Return to Video

Mon chemin pour démarrer une école pour les filles au Kenya : Kakenya Ntaiya à TEDxMidAtlantic

  • 0:19 - 0:23
    Il existe une ethnie au Kenya.
  • 0:23 - 0:27
    Les gens traversent
    des océans pour la rencontrer.
  • 0:27 - 0:35
    Les membres de cette ethnie sont grands, ils sautent
    haut, s'habillent en rouge et tuent des lions.
  • 0:35 - 0:38
    Vous devez vous demandez :
    qui sont ces gens ?
  • 0:38 - 0:41
    Ce sont les Massaïs.
  • 0:41 - 0:43
    Et vous savez ce qui est cool ?
  • 0:43 - 0:47
    Je suis l'une d'entre eux.
    (Rires)
  • 0:47 - 0:51
    Chez les Massaïs, les garçons sont élevés
    pour devenir des guerriers,
  • 0:51 - 0:55
    les filles pour devenir des mères.
  • 0:55 - 1:00
    A 5 ans, j'ai découvert
    que j'étais fiancée,
  • 1:00 - 1:03
    et que j'allais être mariée
    dès que j'aurais atteint la puberté.
  • 1:03 - 1:06
    Ma mère, ma grand-mère, mes tantes,
  • 1:06 - 1:11
    elles me rappelaient tout le temps que
    « ton mari vient de passer ».
  • 1:11 - 1:15
    (Rires).
    Cool, hein ?
  • 1:16 - 1:19
    Et tout ce que j'avais à faire
    à partir de ce moment-là,
  • 1:19 - 1:25
    c'était me préparer à être une femme parfaite
    à l'âge de 12 ans.
  • 1:25 - 1:27
    Mes journées commençaient
    à 5h du matin,
  • 1:27 - 1:30
    traire les vaches, balayer la maison,
    cuisiner pour mes frères et sœurs,
  • 1:30 - 1:35
    aller chercher de l'eau
    ou du bois pour le feu.
  • 1:35 - 1:42
    Je faisais tout ce que je devais faire
    pour devenir une parfaite épouse.
  • 1:42 - 1:48
    Je suis allée à l'école, mais pas parce que
    toutes les filles Massaïs y vont.
  • 1:48 - 1:51
    C'est parce que ma mère
    n'a pas eu accès à l'éducation.
  • 1:51 - 1:55
    Elle répétait constamment à ses enfants
  • 1:55 - 1:59
    qu'elle ne voulait jamais qu'on ait à vivre
    la vie qu'elle vivait.
  • 1:59 - 2:01
    Pourquoi disait-elle cela ?
  • 2:01 - 2:06
    Mon père était policier en ville,
  • 2:06 - 2:11
    il revenait à la maison une fois par an,
    parfois même on ne le voyait pas pendant 2 ans.
  • 2:11 - 2:15
    Et à chaque fois qu'il revenait à la maison,
    c'était différent.
  • 2:15 - 2:20
    Ma mère travaillait dur à la ferme pour faire
    pousser de quoi nous nourrir,
  • 2:20 - 2:24
    elle élevait des vaches et des chèvres
    afin de pouvoir prendre soin de nous.
  • 2:24 - 2:27
    Mais quand mon père rentrait,
    il vendait les vaches,
  • 2:27 - 2:29
    il vendait nos produits,
  • 2:29 - 2:33
    et il allait boire dans des bars
    avec ses amis.
  • 2:33 - 2:38
    Parce que ma mère était une femme,
    elle n'avait aucun droit de propriété,
  • 2:38 - 2:40
    et par défaut,
    dans ma famille en tout cas,
  • 2:40 - 2:43
    tout appartenait à mon père,
    donc il avait le droit.
  • 2:43 - 2:48
    Et si ma mère avait le malheur de le contredire,
    il la battait ou l'insultait.
  • 2:48 - 2:52
    C'était vraiment, vraiment difficile.
  • 2:52 - 2:57
    Quand j'allais à l'école, j'avais un rêve,
    je voulais devenir enseignante.
  • 2:57 - 3:02
    Les institutrices étaient jolies,
    elles portaient des robes et des talons hauts...
  • 3:02 - 3:05
    J'ai découvert plus tard que
    c'était très inconfortable, mais j'adorais ça.
  • 3:05 - 3:08
    (Rires)
  • 3:08 - 3:12
    Mais surtout, l'institutrice ne faisait
    qu'écrire au tableau.
  • 3:12 - 3:15
    Pas très difficile, d'après moi,
  • 3:15 - 3:20
    en tout cas par rapport à ce que je faisais à la ferme,
    donc je voulais devenir institutrice.
  • 3:20 - 3:24
    Je travaillais dur à l'école,
    mais quand j'ai eu 13 ans,
  • 3:24 - 3:26
    ça a été un un facteur déterminant.
  • 3:26 - 3:31
    Dans notre tradition, il y a une cérémonie que doivent
    subir les filles pour devenir des femmes.
  • 3:31 - 3:34
    C'est un rite initiatique vers la féminité.
  • 3:34 - 3:37
    Je finissais juste le collège,
  • 3:37 - 3:40
    et c'était une transition pour moi,
    avant d'aller au lycée.
  • 3:40 - 3:41
    J'étais à un carrefour.
  • 3:41 - 3:47
    Une fois accomplie cette tradition,
    j'allais devenir une épouse.
  • 3:47 - 3:51
    Et bien, mon rêve de devenir institutrice
    n'était pas près de se réaliser.
  • 3:51 - 3:56
    Je devais donc trouver un plan
    pour régler ça.
  • 3:56 - 4:00
    J'ai parlé à mon père, et j'ai fait une chose
    que la plupart des filles n'ont jamais faite.
  • 4:00 - 4:06
    Je lui ai dit : je ne passerai cette cérémonie
    que si tu me laisses continuer l'école.
  • 4:06 - 4:12
    J'ai fait ça car si je fuyais, mon père serait
    stigmatisé, les gens l'appeleraient
  • 4:12 - 4:15
    « Le père de la fille
    qui n'a pas passé la cérémonie ».
  • 4:15 - 4:19
    C'était une honte
    qu'il aurait porté toute sa vie.
  • 4:19 - 4:25
    Donc il a réfléchi, et il a dit :
    « D'accord, tu iras à l'école après la cérémonie ».
  • 4:25 - 4:32
    Je l'ai fait. La cérémonie a eu lieu, c'est toute
    une semaine de réjouissances.
  • 4:32 - 4:34
    C'est une cérémonie, les gens s'amusent.
  • 4:34 - 4:37
    Et la veille de la cérémonie,
  • 4:37 - 4:43
    on dansait, plein d'excitation,
    et on n'a pas dormi de la nuit.
  • 4:43 - 4:46
    Le jour J est arrivé et nous sommes sortis
    de la maison,
  • 4:46 - 4:48
    en dansant,
  • 4:48 - 4:50
    et on dansait, dansait,
    et on est sorti de la cour,
  • 4:50 - 4:55
    et il y avait une foule de gens
    qui attendaient en cercle.
  • 4:55 - 5:00
    Pendant qu'on dansait et dansait
    et qu'on approchait du cercle de femmes --
  • 5:00 - 5:02
    hommes, femmes, enfants,
    tout le monde était là.
  • 5:02 - 5:05
    Il y avait une femme assise au milieu.
  • 5:05 - 5:10
    Cette femme attendait pour nous tenir.
  • 5:10 - 5:14
    J'étais la première, il y avait mes sœurs
    et quelques autres filles.
  • 5:14 - 5:23
    Pendant que je l'approchais, elle me regardait,
    puis je me suis assise et j'ai écarté les jambes.
  • 5:23 - 5:30
    Pendant que j'écartais mes jambes, une autre
    femme est arrivée et elle avait un couteau.
  • 5:30 - 5:39
    Elle avait le couteau et marchait vers moi,
    puis elle a pris mon clitoris, et elle l'a coupé.
  • 5:39 - 5:43
    Comme vous pouvez l'imaginer,
    j'ai saigné, saigné..
  • 5:43 - 5:48
    Après avoir saigné un moment,
    je me suis évanouie.
  • 5:48 - 5:55
    Tant de filles -- J'ai de la chance
    de ne pas être morte. Beaucoup meurent.
  • 5:55 - 6:01
    C'est pratiqué sans anesthésie,
    avec un vieux couteau rouillé,
  • 6:01 - 6:04
    et c'était très difficile.
  • 6:04 - 6:09
    J'ai eu de la chance car -- déjà, ma mère a fait
    quelque chose que la plupart des femmes ne font pas,
  • 6:09 - 6:12
    3 jours plus tard, après que tout le monde
    eût quitté la maison,
  • 6:12 - 6:14
    ma mère est allée chercher une infirmière.
  • 6:14 - 6:21
    Elle a pris soin de nous, 3 semaines après,
    j'étais guérie et de retour au lycée.
  • 6:21 - 6:24
    J'étais si déterminée à devenir institutrice
    à ce moment-là,
  • 6:24 - 6:28
    afin de pouvoir aider ma famille.
  • 6:28 - 6:32
    Et bien, alors que j'étais au lycée,
    quelque chose est arrivé.
  • 6:32 - 6:37
    J'ai rencontré un autre jeune homme de notre village,
    qui avait étudié à l'université de l'Oregon.
  • 6:37 - 6:44
    Il portait un t-shirt blanc, un jean,
    un appareil photo,
  • 6:44 - 6:46
    des baskets blanches --
    et je parle de baskets blanches.
  • 6:46 - 6:50
    Il y a un truc avec les vêtements et
    les chaussures je crois. (Rires)
  • 6:50 - 6:55
    Et c'était dans un village
    qui n'avait même pas de route pavée.
  • 6:55 - 6:58
    C'était assez attirant.
    (Rires)
  • 6:58 - 7:05
    Je lui ai dit : « Je veux aller là où tu es »
    parce que cet homme avait l'air très heureux,
  • 7:05 - 7:07
    et j'admirais ça.
  • 7:07 - 7:08
    Et il m'a dit :
  • 7:08 - 7:13
    « Comment ça tu veux t'en aller ?
    Tu n'as pas un mari qui t'attend ? »
  • 7:13 - 7:19
    Et je lui ai répondu : « Ne t'inquiète pas pour ça,
    dis moi juste comment y aller. ».
  • 7:19 - 7:21
    Et ce jeune homme m'a aidée.
  • 7:21 - 7:25
    Aussi, quand j'étais à l'école, mon père était malade,
    il avait eu une attaque,
  • 7:25 - 7:31
    et il était vraiment malade, donc il ne pouvait
    pas vraiment me dire quoi faire.
  • 7:31 - 7:34
    Mais le problème, c'est que mon père
    n'est pas le seul père que j'aie.
  • 7:34 - 7:39
    Tout homme de l'âge de mon père,
    dans la communauté, est mon père par défaut.
  • 7:39 - 7:44
    Tous mes oncles décident
    de ce que mon avenir doit être.
  • 7:44 - 7:47
    Donc, la nouvelle est arrivée,
    et je me suis inscrite à l'école.
  • 7:47 - 7:52
    J'ai été acceptée à l'université pour femme
    Randolph-Maco, à Lynchburg en Virginie,
  • 7:52 - 7:55
    et je ne pouvais pas y aller
    sans le soutien de mon village,
  • 7:55 - 7:57
    car j'avais besoin d'argent
    pour le billet d'avion.
  • 7:57 - 8:01
    J'avais reçu une bourse,
    mais il fallait que je paye le voyage.
  • 8:01 - 8:04
    J'avais besoin du soutien de mon village,
  • 8:04 - 8:08
    et là encore, quand les hommes,
    les gens ont entendu dire
  • 8:08 - 8:11
    qu'une femme avait
    l'opportunité d'aller à l'école,
  • 8:11 - 8:13
    ils ont dit : « Quelle opportunité gâchée,
  • 8:13 - 8:17
    ça aurait dû être pour un garçon,
    on ne peut pas faire ça ».
  • 8:17 - 8:22
    Donc je suis revenue,
    et j'ai dû retourner à la tradition.
  • 8:22 - 8:27
    Chez nous, il y a une croyance selon laquelle
    le matin apporte de bonnes nouvelles.
  • 8:27 - 8:30
    Il fallait donc que je trouve
    quelque chose à faire le matin,
  • 8:30 - 8:33
    vu que c'est le matin
    qu'il y a des bonnes nouvelles.
  • 8:33 - 8:38
    Et aussi, dans le village, il y a un chef,
    ou un vieil homme :
  • 8:38 - 8:41
    s'il dit oui, tout le monde le suivra.
  • 8:41 - 8:45
    Donc je suis allée le voir, tôt le matin,
    au lever du soleil.
  • 8:45 - 8:49
    La première chose qu'il a vue
    en ouvrant sa porte, c'était moi.
  • 8:49 - 8:51
    « Mon enfant, qu'est ce que tu fais ici ? »
  • 8:51 - 8:56
    « Et bien Père, j'ai besoin d'aide. Pouvez-vous
    me soutenir pour que j'aille en Amérique ? »
  • 8:56 - 8:59
    Je lui ai promis d'être une bonne fille
    et de revenir.
  • 8:59 - 9:04
    Que je ferai tout ce qu'il voudrait après ça.
  • 9:04 - 9:05
    Il m'a dit : « D'accord, mais je ne peux pas
    faire ça tout seul. »
  • 9:05 - 9:11
    Il m'a donné une liste de 15 hommes
    à aller voir, 16 hommes de plus.
  • 9:11 - 9:14
    Tous les matins, j'allais leur rendre visite.
  • 9:14 - 9:17
    Ils se sont tous réunis --
    le village, les femmes, les hommes.
  • 9:17 - 9:22
    Tout le monde s'est uni pour me soutenir,
    pour que j'aie une éducation.
  • 9:22 - 9:26
    Je suis arrivée aux Etats-Unis.
    Et devinez ce que j'ai trouvé ?
  • 9:26 - 9:30
    (Rires)
    J'ai trouvé de la neige.
  • 9:30 - 9:32
    J'ai trouvé Walmart,
  • 9:32 - 9:36
    les aspirateurs, et plein de nourriture
    à la cafétéria.
  • 9:36 - 9:42
    J'étais sur un terre d'abondance,
    et j'en profitais.
  • 9:42 - 9:47
    Mais pendant ce temps passé là,
    je découvrais beaucoup de choses.
  • 9:47 - 9:53
    J'ai appris que cette cérémonie que j'ai subie
    quand j'avais 13 ans
  • 9:53 - 9:56
    était appelée
    « mutilation génitale féminine ».
  • 9:56 - 9:59
    J'ai appris que c'était illégal au Kenya,
  • 9:59 - 10:04
    j'ai appris que je n'avais pas à renoncer
    à des parties de mon corps
  • 10:04 - 10:07
    pour avoir une éducation,
    c'était mon droit !
  • 10:07 - 10:11
    Et pendant que nous parlons,
    3 millions de filles en Afrique
  • 10:11 - 10:16
    courent le risque de subir
    cette mutilation.
  • 10:16 - 10:19
    J'ai appris que ma mère
    avait un droit de propriété,
  • 10:19 - 10:25
    j'ai appris qu'elle n'avait pas à être insultée
    juste parce qu'elle est une femme.
  • 10:25 - 10:28
    Ces choses m'ont mise en colère.
  • 10:28 - 10:30
    Je voulais faire quelque chose.
  • 10:30 - 10:35
    Dès que je revenais,
    je découvrais que les filles de mes voisins
  • 10:35 - 10:37
    allaient se marier,
    allaient être mutilées.
  • 10:37 - 10:42
    Après avoir eu mon diplôme, j'ai travaillé à l'ONU,
    je suis retournée à l'école
  • 10:42 - 10:48
    pour avoir un diplôme professionnel,
    et les pleurs constants de ces filles restaient en moi.
  • 10:48 - 10:50
    Il fallait que je fasse quelque chose.
  • 10:50 - 10:54
    En revenant, j'ai commencé à parler aux hommes,
    au village, aux mères, pour leur dire :
  • 10:54 - 10:59
    « Je veux vous donner en retour comme
    j'avais promis de revenir et de vous aider.
  • 10:59 - 11:00
    De quoi avez vous besoin ? »
  • 11:00 - 11:02
    Quand je parlais aux femmes,
    elles me disaient :
  • 11:02 - 11:04
    « Tu sais ce qu'il nous faut ?
    Il nous faut une école pour les filles
  • 11:04 - 11:06
    parce qu'il n'y aucune école pour les filles ».
  • 11:06 - 11:08
    Et la raison pour laquelle elles voulaient
    une école pour les filles,
  • 11:08 - 11:12
    c'est parce que, quand une fille se fait violer
    sur le chemin de l'école,
  • 11:12 - 11:14
    c'est la mère qui est tenue pour responsable.
  • 11:14 - 11:18
    Si elle tombe enceinte
    avant d'être mariée,
  • 11:18 - 11:21
    c'est la mère qui est responsable,
    et elle est punie, elle est battue.
  • 11:21 - 11:25
    Elles m'ont dit :
    « Nous voulons un endroit sûr pour nos filles ».
  • 11:25 - 11:28
    Comme nous avancions,
    je suis allée parler aux pères,
  • 11:28 - 11:31
    les pères bien sûr,
    vous imaginez ce qu'ils ont dit,
  • 11:31 - 11:33
    « "Nous voulons une école pour les garçons ».
  • 11:33 - 11:38
    Et j'ai dit, et bien, il y a certains hommes
    de mon village qui étaient partis
  • 11:38 - 11:39
    et ils ont reçu une éducation.
  • 11:39 - 11:44
    Pourquoi ne construisent-ils pas une école
    pour les garçons, et moi une école pour les filles ?
  • 11:44 - 11:47
    C'était logique, et ils ont accepté.
  • 11:47 - 11:52
    Et je leur ai dit que je voulais qu'ils fassent
    un geste pour prouver leur engagement,
  • 11:52 - 11:53
    et ils l'ont fait.
  • 11:53 - 11:58
    Ils ont donné un terrain pour construire l'école,
    et on l'a fait.
  • 11:58 - 12:01
    Je veux vous présenter
    une des filles de cette école.
  • 12:01 - 12:04
    Angelene est venue s'inscrire à l'école
  • 12:04 - 12:07
    et elle ne remplissait aucun de nos critères.
  • 12:07 - 12:10
    C'est une orpheline, oui.
    On pouvait la prendre en charge,
  • 12:10 - 12:16
    mais elle avait 12 ans,
    et on prenait des filles de 8 ou 9 ans.
  • 12:16 - 12:19
    Tout le monde nous disait qu'Angelene
    n'avait nulle part où aller,
  • 12:19 - 12:21
    car elle était orpheline,
    elle n'avait ni père ni mère,
  • 12:21 - 12:23
    elle allait de la maison d'une grand-mère
    à une autre,
  • 12:23 - 12:27
    de tante à tante,
    sans aucune stabilité dans sa vie.
  • 12:27 - 12:31
    C'est ce que les gens disaient, et je la regardais,
    et je me souviens de ce jour,
  • 12:31 - 12:36
    j'ai vu quelque chose de plus profond
    que ce que je voyais en Angelene,
  • 12:36 - 12:38
    et oui, elle était trop grande
    pour être en CE2,
  • 12:38 - 12:41
    mais on l'a laissée venir en classe.
  • 12:41 - 12:44
    Cinq mois plus tard, voici Angelene.
  • 12:44 - 12:47
    Une transformation avait débuté dans sa vie.
  • 12:47 - 12:53
    Angelene voulait devenir pilote d'avion,
    pour voler à travers le monde et changer les choses.
  • 12:53 - 12:55
    Elle n'était pas la meilleure en arrivant.
  • 12:55 - 12:57
    Maintenant c'est la meilleure élève,
    pas seulement de notre école,
  • 12:57 - 13:00
    mais de toute la division.
  • 13:00 - 13:04
    On peut voir la différence, voici Sharon,
    et là, 5 ans plus tard.
  • 13:04 - 13:10
    Avaleen, cinq mois plus tard,
    voilà la différence que nous faisons
  • 13:10 - 13:13
    chaque jour dans notre école.
  • 13:13 - 13:15
    Un nouveau commencement se crée.
  • 13:15 - 13:21
    Pendant que nous parlons,
    125 filles ne seront jamais mutilées.
  • 13:21 - 13:27
    125 ne seront pas mariées à 12 ans.
  • 13:27 - 13:33
    125 filles construisent
    et réalisent leurs rêves.
  • 13:33 - 13:38
    Voilà ce que nous faisons :
    leur donner l'opportunité de s'élever.
  • 13:38 - 13:42
    Pendant que nous parlons,
    les femmes ne sont pas battues
  • 13:42 - 13:45
    à cause de la révolution que nous
    avons entreprise dans notre communauté.
  • 13:45 - 13:54
    (Applaudissements)
  • 13:54 - 13:56
    Je veux vous lancer un défi aujourd'hui.
  • 13:56 - 14:01
    vous m'écoutez car vous tous ici
    êtes très optimistes.
  • 14:01 - 14:05
    Vous êtes des personnes passionnées,
  • 14:05 - 14:09
    qui veulent voir un monde meilleur.
  • 14:09 - 14:12
    Vous êtes des personnes
    qui veulent voir la guerre prendre fin.
  • 14:12 - 14:13
    Plus de pauvreté.
  • 14:13 - 14:16
    Vous êtes des personnes qui veulent
    faire la différence,
  • 14:16 - 14:19
    et qui veulent construire de meilleurs lendemains.
  • 14:19 - 14:23
    Je veux vous lancer le défi
    d'être les premiers.
  • 14:23 - 14:26
    Car les gens vont vous suivre.
  • 14:26 - 14:28
    Soyez les premiers,
    et les gens vous suivront.
  • 14:28 - 14:31
    Osez, levez vous !
  • 14:31 - 14:32
    N'ayez aucun crainte.
  • 14:32 - 14:34
    Ayez confiance.
  • 14:34 - 14:39
    Bougez-vous, car en changeant le monde,
    en changeant votre communauté,
  • 14:39 - 14:44
    quand nous pensons avoir un impact
    sur une fille, une famille,
  • 14:44 - 14:47
    un village, un pays à la fois,
  • 14:47 - 14:48
    nous faisons la différence.
  • 14:48 - 14:52
    Si vous changez votre monde,
    vous changerez votre communauté,
  • 14:52 - 14:54
    vous changerez votre pays.
  • 14:54 - 14:57
    Et pensez y :
    si vous faites ça et que je fais ça,
  • 14:57 - 14:59
    est-ce qu'on ne va pas créer
    un meilleur futur,
  • 14:59 - 15:03
    pour nos enfants, pour vos enfants,
    pour nos petits-enfants,
  • 15:03 - 15:05
    et vivre dans un monde serein ?
  • 15:05 - 15:07
    Merci beaucoup.
  • 15:07 - 15:25
    (Applaudissements)
Title:
Mon chemin pour démarrer une école pour les filles au Kenya : Kakenya Ntaiya à TEDxMidAtlantic
Description:

Le destin de Kakenya Ntaiya était de suivre le chemin traditionnel de toutes les filles nées dans le petit village d'Enoosaen au Kenya, de se marier à un très jeune âge et d'être excisée. Elle explique comment elle a décidé de changer cette réalité pour les autres filles.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
15:42

French subtitles

Revisions Compare revisions