French feliratok

← Des chats contre le plastique | Tatiana Andreïeva et Valentina Andreïeva | TEDxMinskWomen

Beágyazókód kérése
3 Languages

Showing Revision 12 created 12/27/2020 by eric vautier.

  1. Anna Kozlova : Voir une ado sur une scène
    en train de parler d'écologie,
  2. ça nous fait inévitablement
    penser à quelqu'un :
  3. la militante suédoise Greta Thunberg,
  4. qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux
  5. après avoir pris la parole à l'ONU
    et reproché aux dirigeants du monde entier
  6. d'être conscients des problèmes
    environnementaux, mais de ne rien faire.
  7. Et vous, que pensez-vous de Greta ?
  8. Valentina Andreïeva : Je trouve
    que Greta Thunberg est incroyable,
  9. elle essaie d'atteindre son but
    grâce à son énergie et son esprit,
  10. et son but, ce qu'elle veut...
  11. AK : Il me semble que c'est
    ce que nous voulons tous...
  12. VA : ... c'est que le gouvernement
    s'intéresse à l'écologie.
  13. Je suis choquée qu'elle ait réussi
    à réunir autour d'elle
  14. une telle quantité de personnes
    qui la soutiennent
  15. et qui, j'espère, continueront
    à la soutenir à l'avenir.
  16. Tatiana Andreïeva : Personnellement, je
    n'aimerais pas que Valentina sèche l'école
  17. pour aller tenir une pancarte
    au nom de l'écologie,
  18. mais cela dit, je suis très heureuse
    que les enfants aient un porte-parole.
  19. Certes, elle y va un peu fort,
    mais beaucoup de gens l'entendent
  20. et des centaines de milliers de personnes
    ont rejoint son combat pour l'écologie.
  21. Et si 100 000 personnes,
    après sa conférence,
  22. refusent un sac plastique dans un magasin,
  23. ça représente 100 000 sacs plastiques.
  24. C'est là pour moi toute l'utilité
    de cette conférence.
  25. Et vraiment, elle a fait beaucoup
    pour une adolescente.
  26. AK : Aujourd'hui, il faut souvent
    défendre l'écologie sur les barricades.
  27. On ne peut pas dire
    que ça n'a servi à rien,
  28. maintenant nous avons au moins
    tous pris conscience du problème.
  29. Nous savons tous très bien
    qu'il se passe quelque chose.
  30. Mais vous avez choisi
    une méthode moins agressive :
  31. au lieu d'attaquer, montrer l'exemple.
  32. Vous avez créé le mouvement
    « Des chats contre le plastique ».
  33. Racontez-nous comment
    vous est venue cette idée.
  34. TA : Parfois, les bonnes choses
    arrivent par hasard.
  35. Au début, c'était l'occasion
    de passer plus de temps avec ma fille.
  36. Nous vivons dans un monde qui va vite,
  37. où nous sommes tous très occupés,
    y compris nos enfants.
  38. On essaie de leur enseigner
    le plus de choses possible :
  39. l'anglais, l'informatique,
    la natation, la musique.
  40. Toutes leurs journées sont prises.
  41. Et il ne nous reste plus beaucoup
    de temps à passer avec nos enfants.
  42. Ce projet commun, c'était une opportunité
    de passer plus de temps avec ma fille,
  43. à faire autre chose que regarder la télé.
  44. Je vais vous parler un peu du projet.
  45. Il y a six mois, Valentina et moi
    avons participé à un projet
  46. d'entrepreneuriat social
    pour les enfants « Jeune entreprise ».
  47. C'est un travail d'équipe :
    un enfant et un adulte.
  48. C'est de l'entrepreneuriat social,
  49. c'est-à-dire qu'il y a à la fois
    un aspect social et un aspect commercial.
  50. Nous avons choisi le thème de l'écologie.
  51. L'aspect commercial, c'était l'idée
    de coudre des sacs en tissu,
  52. et ensuite de les vendre.
  53. Ça, c'était l'idée de départ,
    ensuite le projet s'est développé
  54. bien au-delà de la vente de sacs.
  55. VA : Le plus important,
    sans doute l'essence de ce projet,
  56. c'est bien sûr de rallier les enfants
    au mouvement écologiste,
  57. pour que ce ne soit pas les parents,
  58. mais les enfants eux-mêmes
    qui parlent à leurs parents d'écologie,
  59. qui expliquent en quoi
    le plastique est nocif,
  60. pourquoi il vaut mieux prendre
    des sacs en tissu pour les courses,
  61. pas des sacs en plastique.
  62. AK : Ça, ce sont vos sacs,
    mais d'où sort ce chat ?
  63. Parlez-nous du chat !
  64. VA : En fait, on a un chat,
    qui s'appelle Chat.
  65. Et depuis qu'il est petit,
    il mâchonne les sacs en plastique.
  66. On sait qu'un sac en plastique
    met 400 ans à se décomposer,
  67. alors imaginez s'il se retrouve
    coincé dans l'estomac d'un chat.
  68. TA : Et on pensait qu'il n'y avait
    que notre chat pour être aussi idiot,
  69. mais en préparant notre conférence TED,
  70. on a appris que les sacs plastique
    sont traités avec une substance spéciale
  71. pour qu'ils ne collent pas,
    et ça plaît à beaucoup d'animaux.
  72. Beaucoup d'entre vous
    ont probablement des chats,
  73. ou peut-être des chiens,
    qui s'attaquent aussi aux sacs plastique.
  74. AK : Les chats ont vraiment une façon
    bien à eux de se battre avec le plastique.
  75. En plus d'Instagram, vous avez aussi
    un groupe Facebook qui s'appelle
  76. « Des chats contre le plastique »,
    « kotiki_against_plastic ».
  77. Il compte plus de 300 membres,
  78. mais est-ce que ça peut faire changer
    les choses à grande échelle ?
  79. TA : Quand nous avons créé
    une page sur les réseaux sociaux,
  80. c'était dans le cadre de notre projet,
  81. et notre plan était de s'en servir
    pour y vendre des sacs.
  82. Mais ensuite, des adultes
    ont rejoint la page Facebook.
  83. Sur Instagram, il n'y a que des enfants,
    ils postent des photos, des histoires.
  84. Mais sur Facebook, on a un public
    plus adulte, composé de parents.
  85. C'est un public très intéressant,
    parce que ces gens toujours plus nombreux,
  86. ils viennent de différents pays du monde.
  87. Ils sont tous emballés par notre idée.
    Ils partagent leurs expériences écolos.
  88. Parfois, on voit que dans notre pays,
  89. certaines choses risquent de prendre
    encore beaucoup de temps,
  90. et on n'imagine pas qu'on peut
    les faire, que c'est même plutôt facile.
  91. Il y a une vraie énergie,
    une vraie force dans ce groupe.
  92. Lors d'une journée de bénévolat,
  93. on m'a parlé d'une conférence
    sur les communautés en ligne.
  94. Et je me souviens de cette phrase
    qui disait qu'une bonne communauté,
  95. c'est une communauté
    qui peut exister sans leader.
  96. Je pense que notre communauté
    correspond à cette définition,
  97. parce qu'elle pourrait tout à fait
    continuer à exister sans moi.
  98. Et c'est là toute sa valeur.
  99. AK : Vous recevez
    de temps en temps des colis,
  100. venant du monde entier,
    en lien avec l'écologie.
  101. TA : Oui, en effet.
  102. On voudrait vous montrer.
  103. Il y a quelques jours,
    on a reçu un colis d'Amsterdam.
  104. Bien sûr, il contenait un sac en tissu,
    avec un vélo dessiné dessus, évidemment.
  105. Il y avait aussi un super livre
    au titre évocateur, il va vous plaire.
  106. AK : Il plaît au chat aussi.
  107. TA : On vous le prêtera à la pause.
  108. « 101 façons d'arrêter le plastique ».
  109. AK : Valentina, que pensent
    tes camarades de ce projet ?
  110. VA : J'ai une copine, Milana,
  111. qui essaie comme moi
    de ne pas prendre de sacs plastiques,
  112. elle utilise aussi un sac en tissu
  113. et des petits sacs
    pour les fruits et légumes.
  114. AK : Quand on parle
    de l'idéal « eco-friendly »,
  115. on a toujours l'impression
    que c'est forcément radical :
  116. ne jamais prendre l'avion,
    ne pas prendre les transports en commun,
  117. trier tous ses déchets, y aller à fond.
  118. Ce sont des étapes un peu extrêmes,
  119. tout le monde n'est pas prêt à renoncer
    à son confort et à ses habitudes.
  120. TA : Récemment, j'ai croisé un collègue
    à la machine à café avec son propre mug.
  121. Je lui ai dit : « Bravo !
    Tu apportes ton propre mug !
  122. - Oui, je sauve la planète,
    enfin, c'est pas grand-chose. »
  123. En fait, on fait déjà beaucoup,
  124. et on ne se rend pas compte
    qu'on fait tout ça.
  125. D'un autre côté,
  126. être super-méga-écolo
    et super-responsable,
  127. dans notre pays en tout cas,
    c'est très compliqué.
  128. Quand on a lancé le projet
    il y a six mois,
  129. Valentina et moi avons décidé
    d'arrêter complètement le plastique.
  130. Comme d'autres l'auraient fait
    dans cette situation, je suppose.
  131. Il s'est avéré que c'était impossible.
  132. On est une famille ordinaire : des parents
    qui travaillent et un enfant très occupé.
  133. On n'a vraiment pas le temps de chercher,
  134. à Minsk, en Biélorussie, des magasins
    où acheter des produits sans emballage.
  135. On ne peut pas se permettre de partir
    en vacances en vélo, malheureusement.
  136. Mais il y a des choses très simples
    qu'on fait déjà en famille,
  137. je vais vous en dire un peu plus.
  138. AK : Valentina,
    que faites-vous exactement ?
  139. VA : On a une liste de points
    qu'on essaie de respecter.
  140. Je vais commencer par la fin :
  141. le cinquième point, c'est qu'on éteint
    la lumière dans les pièces où...
  142. TA : C'est difficile.
    VA : Oui, c'est le point le plus dur.
  143. On essaie d'éteindre la lumière
    dans les pièces où on n'en a pas besoin.
  144. Soit tu as besoin d'une pièce, soit non.
  145. Ensuite, on a commencé à trier les piles.
  146. On ne les jette plus à la poubelle,
  147. on a des bacs à la maison
    exprès pour les piles,
  148. et on essaie de les mettre dedans.
  149. Le troisième point, c'est peut-être
    un des plus faciles.
  150. On récupère les bouchons,
    on en a tout un vase.
  151. AK : Les bouchons
    des bouteilles, c'est bien ça ?
  152. VA : Oui, parce que vous ne
    le saviez peut-être pas,
  153. mais les bouchons, c'est le plastique
    le plus propre et le plus cher.
  154. Si on le met à part, on peut le récupérer
    et le recycler sans problème.
  155. Le deuxième point, c'est peut-être
    le processus le plus long,
  156. ce qu'on a commencé à faire
    au tout début de notre projet.
  157. On a commencé à trier nos déchets.
  158. Par exemple, on a un sac,
  159. un sac en papier pour le papier,
    un sac avec des bouteilles,
  160. le vase avec les bouchons.
  161. Et un sac pour les sacs en plastique,
    mais celui-là on le cache, loin du chat.
  162. Et le premier point, ce qui nous a décidés
    à commencer notre projet,
  163. c'est d'arrêter de prendre
    des sacs plastique dans les magasins.
  164. TA : Pas juste les sacs plastique,
    les sacs en papier, tous les emballages,
  165. si on peut ne pas en prendre,
    on n'en prend pas.
  166. Et on apporte...
  167. VA : Oui, nos propres sacs en tissu
    qu'on a cousus il n'y a pas longtemps.
  168. Enfin, si, il y a longtemps.
  169. TA : Et toi Anna, tu as
    un sac à sacs plastiques ?
  170. AK : C'est une question-piège.
  171. Je dois être honnête,
  172. étant donné que la plupart du temps
    je vis en Pologne et pas en Biélorussie,
  173. je ne peux pas me permettre d'en avoir un.
  174. Les règles sont très strictes.
  175. On a cinq poubelles différentes
    pour les différents types de déchets.
  176. Le plus dur, ce n'est pas de trier,
    mais de se souvenir où jeter quoi.
  177. Les cinq catégories se distinguent
    à peine les unes des autres,
  178. alors sur la porte du local à poubelles,
  179. il y a une affichette pour nous aider.
  180. C'est comme ça dans chaque hall d'entrée,
    c'est super pratique !
  181. Mais le sac à sacs plastiques,
    c'est une question sérieuse ici.
  182. TA : Et, vous, vous en avez un ?
    Public : Oui.
  183. Levez la main, ceux qui en ont !
  184. TA : Et voilà !
    AK : Stylé !
  185. TA : Ça fait beaucoup.
  186. Mais maintenant, en plus
    du sac à sacs plastiques,
  187. celui qu'on cache au chat,
  188. on a un sac à papier,
  189. un sac à bouteilles en plastique
  190. et un petit vase pour les bouchons.
  191. AK : Un petit vase... À mon avis,
    vous devriez fabriquer
  192. un grand bouchon pour y mettre
    vos bouchons en plastique.
  193. TA : (Rires) C'est une bonne idée.
  194. Il s'avère que chaque génération
    possède son sac à sacs.
  195. AK : En fait, même ces petites
    choses qu'on peut faire,
  196. ces choses que vous avez énumérées,
    ce n'est pas si simple.
  197. Les gens ne sont pas pressés de trier,
    ils pensent que ça ne sert à rien,
  198. que de toute façon on finit
    par tout mélanger dans une même benne.
  199. Et les magasins ne sont pas pressés
    d'arrêter les emballages plastique.
  200. Ces jolis gobelets écologiques,
  201. que j'ai commandés spécialement
    pour notre évènement,
  202. à votre avis, quand on les a récupérés,
    dans quoi étaient-ils emballés ?
  203. (Rires)
  204. Bien entendu, dans du plastique.
  205. Alors comment avance votre projet ?
    Est-ce qu'il avance facilement ?
  206. VA : Eh bien...
  207. AK : Est-ce que vous rencontrez
    des résistances ?
  208. Peut-être que le fait de refuser les sacs,
    ça en étonne certains ?
  209. TA : Tu te souviens
    comment c'était avant ?
  210. VA : En fait, quand on a
    commencé cette expérience,
  211. aller faire les courses
    avec nos sacs en tissu,
  212. beaucoup de vendeuses étaient surprises
    et certaines nous disaient :
  213. « Mais c'est gratuit !
    Pourquoi ne pas en prendre ? »
  214. Mais maintenant, ça fait six mois,
  215. et beaucoup de vendeuses
    réagissent avec compréhension,
  216. parce que ces sachets sont déjà fabriqués
    et livrés dans le magasin.
  217. Et je me dis que si chacun ici
    refusait rien qu'un sachet par jour,
  218. on jetterait 150 sachets en moins,
  219. et tout ça en une journée.
  220. AK : J'ai l'impression que
    notre mission principale actuellement,
  221. ce n'est pas se demander si on dispose des
    infrastructures adaptées à ce qu'on fait,
  222. mais juste essayer de ne pas ajouter de
    déchets à la montagne d'ordures existante.
  223. VA : Oui.
  224. AK : Cette montagne-là.
  225. TA : Oui, c'est ça le plus important.
  226. Même pas le plus important, mais ce qu'on
    peut faire de plus efficace actuellement.
  227. Parce que tant que l'infrastructure
    ne sera pas parfaite,
  228. et elle sera mise en place un jour,
    à en juger par l'expérience d'autres pays,
  229. ça restera inévitable.
  230. C'est important de développer
    dès maintenant une culture écolo.
  231. AK : Un état d'esprit écolo ?
  232. TA : Un état d'esprit écolo pour être
    prêts quand l'infrastructure le sera.
  233. AK : Je pense que le changement,
    c'est toujours difficile :
  234. notre entourage se montre réticent,
    ou bien on n'est soi-même pas prêt.
  235. Mais avoir un vrai projet,
  236. c'est différent, ça nous fait
    évoluer sur le plan personnel.
  237. Qu'est-ce que cette expérience
    a changé pour vous en six mois ?
  238. VA : Ce projet est devenu pour moi
    une vraie expérience professionnelle.
  239. Parce que même si je réalise
    que je suis la plus jeune dans ce projet,
  240. j'ai des responsabilités
    comme les adultes.
  241. Pour nous les enfants,
    c'est très dur de sauver la planète seuls,
  242. et c'est super quand des adultes
    sont là pour donner l'exemple.
  243. Cette aide à petite échelle,
  244. tu peux la transformer en aide
    à grande échelle pour la planète.
  245. TA : Oui, je pense aussi
    que c'est très important
  246. de montrer aux enfants
    ces comportements écolos
  247. à travers notre expérience de parent
  248. et de faire tout ça avec eux,
  249. parce qu'un jour, ce sont eux
    qui prendront les décisions.
  250. AK : C'est super et je pense
    que vous avez vraiment réussi.
  251. Tatiana, qu'est-ce qui a été
    le plus important pour vous ?
  252. Quand vous avez passé ces étapes
    et commencé votre projet,
  253. quand vous avez préparé cette conférence,
    qu'est-ce qui a changé ?
  254. TA : On a une diapo avec notre devise :
    « Help, Share & Save the Planet! »
  255. C'est Valentina qui l'a trouvée.
  256. Et si on respecte ces étapes...
    Je vais vous le dire franchement,
  257. au début, c'était un petit projet familial
  258. pour passer plus de temps avec ma fille.
  259. Mais quand on a commencé
    à approfondir le sujet,
  260. quand on a vu comment les gens
    réagissaient à tout ça...
  261. À chacune de nos interventions publiques,
    des gens montent sur scène
  262. pour poser des questions,
    d'autres pour y répondre.
  263. Ce sujet est très complet
    et rassemble beaucoup de monde.
  264. Et puis, quand on a commencé...
    Ce qui est intéressant aussi,
  265. c'est que quand on a commencé
    à préparer cette conférence,
  266. quand on a partagé cette information
    avec notre communauté,
  267. des gens se sont mis à venir
    me parler dans l'ascenseur :
  268. « Tu sais quoi, on a commencé
    à trier nos poubelles ! », ou bien
  269. « On a emmené les enfants au travail
  270. pour qu'ils jettent les bouchons
    dans le bac à bouchons ! »
  271. Et c'est vraiment...
  272. Ça me fait chaud au cœur,
    c'est vraiment super.
  273. L'un de mes supérieurs m'a raconté
    comment il est obligé
  274. de faire ses courses
    avec des sacs en tissu,
  275. parce que s'il prend
    un sac plastique à la caisse,
  276. ses petits-enfants le regardent
    avec de grands yeux,
  277. ils lui disent : « Papy, tu fais quoi ? »
  278. Quand on entend ce genre de choses,
    on est heureux de servir cette cause.
  279. AK : Je crois que vous pouvez
    tirer une grande force de tout ça.
  280. Ma dernière question sera pour Valentina.
  281. Valentina, qu'as-tu à dire au public
    qui te regarde aujourd'hui ?
  282. VA : Je veux dire aux parents
    qui sont dans cette salle,
  283. je voudrais que, quand vous
    rentrerez chez vous,
  284. vous racontiez à vos enfants
    comment on peut sauver la planète.
  285. Parce que peu importe
    si on est un adulte ou un enfant,
  286. on peut agir pour l'écologie en famille.
  287. TA : Merci.
  288. AK : Merci.
  289. (Applaudissements)