Retourner vers la vidéo

Netscape Mozilla Documentary 1998 - 2000 ProJect Code Rush - creative common licence

  • 0:17 - 0:20
    Je discute avec des tas de gens qui arrivent
  • 0:20 - 0:22
    à la recherche de l'expérience Silicon Valley.
  • 0:22 - 0:24
    Il se pointent, une valise à la main
  • 0:24 - 0:27
    et descendent vers le sud sur la 101
  • 0:27 - 0:30
    Ils veulent voir ce fameux endroit,
  • 0:30 - 0:35
    ses voies rapides et ses technopoles,
  • 0:35 - 0:38
    et ses centres commerciaux,
  • 0:38 - 0:40
    et ça ressemble à n'importe où ailleurs
  • 0:40 - 0:42
    ils finissent par se demander où ils sont
  • 0:42 - 0:43
    pourquoi ils sont venus,
  • 0:43 - 0:45
    ce qui les a incités à venir
  • 0:47 - 0:52
    Le code, c'est ça qui fait fonctionner les ordinateurs
  • 0:52 - 0:54
    S'il est si important pour le monde, c'est parce que
  • 0:54 - 0:58
    c'est le sang dans nos veines, c'est notre culture désormais.
  • 0:58 - 1:00
    Il fait tourner le monde
  • 1:02 - 1:05
    La technologie est maintenant vénérée dans notre société
  • 1:05 - 1:07
    Je veux dire que — les gens la craignent
  • 1:07 - 1:09
    et se prosternent devant les prêtres du code
  • 1:19 - 1:23
    Le logiciel est devenu une sorte de nouvelle zone frontière
  • 1:23 - 1:25
    vous savez cette vieille allégorie de la ruée vers l'or
  • 1:25 - 1:27
    Une nouvelle ruée vers l'or en Californie
  • 1:27 - 1:30
    comme Hollywood dans les années 20
  • 1:30 - 1:35
    Ce tout petit groupe est en train de définir
  • 1:35 - 1:37
    ce que sera le monde de demain
  • 1:37 - 1:40
    on voit bien que les ordinateurs sont partout
  • 1:40 - 1:42
    et la manière dont nous interagissons avec le monde,
  • 1:42 - 1:45
    de plus en plus par leur intermédiaire,
  • 1:46 - 1:48
    c'est ce tout petit groupe de personnes
  • 1:48 - 1:51
    qui définit ce que le monde va devenir.
  • 1:52 - 1:53
    Netscape !
  • 1:53 - 1:55
    partout !
  • 1:55 - 1:56
    équipe !
  • 1:56 - 1:57
    à l'assaut !
  • 1:58 - 1:59
    Il y a moins de trois ans
  • 1:59 - 2:02
    une petite équipe d'ingénieurs de Netscape Communications
  • 2:02 - 2:05
    a créé un logiciel qui rend facile la navigation sur Internet
  • 2:05 - 2:09
    et du même coup complètement révolutionné l'informatique
  • 2:10 - 2:13
    Pourtant, ce jour-là, la société a de sérieux ennuis
  • 2:13 - 2:17
    Elle a été mise KO par son concurrent, le géant du logiciel Microsoft
  • 2:17 - 2:20
    Seul un changement radical de stratégie pourra la sauver.
  • 2:21 - 2:23
    « Je veux l'entendre bien fort : Mozilla ! »
  • 2:23 - 2:28
    Mozilla ! Mozilla ! Mozilla !
  • 2:29 - 2:31
    Netscape va libérer son code source
  • 2:31 - 2:33
    pour tous les programmeurs hors de l'entreprise
  • 2:34 - 2:37
    Le code source est la formule secrète qui permet de naviguer sur le Web
  • 2:38 - 2:41
    Le code s'appelle Mozilla et s'il est largement adopté
  • 2:41 - 2:44
    le code de Netscape deviendra le standard d'Internet,
  • 2:44 - 2:46
    attirant les utilisateurs vers ses autres produits,
  • 2:46 - 2:49
    et remettant sur pied l'entreprise chancelante.
  • 2:50 - 2:52
    Notre histoire se concentre sur une équipe d'ingénieurs
  • 2:52 - 2:54
    qui vont se retrouver dans ce bâtiment
  • 2:55 - 2:56
    pendant toute l'année qui va suivre
  • 2:56 - 3:00
    ils vont mener une vie de dingues pour créer Mozilla
  • 3:00 - 3:03
    et combattre un concurrent colossal pour sauver leur entreprise
  • 3:03 - 3:05
    et influencer l'avenir de l'informatique.
  • 3:12 - 3:16
    Pour l'instant nous avons un problème avec le boulot, apparemment ce ne serait pas faisable
  • 3:16 - 3:19
    pour la date annoncée
  • 3:19 - 3:21
    alors on essaie juste de
  • 3:22 - 3:26
    comprendre à quel point on est foutus
  • 3:26 - 3:31
    et parfois le seul moyen pour ça
  • 3:31 - 3:33
    c'est de tous se rassembler et de se regarder dans le blanc des yeux
  • 3:33 - 3:36
    On a dit qu'on vous donnerait Netscape Communicator le 31 mars
  • 3:36 - 3:39
    alors si on peut pas le sortir le 31 mars
  • 3:39 - 3:40
    il faut qu'on trouve un moyen de régler ça
  • 3:41 - 3:45
    Le but est que les développeurs aient Mozilla d'ici le 31 mars
  • 3:45 - 3:47
    il ne reste que quelques semaines
  • 3:47 - 3:50
    c'est un des calendriers les plus ambitieux de l'histoire de l'entreprise.
  • 3:50 - 3:51
    — C'est une blague
  • 3:51 - 3:52
    — Je pense qu'on a été très sélectifs
  • 3:59 - 4:02
    Michael Toy, un des premiers employés de Netscape
  • 4:02 - 4:05
    dirige l'équipe qui prépare Mozilla pour la publication du code.
  • 4:08 - 4:11
    On est probablement fichus, on n'y arrivera probablement pas
  • 4:11 - 4:13
    Microsoft nous écrasera sûrement comme des moucherons de toute façon
  • 4:13 - 4:15
    mais ce n'est pas parce qu'on est foutus qu'on
  • 4:15 - 4:18
    ne peut pas se lever le matin et aller bosser
  • 4:19 - 4:21
    Mesdames et messieurs,
  • 4:22 - 4:25
    l'honorable Michael Toy, président de la séance.
  • 4:27 - 4:29
    Je ne sais pas expliquer à mes gosses ce que je fais.
  • 4:29 - 4:32
    Papa, c'est quoi ton travail ? Oh je sais pas, je vais à des réunions,
  • 4:32 - 4:35
    je déprime et je lis des emails.
  • 4:35 - 4:36
    Oh oh ! Tu m'as eu !
  • 4:36 - 4:39
    Mais pour eux mon bureau est le meilleur endroit du monde.
  • 4:39 - 4:41
    C'est genre « Oh ! On va à ton bureau ? »
  • 4:41 - 4:43
    « Ouais, youpi ! J'adore aller à ton bureau ! »
  • 4:43 - 4:46
    Ils jouent avec les pistolets et il y a du soda à volonté
  • 4:46 - 4:48
    et puis les boules géantes
  • 4:48 - 4:52
    en gros, à leurs yeux, je travaille à Disneyland
  • 4:52 - 4:54
    Je parle de la différence entre marathon et sprint.
  • 4:54 - 4:57
    Ce qui est dur, c'est de courir avec la même énergie jusqu'au bout
  • 4:57 - 5:00
    en sachant que si jamais on s'arrête de marcher
  • 5:00 - 5:02
    on ne va pas y arriver, et qu'il faut garder la ligne d'arrivée en ligne de mire
  • 5:02 - 5:04
    en sachant que maintenant il faut foncer.
  • 5:05 - 5:08
    Jim Roskind, expert en sécurité des logiciels
  • 5:08 - 5:11
    est appelé pour faire respecter les standards rigoureux de précision de l'ingénierie
  • 5:11 - 5:13
    Imaginez que vous soyez sur un projet
  • 5:13 - 5:15
    et que vous sentiez que l'échec est imminent
  • 5:15 - 5:17
    tous les divers acteurs se demandent
  • 5:17 - 5:18
    s'ils vont au-delà de leurs limites
  • 5:18 - 5:20
    est-ce qu'ils peuvent aller plus vite encore ?
  • 5:20 - 5:21
    quelqu'un peut-il les aider ?
  • 5:22 - 5:23
    Donc la tension est à son comble
  • 5:23 - 5:26
    et il y a beaucoup d'anxiété quand au respect des délais.
    Quand ou quant ?
  • 5:27 - 5:30
    Jamie Zawinski, un évangéliste du logiciel libre
  • 5:30 - 5:33
    va rallier des développeurs extérieurs à la cause de Netscape.
  • 5:33 - 5:36
    Le logiciel libre essaye de changer les règles.
  • 5:37 - 5:40
    Il existe des gens qui ont foi en le logiciel libre
  • 5:40 - 5:42
    ils ont tous en commun d'être des bidouilleurs
  • 5:42 - 5:45
    ils apprécient tous d'écrire du code
  • 5:46 - 5:49
    alors on espère s'appuyer sur ces individus brillants
  • 5:49 - 5:52
    et obtenir quelque chose d'eux, pour que tout le monde y gagne.
  • 5:56 - 5:59
    Je parle d'environ 2,5 millions de lignes de code
  • 5:59 - 6:01
    et chacune d'entre elle doit être relue
  • 6:01 - 6:03
    avec attention et parfois plusieurs fois.
  • 6:08 - 6:10
    Avec des centaines d'ingénieurs travaillant sur Mozilla,
  • 6:10 - 6:12
    tapant du code neuf pour permettre sa publication,
  • 6:12 - 6:14
    Tara Hernandez s'assure
  • 6:14 - 6:16
    que leurs changements ne font pas planter Mozilla
  • 6:16 - 6:18
    ce qui arrêterait toute activité.
  • 6:18 - 6:19
    Voilà comment on suit
  • 6:19 - 6:21
    tous les changements qui sont faits.
  • 6:21 - 6:22
    Tant que c'est vert, ça va.
  • 6:24 - 6:26
    Ça bouge énormément par ici,
  • 6:26 - 6:27
    et paf, la compilation est morte.
  • 6:27 - 6:30
    D'accord, aurevoir.
  • 6:34 - 6:35
    On est foutus.
  • 6:36 - 6:39
    Certains des pires plantages sont réservés à Scott Collins
  • 6:39 - 6:41
    un développeur expérimenté qui veille tard dans la nuit
  • 6:41 - 6:43
    pour éradiquer les bogues.
  • 6:46 - 6:48
    Je suis ici depuis environ
  • 6:48 - 6:50
    je ne sais pas, 60 heures.
  • 6:50 - 6:52
    Développer un logiciel c'est pas du tout
  • 6:52 - 6:54
    comme vendre de l'immobilier.
  • 6:55 - 6:57
    Dans l'immobilier on vend à des personnes
  • 6:57 - 6:58
    et ces personnes dorment la nuit.
  • 6:58 - 7:01
    Et quand elles dorment c'est inutile de vendre de l'immobilier
  • 7:01 - 7:02
    Les ordinateurs ne dorment jamais.
  • 7:06 - 7:08
    Vous pouvez voir que mon coin est un peu mieux aménagé
  • 7:08 - 7:10
    que les autres.
  • 7:11 - 7:13
    J'ai un bon canapé
  • 7:13 - 7:16
    un petit matelas sur lequel je peux dormir
  • 7:16 - 7:17
    des dessins de mes enfants
  • 7:17 - 7:19
    et l'accès aux interrupteurs.
  • 7:19 - 7:22
    Voilà ce que je voudrais avoir. Si ma femme m'aime
  • 7:22 - 7:23
    vraiment elle me laissera faire.
  • 7:24 - 7:26
    La vie est belle.
  • 7:31 - 7:31
    D'accord
  • 7:32 - 7:33
    Décompte des bogues.
  • 7:33 - 7:37
    Bon, il y a une tonne de bogues ici
  • 7:37 - 7:39
    et personne ne s'en occupe.
  • 7:39 - 7:41
    Pour publier leur code
  • 7:41 - 7:44
    les ingénieurs de Netscape doivent résoudre des milliers de bogues.
  • 7:44 - 7:46
    Souvent ce sont d'infimes changements qui permetteront
  • 7:46 - 7:48
    à d'autres développeurs d'utiliser le code.
  • 7:49 - 7:51
    Jeff Weinstein en a un, deux,
  • 7:51 - 7:52
    trois, quatre, cinq, six,
  • 7:52 - 7:54
    sept, huit, neuf, dix,
  • 7:54 - 7:56
    onze, douze, treize.
  • 7:56 - 7:58
    Un bogue caché dans la masse de code
  • 7:58 - 7:59
    peut bloquer le travail de tout le monde
  • 7:59 - 8:01
    et menacer la date de sortie.
  • 8:01 - 8:03
    Je veux que quelqu'un bippe Jeff Weinstein
  • 8:03 - 8:05
    et lui dise d'appeler au 2024.
  • 8:05 - 8:08
    Même dans une équipe de 20 personnes qui assemblent
  • 8:08 - 8:10
    une voiture, c'est facile de revenir en arrière, regarder et dire :
  • 8:10 - 8:12
    « Arrêtez tout, ce gars n'as pas mis la roue »
  • 8:12 - 8:15
    Quarante programmeurs travaillent
  • 8:15 - 8:17
    ils apportent tous leur code, formant un énorme amas
  • 8:17 - 8:20
    de petits détails empilés sur un disque
  • 8:20 - 8:22
    d'habitude on voit les éléments qui fonctionnent séparément
  • 8:22 - 8:24
    mais il faut tout assembler
  • 8:24 - 8:25
    et voir si tout marche ensemble
  • 8:25 - 8:27
    et là vous ne savez même pas qui a causé le problème.
  • 8:32 - 8:34
    C'est pas bon, on descend, viens !
  • 8:34 - 8:36
    Vous parlez d'une recette.
  • 8:36 - 8:37
    Qui vous a donné la mauvaise farine ?
  • 8:37 - 8:38
    Quelqu'un est sorti moudre de la farine,
  • 8:38 - 8:40
    et il devait y avoir exactement
  • 8:40 - 8:42
    la bonne quantité de farine.
  • 8:42 - 8:43
    Un autre a fait des pépites de chocolat
  • 8:43 - 8:45
    qui devaient toutes être de la bonne taille.
  • 8:45 - 8:47
    Vous ne pouvez pas le voir avant de tout assembler
  • 8:47 - 8:48
    Vous proposez une part et les gens testent.
  • 8:48 - 8:49
    « Je n'aime pas le goût »
  • 8:51 - 8:52
    Et maintenant vous devez chercher,
  • 8:52 - 8:54
    parmi tous ces détails
  • 8:54 - 8:56
    lequel est le problème
  • 8:56 - 8:58
    qui cause le problème, comment vous allez pouvoir le résoudre.
  • 8:58 - 9:00
    Vous devez livrer à un moment donné.
  • 9:00 - 9:02
    Et maintenant vous avez tous ces gens,
  • 9:02 - 9:05
    et l'heure tourne, ça devient vraiment tendu.
  • 9:05 - 9:07
    Depuis les débuts de Netscape,
  • 9:07 - 9:09
    la quantité de code composant Mozilla
  • 9:09 - 9:11
    a augmenté d'un facteur 30.
  • 9:11 - 9:13
    Le travail de programmation et de débogage
  • 9:13 - 9:16
    repose sur un équilibre précaire entre science et art.
  • 9:19 - 9:22
    Ils parlent de ce qu'ils font comme si
  • 9:22 - 9:25
    c'était une sorte d'alchimie, de sorcellerie.
  • 9:25 - 9:28
    Cet aspect me rappelle l'athlétisme.
  • 9:28 - 9:30
    Vous savez pourquoi quelqu'un est un bon batteur au baseball ?
  • 9:31 - 9:33
    Souvent les batteurs eux-même ne savent pas.
  • 9:34 - 9:36
    Et souvent les meilleurs informaticiens
  • 9:36 - 9:40
    ne comprennent pas eux-mêmes pourquoi ils sont si bons.
  • 9:40 - 9:44
    Mais je pense que c'est une question d'éducation.
  • 9:44 - 9:47
    Dans mon équipe chez Netscape, je pense qu'on a tous grandi là dedans
  • 9:47 - 9:51
    Nous avons tous grandi entourés d'ordinateurs,
  • 9:51 - 9:54
    nous vivions donc avec eux avant de devenir adultes,
  • 9:55 - 9:58
    si l'un d'entre nous l'est vraiment devenu.
  • 9:58 - 10:00
    Jim est le plus mature d'entre nous.
  • 10:02 - 10:05
    Une grande partie de mon enfance, de 6 à 17 ans environ
  • 10:05 - 10:06
    s'est passée ici.
  • 10:07 - 10:10
    La vie était infernale, c'est un endroit vraiment effrayant
  • 10:10 - 10:12
    Les deux écoles pouvaient aller.
  • 10:12 - 10:14
    Ah, mais ça voulait dire quelque chose.
  • 10:14 - 10:17
    Il fallait résoudre des puzzles et des problèmes.
  • 10:18 - 10:20
    Tout ça c'est des mathématiques
  • 10:20 - 10:23
    et ce questionnement est la même sensation,
  • 10:23 - 10:25
    exactement le même problème auquel on se confronte
  • 10:25 - 10:26
    lorsque l'on programme.
  • 10:27 - 10:30
    Quand j'étais petit, c'était avec des kits de Mécano et de Lego.
  • 10:30 - 10:33
    Aujourd'hui, on construit avec des briques logicielles.
  • 10:34 - 10:36
    Ma maman est une vraie geek aussi.
  • 10:37 - 10:40
    Ce qui fait que j'ai une expérience unique ; je peux
  • 10:40 - 10:43
    parler boulot avec elle, parce qu'elle est responsable
  • 10:43 - 10:45
    de trucs super importants chez Sun.
  • 10:48 - 10:51
    Chez Netscape, pour savoir si l'utilisateur moyen
  • 10:51 - 10:52
    saura utiliser le logiciel, on dit
  • 10:52 - 10:54
    « Est-ce que ta maman peut l'utiliser ? »
  • 10:55 - 10:57
    Moi oui, ma maman peut l'utiliser.
  • 10:57 - 10:59
    Ma maman sait écrire des compilateurs optimisants.
  • 11:02 - 11:05
    Quand j'avais 12 ans, je gagnais 50 dollars de l'heure
  • 11:05 - 11:06
    en programmant des ordinateurs.
  • 11:07 - 11:11
    Les gens me demandaient « et qu'est-ce que tu feras quand tu seras grand… »
  • 11:11 - 11:12
    Je disais programmeur d'ordinateurs.
  • 11:16 - 11:20
    Le truc qui en fait une culture de jeunes
  • 11:20 - 11:23
    c'est de pouvoir se jeter dedans à corps perdu
  • 11:23 - 11:24
    Dans ces boîtes
  • 11:26 - 11:28
    un engagement à vie signifie
  • 11:28 - 11:31
    s'engager à travailler 24h/24h, 7 jours sur 7 et 365 jours par an
  • 11:33 - 11:35
    C'est se plonger dans quelque chose
  • 11:35 - 11:37
    sans savoir si ce travail
  • 11:37 - 11:38
    sera encore là longtemps.
  • 11:38 - 11:40
    Il n'y a pas de stabilité ici.
  • 11:40 - 11:43
    C'est l'étrange ironie de la chose,
  • 11:43 - 11:46
    les gens qui inventent le futur
  • 11:46 - 11:47
    ne connaissent pas leur propre avenir.
  • 11:48 - 11:50
    C'est une vie de reclus
  • 11:50 - 11:52
    Il y a peu de femmes dans ces sociétés.
  • 11:52 - 11:54
    Ce sont des sociétés masculines,
  • 11:54 - 11:56
    des sociétés secrètes,
  • 11:56 - 11:59
    avec un fonctionnement proche des francs-maçons
  • 11:59 - 12:01
    ou d'un gang de rue.
  • 12:01 - 12:02
    Mauvais !
  • 12:04 - 12:06
    Mauvais ! Mauvais !
  • 12:06 - 12:06
    Mauvais homme !
  • 12:06 - 12:07
    Pourquoi suis-je un homme mauvais ?
  • 12:07 - 12:08
    Avez-vous ou non entendu quelqu'un demander
    Pourquoi je suis un homme mauvais ?
  • 12:08 - 12:09
    Avez-vous ou non entendu un homme demander :
  • 12:09 - 12:11
    Si vous avez laissé un bogue dans la source, vous devez être
  • 12:11 - 12:12
    ici à 13h30.
  • 12:12 - 12:13
    Je croyais que c'était à 14h30.
  • 12:14 - 12:16
    Maintenant tu es mauvais et bête.
  • 12:16 - 12:16
    (rires)
  • 12:16 - 12:18
    Tu le sais, que je suis dans un fuseau horaire différent.
  • 12:18 - 12:20
    Je pensais que la bêtise était quand même une excuse.
  • 12:20 - 12:23
    Plein de gens chez Netscape ne sortent pas beaucoup
  • 12:23 - 12:25
    parce qu'ils sont au boulot tout le temps
  • 12:25 - 12:27
    mais la plupart de leurs interactions sociales, je pense
  • 12:27 - 12:29
    qu'elles tournent autour du travail, simplement
  • 12:29 - 12:32
    parce que beaucoup passent énormément de temps au travail.
  • 12:32 - 12:33
    Salut Chris, c'est Tara
  • 12:34 - 12:35
    Hum, est-ce que tu m'aimes vraiment ?
  • 12:36 - 12:37
    Bien.
  • 12:37 - 12:39
    Qu'est-ce que tu sais à propos du threading
  • 12:39 - 12:41
    ça tombe dans le JavaScript et Java l'alimente ?
  • 12:42 - 12:44
    La seule chose à la quelle on tient vraiment
  • 12:44 - 12:46
    c'est l'endroit où on bosse, un genre de village moderne.
  • 12:47 - 12:49
    Les gens vous connaissent
  • 12:49 - 12:52
    ils haussent les épaules à vos blagues pourries.
  • 12:54 - 12:56
    Ça crée une sorte de vie de famille
  • 12:56 - 12:58
    et de proximité qui n'existe pas ailleurs
  • 12:58 - 12:59
    Paul
  • 12:59 - 13:02
    on va sortir dans deux minutes pour se trouver à manger
  • 13:02 - 13:04
    et on fera les idiots. Ça t'intéresse ?
  • 13:04 - 13:06
    Ouais, ouais, ça marche.
  • 13:06 - 13:09
    Bon, le but de cette réunion n'est pas de taper sur les gens,
  • 13:09 - 13:11
    le but de cette réunion est de nous assurer
  • 13:11 - 13:14
    que nous sommes une entreprise totalement concentrée
  • 13:14 - 13:15
    sur l'objectif zéro bogue
  • 13:16 - 13:19
    nous nous y sommes consacrés modérément jusqu'à présent
  • 13:19 - 13:21
    il faut s'en occuper à mort
  • 13:21 - 13:22
    à partir de tout de suite.
  • 13:22 - 13:25
    OK, Jeff Weinstein
  • 13:25 - 13:27
    est-il dans cette pièce ?
  • 13:28 - 13:29
    Non, pas ici.
  • 13:29 - 13:31
    Il ne s'est pas pointé du week-end, vrai ou faux ?
  • 13:31 - 13:33
    On ne l'a pas vu ce week-end
  • 13:33 - 13:34
    Il n'a pas répondu à ses mails
  • 13:34 - 13:35
    ni répondu aux coups de fil non plus.
  • 13:35 - 13:38
    Son message d'absence indique qu'il est avec le reste de la bande
  • 13:38 - 13:40
    (rires)
  • 13:40 - 13:43
    Un vieux dicton dit qu'essayer d'encadrer des programmeurs
  • 13:43 - 13:45
    c'est comme essayer de dresser des chats.
  • 13:45 - 13:47
    Vous savez, vous voulez qu'ils soient comme des chats
  • 13:47 - 13:49
    si vous aimez les chats bien sûr, vous désirez ce qui les rend uniques
  • 13:49 - 13:51
    comme animaux
  • 13:51 - 13:54
    Mais ils n'aiment vraiment pas tous suivre le même chemin.
  • 13:55 - 13:57
    En moins de quatre ans,
  • 13:57 - 13:59
    Netscape est passé d'une poignée d'employés
  • 13:59 - 14:01
    à plus de 200
  • 14:01 - 14:03
    Et parfois, savoir où est passé un programmeur
  • 14:03 - 14:04
    devient encore un nouveau problème
  • 14:04 - 14:06
    à surmonter pour l'équipe du navigateur.
  • 14:06 - 14:07
    Je dirais qu'il n'est pas ici.
  • 14:07 - 14:10
    J'en ai l'intuition, comme ça au jugé.
  • 14:10 - 14:11
    Il n'est pas là.
  • 14:12 - 14:14
    C'était quand la dernière fois qu'il était là ?
  • 14:14 - 14:15
    Cet après-midi.
  • 14:15 - 14:17
    OK
  • 14:17 - 14:20
    Tara et moi on est prêts à se défouler sur lui
  • 14:20 - 14:23
    Et puis si vous le voyez quand il revient, dites-lui
  • 14:23 - 14:26
    de paniquer un peu, de rappliquer, et qu'on est genre
  • 14:26 - 14:27
    maintenant dans la merde sur Mac avec ce truc.
  • 14:27 - 14:28
    Dans la merde !
    Actuellement dans la merde sur Mac avec ce truc.
  • 14:28 - 14:28
    Dans la merde !
  • 14:28 - 14:31
    Celui qui s'occupe de Mac attend des informations, n'est-ce pas ?
  • 14:31 - 14:34
    Vous devriez faire le tour de la boîte en hurlant à tout le monde « dans la merde ! »
  • 14:37 - 14:39
    Si Netscape est dans le pétrin, c'est surtout à cause de cet homme
  • 14:39 - 14:42
    Bill Gates, fondateur de la société Microsoft
  • 14:42 - 14:44
    qui en a fait l'homme le plus riche, et sans doute même
  • 14:44 - 14:46
    l'homme le plus puissant au monde.
  • 14:47 - 14:50
    Très bien, si on peut se faire servir, on aimerait commencer.
  • 14:50 - 14:51
    Considérant que le navigateur Netscape
  • 14:51 - 14:54
    était une menace potentielle pour son empire informatique,
  • 14:54 - 14:55
    Gates s'est empressé
  • 14:55 - 14:57
    de rendre son navigateur gratuit
  • 14:58 - 14:59
    et, selon Netscape,
  • 14:59 - 15:02
    de mettre en œuvre des pratiques commerciales injustes
  • 15:02 - 15:04
    pour lui voler ses clients.
  • 15:04 - 15:05
    Mais on doit aujourd'hui étudier
  • 15:05 - 15:07
    si vous et votre compagnie
  • 15:07 - 15:08
    avez dépassé les bornes
  • 15:08 - 15:10
    ou si au contraire
  • 15:10 - 15:12
    c'est juste une critique gratuite de rivaux mécontents.
  • 15:13 - 15:15
    Jim Barksdale, PDG de Netscape,
  • 15:15 - 15:17
    défend le dossier de sa société devant le Sénat.
  • 15:17 - 15:20
    Et assurément, personne ici dans ce comité n'est
  • 15:20 - 15:21
    un plus grand admirateur de M. Gates
  • 15:21 - 15:22
    ou de sa société que je ne le suis.
  • 15:22 - 15:24
    Mais nous demandons que Microsoft
  • 15:24 - 15:25
    Soit tenu pour responsable
  • 15:25 - 15:26
    de certaines de ses actions.
  • 15:26 - 15:29
    Des actions d'intimidation des fabricants assembleurs d'ordinateurs
  • 15:29 - 15:32
    pour qu'ils utilisent leurs produits, ainsi que des pratiques d'exclusion
  • 15:32 - 15:34
    qui les empêchent d'utiliser mes produits.
  • 15:34 - 15:36
    Toutes les entreprises ne réussissent pas.
  • 15:36 - 15:39
    Certaines ne résistent pas au changement.
  • 15:39 - 15:43
    C'est de cette façon que fonctionne la technologie dans un marché libre.
  • 15:43 - 15:46
    Le succès de l'industrie du logiciel
  • 15:46 - 15:48
    n'est pas conduit par une régulation du gouvernement
  • 15:49 - 15:52
    mais par la liberté et un désir fondamental de l'Homme
  • 15:52 - 15:54
    d'apprendre, d'innover et d'exceller.
  • 15:54 - 15:57
    Pendant ce temps, à plusieurs milliers de kilomètres de là
  • 15:57 - 16:00
    les programmeurs de Netscape continuent à travailler contre la montre
  • 16:00 - 16:02
    dans une course permettant à Mozilla de tenir sa date de sortie.
  • 16:02 - 16:05
    Ces gars essaient de travailler avec une grande constance
  • 16:05 - 16:07
    ils vont donc continuer à travailler jusqu'à ce qu'ils aient fini et ne s'arrêteront pas.
  • 16:07 - 16:09
    Ils n'ont pas besoin de manger, ils n'ont pas besoin de dormir,
  • 16:09 - 16:10
    ils n'ont besoin de rien
  • 16:10 - 16:13
    OK, ils sont donc payés, mais…
  • 16:15 - 16:17
    Il y a quelques temps de ça, des gens d'Harvard sont venus et ont dit
  • 16:17 - 16:19
    « Bien, comment développez-vous un logiciel ? Nous écrivons un livre »
  • 16:19 - 16:21
    et j'ai discuté avec eux de tous les trucs que je pensais
  • 16:21 - 16:22
    être très importants et ils étaient là…
  • 16:22 - 16:24
    j'ai eu l'impression qu'ils hochaient la tête sans arrêt,
  • 16:24 - 16:26
    en se disant : « Mince alors, il ne connaît pas le Principe N°7
  • 16:26 - 16:28
    …et pas plus le Principe N°22 »
  • 16:28 - 16:31
    et dans un sens ils avaient raison… je n'en ai pas la moindre idée
  • 16:31 - 16:33
    C'est vrai que je suis plutôt du genre à…
  • 16:33 - 16:36
    chaque jour on se lève le matin et on se dit
  • 16:36 - 16:38
    avec ce que je sais aujourd'hui
  • 16:38 - 16:41
    quel est le meilleur chemin pour aller vers notre but commun ?
  • 16:42 - 16:44
    Moi ou bien avec vous trois
  • 16:44 - 16:47
    n'avons pas le temps de parcourir les deux millions de lignes de code source
  • 16:48 - 16:49
    pour voir s'il ne reste pas de problèmes.
  • 16:52 - 16:54
    C'est par là qu'on va
  • 16:54 - 16:56
    notre cible est Jeff Weinstein.
  • 16:57 - 16:59
    Le 31 mars n'est plus que dans quelques jours
  • 16:59 - 17:02
    L'équipe ne peut pas continuer sans que Jeff Weinstein
  • 17:02 - 17:05
    un expert d'une des parties les plus obscures du code de Netscape
  • 17:05 - 17:08
    n'ait trouvé le temps de résoudre les bogues de sa liste.
  • 17:08 - 17:09
    Comment tu vas ?
  • 17:09 - 17:09
    Ok
  • 17:10 - 17:11
    Bon, très bien
  • 17:11 - 17:12
    vous êtes officiellement la personne
  • 17:12 - 17:14
    dont le cas est le plus désespéré de l'entreprise, monsieur.
  • 17:18 - 17:21
    celui-là je peux le fermer, je reste sur celui-ci
  • 17:21 - 17:23
    ouais un paquet de ceux-là
  • 17:23 - 17:26
    Hm si tout se passe bien j'en aurai fait la plupart d'ici ce soir
  • 17:26 - 17:28
    Son objectif était de rester ici toute la nuit
  • 17:28 - 17:29
    et d'en venir complètement à bout.
  • 17:29 - 17:32
    La bonne nouvelle c'est qu'en fait je pense que vers…
  • 17:32 - 17:34
    Je ne sais plus s'il était 9h ou 11h du soir
  • 17:34 - 17:36
    il avait réellement terminé.
  • 17:39 - 17:40
    Ouais !
  • 17:40 - 17:42
    L'approche d'un jalon critique
  • 17:42 - 17:44
    est une bonne raison de faire la fête.
  • 17:47 - 17:49
    Et il reste un ticket
  • 17:49 - 17:51
    et celui-là est vraiment difficile
  • 17:51 - 17:53
    Ne me force pas à te tuer, ferme le 4330.
  • 17:53 - 17:55
    Je vais fermer le 4330.
  • 17:56 - 17:58
    Le nombre de tickets est faible
  • 17:58 - 18:00
    il y a quelques tickets qui ne sont pas encore fermés
  • 18:00 - 18:02
    mais la plupart ne sont que de petites choses ennuyeuses
  • 18:02 - 18:04
    Certains sont restés accrochés !
  • 18:09 - 18:13
    Que tout le monde remercie et loue… les puissances qui ont permis que ce tas
  • 18:13 - 18:16
    de gens qui ont travaillé vraiment très durement cette semaine puissent réaliser l'impossible.
  • 18:18 - 18:21
    Il y a cette phrase magique de Michael Toy a inventée
  • 18:21 - 18:23
    qui est « Zarro Boogs », hm
  • 18:23 - 18:25
    qui n'est pas totalement parfaite
  • 18:25 - 18:26
    mais qui est suffisamment parfaite
  • 18:26 - 18:28
    pour dire zéro bogue / « zarro boogs ».
  • 18:28 - 18:30
    Vous avez un écran de rechange à l'étage ?
  • 18:30 - 18:32
    Oui j'ai un écran de rechange.
  • 18:32 - 18:34
    C'est le premier gros test
  • 18:34 - 18:38
    Est-ce que quelqu'un de l'extérieur sera capable de faire fonctionner Mozilla ?
  • 18:38 - 18:42
    Sinon, Netscape a un gros risque de rater l'échéance du 31 mars
  • 18:42 - 18:44
    Je pensais que ce serait quelque chose d'énorme,
  • 18:44 - 18:45
    Je pensais que ça serait de l'ordre d'une centaine,
  • 18:45 - 18:47
    de personnes, voire 200, ici toutes alignées
  • 18:47 - 18:50
    à la façon soviétique.
  • 18:50 - 18:52
    On est presque aussi organisés.
  • 18:53 - 18:55
    On dirait que tout est là, allons-y !
  • 18:56 - 19:00
    Wow ! Très bien, la manière dont c'est construit est assez simple.
  • 19:00 - 19:03
    C'est juste qu'il y a un ensemble de scripts qui sont configurés
  • 19:03 - 19:05
    pour dire exactement quoi compiler et ensuite
  • 19:05 - 19:08
    ils sont tous agglutinés dans Mozilla, du moins je l'espère.
  • 19:10 - 19:12
    — Voilà c'est fait
    — Ouais
  • 19:12 - 19:15
    Si vous arrivez à le faire fonctionner, ça veut dire que n'importe qui peut.
  • 19:15 - 19:16
    C'est vrai.
  • 19:23 - 19:28
    (applaudissements, cris de triomphe)
  • 19:31 - 19:34
    — Et regarde dans la partie à propos !
    — …Regarde si c'est pas mignon…
  • 19:36 - 19:39
    — Oh, ça a de l'allure
  • 19:39 - 19:42
    — Ouais, c'est…
    — Non, je ne pense pas que ça fonctionne.
  • 19:42 - 19:44
    — Bien, va sur le…
    — Bien
    — Oh…
    — Gros plantage…
  • 19:44 - 19:46
    — Sacré tir dans le pied…
  • 19:50 - 19:51
    En fait ça se passe plutôt vraiment bien
  • 19:51 - 19:53
    Je ne pensais pas qu'on arriverait réellement à ce que quelqu'un
  • 19:53 - 19:54
    puisse compiler ça aussi rapidement.
  • 19:54 - 19:57
    On a eu à faire un petit changement, et ça a fonctionné !
  • 19:58 - 20:00
    Avec le code source presque prêt à diffuser,
  • 20:00 - 20:02
    Netscape doit expliquer l'importance
  • 20:02 - 20:03
    de Mozilla à la presse.
  • 20:03 - 20:06
    En gros ce que ce nous voulons faire c'est leur donner une petite partie de l'historique
  • 20:07 - 20:12
    et ensuite nous voulons aborder ce qui va se passer réellement demain.
  • 20:12 - 20:14
    L'autre chose importante qu'ils doivent comprendre
  • 20:14 - 20:20
    c'est que c'est quelque chose de super cool.
  • 20:20 - 20:25
    — Bonjour, Forrester
    — Bonjour, passez-moi Stan Dolberg et heu Eric Brown s'il vous plait.
  • 20:25 - 20:26
    — Une seconde.
  • 20:30 - 20:32
    — Vous êtes sur la boite vocale de Stan Dolberg – je vous transfère maintenant
  • 20:32 - 20:34
    — Bonjour, Forrester.
  • 20:34 - 20:35
    — Bonjour, c'est Maggie Young.
  • 20:35 - 20:37
    J'appelle pour Netscape et j'ai prévu
  • 20:37 - 20:40
    une conférence téléphonique avec Stan Dolberg et Eric Brown
  • 20:40 - 20:42
    et je viens de tomber sur la boite vocale de Stan.
  • 20:42 - 20:45
    Netscape espère que la presse accueillera Mozilla avec le même enthousiasme
  • 20:45 - 20:48
    qu'ils avaient pour la société à ses débuts.
  • 20:48 - 20:53
    À 11h ce matin, les actions de Netscape ont été mises sur le marché et Wall Street est devenu fou
  • 20:53 - 20:56
    L'offre initiale était à 38$ l'action,
  • 20:56 - 20:58
    Netscape est monté à 72$ en quelques minutes…
  • 20:58 - 21:02
    L'action s'est appréciée à un niveau extraordinaire
  • 21:02 - 21:05
    dans les tous premiers jours et semaines
  • 21:05 - 21:07
    qui ont suivi son introduction.
  • 21:07 - 21:09
    C'est la plus grosse introduction en bourse
  • 21:09 - 21:12
    de toute l'Histoire de Wall Street.
  • 21:16 - 21:18
    — Bonjour, Forrester
  • 21:19 - 21:20
    — Bonjour, c'est Josh Walker.
  • 21:20 - 21:24
    Aujourd'hui, moins de trois ans après son introduction en bourse record,
  • 21:24 - 21:27
    l'histoire de Netscape engendre une réponse différente.
  • 21:27 - 21:28
    — Salut ici
    — Yo
  • 21:28 - 21:31
    — Comme vous le savez, demain c'est le 31 mars
  • 21:31 - 21:34
    — Donc ça veux dire que le code source sera rendu
  • 21:34 - 21:36
    disponible à la communauté de développeurs.
  • 21:36 - 21:37
    Et nous pensions que nous pourrions
  • 21:37 - 21:39
    vous transmettre l'information et vous guider
  • 21:39 - 21:41
    dans ces changements et voir si vous avez quelques questions.
  • 21:41 - 21:46
    — Soit je suis cérébralement mort ou alors il faut beaucoup d'efforts pour communiquer
  • 21:46 - 21:50
    et donc je me demande si, bien que vous sachiez tous
  • 21:50 - 21:53
    ce que cela signifie, je n'ai pas l'impression
  • 21:53 - 21:57
    que la presse prenne correctement le relais.
  • 21:57 - 21:59
    — C'est vrai, je pense que ce sont de bonnes remarques.
  • 21:59 - 22:02
    En ouvrant le code source, ce que nous faisons c'est étendre notre communauté de développeurs
  • 22:02 - 22:04
    depuis les gens au sein de Netscape
  • 22:04 - 22:06
    vers des centaines de milliers de développeurs
  • 22:06 - 22:07
    à l'extérieur de Netscape
  • 22:07 - 22:10
    donc ce n'est plus seulement Netscape contre Microsoft.
  • 22:10 - 22:12
    C'est Netscape et tous ceux rattachés,
  • 22:12 - 22:14
    vous savez, notre communauté virtuelle.
  • 22:14 - 22:17
    — Je pense que beaucoup croient que Netscape
  • 22:17 - 22:20
    n'est plus en position de continuer
  • 22:20 - 22:22
    la compétition avec Microsoft
  • 22:22 - 22:25
    sur le front des navigateurs et que
  • 22:25 - 22:28
    pour résumer, vous avez abandonné sur le navigateur.
  • 22:32 - 22:36
    Cela a été bien plus simple que je ne le pensais à l'origine.
  • 22:36 - 22:36
    Vraiment.
  • 22:38 - 22:41
    J'attends toujours le gros souci sur la route
  • 22:41 - 22:42
    celui qui va arriver à un moment entre maintenant
  • 22:42 - 22:44
    et demain après-midi.
  • 22:44 - 22:45
    Dans le développement logiciel, il y a
  • 22:45 - 22:47
    toujours un nid de poule sur la route.
  • 22:47 - 22:49
    On veut juste entendre le point de vue d'Apple
  • 22:49 - 22:54
    Ils ne sont pas tout à fait à l'aise à propos
  • 22:54 - 22:56
    des droits sur le brevet ou
  • 22:56 - 22:58
    quoi que ce soit que nous ayons essayé de faire pour le corriger pour eux.
  • 22:58 - 23:01
    Donc la dernière chose venant de la part de leur avocat :
  • 23:01 - 23:04
    « bon dieu, je ne sais pas si l'on aura une protection suffisante. »
  • 23:04 - 23:09
    Mozilla utilise un petit bout de code d'Apple dont les droits n'ont pas été donnés pour une licence libre.
  • 23:09 - 23:11
    — OK.
    — On doit passer au niveau supérieur.
  • 23:12 - 23:13
    — Bonjour, ici Mark Andreesen,
  • 23:13 - 23:16
    J'ai appelé il y a quelques instants, et laissé un message
  • 23:16 - 23:19
    on essaye d'obtenir – le problème c'est que je n'arrive à obtenir personne
  • 23:19 - 23:20
    il n'y a personne au standard d'Apple
  • 23:20 - 23:22
    donc j'ai du mal à obtenir les numéros de téléphone des gens.
  • 23:22 - 23:23
    Super.
  • 23:25 - 23:26
    Attendez, 6 2 0.
  • 23:35 - 23:37
    Afin de sortir Mozilla le lendemain matin,
  • 23:37 - 23:39
    Scott Collins est appelé
  • 23:39 - 23:41
    pour remplacer le code d'Apple par une invention personnelle.
  • 23:41 - 23:44
    Et théoriquement on pense que c'est possible.
  • 23:44 - 23:47
    C'est mon dernier bug. Quand je le terminerai,
  • 23:47 - 23:51
    je pourrai me reposer.
  • 23:51 - 23:54
    Donc je suis resté debout jusqu'à 5h40,
  • 23:54 - 23:57
    ce matin, pour écrire cette classe de remplacement.
  • 23:57 - 23:59
    Ma vie a été un enfer.
  • 23:59 - 24:01
    J'ai finalement quelque chose qui tourne,
  • 24:01 - 24:03
    c'est tout bon, et grâce au ciel
  • 24:03 - 24:05
    on a eu l'autorisation d'Apple
  • 24:05 - 24:06
    pour utiliser leur code original.
  • 24:06 - 24:08
    Si j'ai bien compris, c'est Jamie
  • 24:08 - 24:11
    iqui sera la personne désignée pour pousser
  • 24:11 - 24:13
    les derniers bits en direction du site web vers 10h,
  • 24:13 - 24:15
    c'est bien ça ?
  • 24:15 - 24:16
    OK.
  • 24:16 - 24:18
    Et on va préparer quelques différentes
  • 24:18 - 24:21
    possibilités de photos pour la presse à ce moment,
  • 24:21 - 24:23
    il y aura des caméras de télévision, vous savez les équipes de qui tournent les nouvelles
  • 24:23 - 24:26
    — Est-ce qu'on ne peut pas engager des acteurs pour faire ça à notre place ?
  • 24:26 - 24:31
    — … dis leur juste qu'ils vont passer à la TV enfin…
    — On ne va pas les obliger…
  • 24:31 - 24:34
    — Vous passez à la TV actuellement.
    — On est à la TV depuis deux mois.
  • 24:34 - 24:37
    — Je ne pense pas que quelqu'un viendra.
  • 24:42 - 24:44
    Une manière d'apprendre à courir le marathon
  • 24:44 - 24:48
    c'est de mettre quelqu'un à 42 km dans le désert,
  • 24:48 - 24:50
    et lui dire qu'il y a une bombe sur son dos
  • 24:50 - 24:52
    qui va exploser au bout d'un certain temps
  • 24:52 - 24:53
    s'il ne rentre pas en ville.
  • 24:53 - 24:55
    Hé bien, ça vous motive à rentrer
  • 24:55 - 24:57
    mais il y a toujours un risque que ça finisse mal.
  • 24:57 - 25:01
    — T'as vu l'heure ?
    — Oui, il est dix heures moins 5.
  • 25:01 - 25:04
    — Ahaha ! On va être en retard. Magnez-vous !
  • 25:04 - 25:06
    Bienvenue tous à la conférence téléphonique.
  • 25:06 - 25:08
    Merci de vous joindre à nous ce matin.
  • 25:08 - 25:10
    Aujourd'hui, Netscape a annoncé que
  • 25:10 - 25:12
    la première version développeur du code source de Communicator 5.0
  • 25:12 - 25:15
    est disponible au téléchargement
  • 25:15 - 25:17
    depuis le site web Mozilla.org.
  • 25:19 - 25:21
    — Tu sais où se trouve Tara ?
  • 25:21 - 25:23
    — Deuxième étage ?
  • 25:23 - 25:25
    — C'est au premier, tout à fait de l'autre côté.
  • 25:25 - 25:27
    Et donc aujourd'hui, fin mars,
  • 25:27 - 25:29
    comme annoncé, nous mettons le code source
  • 25:29 - 25:31
    sur le web comme ils disent,
  • 25:31 - 25:32
    et nous sommes enchantés de faire partie de ça
  • 25:32 - 25:34
    et nous sommes très curieux de voir ce qu'il va advenir.
  • 25:34 - 25:36
    La bonne nouvelle c'est que le coureur de marathon
  • 25:36 - 25:38
    arrive en ville avec cette bombe sur son dos
  • 25:38 - 25:39
    et on dirait qu'il va y arriver.
  • 25:44 - 25:46
    — C'est le moment de vérité !
  • 25:46 - 25:49
    Ils n'ont pas de cadre théorique
  • 25:49 - 25:51
    pour écrire le code, ils l'écrivent juste.
  • 25:55 - 25:57
    C'est comme frapper dans la balle au base-ball.
  • 25:57 - 26:00
    Si le code fait un home run,
  • 26:00 - 26:01
    personne ne s'interroge.
  • 26:01 - 26:03
    Bien, cela n'a aucun sens,
  • 26:03 - 26:04
    ou pourquoi vous le faites, pourquoi ça marche.
  • 26:04 - 26:06
    Ça n'intéresse personne de savoir pourquoi ça marche.
  • 26:17 - 26:21
    — Attends, c'est pas bon.
    — Qu'est-ce que c'est ?
  • 26:21 - 26:26
    — Ça ne se connecte pas…
    — La machine qui contrôle
  • 26:26 - 26:28
    l'envoi FTP, on dirait qu'elle ne répond pas.
  • 26:28 - 26:31
    — C'est chargé ?
    — C'est « blast », pas « blash ».
  • 26:31 - 26:33
    — Oh
    — Ouais, peut-être qu'ils…
  • 26:38 - 26:41
    — Mac est arrivé. UNIX est arrivé. Windows est arrivé.
    — On a fini !
  • 26:41 - 26:45
    — C'est en marche !
    — Ouais !
  • 26:55 - 26:58
    — Comme Jamie est ici, on me dit que ça veut dire
  • 26:58 - 27:01
    que nous avons maintenant mis le code source sur le Net.
  • 27:01 - 27:01
    C'est bien ça ?
  • 27:01 - 27:03
    — En fait on a décidé de pas le faire.
  • 27:06 - 27:08
    On a trouvé que c'était une idée trop stupide.
  • 27:11 - 27:13
    — C'est notre version et nous nous y tenons.
  • 27:25 - 27:28
    L'espace d'un instant, tout le monde à Netscape
  • 27:28 - 27:29
    prend le temps de souffler.
  • 27:29 - 27:31
    — Je pense que ça va marcher.
  • 27:32 - 27:34
    Dès la première heure de sa publication,
  • 27:34 - 27:37
    le code source est téléchargé plusieurs milliers de fois
  • 27:37 - 27:39
    mais le nombre de téléchargements n'est pas une garantie
  • 27:39 - 27:42
    que Netscape recevra des contributions de valeur
  • 27:42 - 27:44
    pour aider la société à remonter la pente.
  • 27:48 - 27:50
    Je le connais sous le pseudo de Pavlov.
  • 27:50 - 27:53
    C'est pavlov@pavlov.net, sur IRC c'est Pavlov ou Pav ou
  • 27:53 - 27:57
    hum, Pav dort, ou Pav fatigué couché trop tard.
  • 27:57 - 28:01
    Et hum, sans lui, je pense que nous serions des mois en retard.
  • 28:01 - 28:03
    La notoriété de Netscape attire des développeurs
  • 28:03 - 28:07
    du monde entier prêts à travailler sur Mozilla sans être payés.
  • 28:07 - 28:10
    Un de ces contributeurs vient de la Géorgie profonde.
  • 28:13 - 28:15
    J'ai été surpris pendant ces deux ou trois années,
  • 28:15 - 28:17
    tout particulièrement quand sa mère est venue me dire
  • 28:17 - 28:20
    « Bon, untel et untel ont appelé » peut-être de New York
  • 28:20 - 28:21
    et qu'ils venaient à Atlanta
  • 28:21 - 28:23
    et qu'ils voulaient parler à Stuart ou le voir,
  • 28:23 - 28:25
    et qu'ils iraient en ville déjeuner.
  • 28:25 - 28:27
    Je lui dis « Euh, qui est cette personne de New York ? »
  • 28:27 - 28:30
    Et soudain elle me répondit : « Eh bien, il travaille
  • 28:30 - 28:32
    avec Stuart sur des problèmes de programmation
  • 28:32 - 28:34
    depuis un an environ et il veut venir sur place
  • 28:34 - 28:38
    pour le rencontrer ». « Euh, vous lui avez dit qu'il n'avait que 16 ans ? ».
  • 28:38 - 28:41
    Je n'en avais aucune idée, et c'est super,
  • 28:41 - 28:43
    c'est formidable parce qu'il
  • 28:43 - 28:48
    contribue. Peu importe qu'il soit jeune.
  • 28:48 - 28:51
    L'endroit que nous appelons la grotte. Nous fermions juste la porte
  • 28:51 - 28:55
    et c'est là qu'il fait je ne sais quoi.
  • 28:55 - 28:59
    C'est sidérant de penser que votre enfant
  • 28:59 - 29:04
    a fait quelque chose pour cette société multinationale
  • 29:04 - 29:05
    plutôt que ses devoirs.
  • 29:05 - 29:08
    Je suis allé revoir l'ancien code
  • 29:08 - 29:11
    et j'ai été vraiment effrayé de voir
  • 29:11 - 29:14
    à quel point il était compliqué et horrible.
  • 29:14 - 29:16
    Cela nous aurait pris, quoi,
  • 29:16 - 29:18
    des années pour essayer de comprendre ce qu'il faisait.
  • 29:18 - 29:21
    Nous avons donc pratiquement tout repris de zéro.
  • 29:22 - 29:24
    En gros, je fournis du code qui rend
  • 29:24 - 29:27
    l'affichage dans le navigateur plus rapide
  • 29:27 - 29:29
    et d'une manière plus efficace qu'auparavant.
  • 29:29 - 29:33
    Il tape presque comme il parle
  • 29:33 - 29:36
    C'est simplement, hum, un moyen d'expression.
  • 29:36 - 29:39
    Il peut s'exprimer de cette façon
  • 29:39 - 29:43
    et c'est presque totalement inconscient.
  • 29:43 - 29:46
    Cela fait partie de sa manière de communiquer.
  • 29:47 - 29:50
    Par le passé, les contributions bénévoles de code
  • 29:50 - 29:51
    ont aidé à bâtir Internet.
  • 29:51 - 29:53
    La façon dont une société commerciale pourrait bénéficier
  • 29:53 - 29:56
    de contributions bénévoles demeure une grande question.
  • 29:56 - 29:58
    Bon, j'ai vraiment l'espoir que
  • 29:58 - 30:01
    le nombre énorme de nouvelles personnes
  • 30:01 - 30:02
    qu'aucune société ne peut se permettre d'engager
  • 30:02 - 30:04
    pour travailler sur un quelconque produit,
  • 30:04 - 30:07
    et qui contribuent à présent à Netscape Navigator,
  • 30:07 - 30:10
    à Communicator, feront une réelle différence
  • 30:10 - 30:11
    pour améliorer le logiciel.
  • 30:11 - 30:15
    La façon dont cela va fonctionner face à n'importe quel concurrent
  • 30:15 - 30:16
    reste à voir.
  • 30:26 - 30:28
    -Bonjour
    -Bonjour. Merci.
  • 30:28 - 30:31
    David Readerman, un analyste pour une banque d'investissement de San Francisco,
  • 30:31 - 30:34
    suit attentivement le plan radical de Netscape
  • 30:34 - 30:35
    pour les investisseurs désireux de participer
  • 30:35 - 30:37
    à l'explosion des actions liées à Internet.
  • 30:38 - 30:40
    Le marché se présente vraiment comme une machine à voter,
  • 30:40 - 30:43
    il vote oui, je crois en cette déclaration de vision.
  • 30:43 - 30:46
    Je pense vraiment que cela aboutira à des ventes de produits.
  • 30:46 - 30:49
    Oui, cela va augmenter les bénéfices et
  • 30:49 - 30:51
    bon, les actions vont se vendre en conséquence.
  • 30:51 - 30:53
    Les bénéfices financiers de Netscape suite
  • 30:53 - 30:56
    à l'ouverture de son code source sont difficiles à mesurer.
  • 30:56 - 30:58
    Je comprends pourquoi Netscape essaie de faire cela.
  • 30:58 - 31:02
    Ils ont encore à me montrer que
  • 31:02 - 31:05
    derrière la vision et la présentation commerciale,
  • 31:05 - 31:08
    il y a un vrai modèle d'entreprise durable
  • 31:08 - 31:11
    qui puisse produire des bénéfices,
  • 31:11 - 31:15
    je suis dans l'expectative pour Netscape.
  • 31:21 - 31:23
    À présent, mon travail sera trois fois
  • 31:23 - 31:26
    plus dur qu'avant, et il était déjà dix fois plus dur que nécessaire.
  • 31:26 - 31:29
    Alors comme ça j'ai bossé comme un dingue juste
  • 31:29 - 31:31
    pour que les bijoux de la boîte soient jetés aux quatre vents
  • 31:31 - 31:33
    et qu'on n'ait plus qu'à crever
  • 31:33 - 31:36
    en roulant dans le caniveau
  • 31:36 - 31:37
    Le jour qui suit la sortie de ce travail
  • 31:37 - 31:39
    n'est pas vraiment une occasion de se relâcher.
  • 31:39 - 31:41
    Et puis il y a une sorte de routine, jour après jour,
  • 31:41 - 31:45
    aller bosser, allumer son ordinateur et programmer, programmer, programmer.
  • 31:45 - 31:47
    — Merci Tara.
  • 31:49 - 31:51
    — Tara ?
  • 31:51 - 31:53
    — Oui, qu'a dit ton docteur Tara ?
  • 31:53 - 31:56
    — Heu, mon docteur a dit, ce qui est très intéressant,
  • 31:56 - 32:00
    que je travaillais trop
  • 32:00 - 32:02
    et heu, que si j'allais travailler aujourd'hui après
  • 32:02 - 32:04
    la consultation, il me tuerait de ses propres mains.
  • 32:04 - 32:08
    J'ai un accord avec moi-même
  • 32:08 - 32:10
    lorsque j'aurai 35 ans, je serai soit
  • 32:10 - 32:12
    enseignante dans un lycée ou serveuse,
  • 32:12 - 32:14
    mais quelque chose, n'importe quoi d'autre que
  • 32:14 - 32:16
    de travailler dans l'industrie de la haute technologie
  • 32:16 - 32:18
    sinon je vais certainement mourir avant d'atteindre 40 ans.
  • 32:26 - 32:27
    Heu, je suis maintenant un vieux garçon
  • 32:27 - 32:29
    j'ai bien roulé ma bosse dans le coin
  • 32:29 - 32:33
    et à la longue tu commences à te rendre compte que,
  • 32:33 - 32:34
    « Ça ne s'arrêtera jamais, n'est-ce pas ? »
  • 32:34 - 32:37
    Et ça devient vraiment déprimant
  • 32:37 - 32:39
    parce que tu le ressens « je sais, je sais ».
  • 32:39 - 32:41
    J'avais dit que je n'irais jamais sur le tapis roulant
  • 32:41 - 32:43
    et maintenant j'y suis. Je suis sur le tapis roulant.
  • 32:43 - 32:45
    Je vais continuer à courir comme ça éternellement.
  • 32:45 - 32:47
    Comme ils sont doués pour les logiciels,
  • 32:47 - 32:49
    ils ont besoin de rester dans la course.
  • 32:49 - 32:51
    Et pour y arriver, rester dans la course veut dire
  • 32:51 - 32:54
    sacrifier beaucoup d'autres choses.
  • 32:54 - 32:56
    Ils n'ont tout simplement pas le temps de lire,
  • 32:56 - 32:57
    le temps d'écouter le monde.
  • 32:57 - 32:59
    Ils ont peu de temps à consacrer à leurs familles.
  • 32:59 - 33:01
    Mais quand vous êtes dans une situation où
  • 33:01 - 33:03
    vous avez énormement de travail à faire
  • 33:03 - 33:04
    et peu de temps pour le faire,
  • 33:05 - 33:07
    vous savez, vous devez faire un choix.
  • 33:07 - 33:09
    Certaines personnes choisissent d'avoir une famille.
  • 33:09 - 33:10
    Certaines personnes choisissent de
  • 33:10 - 33:11
    faire des logiciels.
  • 33:12 - 33:17
    Christopher est né juste après que j'ai commencé chez Netscape,
  • 33:17 - 33:19
    et j'ai essentiellement raté
  • 33:19 - 33:22
    les deux premières années de sa vie à cause du rythme.
  • 33:22 - 33:24
    Je travaillais jusqu'à 7 ou 8 heures,
  • 33:24 - 33:25
    je rentrais à la maison, dînais,
  • 33:25 - 33:29
    couchais les enfants, puis je retournais travailler,
  • 33:29 - 33:30
    ou travaillais depuis la maison jusqu'à 2 ou 3 heures
  • 33:30 - 33:33
    du matin, et j'étais comme un papa zombie.
  • 33:33 - 33:35
    Il pouvait appeler et dire, je suis en route pour la maison
  • 33:35 - 33:37
    et ça pouvait prendre 2 ou 3 heures et
  • 33:37 - 33:39
    vous savez, les chandelles du dîner romantique
  • 33:39 - 33:40
    s'étaient entièrement consumées
  • 33:40 - 33:42
    et je pensais qu'il était mort
  • 33:42 - 33:43
    au bord de la route,
  • 33:43 - 33:45
    vous savez, quand si 24 heures s'écoulent
  • 33:45 - 33:47
    sans que je n'aie de ses nouvelles,
  • 33:47 - 33:49
    sans que je sache précisément où le trouver.
  • 33:50 - 33:53
    Je vis au Michigan. Et je fais la navette.
  • 33:53 - 33:56
    C'est un trajet assez long,
  • 33:56 - 33:57
    je ne le fais pas tous les jours.
  • 33:57 - 34:00
    Je ne le fais que toutes les deux semaines environ.
  • 34:00 - 34:03
    Mais heu, c'est comme un décalage horaire.
  • 34:03 - 34:06
    Ici il est quelque chose comme minuit une,
  • 34:06 - 34:09
    et là-bas on est encore en 1954
  • 34:16 - 34:18
    La motivation pour revenir ici est que
  • 34:18 - 34:21
    je veux faire partie d'une communauté,
  • 34:21 - 34:25
    se faire des racines, et vous savez, se sentir installé.
  • 34:25 - 34:29
    et je… La vie est simplement différente là-bas,
  • 34:29 - 34:32
    elle l'est vraiment. Je veux dire qu'ici les gens travaillaient genre
  • 34:32 - 34:36
    dans des usines de voitures ou autres… pendant trente ans puis se retirent.
  • 34:39 - 34:42
    Nous avons passé, disons, 45 minutes à parler de toute sa
  • 34:42 - 34:45
    vie, toute son histoire, d'un boulot, à un autre boulot, à un autre boulot, à un autre boulot.
  • 34:45 - 34:46
    Je trouvais ça plutôt cool.
  • 34:48 - 34:53
    Il a eu quelque chose comme une dizaine de boulots.
  • 34:54 - 34:57
    Il semblait faire ça souvent pendant des périodes
  • 34:57 - 34:59
    particulièrement stressantes, comme, vous savez, une naissance
  • 34:59 - 35:01
    dans deux mois, « Je vais changer de boulot maintenant chérie ».
  • 35:01 - 35:03
    J'aime quand tout change.
  • 35:03 - 35:06
    C'est ce qui est excitant. C'est pour ça que je le fais.
  • 35:06 - 35:08
    C'est quelque chose que d'être dans la tempête,
  • 35:08 - 35:11
    en plein dedans et de voir tous
  • 35:11 - 35:13
    les nouveaux changement et de les assembler.
  • 35:13 - 35:14
    C'est vraiment excitant.
  • 35:14 - 35:18
    C'est presque addictif. Je ne voudrais pas quitter ça,
  • 35:18 - 35:20
    c'est une certitude.
  • 35:20 - 35:22
    Parfois, c'est un réel sacrifice
  • 35:22 - 35:24
    des éléments de votre vie personnelle.
  • 35:26 - 35:28
    Je dois travailler très dur mais j'ai
  • 35:28 - 35:31
    la chance d'être récompensé de mes efforts.
  • 35:31 - 35:33
    L'inconvénient, c'est que ma vie s'écoule très vite.
  • 35:33 - 35:35
    Je n'ai pas encore d'enfants,
  • 35:35 - 35:36
    vous réalisez qu'il y a certains aspects de
  • 35:36 - 35:39
    de ma vie que je sacrifie. Je regarde derrière moi
  • 35:39 - 35:41
    et une partie de ma vie est partie.
  • 35:43 - 35:46
    Aux États-Unis, nous avons au minimum plusieurs millions de personnes
  • 35:46 - 35:49
    qui vivent directement des logiciels.
  • 35:49 - 35:51
    Et c'est la part de la population qui a connu
  • 35:51 - 35:52
    la plus forte croissance dans l'économie.
  • 35:52 - 35:55
    Et c'est certainement dans sa globalité,
  • 35:55 - 35:58
    le secteur le mieux payé de cette dimension.
  • 35:58 - 36:00
    Je veux dire, oui, vous avez le baseball,
  • 36:00 - 36:01
    vous avez Hollywood.
  • 36:01 - 36:03
    Mais vous savez, quand vous pensez
  • 36:03 - 36:05
    à un groupe qui compte des millions de personnes,
  • 36:05 - 36:07
    ils représentent les salaires les plus élevés
  • 36:07 - 36:08
    que l'on ait jamais vu aux États-Unis.
  • 36:14 - 36:17
    Les opportunités de gagner beaucoup d'argent
  • 36:17 - 36:20
    sont réelles pour les développeurs.
  • 36:20 - 36:24
    En fait, si vous avez la possibilité de toucher le jackpot,
  • 36:24 - 36:26
    ça se retrouve ici sur
  • 36:26 - 36:28
    le bureau d'un courtier de Wall street.
  • 36:28 - 36:31
    et je trouve que beaucoup d'ingénieurs
  • 36:31 - 36:33
    et de chefs de projets de la Silicon Valley
  • 36:33 - 36:36
    sont très attentifs à ce qui se passe
  • 36:36 - 36:38
    sur ces marchés au jour le jour.
  • 36:38 - 36:42
    Quelqu'un a un jour dit que 64 millionnaires voyaient le jour quotidiennement
  • 36:42 - 36:45
    dans la Silicon Valley, où tout travailleur dans le secteur technologique
  • 36:45 - 36:47
    peut devenir riche du jour au lendemain.
  • 36:47 - 36:49
    Vous rejoignez une société et ils vous donnent
  • 36:49 - 36:51
    quelques actions ce qui signifie en gros,
  • 36:51 - 36:54
    que plutôt que vous donner des actions,
  • 36:54 - 36:55
    ils vous donnent le droit de les acheter
  • 36:55 - 36:58
    plus tard au cours actuel.
  • 36:58 - 37:03
    Vos actions peuvent atteindre le niveau de
  • 37:03 - 37:05
    peut-être un an de salaire ou
  • 37:05 - 37:08
    deux ans de salaire généralement, en valeurs d'options.
  • 37:08 - 37:11
    Dans certaines de ces sociétés en plein essor
  • 37:11 - 37:13
    ici sur l'Internet, le potentiel pour
  • 37:13 - 37:15
    devenir millionnaire ou au moins s'en sortir très bien,
  • 37:15 - 37:16
    est très, très elevé.
  • 37:16 - 37:17
    Les gens qui étaient très,
  • 37:17 - 37:20
    très visionnaires, sont appelés les « Mozillionnaires ».
  • 37:20 - 37:21
    Les stock options sont une arnaque.
  • 37:21 - 37:24
    Hm, c'est à la fois la carotte et le bâton, c'est comme,
  • 37:24 - 37:25
    oh, eh bien, vous savez si vous abandonnez
  • 37:25 - 37:26
    votre seule et unique jeunesse
  • 37:26 - 37:29
    peut-être qu'un jour vous ferez de l'argent, super…
  • 37:29 - 37:31
    c'est, hum, j'ai connu tant de gens
  • 37:31 - 37:34
    qui ont parié dans la loterie des start-ups
  • 37:34 - 37:35
    et n'en ont rien tiré.
  • 37:35 - 37:38
    Vous savez, c'est comme un ticket de loterie, c'est une taxe sur la stupidité.
  • 37:38 - 37:42
    Hum, il se trouve que j'ai gagné à cette loterie.
  • 37:42 - 37:44
    Depuis le jour où Microsoft a annoncé
  • 37:44 - 37:46
    son engagement ferme dans l'Internet, cependant,
  • 37:46 - 37:49
    les actions Netscape ont subi une baisse régulière,
  • 37:49 - 37:52
    et durant l'année 1998 la plupart
  • 37:52 - 37:54
    des options étaient devenues sans valeur.
  • 37:54 - 37:56
    Il y a un an et demi,
  • 37:56 - 37:58
    la moitié de nos revenus provenaient des ventes de navigateur.
  • 37:58 - 37:59
    Aujourd'hui, plus aucun, donc,
  • 37:59 - 38:01
    toute personne connaissant un peu les affaires entrevoit bien
  • 38:01 - 38:02
    à quel point c'est un énorme défi.
  • 38:02 - 38:04
    Je veux dire, laissez-moi vous retirer votre meilleur produit en terme de ventes,
  • 38:04 - 38:06
    et vous essayez de remplacer ça
  • 38:06 - 38:07
    dans une période d'environ 12 mois.
  • 38:07 - 38:09
    Peu de gens accepteraient ça.
  • 38:09 - 38:11
    Même si la société vend d'autres produits liés à Internet,
  • 38:11 - 38:14
    le marché voit Netscape comme une société éditrice de navigateur
  • 38:14 - 38:17
    en train de perdre la bataille face à Microsoft.
  • 38:18 - 38:23
    — Greg, ici Jim Barksdale chez Netscape Communications, comment ça va ?
  • 38:23 - 38:25
    Il est évident que Netscape n'a pas
  • 38:25 - 38:28
    assez de munitions pour faire peur à Microsoft.
  • 38:28 - 38:31
    Je ne pense pas que Netscape pourra, à long terme,
  • 38:31 - 38:33
    survivre en tant que société indépendante.
  • 38:37 - 38:39
    Pendant que Mozilla essaye de recapturer les premiers
  • 38:39 - 38:42
    jours glorieux de la société,
  • 38:42 - 38:44
    intégrer du code depuis l'extérieur signifie
  • 38:44 - 38:46
    plus de travail pour tout le monde dans l'équipe navigateur.
  • 38:46 - 38:48
    — Apparemment je dois l'avoir fait à l'envers
  • 38:48 - 38:51
    d'après ce que tu me dis, ou alors je sais pas
  • 38:51 - 38:53
    — Ok, ça va trop vite
  • 38:53 - 38:55
    — On va prendre l'ancien arbre libre
  • 38:55 - 38:57
    et l'utiliser comme une sous-section,
  • 38:57 - 38:59
    et on va faire notre arbre intéressant à nous à partir de ça.
  • 38:59 - 39:00
    — Non, ce n'est pas ce qu'on veut faire
  • 39:00 - 39:02
    NS Private en haut, c'est ça ?
  • 39:02 - 39:04
    — Un fichier de projet pour ceci, un pour cela,
  • 39:04 - 39:06
    mais ça ne peut pas être un pour les deux.
  • 39:06 - 39:08
    On a pas de plan pour faire les deux.
  • 39:08 - 39:10
    Ok, donc maintenant j'ai quelques fichiers
  • 39:10 - 39:12
    qui doivent venir d'ici pour Java dans un répertoire unique,
  • 39:12 - 39:13
    et d'autres fichiers qui doivent venir d'ici
  • 39:13 - 39:15
    dans le même répertoire, le même.
  • 39:15 - 39:16
    Dis-moi comment je fais ?
  • 39:20 - 39:21
    C'est le problème.
  • 39:21 - 39:24
    La division navigateur qui coûte à la société
  • 39:24 - 39:26
    presque 30 millions de dollars par an pour fonctionner
  • 39:26 - 39:29
    et ramène assez peu de revenus à la société
  • 39:29 - 39:31
    est réorganisée à l'automne, pour la seconde fois
  • 39:31 - 39:32
    en moins d'un an.
  • 39:32 - 39:34
    Est-ce que l'on a toutes les réponses ? Non.
  • 39:34 - 39:35
    On va essayer d'apprendre ce que l'on peut
  • 39:35 - 39:37
    en voyant les gens qui ont si bien réussi…
  • 39:37 - 39:40
    Quand j'ai rejoint une start-up, je savais que 19 sur 20 échouaient.
  • 39:40 - 39:42
    Quand un employé vient
  • 39:42 - 39:43
    pour travailler chez Netscape aujourd'hui,
  • 39:43 - 39:45
    il n'a pas le sentiment
  • 39:45 - 39:46
    qu'il y a 19 chances sur 20
  • 39:46 - 39:49
    pour que son travail ne soit plus là
  • 39:49 - 39:50
    d'ici un à cinq ans.
  • 39:53 - 39:56
    Si vous vivez ici, c'est la conversation qui est sur toutes les lèvres
  • 39:56 - 39:58
    « Est-ce que vous pensez que Microsoft
  • 39:58 - 40:00
    a utilisé des méthodes soit illégales
  • 40:00 - 40:02
    soit seulement injustes
  • 40:02 - 40:05
    pour prendre les parts de marché de Netscape ? »
  • 40:05 - 40:08
    Et si l'âme et le cœur de cette industrie sont
  • 40:08 - 40:12
    l'égalité des chances, sont l'égalitarisme, le fait que Microsoft puisse
  • 40:12 - 40:15
    avoir acquis ses parts de marchés
  • 40:15 - 40:19
    grâce à tout sauf au moyen de son propre code,
  • 40:19 - 40:22
    ça agace vraiment tout le monde.
  • 40:22 - 40:25
    Le département de la Justice a accusé Microsoft
  • 40:25 - 40:30
    d'avoir mené des pratiques anti-concurrentielles et d'exclusion
  • 40:30 - 40:34
    destinées à conserver son monopole sur les systèmes d'exploitation des ordinateurs personnels
  • 40:35 - 40:39
    et d'avoir tenté d'étendre ce monopole aux logiciels de navigation sur Internet.
  • 40:40 - 40:41
    Au-delà de son problème avec Microsoft,
  • 40:42 - 40:42
    Netscape a été victime de sa crise de croissance
  • 40:42 - 40:45
    Netscape a été victime de sa crise de croissance
  • 40:45 - 40:47
    et de la complexité croissante de son code,
  • 40:47 - 40:49
    l'entreprise a du mal à maintenir la vitalité
  • 40:49 - 40:51
    qu'elle a connue en tant que start-up.
  • 40:52 - 40:54
    Quand une entreprise dépasse une certaine taille,
  • 40:54 - 40:57
    c'est juste un processus, c'est un mécanisme pour faire de l'argent.
  • 40:57 - 41:00
    Et l'innovation est une possibilité comme une autre de le faire,
  • 41:00 - 41:01
    mais c'est une voie risquée.
  • 41:01 - 41:03
    Alors les entreprises, les grosses entreprises ne le font pas.
  • 41:03 - 41:07
    Hum, Microsoft en fait ne fait pas grand-chose, ils achètent des sociétés.
  • 41:07 - 41:09
    Ils attendent que quelqu'un fasse quelque chose d'intéressant et puis ils l' achètent,
  • 41:09 - 41:10
    et pressent le citron pour en profiter jusqu'à la dernière goutte.
  • 41:10 - 41:15
    Je ne vise pas particulièrement Microsoft car beaucoup d'entreprises le font, c'est juste la façon normale de faire des affaires.
  • 41:24 - 41:26
    Nous sommes sur le chemin du Flint Center maintenant.
  • 41:27 - 41:28
    Nous allons avoir une réunion de tous les employés.
  • 41:28 - 41:32
    Jim Barksdale a déplacé cette réunion d'une semaine environ.
  • 41:32 - 41:36
    Nous venons d'annoncer les résultats trimestriels et maintenant ce changement majeur de direction.
  • 41:39 - 41:43
    Eh bien, au cas où vous n'auriez pas lu le journal,
  • 41:46 - 41:51
    nous avons, à 1h30 ce matin,
  • 41:53 - 42:02
    conclu les négociations et accepté de vendre notre entreprise à AOL de Dulles, en Virginie.
  • 42:07 - 42:10
    Je ne peux imaginer ce jour-là quand ils ont annoncé la fusion,
  • 42:10 - 42:13
    qu'ils n'étaient pas surpris « Oh, je n'y crois pas ».
  • 42:13 - 42:16
    Vous savez, une sorte de scénario cauchemardesque.
  • 42:16 - 42:18
    Mais, vous savez, le pire aurait été
  • 42:18 - 42:20
    que Microsoft nous achète, je suppose.
  • 42:20 - 42:22
    Alors ils auraient eu, vous voyez ce que je veux dire
  • 42:22 - 42:24
    un flot de voitures fuyant Netscape
  • 42:24 - 42:27
    Il y a six mois, ils insultaient la technologie d'AOL.
  • 42:27 - 42:30
    c'était vu comme le service des idiots
  • 42:30 - 42:32
    « Félicitations Skippy, vous avez du courrier ! »
  • 42:32 - 42:38
    Netscape n'était pas le seul à considérer AOL ainsi dans la Silicon valley.
  • 42:38 - 42:40
    C'est clair, personne n'avait
  • 42:40 - 42:41
    le moindre respect pour cette entreprise.
  • 42:41 - 42:43
    Quelqu'un chez Netscape
  • 42:43 - 42:45
    avait traité Steve Case de vendeur de savonnettes
  • 42:45 - 42:47
    vu qu'il travaillait auparavant chez Procter et Gamble.
  • 42:48 - 42:49
    Le vendeur de savonnettes les a rachetés.
  • 42:51 - 42:54
    L'accroche de cet article était
  • 42:54 - 42:58
    « Netscape a vécu vite, est mort jeune,
  • 42:58 - 43:00
    et a laissé un cadavre fatigué »
  • 43:00 - 43:03
    Je ne sais pas s'ils sont d'accord avec ça.
  • 43:04 - 43:06
    Je ne pense pas que Netscape soit déjà fichu.
  • 43:06 - 43:07
    Ils nous ont achetés parce qu'ils nous aiment,
  • 43:07 - 43:08
    ils aiment ce que nous faisons,
  • 43:08 - 43:11
    et ne veulent pas pertuber notre façon de faire,
  • 43:11 - 43:14
    ils n'ont donc pas l'intention de nous nuire d'une façon quelconque.
  • 43:14 - 43:16
    On a entendu beaucoup de mmmh
  • 43:16 - 43:18
    rumeurs sur le net
  • 43:18 - 43:19
    je veux dire, dans la communauté du logiciel libre
  • 43:19 - 43:21
    oh, eh bien ça y est, tu sais,
  • 43:21 - 43:22
    tout est fini maintenant
  • 43:22 - 43:23
    « AOL va juste tout bousiller ».
  • 43:23 - 43:24
    Donc j'ai écrit ce truc
  • 43:24 - 43:26
    que j'ai mis sur le site Mozilla.org
  • 43:26 - 43:28
    qui décrivait simplement le pire des scénarios
  • 43:28 - 43:29
    comme, par exemple,
  • 43:29 - 43:31
    même si tout se passe mal
  • 43:32 - 43:34
    ce n'est toujours pas aussi mauvais que vous le dites.
  • 43:34 - 43:36
    Parce que la nature même de ce que Netscape a fait
  • 43:36 - 43:40
    signifie que le code appartient à la communauté maintenant.
  • 43:40 - 43:43
    Quelques jours plus tard, j'ai reçu un courriel de Steve Case,
  • 43:43 - 43:45
    qui disait, hm, nous pensons que ce que vous faites est super et
  • 43:45 - 43:46
    c'est une des raisons pour lesquelles nous avons racheté la société
  • 43:46 - 43:47
    nous voulons continuer sur cette voie, donc
  • 43:48 - 43:52
    hm, en ce qui concerne les contributions de Mozilla.org, de Netscape et AOL
  • 43:52 - 43:56
    au mouvement open-source,
  • 43:56 - 43:57
    il dit que cela va continuer…
  • 43:58 - 44:02
    La fusion avec AOL a généré un effet d'aubaine pour les actionnaires
  • 44:02 - 44:06
    qui donne une chance aux employés de Netscape de récupérer leur argent et aller voir ailleurs,
  • 44:06 - 44:08
    générant des rumeurs dans les médias du pays
  • 44:08 - 44:12
    quant à la capacité d'AOL à conserver les éléments clefs de Netscape.
  • 44:13 - 44:14
    Et déjà j'entends dire
  • 44:14 - 44:16
    que les gens d'AOL viennent à Netscape et disent,
  • 44:16 - 44:18
    Ouais, c'est la méthode AOL.
  • 44:18 - 44:20
    Ça va pas marcher avec Netscape.
  • 44:20 - 44:23
    Ça va être la méthode Netscape avec un coup de main d'AOL !
  • 44:23 - 44:25
    Je suppose que quelques-uns vont partir.
  • 44:25 - 44:27
    Vous savez, ils ne veulent pas faire partie d'AOL.
  • 44:27 - 44:29
    Certaines personnes apprécient vraiment la mentalité « start-up ».
  • 44:29 - 44:32
    Et ceux qui veulent faire partie d'un mastodonte
  • 44:32 - 44:34
    vont rester et faire partie du mastodonte.
  • 44:34 - 44:38
    Je suis à Netscape depuis trois ans et demi, et j'ai l'impression d'y être depuis toujours.
  • 44:38 - 44:44
    Et AOL et comme Netscape ont mis de plus en plus le paquet sur le marketing et la publicité.
  • 44:44 - 44:45
    tous ces trucs, et ce n'est
  • 44:46 - 44:49
    pas du tout aussi intéressant
  • 44:49 - 44:51
    pour quelqu'un qui est une sorte de techno-fétichiste.
  • 44:51 - 44:53
    Je change de boulot et je vends ma maison,
  • 44:53 - 44:55
    Je déménage, je change de ville…
  • 44:57 - 45:00
    C'est la vie au pays des startups.
  • 45:01 - 45:03
    Je suis toujours jeune et bête comme j'aime à le dire,
  • 45:03 - 45:05
    donc je peux m'accomoder de trucs comme ça.
  • 45:06 - 45:10
    Il y a un an et demi, Tara vient me voir et me dit
  • 45:10 - 45:14
    « Je veux tellement être chef de projet que j'en ai l'eau à la bouche. »
  • 45:14 - 45:18
    Donc on a fini par dire d'accord, tu seras chef de projet.
  • 45:18 - 45:21
    Et en l'espace d'une semaine elle a dit
  • 45:21 - 45:23
    « Pourquoi m'as-tu laissé faire ça ? »
  • 45:26 - 45:30
    Et finalement Tara est devenue l'une des meilleures responsables chez Netscape.
  • 45:30 - 45:34
    Voici donc Tara, responsable de l'équipe de release.
  • 45:35 - 45:38
    Tara quitte Netscape pour une startup dans le commerce électronique,
  • 45:38 - 45:41
    laissant de côté une grosse plus-value sur ses stock-options
  • 45:41 - 45:43
    dans l'espoir d'un plus gros salaire dans sa nouvelle société.
  • 45:53 - 45:58
    Quelle que soit la manière dont AOL gère les affaires de Netscape,
  • 45:58 - 46:00
    ce n'est plus Netscape ; cette page est tournée.
  • 46:00 - 46:02
    Et vous savez, c'est vraiment triste
  • 46:02 - 46:04
    J'avais l'espoir que Netscape s'en sorte de lui-même.
  • 46:04 - 46:08
    Frustré par ce qu'il perçoit comme un manque d'engagement envers le développement open-source,
  • 46:09 - 46:13
    Jamie quitte Netscape un an après avoir aidé à libérer Mozilla.
  • 46:13 - 46:16
    Le film Hackers, je pense que c'est un super film.
  • 46:16 - 46:18
    Je voudrais bien que nos vies soient ainsi,
  • 46:18 - 46:21
    qu'on fasse du roller en tenues classieuses et qu'on se batte avec les méchants,
  • 46:21 - 46:26
    mais vous savez, c'est pas ça du tout, c'est être assis dans une pièce et taper au clavier toute la journée.
  • 46:28 - 46:32
    C'était ce que j'essayais de fuir, cette vie.
  • 46:32 - 46:34
    Je savais que je ne voulais pas vivre ici.
  • 46:36 - 46:39
    Je suis ici depuis quatre ou cinq ans.
  • 46:39 - 46:44
    C'est un endroit sympathique. Ça permet d'échapper à la jungle.
  • 46:49 - 46:53
    Jim Roskind est promu au plus haut rang des ingénieurs de Netscape.
  • 46:54 - 46:56
    La nuit dernière, j'étais ici à quatre heures du matin,
  • 46:56 - 46:59
    et on est même pas en pleine livraison urgente.
  • 46:59 - 47:02
    Mais c'est presque comme une addiction, un shoot d'adrénaline,
  • 47:02 - 47:04
    une recherche de la perfection, un combat.
  • 47:04 - 47:08
    Et ensuite quand vous voyez les résultats, vous avez envie d'aller encore plus loin.
  • 47:13 - 47:15
    Vous savez, je ne devrais pas en parler
  • 47:15 - 47:16
    puisque je suis aussi fou que quiconque ici
  • 47:16 - 47:18
    mais je vais continuer et le faire tout en admettant que je suis fou,
  • 47:18 - 47:21
    il y a un extraordinaire désir de richesse matérielle ici.
  • 47:21 - 47:23
    C'est comme si la ruée vers l'or se répétait encore et encore.
  • 47:24 - 47:26
    Et ça va être le théâtre de cette comédie.
  • 47:26 - 47:29
    Et ceci sera le portail d'entrée, je pense, avec quelques fleurs et des trucs.
  • 47:29 - 47:31
    Donc ça va faire une gentille petite maison.
  • 47:31 - 47:35
    Je suis entré chez Netscape parce que son but principal était de générer du fric,
  • 47:35 - 47:36
    en utilisant ce truc, Internet.
  • 47:36 - 47:39
    C'est comme dire qu'est-ce qu'on va faire, on va devenir riche.
  • 47:39 - 47:42
    notre couple en a payé l'addition,
  • 47:42 - 47:44
    et si on n'avait pas eu la grâce de Dieu,
  • 47:45 - 47:46
    nous n'aurions pas tenu.
  • 47:46 - 47:49
    « Pourquoi devrais-je utiliser ce que me donne Dieu »
  • 47:50 - 47:52
    Michael a fait un burnout.
  • 47:52 - 47:57
    Michael en est venu à un point dans sa vie où il disait que le coût était trop élevé,
  • 47:57 - 47:59
    Je ne vais plus le faire.
  • 48:00 - 48:02
    Si les gens sont – voient ça et se disent oh
  • 48:02 - 48:05
    hé c'est un truc cool, je vais faire une start-up
  • 48:05 - 48:07
    et devenir riche rapidement
  • 48:07 - 48:08
    J'aurais juste à dire
  • 48:08 - 48:10
    vous devez considérer les coûts
  • 48:10 - 48:13
    parce que vous ne pourrez jamais rattraper le temps perdu.
  • 48:14 - 48:15
    Michael Toy
  • 48:15 - 48:17
    Employé Netscape numéro 6
  • 48:17 - 48:19
    a atteint son objectif d'indépendance financière
  • 48:19 - 48:23
    et a pris sa retraite de Netscape peu après la libération de Mozilla.
  • 48:29 - 48:30
    Dans la Vallée,
  • 48:30 - 48:34
    Si vous êtes resté quelque part plus de trois ans environ
  • 48:34 - 48:35
    les gens commencent à se demander ce qui ne va pas
  • 48:35 - 48:37
    Pourquoi tu ne peux pas trouver un autre boulot, quel est ton problème ?
  • 48:37 - 48:39
    Si vous êtes un programmeur, vous changez de travail
  • 48:39 - 48:41
    à peu près tous les deux ans.
  • 48:42 - 48:43
    C'est comme les fourmis,
  • 48:43 - 48:44
    les ouvrières.
  • 48:44 - 48:46
    Elles envoient un groupe pour faire quelque chose.
  • 48:46 - 48:48
    Dès que ce groupe aborde
  • 48:48 - 48:49
    la tâche qui doit être faite
  • 48:49 - 48:51
    quelques fourmis s'en vont, davantage arrivent
  • 48:51 - 48:53
    Au moment où l'objectif est finalement atteint
  • 48:53 - 48:54
    il peut s'agir d'un ensemble de fourmis complètement différent
  • 48:55 - 48:59
    Je pense que lorsque l'on distribue le travail à faire
  • 48:59 - 49:01
    et de plus en plus à l'Ère de l'information
  • 49:01 - 49:03
    ça sera de plus en plus comme ça.
  • 49:03 - 49:07
    Scott Collins continue à faire la navette entre Netscape et le Michigan.
  • 49:11 - 49:13
    Il y a beaucoup de pression en ce moment
  • 49:13 - 49:15
    pour finir notre produit à temps.
  • 49:15 - 49:17
    Hm, on patauge un peu avec
  • 49:18 - 49:21
    les acrobaties ridicules que font les actions.
  • 49:22 - 49:23
    Nous étions une société cotée à 20$
  • 49:23 - 49:27
    et en ce moment nos actions sont à 172$.
  • 49:27 - 49:30
    Donc c'est difficile d'être déprimé à propos de la quantité de travail
  • 49:30 - 49:32
    que vous avez à faire quand
  • 49:32 - 49:34
    on rencontre un millionnaire dans chaque bureau.
  • 49:35 - 49:39
    Quand l'accord avec AOL arrive à son terme au printemps 1999
  • 49:39 - 49:43
    la valeur des actions Netscape a plus que doublé depuis l'annonce du rapprochement.
  • 49:44 - 49:46
    Netscape s'est bien mariée.
  • 49:46 - 49:49
    Ils ont lié leur sort à AOL
  • 49:49 - 49:51
    quand la transaction à été annoncée,
  • 49:51 - 49:55
    la valeur était d'environ 4,2 milliards
  • 49:55 - 49:57
    quand la transaction a été terminée,
  • 49:57 - 50:00
    elle était évaluée à 10 milliards.
  • 50:00 - 50:04
    Donc au final c'est entre 5,5 et 6 milliards de dollars
  • 50:04 - 50:07
    de bénéfice net qui ont été créés.
  • 50:07 - 50:10
    donc je pense que c'est une affaire très rondement menée
  • 50:10 - 50:14
    de la part de la hiérarchie Netscape qui les a conservés dans le jeu
  • 50:14 - 50:19
    plus longtemps et dont les actionnaires ont bénéficié largement.
  • 50:20 - 50:21
    Mo-
  • 50:21 - 50:22
    -zill-
  • 50:22 - 50:23
    -la
  • 50:23 - 50:24
    vit !
  • 50:24 - 50:26
    Alors que beaucoup de directeurs ont vendu leurs actions
  • 50:26 - 50:28
    pendant la dernière année de Netscape
  • 50:28 - 50:30
    Barksdale en a acheté plus
  • 50:30 - 50:32
    après la fusion il a échangé ses titres
  • 50:32 - 50:35
    pour plus d'un demi million de dollars d'actions AOL.
  • 50:39 - 50:41
    Un autre jeune homme va vers l'Ouest
  • 50:41 - 50:44
    pour trouver la fortune aux nouveaux confins de la technologie.
  • 50:44 - 50:47
    Je suis un peu nerveux pour cette interview,
  • 50:47 - 50:50
    parce que je ne sais pas trop à quoi m'attendre.
  • 50:50 - 50:52
    C'est assez loin
  • 50:52 - 50:54
    4800 km
  • 50:54 - 50:57
    ça fait loin pour votre enfant
  • 50:57 - 51:02
    Mais c'est un endroit où beaucoup de choses se passent
  • 51:02 - 51:04
    qui l'intéressent beaucoup et je pense
  • 51:04 - 51:06
    qu'il a certains talents dans ce domaine.
  • 51:06 - 51:09
    Et je pense vraiment que ça peut être
  • 51:10 - 51:13
    une sorte de maison pour lui étant donné
  • 51:13 - 51:15
    qu'il peut travailler avec des gens
  • 51:15 - 51:18
    avec qui il peut réellement parler.
  • 51:23 - 51:25
    — Pavlov !
  • 51:28 - 51:29
    — Ce que je veux savoir, c'est
  • 51:30 - 51:31
    ce que tu veux faire
  • 51:31 - 51:34
    Je veux dire, quels sont tes objectifs pour les prochaines années ?
  • 51:34 - 51:35
    — Mon objectif, maintenant,
  • 51:35 - 51:39
    c'est que je veux que la version UNIX soit plus rapide que la version Windows.
  • 51:40 - 51:41
    Une fois qu'on s'en sera sortis avec ça,
  • 51:41 - 51:43
    alors, tu sais, on verra.
  • 51:43 - 51:44
    Mais c'est mon objectif.
  • 51:46 - 51:48
    Pavlov est embauché par Netscape.
  • 51:48 - 51:50
    Il remet à plus tard son entrée à l'Université.
  • 51:52 - 51:55
    Prenant part à ce qu'un investisseur a qualifié de plus grande
  • 51:55 - 51:58
    création de richesse légale dans l'histoire de la planète,
  • 51:58 - 52:01
    David Readerman est embauché dans une nouvelle banque d'investissement.
  • 52:04 - 52:06
    Voici le centre de données,
  • 52:06 - 52:08
    plein de câbles, plein de fibres.
  • 52:08 - 52:12
    Ça peut être des sortes de connexions à Internet
  • 52:12 - 52:15
    ça peut être nos lignes pour négocier, nos lignes téléphoniques.
  • 52:15 - 52:18
    Vous savez, on déploie l'infrastructure
  • 52:18 - 52:21
    pour créer une banque marchande importante.
  • 52:22 - 52:25
    Notre point de vue est qu'Internet change tout
  • 52:25 - 52:27
    et nous allons financer les sociétés
  • 52:27 - 52:29
    qui veulent être les acteurs de ce changement.
  • 52:37 - 52:38
    Regardez ce carrefour,
  • 52:38 - 52:40
    on a une banque ici,
  • 52:40 - 52:43
    dans deux ans, vous savez, ça ne sera peut-être plus là,
  • 52:43 - 52:45
    pourquoi ne pas gérer son compte en ligne ?
  • 52:48 - 52:49
    Le site web de Gap
  • 52:49 - 52:53
    est un des sites de commerce les plus réussis
  • 52:53 - 52:55
    sur le marché.
  • 52:56 - 52:59
    Je ne comprends même pas pourquoi Gap rénove ce magasin ?
  • 52:59 - 53:02
    Pourquoi est-ce qu'ils n'investissent pas plus dans leur site web ?
  • 53:03 - 53:06
    Je ne sais pas à quoi ressemblera ce carrefour dans deux ans.
  • 53:09 - 53:11
    Quand j'ai commencé les gens ne savaient pas ce qu'était HTML,
  • 53:11 - 53:13
    ni ce que le World Wide Web était, et d'un seul coup
  • 53:13 - 53:15
    la puissance d'Internet qui était là
  • 53:15 - 53:17
    depuis des années devenait accessible à tout le monde
  • 53:17 - 53:20
    de manière simple, pointer et cliquer, un langage universel.
  • 53:20 - 53:24
    C'est comme dans Fantasia quand Mickey est au-dessus
  • 53:24 - 53:25
    de ce livre qui est ouvert sur la montagne,
  • 53:25 - 53:27
    et qu'il cherche dedans quoi faire
  • 53:27 - 53:29
    et qu'il fait quelque chose. Et il ne sait pas tellement ce qu'il fait
  • 53:29 - 53:30
    mais ça déclenche quelque chose.
  • 53:30 - 53:32
    Et bien sûr cela échappe à son contrôle et continue.
  • 53:32 - 53:34
    Vous ne savez pas pourquoi ça marche ni comment ça marche,
  • 53:34 - 53:36
    vous appuyez simplement sur un bouton et ça marche.
  • 53:36 - 53:38
    Nous sommes au début d'une industrie et
  • 53:38 - 53:40
    qui sait jusqu'où cette industrie ira ?
  • 53:40 - 53:42
    Ça pourrait se finir en télévision encore une fois.
  • 53:42 - 53:45
    Ça pourrait être contrôlé par un petit groupe de
  • 53:46 - 53:48
    sociétés qui décident ce que l'on voit et entend.
  • 53:48 - 53:50
    Et il y a beaucoup de précédents.
  • 53:51 - 53:54
    Je me contente de poser les rails
  • 53:54 - 53:56
    et il y avait ces trains qui me frôlaient,
  • 53:56 - 53:57
    et c'est pas moi qui pourrais dire si c'est
  • 53:57 - 53:59
    une mauvaise chose de voir passer ces trains.
  • 54:00 - 54:02
    Ça pourrait être un héritage horrible.
  • 54:02 - 54:04
    Si ça se finit comme un héritage de,
  • 54:04 - 54:07
    vous savez, Netscape et l'Internet,
  • 54:07 - 54:09
    que nous pourrions tous aimer,
  • 54:10 - 54:12
    faire ce que nous aimons uniquement sous
  • 54:12 - 54:13
    une pression encore plus forte,
  • 54:14 - 54:15
    et bien plus vite.
  • 54:17 - 54:18
    Tout doit changer plus vite,
  • 54:18 - 54:20
    c'est sûr, vous savez, regardez Netscape.
  • 54:20 - 54:22
    À peine né, déjà mort.
  • 54:22 - 54:24
    Je ne veux pas utiliser le mot « mort », ils n'aimeraient pas ce mot.
  • 54:24 - 54:26
    Mais en gros la société est née et a été rachetée
  • 54:26 - 54:28
    en l'espace de quatre années.
  • 54:28 - 54:30
    C'est très rapide, je pense.
  • 54:30 - 54:32
    Ils doivent se dire que c'est très rapide.
  • 54:32 - 54:34
    Alors que la fin de 1999 approche,
  • 54:34 - 54:36
    le public attend toujours de Netscape
  • 54:36 - 54:38
    son premier navigateur open source,
  • 54:38 - 54:40
    plus d'un an après la libération de Mozilla.
  • 54:40 - 54:42
    Le juge et le département de la Justice
  • 54:42 - 54:44
    achèvent un procès en concurrence et désignent Microsoft
  • 54:44 - 54:47
    comme tenant un monopole, gênant l'innovation.
  • 54:47 - 54:49
    AOL commence le nouveau millénaire
  • 54:49 - 54:51
    avec une acquisition encore plus importante,
  • 54:51 - 54:53
    et les investisseurs continuent d'acheter des valeurs technologiques,
  • 54:53 - 54:56
    qui s'échangent avec une volatilité croissante.
  • 54:57 - 54:59
    Tandis qu'Internet trouve sa voie
  • 54:59 - 55:01
    dans tous les recoins de la vie quotidienne,
  • 55:01 - 55:03
    ainsi feront de même des légions de programmeurs
  • 55:03 - 55:05
    ainsi que leur code, travaillant dans l'urgence
  • 55:05 - 55:07
    et tard dans la nuit.
Titre:
Netscape Mozilla Documentary 1998 - 2000 ProJect Code Rush - creative common licence
Description:

Code Rush, produced in 2000 and broadcast on PBS, is an inside look at living and working in Silicon Valley at the height of the dot-com era. The film follows a group of Netscape engineers as they pursue at that time a revolutionary venture to save their company - giving away the software recipe for Netscape's browser in exchange for integrating improvements created by outside software developers. The copyright to the film is now available under Creative common licence vers. 3 for interested viewers to download and use. In the future the original footage from which this film was made will be accessible under the same terms.

Please visit : www.clickmovement.org/coderush

plus » « moins
Langue de la vidéo:
English
Équipe:
Mozilla
Projet :
Mozilla / Firefox (master brand)
Durée:
56:09

sous-titres en French

Révisions Comparer les révisions