Retourner vers la vidéo

5/6.Chouard.Metz.oct2011-MONNAIE&CHÔMAGE-l’alternative des cotisations

  • 0:07 - 0:14
    Donc, on reprend la question européenne avec Etienne.
  • 0:14 - 0:16
    Bon, on a trop parlé ce qui fait que je vais pas
  • 0:16 - 0:20
    avoir le temps s'il nous reste 1h15, de parler à la fois
  • 0:20 - 0:23
    de la monnaie, de la création monétaire
  • 0:23 - 0:25
    du financement de l'économie
  • 0:25 - 0:28
    qui pourrait se faire autrement qu'aujourd'hui
  • 0:28 - 0:32
    et en même temps vous parler de démocratie
  • 0:32 - 0:36
    et de "qu'est-ce qu'on peut faire aujourd'hui?"
  • 0:36 - 0:40
    Alors...
  • 0:40 - 0:44
    je vais vous parler 1/4 d'heure de monnaie, pas plus
  • 0:44 - 0:46
    je vais vous en parler un petit peu
  • 0:46 - 0:47
    parce qu'il y a quand-même 2-3 trucs
  • 0:47 - 0:49
    très originaux, dont je voudrais... je voudrais
  • 0:49 - 0:51
    juste semer la graine dans votre esprit
  • 0:51 - 0:53
    Et puis vous trouverez sur le net
  • 0:53 - 0:55
    des conférences complètes sur la monnaie
  • 0:55 - 0:57
    qui vous permettront d'en savoir un peu plus
  • 0:57 - 1:02
    d'avoir le détail, mais le plus important,
  • 1:02 - 1:04
    de ce que j'ai à vous dire aujourd'hui
  • 1:04 - 1:08
    ça concerne la cause des causes
  • 1:08 - 1:11
    les régimes dans lesquels on vit
  • 1:11 - 1:12
    et que nous défendons nous-même
  • 1:12 - 1:15
    nous défendons nos pires ennemis
  • 1:15 - 1:20
    nous défendons nous-même la procédure
  • 1:20 - 1:23
    qui est la porte de notre prison politique
  • 1:23 - 1:26
    Alors je voudrais vous parler de ça prioritairement
  • 1:27 - 1:29
    J'ai plein de sujets de conversations, mais celui là...
  • 1:29 - 1:32
    C'est vraiment... si je vois que j'ai pas beaucoup de temps
  • 1:32 - 1:35
    je vais vous parler de ça surtout
  • 1:35 - 1:41
    Alors, sur la monnaie...
  • 1:41 - 1:46
    Bon, en plus on en a déjà parlé un petit peu donc
  • 1:46 - 1:47
    J'aurai pas besoin de revenir sur l'abandon de
  • 1:47 - 1:51
    la création monétaire parce qu'on en a déjà parlé
  • 1:51 - 1:52
    Je voudrais quand-même insister sur un point
  • 1:54 - 1:56
    Si vous voulez, normalement ce que j'ai à vous dire
  • 1:56 - 1:57
    sur la création monétaire
  • 1:57 - 1:58
    n'est pas vraiment spécifique
  • 1:58 - 2:00
    Il y a plusieurs autres résistants
  • 2:00 - 2:05
    comme André-Jacques Holbecq.
  • 2:05 - 2:08
    André-Jacques Holbecq qui a écrit deux bouquins
  • 2:08 - 2:10
    que vous devriez connaitre
  • 2:10 - 2:12
    un qu'il m'a fait la gentillesse de préfacer
  • 2:12 - 2:14
    j'étais très content parce que je trouve que c'est un super bouquin
  • 2:14 - 2:16
    j'étais très fier de préfacer ce bouquin
  • 2:16 - 2:17
    C'est un bon livre qui s'appelle:
  • 2:17 - 2:19
    "La Dette Publique, une Affaire Rentable".
  • 2:19 - 2:21
    C'est exactement notre problème
  • 2:21 - 2:23
    Notre problème c'est que la dette publique
  • 2:23 - 2:25
    n'est pas une catastrophe pour tout le monde
  • 2:25 - 2:28
    C'est une aubaine, une AUBAINE pour ceux
  • 2:28 - 2:30
    qui ont pris le contrôle du pouvoir politique,
  • 2:30 - 2:33
    pour les puissants économiques qui ont pris
  • 2:33 - 2:34
    le contrôle du pouvoir politique
  • 2:34 - 2:36
    Pour eux, c'est une merveille, la dette publique
  • 2:36 - 2:38
    Il faut comprendre ça, c'est que la dette publique
  • 2:38 - 2:40
    et la "crise" entre guillemets
  • 2:40 - 2:41
    ce n'est pas une crise pour tout le monde
  • 2:41 - 2:45
    ce n'est pas une catastrophe pour tout le monde
  • 2:45 - 2:47
    Et donc, si on veut comprendre la cause
  • 2:47 - 2:50
    des problèmes, la véritable cause...
  • 2:50 - 2:52
    je pense que ce livre sur la dette publique
  • 2:52 - 2:58
    et il y a une 2° Edition qui est sortie, donc actualisée
  • 2:58 - 3:04
    C'est un petit livre, très bien écrit, je trouve.
  • 3:04 - 3:07
    Vous aurez bien compris l'articulation entre
  • 3:07 - 3:12
    la création monétaire et la dette
  • 3:12 - 3:13
    en ayant lu ce livre.
  • 3:13 - 3:15
    Et puis,il en a fait un autre, qui vient de sortir
  • 3:15 - 3:17
    qui s'appelle: "Une Monnaie Nationale Complémentaire"
  • 3:17 - 3:19
    et qui est une proposition là.
  • 3:19 - 3:25
    Après avoir décrit ce qui ne va pas dans le système,
  • 3:25 - 3:28
    Il élabore un projet alternatif
  • 3:28 - 3:29
    Alors... il l'avait déjà fait avant
  • 3:29 - 3:32
    c'est quelqu'un qui réfléchit à une organisation
  • 3:32 - 3:34
    il parle de l'eco-sociétalisme
  • 3:34 - 3:40
    qui est une idée "vachement" maline, bien pensée
  • 3:40 - 3:42
    C'est difficile de rentrer dedans parce qu'on se dit:
  • 3:42 - 3:45
    "Est-ce que ça vaut le coup de se donner du mal
  • 3:45 - 3:47
    si ça va pas advenir ?"
  • 3:47 - 3:49
    C'est toujours ça quand on lit une utopie
  • 3:49 - 3:50
    on a du mal à y passer beaucoup de temps
  • 3:50 - 3:52
    parce qu'on sait, on se dit: "Et si c'est qu'une utopie,
  • 3:52 - 3:54
    il y a tellement de choses à apprendre"
  • 3:54 - 3:56
    Et pourtant, elle est bien son utopie
  • 3:56 - 3:59
    Elle peut fonctionner. Il a une façon de penser
  • 3:59 - 4:01
    une autre monnaie qui est tout à fait interessante,
  • 4:01 - 4:02
    vraiment tout à fait interessante,
  • 4:02 - 4:07
    qui permettrait de ne pas manquer de monnaie
  • 4:07 - 4:09
    Parce que c'est ça notre problème en fait.
  • 4:09 - 4:12
    Alors je vais essayer, sur le plan de la monnaie
  • 4:12 - 4:18
    (s'adresse à un collaborateur pour la gestion du timing)
  • 4:18 - 4:21
    Je vais,essayer sur la monnaie, de vous dire
  • 4:21 - 4:22
    ce que je considère comme spécifique
  • 4:22 - 4:24
    par rapport à tous les autres résistants
  • 4:24 - 4:25
    parce que ce que disent les résistants,
  • 4:25 - 4:26
    je sais qu'il y a plus de chances
  • 4:26 - 4:28
    que vous le rencontriez un peu partout
  • 4:28 - 4:31
    et donc, si je vous le dis pas moi, ce n'est pas grave
  • 4:31 - 4:33
    vous le rencontrerez, vous rencontrerez des idées ailleurs
  • 4:33 - 4:36
    Par contre, il y a quelques aspects qui ne sont
  • 4:36 - 4:39
    pas très bien défendus par les résistants sur la monnaie
  • 4:39 - 4:45
    et sur lesquels je voudrais attirer votre attention.
  • 4:45 - 4:49
    Alors, je vais pas pouvoir vous le démontrer
  • 4:49 - 4:50
    parce que ça prend un peu de temps
  • 4:50 - 4:53
    mais, le mécanisme actuel de création monétaire
  • 4:53 - 4:57
    repose sur le crédit. La monnaie que nous utilisons,
  • 4:57 - 4:59
    pratiquement toute la monnaie que nous utilisons,
  • 4:59 - 5:00
    90% de la monnaie que nous utilisons,
  • 5:00 - 5:02
    c'est presque toute la monnaie,
  • 5:02 - 5:05
    c'est de la monnaie qui est apparue à l'occasion d'un crédit
  • 5:05 - 5:09
    et qui va disparaitre au moment du remboursement.
  • 5:09 - 5:10
    Donc il y a une espèce de respiration
  • 5:10 - 5:13
    de chaque unité monétaire
  • 5:13 - 5:16
    l'euro qui arrive sur votre compte, là
  • 5:16 - 5:18
    il n'arrive pas forcément parce que vous l'empruntez
  • 5:18 - 5:19
    mais c'est quelqu'un qui l'a emprunté
  • 5:19 - 5:22
    et qui a permis à cet euro d'apparaitre
  • 5:22 - 5:25
    et cet euro va disparaitre, cet euro scriptural
  • 5:25 - 5:26
    celui qu'il y a sur nos comptes
  • 5:26 - 5:28
    la monnaie scripturale, elle va disparaitre
  • 5:28 - 5:30
    quand il sera remboursé.
  • 5:30 - 5:33
    Quand moi, Banque, je prête de l'argent
  • 5:33 - 5:35
    j'ai un bilan avec un actif et un passif
  • 5:35 - 5:37
    il y a ce que les gens me doivent
  • 5:37 - 5:38
    et ce que moi (banque) je dois.
  • 5:38 - 5:41
    Et ce que moi je dois à la banque, c'est la monnaie
  • 5:41 - 5:43
    Ce chiffre que moi, banque j'ai le droit d'écrire
  • 5:43 - 5:46
    en disant "oui, Tartempion qui venez me voir,
  • 5:46 - 5:48
    oui, oui, vous voulez 100 000 euros, y a pas de problème
  • 5:48 - 5:50
    je vous les crée". Et clac, je crée!
  • 5:50 - 5:52
    Ce pouvoir que j'ai, moi banque, de créer ce 100 000
  • 5:52 - 5:54
    d'un côté dans mes comptes...
  • 5:54 - 5:56
    une autre entreprise le fait, ça ne marche pas
  • 5:56 - 5:58
    C'est parce que je suis banque que ça marche.
  • 5:58 - 5:59
    Quand je suis banque, quand j'écris 100 000
  • 5:59 - 6:01
    du côté de mon passif, qui est de mes dettes de banque
  • 6:01 - 6:04
    "moi BNP, je dois à Tartempion 100 000"
  • 6:04 - 6:06
    c'est reconnu par toute la société
  • 6:06 - 6:09
    comme libérant les échanges
  • 6:09 - 6:12
    ça va libérer, ça va permettre de libérer de sa dette
  • 6:12 - 6:14
    c'est à dire que si j'ai cet argent sur mon compte
  • 6:14 - 6:16
    ça va me permettre de payer mes fournisseurs
  • 6:16 - 6:19
    parce que c'est la BNP qui a créé ce chiffre
  • 6:19 - 6:21
    du côté droit de son bilan.
  • 6:21 - 6:24
    Tu te rends comptes du pouvoir de création qu'il a ?
  • 6:24 - 6:26
    Et donc, quand la banque crée 100 000 €
  • 6:26 - 6:28
    en disant: "Oui, Tartempion, je vous dois 100 000",
  • 6:28 - 6:30
    elle crée de la monnaie.
  • 6:30 - 6:31
    Mais elle ne peut pas le faire sans rien
  • 6:31 - 6:33
    Elle peut le faire parce qu'il y a quelqu'un qui vient
  • 6:33 - 6:34
    et qui va lui rembourser
  • 6:34 - 6:36
    Elle l'évalue, elle se dit "oui, il va me rembourser...
  • 6:36 - 6:37
    donc je lui prête".
  • 6:37 - 6:41
    "Oui je vous dois 100 000 et vous vous me devez 100 000"
  • 6:41 - 6:43
    C'est ça que fait la banque quand elle crée la monnaie.
  • 6:43 - 6:45
    quand elle prête. Le moment du crédit,
  • 6:45 - 6:46
    il y a 2 dettes qui apparaissent
  • 6:46 - 6:49
    ce que la banque (c'est un tout petit peu de comptabilité,
  • 6:49 - 6:51
    mais de la compta super simple
  • 6:51 - 6:52
    n'importe quel citoyen peut comprendre ça)
  • 6:52 - 6:55
    Il y a tout ce que les gens me doivent d'un côté de mon bilan
  • 6:55 - 6:58
    Et il y a tout ce que JE dois, de l'autre côté de mon bilan.
  • 6:58 - 7:00
    Et quand je suis banque, ce que je dois
  • 7:00 - 7:01
    c'est de la monnaie.
  • 7:01 - 7:03
    Tout ce qu'il y a du côté droit de mon bilan
  • 7:03 - 7:04
    c'est de la monnaie.
  • 7:04 - 7:07
    Le côté droit du bilan de la BNP c'est 2 000 Milliards
  • 7:07 - 7:10
    La BNP doit 2 000 Milliards à l'économie française
  • 7:10 - 7:13
    C'est son encours, c'est la monnaie
  • 7:13 - 7:17
    qui a été créée par la BNP.
  • 7:17 - 7:19
    Et alors là dessus, il y a...
  • 7:19 - 7:21
    quand la BNP crée 100 000, il y a 100 000
  • 7:21 - 7:23
    qui apparaissent du côté de son bilan
  • 7:23 - 7:24
    et elle le fait parce que le Tartempion
  • 7:24 - 7:26
    lui doit 100 000, et à chaque fois
  • 7:26 - 7:30
    le Tartempion va rembourser: 10 000...10 000 (etc...)
  • 7:30 - 7:32
    Et une fois qu'il a remboursé, l'argent a disparu
  • 7:32 - 7:33
    Si nous remboursions nos dettes
  • 7:33 - 7:35
    si tout le monde remboursait ses dettes aujourd'hui
  • 7:35 - 7:36
    de façon anticipée,
  • 7:36 - 7:38
    il n'y aurait plus de monnaie du tout
  • 7:38 - 7:40
    Enfin il resterait les 10% de monnaie fiduciaire
  • 7:40 - 7:41
    c'est à dire les billets et les pièces
  • 7:41 - 7:44
    Toute la monnaie scripturale disparaitrait
  • 7:44 - 7:46
    puisque toute la monnaie scripturale nait
  • 7:46 - 7:50
    avec ce mécanisme, que tout citoyen devrait connaitre.
  • 7:50 - 7:52
    Quand vous allez voir un banquier
  • 7:52 - 7:53
    pour lui demander de l'argent
  • 7:53 - 7:57
    il ne l'a pas. Il va vous dire: "y a pas de problème"
  • 7:57 - 7:59
    et il ne l'a pas
  • 7:59 - 8:02
    Il va créer l'argent pour vous le prêter
  • 8:02 - 8:04
    et noter en contrepartie que vous lui devez
  • 8:04 - 8:06
    Et en échange de ça, il va vous demander un intêret
  • 8:06 - 8:08
    Et un intêret sur 20 ans, c'est pratiquement
  • 8:08 - 8:11
    la même somme... Alors que ça demande pas un travail
  • 8:11 - 8:13
    qui justifie tant d'argent...
  • 8:13 - 8:16
    Ca demande pas tant de travail de surveiller
  • 8:16 - 8:19
    que je rembourse, comme il faut, pendant 20 ans
  • 8:19 - 8:20
    C'est trop cher l'intêret...
  • 8:20 - 8:22
    Enfin bon, peu importe...
  • 8:22 - 8:24
    Non, pas peu importe !! Mais, je veux dire
  • 8:24 - 8:29
    c'est évident quoi.
  • 8:29 - 8:31
    Non, ce qu'il faut, ce sur quoi
  • 8:31 - 8:32
    je voudrais attirer votre attention
  • 8:32 - 8:41
    c'est le lien entre ça et le chômage.
  • 8:41 - 8:47
    Vous avez compris que ceux qui versent des salaires,
  • 8:47 - 8:49
    pour verser des bas salaires,
  • 8:49 - 8:51
    ont intêret à ce qu'à l'exterieur de l'entreprise
  • 8:51 - 8:56
    il y ait beaucoup de gens qui n'aient pas de salaires
  • 8:56 - 8:58
    pour faire pression sur ceux qui ont un salaire,
  • 8:58 - 8:59
    pour qu'ils soient pas trop exigeants
  • 8:59 - 9:01
    "Dis donc, tu sais combien y en a qui attendent dehors?"
  • 9:01 - 9:07
    Et ça ça marche, c'est simple, c'est basique, c'est super simple,
  • 9:07 - 9:08
    Les gens qui versent des salaires
  • 9:08 - 9:11
    ont un intêret majeur à ce qu'il y ait
  • 9:11 - 9:13
    le plus de chômage possible
  • 9:13 - 9:15
    Peut-être pas trop quand-même, parce qu'il faut
  • 9:15 - 9:16
    quand-même que les gens gagnent de l'argent
  • 9:16 - 9:17
    pour leur acheter leurs produits
  • 9:17 - 9:19
    mais suffisamment de chômage dehors
  • 9:19 - 9:24
    pour que les salaires soient minimum.
  • 9:24 - 9:27
    Mais... c'est pas la seule raison quand-même
  • 9:27 - 9:29
    Il y a des tas d'entreprises qui voudraient bien embaucher
  • 9:29 - 9:31
    mais qui ont juste pas d'argent
  • 9:31 - 9:33
    qui n'ont pas assez d'activité économique
  • 9:33 - 9:35
    parce qu'il n'y a pas assez d'acheteurs
  • 9:35 - 9:36
    Mais il n'y a pas assez d'acheteurs
  • 9:36 - 9:37
    parce qu'il n'y a pas assez d'argent dans le système
  • 9:37 - 9:41
    Il y a une corrélation forte
  • 9:41 - 9:45
    entre la quantité d'argent disponible
  • 9:45 - 9:48
    pour les acteurs normaux. Je ne vous parle pas
  • 9:48 - 9:51
    des milliers et des milliards qui sont entassés
  • 9:51 - 9:52
    par des écureuils dingues, malades mentaux
  • 9:52 - 9:55
    qui en font des tas à plus savoir quoi en foutre (oups :p)
  • 9:55 - 9:57
    Je ne vous parle pas de cet argent là
  • 9:57 - 9:59
    Cet argent là il n'est pas disponible pour vous et moi
  • 9:59 - 10:01
    Je vous parle de l'argent disponible entre nous
  • 10:01 - 10:03
    Cet argent là, la quantité d'argent qu'il y a
  • 10:03 - 10:07
    de disponible entre nous, détermine
  • 10:07 - 10:13
    le chômage ou le plein emploi, en large partie.
  • 10:13 - 10:15
    Alors, j'ai plusieurs arguments
  • 10:15 - 10:16
    qui vont dans ce sens là
  • 10:16 - 10:18
    Mais il y a un argument très fort qui me permet
  • 10:18 - 10:20
    de vous dire ça, c'est que, donc
  • 10:20 - 10:22
    il y a plein d'expériences de monnaies parallèles
  • 10:22 - 10:25
    qui sont menées dans des situations
  • 10:25 - 10:29
    où les gens sont au bout de la crise la plus terrible:
  • 10:29 - 10:32
    60% - 70% de chômage
  • 10:32 - 10:33
    plus personne ne travaille.
  • 10:33 - 10:35
    Les commerçants ne travaillent plus, ne vendent plus
  • 10:35 - 10:37
    les gens ne gagnent plus de salaire
  • 10:37 - 10:40
    C'est un cercle vicieux, avec un assèchement,
  • 10:40 - 10:42
    un assèchement de l'argent
  • 10:42 - 10:45
    Il n'y a plus d'argent !
  • 10:45 - 10:46
    Et dans les expériences de monnaies parallèles
  • 10:46 - 10:48
    arrivées dans ces extrêmités,
  • 10:48 - 10:51
    les communes (ça se passe au niveau local très souvent)
  • 10:51 - 10:54
    les communes s'emparent du problème monétaire
  • 10:54 - 10:56
    et se mettent à créer les signes monétaires.
  • 10:56 - 10:58
    Ils créent des monnaies, qui ne sont pas
  • 10:58 - 11:00
    la monnaie de la Banque Centrale
  • 11:00 - 11:02
    qui ne sont pas de la grande échelle.
  • 11:02 - 11:04
    Ils créent des monnaies locales
  • 11:04 - 11:07
    pour sortir de l'enfer.
  • 11:07 - 11:10
    Et, donc ils commencent à créer des bouts de papier
  • 11:10 - 11:12
    peu importe, des bouts de papiers,
  • 11:12 - 11:13
    qui ont différentes formes, suivant les expériences
  • 11:13 - 11:15
    Il y en a plein d'expériences de monnaies parallèles
  • 11:15 - 11:21
    Et, au début il y a des commerçants qui se méfient
  • 11:21 - 11:23
    qui veulent pas de cette "fausse" monnaie
  • 11:23 - 11:25
    ils la prennent comme ça
  • 11:25 - 11:26
    Et puis il y a des commerçants qui jouent le jeu
  • 11:26 - 11:29
    Et donc, la commune paye ses salariés,
  • 11:29 - 11:33
    paye les gens qui entretiennent les routes, les services sociaux,
  • 11:33 - 11:37
    la commune distribue l'argent à ses fonctionnaires
  • 11:37 - 11:39
    qui dépensent l'argent...
  • 11:39 - 11:42
    L'argent infuse très vite
  • 11:42 - 11:43
    Et c'est pas des mois qu'il faut
  • 11:43 - 11:44
    pour résorber le chômage,
  • 11:44 - 11:46
    c'est quelques semaines à peine
  • 11:46 - 11:48
    ça va très très vite
  • 11:48 - 11:51
    Quand les communes se réapproprient la création monétaire
  • 11:51 - 11:53
    dans les situations dramatiques là
  • 11:53 - 11:56
    le chômage disparait presque tout de suite
  • 11:56 - 11:58
    Moi ce qui me fait moi, concrètement
  • 11:58 - 12:03
    (alors pour ça, il y a des explications théoriques
  • 12:03 - 12:07
    pour comprendre), mais déjà, intuitivement
  • 12:07 - 12:11
    je trouve que les faits, les expériences de monnaies parallèles
  • 12:11 - 12:14
    qui font disparaitre le chômage
  • 12:14 - 12:17
    me donnent envie d'approfondir le sujet
  • 12:17 - 12:19
    en disant: y a un lien ! il y a un lien
  • 12:19 - 12:20
    entre la quantité de monnaie
  • 12:20 - 12:22
    et quand je vois les banques qui créent
  • 12:22 - 12:23
    des milliers de milliards en ce moment
  • 12:23 - 12:24
    je me dis: mais normalement, ça devrait
  • 12:24 - 12:25
    régler le problème du chômage
  • 12:25 - 12:27
    Le problème, c'est que ces milliers de milliards
  • 12:27 - 12:28
    ils ne reviennent pas dans nos circuits à nous
  • 12:28 - 12:30
    Ils restent dans le circuit des super riches
  • 12:30 - 12:31
    "On ne prête qu'aux riches"
  • 12:31 - 12:32
    vous connaissez ce dicton
  • 12:32 - 12:34
    c'est une banalité, on ne prête qu'aux riches
  • 12:34 - 12:35
    mais c'est une banalité qui compte énormément
  • 12:35 - 12:37
    pour nous dans ce sujet là.
  • 12:37 - 12:38
    On ne prête qu'aux riches, ça marche, c'est vrai
  • 12:38 - 12:40
    parce que quand on prête à un riche,
  • 12:40 - 12:43
    on prend pas de risque, il va nous rembourser
  • 12:43 - 12:45
    Et quand tu prête au pauvre, tu prends un risque
  • 12:45 - 12:46
    Et les banques, elles n'aiment pas prendre de risque
  • 12:46 - 12:47
    Enfin soit disant les professionnels du risque
  • 12:47 - 12:48
    Tu parles !!
  • 12:48 - 12:50
    Ils prennent pas de risque,, ils ne prêtent pas l'argent
  • 12:50 - 12:52
    Et donc quand on leur donne des milliers de milliards
  • 12:52 - 12:53
    on n'en voit pas la couleur
  • 12:53 - 12:54
    C'est pas pour vous les milliards
  • 12:54 - 12:57
    c'est pas pour nous.
  • 12:57 - 12:59
    Donc ce qu'il faudrait, c'est un système bancaire
  • 12:59 - 13:01
    qui soit plus sous contrôle publique
  • 13:01 - 13:04
    pour que quand on lui donne de l'argent
  • 13:04 - 13:09
    Il le diffuse avec plus de capacités
  • 13:09 - 13:13
    à prendre des risques, avec moins d'âpreté au gain,
  • 13:13 - 13:15
    moins de volonté de se goinfrer en profits
  • 13:15 - 13:17
    moins de mobiles de profits, en fait...
  • 13:17 - 13:19
    c'est des banques nationales dont on a besoin
  • 13:19 - 13:21
    il a raison Frédéric Lordon quand il dit:
  • 13:21 - 13:23
    "Bon ben la prochaine fois qu'on va aider les banques,
  • 13:23 - 13:24
    il faut en prendre le contôle
  • 13:24 - 13:25
    il faut les nationaliser.
  • 13:25 - 13:27
    Et comme leur cours se sera effondré
  • 13:27 - 13:28
    on va les acheter à zéro, comme ça on va pas
  • 13:28 - 13:30
    se ruiner à racheter les banques". Il a raison
  • 13:30 - 13:33
    Il a raison, faut les nationaliser
  • 13:33 - 13:35
    pour prendre le contrôle du crédit
  • 13:35 - 13:37
    Il faut prendre le contrôle du crédit et
  • 13:37 - 13:38
    quand on va se débrouiller pour que
  • 13:38 - 13:40
    dans notre corps social il y ait suffisamment
  • 13:40 - 13:42
    de signes monétaires, vous verrez
  • 13:42 - 13:48
    que le chômage disparaîtra
  • 13:48 - 13:49
    ou diminuera tellement que vous aurez l'impression
  • 13:49 - 13:55
    qu'on passe de l'enfer au paradis
  • 13:55 - 14:06
    Il y a un autre mécanisme important à connaître
  • 14:06 - 14:11
    c'est le fait que, quand on a compris
  • 14:11 - 14:13
    comment ça marche la création monétaire
  • 14:13 - 14:14
    Vous venez voir un banquier, il crée l'argent
  • 14:14 - 14:17
    Vous lui remboursez, il détruit l'argent
  • 14:17 - 14:19
    Il suffit pas, c'est pas le banquier
  • 14:19 - 14:20
    tout seul qui crée l'argent
  • 14:20 - 14:21
    c'est un banquier avec un gars en face
  • 14:21 - 14:23
    qui veut et qui peut rembourser
  • 14:23 - 14:24
    Parce que si le gars rembourse pas
  • 14:24 - 14:27
    Il emprunte 110 000- 100 000, et puis
  • 14:27 - 14:28
    le gars, il meurt, ou bien il fait faillite,
  • 14:28 - 14:30
    ne peut plus rembourser
  • 14:30 - 14:33
    Je suis banque, ma contrepartie a fichu le camp
  • 14:33 - 14:36
    je suis là avec ma dette mais je n'ai plus de contrepartie,
  • 14:36 - 14:38
    mais j'ai pas le droit de faire ça
  • 14:38 - 14:40
    Donc, si ça ça m'arrive, c'est une cata(strophe :p)
  • 14:40 - 14:41
    Il faut que j'aille prendre dans un autre compte
  • 14:41 - 14:42
    qui est le compte de résultat
  • 14:42 - 14:45
    qui est le compte de l'argent que je gagne
  • 14:45 - 14:46
    alors là c'est mon bel argent à moi, banquier
  • 14:46 - 14:48
    Et là, je suis obligé de prendre sur mes profits
  • 14:48 - 14:50
    pour venir faire moi la contrepartie du bonhomme
  • 14:50 - 14:52
    qui vient de me claquer dans les pattes.
  • 14:52 - 14:54
    Donc c'est pas de la magie quand-même
  • 14:54 - 14:56
    je ne peux pas créer de la monnaie euhh...
  • 14:56 - 14:58
    Je suis banquier, j'ai besoin d'un gars
  • 14:58 - 14:59
    qui va travailler pour le rembourser quand-même hein
  • 14:59 - 15:01
    et puis qui soit fiable
  • 15:01 - 15:04
    Donc je ne fais pas crédit à n'importe qui.
  • 15:04 - 15:07
    En tout cas, ce qu'il faut comprendre c'est que
  • 15:07 - 15:09
    cette opération du crédit qui fait apparaitre la monnaie
  • 15:09 - 15:11
    et qui que cette monnaie qui apparait
  • 15:11 - 15:12
    elle va circuler, c'est magique
  • 15:12 - 15:14
    enfin ça sert à tout le monde
  • 15:14 - 15:17
    il faut comprendre qu'un billet (pour prendre l'image)
  • 15:17 - 15:20
    l'équivalent d'un billet sur un compte, en scriptural
  • 15:20 - 15:22
    c'est pareil, vous prenez une somme d'argent
  • 15:22 - 15:23
    sur un compte en banque, ça va circuler
  • 15:23 - 15:26
    ça va permettre de... la même somme d'argent
  • 15:26 - 15:28
    va permettre en passant de compte en compte,
  • 15:28 - 15:29
    de comptes en comptes, elle va permettre
  • 15:29 - 15:31
    de libérer plein d'échanges
  • 15:31 - 15:33
    Elle va nous permettre d'exister
  • 15:33 - 15:35
    Elle va nous permettre de travailler, de vivre
  • 15:35 - 15:37
    Elle va nous permettre d'être utiles et de vivre
  • 15:37 - 15:39
    de manger de nous nourrir
  • 15:39 - 15:41
    c'est à dire, le même signe monétaire
  • 15:41 - 15:43
    C'est très important qu'on ait des signes monétaires
  • 15:43 - 15:45
    à notre disposition. Et donc...
  • 15:45 - 15:47
    (Question d'un participant) Etienne: - "Oui ?"
  • 15:47 - 15:49
    Participant: - "Juste une question, la valeur
  • 15:49 - 15:51
    de l'argent, elle est fixée comment?
  • 15:51 - 15:53
    c'est ça que je comprends pas"
  • 15:53 - 15:54
    Etienne: - "Je ne sais pas comment répondre
  • 15:54 - 15:57
    à cette question, parce que c'est trop vaste.
  • 15:57 - 15:59
    J'ai 10 bouquins sur la question
  • 15:59 - 16:01
    je ne sais pas comment répondre rapidement là dessus
  • 16:01 - 16:02
    mais je comprends pas pourquoi ça vous gêne
  • 16:02 - 16:04
    dans le raisonnement que j'étais en train de décrire
  • 16:04 - 16:05
    parce que peu importe en fait.
  • 16:05 - 16:09
    La valeur, c'est la confiance qu'on lui accorde
  • 16:09 - 16:13
    C'est à dire que si nous sommes d'accord pour dire que
  • 16:13 - 16:17
    le signe Euro est reconnu par toute la société
  • 16:17 - 16:22
    comme ayant une valeur, après ça, ça marche
  • 16:22 - 16:24
    si nous y croyons, ça marche.
  • 16:24 - 16:26
    C'est pour ça que je te dis, quand tu manques
  • 16:26 - 16:27
    de monnaie, la commune décide... Comment?"
  • 16:27 - 16:29
    Le participant: -" Donc c'est du flan"
  • 16:29 - 16:30
    Etienne: -" C'est du flan, oui c'est du flan
  • 16:30 - 16:31
    c'est une convention, oui absolument,
  • 16:31 - 16:33
    c'est très théorique".
  • 16:33 - 16:35
    Le participant: -" On est d'accord, la seule valeur
  • 16:35 - 16:37
    c'est le travail?". Etienne: -"Ca se discute.
  • 16:37 - 16:40
    Non, c'est même pas le travail.
  • 16:40 - 16:45
    Non, la seule richesse, la seule chose qui soit capable
  • 16:45 - 16:47
    de créer de la richesse, c'est notre travail
  • 16:47 - 16:52
    ça c'est sûr. Le capital permet de booster, d'améliorer,
  • 16:52 - 16:54
    parce qu'avec une machine, tu te rends compte
  • 16:54 - 16:56
    que tu es plus efficace, ça marche mieux,
  • 16:56 - 16:57
    le capital permet de booster l'efficacité du travail
  • 16:57 - 16:59
    mais sans travail, tu crées pas de la monnaie
  • 16:59 - 17:01
    avec le capital tout seul
  • 17:01 - 17:03
    ils arrivent à créer du capital
  • 17:03 - 17:05
    et c'est une escroquerie pure et simple.
  • 17:05 - 17:06
    Mais ce n'est pas une fatalité,
  • 17:06 - 17:08
    c'est parce que nous l'acceptons
  • 17:08 - 17:09
    donc c'est une question de droit là."
  • 17:09 - 17:11
    Participant: -"La machine qu'on acquière
  • 17:11 - 17:13
    elle vient pas du capital, elle vient pas du capital,
  • 17:13 - 17:14
    elle vient du travail d'un mec"
  • 17:14 - 17:15
    Etienne: -"Oui mais elle a une valeur quand-même,
  • 17:15 - 17:18
    et donc l'argent qu'il a fallu pour...
  • 17:18 - 17:21
    Oui au bout du compte, toutes nos richesses
  • 17:21 - 17:22
    peuvent se ramener du travail, c'est vrai
  • 17:22 - 17:24
    mais tu ne te débarrasses pas du problème de la monnaie
  • 17:24 - 17:30
    en disant ça, tu as raison, enfin vous avez raison
  • 17:30 - 17:32
    mais elle sert à échanger voilà et le problème
  • 17:32 - 17:34
    c'est qu'elle sert aussi à accumuler,
  • 17:34 - 17:35
    et comme elle sert à accumuler, t'as des écureuils
  • 17:35 - 17:36
    qui deviennent malades et qui accumulent tellement
  • 17:36 - 17:38
    qu'ils nous privent des signes dont on a besoin
  • 17:38 - 17:40
    pour échanger. C'est ça notre problème.
  • 17:40 - 17:43
    Participant:-"On peut très bien vivre sans argent, sans monnaie"
  • 17:43 - 17:45
    Etienne:-"Non, moins bien, non non
  • 17:45 - 17:47
    je pense moins bien, enfin je pense qu'on va se créer
  • 17:47 - 17:49
    des problèmes supplémentaires, on va se créer
  • 17:49 - 17:51
    plus de problèmes qu'on va en régler
  • 17:51 - 17:53
    si on supprime la monnaie, parce que...
  • 17:53 - 17:56
    la monnaie nous simplifie énormément nos échanges
  • 17:56 - 17:59
    et donc nous permet d'avoir plus d'échanges donc
  • 17:59 - 18:02
    nous permet d'avoir plus d'activités sociales, utiles.
  • 18:02 - 18:05
    Non, notre problème c'est pas la monnaie
  • 18:05 - 18:07
    Notre problème c'est... les voleurs de monnaie
  • 18:07 - 18:10
    C'est les voleurs de création de monnaie
  • 18:10 - 18:14
    Notre problème c'est l'excès de quantité de monnaie
  • 18:14 - 18:16
    Il devrait y avoir un revenu maximum
  • 18:16 - 18:21
    et un patrimoine maximum. Notre société, en observant
  • 18:21 - 18:24
    que les gens qui ont trop d'argent,
  • 18:24 - 18:25
    ou qui gagnent trop d'argent deviennent dingues
  • 18:25 - 18:27
    un peu comme des drogués,
  • 18:27 - 18:28
    ils ont besoin de doses de plus en plus fortes
  • 18:28 - 18:31
    Et puis, le problème, c'est que... s'ils sont drogués
  • 18:31 - 18:33
    ben qu'ils se droguent, mais le problème
  • 18:33 - 18:36
    c'est que l'argent qu'ils prennent il nous manque après,
  • 18:36 - 18:37
    et on n'a pas de système qui permette
  • 18:37 - 18:40
    de créer l'argent qu'ils prennent donc on finit
  • 18:40 - 18:42
    par se retrouver en pénurie de monnaie
  • 18:42 - 18:45
    et donc, en situation de chômage ou autre.
  • 18:45 - 18:47
    Donc notre problème c'est... c'est pas la monnaie
  • 18:47 - 18:51
    c'est les institutions qu'il y a autour de la monnaie
  • 18:51 - 18:53
    qui devraient si elles étaient bien pensées
  • 18:53 - 18:57
    éviter les effets pervers, les maladies
  • 18:57 - 18:58
    de l'utilisation de la monnaie, tu comprends ?
  • 18:58 - 19:00
    Mais je pense que la monnaie en nous sortant
  • 19:00 - 19:04
    du troc, nous facilite la vie, beaucoup.
  • 19:04 - 19:05
    Et donc, il ne faut pas l'abandonner,
  • 19:05 - 19:06
    je pense qu'il faut garder la monnaie, mais il faut
  • 19:06 - 19:09
    reprendre le contrôle publique de la monnaie.
  • 19:09 - 19:15
    Et sur la propriété des moyens de production
  • 19:15 - 19:18
    c'est un autre sujet, je pense qu'on sera d'accord
  • 19:18 - 19:20
    mais je le mets de côté exprès, parce que je trouve
  • 19:20 - 19:22
    que par rapport à la monnaie, c'est hors sujet
  • 19:22 - 19:23
    c'est autre chose. C'est un sujet interessant,
  • 19:23 - 19:25
    passionnant, super important, mais je pense
  • 19:25 - 19:27
    que c'est autre chose par rapport à la monnaie.
  • 19:27 - 19:28
    J'ai répondu ?" Le participant: -"Je pense que
  • 19:28 - 19:31
    le temps de la monnaie est terminé".
  • 19:31 - 19:36
    Etienne-" Non, donnez moi encore 1 minute"
  • 19:36 - 19:40
    Public : "-Le temps, c'est de l'argent!" (rires)
  • 19:40 - 19:42
    Etienne:"-Non, c'est bien plus important que l'argent"
  • 19:42 - 19:44
    Participant: "-Il y a quand-même des expériences
  • 19:44 - 19:48
    de sociétés qui ont fonctionné récemment, enfin récemment...
  • 19:48 - 19:52
    à l'échelle de l'humanité, qui ont fonctionné sans monnaie"
  • 19:52 - 19:54
    Etienne: "- Oui mais c'est très pauvre".
  • 19:54 - 19:58
    Le participant: "- Ah ça se discute, l'Espagne,
  • 19:58 - 19:59
    je prends l'exemple espagnol, parce que
  • 19:59 - 20:04
    c'est un exemple que je défends dans
  • 20:04 - 20:12
    mon aspiration politique et les projets que je défends, le Levant, en 36
  • 20:12 - 20:14
    abollit la monnaie dans les collectivités
  • 20:14 - 20:16
    beaucoup de collectivités abolissent la monnaie.
  • 20:16 - 20:18
    Il y a eu une augmentation de la production"
  • 20:18 - 20:23
    Etienne: "- Le levant, ça s'écrit comment?"
  • 20:23 - 20:29
    Participant: "- Le l-e-v-a-n-t. Pour une recherche
  • 20:29 - 20:39
    intéressante: "Le CLUEA", c'était la structure
  • 20:39 - 20:46
    qui avait été fondée par la fédération nationale du travail espagnole qui se chargeait
  • 20:46 - 20:48
    de produire les agrumes, de vendre, qui était
  • 20:48 - 20:51
    la rentrée de devises pour la république espagnole"
  • 20:51 - 20:54
    Etienne:"- Ils ont supprimé la monnaie
  • 20:54 - 20:56
    et ils ont réussi à produire plus?"
  • 20:56 - 20:57
    Participant:"- Ils ont supprimé la monnaie à l'interieur
  • 20:57 - 21:00
    et ils exportaient". Etienne:"- Et ils sont restés productifs
  • 21:00 - 21:02
    et arrivaient à avoir leurs échanges?"
  • 21:02 - 21:04
    Participant:"- Oui, la production a augmenté"
  • 21:04 - 21:06
    Etienne: "- Oui, c'est très intéressant ça, ça m'intéresse.
  • 21:06 - 21:09
    Je connais pas l'expérience. Ok, non mais
  • 21:09 - 21:15
    c'est possible que je me trompe là dessus, tout à fait".
  • 21:15 - 21:21
    Participant: - "La référence c'est Frank Mintz:
  • 21:21 - 21:32
    "Les collectivités libertaires en Aragon"
  • 21:32 - 21:42
    Toutes les expériences, donnez moi juste une minute
  • 21:42 - 21:50
    Toutes les expériences d'autonomie monétaire sont...
  • 21:50 - 21:53
    je ne connais pas d'expérience où ce ne soit pas passionnant
  • 21:53 - 21:56
    Donc c'est vraiment, nous devrions être des experts
  • 21:56 - 21:58
    sur le sujet. Nous ne devrions pas nous laisser enfumer
  • 21:58 - 22:01
    par les experts, nous devrions tous être experts là dessus.
  • 22:01 - 22:07
    Juste un mot pour dire... 2 mots (:p) pour dire
  • 22:07 - 22:10
    la façon dont nous créons la monnaie dépend
  • 22:10 - 22:12
    de notre humeur, nous fait dépendre de notre humeur.
  • 22:12 - 22:15
    Quand nous sommes de bonne humeur,
  • 22:15 - 22:18
    nous sommes très moutonniers, et tout va bien
  • 22:18 - 22:21
    nous sommes euphoriques, nous empruntons
  • 22:21 - 22:23
    et on nous prête facilement, et tout va bien
  • 22:23 - 22:24
    et comme les périodes d'euphorie qu'il y a
  • 22:24 - 22:26
    juste avant les crises, vous savez: tout va bien
  • 22:26 - 22:28
    on emprunte, les banques prêtent et les gens empruntent
  • 22:28 - 22:30
    et quand on va voir la banque elle fait aucune difficulté
  • 22:30 - 22:33
    elle vous prête, et ça, c'est une situation
  • 22:33 - 22:35
    d'euphorie qui crée trop d'argent, trop d'argent
  • 22:35 - 22:37
    en prenant trop de risques. Ca c'est pas le plus grave
  • 22:37 - 22:39
    Le plus grave, c'est quand ça s'inverse.
  • 22:39 - 22:43
    Vous avez un pépin immobilier qui fait que,
  • 22:43 - 22:45
    d'une façon conjoncturelle, le marché se retourne
  • 22:45 - 22:47
    le marché se retourne, les gens se mettent à avoir peur
  • 22:47 - 22:49
    parce qu'ils savent que ça monte depuis trop longtemps,
  • 22:49 - 22:50
    trop vite, et qu'ils savent que les arbres
  • 22:50 - 22:52
    ne poussent pas jusqu'au ciel. Et ils se retournent
  • 22:52 - 22:54
    et ils deviennent pessimistes, pessimistes ça veut dire
  • 22:54 - 22:56
    c'est le contraire, ils se mettent à avoir peur de l'avenir
  • 22:56 - 22:58
    ils empruntent moins, ils vont moins à la banque pour emprunter
  • 22:58 - 22:59
    parce qu'ils ont pas envie de prendre de risques
  • 22:59 - 23:01
    De toutes façons les banques elles leur prêtent pas
  • 23:01 - 23:03
    parce qu'elles aussi sont pessimistes
  • 23:03 - 23:04
    Elles se mettent à prêter de moins en moins.
  • 23:04 - 23:08
    Attendez... les gens viennent moins emprunter
  • 23:08 - 23:09
    et les banques prêtent de moins en moins,
  • 23:09 - 23:11
    mais attendez, la baignoire elle se remplissait
  • 23:11 - 23:15
    comme ça, elle se remplissait avec les crédits
  • 23:15 - 23:16
    Donc elle s'arrête de se remplir, parce que
  • 23:16 - 23:19
    notre ambiance est mauvaise, nous devenons pessimistes
  • 23:19 - 23:21
    Elle s'arrête de se remplir? Mais attend...
  • 23:21 - 23:22
    Elle continue de se vider parce que les plans,
  • 23:22 - 23:25
    les échéanciers de remboursement de tous les prêts
  • 23:25 - 23:27
    Parce que vous savez la monnaie c'est tous les prêts
  • 23:27 - 23:29
    nouveaux qui arrivent, et puis tous les prêts
  • 23:29 - 23:31
    qui se remboursent avec la baignoire qui se vide,
  • 23:31 - 23:34
    mais quand vous avez un renversement de l'humeur
  • 23:34 - 23:36
    et que nous devenons pessimistes,
  • 23:36 - 23:37
    commençant à avoir peur de l'avenir et que
  • 23:37 - 23:39
    nous empruntons moins, nous empruntons moins
  • 23:39 - 23:41
    la baignoire arrête de se remplir mais
  • 23:41 - 23:42
    elle continue à se vider suivant un échéancier
  • 23:42 - 23:45
    fixé à l'avance. Et là vous avez la quantité de monnaie
  • 23:45 - 23:47
    qui diminue, qui diminue, qui diminue...
  • 23:47 - 23:48
    mais là c'est comme le sang dans un organisme
  • 23:48 - 23:51
    ça va très vite très mal. Et très vite on voit apparaitre
  • 23:51 - 23:54
    du chômage. Du chômage, pas parce qu'il y a des méchants
  • 23:54 - 23:55
    qui ne veulent pas que nous empruntions, non non
  • 23:55 - 23:57
    là c'est pour autre chose, c'est parce que
  • 23:57 - 23:59
    les gens n'ont pas d'argent pour payer les gens
  • 23:59 - 24:01
    et les gens n'ont pas d'argent pour acheter les produits
  • 24:01 - 24:03
    donc les gens ne vendent pas,
  • 24:03 - 24:04
    les entreprises ne vendent pas.
  • 24:04 - 24:06
    Il y a un phénomène, un cercle vicieux débile,
  • 24:06 - 24:08
    mais c'est parce que le système
  • 24:08 - 24:10
    de création monétaire dépend de notre humeur
  • 24:10 - 24:12
    C'est à dire que si nous sommes heureux
  • 24:12 - 24:14
    et confiants dans l'avenir nous créons trop de monnaie
  • 24:14 - 24:18
    et si nous sommes plutôt tristes et plutôt pessimistes
  • 24:18 - 24:19
    nous en créons pas assez, mais ça devrait être
  • 24:19 - 24:21
    il devrait pas y avoir de rapport.
  • 24:21 - 24:24
    Nous devrions avoir une quantité de monnaie
  • 24:24 - 24:25
    qui est indépendante de notre humeur,
  • 24:25 - 24:28
    qui est dépendante de nos besoins.
  • 24:28 - 24:31
    Participant:-" Les paradis fiscaux ne jouent pas?"
  • 24:31 - 24:32
    Etienne: "- Si, parce que t'as plein d'argent
  • 24:32 - 24:35
    qui fout le camp dans les paradis fiscaux
  • 24:35 - 24:37
    il est caché, il est hors circuit, et puis nous
  • 24:37 - 24:39
    il nous manque. Alors ce qu'il faudrait c'est
  • 24:39 - 24:41
    qu'on ait des machines à fabriquer de la monnaie
  • 24:41 - 24:44
    mais de façon empirique puisque, les paradis fiscaux,
  • 24:44 - 24:46
    il y en a beaucoup qui est caché, il faudrait
  • 24:46 - 24:48
    idéalement, si on voulait garder ce système
  • 24:48 - 24:50
    il faudrait quand-même que les Etats puissent
  • 24:50 - 24:54
    en voyant qu'il y a moins d'argent, en recréer
  • 24:54 - 24:57
    pour que l'organisme récupère au moins le minimum
  • 24:57 - 24:59
    dont il a besoin pour fonctionner, et puis
  • 24:59 - 25:00
    si on voit qu'il y en a trop, qu'on ait un mécanisme
  • 25:00 - 25:02
    qui permette de le détruire. Il faudrait qu'on ait
  • 25:02 - 25:06
    un système qui permette qu'on ait, dans notre corps social,
  • 25:06 - 25:08
    suffisamment de signes monétaires pour pratiquer
  • 25:08 - 25:09
    nos échanges sans en avoir trop pour éviter
  • 25:09 - 25:11
    d'avoir de l'hyper inflation, et sans en manquer
  • 25:11 - 25:13
    pour pas avoir de chômage. Et le système actuel
  • 25:13 - 25:16
    où tout repose dans les mains des Banques Privées
  • 25:16 - 25:19
    avec des contrôles publiques qui sont fantômatiques
  • 25:19 - 25:22
    qui sont très insuffisants. On dirait qu'on a
  • 25:22 - 25:25
    de quoi, on dirait qu'on a laissé à l'Etat
  • 25:25 - 25:28
    des outils tellement mauvais que c'est comme si
  • 25:28 - 25:31
    on dirigeait un bâteau, non pas avec un gouvernail
  • 25:31 - 25:33
    mais en se penchant d'un côté en espérant
  • 25:33 - 25:35
    que ça va tourner à gauche le dériveur
  • 25:35 - 25:37
    ou en se penchant à droite pour vérifier...
  • 25:37 - 25:39
    Enfin c'est très insuffisant. Rendez lui son gouvernail quoi
  • 25:39 - 25:42
    Rendez lui les outils qui permettent de décider
  • 25:42 - 25:50
    de la quantité de monnaie... Et sur le financement
  • 25:50 - 25:52
    le problème de la monnaie, c'est un problème
  • 25:52 - 25:55
    de financement de l'économie. Nous avons un problème
  • 25:55 - 25:57
    pour financer correctement l'économie, nous sommes
  • 25:57 - 25:59
    dans les pattes de ceux qui ont beaucoup d'argent
  • 25:59 - 26:01
    et pour financer nos besoins, nous avons
  • 26:01 - 26:03
    besoin de l'argent des riches, enfin de l'argent
  • 26:03 - 26:07
    de ceux qui ont de l'argent. Il y a un gars
  • 26:07 - 26:10
    que vous avez peut-être reçu ici, qui est un gars
  • 26:10 - 26:11
    vraiment formidable qui s'appelle Bernard Friot
  • 26:11 - 26:13
    Il a écrit un bouquin qui s'appelle: "L'enjeu des retraites".
  • 26:13 - 26:15
    Participant: "- Il est de chez nous"
  • 26:15 - 26:16
    Etienne: "- Alors ça m'étonne pas qu'il soit de chez vous
  • 26:16 - 26:18
    parce qu'il a beaucoup tourné. Si vous le connaissez pas
  • 26:18 - 26:20
    il faut le découvrir, c'est tout à fait lié
  • 26:20 - 26:28
    à ce que je vous dis. Ce gars là nous invite à
  • 26:28 - 26:33
    voir l'expérience réussie de financement autonome
  • 26:33 - 26:38
    par les citoyens sans Etat, et sans l'argent des riches
  • 26:38 - 26:43
    donc sans payer d'intêrets, sans aucun déficit jamais.
  • 26:43 - 26:45
    Un système insubmersible, l'expérience réussie
  • 26:45 - 26:48
    des retraites, où les citoyens s'organisent
  • 26:48 - 26:53
    pour financer leurs besoins entre eux.
  • 26:53 - 26:59
    C'est absolument, c'est très profondément révolutionnaire
  • 26:59 - 27:01
    et très pacifique hein, il n'y a pas de guerre là.
  • 27:01 - 27:04
    Juste, il y a une prise de conscience.
  • 27:04 - 27:09
    Le MEDEF, dans les années 90, a décidé
  • 27:09 - 27:10
    (je fais vite parce que j'ai pas le temps, mais...)
  • 27:10 - 27:15
    a décidé de geler l'augmentation des taux des cotisations
  • 27:15 - 27:19
    patronales, ce qui consiste littéralement à crever
  • 27:19 - 27:25
    la coque du navire insubmersible, avec un foret
  • 27:25 - 27:28
    alors que c'était une belle coque dure avec plusieurs
  • 27:28 - 27:30
    couches, c'était increvable. Il était insubmersible
  • 27:30 - 27:32
    le système des retraites fabriqué par nos parents.
  • 27:32 - 27:34
    Le système consiste à dire, c'est résumable,
  • 27:34 - 27:37
    ça se résume en 30 secondes: nos parents,
  • 27:37 - 27:41
    au sortir de la guerre, ruinés hein, le pays dévasté,
  • 27:41 - 27:43
    ont décidé alors qu'ils avaient pas de "ronds",
  • 27:43 - 27:45
    ils ont décidé que nous allions payer les retraites
  • 27:45 - 27:48
    de cette année avec les richesses produites cette année.
  • 27:48 - 27:51
    Comment on fait? Et bien juste l'année d'avant,
  • 27:51 - 27:53
    où on sait exactement combien il va y avoir de salariés
  • 27:53 - 27:54
    l'année prochaine. On sait exactement combien
  • 27:54 - 27:56
    il va y avoir de retraités l'année prochaine.
  • 27:56 - 27:58
    Et on sait donc combien on va créer de richesses
  • 27:58 - 28:00
    combien on va distribuer de salaires, et on sait
  • 28:00 - 28:01
    combien on aura à verser de retraites.
  • 28:01 - 28:04
    Et bien on fait une règle de 3 et on sait exactement
  • 28:04 - 28:06
    combien il faut de cotisations. Et on décide donc
  • 28:06 - 28:08
    cette année, non pas pour 20 ans, on s'en fout
  • 28:08 - 28:10
    dans 20 ans. On décide cette année pour l'année prochaine
  • 28:10 - 28:13
    pour que nos vieux aient une vieillesse digne
  • 28:13 - 28:16
    On décide (et puis on décide ça de façon sociale quoi),
  • 28:16 - 28:19
    on décide que le taux de cotisations pour les retraites
  • 28:19 - 28:22
    ça va être de tant, pour que le régime il soit à zéro,
  • 28:22 - 28:26
    ni de bénéfices, ni de pertes; équilibré.
  • 28:26 - 28:30
    Equilibré sans avoir besoin de l'argent des riches,
  • 28:30 - 28:32
    donc sans avoir besoin de leur emprunter, donc
  • 28:32 - 28:38
    sans avoir à payer d'interêts. C'est anti-capitaliste ça,
  • 28:38 - 28:44
    et ça marche ! Et ça marche depuis la 2° guerre mondiale,
  • 28:44 - 28:46
    ça donne parfaitement satisfaction,
  • 28:46 - 28:52
    c'est sur des volumes immenses, c'est 13% du P.I.B.
  • 28:52 - 28:56
    qui est à 2000 Milliards, c'est 260 Milliards par an.
  • 28:56 - 29:01
    260 Milliards/an, c'est des sommes colossales sur des engagements
  • 29:01 - 29:05
    à 40...50...60 ans, des engagements de très long terme
  • 29:05 - 29:07
    que nous savons très bien gérer avec des caisses
  • 29:07 - 29:10
    paritaires, qui sont... il n'y a pas besoin d'Etat.
  • 29:10 - 29:13
    Ce truc là, faut pas le râter. Et donc l'idée
  • 29:13 - 29:15
    dans le lien avec la création monétaire et notre
  • 29:15 - 29:18
    besoin de financement, ce que dit Friot, il est gonflé
  • 29:18 - 29:22
    il dit: "Pourquoi est-ce que ce système des cotisations
  • 29:22 - 29:25
    qui nous émancipe par rapport à l'épargne,
  • 29:25 - 29:27
    qui nous permet de financer l'économie sans épargne,
  • 29:27 - 29:31
    sans appel à l'épargne. Ce système des cotisations
  • 29:31 - 29:34
    sociales, qu'il faut pas appeller des charges sociales.
  • 29:34 - 29:38
    Filoche a raison, il dit c'est du bonheur social,
  • 29:38 - 29:40
    ce n'est pas des charges sociales. Les cotisations sociales,
  • 29:40 - 29:43
    c'est du bonheur social., c'est pas des charges sociales.
  • 29:43 - 29:45
    C'est idéologique d'appeler ça,
  • 29:45 - 29:47
    il ne faut pas vous laisser faire
  • 29:47 - 29:48
    Faites la grève du mot "charges sociales",
  • 29:48 - 29:50
    il ne faut pas vous laisser faire. C'est du salaire différé,
  • 29:50 - 30:05
    oui voilà, absolument. Donc, allez voir
  • 30:05 - 30:08
    les videos sur la monnaie, il y a une video de Marseille
  • 30:08 - 30:12
    qui tourne beaucoup sur la monnaie et
  • 30:12 - 30:16
    vous en aurez plus. Bon, je passe à la Démocratie.
  • 30:16 - 30:20
    Qu'est-ce qu'on peut faire? Ca c'est super important,
  • 30:20 - 30:22
    c'est le plus important. Alors, 3/4 d'heure
  • 30:22 - 30:31
    ce n'est pas beaucoup. Alors, je vais vous distribuer
  • 30:31 - 30:33
    3 documents: 1 résumé sur la monnaie,
  • 30:33 - 30:37
    il y a une bibliographie à la fin qui vous permet
  • 30:37 - 30:43
    d'approfondir le sujet. Ca c'est sur la monnaie.
  • 30:43 -
    FIN
Titre:
5/6.Chouard.Metz.oct2011-MONNAIE&CHÔMAGE-l’alternative des cotisations
Description:

Pour approfondir tout ça, je vous propose d'aller faire un tour sur mon site :<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/<br />http://www.le-message.org/<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Documents_conferences/<br /><br />Je vous recommande particulièrement cette sélection de documents, que je trouve particulièrement importants :<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/documents.php<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tous_les_resumes.php<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Journal.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Constitution_revelateur_du_cancer_de_la_democratie.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Reponse_Etienne_Chouard_a_Bastien_Francois.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/LettreAStephanePaoliEtBernardGuetta.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Bonne_Constitution_Guerison_Democratie.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2008/04/08/93-manifestations-obstinees<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Liens_en_totalite.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/monnaie.php<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Tout_notre_debat_sur_la_monnaie_chez_Paul_Jorion.pdf<br />http://etienne.chouard.free.fr/Europe/En_Vrac.pdf

plus » « moins
Langue de la vidéo:
French

sous-titres en French

Révisions Comparer les révisions