French subtitles

← Comment l'épuisement professionnel nous rend moins créatifs

Get Embed Code
16 Languages

Showing Revision 5 created 02/15/2020 by eric vautier.

  1. Il y a quelques années,
    mon obsession pour la productivité
  2. est devenue si néfaste que j'ai souffert
    d'un épisode d'épuisement professionnel
  3. qui m'a effrayée.
  4. Je parle d'insomnie, de prise de poids,
    de perte de cheveux : la totale.
  5. J'étais si surmenée que mon cerveau
  6. ne pouvait littéralement
    pas trouver de nouvelles idées.
  7. Cela m'indiquait que mon identité était
    associée à cette idée de productivité.
  8. [Notre Façon de Travailler]

  9. Vous sentez-vous coupable

  10. de ne pas avoir été
    assez productif durant la journée ?
  11. Passez-vous des heures
    à lire des trucs et astuces,
  12. à essayer de nouveaux systèmes
    et applications
  13. pour en faire encore plus ?
  14. J'ai tout essayé : les applis
    pour les tâches, les calendriers,
  15. la gestion du temps,
  16. des choses censées
    organiser votre journée.
  17. Nous sommes si obsédés
    par l'idée d'en faire plus
  18. que nous sommes passés à côté
    du plus important.
  19. Nombre de ces outils n'aident pas.
  20. Ils empirent les choses.
  21. Prenons un instant
    pour parler de productivité.

  22. Historiquement, la productivité
    comme nous la connaissons
  23. a été utilisée durant
    la révolution industrielle.
  24. C'était un système mesurant la performance
    d'après la constance du résultat.
  25. Vous pointiez au travail
  26. et étiez responsable
    de la création de X appareils
  27. sur la chaîne de production.
  28. A la fin de la journée,
    il était facile de voir
  29. qui avait travaillé dur ou non.
  30. Quand nous sommes passés
    à une économie du savoir,
  31. les gens ont soudain eu
    des tâches bien plus abstraites
  32. comme écrire, résoudre des problèmes,
    élaborer des stratégies :
  33. des tâches pas faciles à mesurer.
  34. Les entreprises ont eu du mal à trouver
  35. comment dire qui travaillait dur ou non
  36. alors elles ont adopté les vieux systèmes
    du mieux qu'elles pouvaient,
  37. menant à des choses
    comme la redoutable feuille de temps
  38. où tout le monde a la pression
  39. de justifier comment il passe
    chaque seconde de chaque jour.
  40. Il y a juste un problème.

  41. Ces systèmes n'ont pas beaucoup de sens
    pour le travail créatif.
  42. Nous voyons encore la productivité
    comme un sport d'endurance.
  43. Vous essayez de produire
    beaucoup d'articles
  44. ou nous remplissons
    nos journées de réunions.
  45. Mais ce modèle de résultat constant
    n'est pas propice à la pensée créative.
  46. Aujourd'hui, les travailleurs du savoir
    font face à un grand défi.
  47. On s'attend à ce que nous soyons
  48. constamment et uniformément
    productifs et créatifs.
  49. Mais c'est presque impossible

  50. pour nos cerveaux de générer
    constamment de nouvelles idées
  51. sans avoir de repos.
  52. Un temps d'inactivité
    est nécessaire à notre cerveau
  53. pour se remettre
    et fonctionner correctement.
  54. Considérez que,
  55. d'après une équipe de chercheurs
    de l'université de Californie du sud,
  56. laissez notre esprit vagabonder
    est un état d'esprit essentiel
  57. qui nous aide à développer notre identité,
  58. à digérer les interactions sociales
  59. et cela influence même
    notre boussole morale intérieure.
  60. Notre besoin de pause va à l'encontre
    de notre récit culturel sur le travail,
  61. autrement dit : les histoires
    que nous, en tant que société,
  62. nous racontons
    sur ce à quoi ressemble la réussite
  63. et ce que cela nécessite.
  64. Des histoires comme le rêve américain,
  65. qui est l'une de nos croyances
    les plus profondément ancrées.
  66. Elle nous dit que si nous travaillons dur,
  67. nous réussirons.
  68. Mais il y l'envers de cela.
  69. Si vous ne réussissez pas,
  70. cela doit vouloir dire
    que vous ne travaillez pas assez dur.
  71. Si vous ne pensez pas
    que vous en faites assez,
  72. vous allez rester tard,
    travailler des nuits entières
  73. et vous surpasser,
    même quand vous n'êtes pas dupe.
  74. La productivité s'est incorporée
    à notre estime de nous-même,

  75. tant et si bien qu'il est presque
    impossible de nous autoriser
  76. à arrêter de travailler.
  77. L'employé américain moyen
  78. ne prend que la moitié des congés payés
    qui lui sont attribués,
  79. démontrant une fois de plus
  80. que si nous avons le choix
    de prendre une pause,
  81. nous n'en prenons pas.
  82. Pour être claire, je ne pense pas
    que la productivité

  83. ou essayer d'améliorer
    nos performances, c'est mauvais.
  84. Je dis juste que nos modèles actuels
    utilisés pour mesurer le travail créatif
  85. n'ont aucun sens.
  86. Il nous faut des systèmes
    marchant avec notre créativité
  87. et pas contre elle.
  88. [COMMENT ARRANGER CELA ?]

  89. Ce problème n'a pas de solution miracle.

  90. Je sais, c'est nul.
  91. Personne n'aime un bon cadre
    ou un bon acronyme plus que moi.
  92. Mais la vérité, c'est que tout le monde
    a ses propres histoires à découvrir.
  93. Ce n'est qu'en commençant à creuser
    autour de mes croyances sur le travail
  94. que j'ai commencé à éclaircir
    la racine de mon histoire sur le travail,
  95. à être enfin capable d'abandonner
    des comportements destructeurs
  96. et à faire des changements
    positifs et à long terme.
  97. La seule façon de faire cela

  98. est en vous posant
    des questions difficiles.
  99. Être occupé vous fait-il
    vous sentir important ?
  100. Qui considérez-vous
    comme un exemple de réussite ?
  101. D'où viennent vos idées
    d'éthique professionnelle ?
  102. Quelle part de vous
    est associée à ce que vous faites ?
  103. Votre créativité a ses propres rythmes.

  104. Notre énergie fluctue chaque jour,
    chaque semaine, à chaque saison.
  105. Je sais que je suis plus énergique
    au début de la semaine qu'à la fin
  106. alors je charge plus le début
    de ma semaine de travail.
  107. En tant que fière couche-tard,
    je libère mes après-midis et soirées
  108. pour du travail créatif.
  109. Je sais que j'écrirai plus
    durant les mois hivernaux et douillets
  110. que durant l'été.
  111. C'est là le secret.

  112. Démanteler les mythes,
  113. remettre en question
    vos vieux points de vue,
  114. identifier vos récits --
  115. c'est le vrai travail
    que nous devons réaliser.
  116. Nous ne sommes pas des machines
  117. et il est temps d'arrêter
    de travailler comme elles.