit pouvant administrer la drogue
    en moins de 10 secondes
  254. s'avère être incroyablement efficace
    et incroyablement addictif.
  255. Nous avons parlé à tant d'experts
    du traitement des dépendances
  256. au fil des années.
  257. J'entends la même histoire à répétition :
  258. « Longtemps après un sevrage de l'héroïne,
  259. de la cocaïne ou du crack,
  260. je n'arrive pas à ce que la personne
    arrête les cigarettes. »
  261. Une grande partie de l'explication
    est liée aux 10 secondes.
  262. Il est dans le domaine
    réglementaire de la FDA
  263. d'utiliser les outils de la réglementation
  264. pour rendre les cigarettes actuelles
    à peine ou pas addictives.
  265. Nous y travaillons.
  266. Cela pourrait avoir un effet profond
    à l'échelle de la population
  267. grâce à cette politique.
  268. Nous avons fait une modélisation
    dynamique de la population
  269. et publié les résultats
    dans « The New England Journal ».
  270. Du fait des effets générationnels
    de cette politique,
  271. que j'expliquerai après,
  272. voici ce que nous prévoyons
    d'ici la fin du siècle :
  273. plus de 33 millions de personnes
  274. qui seraient autrement devenues
    des fumeurs réguliers
  275. ne le deviendront pas
  276. car la cigarette qu'ils essayeront
  277. ne peut ni créer,
    ni nourrir une addiction.
  278. Cela ferait baisser le taux
    d'adultes fumeurs à moins de 1,5%.
  279. Ces deux choses ensemble
  280. aboutiraient à éviter plus de
    huit millions de décès liés à la cigarette
  281. qui auraient autrement eu lieu,
  282. grâce aux effets générationnels de cela.
  283. Pourquoi dis-je « générationnel » ?
  284. Il est question des enfants.
  285. 90% des fumeurs adultes
    ont commencé quand ils étaient enfants.
  286. La moitié sont devenus
    des fumeurs réguliers
  287. avant d'atteindre l'âge légal
    pour acheter un paquet de cigarettes.
  288. La moitié sont devenus
    des fumeurs réguliers avant leurs 18 ans.
  289. L'expérimentation.
  290. Le tabagisme régulier.
  291. L'addiction.
  292. Des décennies de tabagisme.
  293. Puis la maladie,
  294. et c'est pour cela
    qu'on parle d'un produit
  295. qui tuera la moitié
    de ses consommateurs réguliers
  296. prématurément, plus tard dans leur vie.
  297. Les effets générationnels
  298. de cette politique
    de réduction de la nicotine
  299. sont profonds.
  300. Ces vieux documents de l'industrie
    visaient les jeunes.
  301. Ils étaient décrits comme
    des « fumeurs de remplacement ».
  302. Des remplaçants pour les fumeurs
    adultes dépendants
  303. qui sont morts ou ont arrêté.
  304. Les futures générations d'enfants,
    en particuliers les ados,
  305. auront des comportements à risque.
  306. Nous ne pouvons pas l'empêcher.
  307. Mais si la seule cigarette
    sur laquelle ils pouvaient mettre la main
  308. ne pouvait plus créer
    ni nourrir d'addiction ?
  309. C'est le retour sur investissement
    pour la santé publique
  310. à l'échelle de la population
    au fil du temps.
  311. Je n'ai rien dit
    sur les cigarettes électroniques.
  312. Mais je dois dire
    quelque chose à leur sujet.
  313. (Rires)
  314. Il y a une épidémie
    de leur utilisation par des enfants.
  315. Ce qui nous perturbe le plus,
  316. avec les chiffres croissants
    en termes de prévalence,
  317. c'est la fréquence.
  318. Non seulement plus d'enfants
    utilisent des vapoteuses,
  319. mais plus d'enfants en utilisent
  320. au moins 20 jours
    au cours des 30 derniers jours
  321. qu'à n'importe quel moment
    depuis leur arrivée sur le marché.
  322. A la FDA, nous faisons tout notre possible
  323. avec les programmes et politiques
  324. pour dire aux enfants
  325. que ce n'est pas un produit inoffensif
  326. et pour nous assurer
    qu'ils ne s'initient pas et n'essayent pas
  327. de produits du tabac,
  328. qu'une combustion soit présente ou non.
  329. Mais réfléchissez aux vapoteuses
    dans un marché bien réglementé
  330. comme une chose pouvant être bénéfique
  331. aux fumeurs de cigarettes
    adultes et dépendants
  332. qui essayent d'arrêter la cigarette.
  333. Je vais vous laisser sur cette vision :
  334. imaginez un monde
  335. où la seule cigarette pour expérimenter
    pour les futures générations d'enfants
  336. ne puisse plus créer
    ni nourrir d'addiction
  337. grâce à une unique politique.
  338. Imaginez un monde
  339. où les fumeurs de cigarettes
    inquiets pour leur santé,
  340. en particulier si une politique
    entre en vigueur
  341. et réduit les niveaux de nicotine
    pour être à peine ou pas addictifs,
  342. pouvaient passer à des formes
    alternatives, moins nocives
  343. d'administration de nicotine,
  344. avec des médicaments
    à la nicotine réglementés
  345. comme le chewing-gum,
    le patch et la pastille.
  346. Finalement,
  347. imaginez un monde
    et un marché correctement réglementé,
  348. que ce soit les cigarettes électroniques
    ou une autre technologie,
  349. où les créateurs du produit
    et les commerçants
  350. ne décident pas quel produit
    arrive sur le marché,
  351. quelles allégations sont faites,
  352. ce sont des scientifiques de la FDA
  353. qui considèrent les demandes
  354. et décident, d'après les standards
    que le Congrès nous a mandatés
  355. à implémenter et appliquer,
  356. si un produit en particulier
    devrait aller sur le marché,
  357. car la vente de ce produit
    et les termes de nos lois
  358. conviendraient à la protection
    de la santé publique.
  359. Ce sont le genre de formidables
    outils réglementaires
  360. qui sont à notre portée
  361. pour faire face à ce qui reste
  362. la première cause de maladies
    et de décès entièrement évitables
  363. dans le pays.
  364. Si nous faisons cela bien,
  365. cette trajectoire,
    ces 5,6 millions d'enfants,
  366. peut être interrompue.
  367. Merci.
  368. (Applaudissements)