Retourner vers la vidéo

Neil Gaiman Addresses the University of the Arts Class of 2012

  • 0:01 - 0:03
    Merci
  • 0:03 - 0:05
    [rires]
  • 0:05 - 0:10
    Je n'avais jamais imaginé que je me trouverais en train de donner des conseils
  • 0:10 - 0:16
    à des gens diplômés d'un établissement de l'enseignement supérieur.
  • 0:16 - 0:20
    Je n'ai jamais été diplômé par un tel etablissement.
  • 0:20 - 0:22
    Je n'y suis même jamais entré.
  • 0:22 - 0:25
    Je me suis echappé de l'école dès que j'ai pu,
  • 0:25 - 0:28
    quand la perspective de 4 années supplémentaires d'apprentissage forcé
  • 0:28 - 0:34
    avant que je puisse devenir l'écrivain que je voulais être, me parut asphyxiante.
  • 0:34 - 0:36
    Je partis dans le monde, j'écrivis,
  • 0:36 - 0:38
    et je devins un meilleur écrivain au plus j'écrivis.
  • 0:38 - 0:39
    Et j'écrivis un peu plus
  • 0:39 - 0:41
    et personne ne sembla jamais se rendre compte
  • 0:41 - 0:43
    que je le faisais au fur et à mesure.
  • 0:43 - 0:45
    Ils lisaient juste ce que j'écrivais, et il me payaient pour ça,
  • 0:45 - 0:47
    ou non.
  • 0:47 - 0:48
    [rires]
  • 0:48 - 0:49
    Et ils me mandataient souvent
  • 0:49 - 0:53
    pour écrire d'autres choses pour eux, ce qui m'a laissé
  • 0:53 - 0:58
    avec un sain respect et une admiration pour l'éducation supérieure,
  • 0:58 - 1:01
    dont ceux de mes amis et de ma famille qui allèrent à l'université
  • 1:01 - 1:03
    furent guéris ils y a longtemps.
  • 1:03 - 1:07
    Regardant en arrière j'ai fait un voyage remarquable
  • 1:07 - 1:09
    Je ne suis pas sûr que je puisse l'appeller une carrière
  • 1:09 - 1:14
    car une carrière implique que j'avais une sorte de plan de carrière,
  • 1:14 - 1:16
    et je n'en ai jamais eu.
  • 1:16 - 1:20
    La chose la plus approchante que j'avais était une liste que j'avais faite quand j'avais à peu près 15 ans,
  • 1:20 - 1:22
    de tout ce que je voulais faire.
  • 1:22 - 1:24
    Je voulais écrire un roman pour adultes,
  • 1:24 - 1:25
    un livre pour enfants
  • 1:25 - 1:26
    une BD, un film,
  • 1:26 - 1:28
    enregistrer un audiobook,
  • 1:28 - 1:32
    écrire un épisode de Dr. Who, ... etc.
  • 1:32 - 1:33
    Je n'avais pas de carrière,
  • 1:33 - 1:35
    je faisais juste la chose qui suivait sur la liste.
  • 1:35 - 1:40
    Alors j'ai pensé que je vous raconterais tout ce que j'aurais aimé savoir en débutant.
  • 1:40 - 1:41
    et quelques choses qu'en regardant à présent
  • 1:41 - 1:43
    je suppose que je savais déjà.
  • 1:43 - 1:47
    Et je vous donnerai aussi le meilleur conseil qu'on ne m'ait jamais donné
  • 1:47 - 1:50
    que j'ai totalement échoué à suivre
  • 1:50 - 1:52
    En tout premier
  • 1:52 - 1:55
    lorsque vous démarrez une carrière dans les arts,
  • 1:55 - 1:59
    vous n'avez aucune idée de ce que vous faites.
  • 1:59 - 2:02
    Ceci est formidable.
  • 2:02 - 2:05
    Les gens qui savent ce qu'ils font connaissentles règles
  • 2:05 - 2:07
    et ils savent ce qui est possible et ce qui est impossible.
  • 2:07 - 2:10
    Vous ne le savez pas, et ne devriez pas le savoir.
  • 2:10 - 2:14
    Les règles sur ce qui est possible et impossible dans les arts ont été faites
  • 2:14 - 2:17
    par des gens qui n'avaient pas testé les limites du possible
  • 2:17 - 2:19
    en allant au-delà d'elles.
  • 2:19 - 2:21
    Et vous pouvez.
  • 2:21 - 2:22
    Si vous ne savez pas que c'est impossible,
  • 2:22 - 2:24
    c'est plus facile à faire.
  • 2:24 - 2:26
    Et comme personne ne l'a fait avant,
  • 2:26 - 2:27
    ils n'ont pas fait de règles
  • 2:27 - 2:32
    pour arrêter quiconque en train de re-faire ce truc en particulier.
  • 2:32 - 2:39
    [applaudissements]
  • 2:39 - 2:43
    Deuxièmement, si vous avez une idée de ce que vous voulez faire,
  • 2:43 - 2:45
    de ce pourquoi vous êtes ici,
  • 2:45 - 2:48
    alors allez-y et faites-le.
  • 2:48 - 2:50
    Et c'est bien plus dur qu'il n'y paraît
  • 2:50 - 2:53
    et parfois, au bout du compte, bien plus facile que vous ne l'auriez imaginé.
  • 2:53 - 2:56
    Parce qu'en principe vous avez des choses à faire
  • 2:56 - 2:59
    avant d'arriver là où vous voulez être.
  • 2:59 - 3:02
    Je voulais ecrire des BDs et des romans et des histoires et des films,
  • 3:02 - 3:04
    alors je suis devenu journaliste,
  • 3:04 - 3:07
    parce que les journalistes peuvent poser des questions
  • 3:07 - 3:09
    et aller tout simplement découvrir comment le monde tourne.
  • 3:09 - 3:12
    Et en plus, pour faire ces choses j'avais besoin d'écrire,
  • 3:12 - 3:14
    et d'écrire bien.
  • 3:14 - 3:16
    Et j'étais payé pour apprendre comment écrire
  • 3:16 - 3:20
    de manière économe, avec concision, parfois dans des conditions défavorables
  • 3:20 - 3:23
    et dans les temps.
  • 3:23 - 3:27
    Parfois, le chemin pour faire ce à quoi vous aspirez sera évident
  • 3:27 - 3:29
    Et parfois il sera presque impossible
  • 3:29 - 3:31
    de décider si vous faites ou non la bonne chose,
  • 3:31 - 3:34
    parceque vous aurez à équilibrer vos ambitions et vos espoirs
  • 3:34 - 3:36
    avec : vous nourrir,
  • 3:36 - 3:38
    payer vos dettes, trouver un boulot,
  • 3:38 - 3:40
    vous loger selon ce que vous pouvez avoir.
  • 3:40 - 3:43
    Quelquechose qui a fonctionné pour moi
  • 3:43 - 3:47
    était d'imaginer où je voulais être
  • 3:47 - 3:50
    - qui était un auteur, de fiction en premier lieu,
  • 3:50 - 3:54
    faisant de bons livres, de bonnes BDs,
  • 3:54 - 3:56
    de bons films
  • 3:56 - 3:58
    et de subvenir à mes besoins via mes mots -
  • 3:58 - 4:01
    imaginant que c'était une montagne,
  • 4:01 - 4:05
    une montagne distante, mon but.
  • 4:05 - 4:09
    Et je savais que tant que je continuerais à marcher vers la montagne,
  • 4:09 - 4:11
    tout irait bien.
  • 4:11 - 4:13
    Et quand vraiment je ne savais pas quoi faire
  • 4:13 - 4:15
    Je m'arrêtais et je me demandais
  • 4:15 - 4:18
    si ça me rapprochait ou m'éloignait
  • 4:18 - 4:20
    de la montagne.
  • 4:20 - 4:23
    J'ai refusé des piges dans des magazines
  • 4:23 - 4:26
    - du vrai travail, avec un vrai travail -
  • 4:26 - 4:29
    parce que je savais que, même si elles étaient tentantes,
  • 4:29 - 4:32
    elles m'auraient éloigné de la montagne.
  • 4:32 - 4:34
    Et si ces propositions étaient arrivées plus tôt
  • 4:34 - 4:36
    je les aurais probablement acceptées
  • 4:36 - 4:38
    parce qu'elles m'auraient quand même rapproché de la montagne
  • 4:38 - 4:41
    à ce moment là.
  • 4:41 - 4:43
    J'ai appris à écrire en écrivant.
  • 4:43 - 4:46
    J'avais tendance à faire tout ce qui ressemblait à une aventure
  • 4:46 - 4:49
    et à m'arrêter quand ça ressemblait à un travail
  • 4:49 - 4:53
    ce qui veut dire que ma vie ne ressemblait pas à un travail.
  • 4:53 - 4:59
    Troisièmement, quand on commence, on doit pouvoir gérer les problèmes de l'échec.
  • 4:59 - 5:01
    Vous devez avoir la peau dure,
  • 5:01 - 5:04
    apprendre que tous les projets ne peuvent pas survivre.
  • 5:04 - 5:07
    Une vie en freelance, une vie d'artiste,
  • 5:07 - 5:10
    c'est parfois comme de jeter des bouteilles à la mer
  • 5:10 - 5:14
    et espérer que quelqu'un trouvera l'une de vos bouteilles
  • 5:14 - 5:15
    l'ouvrira et lira le message
  • 5:15 - 5:19
    et mettra quelque chose dans une bouteille qui reviendra sur votre plage
  • 5:19 - 5:23
    - un compliment, ou une commande, ou de l'argent, ou de l'amour.
  • 5:23 - 5:27
    Et vous devez accepter que vous lancerez peut-être des centaines de choses
  • 5:27 - 5:30
    pour une seule bouteille qui vous reviendra.
  • 5:30 - 5:34
    Les problèmes de l'échec, les problèmes du découragement,
  • 5:34 - 5:36
    du désespoir, de la faim.
  • 5:36 - 5:38
    On veut que tout arrive, et on le veut maintenant
  • 5:38 - 5:40
    et ça se passe mal.
  • 5:40 - 5:44
    Mon premier livre, une oeuvre de journalisme que j'avais faite uniquement pour l'argent
  • 5:44 - 5:47
    et qui m'avait déjà permis d'acheter une machine à écrire électrique
  • 5:47 - 5:51
    grâce à l'avance, aurait dû être un best seller.
  • 5:51 - 5:53
    Il aurait dû me rapporter beaucoup d'argent,
  • 5:53 - 5:56
    si l'éditeur n'avait pas fait faillite
  • 5:56 - 5:58
    entre l'épuisement de la première édition
  • 5:58 - 6:00
    et la seconde édition qui ne parut jamais
  • 6:00 - 6:03
    et avant qu'on puisse me payer les droits d'auteur.
  • 6:03 - 6:04
    Il m'aurait rapporté beaucoup d'argent.
  • 6:04 - 6:06
    Et j'ai haussé les épaules
  • 6:06 - 6:08
    et j'avais quand même ma machine à écrire électrique
  • 6:08 - 6:10
    et assez d'argent pour payer le loyer quelques mois.
  • 6:10 - 6:13
    Et je décidai que je ferai de mon mieux dans le futur
  • 6:13 - 6:16
    pour ne pas écrire des livres juste pour l'argent.
  • 6:16 - 6:19
    Si on n'obtient pas l'argent, alors on n'a plus rien.
  • 6:19 - 6:22
    Et si je faisais des oeuvres dont j'étais fier, et que je n'obtenais pas l'argent,
  • 6:22 - 6:25
    au moins, il me restait l'oeuvre.
  • 6:25 - 6:27
    Et de temps en temps,
  • 6:27 - 6:28
    j'oublie cette règle
  • 6:28 - 6:31
    et à chaque fois que je l'oublie, l'univers me punit
  • 6:31 - 6:33
    et me la rappelle.
  • 6:33 - 6:36
    Je ne sais pas si c'est un problème pour d'autres que moi
  • 6:36 - 6:38
    mais il est vrai que rien de ce que j'ai fait
  • 6:38 - 6:40
    où la seule raison pour le faire était l'argent
  • 6:40 - 6:42
    n'a jamais valu le coup
  • 6:42 - 6:46
    sauf pour me servir d'amère expérience.
  • 6:46 - 6:48
    La plupart du temps, je finissais pas ne pas avoir l'rgent non plus.
  • 6:48 - 6:50
    [rires]
Titre:
Neil Gaiman Addresses the University of the Arts Class of 2012
Langue de la vidéo:
English
Durée:
19:55

sous-titres en French

Révisions Comparer les révisions