French subtitles

← vimeo.com/.../436612411

Get Embed Code
8 Languages

Showing Revision 11 created 02/11/2021 by Constancedem.

  1. Je m'appelle Jeff Moyer, j'ai 71 ans
    et je suis avocat en droit du handicap,
  2. écrivain et musicien. Je suis impliqué
    dans l'ADA depuis le tout début,
  3. à l'époque où on essayait d'instaurer
    ce qui était le début du droit au handicap
  4. par le biais des 504 règles
    qui ont été signées en 1977
  5. à la suite d'un sit-in de 26 jours
    dans le Federal Building de San Francisco.
  6. J'étais musicien, même si à l'époque
    je ne vivais pas là-bas comme ces héros.
  7. Je faisais des allers-retours
    car j'avais un enfant en bas-âge.
  8. Mon engagement avec l'ADA débuta suite à
    un discours de Justin Dart en 1988.
  9. J'ai été captivé par son éloquence
    et son message d'unité.
  10. Je suis allé me présenter,
    et je lui ai demandé si je pourrais
  11. un jour le filmer pendant un discours.
    Il a accepté, et c'est ainsi
  12. que notre amitié a commencé.
    Il m'a invité à venir chanter ma chanson,
  13. l'hymne de l'ADA, au sénat américain,
    lors de la soirée qui a suivi la signature
  14. de l'ADA à la Maison Blanche
    le matin-même.
  15. Je me suis ensuite engagé comme membre
    du réseau d'application de l'ADA
  16. et j'ai travaillé bénévolement
    avec des gens dans tout le pays,
  17. pour vérifier que les droits instaurés
    par l'ADA soient appliqués dans leur vie.
  18. J'ai commencé à perdre la vue en été 1954,
    deux semaines avant que mon petit frère
  19. vienne au monde
    avec un grave handicap cognitif.
  20. Je crois que j'ai compris ce qu'était
    le rejet quand j'étais en CP
  21. et que je n'arrivais pas à voir
    et à lire le contenu des cours.
  22. Ma maîtresse devait écrire séparément
    pour moi ce qu'elle écrivait au tableau.
  23. C'était la première fois que je prenais
    conscience que j'avais des besoins,
  24. et d'une intervention humaine
    pour y répondre.
  25. C'était plus difficile pour mon frère.
    Il est devenu victime de brutalités
  26. et de violences extrêmes dans son enfance.
    Aucune école ne voulait l'accepter,
  27. même les écoles accueillant
    des enfants handicapés.
  28. Il a donc été placé
    en institution à l'âge de 9 ans.
  29. Cela a été le début d'un nouveau chapitre
    dans ma vie, qui se poursuit aujourd'hui,
  30. pour comprendre les besoins des gens
    souffrant de handicaps cognitifs.
  31. Grâce à l'important arrêt Olmstead,
    la vie en institution devint considérée
  32. comme une violation des droits civiques.
    Cela a été un long cheminement.
  33. L'ADA était....
  34. un très beau projet.
    Mais lors de sa réalisation,
  35. le sénat a décidé d'exclure
    les personnes atteintes de cécité ;
  36. il y avait des abaissements de trottoir
    à toutes les intersections du pays,
  37. mais l'installation d'une signalétique
    accessible aux handicapés visuels
  38. est une décision locale.
    Et je crains que...
  39. Je le sais même, grâce à une proche amie,
    décédée depuis, qui a participé
  40. à toute la procédure à Washington.
    Elle s'appelait Mary Jane Owen.
  41. L'ADA a donc un fort potentiel, mais n'est
    appliquée que par l'action individuelle,
  42. quand les gens militent pour s'assurer
    qu'elle soit appliquée, au cas par cas.
  43. J'ai été invité à la Maison Blanche
    pour la cérémonie de signature.
  44. Je suis arrivé tôt, directement
    de l'aéroport, et j'ai donc été placé
  45. au premier rang de la section publique.
    Il y avait une section pour le Congrès,
  46. une pour l'administration et une pour
    le public. À la fin de son discours,
  47. le président a traversé la tribune
    installée pour qu'il puisse être vu
  48. par la foule, ou plutôt par le public,
    la section du Congrès s'est bien sûr levée
  49. comme un seul homme et a applaudi
    à tout rompre. Des gens ont alors crié :
  50. "On ne voit rien, asseyez-vous !"
    Le sénateur Kennedy était installé
  51. juste devant moi ; ma voisine,
    avec qui j'avais échangé quelques mots,
  52. a dit qu'il s'était retourné d'un coup
    et s'était rendu compte qu'il bloquait
  53. la vue des gens en fauteuils roulants.
  54. ll y a donc eu un moment d'opposition
    entre le protocole et l'accessibilité.
  55. Les gens se sont évidemment rassis.
    Cet événement représente la première fois
  56. que l'accessibilité était mise en pratique
    grâce à l'action personnelle.
  57. Il sera sans doute compliqué de réaliser
    de nouvelles avancées dans le domaine
  58. du droit du handicap car notre pays est
    dans une situation économique critique
  59. en raison du Coronavirus.
    Nous allons sans doute devoir

  60. travailler très dur, simplement pour
    conserver les bases que nous avons posées.
  61. Mais si tous mes souhaits en matière
    d'accessibilité pouvaient être exaucés,
  62. je choisirais de rouvrir les pages
    de l'ADA pour y ajouter
  63. l'accès à l'information
    et à l'orientation. Car pour les personnes
  64. capables de se déplacer mais aveugles,
    ou qui ne savent pas lire en raison
  65. d'un handicap cognitif, des choses
    aussi simples que des passages piéton,
  66. des numéros de bus
    ou des panneaux dans des bâtiments
  67. représentent des obstacles importants.
  68. Il existe une technologie appelée
    "signalisation sonore", et on s'en est
  69. beaucoup approchés. Elle n'est pas requise
    par l'ADA, mais mise en place
  70. dans le cadre de l'accessibilité.
    Cependant, les Républicains ont bloqué
  71. les dépenses routières pour éviter
    que le Président Obama remporte
  72. des victoires. Nous voulions faire ajouter
    un amendement essentiel,
  73. qui aurait fait de Washington D.C.
    la première ville accessible au monde
  74. pour les gens dans l'incapacité
    de voir ou de lire.
  75. Après 10 ans d'efforts,
    ça a vraiment été un coup dur.
  76. J'étais bénévole depuis 10 ans,
    et ça a été un échec terrible
  77. pour ce type d’accessibilité.
    Aujourd'hui, il existe certainement
  78. de nombreux types d'accès
    via les téléphones portables,
  79. pour ceux pour qui en sont capables,
    mais beaucoup ne peuvent pas s'en servir
  80. ou se le permettre financièrement,
    ce qui fait de l'accessibilité une chose
  81. qui nécessite de l'argent.
  82. L'ADA a clairement établi
    que la responsabilité de l'accessibilité
  83. revient au gouvernement.
  84. Les gens ont des infirmités, et ce sont
    les situations qui créent des handicaps.
  85. Je pense que l'ADA a permis d'offrir
    des possibilités à ces personnes,
  86. de leur ouvrir des perspectives d'emploi.
    À vrai dire, on a perdu du terrain
  87. depuis l'adoption de l'ADA, car les gens
    se sont cachés derrière cette loi
  88. pour justifier leurs pratiques
    en termes de recrutement.
  89. Nous devons faire davantage de progrès
    en matière d'équité dans l'emploi,
  90. et d'accès à l'orientation
    et à l'information.
  91. L'ADA... Je viens juste d'entendre
    Robert Moses, un des héros
  92. du mouvement des droits civiques
    et de l'été de la liberté en 1964.
  93. D'après lui, le Civil Act de 1964
    et le Voting Rights Act de 1965
  94. sont des idées, qui doivent cependant
    encore devenir pleinement réalité ;
  95. la même chose est valable pour l'ADA :
    c'est une idée, un concept,
  96. un formidable accomplissement, mais pour
    qu'elle devienne réalité dans nos vies,
  97. il faut développer l'accessibilité.
    Moses a dit que l'arrêt répondait
  98. à ce que je considère comme notre besoin
    le plus fondamental :
  99. un logement sûr et accessible
    pour les personnes souffrant
  100. de handicaps cognitifs. Les institution
    existent toujours, et même au sein
  101. de la communauté, il faut des défenseurs
    pour s'assurer que les gens puissent.
  102. vivre dans des environnements sûrs
    et accueillants, même chez eux.
  103. J'ai connu cela avec mon frère,
    qui est mort d'un cancer du poumon
  104. à cause d'une addiction à la cigarette
    développée dans l'institution où il vivait

  105. quand il était enfant.
  106. Même lors des derniers jours de sa vie,
    il y a eu des vols et de la violence
  107. là où il vivait. On pensait pourtant
    le soustraire à cela quand j'ai réussi
  108. à lui faire quitter son institution
    pour une résidence accueil.
  109. Le plus grand besoin est donc celui
    du plus faible d'entre nous.
  110. Comme souvent, nous devons écouter
    notre intelligence du cœur,
  111. savoir ce qui est juste
    puis trouver la façon
  112. dont nos droits peuvent répondre à cela.
  113. L'ADA, l'IDEA, la section 504,
    le Voting Rights Act ou les amendements
  114. du Fair Housing Act : nous sommes protégés
    par de nombreuses lois,
  115. mais chacun d'elles nécessite
    un programme individuel
  116. ainsi que du militantisme.
    Alors militez tous, vous les jeunes
  117. qui lisez ou regardez ceci. Nous passons
    le flambeau, et il est important
  118. que la jeune génération reprennent
    à présent les rênes pour continuer
  119. à avancer avec nos très chers
    et durement acquis droits du handicap,
  120. qui sont nos droits civiques.
  121. Mon espoir est que les gens parviennent
    à étendre leur réflexion
  122. sur nos besoins en tant que communauté
    et à avancer ensemble
  123. dans une direction commune,
    pour une cause commune,
  124. peut-être pour le bien de
    quelques personnes de la communauté.
  125. Mais nous bénéficions tous
    des progrès qui sont faits
  126. dans le domaine de l'accessibilité.
  127. J'ai ajouté de la musique lors de
    notre manifestation pour la signature
  128. de l'ADA, et lors de la commémoration
    de son dixième anniversaire.
  129. Entre temps, j'ai compris
    le pouvoir de la musique.
  130. Elle permet de communiquer avec
    une communauté plus large.
  131. Elle est un soutien dans notre rôle
    de militants et nous unit.
  132. Lors du Martin Luther King Day, la veuve
    de Martin Luther King a déclaré
  133. que lorsque nous étions engagés
    dans le mouvement des droits civiques
  134. dans les année 1960, et celui des droits
    du handicap dans les années 1970,
  135. c'est la musique qui nous a aidés
    à fonder une communauté
  136. parce qu'on chantait ensemble.
    Et j'espère que la musique
  137. restera un moyen de nous rapprocher.
  138. S'il y a une chose dont nous avons besoin
    maintenant, c'est de savoir
  139. qu'on est unis en tant que personnes
    handicapées, qu'on a tous en commun
  140. des histoires variées de discrimination
    et de rejet, et que nos droits
  141. sont protégés par les mêmes lois.
    J'espère que la culture continuera
  142. à nous lier et à donner une voix
    par ses multiples façon, pour que les gens
  143. puissent avoir la possibilité d'exprimer
    la réalité et espérer.
  144. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons
    besoin d'espoir
  145. et c'est ce que l'ADA a apporté :
    une grande lueur d'espoir.