Retourner vers la vidéo

Entretien avec Etienne Chouard - 2 - complot et impot

  • 0:00 - 0:04
    Entretien avec Étienne CHOUARD
  • 0:04 - 0:08
    En 1907, il y a une crise boursière dramatique,
  • 0:08 - 0:10
    La création monétaire 2-Complot & impôt sur le revenu
  • 0:10 - 0:13
    un crash épouvantable, qui a fait que les Américains
  • 0:13 - 0:16
    ont pris en détestation Wall Street, donc toute la finance
  • 0:16 - 0:20
    qui les avait ruinés, qui les avait grugés, et les Américains
  • 0:20 - 0:23
    ne voulaient pas entendre parler d'une banque centrale,
  • 0:23 - 0:29
    surtout pas dominée par Wall Street. Ils ne voulaient pas entendre parler de la domination des banques,
  • 0:29 - 0:31
    détestation des banques!
  • 0:31 - 0:35
    Et les banquiers le savaient et pourtant les banquiers lorgnaient sur la création monétaire.
  • 0:35 - 0:39
    Les banquiers voulaient créer la monnaie comme ils le faisaient
  • 0:39 - 0:47
    en Allemagne et en Angleterre. Et il y a eu un complot.
  • 0:47 - 0:52
    Alors là un vrai complot, un exemple académique de complot,
  • 0:52 - 0:56
    très bien expliqué dans deux bouquins qui ont été traduits récemment
  • 0:56 - 0:59
    en français, donc le bouquin de Sutton
  • 0:59 - 1:04
    qui a été traduit en 2005 je crois,...en tout cas il y a quelques années.
  • 1:04 - 1:09
    Il s'appelle "le complot de la réserve fédérale" qui est un bon petit livre
  • 1:09 - 1:13
    étonnant sur le complot de l'île de Jekyll en 1910
  • 1:13 - 1:16
    où les banquiers, quelques banquiers (une poignée)
  • 1:16 - 1:20
    se sont réunis sur une île qui leur appartenait
  • 1:20 - 1:23
    dans le plus grand secret, alors les journalistes les traquaient.
  • 1:23 - 1:26
    Parce que les journalistes étaient très très entreprenant à l'époque.
  • 1:26 - 1:30
    Ils ne les lachaient pas d'une semelle. Les banquiers étaient considérés comme des ennemis publics.
  • 1:30 - 1:33
    Donc ils les surveillaient comme le lait sur le feu.
  • 1:33 - 1:39
    Et ils ont...., ils ont réussi à s'échapper, et ils se sont installés pendant une semaine sur leur île
  • 1:39 - 1:43
    pour s'entendre ensemble sur le bon système à défendre :
  • 1:43 - 1:48
    Le Système qu'ils allaient ensuite défendre devant le congrès.
  • 1:48 - 1:52
    Et parmi eux, il y avait le sénateur Aldrich, qui était d'ailleurs très proche de Wallstreet,
  • 1:52 - 1:58
    et qui les a aidé à formuler leur projet pour que ça ne se voit pas
  • 1:58 - 2:04
    que ce soit Wallstreet qui dirige. Pour que ça se voit pas que ce soit....
  • 2:04 - 2:09
    Que ce projet était l'EXACT CONTRAIRE de ce que voulait le peuple.
  • 2:09 - 2:14
    Et ensuite, la suite du complot c'est d'essayer de le faire passer au congrès.
  • 2:14 - 2:17
    Ca a pas marché :Aldrich est tombé malade, il n'a pas réussi à défendre son truc,
  • 2:17 - 2:20
    donc le complot a échoué dans un premier temps.
  • 2:20 - 2:26
    Et puis 3 ans plus tard, en 1913, après que les mêmes banquiers
  • 2:26 - 2:30
    aient poussé Wilson, aient financé sa campagne,
  • 2:30 - 2:33
    aient abreuvé les médias de messages publicitaires pour le faire élire,..
  • 2:33 - 2:35
    Ils ont réussi............Comme d'habitude dans les élections,
  • 2:35 - 2:39
    celui qui a le plus d'argent arrive le plus souvent à faire élire le candidat de son choix,
  • 2:39 - 2:44
    qui ensuite lui renverra l'ascenseur. C'est tout le probème de la corruption,
  • 2:44 - 2:48
    liée à l'élection. Elle est dans le génome de l'élection.
  • 2:48 - 2:55
    Les financiers ayant financé la campagne électorale de Wilson, l'ayant rendue possible...
  • 2:55 - 2:59
    Après, juste après, ils ont réussi à faire passer à Noël
  • 2:59 - 3:03
    pendant que les députés étaient pris par les festivités de Noël
  • 3:03 - 3:08
    (c'est toujours comme ça que ça se passe, en 1973 chez nous c'est pareil !
  • 3:08 - 3:12
    c'est avec une Assemblée vide que la loi de 73 équivalente est passée)
  • 3:12 - 3:16
    C'est toujours une arnaque : c'est jamais après un grand débat, en pleine de lumière
  • 3:16 - 3:21
    qu'on se fait voler la création monétaire, JAMAIS . C'est toujours en douce,
  • 3:21 - 3:25
    et une fois que c'est fait on n'arrive plus à résister.
  • 3:25 - 3:31
    Et donc la fin du complot c'est :la loi de la Réserve Fédérale qui était présentée comme...
  • 3:31 - 3:36
    une alternative....Alors , ils présentaient comme si s'était un choix
  • 3:36 - 3:40
    la loi d'Aldrich, le projet Aldrich et la loi de la Réserve Fédérale alors que c'était le même projet.
  • 3:40 - 3:43
    Grosso modo c'était le même projet de Réserve Fédérale :
  • 3:43 - 3:47
    réserve bancaire privée avec création monétaire sans réserve,
  • 3:47 - 3:50
    donc la possibilité de créer l'argent qu'on n'a pas, prêter de l'argent qu'on n'a pas.
  • 3:50 - 3:57
    Le système à l'Allemande. .. C'est à dire que Warburg, qui faisait partie du groupe qui a pensé ce système,
  • 3:57 - 4:03
    le faisait .... sur le modèle de sa banque en Allemagne.
  • 4:03 - 4:06
    Modèle qui était d'ailleurs, si j'ai bien compris,
  • 4:06 - 4:11
    le même que celui de la banque d'Angleterre tenue par Rothschild.
  • 4:11 - 4:19
    La même année, donc en 1913, est passée la loi de la Réserve Fédérale,
  • 4:19 - 4:29
    qui donnait à une poignée de banquiers privés, la capacité, le DROIT LEGAL de
  • 4:29 - 4:33
    créer l'argent dont le gouvernement américain avait besoin.
  • 4:33 - 4:36
    Non pas pour lui donner mais pour lui prêter à un taux de 6%.
  • 4:36 - 4:39
    Je sais pas ce qu'est devenu le taux aujourd'hui.
  • 4:39 - 4:41
    Je sais pas à quel taux la Réserve Fédérale aujourd'hui crée
  • 4:41 - 4:44
    chaque jour en ce moment, 1 milliard et demi de dollars.
  • 4:44 - 4:49
    1 milliard et demi chaque jour nouveau, là la planche à billets marche à une vitesse incroyable.
  • 4:49 - 4:55
    Et je ne sais pas à quel taux. Je ne sais pas si c'est encore 6%, il faudrait chercher pour vérifier.
  • 4:55 - 5:00
    Le problème c'est que c'est assez compliqué de reconstituer toutes les pièces du puzzle
  • 5:00 - 5:07
    Toujours est-il que, en 1913 ce qui s'est décidé c'est que : la Réserve Fédérale,
  • 5:07 - 5:12
    donc un cartel de BANQUIERS PRIVES, qui n'a rien à voir avec la puissance publique,
  • 5:12 - 5:16
    (qui s'appelle "Réserve Fédérale" donc ça donne l'impression que c'est une banque publique !)
  • 5:16 - 5:22
    "Federal Reserve" on se dit: Federal, Federal, c'est l'Etat fédéral, c'est public...
  • 5:22 - 5:26
    C'est la même arnaque qui a consisté à donner le nom "Banque d'Angleterre"
  • 5:26 - 5:28
    à la banque d'Angleterre alors quelle était parfaitement privée.
  • 5:28 - 5:33
    Encore une bande d'ultra-riches.Même arnaque que la Banque de France,
  • 5:33 - 5:39
    complètement privée jusqu'en 1945, absolumment privée pendant toute la IIIème République.
  • 5:39 - 5:42
    Banque privée, qui s'appelle "Banque de France", qui donne le change.
  • 5:42 - 5:48
    C'est.... vraiment quand on parle de complot c'est objectivement
  • 5:48 - 5:54
    une manoeuvre secrète, contre l'intérêt général, en faveur de certains intérêts particuliers
  • 5:54 - 6:00
    qui s'entendent entre eux en cachette, en douce, pour obtenir un avantage, un privilège.
  • 6:00 - 6:05
    C"est la définition du complot, et je trouve que la.....
  • 6:05 - 6:07
    l'air du temps aujourd'hui, qui consiste, dès qu'on entend "complot".....
  • 6:07 - 6:16
    Dès qu'un citoyen ou un groupe de citoyens dénoncent un agissement occulte, un complot,
  • 6:16 - 6:22
    une série de chiens de gardes se lèvent pour dénoncer les théoriciens du complot
  • 6:22 - 6:28
    comme si TOUTE dénonciation de TOUT complot était une paranoia ! Une maladie,
  • 6:28 - 6:36
    une espèce de faiblesse de l'esprit qu'il faudrait déconsidérer.
  • 6:36 - 6:41
    Mais ces gens là croient-ils vraiment qu'il n'y a aucun complot nulle part?
  • 6:41 - 6:46
    On est prié de croire qu'il n'y a plus de complot? Que les complots n'existent plus?
  • 6:46 - 6:49
    Que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, c'est les bisounours ?
  • 6:49 - 6:55
    Les riches n'ont pas de projet, n'ont pas d'intelligence, n'ont pas des intérêts à défendre ?
  • 6:55 - 6:58
    Les riches font tout dans la transparence en montrant tout à tout le monde ?
  • 6:58 - 7:02
    Non des complots, y en a toujours eu et y en aura toujours !
  • 7:02 - 7:06
    Y en a plein qui ratent, quelques uns qui réussissent.
  • 7:06 - 7:09
    Et c'est l'honneur des journalistes, des vrais journalistes :
  • 7:09 - 7:13
    c'est à dire de ceux que les révolutionnaires appellent les SENTINELLES DU PEUPLE..
  • 7:13 - 7:20
    C'est leur honneur que de les traquer ces intrigues, de les chercher et de les dénoncer, de les mettre au grand jour.
  • 7:20 - 7:27
    Et c'est une HONTE...Je trouve, que ceux qui dénoncent les théoriciens du complot sont :
  • 7:27 - 7:34
    soit des abrutis, des gens qui ne comprennent rien à rien ....ou bien ils sont complices !
  • 7:34 - 7:39
    C'est à dire qu'ils savent très bien qu'ils protègent les complotistes,
  • 7:39 - 7:45
    et donc là c'est vraiment des affreux. Mais, faut-il être bête , pour
  • 7:45 - 7:51
    de façon presque pavlovienne, comme par un espèce de réflexe conditionné,
  • 7:51 - 7:55
    dès qu'on parle de complot ils font les malins en disant: "Ah tu es encore un théoricien du complot."
  • 7:59 - 8:03
    "Ah ouais t'es malin, quelle sagacité! quelle perspicacité !
  • 8:03 - 8:08
    Tu as su déjouer en moi le théoricien du complot !" Enfin c'est RIDICULE quoi !
  • 8:08 - 8:15
    Là, on a 2 auteurs donc, Mullins et Sutton, qui ont passé une grande partie de leur vie, 40 ou 50 ans,
  • 8:15 - 8:24
    à reconstituer patiemment le puzzle d'intrigues cachées.
  • 8:24 - 8:29
    Je ne suis pas sûr que tout soit vrai, vérifié, ils se sont peut-être trompés sur certains points.
  • 8:29 - 8:34
    Ils ont peut-être cru sur certains points, bon recoupons, cherchons...
  • 8:34 - 8:38
    Mais, tout repousser en disant c'est la "théorie du complot",
  • 8:38 - 8:45
    c'est de la BÊTISE, ou de la félonie, de la complicité de complot.
  • 8:45 - 8:51
    Ce que j'observe (si vous voulez je recoupe ce qui se passe sur la Réserve Fédérale) c'est que :
  • 8:51 - 8:55
    à l'époque de la création de la Réserve Fédérale, en 1913, il n'y avait pas de dette.
  • 8:55 - 9:01
    L'Etat Américain n'était pas endetté. Et donc, du jour où l'Etat Américain a consenti,
  • 9:01 - 9:05
    à chaque fois qu'il avait besoin d'argent, à l'emprunter auprès de banquiers privés....
  • 9:05 - 9:10
    Depuis ce jour là, la dette américaine ne fait que grandir.
  • 9:10 - 9:20
    Et les "congressmen", les députés américains, sachant le danger qu'il y a, à créer autant d'argent,
  • 9:20 - 9:27
    ont toujours essayé de limiter le truc avec un plafond de la dette, avec une limite.
  • 9:27 - 9:30
    Et depuis cette époque, ils n'arrêtent pas de changer, d'augmenter la limite.
  • 9:30 - 9:35
    Là en ce moment la limite elle est à 14 200 et quelques milliards de dette!!
  • 9:35 - 9:39
    14 000 milliards!! c'est énorme comme plafond!
  • 9:39 - 9:45
    Et ça y est on est en train d'y arriver : hier on était à 100 milliards en dessous de la limite.
  • 9:45 - 9:50
    Et ça monte tous les jours, je vous dis la Réserve Fédérale en crée 1 et demi par jour.
  • 9:50 - 9:57
    donc 100, vous y êtes en 2 mois,.. vous y êtes très très vite.
  • 10:01 - 10:07
    Donc ils vont à nouveau augmenter le plafond, donc on va passer de 14 à 15, 16, je ne sais pas combien.
  • 10:07 - 10:13
    15 000 milliards..... je répète, 15 000 milliards de dette des Américains
  • 10:13 - 10:15
    envers les banquiers de la Banque Centrale Américaine.
  • 10:15 - 10:20
    15 000 milliards de dette! c'est absolumment pas remboursable!
  • 10:20 - 10:24
    Pour l'instant, ce que font les Américains c'est qu'ils ne font que rembourser l'intérêt de cette dette!
  • 10:24 - 10:28
    Il se trouve que l'intérêt de cette dette, le volume de l'intérêt de cette dette,
  • 10:28 - 10:33
    correspond très exactement, vraiment pratiquement ( les ordres de grandeurs sont les mêmes)
  • 10:33 - 10:37
    à l'impôt sur le revenu ....et que l'impôt sur le revenu a été créé cette même année !
  • 10:37 - 10:42
    C'est impossible de savoir , si ça a été fait pour ça mais ,
  • 10:42 - 10:45
    tout se passe comme si ça avait été fait pour ça.
  • 10:45 - 10:50
    On dirait que : les mêmes, qui ont
  • 10:50 - 10:52
    décidé de mettre l'état , en coupe réglée
  • 10:52 - 10:55
    (c'est-à-dire que quand l'etat a besoin d'argent , il faut qu'il vienne me l'emprunter
  • 10:55 - 10:58
    et il me devra, sur cet argent, un intérêt.
  • 10:58 - 11:01
    Et l'Etat, donc, va avoir besoin de ressources pour me payer cet intérêt)
  • 11:01 - 11:04
    donc on va organiser la meme année, enfin on va organiser en même temps,
  • 11:04 - 11:06
    il se trouve que c'est la même année,
  • 11:06 - 11:09
    mais ça aurait pu être des années plus tard, ou plus tôt, on s'en fiche,
  • 11:09 - 11:14
    mais il faut arriver a organiser une ressource pour l'Etat pour qu'il puisse me payer cet intérêt à moi banquier
  • 11:14 - 11:19
    et, l'impôt sur le revenu (au début petit, parce que les gens voulaient pas l'impôt sur le revenu,
  • 11:19 - 11:21
    c'était inconstitutionnel, l'impôt sur le revenu,
  • 11:21 - 11:24
    c'était inconstitutionnel, et ils l'ont fait quand même !
  • 11:24 - 11:29
    Au début il a dû être petit, puis, progressivement, de plus en plus important)
  • 11:29 - 11:31
    en fait , il sert à financer !
  • 11:31 - 11:34
    Si vous voulez, vous vous apercevez qu'au début il n'y a pas de dette,
  • 11:34 - 11:36
    il n'y a pas de déficit public, et puis, progressivement,
  • 11:36 - 11:37
    (il s'est passé la meme chose en France depuis 73)
  • 11:37 - 11:42
    à partir du moment où l'Etat en 73 a renoncé à créer la monnaie,
  • 11:42 - 11:49
    à partir du moment où il s'est obligé lui meme (donc il nous a obligé)
  • 11:49 - 11:52
    à s'endetter auprès des marchés financiers,
  • 11:52 - 11:53
    (c'est-à-dire auprès de ceux qui ont de l'argent)
  • 11:53 - 11:58
    pour se financer en monnaie, financer les dépenses publiques, les investissements publics,
  • 11:58 - 12:04
    à partir de ce moment là (la dette publique n'existait pas, il n'y avait pas de dette publique, quasiment rien)
  • 12:04 - 12:06
    cette dette s'est mise à augmenter, augmenter,
  • 12:06 - 12:11
    (il n'y avait pas de déficit public, le déficit public a commencé et c'est pratiquement le même,
  • 12:11 - 12:14
    c'est-à-dire que le montant de nos déficits, c'est le service de la dette)
  • 12:14 - 12:19
    et jusqu'à aujourd'hui, arriver a un stade où,
  • 12:19 - 12:24
    (on était encore, il y a 1 an ou 2, on était à 50 milliards de service de la dette,
  • 12:24 - 12:28
    45 , 50 milliards, et c'était grosso modo le montant de l'impôt sur le revenu,
  • 12:28 - 12:31
    l'impôt sur le revenu faisait à peu près cette somme là)
  • 12:31 - 12:35
    donc, 100% de l'impôt sur le revenu sert, en France comme aux Etats Unis,
  • 12:35 - 12:40
    à financer l'intérêt d'une dette non nécessaire (il faut comprendre que c'est pas du tout neccessaire).
  • 12:40 - 12:43
    Si l'Etat avait gardé la création monétaire , il n'y aurait pas cette fichue dette !
  • 12:43 - 12:51
    Peut être que je me trompe (mais qu'on m'explique, qu'on en parle,
  • 12:51 - 12:53
    je crois qu'il y a vraiment là, matière à débat public)
  • 12:53 - 12:58
    peut être que je me trompe évidement, et je ne demande que ça,
  • 12:58 - 13:01
    mais bon, là j'ai beaucoup lu sur la question de la création monétaire.
  • 13:01 - 13:06
    Tous ces livres là, ça concerne la création monétaire, tout ça...
  • 13:06 - 13:10
    donc ça fait une centaine de bouquins quoi,
  • 13:10 - 13:14
    donc je pense que sur la création monétaire on a compris comment ça marche,
  • 13:14 - 13:17
    nul part dans ces bouquins on ne trouve
  • 13:17 - 13:21
    la justification de cet abandon de la création monétaire aux banques privées
  • 13:21 - 13:24
    on voit comment ça marche mais nul part on ne trouve la justification,
  • 13:24 - 13:27
    et quand on voit des gens qui réfléchissent à cette justification
  • 13:27 - 13:29
    on s'aperçoit que c'est pour la critiquer.
  • 13:29 - 13:33
    Quelqu'un comme Maurice Allais, dans ce bouquin et dans d'autres,
  • 13:33 - 13:37
    déjà dans "économie et intérêt" en 45, aprés la guerre,
  • 13:37 - 13:44
    déjà il contestait fortement le pouvoir des banques privées de créer la monnaie,
  • 13:44 - 13:48
    (et ça ça nous coûte "les yeux de la téte", ça nous coûte "les yeux de la tête")
  • 13:48 - 13:54
    et Maurice Allais c'est pas... (cet autre bouquin sur la dynamique monétaire)
  • 13:54 - 13:57
    c'est quelqu'un qui a passé une bonne partie de sa vie sur la monnaie,
  • 13:57 - 14:01
    c'est un grand penseur de la monnaie. Alors il est pas le seul,
  • 14:01 - 14:03
    il y a des thèses opposées sur la monnaie ,
  • 14:03 - 14:05
    je dis pas que c'est la seule façon de concevoir la monnaie
  • 14:05 - 14:08
    mais enfin on peut pas dire que c'est un débutant sur la monnaie
  • 14:08 - 14:13
    ou quelqu'un qui est incompétent, c'est quelqu'un qui connait bien le sujet
  • 14:13 - 14:22
    et qui, dès 1945, conchiait (c'est un mot de Rabelais), détestait,
  • 14:22 - 14:25
    vilipendait, le pouvoir de création monétaire des banques privées.
  • 14:25 - 14:31
    Et dans un très bon petit bouquin (qu'on ne trouve plus aujourd'hui ou on trouve sur le net,
  • 14:31 - 14:33
    il m'a demandé de le mettre sur mon site donc je l'ai fait,
  • 14:33 - 14:40
    c'est un document qui circule maintenant "La crise mondiale d'aujourd'hui")
  • 14:40 - 14:46
    il décrit très très bien, en peu de mots, peu de phrases, le problème,
  • 14:46 - 14:50
    ce que nous coûte l'abandon de la création monétaire aux banquiers.
  • 14:50 - 14:57
    Alors lui il voyait pas, j'ai pas vu dans la pensée de Maurice,
  • 14:57 - 15:04
    la remise en question de l'obligation pour l'Etat d'emprunter,
  • 15:04 - 15:07
    donc la loi 73 il en parle pas, je crois pas.
  • 15:07 - 15:09
    Le fait que le système soit complètement vérouillé
  • 15:09 - 15:12
    (parce que à l'époque où il en parlait, y avait encore un partage,
  • 15:12 - 15:14
    c'est à dire que les banques privées pouvaient créer la monnaie,
  • 15:14 - 15:17
    mais l'Etat pouvait quand même emprunter auprès de la Banque Centrale).
  • 15:17 - 15:23
    Et, la fin du verrouillage, par les banques privées, du système
  • 15:23 - 15:26
    par lesquelles elles se sont rendues, les banque privées,
  • 15:26 - 15:33
    détentrices du monopole de la création monétaire. Ça Maurice n'en parle pas, je ne crois pas.
  • 15:33 - 15:37
    Mais c'est implicite.
  • 15:37 - 15:42
    C'est-à-dire que comme il prétend que les banques privées ne devraient pas créer la monnaie du tout,
  • 15:42 - 15:46
    implicitement, évidemment, le fait d'abandonner complètement la création aux banques privées,
  • 15:46 - 15:50
    d'interdire carrément aux Etats d'emprunter auprès de la Banque Centrale, donc à taux zéro,
  • 15:50 - 15:56
    à charge de zéro d'intérêt, c'est implicite.
  • 15:56 - 15:59
    Et donc, il me semble que
  • 15:59 - 16:03
    (et ça se passe sur internet, ce serait bien que ça arrive à dépasser internet)
  • 16:03 - 16:08
    mais il me semble qu'il y a un vrai débat public, citoyen,
  • 16:08 - 16:13
    puisque les élus veulent pas en parler, enfin y a vraiment que les petits partis qui en parlent,
  • 16:13 - 16:23
    mais dans les grands partis, UMP, PS, MODEM, Ecologie, ces gens-là on dirait que,
  • 16:23 - 16:28
    soit ils sont incompétents, donc ils connaissent pas le sujet, soit ils sont complices.
  • 16:28 - 16:32
    Mais ils n'en parlent pas du tout, c'est-à-dire qu'ils bottent en touche,
  • 16:32 - 16:38
    ils n'ont pas compris comment ça marche, ou bien ils sont payés pour s'occuper de tout sauf ça.
  • 16:38 - 16:42
    Et c'est sûr que si ils sont élus grâce à des financements par des banques,
  • 16:42 - 16:45
    ils vont pas mordre la main qui les nourrit.
  • 16:45 - 16:48
    C'est-à-dire qu'il y a tellement de choses à traiter dans la vie publique, que
  • 16:48 - 16:53
    c'est facile de faire semblant de faire des trucs sans s'occuper de l'essentiel,
  • 16:53 - 16:59
    parce que si on ne s'occupe pas de la création monétaire, on ne fait que gesticuler.
  • 16:59 - 17:03
    "Les secrets de la Réserve Fédérale" c'est un plus gros livre, mais qui se lit, lui aussi,
  • 17:03 - 17:08
    comme un roman policier, c'est bien écrit, c'est fluide,
  • 17:08 - 17:12
    c'est crédible, c'est très documenté, il y a des sources, des sources qui sont très utiles,
  • 17:12 - 17:15
    qui vont nous être utiles pour résister.
  • 17:15 - 17:19
    Et il va plus loin que simplement le complot de la création
  • 17:19 - 17:22
    de la Réserve Fédérale et de l'impôt sur le revenu, il va plus loin,
  • 17:22 - 17:31
    puisqu'il étudie ce qu'ont rendu possible ces magouilles,
  • 17:31 - 17:35
    le rôle des banques dans les guerres, le rôle des banques dans le financement d'Hitler,
  • 17:35 - 17:38
    le rôle des banques dans toutes les guerres.
  • 17:38 - 17:42
    C'est très très très intéressant, c'est une bombe ce bouquin.
  • 17:42 - 17:49
    C'est un livre important, un livre qu'on devrait lire, un livre qu'au moins tous les profs d'Economie...
  • 17:49 - 17:54
    Moi j'ai enseigné l'Economie pendant 10ans, p*tain je savais pas ça, je m'en veux.
  • 17:54 - 17:59
    Je veux dire, j'avais rien compris au truc, j'étais prof...
  • 17:59 - 18:02
    Je crois qu'il ya plein de profs comme ça, qui savent que ça existe, confusément,
  • 18:02 - 18:07
    mais ils n'en parlent pas quoi, et c'est...c'est pas bien.
  • 18:07 - 18:15
    Je veux dire il y a un défaut de formation, d'information, de la part des experts. Alors,
  • 18:15 - 18:22
    je pense aux profs d'Economie, en général, je parle pas des économistes qu'on entend à la radio et la télé,
  • 18:22 - 18:28
    eux je me fais pas d'illusions. Je pense que les économistes qu'ont entend sur les radios,
  • 18:28 - 18:33
    ont une pensée prostituée, je pense que c'est le bon mot.
  • 18:33 - 18:37
    Je ne sais plus qui l'utilisait mais j'ai entendu ça il n'y a pas très longtemps,
  • 18:37 - 18:40
    et je trouve c'est une expression qui convient bien.
  • 18:40 - 18:44
    Je pense que depuis le XIXème siècle, les économistes...
  • 18:44 - 18:49
    Et déjà Marx critiquait l'économie politique, parce qu'il voyait bien que
  • 18:49 - 18:52
    l'économie politique, c'était la justification théorique d'une opression.
  • 18:52 - 18:59
    C'était un système doctrinal qui servait à justifier scientifiquement une opression,
  • 18:59 - 19:04
    une domination d'un groupe d'humains par d'autres.
  • 19:04 - 19:10
    Ça continu à être ça. C'est-à-dire que les économistes, si vous regardez...
  • 19:10 - 19:15
    Pour comprendre pourquoi cet économiste que vous entendez à la radio parle,
  • 19:15 - 19:17
    cherchez à savoir pour qui il travaille,
  • 19:17 - 19:23
    et vous allez voir que c'est pour une revue,
  • 19:23 - 19:27
    pour un journal économique qui appartient à une banque, ou qu'il travaille directement dans une banque.
  • 19:27 - 19:31
    Vous allez voir que cet économiste qui parle tous les matins ou tous les soirs,
  • 19:31 - 19:34
    il travaille directement pour une banque, vous allez voir.
  • 19:34 - 19:38
    Et ça permet de mieux comprendre que c'est vraiment une pensée prostituée.
  • 19:38 - 19:45
    Ces gens là servent à justifier, avec un verni scientifique
  • 19:45 - 19:49
    qui est totalement fantaisiste,
  • 19:49 - 19:55
    ces gens là prétendent que le marché alloue idéalement les ressources.
  • 19:55 - 19:59
    C'est-à-dire répartit les ressources idéalement. C'est une blague, on voit que
  • 19:59 - 20:07
    ça n'a jamais marché, les faits montrent tout le contraire, le radical contraire tout le temps.
  • 20:07 - 20:12
    La théorie standard économique la théorie standard c'est le nom qu'on donne à...
  • 20:12 - 20:16
    La presque totalité des économistes, est en faillite absolue, FAILLITE ABSOLUE !
  • 20:16 - 20:19
    Elle ne tient pas ses promesses, elle se trompe sur tout,
  • 20:19 - 20:24
    elle se trompe sur tout en croyant tout quantifier mathématiquement,
  • 20:24 - 20:31
    en jouant à la science, en s'appelant science économique, elle est une tartuferie
  • 20:31 - 20:37
    révoltante parce qu'elle justifie les inégalités, elle permet que l'opression continue à durer.
  • 20:37 - 20:43
    Non les économistes sont (en tout cas les économistes, les éditorialistes),
  • 20:43 - 20:47
    sont une pensée prostituée. Alors, bien sûr il y a des économistes résistants,
  • 20:47 - 20:52
    je ne pense pas à eux, je sais bien qu'il y a des économistes formidables,
  • 20:52 - 20:57
    qui résistent contre la domination mais ils sont peu nombreux.
  • 20:57 - 21:02
    La plupart, ceux que vous entendez à la radio sont presque tous au service du pouvoir.
  • 21:02 - 21:07
    Donc il faut qu'on arrive à se former nous-même pour être...
  • 21:07 - 21:12
    pour s'émanciper quoi, sans...éviter d'être manipulés.
Titre:
Entretien avec Etienne Chouard - 2 - complot et impot
Description:

http://www.culture-libre.info<br />Partie 1: http://www.dailymotion.com/video/xhiymd_entretien-avec-etienne-chouard-1-l-argent-dette_news<br />Partie 2: http://www.dailymotion.com/video/xhjgrq_entretien-avec-etienne-chouard-2-complot-et-impot_news<br />Partie 3: http://www.dailymotion.com/video/xhm97w_entretien-avec-etienne-chouard-3-le-systeme-electif_news<br />Partie 4: http://www.dailymotion.com/video/xhm99c_entretien-avec-etienne-chouard-4-le-tirage-au-sort_news

plus » « moins
Langue de la vidéo:
French

sous-titres en French

Révisions Comparer les révisions