Retourner vers la vidéo

Petit déjeuner en commun Kédougu - Jusqu'où tu es chez toi?

  • 0:00 - 0:08
    dans le cadre de La Nuit des Étoiles: Culture Ailleurs, Centre Multimédia Communautaire Kédougou, Kër Thiossane en collaboration avec La Companyía
  • 0:08 - 0:14
    présentent: Petit Déjeuner en Commun "Jusqu'où tu es chez toi?"
  • 0:14 - 0:16
    la peau
  • 0:17 - 0:26
    En ce moment, tey, bon je me dis que je me sens chez moi. Parce que ça dépend du contenu qu'on met dans l'alocution « chez moi ».
  • 0:28 - 0:41
    Être chez moi c'est être dans ma peau. Quand mon corps se sent heureux je suis chez moi. Quand mon corps se sent heureux
  • 0:41 - 0:48
    mon esprit est tranquille, ma tête se repose, je dis que je suis chez moi, je suis réellement chez moi.
  • 0:49 - 0:52
    les proches
  • 0:52 - 1:03
    Ça c'est une question philosophique ça ! Pour moi c'est être avec ma famille, avec les proches.
  • 1:05 - 1:12
    Là où vous êtes né, la où vous travaillez aussi. Oui c'est ça être chez soi.
  • 1:13 - 1:24
    -À Kédougou vous êtes chez vous ?
    -À Kédougou je suis chez moi. Je pense que je suis chez moi. Parce que j'y suis né, et j'y ai grandi et je travaille ici aussi.
  • 1:26 - 1:29
    les richesses
  • 1:30 - 1:34
    Kédougou ça appartient à tout le monde. Parce que les richesses qui sont là,
  • 1:34 - 1:46
    même si c'est nous seulement, on ne peut pas les exploiter, on ne peut pas. Il y a de l'or, il y a des diamants, il y a tant des choses quand même.
  • 1:46 - 1:49
    la culture
  • 1:50 - 1:59
    je suis chez moi, je me sens totalement chez moi. Bon, mes cousins diaranké, malinké, poularophones tous sont avec moi. Je me sens vraiment à l'aise.
  • 1:59 - 2:14
    Je me sens à part entière, je me sens kédouvin à part entière. Je ne suis pas chez moi lors que je me dis que peut être il n'y a pas de théâtre,
  • 2:14 - 2:20
    il n'y a pas les facettes culturelles, il n'y a pas ma culture kédouvine. Alors je me dis, je ne suis pas chez moi.
  • 2:20 - 2:23
    les enfants
  • 2:24 - 2:36
    Ça m'arrive parfois d'avoir tout mon esprit quelque part. C'est à dire, j'ai envie parfois de me coucher
  • 2:36 - 2:43
    et je pense, je rêve à avoir des enfants qui vont partir à l'extérieur pour m'aider un jour.
  • 2:44 - 2:52
    Je mange bien, je bois bien, je dors à la maison, mais j'ai mon esprit au marché parce que je n'ai pas quelque chose.
  • 2:52 - 3:07
    Si j'avais quelque chose mes enfants pourraient m'aider parce qu'ils seraient à l'extérieur pour essayer de m'aider un jour. Mais ce qu'on fait, en tant que croyante, c'est qu'on prie
  • 3:07 - 3:24
    On demande au bon dieu qu'un jour il m'enlève de cette pauvreté
  • 3:27 - 3:30
    la famille
  • 3:30 - 3:43
    Quand tu veux vraiment la baraka, quand tu veux la baraka là tu es obligé de la faire. Parce que la personne son premier marabouth déjà c'est sa maman et son père. S'ils sont bénis pour toi c'est fini eh !
  • 3:43 - 3:58
    Et si tu n'as pas ça alors, maintenant chaque deux mois tu paye le courant, quelque soit la somme. L'autre est là, il donne la dépense quotidienne, c'est ça son rôle.
  • 3:58 - 4:12
    L'autre il va chercher du riz . C'est comme ça qu'on vit. Puisque déjà, vous avez vu les trois repas là ? On se réunit pour manger. Il y a le menu, il y a le menu.
  • 4:14 - 4:27
    Le matin c'est ce qu'on prend. On prend la boullie quoi. Là vous allez boir ça en famille. Et aussi le repas, le repas de midi on le mange en famille.
  • 4:28 - 4:45
    Si mon argent est fini, si la dépense à la maison est finie, sincèrement j'ai des doutes, quoi. Après je ne sens pas si je suis chez moi ou alors je suis qui?
  • 4:45 - 4:55
    Je suis dans le chez moi lors que je suis en paix, toujours je dirige ma famille, je suis entièrement libre, quoi.
  • 4:55 - 4:59
    les difficultés
  • 4:59 - 5:05
    Quand il y a des difficultés dont tu ne peux pas trouver la solution, là on peut dire qu'on n'est pas chez soi.
  • 5:05 - 5:13
    Quand on est chez soi on doit pouvoir réglèr tous les problèmes, ce dont on a besoin. Mais quand on n'est pas en phase de réglès ça, alors on n'est pas chez soi.
  • 5:13 - 5:23
    -Alors c'est un état d'esprit ?
    -Oui c'est ça, c'est un état d'esprit. un état mental qui est lié à des conditions économiques et financières surtout.
  • 5:23 - 5:31
    Ne pas être chez toi c'est être étranger dans un milieu par exemple. Peut être être né quelque part
  • 5:31 - 5:36
    et venir dans un milieu pour des besoins typiquement professionnels par exemple.
  • 5:36 - 5:40
    l'aventure
  • 5:41 - 5:48
    L'innocence m'a beaucoup poussé à partir parce que dans ma tête à l'age de 20, 22 ans je n'avait rien dans la tête que de partir.
  • 5:48 - 5:59
    Pourquoi partir? parce que je voulais coûte que coûte réaliser quelque chose. Cette chose ne se trouvait nulle part que dans l'aventure quoi.
  • 5:59 - 6:06
    Voilà et que ce n'était pas le cas.
    C'est le travail, on se reveille, on n'a rien d'autre.
  • 6:06 - 6:17
    Bon, après avoir tenté les portes de l'aventure, on a tenté, beaucoup tenté, ça ne colle pas, on essaye de se ressaisir chez soi.
  • 6:17 - 6:27
    Parce que comme vous le voyez, j'ai tenté l'immigration, je l'ai fait mais je trouve que c'est une autre realité.
  • 6:27 - 6:37
    Parce que comme je vous l'ai dit tout à l'heure, je suis chez moi, je travaille, je me reveille devant ma famille. Je vois ma famille, je vois mes amis, c'est beaucoup.
  • 6:37 - 6:43
    Par contre chercher des aventures dont on ne sait pas si ce sera avec retour ou sans retour c'est trop risqué pour moi.
  • 6:43 - 6:45
    le pays
  • 6:45 - 6:48
    Ça veut dire être citoyen quoi.
  • 6:51 - 7:00
    Le chez soi est un droit inné que nul n'a le droit de violer
  • 7:03 - 7:18
    parce qu'il est source d'affection, de bonheur, de liberté d'action, de liberté d'expression.
  • 7:21 - 7:44
    Je crois que le chez soi commence dans le foyer, il s'étend dans la cour,non! il s'étend à la cour, à l'environement, à la region, au pays organisé.
  • 7:49 - 7:57
    aux kédouvins et kédouvines qui font de cette ville chez nous merci, gracias, dieureudieuf, diarama, i ning thié, i ning segué
  • 7:59 - 8:07
    Que Dieu vous paie
    Qu'il vous ouvre pleine de chance
    Que Dieu vous donne longue vie, santé et paix.
  • 8:07 - 8:16
    Que votre travail aille de l'avant
    Que vos étrangers retournent dans leur familles respectives en paix
  • 8:20 - 8:24
    Par la grace de Dieu, celle de mon père, de mes ancêtres et de tout le monde
Titre:
Petit déjeuner en commun Kédougu - Jusqu'où tu es chez toi?
Description:

Micro-trottoir au tour de la question "Jusqu'où tu es chez toi?" à l'occasion du festival La Nuit des Étoiles, célébré à Kédougou. Recueil des réponses à propos de la notion d'appartenance, des biens communs immatériels et de la gestion collective des ressources naturelles dans la région de Kédougou

Auteurs: Anne-Julie Rollet et Kër Thiossane en collaboration avec La Companyía

plus » « moins
Langue de la vidéo:
French
Durée:
08:43

sous-titres en French

Révisions Comparer les révisions