Retourner vers la vidéo

Interview d'Etienne Chouard sur la dette publique et le projet de Constituante

  • 0:08 - 0:13
    Q : Bonjour, nous sommes ce soir en compagnie d'Etienne Chouard, Etienne Chouard
  • 0:13 - 0:16
    qui est un citoyen engagé depuis de nombreuses années,
  • 0:16 - 0:20
    mais qui est connu du public depuis 2005. Bonsoir Etienne Chouard.
  • 0:20 - 0:21
    E.C : Bonsoir.
  • 0:21 - 0:27
    Q : Pouvez-vous nous expliquer l'origine un petit peu de votre combat au niveau médiatique,
  • 0:27 - 0:32
    c'est à dire en 2005, comment vous vous êtes fait connaître et pour quelle cause?
  • 0:32 - 0:40
    E.C : Alors, pour aller vite, en 2005, les médias ne défendaient,
  • 0:40 - 0:45
    ("les médias" : les grands médias) ne défendaient que le « oui », et maltraitaient
  • 0:45 - 0:52
    l'option « non » à la réponse sur le référendum... et dans la vie normale,
  • 0:52 - 0:56
    les gens parlaient du « non », parlaient des arguments du « non », surtout à partir du moment où
  • 0:56 - 1:01
    Fabius a défendu cette idée publiquement. Les gens se sont mis à parler du "non",
  • 1:01 - 1:08
    et beaucoup, et avec beaucoup d'arguments et ce n'était pas du tout relayé. De fil en aiguille,
  • 1:08 - 1:14
    pour des raisons sans importance, finalement, si je dois résumer, j'en suis venu à écrire un texte
  • 1:14 - 1:18
    qui a beaucoup circulé sur internet, je ne savais pas du tout que ça allait se passer
  • 1:18 - 1:23
    comme ça, mais... pour des... d'abord, pour... c'est marrant, pour convaincre
  • 1:23 - 1:29
    mon père qui était un « ouiste» acharné, puis ensuite pour convaincre mes collègues professeurs,
  • 1:29 - 1:34
    j'ai produit une espèce de synthèse de ce que j'avais à reprocher
  • 1:34 - 1:38
    de plus grave dans l'ensemble de ce qu'il y avait à dire sur l'Union Européenne : il y avait beaucoup à dire.
  • 1:38 - 1:45
    J'ai retenu 5 points qui me paraissaient gravissimes, et en les argumentant, solidement, en tous cas
  • 1:45 - 1:50
    de mon point de vue, et j'ai fait un document d'une dizaine de pages, avec une dizaine de pages
  • 1:50 - 1:57
    de notes qui étayaient ce que je disais, et puis que j'ai mis sur mon site, en appelant les gens à...
  • 1:57 - 2:03
    (ce n'était pas un blog, ce n'était pas un forum, ce n'était pas interactif...) en les appelant à... à m'aider, à affiner
  • 2:03 - 2:12
    le texte, en me disant, si je me trompais, à quel endroit. Et ce... probablement ce ton, cette recherche d'une vérité
  • 2:12 - 2:17
    que je ne connaissais pas, (probablement, je vois ça comme une partie de l'explication), ont fait que
  • 2:17 - 2:24
    les gens se sont, (en manque dans les médias, d'arguments correctement
  • 2:24 - 2:29
    développés à propos du « non »), se sont emparés de ce texte-là et l'on fait circuler
  • 2:29 - 2:36
    de façon étonnante... Ça s'est répandu comme une trainée de poudre, pas seulement en France,
  • 2:36 - 2:41
    d'ailleurs : dans beaucoup d'autres pays francophones. J'ai reçu des mails du Pôle Nord,
  • 2:41 - 2:49
    d'Amérique du Sud, d'un peu partout dans le monde en fait, bon, bien sûr surtout de France.
  • 2:49 - 2:54
    J'ai reçu 12 000 mails en 2 mois, ce qui est proprement inhumain, et c'est à ce moment-là
  • 2:54 - 3:04
    qu'il y a un ressort qui s'est tendu en moi, parce que, en fait, quand les gens comptent sur vous, ça, ça vous
  • 3:04 - 3:08
    donne des forces pour faire des choses que vous n'auriez pas faites sans ça. Et, à l'inverse, quand des
  • 3:08 - 3:16
    gens vous maltraitent, vous calomnient, disent du mal de vous, ça tend encore le ressort (par une mécanique
  • 3:16 - 3:22
    à double sens, ça le tend aussi), pour montrer que, vous n'êtes pas nul. Et, si j'en parle, ce nest pas
  • 3:22 - 3:28
    du tout pour mon cas personnel qui ne présente pas d'intérêt, mais c'est parce que c'est un exemple de ce
  • 3:28 - 3:36
    que les institutions athéniennes savaient bien faire : elles... de bonnes institutions... joueraient
  • 3:36 - 3:40
    avec cette appétence que nous avons au regard des autres. Nous avons besoin du regard des autres
  • 3:40 - 3:45
    pour nous donner du mal, et la plupart d'entre nous n'avons pas besoin
  • 3:45 - 3:48
    d'argent pour ça ; c'est-à-dire qu'il suffit que les gens soient
  • 3:48 - 3:54
    contents de ce qu'on ait fait pour être... remercié et satisfait de ce qu'on a fait,
  • 3:54 - 3:59
    et de bonnes institutions devraient compter là-dessus, compter sur le déshonneur de ceux
  • 3:59 - 4:03
    qui ont mal fait et sur l'honneur pour ceux qui ont bien fait, parce que ça marche très bien et
  • 4:03 - 4:06
    ça donne beaucoup d'énergie ; et moi je vois bien que ce qui me donne de la force,
  • 4:06 - 4:10
    ce qui fait que je me donne du mal depuis 6 ans, c'est bien le regard des autres :
  • 4:10 - 4:12
    le regard des autres qui comptent sur moi, et le regard des autres
  • 4:12 - 4:20
    qui me considèrent comme un diable. Alors donc, depuis, depuis... je travaille comme une brute,
  • 4:20 - 4:26
    je travaille comme un fou, je lis énormément... j'ai l'impression d'avoir débusqué
  • 4:26 - 4:34
    une idée majeure... pour nous protéger tous contre les injustices sociales ; ce n'est pas rien, c'est très
  • 4:34 - 4:38
    immodeste de dire ça, mais... c'est [justement] pour ça que je me donne du mal : j'ai l'impression
  • 4:38 - 4:41
    d'avoir trouvé quelque chose de formidable. Et donc je...
  • 4:41 - 4:46
    voilà, j'essaie de résister aux abus de pouvoir et d'y résister non pas
  • 4:46 - 4:50
    en comptant sur un homme providentiel ou sur la vertu de certains acteurs ou en nous protégeant
  • 4:50 - 4:57
    des vices supposés d'autres acteurs, je ne compte pas du tout là-dessus : je compte sur de bonnes institutions,
  • 4:57 - 5:04
    qui me paraissent être un angle d'attaque de la vertu en politique qui est complétement négligé.
  • 5:04 - 5:07
    Mais je pense que ça vient de nous, c'est parce que nous, les citoyens... — enfin non, pas "les citoyens",
  • 5:07 - 5:12
    Il n'y a PAS de citoyens, il y a très peu de citoyens, nous sommes ÉLECTEURS : c'est à dire que nous sommes
  • 5:12 - 5:18
    hétéronomes : nous subissons la loi écrite par d'autres. Un citoyen écrit lui-même sa loi, un citoyen
  • 5:18 - 5:23
    vote lui-même les lois auxquelles il consent à obéir. Et donc nous ne pas citoyens, nous ne sommes
  • 5:23 - 5:30
    que des électeurs. Et [donc] je pense que ça vient [de nous]... c'est de notre faute. C'est parce que nous, électeurs,
  • 5:30 - 5:41
    nous avons renoncé à nous occuper, à exiger, et à protéger un processus constituant digne de ce nom,
  • 5:41 - 5:45
    honnête, sans conflit d'intérêts, sans aucun professionnel de la politique.
  • 5:45 - 5:48
    C'est parce que nous avons renoncé à ça, que toutes les Constitutions
  • 5:48 - 5:50
    du monde, et dans tous les pays, programment notre impuissance politique.
  • 5:50 - 5:54
    Q : comme disait Einstein, le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal,
  • 5:54 - 5:56
    mais par ceux qui regardent et qui ne font rien.
  • 5:56 - 5:57
    E.C : Absolument.
  • 5:57 - 6:02
    Q : Je voudrais aussi parler du fait que... avant cet engagement citoyen que vous avez eu,
  • 6:02 - 6:08
    vous étiez également professeur d'économie, et donc vous avez fait, vous avez fait
  • 6:08 - 6:12
    une sorte de travail, on peut dire, d'expertise, sur la dette publique. Alors je reviens
  • 6:12 - 6:18
    également sur votre travail par rapport à la constitution européenne... je pense qu'une des raisons
  • 6:18 - 6:22
    pour lesquelles vous avez été autant écouté c'est que vous ne représentez aucune association, aucun
  • 6:22 - 6:26
    parti, vous... vous n'avez rien à vendre, en fait. Et donc c'est pour ça aussi que les gens ont été
  • 6:26 - 6:30
    aussi intéressés par vos expertises, et donc je souhaiterais que vous développiez très rapidement
  • 6:30 - 6:34
    pour les internautes, votre avis sur la dette publique. Parce que on vit une crise,
  • 6:34 - 6:37
    non seulement en France, mais quasiment tous les pays du monde,
  • 6:37 - 6:40
    et les gens ne comprennent pas forcément pourquoi on en est arrivé là.
  • 6:40 - 6:52
    E.C : Développer rapidement c'est un oxymore, donc il va falloir choisir. :-) Pour aller vite, le capitalisme,
  • 6:52 - 6:57
    pour démarrer, 19ème siècle, a eu besoin de la dette publique ; et le capitalisme, pour suvivre,
  • 6:57 - 7:02
    a [encore] besoin de la dette publique. Je vous recommande la lecture d'un livre qui vient de sortir, [titre = «LA DETTE OU LA VIE» éditions Aden 2011]
  • 7:02 - 7:08
    qui a été écrit par Eric Toussaint et Damien Millet, qui sont des, d'héroïques résistants du CADTM,
  • 7:08 - 7:14
    donc du Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde, qui sont des spécialistes donc
  • 7:14 - 7:19
    des dettes odieuses, des dettes illégitimes qui sont imposées aux pays du Tiers Monde depuis 20 ans...
  • 7:19 - 7:26
    Enfin : ils résistent depuis 20 ans, les gens du CADTM. Ils ont écrit une synthèse, dans un gros livre,
  • 7:26 - 7:34
    mais absolument passionnant, dans lequel il y a, et c'est pour ça que je vous en parle... un extrait
  • 7:34 - 7:40
    du captital de Marx, qui traite de la dette publique, et qui pourrait être écrit aujourd'hui, pour comprendre
  • 7:40 - 7:44
    ce qui se passe. Donc je vous recommande, je vous recommande chaleureusement la lecture
  • 7:44 - 7:49
    de cet extrait qui est tout à fait édifiant. La dette publique est une vieille affaire, une vieille
  • 7:49 - 7:56
    escroquerie de riches pour voler l'argent à travers l'Etat, pour se servir de l'Etat pour voler les pauvres,
  • 7:56 - 8:02
    c'est une vieille affaire qui continue. Et... finalement, nous regardions les pays du Tiers Monde
  • 8:02 - 8:06
    en disant : "c'est pas de chance pour eux, mais finalement ça ne nous concerne pas"... Aujourd'hui,
  • 8:06 - 8:11
    ça commence à nous concerner, et d'une certaine façon, je dirais que c'est quand même bien fait pour nous,
  • 8:11 - 8:16
    parce que notre indifférence par rapport au sort des pays du Tiers Monde... (qui est le sort qui nous
  • 8:16 - 8:22
    attend) nous fait mériter, d'une certaine façon, ce qui nous attend. Mais ce qui nous attend, c'est
  • 8:22 - 8:24
    la Grèce, hein, ne croyez pas que la Grèce [ne nous concerne pas]... alors...
  • 8:24 - 8:29
    Q : Est-ce que vous pourriez nous parler vite fait de deux exemples : l'Argentine et l'Equateur ?
  • 8:29 - 8:33
    E.C : Je ne peux pas vous en parler beaucoup, mais...
  • 8:33 - 8:36
    Q : L'annulation de la dette inique...
  • 8:36 - 8:42
    E.C : Il est tout à fait possible [de répudier une partie de la dette publique]... alors c'est justement pour ça que moi je ne parle plus de crise,
  • 8:42 - 8:46
    parce que c'est un coup d'état, ce n'est pas du tout une crise.
  • 8:46 - 8:50
    Une crise c'est un accident. Là ce n'est pas du tout un acccident : tout se passe comme prévu...
  • 8:50 - 9:01
    Je pèse mes mots. Donc, nous sommes fous d'accepter de parler de crise, dans ce qui est,
  • 9:01 - 9:09
    objectivement, un coup d'état bancaire, privé, antirépublicain, anti démocratique. Nous devrions être
  • 9:09 - 9:17
    en insurrection. Alors insurrection pacifique, non violente, on fait comme on veut, mais on devrait
  • 9:17 - 9:22
    s'insurger contre ce qui est un coup d'état. [Il ne] faut pas parler de crise. Ce n'est absolument pas une crise,
  • 9:22 - 9:28
    ce n'est pas du tout accidentel. C'est prévu, c'est prévu depuis longtemps. Et je peux vous dire
  • 9:28 - 9:33
    qu'à l'occasion de ce... de cette convulsion programmée,
  • 9:33 - 9:37
    déclenchée par les banques, et leurs agences qui sont leurs complices,
  • 9:37 - 9:43
    à l'occasion de cette convulsion, on va perdre, on va tout perdre. C'est-à-dire qu'on va perdre
  • 9:43 - 9:46
    tout le programme du Conseil National de la Résistance, qui était déjà malmené, qui était
  • 9:46 - 9:54
    dans la ligne de mire, mais, le bouquin de Naomie Klein sur la Stratégie du choc est un bouquin important
  • 9:54 - 10:01
    pour comprendre leur mode opératoire, et arrêter de parler de crise. Je veux dire, ce sont
  • 10:01 - 10:07
    des électrochocs administrés par des canailles contre le corps social. [Il] faut utiliser d'autres mots
  • 10:07 - 10:16
    que les leurs... Ils nous grugent avec les mots. Donc la dette publique, elle est [largement illégitime] ... A partir du moment
  • 10:16 - 10:20
    où on refuse de la traiter comme... je vois des débats qui consistent à dire : « qui va payer
  • 10:20 - 10:28
    la dette ? »... Mais on n'est pas du tout obligé de payer une dette odieuse, je veux dire, une dette illégitime,
  • 10:28 - 10:33
    une dette qui a été fabriquée de toutes pièces par des complices des banques, élus grâce
  • 10:33 - 10:39
    aux banquiers, et qui depuis 40 ans votent des budgets en déséquilibre. La dette publique, elle vient
  • 10:39 - 10:44
    d'une boule de neige qui s'est constituée progressivement pendant 40 ans, et qui est l'addition
  • 10:44 - 10:49
    de 40 ans, 40 budgets votés en déséquilibre. Et à chaque fois un peu plus en déséquilibre, à chaque fois
  • 10:49 - 10:54
    un peu plus endettés... mais c'est le résultat de décisions politiques votées par vos soi-disant "représentants".
  • 10:54 - 11:01
    Nos soi-disant "représentants". Donc... on nous présente aujourd'hui comme une catastrophe imprévue
  • 11:01 - 11:07
    ce qui est construit sciemment par nos parlementaires depuis 40 ans, on se fout de qui ? Je veux dire
  • 11:07 - 11:15
    on se moque de qui ? Donc... bah il faut résumer, s'il faut résumer le problème de la dette publique,
  • 11:15 - 11:21
    moi je vois un... je vais utiliser un gros mot, parce que... le mot fascisme est un gros mot, c'est un...
  • 11:21 - 11:30
    c'est un mot violent, qui décrit une période extrèmement brutale... de notre histoire, mais qui n'est
  • 11:30 - 11:33
    pas du tout finie. Les méthodes ont changé, elles sont moins brutales en apparence, mais l'objectif
  • 11:33 - 11:41
    du fascisme qui était de mettre l'Etat à la disposition des plus riches, lui permettant ensuite,
  • 11:41 - 11:46
    leur permettant ensuite (à ces riches), de supprimer les syndicats, de se débarraser
  • 11:46 - 11:49
    des résistances des salariés pour que, enfin !, les salaires
  • 11:49 - 11:55
    puissent être aussi bas que possible, et sans plus... sans plus aucun contre pouvoir.
  • 11:55 - 12:01
    Ce projet fasciste, il est absolument d'actualité. Les institutions européennes ont été écrites
  • 12:01 - 12:07
    par les mêmes, ont été voulues, financées par les mêmes qui avaient voulu et financé Hitler et Mussolini.
  • 12:07 - 12:11
    Donc ce n'est pas Hitler et Mussolini, [évidemment,] c'est autre chose. C'est plus malin, c'est plus soft...
  • 12:11 - 12:16
    Maintenant ils ont compris que, contre un Hitler ou un Mussolini, les peuples sont capables de se révolter.
  • 12:16 - 12:22
    => ça va être beaucoup plus difficile de se révolter, de s'insurger contre le résultat des élections,
  • 12:22 - 12:27
    contre les résultats de ce que nous avons nous-mêmes voté. C'est beaucoup plus malin, quoi, ils progressent.
  • 12:27 - 12:32
    Et nous, on dirait qu'on régresse : on est de plus en plus incultes, on accepte leur langage, leur vocabulaire,
  • 12:32 - 12:37
    on continue à parler de "démocratie", on défend le "suffrage universel" comme si c'était une vache sacrée,
  • 12:37 - 12:43
    alors que c'est, le [faux] "suffrage universel" qui depuis 200 ans permet aux riches d'acheter le pouvoir politique
  • 12:43 - 12:46
    et de concentrer les pouvoirs, donc ce sont les mêmes personnes, qui, désormais,
  • 12:46 - 12:49
    depuis 200 ans arrivent à avoir, à la fois le pouvoir économique
  • 12:49 - 12:54
    et le pouvoir politique, ce qui s'était jamais vu dans l'histoire des hommes...
  • 12:54 - 12:58
    et ça, c'est le "suffrage universel" qui permet d'acheter [les élus], c'est cette procédure juridique
  • 12:58 - 13:03
    qui permet aux riches d'acheter le pouvoir politique : 100% ! Et nous défendons ça comme si c'était l'alpha
  • 13:03 - 13:06
    et l'oméga de notre liberté, mais on est plus cons que la moyenne, hein, je veux dire...
  • 13:06 - 13:13
    on est idiots. On se fait berner, quoi, on est... on est très vulnérables aux bobards...
  • 13:13 - 13:18
    Q : Il y a également le rôle des médias qui sont un petit peu une courroie de transmission
  • 13:18 - 13:22
    entre les différents pouvoirs, pour, un petit peu influer notre pensée...
  • 13:22 - 13:26
    Alors, c'est vrai que c'est un petit peu pessimiste ce que vous venez
  • 13:26 - 13:31
    de dire, mais c'est tout à fait réaliste, c'est pas pessimiste, enfin c'est un peu noir, je précise...
  • 13:31 - 13:36
    Il y a quand même des raisons d'espérer, parce c'est vrai que quand on touche le fond, et je pense
  • 13:36 - 13:39
    qu'on est en train de toucher le fond, il n'y a plus qu'à donner un bon coup de talon et on remonte.
  • 13:39 - 13:41
    Alors,c'est peut être un peu caricatural de dire ça...
  • 13:41 - 13:48
    E.C : "le fond", c'est le camp de travail, hein... "Le fond", c'est Auschwitz ou le goulag...
  • 13:48 - 13:51
    On n'est pas du tout au fond, là ; c'est pour ça qu'on ne réagit pas...
  • 13:51 - 13:55
    Q : je parle de l'année 2012, dans le sens où nous sommes... enfin, d'après certaines analyses,
  • 13:55 - 13:59
    nous sommes au bord d'une 3ème guerre mondiale, et pour le coup, là ce serait vraiment toucher le fond.
  • 13:59 - 14:04
    E.C : Voilà, mais on n'y est pas encore. Mais ça va être ça, "le fond", ça va être la guerre civile.
  • 14:04 - 14:10
    Q : Donc... parmi les maigres espoirs qui nous restent, on a l'espoir, certains ont l'espoir de mettre en place
  • 14:10 - 14:14
    une constituante en France. Beaucoup de gens ne savent pas tout simplement
  • 14:14 - 14:16
    ce que c'est qu' une constituante, est-ce que vous pourriez expliquer ce que c'est ?
  • 14:16 - 14:23
    Et également, dans un 2ème temps, parler du tirage au sort de nos représentants.
  • 14:23 - 14:35
    E.C : Là, j'ai quoi ? 1 minute ? :-)
    Alors : tout citoyen, c'est-à-dire quelqu'un qui aspire à être autonome,
  • 14:35 - 14:40
    à produire lui-même, à participer lui-même directement aux lois auxquelles il consent,
  • 14:40 - 14:47
    tout citoyen devrait savoir, et protéger, savoir ce que c'est qu'une Constitution, savoir à quoi ça sert,
  • 14:47 - 14:51
    pourquoi c'est très important pour lui ; et il devrait [la] protéger les armes à la main. À Athènes,
  • 14:51 - 14:56
    le athéniens étaient des soldats, armés, donc armés et entraînés, sachant se servir de leurs armes,
  • 14:56 - 15:01
    et qui défendaient leur démocratie. Et ce nest pas du tout anodin : c'est [probablement] pour ça que ça a marché 200 ans,
  • 15:01 - 15:06
    c'est parce qu'il y avait des citoyens [, des vrais]... des gens armés. Alors, je ne suis pas du tout militariste,
  • 15:06 - 15:12
    je suis complètement anti-militariste, desarmé, j'ai vécu 50 ans dans cette croyance qu'il fallait
  • 15:12 - 15:21
    désarmer le monde. Et je suis en train de découvrir le détail de l'histoire de nos massacres... massacres
  • 15:21 - 15:26
    des peuples précisément désarmés, et je commence à me demander si je ne me suis pas fait enfumer
  • 15:26 - 15:32
    à me laisser désarmer, alors que Robespierre m'annonçait déjà que, c'était folie de garder...
  • 15:32 - 15:41
    au sein d'un corps social... désarmé, de garder une fraction armée du peuple. C'était pour lui, la garantie
  • 15:41 - 15:49
    d'une tyrannie. Et je crois bien qu'il avait raison. Donc une Constitution, il faut vraiment comprendre
  • 15:49 - 15:56
    ce que c'est : pour vivre en société, on a besoin du droit, qui nous pacifie, en nous soumettant
  • 15:56 - 16:04
    à une règle commune. Ce droit va être produit, va être écrit, probablement, par des représentants.
  • 16:04 - 16:13
    Des représentants qui, étant au-dessus de nous, et produisant les règles qui vont... nous contraindre,
  • 16:13 - 16:23
    ces gens sont à la fois très utiles, et très dangeureux. C'est comme ça depuis très longtemps, on le sait
  • 16:23 - 16:28
    depuis des milliers d'années. Et on a inventé... (donc il s'agit pas de réinventer quelque chose
  • 16:28 - 16:36
    de nouveau), on a inventé depuis des milliers d'années, une protection contre ce danger, qui est
  • 16:36 - 16:42
    un texte supérieur, donc qui est AU-DESSUS des producteurs de droit, donc au-dessus des parlements,
  • 16:42 - 16:44
    au-dessus des gouvernements, au-dessus des juges, au-dessus des policiers,
  • 16:44 - 16:48
    au-dessus, normalement des banques et des médias, au-dessus de ceux
  • 16:48 - 16:50
    qui ont un pouvoir => au-dessus des professionnels de la politique,
  • 16:50 - 16:56
    Il y a un texte, supérieur, que tout le monde devrait connaître, qui s'appelle la Constitution.
  • 16:56 - 16:59
    Mais il faut comprendre que cette Constitution, elle ne sert pas à organiser les pouvoirs, elle sert à...
  • 16:59 - 17:06
    à affaiblir les pouvoirs, elle sert à les diviser, les séparer, pour nous protéger. Donc la Constitution,
  • 17:06 - 17:14
    nos parlementaires devraient la craindre ! Une fois qu'on a compris ça, on a compris qu'il est
  • 17:14 - 17:23
    complètement idiot d'accepter que cette Constitution soit écrite par ceux-là mêmes qui devraient la craindre !
  • 17:23 - 17:27
    Si ce sont les parlementaires qui écrivent la Constitution, un enfant comprend que le parlementaire,
  • 17:27 - 17:32
    il ne va pas écrire les contre-pouvoirs dont nous avons besoin, nous en-dessous. Nous devrions être protégés
  • 17:32 - 17:39
    par la Constitution, et nous laissons écrire ce texte protecteur par ceux dont elle devrait nous protéger !!!
  • 17:39 - 17:43
    Ils vont [évidemment] tricher ! Et c'est [d'ailleurs] ce qu'ils font, partout dans le monde, à toutes les époques ! L'impuissance
  • 17:43 - 17:50
    des peuples, partout dans le monde, ne vient pas de la corruption ou du vice de ceux qui écrivent
  • 17:50 - 18:00
    la Constitution, pas du tout ! Ça ne vient pas des gens au pouvoir... l'impuissance des peuples, elle vient, de l'indifférence
  • 18:00 - 18:03
    des peuples par rapport au processus de [rédaction de la] Constitution, et qui disent : "non, moi la Constitution,
  • 18:03 - 18:10
    j'y connais rien, j'ai du travail, j'ai autre chose à faire, j'ai pas le temps", et qui disent, en général,
  • 18:10 - 18:14
    "pour les affaires publiques, je laisse... je laisse des professionnels s'en occuper
  • 18:14 - 18:16
    qui sont les parlementaires => eh bien, si ce parlementaire a envie d'écrire
  • 18:16 - 18:21
    la Constitution, eh bien, qu'il l'écrive !"
    Et c'est à ce moment-là, que ça se joue. C'est à ce moment-là, où...
  • 18:21 - 18:27
    [ce moment] où moi, électeur, je consens à ce qu'un parlementaire écrive la Constitution...
  • 18:27 - 18:30
    un parlementaire, ou un ministre, ou un De Gaulle, hein, peu importe, ou un Lénine, [c'est à ce moment-là qu'on perd toute possibilité d'instituer une vraie démocratie]
  • 18:30 - 18:35
    hein... Lénine a écrit la Constitution, c'est une catastrophe, De Gaulle a écrit la Constitution, et
  • 18:35 - 18:40
    c'est une... De Gaulle et ses amis, hein, et c'est une catastrophe. Mais, ce n'est pas la faute de De Gaulle :
  • 18:40 - 18:44
    c'est normal que De Gaulle ait envie d'écrire la Constitution, [mais] ce n'est pas normal qu'il l'écrive.
  • 18:44 - 18:49
    Ce n'est pas normal que nous le laissions faire. Nous devrions... chacun d'entre nous,
  • 18:49 - 18:54
    (vous êtes concernés individuellement), nous devrions empêcher,
  • 18:54 - 18:58
    les hommes au pouvoir, les professionnels de la politique, d'écrire la Constitution.
  • 18:58 - 19:07
    Tout le reste en découle.
    Je pense que là on atteint... quand je parle de notre indifférence
  • 19:07 - 19:14
    au processus constituant, je pense que je suis sur "la cause des causes" : c'est la vraie source pure
  • 19:14 - 19:19
    de notre impuissance politique, elle est là. Et il suffit (donc on a la solution en nous) il suffit
  • 19:19 - 19:25
    de nous en occuper, il suffit d'arrêter de nous désintéresser... pas de la Constitution : du processus
  • 19:25 - 19:29
    constituant, c'est-à-dire, QUI ÉCRIT ? Il ne suffit PAS de voter la Constitution, on va nous faire voter [n'importe quoi : par exemple,] ils ont
  • 19:29 - 19:35
    réussi... la Constitution de 58, on l'a votée à 80%, alors que c'est une Constitution monarchique,
  • 19:35 - 19:42
    qui institutionalise notre impuissance totale ! Totale ! Et on l'a votée à 80% ! Donc c'est [bien la preuve que] le vote
  • 19:42 - 19:49
    ne suffit pas, c'est... une très mauvaise protection. Donc il nous faut... il nous faut une assemblée
  • 19:49 - 19:58
    constituante, d'où les acteurs professionnels seraient exclus ! Il n'y faut pas d'hommes de partis,
  • 19:58 - 20:04
    ni parlementaires, ni ministres, ni juges, ni banquiers, aucun homme de pouvoir. Donc il faut quelle soit [désintéressée]... [ce qui compte, c'est QUI ÉCRIT la Constitution.]
  • 20:04 - 20:09
    Alors, moi, il me semble que le tirage au sort me paraît, semble être justement ce qu'on cherche
  • 20:09 - 20:16
    pour que ce soit n'importe qui, sauf ceux qui le veulent... si vous avez une meilleure idée
  • 20:16 - 20:18
    que le tirage au sort, ça m'intéresse, je suis preneur...
  • 20:18 - 20:23
    il me semble que ce que nous devrions viser, c'est une procédure, tirage au sort ou autre,
  • 20:23 - 20:31
    qui mette à l'écart les gens qui sont en situation de conflit d'intérêts, [à l'écart] du processus constituant.
  • 20:31 - 20:36
    Et, je pense que ce qu'on a dit sur la dette, ce qu'on a dit sur l'Union Européenne, c'est complètement
  • 20:36 - 20:42
    lié à cette cause première. C'est notre faute. Et donc, je suggère qu'on en parle,
  • 20:42 - 20:46
    et que nous soyons rapidement des... [non] pas des milliers,
  • 20:46 - 20:49
    pas des millions => que nous soyons rapidement des milliards, parce
  • 20:49 - 20:53
    qu'il faut que ce soit dans plein de pays, il faut que ce soit... Il faut qu'on traduise et qu'on [diffuse mondialement]...
  • 20:53 - 20:57
    C'est une idée forte et simple, hein, elle peut se répandre comme une trainée de poudre. Par contre,
  • 20:57 - 21:01
    quand vous rentrez chez vous, il ne faut pas que vous rentriez chez vous en disant :
  • 21:01 - 21:04
    "tiens, c'est sympa, c'est intéressant ça", et puis que vous vous en teniez là,
  • 21:04 - 21:10
    il faut que vous deveniez vous-même le vecteur de cette maladie antioligarchique...
  • 21:10 - 21:16
    Le tirage au sort, en politique, ça peut être la maladie qui fera tomber le monstre oligarchique.
  • 21:16 - 21:23
    Mais à condition qu'il y ait des globules blancs pour transmettre la maladie au monstre, hein.
  • 21:23 - 21:27
    Donc... moi tout seul, je ne ferai rien du tout, il suffit de m'assassiner ou de...
  • 21:27 - 21:30
    de me calomnier... et puis voilà, on se débarrasse de moi [et de l'idée-antidote du tirage au sort].
  • 21:30 - 21:34
    Si on est des milliards, ça va être plus compliqué de se débarrasser de nous.
  • 21:34 - 21:38
    Q : Alors, j'ai une dernière question par rapport à une constituante : on entend parfois certaines voix,
  • 21:38 - 21:42
    notamment chez les indignés, ou alors au niveau des médias, des personnes comme Jacques Attali,
  • 21:42 - 21:47
    défendre l'idée d'une constituante européenne. Alors qu'est-ce que vous répondez à cela ?
  • 21:47 - 21:55
    E.C : Je conseille aux citoyens, pour se forger une opinion et pour déterminer une conduite, de ne pas
  • 21:55 - 22:01
    se fier à ce que va dire Monsieur Attali, qui est le roi des oligarques. Alors bon, il a ses intérêts,
  • 22:01 - 22:10
    il défend ses intérêts, mais Attali... il ne défend pas l'intérêt général. Donc... on pourrait peut être
  • 22:10 - 22:16
    même dire que ce que dit Attali, on a intérêt, comme premier... premier fil de conduite, à faire le contraire. :-)
  • 22:16 - 22:25
    Donc, je ne sais pas ce que dit Attali... je sais qu'une assemblée constituante élue... élue,
  • 22:25 - 22:32
    parmi qui ? Elue parmi les candidats imposés par les partis ? Donc des élus qui vont être les mêmes qu'il y a
  • 22:32 - 22:37
    à l'assemblée, ou leurs copains ?
    Bon ben, [dans ce cas,] les mêmes causes produiront les mêmes effets,
  • 22:37 - 22:41
    et si vous élisez une assemblée constituante, vous resterez dans la prison politique
  • 22:41 - 22:45
    que vous avez bien méritée. Si vous défendez l'idée d'une élection d'une assemblée constituante,
  • 22:45 - 22:48
    c'est que je pense que vous n'avez pas compris...
    Bon, mais c'est peut être moi qui me trompe,
  • 22:48 - 22:54
    mais bon, je pense que [dans ce cas] vous n'avez pas compris la cause de notre impuissance :
  • 22:54 - 22:57
    si on élit une assemblée constituante, on restera impuissants. Donc faut arrêter avec le faux
  • 22:57 - 23:03
    "suffrage universel" qui consiste à désigner des gens [des MAÎTRES] parmi lesquels on n'a pas choisi... des gens
  • 23:03 - 23:11
    qu'on n'a pas choisis... il faut défendre le vrai suffrage universel : alors, ça peut être une élection libre :
  • 23:11 - 23:18
    Une élection parmi les gens qui sont pas candidats... chacun d'entre nous pourrait désigner autour de lui,
  • 23:18 - 23:26
    des gens qui lui semblent bien pour écrire une Constitution, et qui sont pas des hommes politiques,
  • 23:26 - 23:29
    qui sont pas des hommes médiatiques, qui sont pas des hommes connus, qui sont des gens normaux.
  • 23:29 - 23:36
    Bien, normaux. bien à leur regard. Et... ces gens élus librement, eh bien parmi eux, on pourrait
  • 23:36 - 23:39
    tirer au sort. Et ce ne serait donc pas n'importe qui. Ce serait des gens
  • 23:39 - 23:42
    que nous avons librement considérés comme des gens bien.
  • 23:42 - 23:48
    Q : ... par rapport au tirage au sort, parce que, c'est vrai que c'est une idée qui peut paraître...
  • 23:48 - 23:52
    à moi-même, ça m'avait paru saugrenu la première fois que je l'avais entendue,
  • 23:52 - 23:58
    cela renvoie à tout votre travail de recherche et d'analyse, de la démocratie athénienne, et donc
  • 23:58 - 24:01
    je conseille aux internautes de tout simplement de visionner toutes vos conférences,
  • 24:01 - 24:04
    parce qu'il y a beaucoup de vos conférences qui sont publiques
  • 24:04 - 24:07
    et qui sont accessibles gratuitement sur internet. Voilà, donc
  • 24:07 - 24:10
    Etienne Chouard je vous remercie pour l'entretien, Jonathan, une dernière question ?
  • 24:10 - 24:13
    E.C : Il y a un site [simplifié] que vous devriez aller voir puisque mon site [est très riche] :
  • 24:13 - 24:16
    il suffit de taper Chouard sur google pour y aller, mais il est énorme...
  • 24:16 - 24:21
    les gens m'écrivent souvent en me disant "on a le tournis, quoi, on arrive là-dedans,
  • 24:21 - 24:28
    il y a trop de choses"... Et il y a un militant qui a fait sans m'en parler (et qui a vachement bien fait),
  • 24:28 - 24:36
    qui a fait un truc incroyable... il s'appelle Paul et il a écrit, il a fait un site qui résume l'essentiel.
  • 24:36 - 24:43
    Et le site s'appelle : le-message.org. C'est vachement bien ce qu'il a fait, c'est 0% de matières grasses,
  • 24:43 - 24:48
    c'est tout léger, il y a ce qui compte, et puis il y a une approche progressive, c'est-à-dire : tu as 5 idées
  • 24:48 - 24:54
    très brèves, qui s'enchaînent, bien, correctement, quand tu cliques sur une idée, tu as un paragraphe
  • 24:54 - 24:58
    pas trop long qui développe le résumé de cette idée, et si tu veux en savoir plus,
  • 24:58 - 25:02
    tu cliques sur un lien et là tu en vois un peu plus, et puis ensuite tu vois les vidéos,
  • 25:02 - 25:07
    et ça permet de rentrer progressivement dans l'essentiel. C'est bien fait : le-message.org.
  • 25:07 - 25:11
    le-message.org, c'est incroyable, c'est un virus, qui a fait ça,
  • 25:11 - 25:17
    quoi, c'est gentil virus, qui a imaginé... une façon
  • 25:17 - 25:22
    plus efficace de planter les graines => c'est malin. Vous devriez aller voir, c'est bien fait.
  • 25:22 - 25:25
    C'était quoi votre question ?
  • 25:25 - 25:31
    Q : C'était au niveau de l'échelle de la Constitution à écrire. Est-ce qu'on doit la... est-ce que
  • 25:31 - 25:37
    vous la verriez plutôt au niveau national ou plutôt au niveau européen ? C'était ça le sens de la question.
  • 25:37 - 25:43
    E.C : Européen c'est trop tôt. Peut-être que ça viendra, mais, moi je verrais plutôt ça au niveau communal,
  • 25:43 - 25:48
    et une fédération de communes qui permettrait de [gérer les questions exigeant une plus grande population]... et tant qu'on n'a pas la possibilité de s'organiser
  • 25:48 - 25:51
    au niveau communal, je tiens absolument au niveau national.
  • 25:51 - 25:57
    Je suis nationaliste tant qu'il n'y a pas de communes à la place. Je suis nationaliste faute [de mieux]...
  • 25:57 - 26:00
    parce que si je perds la Nation, je perds ce que Robespierre m'a donné comme outil
  • 26:00 - 26:05
    pour résister à Monsanto [et aux multinationales]. Donc je ne tiens pas à quitter la proie pour l'ombre,
  • 26:05 - 26:11
    Je suis nationaliste faute de mieux, parce que, pour l'instant,
  • 26:11 - 26:15
    je n'ai que ça pour me défendre. Et donc une Constitution au niveau national, ça irait très bien,
  • 26:15 - 26:23
    comme en 1791. La Constitution de 93, c'est une merveille... la Constitution montagnarde, elle est belle.
  • 26:23 - 26:25
    Q : et l'article 35...
  • 26:25 - 26:29
    E.C : de la déclaration des droits de l'homme de 93 elle est belle, hein ?
  • 26:29 - 26:36
    Mais bon, il faut comprendre que ces gens-là étaient purs. Ils étaient... ils étaient ce qui nous
  • 26:36 - 26:40
    manque aujourd'hui. Et je pense que nous devrions, aujourd'hui [chercher de tels dévouements]...
  • 26:40 - 26:43
    A l'époque, y'avait beaucoup d'analphabètes en France. Aujourd'hui,
  • 26:43 - 26:46
    il y en a beaucoup moins, et aujourd'hui on trouverait, je pense, facilement,
  • 26:46 - 26:53
    dans le corps social du pays, on trouverait facilement des gens valeureux, des gens bien, des gens...
  • 26:53 - 26:56
    pas du tout des professionnels de la politique, et qui nous écriraient une super [Constitution], peut-être pas parfaite,
  • 26:56 - 27:01
    il y aurait des défauts, mais on s'en fout, ils nous écriraient une super Constitution. Et il faut arrêter
  • 27:01 - 27:05
    de s'en remettre aux professionnels du droit constitutionnel, qui sont au service
  • 27:05 - 27:08
    de ceux qui les convoquent, qui sont des professionnels de la politique,
  • 27:08 - 27:12
    et qui en fait, ont un intérêt personnel contraire à l'intérêt général.
  • 27:12 - 27:16
    Les professionnels de la politique ont intérêt à l'impuissance du plus grand nombre.
  • 27:16 - 27:20
    Alors, on est fous de les laisser écrire la Constitution, mais c'est notre faute hein, voilà.
  • 27:20 - 27:23
    Q : Je citais tout à l'heure Einstein, mais j'aurais pu citer Robespierre, : à qui devons-nous imputer
  • 27:23 - 27:29
    tous ces maux ? À nous-mêmes... dans son fameux discours... Jonathan, tu peux m'aider ?
  • 27:29 - 27:33
    C'est le discours... celui du 27 juillet 1794...
  • 27:33 - 27:36
    E.C : Je ne les connais pas assez bien pour les connaître par leur date, hein...
  • 27:36 - 27:41
    Q : C'était son dernier discours à l'assemblée... enfin, à l'assemblée...
  • 27:41 - 27:45
    E.C : Avant qu'on lui casse la mâchoire pour qu'il ne puisse pas se défendre...
  • 27:45 - 27:46
    Q : Exactement.
  • 27:46 - 27:52
    E.C : Robespierre est un... Robespierre est une véritable référence. Il faut arrêter de lire
  • 27:52 - 27:56
    ce qu'on dit de Robespierre, il faut lire Robespierre dans le texte, c'est...
  • 27:56 - 28:02
    c'est lumineux, c'est exemplaire. C'est très très très intéressant.
  • 28:02 - 28:07
    Q : J'avais écrit un article sur lui qui s'appelait « Robespierre, grand-père des 99% »
  • 28:07 - 28:12
    E.C : Voilà. Exactement, c'est un des grands bonshommes qui a vraiment défendu le peuple, quoi...
  • 28:12 - 28:20
    Et qui a été haï, sali, calomnié pour ça [par les plus riches]. Qui a été assassiné pour ça... Grand bonhomme, Robespierre.
  • 28:20 - 28:30
    Q : Oui alors, une des racines de la corruption réside dans l'argent-dette. On entend parler des monnaies
  • 28:30 - 28:36
    parallèles, des monnaies alternatives, est-ce que c'est une solution ? Est-ce que c'est possible
  • 28:36 - 28:41
    de mettre en oeuvre ça de façon... je dirais presque étatique ?
  • 28:41 - 28:46
    E.C : Eh bien non, c'est contradictoire : les monnaies libres ou les monnaies parallèles, elle n'ont de
  • 28:46 - 28:51
    sens que parce que nous n'avons pas de monnaie étatique, de monnaie publique.
  • 28:51 - 28:53
    Nous avons une toute petite monnaie publique,
  • 28:53 - 28:57
    qui est moins de 10% de la monnaie, et nous avons 90% de la monnaie qui est une monnaie
  • 28:57 - 29:01
    privée. Qui sont des monnaies privées, scandaleuses. Et les monnaies,
  • 29:01 - 29:06
    les monnaies parallèles, les monnaies libres, sont un pis aller, un formidable pis aller...
  • 29:06 - 29:14
    une solution de rechange tant que nous n'avons pas récupéré la monnaie publique...
  • 29:14 - 29:21
    Elles sont un outil formidable, pédagogique, qui permet d'expliquer, et non pas [seulement] d'expliquer,
  • 29:21 - 29:27
    de PROUVER la puissance libératrice qu'il y a dans la monnaie, de MONTRER que
  • 29:27 - 29:32
    quand nous reprenons le contrôle de la monnaie, nous faisons disparaître la misère,
  • 29:32 - 29:38
    et nous faisons apparaître la prospérité, l'autonomie ! Donc les monnaies parallèles
  • 29:38 - 29:43
    permettent de le montrer, mais, si vous les rendez publiques, eh bien...
  • 29:43 - 29:48
    on sort de ce qui était un acte de résistance, et on l'institutionalise, mais on ne parle plus
  • 29:48 - 29:52
    de "monnaie parallèle", on parle de "monnaie publique. Je pense que la monnaie doit être publique,
  • 29:52 - 29:58
    sous contrôle public... mais c'est [effectivement] le prolongement de ce que montrent les monnaies parallèles.
  • 29:58 - 30:00
    Les monnaies parallèles montrent que c'est ça dont nous avons besoin.
  • 30:00 - 30:05
    Nous sommes la proie, véritablement la proie, nous sommes les...
  • 30:05 - 30:11
    travailleurs forcés de ceux qui ont volé la création monétaire à la puissance publique...
  • 30:11 - 30:18
    Ce n'est pas une fatalité : le jour où nous... (et c'est indissociable, ça n'arrivera pas tant que
  • 30:18 - 30:20
    nous ne récupérerons pas le contrôle de la Constitution... donc
  • 30:20 - 30:24
    c'est complètement lié, hein), mais le jour où nous récupérerons le contrôle
  • 30:24 - 30:30
    du processus constituant, ce jour-là, nous récupérerons aussi le contrôle des médias,
  • 30:30 - 30:35
    le contrôle de la monnaie, le contrôle des juges... tout se tient. Mais à mon avis, il faut prendre
  • 30:35 - 30:40
    le truc à la racine. Il faut prendre nos problèmes, qui sont infinis, hein, les injustices sociales
  • 30:40 - 30:45
    elles sont infinies, mais elles ont une racine commune, qui est notre impuissance politique
  • 30:45 - 30:50
    et qui ne tombe pas du ciel, qui est programmée dans un texte dont nous nous foutons. Je suggère que
  • 30:50 - 30:54
    nous arrêtions de nous en foutre, et que nous parlions entre nous pour nous dire : voilà où est la racine,
  • 30:54 - 31:00
    voilà ce qu'il faut couper, et ça c'est suffisamment simple pour réunir des gens "de droite" et "de gauche"
  • 31:00 - 31:06
    et "du centre", et qu'on arrête de se disperser, et de... de s'engueuler sur des détails qui ne sont que
  • 31:06 - 31:12
    des conséquences : concentrons-nous sur l'essentiel => on veut un processus constituant désintéressé.
  • 31:12 - 31:15
    Tout le reste suivra, y compris la monnaie.
  • 31:15 -
    Q : Bien Etienne Chouard, merci beaucoup pour cet entretien.
Titre:
Interview d'Etienne Chouard sur la dette publique et le projet de Constituante
Description:

Etienne Chouard répond aux question du Cercle des volontaires sur la dette publique et le projet de Constituante

plus » « moins
Langue de la vidéo:
French

sous-titres en French

Incomplet

Révisions Comparer les révisions