Retourner vers la vidéo

Last Week Tonight with John Oliver: Government Surveillance (HBO)

  • 0:05 - 0:06
    Notre principale histoire ce soir
  • 0:06 - 0:08
    est sur la surveillance gouvernementale.
  • 0:08 - 0:09
    Et je me rends compte que la plupart des gens
  • 0:09 - 0:10
    préféreraient avoir une discussion
  • 0:10 - 0:13
    à propos de n'importe quel autre sujet
  • 0:13 - 0:14
    y compris : "Est-ce que mon cellulaire
  • 0:14 - 0:15
    peut me donner le cancer?"
  • 0:15 - 0:17
    et la réponse est : "Probablement".
  • 0:17 - 0:19
    ou bien : "Les poissons rouges
    souffrent-ils de dépression ?"
  • 0:19 - 0:20
    ce à quoi la réponse est :
  • 0:20 - 0:22
    "Oui, mais très brièvement".
  • 0:23 - 0:24
    Mais le fait est
  • 0:24 - 0:25
    qu'il est vital
  • 0:25 - 0:27
    que nous ayons cette conversation maintenant
  • 0:27 - 0:29
    parce que nous approchons
  • 0:29 - 0:31
    d'une date très importante.
  • 0:31 - 0:32
    Un grand jour à marquer sur vos calendrier
  • 0:32 - 0:33
    alors qu'il est question
  • 0:33 - 0:35
    d'un sujet très controversé.
  • 0:35 - 0:37
    La réautorisation du "Patriot Act"
  • 0:37 - 0:37
    et toutes les dispositions controversées
  • 0:37 - 0:39
    que cela implique.
  • 0:39 - 0:41
    Au 1er juin ils doivent arriver à un accord
  • 0:41 - 0:42
    pour ré-autoriser
  • 0:42 - 0:44
    ou terminer ces programmes.
  • 0:44 - 0:46
    Oui. Des dispositions controversées
  • 0:46 - 0:47
    dans le "Patriot Act"
  • 0:47 - 0:49
    vont expirer le 1er juin.
  • 0:49 - 0:51
    Donc, entourez tous cette date
  • 0:51 - 0:52
    sur vos calendriers
  • 0:52 - 0:53
    Et tant que vous y êtes :
  • 0:53 - 0:55
    entourez le 2 juin aussi
  • 0:55 - 0:57
    parce que c'est l'anniversaire de Justin Long.
  • 0:57 - 0:59
    Vous avez tous oublié l'année dernière…
  • 0:59 - 1:00
    …et p* ! il a remarqué.
  • 1:01 - 1:04
    Ces dernières années,
  • 1:04 - 1:06
    vous avez surement beaucoup entendu parler
  • 1:06 - 1:07
    de programmes au noms étranges comme :
  • 1:07 - 1:11
    X-Keyscore, Muscular, Prism et Mystic.
  • 1:11 - 1:13
    Qui, par coïncidence, sont aussi les noms
  • 1:13 - 1:14
    des clubs de strip-tease
  • 1:14 - 1:15
    les moins populaires en Floride.
  • 1:16 - 1:17
    "Bienvenue chez X-Keyscore !"
  • 1:17 - 1:19
    "Nos danseurs sont complètement non-censurés
  • 1:19 - 1:22
    et mardi, c'est la soirée des ailes de poulet!"
  • 1:23 - 1:25
    Mais j'aimerais vous rafraîchir
  • 1:25 - 1:27
    la mémoire à propos de certaines choses.
  • 1:27 - 1:28
    Et commençons par la partie
  • 1:28 - 1:30
    la plus controversée du "Patriot Act"
  • 1:30 - 1:32
    qui arrive à échéance:
  • 1:32 - 1:33
    la section 215,
  • 1:33 - 1:35
    qui, je le sais, sonne comme le nom
  • 1:35 - 1:37
    d'un boy-band d’Europe de l'est.
  • 1:38 - 1:39
    "Nous sommes la Section 2-15 !"
  • 1:39 - 1:41
    "Préparez vous à sentir vos coeurs…
  • 1:41 - 1:42
    …palpiter."
  • 1:43 - 1:47
    Il y a le beau gosse, le bad-boy,
  • 1:47 - 1:49
    celui qui étranglé un cultivateur de pommes de terre
  • 1:49 - 1:51
    et celui qui n'a pas de carence en fer.
  • 1:51 - 1:52
    Ils sont incroyables.
  • 1:53 - 1:56
    Mais le contenu de la vraie section 215
  • 1:56 - 1:59
    est en fait encore plus sinistre.
  • 1:59 - 2:00
    Cela s'appelle "Section 215"
  • 2:00 - 2:03
    surnommée : la réserve d'archives
  • 2:03 - 2:05
    qui permet au gouvernement d'exiger l'accès
  • 2:05 - 2:06
    aux registres d'entreprises, concernant
  • 2:06 - 2:09
    "quoi que ce soit de tangible"
  • 2:09 - 2:11
    y compris : livres, registres, papiers
  • 2:11 - 2:13
    documents et autres.
  • 2:13 - 2:15
    Si ça a l'air vaste, c'est parce que
  • 2:15 - 2:17
    ça a été écrit surtout dans ce but.
  • 2:17 - 2:19
    La section 215 dit que le gouvernement peut demander
  • 2:19 - 2:22
    "quoi que ce soit de tangible" pourvu que
  • 2:22 - 2:24
    ce soit "pour une enquête pour
  • 2:24 - 2:25
    protéger contre le terrorisme international".
  • 2:25 - 2:27
    Ce qui est basiquement un chèque en blanc.
  • 2:27 - 2:29
    C'est comme laisser un adolescent emprunter la voiture
  • 2:29 - 2:31
    sous la stricte condition qu'il
  • 2:31 - 2:33
    l'utilise seulement pour des activités automobiles.
  • 2:33 - 2:35
    "Maman, papa, je prends la voiture
  • 2:35 - 2:37
    pour une branlette sur un parking de Wendy
  • 2:37 - 2:39
    c'est en rapport avec les voitures
  • 2:39 - 2:40
    donc je pense être couvert."
  • 2:41 - 2:43
    La section 215 est supervisée
  • 2:43 - 2:45
    par une cour des services secrets
  • 2:45 - 2:46
    appelée la cour FISA,
  • 2:46 - 2:48
    et ils l'ont interprété pour dire que
  • 2:48 - 2:50
    le gouvernement pouvait simplement collecter
  • 2:50 - 2:52
    et archiver les enregistrements téléphoniques de tous les américains.
  • 2:52 - 2:54
    Dont la majorité évidemment
  • 2:54 - 2:56
    n'a aucune connection avec le terrorisme,
  • 2:56 - 2:59
    à moins que tante Cheryl aie terriblement
  • 2:59 - 3:00
    mal interprété les activités
  • 3:00 - 3:02
    de son club de broderie.
  • 3:02 - 3:03
    "C'est une cellule dormante,
  • 3:03 - 3:05
    n'est-ce-pas, tante Cheryl ?"
  • 3:05 - 3:07
    "Tu seras pendue pour ça, tante Cheryl."
  • 3:07 - 3:09
    "Tu est une traîtraisse et une horrible tante !"
  • 3:09 - 3:10
    "Pas dans cet ordre !"
  • 3:12 - 3:14
    Evidemment, le gouvernement soulignera
  • 3:14 - 3:17
    qu'ils ont accès seulement au registres téléphoniques
  • 3:17 - 3:19
    et pas aux appels eux-mêmes.
  • 3:19 - 3:24
    Ce que les services de renseignement font,
  • 3:24 - 3:29
    est vérifier les numéros de téléphone
  • 3:29 - 3:31
    et la durée des appels,
  • 3:31 - 3:34
    ils ne surveillent pas le nom des gens
  • 3:34 - 3:36
    ou le contenu des appels.
  • 3:37 - 3:40
    D'accord, mais ce n'est pas très rassurant
  • 3:40 - 3:42
    car on on peut extrapoler beaucoup
  • 3:42 - 3:43
    à partir de ces informations.
  • 3:43 - 3:45
    Si ils savent que vous avez appelé votre ex
  • 3:45 - 3:48
    12 fois la nuit dernière entre 1h et 4h du matin
  • 3:48 - 3:51
    pour une durée de 15 minutes à chaque fois
  • 3:51 - 3:53
    ils peuvent être assez sûrs que
  • 3:53 - 3:55
    vous avez laissé quelque messages pathétiques.
  • 3:55 - 3:56
    "Je me fous de savoir qui écoute
  • 3:56 - 3:57
    cet appel, Vicky."
  • 3:57 - 3:59
    "On devrait être ensemble !"
  • 3:59 - 4:00
    "Décroche le téléphone, p* !"
  • 4:00 - 4:03
    "Je suis un être humain, pas un animal !"
  • 4:04 - 4:05
    Le "Patriot Act" a été écrit juste après
  • 4:05 - 4:07
    les attentats du 11 septembre
  • 4:07 - 4:08
    Et pendant des années, il a
  • 4:08 - 4:10
    été étendu et renouvelé
  • 4:10 - 4:11
    sans que personne ne s'y intéresse.
  • 4:11 - 4:13
    En fait, c'est devenu tellement banal
  • 4:13 - 4:16
    que quand il a été étendu en 2011
  • 4:16 - 4:18
    un journal l'a annoncé
  • 4:18 - 4:19
    à la fin d'un reportage
  • 4:19 - 4:21
    sur un voyage à l'étranger du Président.
  • 4:21 - 4:22
    Chip Reid. CBS-news.
  • 4:22 - 4:24
    Voyageant avec le président
  • 4:24 - 4:25
    à Deauville, en France.
  • 4:25 - 4:27
    Aussi en France, d'ailleurs,
  • 4:27 - 4:28
    le président Obama a signé
  • 4:28 - 4:30
    une extension de 4 ans
  • 4:30 - 4:32
    du "Patriot Act" anti-terroriste.
  • 4:32 - 4:34
    "Aussi en France, d'ailleurs" ?
  • 4:35 - 4:36
    "D'ailleurs" ?
  • 4:36 - 4:37
    Il a jeté ça comme
  • 4:37 - 4:38
    une mère disant à sa fille adulte
  • 4:38 - 4:41
    que l'animal de compagnie de son enfance vient de mourir.
  • 4:41 - 4:42
    "C'était sympa de te parler, chérie.
  • 4:42 - 4:44
    Aussi, d'ailleurs, Mr. Peppers est mort.
  • 4:44 - 4:46
    On se revoit à Noël." BANG
  • 4:47 - 4:49
    Mais tout ça était avant que le public
  • 4:49 - 4:51
    ne soit informé de ce que le gouvernement
  • 4:51 - 4:54
    était capable de faire.
  • 4:54 - 4:57
    Parce que tout ça s'est terminé en juin 2013,
  • 4:57 - 4:58
    Edward Snowden vient d'endosser la
  • 4:58 - 5:00
    responsabilité d'une des fuites d'information
  • 5:00 - 5:02
    les plus importantes dans l'histoire des USA.
  • 5:02 - 5:04
    On a appris que le gouvernement
  • 5:04 - 5:05
    a la capacité de traquer
  • 5:05 - 5:07
    virtuellement n'importe quel téléphone américain
  • 5:07 - 5:08
    et de récupérer des quantités inimaginables
  • 5:08 - 5:10
    de données sur internet.
  • 5:10 - 5:13
    […] des révélations que la NSA
  • 5:13 - 5:14
    a espionné des chefs d'états.
  • 5:14 - 5:15
    Si vous êtes déjà allé au Bahamas,
  • 5:15 - 5:17
    la NSA pourrait avoir enregistré vos appels
  • 5:17 - 5:19
    et les avoir gardés jusqu'à un mois.
  • 5:19 - 5:22
    Toutes ces informations ont été
  • 5:22 - 5:23
    exposées par Edward Snowden.
  • 5:23 - 5:25
    Et il est encore assez incroyable
  • 5:25 - 5:26
    qu'un consultant de 29 ans
  • 5:26 - 5:28
    aie été capable de voler des documents top-secret
  • 5:28 - 5:30
    à une organisation
  • 5:30 - 5:32
    qui a littéralement le mot "sécurité"
  • 5:32 - 5:33
    dans son nom.
  • 5:34 - 5:36
    Clairement, ça n'était pas génial pour aux.
  • 5:36 - 5:37
    parce que seul endroit où il devrait être aussi
  • 5:37 - 5:39
    simple pour des employés dans la vingtaine de voler
  • 5:39 - 5:41
    est un magasin de casquettes.
  • 5:42 - 5:43
    "Mec, t'es sûr que je peut prendre ça ?"
  • 5:43 - 5:45
    "Calme-toi, mec, c'est une casquette des Miami Marlins,
  • 5:45 - 5:46
    on ne vend pas exactement
  • 5:46 - 5:48
    d’œufs Fabergé ici."
  • 5:49 - 5:51
    On ne sait toujours pas exactement
  • 5:51 - 5:53
    combien de documents
  • 5:53 - 5:54
    Edward Snowden a volé
  • 5:54 - 5:56
    bien qu'il aie constamment essayé
  • 5:56 - 5:57
    de rassurer les gens en disant
  • 5:57 - 5:59
    qu'il les avais mis entre de bonnes mains.
  • 5:59 - 6:01
    Honnêtement, je ne veut pas être la personne
  • 6:01 - 6:03
    qui décide de
  • 6:03 - 6:05
    ce qui devrait être public ou pas.
  • 6:05 - 6:05
    C'est pourquoi,
  • 6:05 - 6:08
    plutôt que de les publier moi-même
  • 6:08 - 6:10
    ou les rendre accessibles à n'importe-qui,
  • 6:10 - 6:12
    je les fait passer par des journalistes.
  • 6:12 - 6:14
    Ça a l'air excellent,
  • 6:14 - 6:16
    mais évidemment ce n'est pas infaillible,
  • 6:16 - 6:17
    comme nous l'avons compris quand le New York Times
  • 6:17 - 6:19
    a publié ce document
  • 6:19 - 6:20
    mais a tellement baclé
  • 6:20 - 6:22
    la censure de certaines informations
  • 6:22 - 6:24
    que certaines personnes ont pu lire
  • 6:24 - 6:26
    les informations derrière la bande noire
  • 6:26 - 6:28
    qui concernait la surveillance
  • 6:28 - 6:29
    d'Al-Qaïda à Mosul.
  • 6:29 - 6:31
    Un groupe maintenant connu sous le nom ISIS.
  • 6:31 - 6:33
    Donc essentiellement des informations classifiées
  • 6:33 - 6:35
    ont été divulguées car personne au Times
  • 6:35 - 6:38
    ne sait comment utiliser Microsoft Paint.
  • 6:39 - 6:41
    Et vous pouvez penser
  • 6:41 - 6:43
    que Snowden a eu tort.
  • 6:43 - 6:45
    Ou qu'il l'ait mal fait.
  • 6:45 - 6:46
    Mais le fait est que :
  • 6:46 - 6:47
    nous avons ces informations maintenant
  • 6:47 - 6:49
    et on a plus le luxe
  • 6:49 - 6:51
    de plaider l'ignorance.
  • 6:51 - 6:53
    Comme vous ne pouvez pas aller à Sea World
  • 6:53 - 6:55
    et prétendre que Shamu est heureuse,
  • 6:55 - 6:56
    quand on sait
  • 6:56 - 6:58
    qu'au moins la moitié de l'eau dans son bassin
  • 6:58 - 6:59
    est en fait des larmes de baleine.
  • 6:59 - 7:01
    On le sait, maintenant.
  • 7:01 - 7:03
    Vous ne pouvez plus ne pas connaître cette information,
  • 7:04 - 7:06
    donc vous devrez garder ça en tête.
  • 7:06 - 7:08
    Mais le problème est que,
  • 7:08 - 7:09
    maintanant, 2 ans plus tard,
  • 7:09 - 7:11
    on dirait qu'on a oublié
  • 7:11 - 7:12
    d'avoir un débat
  • 7:12 - 7:14
    sur le contenu de ce que Snowden a divulgué.
  • 7:14 - 7:16
    Un récent rapport de Pew a trouvé que presque
  • 7:16 - 7:18
    la moitié des américains disent qu'ils ne sont
  • 7:18 - 7:19
    "pas très inquiets"
  • 7:19 - 7:21
    ou "pas du tout inquiets"
  • 7:21 - 7:22
    par la surveillance gouvernementale,
  • 7:22 - 7:24
    ce qui ne serait pas grave
  • 7:24 - 7:25
    si c'était une opinion informée.
  • 7:25 - 7:27
    Mais je ne suis pas sûr que ce le soit
  • 7:27 - 7:29
    car nous avons envoyé une équipe de cameramen
  • 7:29 - 7:32
    sur Times Square pour demander à des passants
    au hasard
  • 7:32 - 7:35
    qui était Edward Snowden et ce qu'il avait fait.
  • 7:35 - 7:37
    Et voici les réponses que nous avons obtenues.
  • 7:37 - 7:39
    Je n'ai aucune idée de qui est Edward Snowden.
  • 7:39 - 7:42
    Je n'ai aucune idée de qui est Edward Snowden.
  • 7:42 - 7:44
    J'ai entendu le nom mais j'arrive pas
  • 7:44 - 7:47
    exactement à me souvenir.
  • 7:47 - 7:49
    Edward Snowden…
  • 7:49 - 7:50
    Non. Je connais pas.
  • 7:50 - 7:52
    Pour information :
  • 7:52 - 7:53
    ça n'a pas été trié sur le volet.
  • 7:53 - 7:55
    C'était complètement représentatif
  • 7:55 - 7:56
    de tout le monde à qui on a parlé.
  • 7:56 - 7:57
    Bien que, il faut dire que,
  • 7:57 - 7:59
    certaines personnes se souvenaient de son nom,
  • 7:59 - 8:01
    ils ne pouvaient juste pas se souvenir pourquoi.
  • 8:01 - 8:04
    Il a vendu des informations.
  • 8:04 - 8:06
    Ils a révélé des informations
  • 8:06 - 8:09
    qui n'auraient pas dû être révélées.
  • 8:09 - 8:10
    Si je me souviens bien,
  • 8:10 - 8:12
    les informations qu'il a divulguées étaient
  • 8:12 - 8:14
    préjudiciable aux secrets militaires ?
  • 8:14 - 8:16
    Et qui gardaient nos soldats
  • 8:16 - 8:17
    et notre pays sûr ?
  • 8:17 - 8:19
    Il a divulgué des documents sur les
  • 8:19 - 8:21
    opérations militaires en Irak.
  • 8:21 - 8:23
    Edward Snowden a révélé certains secrets,
  • 8:23 - 8:25
    je crois, ou des informations
  • 8:25 - 8:26
    sur Wiki… Wikileaks ?
  • 8:26 - 8:28
    Edward Snowden a divulgué…
  • 8:28 - 8:29
    Ah, il est responsable de Wikileaks ?
  • 8:29 - 8:31
    Edward Snowden a révélé beaucoup
  • 8:31 - 8:33
    de documents avec Wikileaks… ?
  • 8:35 - 8:36
    OK, donc le problème est :
  • 8:36 - 8:39
    Edward Snowden n'est pas le gars de Wikileaks.
  • 8:39 - 8:41
    Le gars de Wikileaks est Julian Assange,
  • 8:41 - 8:43
    et vous ne voulez pas
  • 8:43 - 8:44
    qu'on vous confonde avec lui.
  • 8:44 - 8:46
    En partie parce qu'il a été beaucoup moins prudent
  • 8:46 - 8:48
    que Snowden sur ce qu'il a divulgué et comment;
  • 8:48 - 8:50
    et en partie parce qu'il ressemble
  • 8:50 - 8:51
    à un sac à sandwich rempli de pâte à biscuit
  • 8:51 - 8:53
    portant une perruque de Stevie Nicks
  • 8:54 - 8:57
    et ceci est crucial.
  • 8:57 - 8:59
    Julian Assange n'est pas un homme sympathique,
  • 8:59 - 9:02
    même Benedict Cumberbatch ne pourrait pas
  • 9:02 - 9:03
    le rendre sympathique.
  • 9:03 - 9:05
    Il est un-Cumberbatch-able,
  • 9:06 - 9:07
    c'était supposé être
  • 9:07 - 9:09
    physiquement impossible.
  • 9:09 - 9:11
    Mais je n'en veut à personne
  • 9:11 - 9:12
    pour être désorienté.
  • 9:12 - 9:13
    On a travaillé sur ce sujet
  • 9:13 - 9:15
    pendant 2 semaines
  • 9:15 - 9:17
    et c'est très compliqué à comprendre,
  • 9:17 - 9:19
    pas seulement parce qu'il y a tellement
  • 9:19 - 9:21
    de programmes compliqués à garder en tête
  • 9:21 - 9:22
    mais aussi parce que
  • 9:22 - 9:24
    il n'y a pas de réponses faciles ici.
  • 9:24 - 9:26
    On veut tous naturellement une parfaite intimité
  • 9:26 - 9:29
    et une parfaite sécurité
  • 9:29 - 9:31
    mais ces deux choses ne peuvent pas coexister.
  • 9:31 - 9:33
    Comme vous ne pouvez pas avoir
  • 9:33 - 9:35
    un faucon de compagnie dur à cuire
  • 9:35 - 9:37
    et un adorable campagnol de compagnie appelé Herbert.
  • 9:39 - 9:41
    Soit vous devez perdre l'un d'entre eux
  • 9:41 - 9:43
    -ce que vous ne voulez évidemment pas-
  • 9:43 - 9:44
    ou vous devez accepter
  • 9:44 - 9:47
    des restrictions raisonnables pour chacun d'entre eux.
  • 9:47 - 9:50
    Celà dit, la NSA insiste
  • 9:50 - 9:52
    que juste parce qu'ils peuvent faire quelque chose
  • 9:52 - 9:54
    ne veut pas dire qu'ils le font
  • 9:54 - 9:55
    et qu'il y a des restrictions
  • 9:55 - 9:57
    sur leurs opérations
  • 9:57 - 9:58
    comme la cour FISA
  • 9:58 - 10:00
    qui doit approuver les demandes
  • 10:00 - 10:01
    de surveillance étrangère.
  • 10:01 - 10:02
    Mais
  • 10:02 - 10:05
    en 34 ans, cette cour a approuvé
  • 10:05 - 10:07
    plus de 35 000 demandes
  • 10:07 - 10:09
    et refusé seulement 12.
  • 10:10 - 10:13
    Oui. Comme la deuxième femme de Robert Durst,
  • 10:13 - 10:16
    la cour FISA est dangereusement acceptante.
  • 10:16 - 10:18
    "Ecoute, Robert, je ne vais pas
  • 10:18 - 10:20
    te poser trop de questions."
  • 10:20 - 10:22
    "Je vais juste t'accorder le bénéfice du
  • 10:22 - 10:24
    doute que tu ne mérite clairement pas."
  • 10:24 - 10:28
    Au moins dit-lui de moins cligner et roter.
  • 10:29 - 10:32
    Les rots sont surement ce qu'il y a de plus
  • 10:32 - 10:34
    dérangeant dans cette émission"
  • 10:35 - 10:38
    Donc peut-être est-il temps pour nous de parler
  • 10:38 - 10:40
    d'où les limites devraient se situer,
  • 10:40 - 10:42
    et le meilleur endroit pour commencer
  • 10:42 - 10:44
    serait la section 215,
  • 10:44 - 10:45
    Non seulement parce que
  • 10:45 - 10:46
    c'est le plus facile à comprendre
  • 10:46 - 10:48
    mais aussi parce que tout le monde s'accorde
  • 10:48 - 10:50
    à dire qu'elle devrait être réformée.
  • 10:50 - 10:52
    Du président à Ted Cruz.
  • 10:52 - 10:54
    De l'ACLU et la NRA.
  • 10:54 - 10:55
    Jusqu'à l'homme
  • 10:55 - 10:57
    qui l'a écrit en premier lieu.
  • 10:57 - 10:59
    J'était l'auteur principal
  • 10:59 - 11:00
    du "Patriot Act".
  • 11:00 - 11:03
    Je peut dire, que sans restrictions,
  • 11:03 - 11:06
    le congrès n'avait jamais l'intention
  • 11:06 - 11:07
    d'autoriser l'espionnage en masse
  • 11:07 - 11:09
    quand il a voté la section 215.
  • 11:09 - 11:12
    Et aucune lecture juste du texte
  • 11:12 - 11:14
    n'autoriserait ce programme.
  • 11:14 - 11:15
    Réfléchissez-y.
  • 11:15 - 11:17
    Il était l'auteur.
  • 11:17 - 11:18
    C'est l'équivalent législatif
  • 11:18 - 11:19
    de Lewis Caroll
  • 11:19 - 11:21
    voyant le manège-tasse à Disney Land
  • 11:21 - 11:22
    et disant :
  • 11:22 - 11:24
    "Ça doit être maîtrisé."
  • 11:24 - 11:25
    "Aucune lecture juste de mon texte
  • 11:25 - 11:27
    ne permettrait ça."
  • 11:27 - 11:29
    "Vous avez transformé ma très belle histoire
  • 11:29 - 11:30
    de pédophilie psychédélique
  • 11:30 - 11:32
    en un vomitoire criard."
  • 11:34 - 11:36
    "Ce n'est pas ce que je voulais."
  • 11:37 - 11:39
    Et même la NSA a admis
  • 11:39 - 11:41
    que le nombre de complots terroristes aux ÉU
  • 11:41 - 11:42
    que le programme d'écoute téléphonique
  • 11:42 - 11:45
    de la Section 215 a permis d'arrêter
  • 11:45 - 11:46
    est d'une seule.
  • 11:46 - 11:47
    Et j'aimerais ajouter
  • 11:47 - 11:49
    que le complot en question
  • 11:49 - 11:51
    impliquait un chauffeur de taxi à San Diego
  • 11:51 - 11:54
    qui a donné 8500$ à un groupe terroriste.
  • 11:54 - 11:57
    Et c'est bien le pire complot terroriste
  • 11:57 - 11:58
    que j'aie jamais vu
  • 11:58 - 11:59
    en dehors de l'histoire de
  • 11:59 - 12:01
    Die Hard : Belle journée pour crever.
  • 12:02 - 12:04
    Mais voici le gros problème :
  • 12:04 - 12:07
    Si on laisse la Section 215 se faire renouveler
  • 12:07 - 12:08
    dans l'état où elle est
  • 12:08 - 12:09
    sans avoir un vrai débat public
  • 12:09 - 12:11
    on est mal partis.
  • 12:11 - 12:12
    Parce que la Section 215
  • 12:12 - 12:13
    c'est notre canari dans la mine de charbon.
  • 12:13 - 12:14
    Si on ne peut pas trouver de solution à ça
  • 12:14 - 12:16
    on n'ira nulle-part.
  • 12:16 - 12:19
    Et le débat public jusqu'à présent
  • 12:19 - 12:21
    s'est montré absolument pathétique.
  • 12:21 - 12:22
    Il y a un an
  • 12:22 - 12:23
    un ancien membre du congrès
  • 12:23 - 12:26
    parlait du programme 215 aux nouvelles.
  • 12:26 - 12:27
    Voyez comment ça a été.
  • 12:27 - 12:29
    Cette vaste collection de données
  • 12:29 - 12:32
    n'est pas vraiment utile
  • 12:32 - 12:34
    et représente une infraction
  • 12:34 - 12:35
    sur la vie privée des gens.
  • 12:35 - 12:38
    Je crois qu'il faudrait sérieusement
  • 12:38 - 12:42
    considérer interrompre…
  • 12:42 - 12:45
    Madame Harman, laissez-moi…
  • 12:45 - 12:47
    Laissez-moi vous interrompre un instant.
  • 12:47 - 12:49
    Nous avons des nouvelles qui viennent juste d'arriver de Miami.
  • 12:49 - 12:50
    Restez en ligne si vous voulez bien.
  • 12:50 - 12:51
    À l'instant, à Miami
  • 12:51 - 12:52
    Justin Beiber
  • 12:52 - 12:55
    a été arrêté pour certaines infractions…
  • 12:55 - 12:57
    Le juge énumère les charges.
  • 12:57 - 12:59
    …incluant la résistance à son arrestation
  • 12:59 - 13:00
    et la conduite sous influence.
  • 13:00 - 13:02
    Il est actuellement à la Cour
  • 13:02 - 13:04
    pour contester. Voyons comment ça se déroule.
  • 13:08 - 13:09
    En fait, vous savez quoi?
  • 13:09 - 13:11
    Mauvaises nouvelles, je vais devoir interrompre
  • 13:11 - 13:13
    votre interruption sur les nouvelles de Beiber
  • 13:13 - 13:14
    pour une autre interruption,
  • 13:14 - 13:16
    en lien avec une vidéo sur YouTube
  • 13:16 - 13:18
    d'une tortue faisant l'amour à une sandale en plastique
  • 13:18 - 13:19
    Regardons.
  • 13:19 - 13:20
    HEEH
  • 13:22 - 13:23
    HEEH
  • 13:27 - 13:28
    heh
  • 13:30 - 13:33
    Voilà qui résume bien le ton
  • 13:33 - 13:35
    de ce débat à l'importance cruciale.
  • 13:35 - 13:37
    HEEEH
  • 13:38 - 13:39
    Et là encore :
  • 13:39 - 13:41
    Je n'essaie pas de dire
  • 13:41 - 13:42
    que c'est un débat façile,
  • 13:42 - 13:44
    mais nous devons l'avoir.
  • 13:44 - 13:45
    Je sais que c'est déconcertant,
  • 13:45 - 13:46
    et malheureusement, la personne
  • 13:46 - 13:48
    la plus qualifiée pour parler
  • 13:48 - 13:50
    de ce sujet, c'est Edward Snowden,
  • 13:50 - 13:52
    sauf qu'il se trouve présentement en Russie.
  • 13:52 - 13:54
    Donc si vous vouliez lui en parler
  • 13:54 - 13:55
    vous auriez à prendre un vol
  • 13:55 - 13:57
    jusqu'à là bas pour le faire
  • 13:57 - 13:59
    et ce n'est pas un voyage plaisant.
  • 14:00 - 14:01
    Et la raison pourquoi je le sais
  • 14:02 - 14:04
    c'est que la semaine dernière je suis allé en Russie
  • 14:04 - 14:06
    pour parler à Edward Snowden.
  • 14:06 - 14:08
    Et voici ce qui est arrivé.
  • 14:10 - 14:13
    Oui, la semaine dernière j'ai passé 48 heures paranoïaques
  • 14:13 - 14:14
    la semaine dernière à Moscou.
  • 14:14 - 14:16
    Probablement le dernier endroit sur Terre
  • 14:16 - 14:17
    où l'on peut trouver
  • 14:17 - 14:19
    un imitateur un peu enrobé de Staline
  • 14:19 - 14:22
    discutant avec un faux Lénine peu convainquant.
  • 14:22 - 14:23
    Et après avoir expérimenté
  • 14:23 - 14:26
    la fameuse hospitalité Russe,
  • 14:26 - 14:28
    je suis allé rencontrer Edward Snowden
  • 14:28 - 14:30
    qui est supposé se montrer ici même
  • 14:30 - 14:31
    à midi.
  • 14:31 - 14:33
    Cependant, 5 minutes après
  • 14:33 - 14:35
    l'heure prévue de l'entrevue,
  • 14:35 - 14:37
    il m'est venu une pensée troublante.
  • 14:37 - 14:38
    Je ne sais pas,
  • 14:39 - 14:40
    penses-tu qu'il s'en vient?
  • 14:40 - 14:42
    Ouais, il va venir.
  • 14:42 - 14:44
    Parce que j'ai juste envie de dire :
  • 14:44 - 14:46
    Pourquoi il viendrait ?
  • 14:46 - 14:48
    Quand on y pense bien.
  • 14:49 - 14:51
    Je parie 2000 roubles
  • 14:51 - 14:53
    qu'il vient pas.
  • 14:53 - 14:55
    Même si je sais pas combien ça vaut.
  • 15:00 - 15:02
    Tout ce que j'ai à dire, c'est…
  • 15:02 - 15:05
    …un vol de 10 heures pour une chaise vide?
  • 15:05 - 15:07
    Je crois que je vais manger ma chemise.
  • 15:10 - 15:12
    Je crois qu'on pourrait avoir un problème
  • 15:12 - 15:15
    parce que notre producteur russe
  • 15:15 - 15:19
    nous a donné une chambre juste en face
  • 15:19 - 15:21
    des anciens bureaux du KGB
  • 15:21 - 15:22
    où se trouve présentement
  • 15:22 - 15:25
    le Bureau de la Sécurité Fédérale,
  • 15:25 - 15:27
    et on vient de m'informer…
  • 15:27 - 15:28
    qu'ils savent qu'on est là.
  • 15:28 - 15:30
    Donc, erm…
  • 15:30 - 15:32
    Donc c'est cela.
  • 15:38 - 15:41
    Bon, eh bien si le…
  • 15:41 - 15:42
    …si le KGB nous écoute :
  • 15:42 - 15:43
    On va activer l'alarme d'incendie
  • 15:43 - 15:45
    si il ne vient pas.
  • 15:48 - 15:49
    Eh merde!
  • 15:50 - 15:51
    Seigneur.
  • 15:58 - 15:59
    Pardonnez-moi du retard.
  • 15:59 - 16:00
    Oh, non, ne vous en faites pas.
  • 16:00 - 16:02
    Putain de merde.
  • 16:02 - 16:04
    Il est vraiment venu.
  • 16:04 - 16:07
    Edward f*ucking Snowden
  • 16:07 - 16:10
    Le héros et/ou traitre le plus fameux
  • 16:10 - 16:12
    de l'histoire américaine contemporaine.
  • 16:12 - 16:13
    Et j'ai pour lui une question
  • 16:13 - 16:15
    pour tester sa loyauté.
  • 16:16 - 16:18
    À quel point les États-Unis vous manquent?
  • 16:18 - 16:22
    Vous savez, mon pays est une chose
  • 16:22 - 16:25
    que j'emmène avec moi partout où je vais.
  • 16:25 - 16:26
    Ce n'est pas juste un endr--
  • 16:26 - 16:28
    C'est bien trop compliqué comme réponse.
  • 16:28 - 16:30
    Contentez-vous de dire : "Oui, énormément,
  • 16:30 - 16:32
    c'est le meilleur pays du monde."
  • 16:32 - 16:33
    Oui, mon pays me manque.
  • 16:33 - 16:34
    Ma maisom me manque.
  • 16:34 - 16:35
    Ma famille me manque.
  • 16:35 - 16:37
    Est-ce que les pizza-pochettes vous manquent?
  • 16:37 - 16:39
    Oui.
  • 16:39 - 16:41
    Les pizza-pochettes ma manquent beaucoup.
  • 16:41 - 16:44
    Ok. Et l'état de la Floride?
  • 16:52 - 16:53
    Laissons ce silence
  • 16:53 - 16:55
    parler de lui-même.
  • 16:55 - 16:57
    Les couilles à camion?
  • 16:57 - 16:58
    Est-ce que les couilles à camion vous manquent?
  • 16:58 - 17:00
    Ce ne sais pas ce que c'est.
  • 17:00 - 17:01
    Considérez-vous chanceux, Edward…
  • 17:05 - 17:07
    Pas des couilles à camion ordinaires
  • 17:07 - 17:09
    mais des couilles à camion de patriote.
  • 17:09 - 17:12
    Ça fait 2 balles de liberté
  • 17:12 - 17:13
    dans une bourse d'indépendance.
  • 17:13 - 17:15
    Vous vous y êtes pris d'avance.
  • 17:15 - 17:17
    Eh bien, au moins l'un d'entre nous l'a fait
  • 17:17 - 17:20
    Vous savez, à cause du…
  • 17:20 - 17:22
    du souci de…
  • 17:22 - 17:25
    …ce cauchemar kafkaïen que vous vivez.
  • 17:25 - 17:28
    Bon, venons-en aux questions.
  • 17:28 - 17:30
    Pourquoi avez-vous fait celà?
  • 17:30 - 17:32
    La NSA possède
  • 17:32 - 17:34
    les plus grandes facultés de surveillance
  • 17:34 - 17:36
    jamais vues dans l'histoire.
  • 17:36 - 17:39
    Ce qu'ils vous diront,
  • 17:39 - 17:41
    c'est qu'ils ne les utilisent pas
  • 17:41 - 17:43
    pour commettre des actes malfaisants
  • 17:43 - 17:45
    à l'encontre des citoyens Américains.
  • 17:45 - 17:48
    En un sens, c'est vrai,
  • 17:48 - 17:50
    mais le vrai problème est
  • 17:50 - 17:53
    qu'il utilisent ces facultés
  • 17:53 - 17:55
    pour nous rendre vulnérables envers eux
  • 17:55 - 17:57
    et ensuite dire :
  • 17:57 - 17:59
    "Oui j'ai un fusil sur ta tête,
  • 17:59 - 18:00
    mais je ne vais pas tirer la détente."
  • 18:00 - 18:02
    "Fais-moi confiance."
  • 18:02 - 18:04
    Et à quoi ressemblerait la NSA que vous voudriez?
  • 18:04 - 18:08
    Vous avez postulé là bas,
  • 18:08 - 18:10
    donc vous voyez quelque chose de bien
  • 18:10 - 18:12
    dans cette obscure organisation.
  • 18:12 - 18:15
    J'ai travaillé sur des systèmes de surveillance de masse
  • 18:15 - 18:18
    contre des hackers Chinois.
  • 18:18 - 18:19
    J'ai vu que
  • 18:19 - 18:20
    ces choses ont une utilité.
  • 18:20 - 18:22
    Et vous voulez que vos espions
  • 18:22 - 18:23
    soient bons dans ce qu'ils font.
  • 18:23 - 18:24
    Pour être honnête.
  • 18:24 - 18:25
    Oui.
  • 18:25 - 18:26
    Ce que vous ne voulez pas
  • 18:26 - 18:28
    c'est qu'ils espionnent
  • 18:28 - 18:29
    à l'intérieur de leur propre pays.
  • 18:29 - 18:33
    Les espions sont super lorsqu'ils sont de notre côté.
  • 18:33 - 18:34
    Mais nous ne pouvons jamais oublier
  • 18:34 - 18:35
    qu'ils sont incroyablement puissants
  • 18:35 - 18:37
    et aussi incroyablement dangereux
  • 18:37 - 18:38
    Et s'ils sont hors contrôle
  • 18:38 - 18:40
    il peuvent se retourner contre nous.
  • 18:40 - 18:42
    On parle donc de 2 choses différentes :
  • 18:42 - 18:43
    La surveillance interne
  • 18:43 - 18:44
    et la surveillance étrangère
  • 18:44 - 18:46
    Parce que la surveillance interne
  • 18:46 - 18:48
    les Américains en ont quelque chose à faire,
  • 18:48 - 18:50
    mais la surveillance étrangère
  • 18:50 - 18:52
    ils n'en ont strictement rien à foutre.
  • 18:52 - 18:54
    Eh bien, l'autre question à se poser, c'est :
  • 18:54 - 18:56
    Quand on parle de surveillance étrangère
  • 18:56 - 18:58
    est-ce qu'on l'applique de manières
  • 18:58 - 18:59
    qui sont bénéfiques--
  • 18:59 - 19:00
    Tout le monde s'en fout.
  • 19:00 - 19:01
    En termes de--
  • 19:01 - 19:02
    Ils n'en ont rien à foutre.
  • 19:02 - 19:05
    On a espionné l'UNICEF, le fonds pour les enfants.
  • 19:05 - 19:06
    D'accord.
  • 19:06 - 19:10
    On a espionné des avocats négociant…
  • 19:10 - 19:13
    Qu'est-ce que l'UNICEF faisait?
  • 19:13 - 19:13
    Je veux dire,
  • 19:13 - 19:16
    c'est la question n'est-ce pas ?
  • 19:16 - 19:16
    La question, c'est :
  • 19:16 - 19:18
    Que valent ces projet?
  • 19:18 - 19:21
    Allons-nous être plus en sûreté en espionnant
  • 19:21 - 19:23
    l'UNICAF et des avocats qui parlent
  • 19:23 - 19:26
    du prix des crevettes et des cigarettes aux clous de girofles ?
  • 19:26 - 19:27
    Je ne crois pas que les gens trouveront ça correct.
  • 19:27 - 19:28
    Je ne crois pas qu'ils trouveront ça bien,
  • 19:28 - 19:31
    je crois qu'ils diront qu'ils n'en ont vraiment rien à faire.
  • 19:31 - 19:32
    Les Américains se foutent de de la surveillance à l'étranger.
  • 19:32 - 19:33
    Vous devez avoir raison.
  • 19:33 - 19:35
    …ce qui a trait à la surveillance globale.
  • 19:35 - 19:37
    Ce dont les gens ne se foutent pas,
  • 19:37 - 19:38
    c'est si Snowden a réfléchi
  • 19:38 - 19:40
    aux conséquences de divulguer
  • 19:40 - 19:43
    autant d'informations à la fois.
  • 19:43 - 19:45
    Combien de ces documents
  • 19:45 - 19:47
    avez-vous lu?
  • 19:47 - 19:49
    J'ai évalué chacun des documents
  • 19:49 - 19:50
    qui se trouvent dans l'archive.
  • 19:50 - 19:51
    Vous avez lu chacun d'entre eux?
  • 19:51 - 19:54
    Je comprend ce que j'ai divulgué.
  • 19:54 - 19:56
    Mais il y a une nuance entre
  • 19:56 - 19:59
    comprendre le contenu de ces documents
  • 19:59 - 20:00
    et lire ce qu'il y a dans ces documents.
  • 20:00 - 20:02
    J'anticipais ce genre de préoccupation.
  • 20:02 - 20:04
    Parce que quand on divulgue
  • 20:04 - 20:06
    des milliers de documents de la NSA, la dernière
  • 20:06 - 20:10
    chose qu'on voudrait faire, c'est les lire.
  • 20:10 - 20:12
    Je crois qu'il est juste de se demander
  • 20:12 - 20:13
    "Est-ce que cette personne a fait ce qu'il fallait ?"
  • 20:13 - 20:14
    "A-t-elle fait attention ?"
  • 20:14 - 20:17
    Surtout quand on manipule des informations
  • 20:17 - 20:19
    de ce genre.
  • 20:19 - 20:20
    Pour ma défense,
  • 20:20 - 20:22
    je ne manipule plus rien.
  • 20:22 - 20:23
    Il n'en revient plus qu'aux journalistes
  • 20:23 - 20:25
    et ils prennent des mesures de sécurité
  • 20:25 - 20:27
    extraordinaires pour s'assurer que
  • 20:27 - 20:29
    l'information est divulguée de façon responsable.
  • 20:29 - 20:31
    Mais ces journalistes
  • 20:31 - 20:33
    sont moins aptes techiquement que vous.
  • 20:33 - 20:35
    C'est vrai, mais ils comprennent
  • 20:35 - 20:36
    tout comme vous et moi
  • 20:36 - 20:38
    l'importance que
  • 20:38 - 20:39
    leurs actes peuvent avoir.
  • 20:39 - 20:41
    Donc le New York Times a publié
  • 20:41 - 20:43
    une diapositive mal censurée…
  • 20:43 - 20:44
    …et…
  • 20:44 - 20:46
    il était possible
  • 20:46 - 20:48
    d'y lire que quelque chose
  • 20:48 - 20:50
    de déroulait à Mosul
  • 20:50 - 20:51
    contre Al Qaida.
  • 20:51 - 20:53
    C'est un problème.
  • 20:53 - 20:54
    Eh bien, quelqu'un a merdé.
  • 20:54 - 20:55
    Quelqu'un a merdé.
  • 20:55 - 20:57
    Et ce genre de chose arrive en journalisme.
  • 20:57 - 20:59
    En journalisme, il faut accepter
  • 20:59 - 21:01
    que certaines erreurs peuvent être commises.
  • 21:01 - 21:04
    L'erreur est directement liée à la liberté.
  • 21:04 - 21:04
    Je vois.
  • 21:04 - 21:07
    Mais vous devez quand-même l'assumer.
  • 21:08 - 21:10
    Vous leur avez fait part d'informations
  • 21:10 - 21:12
    que vous saviez être sensible.
  • 21:12 - 21:14
    et qui pourrait ressortir.
  • 21:14 - 21:16
    C'est vrai.
  • 21:16 - 21:19
    Si les gens agissent de mauvaise foi…
  • 21:19 - 21:22
    On ne parle pas de mauvaise foi mais d'incompétence.
  • 21:22 - 21:23
    En effet.
  • 21:23 - 21:25
    Mais vous ne serez jamais
  • 21:25 - 21:28
    à l'abri du risque tant que vous êtes libre.
  • 21:28 - 21:29
    On peut être à l'abri du risque
  • 21:29 - 21:32
    que lorsqu'on est en prison.
  • 21:32 - 21:34
    Bien que les risques soient importants,
  • 21:34 - 21:36
    Snowden lui-même m'a exprimé qu'il croyait
  • 21:36 - 21:38
    que l'acte en avait valu la peine.
  • 21:38 - 21:40
    Vous avez dit dans vos lettres au Brésil :
  • 21:40 - 21:42
    "J'étais motivé par l'idée que
  • 21:42 - 21:43
    les citoyens méritent de comprendre
  • 21:43 - 21:45
    le système dans lequel ils vivent."
  • 21:45 - 21:46
    "Ma plus grande peur était que
  • 21:46 - 21:48
    personne n'écouterait mon avertissement."
  • 21:48 - 21:50
    "Jamais je n'ai été si heureux
  • 21:50 - 21:52
    d'avoir eu aussi tort."
  • 21:52 - 21:53
    Comment vous sentiez-vous?
  • 21:53 - 21:56
    Au début, j'étais terrifié à l'idée
  • 21:56 - 21:57
    qu'on allait en parler pour 3 jours
  • 21:57 - 21:59
    et que tout le monde l'oublierait ensuite.
  • 21:59 - 22:01
    Mais quand j'ai vu
  • 22:01 - 22:03
    autant de gens se lever pour dire :
  • 22:03 - 22:06
    "Wow, c'est un gros problème."
  • 22:06 - 22:09
    "Nous devons faire quelque chose."
  • 22:09 - 22:11
    Ça ma paru comme une victoire.
  • 22:11 - 22:12
    Même aux États-Unis?
  • 22:12 - 22:13
    Même aux États-Unis,
  • 22:13 - 22:15
    et je crois qu'on assiste à quelque chose
  • 22:15 - 22:19
    où si l'on demande… aux Américains
  • 22:19 - 22:21
    de faire des choix difficiles,
  • 22:21 - 22:23
    de réfléchir à des dilemnes complexes,
  • 22:23 - 22:25
    de penser à des problèmes difficiles…
  • 22:25 - 22:29
    …il vous surprendront.
  • 22:29 - 22:30
    D'accord.
  • 22:30 - 22:31
    Mais voici le problème :
  • 22:31 - 22:32
    J'ai demandé à des Américains
  • 22:32 - 22:35
    et j'ai été tès surpris.
  • 22:38 - 22:40
    Je ne sais pas qui est Edward Snowden.
  • 22:40 - 22:42
    On ne vous a jamais parlé d'Edward Snowden?
  • 22:42 - 22:43
    Non.
  • 22:43 - 22:45
    Je ne sais pas qui est Edward Snowden.
  • 22:45 - 22:46
    Je le connais de nom…
  • 22:46 - 22:49
    mais je ne pourrais pas vraiment
  • 22:49 - 22:50
    vous dire qui c'est.
  • 22:50 - 22:52
    Il, erm…
  • 22:52 - 22:54
    Il a vendu des informations à des gens.
  • 22:54 - 22:56
    Il a révélé des informations
  • 22:56 - 22:59
    qui n'auraient pas dû être révélées.
  • 22:59 - 23:01
    Edward Snowden a divulgué des documents
  • 23:01 - 23:04
    sur Wikileaks.
  • 23:04 - 23:05
    Edward Snowden a révélé un paquet de
  • 23:05 - 23:07
    choses secrètes, j'imagine.
  • 23:07 - 23:09
    Ou d'infos sur Wikileaks.
  • 23:09 - 23:11
    Edward Snowden a divulgué…
  • 23:11 - 23:13
    il est en charge de Wikileaks?
  • 23:14 - 23:16
    Je suis en charge de Wikileaks.
  • 23:16 - 23:18
    Ce n'est pas idéal.
  • 23:18 - 23:19
    D'un autre côté:
  • 23:19 - 23:20
    J'imagine que vous pourriez revenir
  • 23:20 - 23:22
    étant donné que personne ne sais
  • 23:22 - 23:24
    qui vous êtes ou ce que vous avez fait.
  • 23:24 - 23:27
    On ne peut pas s'attendre à ce que tout le monde
  • 23:27 - 23:29
    soit informé de façon homogène.
  • 23:29 - 23:31
    Donc l'avez-vous fait pour résoudre quelque chose?
  • 23:31 - 23:35
    Je l'ai fait pour donner aux Américains
  • 23:35 - 23:37
    une chance de décider pour eux-même
  • 23:37 - 23:39
    le genre de gouvernement qu'ils veulent.
  • 23:39 - 23:42
    C'est le genre de choix que
  • 23:42 - 23:44
    les Américains doivent faire eux-même.
  • 23:44 - 23:46
    Celà va sans dire que c'est
  • 23:46 - 23:47
    une conversation critique.
  • 23:47 - 23:50
    Mais sommes-nous en mesure
  • 23:50 - 23:52
    que nous sommes en mesure d'avoir ?
  • 23:52 - 23:55
    Car elle est si complexe.
  • 23:55 - 23:57
    Nous le la comprenons pas réellement.
  • 23:57 - 23:59
    C'est un débat difficile.
  • 23:59 - 24:01
    Bien des gens auront même de la difficulté
  • 24:01 - 24:03
    à la conceptualiser.
  • 24:03 - 24:04
    Le problème est que
  • 24:04 - 24:06
    l'internet est énormément complexe
  • 24:06 - 24:08
    et qu'une grande partie nous en est cachée.
  • 24:08 - 24:11
    Fournisseurs de service, ingénieurs,
  • 24:11 - 24:12
    techniciens, numéros de--
  • 24:12 - 24:14
    Laissez-moi vous interrompre, Edward.
  • 24:14 - 24:16
    Car vous décrivez tout le problème.
  • 24:16 - 24:16
    Oui.
  • 24:16 - 24:18
    Vous me parlez de tout ça.
  • 24:18 - 24:18
    Moi j'y comprend rien.
  • 24:18 - 24:20
    C'est comme un informaticien qui viens vous voir.
  • 24:20 - 24:23
    et vous faites "Eeh merde!"
  • 24:23 - 24:24
    À dire vrai…
  • 24:24 - 24:27
    "Ne me montrez rien".
  • 24:27 - 24:29
    "Je ne veux pas apprendre."
  • 24:29 - 24:31
    "Vous sentez la soupe en boite."
  • 24:31 - 24:33
    C'est tout un défi de comprendre
  • 24:33 - 24:35
    comment vulgariser
  • 24:35 - 24:38
    le genre de chose qui nécessite des années
  • 24:38 - 24:39
    de connaissances techniques
  • 24:39 - 24:43
    et de faire rentrer ça dans une minute.
  • 24:43 - 24:46
    Donc je comprend votre problème.
  • 24:46 - 24:47
    Mais le problème est que
  • 24:47 - 24:49
    vos actions n'aurons un impact
  • 24:49 - 24:53
    que si on arrive à mener ce débat à bien.
  • 24:53 - 24:54
    Donc laissez-moi vous aider.
  • 24:54 - 24:56
    Vous aviez mentionné dans une entrevue
  • 24:56 - 24:58
    que la NSA se passait
  • 24:58 - 24:59
    des photos des personnes nues.
  • 24:59 - 25:02
    Oui, dans ce domaine
  • 25:02 - 25:06
    c'est pas vraiment un problème.
  • 25:06 - 25:07
    Aux yeux de la NSA.
  • 25:07 - 25:09
    Parce qu'on voit des photos de gens nus
  • 25:09 - 25:11
    presque tout le temps.
  • 25:11 - 25:12
    Ça.
  • 25:12 - 25:13
    C'est ce qui terrifie les gens.
  • 25:13 - 25:16
    Parce qu'on a demandé ÇA aux Américains…
  • 25:16 - 25:17
    …et voici ce qu'on a eu.
  • 25:17 - 25:19
    Le gouvernement ne devrait pas pouvoir
  • 25:19 - 25:20
    regarder nos photos de bite.
  • 25:20 - 25:22
    Si le gouvernement pouvait regarder
  • 25:22 - 25:24
    des photos du pénis de Gordon,
  • 25:24 - 25:26
    je verrais ça comme une invasion
  • 25:26 - 25:27
    de ma vie privée.
  • 25:27 - 25:29
    Oui, si le gouvernement regardait
  • 25:29 - 25:31
    des photos de mon pénis, je serais furieux.
  • 25:31 - 25:33
    Il ne devraient jamais faire ça.
  • 25:33 - 25:34
    Si le gouvernement avait une photo
  • 25:34 - 25:36
    de ma bite.
  • 25:36 - 25:37
    Si mon mari m'envoyait
  • 25:37 - 25:38
    une photo de son pénis
  • 25:38 - 25:40
    et que le gouvernement y avait accès,
  • 25:40 - 25:44
    je voudrais faire fermer ce programme.
  • 25:44 - 25:47
    J'aimerais que le programme des photos
    de bite change.
  • 25:48 - 25:50
    Moi aussi, j'aimerais que le programme
  • 25:50 - 25:51
    des photos de bite change.
  • 25:51 - 25:52
    Ce serait une très bonne chose
  • 25:52 - 25:53
    qu'on change ce programme.
  • 25:53 - 25:55
    J'aimerais qu'on l'ajuste,
  • 25:55 - 25:57
    j'aimerais qu'il soit sujet à des lois
  • 25:57 - 25:59
    claires et transparentes
  • 25:59 - 26:01
    et qu'on nous les fasse savoir
  • 26:01 - 26:04
    pour comprendre à quoi elles servent
  • 26:04 - 26:05
    ou pourquoi on les garde.
  • 26:05 - 26:07
    (Reporter) Croyez qu'un tel programme
    existe?
  • 26:07 - 26:09
    Je ne crois pas que ça existe, non.
  • 26:09 - 26:13
    Non.
  • 26:13 - 26:17
    Si je savais que le gouvernement
  • 26:17 - 26:19
    avait une photo de ma bite…
  • 26:19 - 26:22
    …ça me ferait vraiment chier.
  • 26:24 - 26:26
    Eh bien…
  • 26:26 - 26:27
    La bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a pas
  • 26:27 - 26:30
    de programme nommé "le programme des
    photos de bite".
  • 26:30 - 26:32
    La mauvaise nouvelle, c'est qu'ils récoltent
  • 26:32 - 26:34
    quand même les informations de tout le monde
  • 26:34 - 26:36
    incluant vos photos de bite.
  • 26:36 - 26:37
    Pensez-vous que le dernier gars
  • 26:37 - 26:40
    a envoyé une photo de sa bite récemment?
  • 26:40 - 26:42
    N'essayez pas de devinez, j'ai la réponse.
  • 26:42 - 26:44
    C'est vrai.
  • 26:44 - 26:48
    J'ai envoyé une photo de ma… bite.
  • 26:48 - 26:50
    Et je l'ai envoyé à une fille. Récemment.
  • 26:52 - 26:53
    C'est la limite le plus important
  • 26:53 - 26:55
    pour la plupart des gens.
  • 26:55 - 26:59
    "Est-ce qu'ils peuvent voir ma bite?"
  • 26:59 - 27:01
    Donc comme nous sommes dans le sujet…
  • 27:01 - 27:03
    …regardez dans ce dossier.
  • 27:07 - 27:09
    Ceci…
  • 27:09 - 27:11
    …est une photo de ma bite.
  • 27:11 - 27:13
    Donc nous allons énumérer chaque programme
  • 27:13 - 27:15
    de la NSA et vous allez m'expliquer ses capacités
  • 27:15 - 27:18
    en lien avec cette photo…
  • 27:18 - 27:21
    …de mon pénis.
  • 27:21 - 27:24
    702 Surveillance : Peuvent-ils voir ma bite?
  • 27:24 - 27:26
    Oui.
  • 27:26 - 27:28
    L'amendement à l'acte FISA en 2008
  • 27:28 - 27:30
    qui inclus la section 702
  • 27:30 - 27:33
    permet la collection de masse
  • 27:33 - 27:35
    des communications sur internet
  • 27:35 - 27:36
    partant vers ou depuis un point à l'étanger.
  • 27:36 - 27:37
    Collection de masse,
  • 27:37 - 27:38
    ça inclus mon pénis.
  • 27:38 - 27:39
    Vous avez tout compris.
  • 27:39 - 27:40
    Ce n'est pas ce que…
  • 27:40 - 27:41
    Vous avez compris ?
  • 27:41 - 27:42
    Oui.
  • 27:42 - 27:44
    Parce que c'est… Oui, enfin bref.
  • 27:44 - 27:46
    Donc, si vous avez votre adresse courriel,
  • 27:46 - 27:49
    disons GMail, sur un serveur à l'étranger
  • 27:49 - 27:50
    ou transféré à l'étranger,
  • 27:50 - 27:53
    où dès que l'information traverse
  • 27:53 - 27:55
    la frontière des États-Unis…
  • 27:55 - 27:57
    …vos saletés se retrouvent dans nos systèmes.
  • 27:57 - 27:59
    Donc, pas nécesssaire d'envoyer
  • 27:59 - 28:00
    sa bite en Allemagne?
  • 28:00 - 28:01
    Non.
  • 28:01 - 28:03
    Même si votre destinataire
  • 28:03 - 28:04
    se trouve aux États-Unis
  • 28:04 - 28:08
    l'échange que vous avez eu
  • 28:08 - 28:09
    avec votre femme
  • 28:09 - 28:11
    peut aller de New York
  • 28:11 - 28:12
    jusqu'à Londres et revenir
  • 28:12 - 28:13
    et se retrouver dans nos systèmes.
  • 28:13 - 28:17
    Executive Order 12333 : Bite ou pas de bite?
  • 28:17 - 28:18
    Oui.
  • 28:18 - 28:21
    L'EO 12333, c'est ce que la NSA utilise quand
  • 28:21 - 28:24
    quand les autres autorités ne sont pas aussi
  • 28:24 - 28:26
    acharnées sur vous qu'ils le voudraient.
  • 28:26 - 28:27
    Par exemple--
  • 28:27 - 28:29
    Comment vont-ils voir ma bite?
  • 28:29 - 28:32
    Tout ce qui m'intéresse, c'est mon pénis.
  • 28:33 - 28:36
    Quand vous envoyez vos saletés
  • 28:36 - 28:38
    via GMail, par exemple,
  • 28:38 - 28:41
    cette information se retrouve sur les
    serveurs de Google.
  • 28:41 - 28:43
    Google peut déplacer ces données
  • 28:43 - 28:45
    entre ses nombreux centres de données
  • 28:45 - 28:46
    de manière transparente
  • 28:46 - 28:47
    sans que vous le sachiez.
  • 28:47 - 28:49
    Vos données pourraient avoir circulé en dehors
  • 28:49 - 28:51
    des frontières américaines
  • 28:51 - 28:52
    Oh non…
  • 28:52 - 28:53
    temporairement.
  • 28:53 - 28:57
    Quand vos saletés ont été envoyés par GMail
  • 28:57 - 28:59
    la NSA en a reçu une copie.
  • 28:59 - 29:00
    Prism.
  • 29:00 - 29:03
    Prism, c'est avec ça qu'ils accèdent
    à vos saletés
  • 29:03 - 29:05
    chez Google, avec leur aide.
  • 29:05 - 29:08
    Tous les partenaires de Prism
  • 29:08 - 29:11
    des compagnies comme Google, Facebook, Yahoo…
  • 29:11 - 29:14
    sont mandatées par le gouvernement pour agir
  • 29:14 - 29:17
    un peu comme leur Shérif de surveillance.
  • 29:17 - 29:18
    Des Shérifs de bites.
  • 29:18 - 29:19
    En effet.
  • 29:19 - 29:21
    Erm, Upstream?
  • 29:21 - 29:23
    Upstream, c'est avec ça qu'ils interceptent
  • 29:23 - 29:25
    vos saletés lorsqu'elles circulent
    sur internet.
  • 29:25 - 29:26
    Ok, Mystic.
  • 29:26 - 29:28
    Si vous parlez de vos saletés à quelqu'un
  • 29:28 - 29:29
    au téléphone ?
  • 29:29 - 29:30
    Oui.
  • 29:30 - 29:31
    Est-ce qu'ils ont accès au contenu
  • 29:31 - 29:32
    de mon appel
  • 29:32 - 29:34
    ou juste la durée ?
  • 29:34 - 29:36
    Ils ont aussi accès au contenu,
  • 29:36 - 29:37
    mais seulement pour certains pays.
  • 29:37 - 29:39
    Si vous êtes en vacances aux Bahamas?
  • 29:39 - 29:40
    Oui.
  • 29:40 - 29:43
    Et dernièrement…
    Voulez-vous…
  • 29:43 - 29:45
    Non, je ne sais même pas…
  • 29:45 - 29:46
    …quoi faire avec ça.
  • 29:46 - 29:48
    Gardez ça en lieu sûr.
  • 29:48 - 29:49
    C'est une grande responsabilité.
  • 29:49 - 29:51
    Oui, c'est une très grande responsabilité,
  • 29:51 - 29:53
    c'est le principe.
  • 29:53 - 29:53
    Est-ce que je devrais--?
  • 29:53 - 29:55
    Non, vous ne devriez certainement pas,
  • 29:55 - 29:56
    et il est même impensable
  • 29:56 - 29:58
    que vous fassiez une chose pareille.
  • 29:58 - 29:59
    À vrai dire, c'est tout à fait pensable.
  • 29:59 - 30:01
    215 meta-data?
  • 30:01 - 30:02
    Non.
  • 30:02 - 30:03
    Bien.
  • 30:03 - 30:04
    Mais…
  • 30:04 - 30:06
    Franchement, Ed!
  • 30:06 - 30:07
    Ils pourraient probablement retracer
  • 30:07 - 30:09
    la personne avec qui vous partagez vos photos
  • 30:09 - 30:10
    parce qu'ils peuvent voir
  • 30:10 - 30:11
    les personnes à vous vous envoyez des textos
  • 30:11 - 30:12
    et les gens que vous appelez.
  • 30:12 - 30:13
    Si vous appelez
  • 30:13 - 30:15
    le centre d'agrandissement du pénis
    à 3 heures du matin
  • 30:15 - 30:16
    et que votre appel dure 90 minutes?
  • 30:16 - 30:17
    Ils auraient un rapport contenant
  • 30:17 - 30:19
    votre numéro de téléphone
  • 30:19 - 30:21
    qui appelle ce numéro de téléphone
  • 30:21 - 30:24
    (le centre d'agrandissement du pénis).
  • 30:24 - 30:25
    Ils diraient qu'il ne savent pas
  • 30:25 - 30:26
    que c'est un centre d'agrandissement du pénis
  • 30:26 - 30:27
    mais ils peuvent très bien aller vérifier.
  • 30:27 - 30:29
    Edward, si la population des États-Unis
  • 30:29 - 30:33
    comprenait ça…
  • 30:33 - 30:35
    …tout le monde serait horrifié.
  • 30:35 - 30:36
    Je n'avais jamais pensé à le voir
  • 30:36 - 30:39
    du point de vue…
  • 30:39 - 30:41
    …du point de vue de vos saletés.
  • 30:41 - 30:44
    Est-ce que la morale à en tirer serait :
  • 30:44 - 30:46
    "Jusqu'à ce que tout ça
  • 30:46 - 30:47
    soit résolu…
  • 30:47 - 30:50
    …évitez de prendre votre bite en photo.
  • 30:50 - 30:52
    Arrêtez complètement de le faire."?
  • 30:52 - 30:54
    Non, si on fait cela…
  • 30:54 - 30:57
    Attendez, vous êtes en train de me dire "non"?
  • 30:57 - 30:57
    Oui.
  • 30:57 - 30:58
    On devrait continuer de prendre
  • 30:58 - 30:59
    des photos de sa bite?
  • 30:59 - 31:01
    Oui, on ne devrait pas changer nos habitudes
  • 31:01 - 31:03
    parce qu'une agence gouvernementale
    quelque part
  • 31:03 - 31:04
    fait des choses malsaines.
  • 31:04 - 31:07
    Si l'on sacrifie nos valeurs
  • 31:07 - 31:08
    sous l'effet de la peur, c'est qu'on ne tient
  • 31:08 - 31:10
    pas vraiment à ces valeurs.
  • 31:10 - 31:12
    Voilà une réponse fort inspirante
  • 31:12 - 31:13
    à la question :
  • 31:13 - 31:15
    "Pourquoi est-ce que tu m'envoies
  • 31:15 - 31:16
    une photo de ta bite?"
  • 31:18 - 31:20
    "Parce que j'aime l'Amérique !"
  • 31:21 - 31:23
    Et voilà, chers concitoyens.
  • 31:23 - 31:25
    Nous devrions tous être prêts à mener
  • 31:25 - 31:27
    ce débat capital,
  • 31:27 - 31:28
    car le premier Juin,
  • 31:28 - 31:30
    il est impératif que nous ayons un débat
  • 31:30 - 31:32
    adulte et rationnel
  • 31:32 - 31:33
    pour déterminer si notre sûreté nous vaut
  • 31:33 - 31:36
    de vivre dans un pays de Shérifs de bite
  • 31:36 - 31:39
    mandatés par le gouvernement.
  • 31:41 - 31:42
    Et avec ma mission désormais accomplie
  • 31:42 - 31:44
    il me restait encore le temps pour
  • 31:44 - 31:46
    une dernière chose.
  • 31:46 - 31:47
    Finalement, félicitations pour l'Oscar
  • 31:47 - 31:49
    qu'a remporté Citizenfour.
  • 31:49 - 31:50
    Je sais que vous n'avez pas pu vous
    présenter à la remise du prix
  • 31:50 - 31:53
    pour des raisons évidentes, donc…
  • 31:54 - 31:56
    Je me suis dis qu'on célébrerait ça ensemble.
  • 31:56 - 31:57
    Santé.
  • 31:57 - 31:59
    Wow, c'est…
  • 31:59 - 32:01
    c'est vraiment quelque chose.
  • 32:01 - 32:02
    Je vous remercie.
  • 32:02 - 32:02
    De rien.
  • 32:02 - 32:04
    Que pensez-vous de mes chances
  • 32:04 - 32:06
    de m'en retourner sans problème?
  • 32:06 - 32:07
    Si vous n'étiez pas encore sur la liste
  • 32:07 - 32:09
    vous l'êtes désormais.
  • 32:12 - 32:13
    Est-ce que, erm…
  • 32:14 - 32:16
    Est-ce que c'est… Ça c'était…
  • 32:16 - 32:18
    une farce? Ou est-ce que c'est vrai?
  • 32:18 - 32:20
    Non, c'est vraiment vrai.
  • 32:20 - 32:22
    Vous êtes associé à moi désormais.
  • 32:23 - 32:24
    Ok.
  • 32:24 - 32:25
    Soyons clair, NSA :
  • 32:25 - 32:26
    Je n'ai jamais rencontré cet homme,
  • 32:26 - 32:29
    donc enlevez-moi de votre p* ! de liste.
  • 32:29 - 32:32
    Je ne veux pas rester coincé en Russie,
  • 32:32 - 32:34
    Je veux rentrer chez moi.
  • 32:38 - 32:40
    Et maintenant, pour que vous le sachiez.
  • 32:40 - 32:42
    Pour tout vous dire.
  • 32:42 - 32:44
    Nous sommes entrés en contact avec la NSA,
  • 32:44 - 32:46
    le Conseil National de Sécurité
  • 32:46 - 32:47
    et la Maison Blanche,
  • 32:47 - 32:48
    et nous leur avons demandé de nous informer
  • 32:48 - 32:50
    sur les capacitées de détection de photos
  • 32:50 - 32:52
    de bite des programmes dont Snowden
  • 32:52 - 32:53
    nous a parlé.
  • 32:53 - 32:55
    Ce qui m'a permis d'écrire quelques
  • 32:55 - 32:57
    courriels bien drôles à ces agences
    gouvernementales.
  • 32:57 - 33:00
    Ils n'ont pas souhaité me répondre
  • 33:00 - 33:01
    et je les comprend
  • 33:01 - 33:03
    pour toutes les raisons imaginables.
Titre:
Last Week Tonight with John Oliver: Government Surveillance (HBO)
Description:

plus » « moins
Langue de la vidéo:
English
Équipe:
Captions Requested
Durée:
33:15

sous-titres en French

Révisions Comparer les révisions