YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Phillip Atiba Goff parle sur la scène du TED2019

Phillip Atiba Goff parle sur la scène du TED2019.

Get Embed Code
21 Languages

Showing Revision 9 created 09/01/2019 by eric vautier.

  1. Quand les gens me rencontrent
    pour la première fois au travail,
  2. ils se sentent souvent poussés
    à partager une révélation à mon sujet.
  3. Ça ressemble souvent à ça :
  4. « Je sais pourquoi les chefs de la police
  5. aiment partager avec vous
    leurs terribles secrets.
  6. Phil, avec votre doctorat en psychologie
    et votre tête chauve et luisante,
  7. vous êtes comme le psy de la télé,
    mais en noir. »
  8. (Rires)

  9. Et à chaque personne
    qui me dit cela, je réponds :

  10. « Merci. C'est la première fois
    que j'entends cette blague. »
  11. (Rires)

  12. Mais pour tous les autres,
    j'espère que vous croirez

  13. que les chefs de la police
    n'aiment pas me parler
  14. car ils me pensent psychologue clinicien.
  15. Je ne le suis pas non plus.
  16. J'ignore ce que votre mère vous a fait
    et je ne peux pas vous aider.
  17. (Rires)

  18. Les chefs de la police aiment me parler

  19. car je suis un expert sur un problème
    qui leur semble impossible à résoudre :
  20. le racisme dans leur profession.
  21. Mon expertise découle
    du fait d'être un scientifique
  22. qui étude comment notre esprit apprend
    à associer être noir et la criminalité,
  23. et à percevoir les enfants noirs
    comme étant plus âgés qu'ils ne le sont.
  24. Elle découle aussi de l'étude
    du comportement de la police.
  25. C'est ainsi que je sais que chaque année,
  26. aux États-Unis, environ un adulte sur cinq
  27. est en contact avec les forces de l'ordre.
  28. Environ un million sont la cible
    d'un usage de la force par la police
  29. et si vous êtes noir,
  30. vous avez entre deux et 4 fois plus de
    risques de l'être que si vous êtes blanc.
  31. Mais elle découle aussi du fait de savoir
  32. ce que l'on ressent
    du fait de ces statistiques.
  33. J'ai ressenti la peur de voir
    un agent désenclencher son arme
  34. et la panique de réaliser que quelqu'un
    pourrait méprendre mon filleul de 13 ans
  35. comme assez âgé pour être une menace.
  36. Alors quand un chef de la police,
  37. un pasteur,
  38. un imam ou une mère --
  39. quand ils m'appellent
  40. après qu'un agent a tiré
    sur un autre enfant noir non armé,
  41. je comprends un peu
    la douleur dans leur voix.
  42. C'est la douleur d'un cœur qui se brise
  43. quand il ne parvient pas à résoudre
    un problème mortel.
  44. Il se brise à essayer de faire une chose
  45. qui semble à la fois
    nécessaire et impossible.
  46. Ce que l'on ressent
    en essayant de résoudre le racisme.
  47. C'est nécessaire et impossible.
  48. Les chefs de la police aiment me parler
    car je suis un expert
  49. mais je doute qu'ils feraient la queue
    pour aller voir un psy
  50. si je leur disais que c'était sans espoir.
  51. Toutes mes recherches
  52. et la décennie de travail
    réalisé dans mon centre --
  53. le centre pour l'équité policière --
  54. m'ont mené à une conclusion
    pleine d'espoir
  55. au milieu du déchirement
    lié à la race en Amérique
  56. et la voici :
  57. essayer de résoudre le problème
    du racisme semble impossible
  58. car notre définition du racisme
    fait paraître cela impossible,
  59. mais cela n'a pas à être ainsi.
  60. Voici ce que je veux dire.
  61. La définition la plus courante du racisme
  62. est que les comportements racistes
  63. sont le résultat de cœurs
    et d'esprits contaminés.
  64. Écoutez comment nous parlons
    d'éliminer le racisme
  65. et vous l'entendrez.
  66. « Nous devons éradiquer la haine.
  67. Nous devons combattre l'ignorance. »
  68. Ce sont les cœurs et les esprits.
  69. Le seul problème avec cette définition
    est qu'elle est complètement erronée --
  70. scientifiquement et autrement.
  71. L'une des idées fondamentales
    de la psychologie sociale
  72. est que les mentalités sont
    de mauvais indicateurs des comportements,
  73. mais plus important encore,
  74. aucune communauté noire
    n'est descendue dans la rue
  75. pour exiger que les gens blancs
    nous aiment plus.
  76. Les communautés manifestent
    pour mettre un terme aux tueries
  77. car avec le racisme, il est question
    de comportements, pas de sentiments.
  78. Même quand les leaders des droits civils
  79. comme King et Fannie Lou Hamer
    ont utilisé le langage de l'amour,
  80. le racisme contre lequel ils se battaient,
  81. c'était la ségrégation et la brutalité.
  82. Les actions sont plus importantes
    que les sentiments.
  83. Chacun de ces leaders s'accorderait à dire
  84. que si une définition du racisme
  85. rend cela plus difficile de voir
    les dommages causés par le racisme,
  86. elle n'est pas qu'erronée.
  87. Une définition qui se préoccupe
    des intentions des agresseurs
  88. plus que des préjudices aux agressés --
  89. cette définition du racisme est raciste.
  90. Quand nous changeons
    la définition du racisme

  91. pour passer des mentalités
    aux comportements,
  92. nous faisons passer ce problème
    d'impossible à résoluble.
  93. Car vous pouvez mesurer les comportements
  94. et quand un problème est mesurable,
  95. vous exploitez une des règles universelles
    de la réussite organisationnelle.
  96. Avec un problème ou un objectif mesuré,
  97. vous êtes responsable de cette métrique.
  98. Si toutes les autres organisations
    mesurent ainsi la réussite,
  99. pourquoi ne pas le faire
    avec le maintien de l'ordre ?
  100. Il s'avère que nous le faisons déjà.

  101. La police pratique une reddition
    de comptes basée sur les données,
  102. pour les crimes seulement.
  103. La grande majorité des départements
    de police à travers les États-Unis
  104. utilise un système appelé CompStat.
  105. C'est un procédé qui,
    utilisé correctement,
  106. identifie les données criminelles,
  107. il les traque et identifie des tendances
  108. puis il permet aux départements
    de rendre des comptes
  109. sur des objectifs de sécurité publique.
  110. Il fonctionne soit en dirigeant
    l'attention ou les ressources de la police
  111. ou en changeant
    le comportement de la police.
  112. Si je vois une série d'agressions
    dans un quartier,
  113. je vais vouloir augmenter
    les patrouilles dans ce quartier.
  114. Si je vois un pic d'homicides,
  115. je vais vouloir parler à la communauté
    pour découvrir pourquoi
  116. et collaborer pour changer le comportement
    de la police et diminuer la violence.
  117. Quand vous définissez le racisme
    en termes de comportements mesurables,
  118. vous pouvez en faire de même.
  119. Vous pouvez créer
    un CompStat pour la justice.
  120. C'est exactement ce que le centre
    pour l'équité policière a fait.
  121. Je vais vous dire comment ça marche.
  122. Quand un département
    de police nous invite,

  123. nous gérons l'aspect légal,
    discutons avec la communauté,
  124. l'étape suivante
    est d'analyser ses données.
  125. L'objectif de ces analyses
    est de déterminer
  126. à quel point la criminalité, la pauvreté,
    la démographie du quartier
  127. prédisent, disons, l'usage
    de la force par la police ?
  128. Disons que ces facteurs prédisent
  129. que la police fera usage de la force
    sur tant de personnes noires.
  130. On y est ?
  131. Notre question suivante est :
  132. combien de personnes noires
  133. sont la cible de l'usage de la force ?
  134. Disons tant de personnes.
  135. C'est quoi l'écart ?
  136. Une grande portion de l'écart
    est la différence
  137. entre ce qui est prédit
    par ce que la police ne contrôle pas
  138. et ce qui est prédit
    par ce que la police contrôle,
  139. ses politiques et ses comportements.
  140. Ce que nous cherchons,
    ce sont les genres de contact
  141. ou les zones de la ville
  142. où cet écart est le plus important
  143. car nous pouvons dire à nos partenaires :
  144. « Regardez ici.
    Résolvons d'abord ce problème. »
  145. C'est le genre de thérapie
    que les chefs de la police soutiennent
  146. car il n'y a rien d'aussi inspirant
    face à nos antécédents de racisme
  147. qu'un problème résoluble.
  148. Si la communauté à Minneapolis
    demandait à son département de police

  149. de remédier aux manquements moraux
    liés à la race au sein de la police,
  150. ils ne sauraient pas faire cela.
  151. Mais si la communauté dit plutôt :
  152. « Vos données indiquent que vous tabassez
    beaucoup de sans-abri.
  153. Ça vous dit d'arrêter ça ? »
  154. C'est quelque chose que la police
    peut apprendre à faire.
  155. Et elle l'a fait.
  156. En 2015, le département de police
    de Minneapolis nous a dit
  157. que sa communauté s'inquiétait
    d'un usage de la force trop fréquent.
  158. Nous lui avons montré
    comment exploiter ses données
  159. pour identifier les situations
    où la force pouvait être évitée.
  160. Regardez ces données,
  161. un nombre disproportionné
  162. de leurs incidents
    liés à l'usage de la force
  163. impliquait quelqu'un qui est sans-abri,
    en détresse mentale,
  164. a un problème de toxicomanie
    ou une combinaison des trois --
  165. plus que ce à quoi vous vous attendriez
  166. d'après ces facteurs dont je vous parlais.
  167. L'écart est juste là.

  168. La question suivante est : pourquoi ?
  169. Il s'avère que les sans-abri
    ont souvent besoin de services.
  170. Quand ces services
    ne sont pas disponibles,
  171. qu'ils n'ont pas leur traitement,
  172. ils perdent leur place au refuge,
  173. ils ont plus de risques
    d'avoir des comportements
  174. poussant des gens à appeler la police.
  175. Quand elle arrive,
  176. ils ont plus de risques
    de résister à l'intervention,
  177. souvent car ils n'ont rien fait d'illégal,
  178. ils ne font que vivre dehors.
  179. Le problème n'était pas un besoin
    de former différemment
  180. les agents de Minneapolis.
  181. Le problème était que les gens
    utilisaient la police
  182. pour « traiter » la toxicomanie
    et le sans-abrisme.
  183. La ville de Minneapolis a trouvé
    un moyen d'offrir des services sociaux
  184. et des ressources municipales
  185. à la communauté des sans-abri
    avant que quiconque n'appelle les flics.
  186. (Applaudissements)

  187. Le problème n'est pas
    toujours le sans-abrisme.

  188. Parfois, c'est la crainte
    d'un contrôle de l'immigration,
  189. comme à Salt Lake City ou à Houston,
  190. où les chefs ont dû se manifester :
  191. « Nous ne vous expulserons pas
    pour avoir appelé la police. »
  192. Ou ce sont les poursuites à pied
  193. comme à Las Vegas,
  194. où ils ont dû former leurs agents
    à ralentir et à respirer
  195. au lieu de permettre à l'adrénaline
    de faire dégénérer la situation.
  196. Ce sont les fouilles à Oakland,
  197. le fait de faire sortir
    les gens de leur voiture à San Jose,
  198. la façon de patrouiller les quartiers
  199. qui composent la zone 3 de Pittsburgh
  200. et les quartiers noirs
    près des rives à Baltimore.
  201. Mais dans chaque ville,
  202. si nous pouvons leur offrir
    un problème résoluble,
  203. ils s'affairent à le résoudre.
  204. Ensemble, nos partenaires ont observé
    en moyenne 25% d'arrestations en moins,
  205. moins d'incidents
    liés à l'usage de la force
  206. et moins 13% des blessures
    liées à un agent.
  207. Globalement, en identifiant
    les plus gros écarts
  208. et en dirigeant l'attention
    de la police sur leur résolution,
  209. nous pouvons offrir un vaccin
  210. contre les disparités raciales
    dans le maintien de l'ordre.
  211. Actuellement, nous avons la capacité
    de nous associer à 40 villes à la fois.

  212. Cela signifie que si nous voulons
    que les États-Unis arrêtent d'être épuisés
  213. à essayer de résoudre
    un problème impossible,
  214. nous allons avoir besoin
    de bien plus d'infrastructure.
  215. Puisque notre objectif est d'avoir
    les outils pour pouvoir mettre à l'échelle
  216. la brillance d'organisateurs dévoués
  217. et de chefs ayant un esprit de réforme.
  218. Pour en venir là, nous aurons besoin
    du genre de volonté collective
  219. qui a déségrégué les écoles
  220. et a obtenu le droit de vote
    pour les enfants d'anciens esclaves
  221. afin que nous puissions créer
    un système de santé
  222. capable d'offrir notre vaccin
    à travers le pays.
  223. Puisque notre idée audacieuse
  224. est de fournir un CompStat pour la justice
  225. à des départements qui servent
    100 millions de personnes
  226. à travers les États-Unis
  227. au cours des cinq prochaines années.
  228. (Applaudissements et acclamations)

  229. Faire cela signifierait armer
    environ un tiers des États-Unis

  230. avec les outils pour réduire
    les disparités raciales
  231. dans les contrôles, les arrestations,
    l'utilisation de la force
  232. mais aussi des outils pour
    réduire les cautions abusives,
  233. l'incarcération de masse,
  234. l'instabilité familiale,
  235. les maladies mentales
    chroniques, la toxicomanie
  236. et tout autre mal que notre système
    criminel et légal défaillant aggrave.
  237. Car toute arrestation injustifiée
    que nous pouvons éviter
  238. sauve une famille du voyage terrifiant
    à travers chacun de ces systèmes.
  239. Tout comme toute arme
    pouvant rester dans son étui
  240. sauve une communauté entière
    d'une vie entière de deuil.
  241. Chacun d'entre nous,

  242. nous mesurons les choses
    qui nous importent.
  243. Les entreprises mesurent les profits,
  244. les bons étudiants
    surveillent leurs notes,
  245. les familles font la courbe
    de croissance des enfants
  246. avec des marques
    sur l'encadrement d'une porte.
  247. Nous mesurons tous les choses
    qui nous importent le plus,
  248. c'est pourquoi nous nous sentons délaissés
  249. quand personne ne prend la peine
    de mesurer quoi que ce soit.
  250. Depuis 250 ans,

  251. nous avons défini les problèmes
    de la race et du maintien de l'ordre
  252. de façon fonctionnellement
    impossible à mesurer.
  253. Mais la science dit maintenant
    que nous pouvons changer cette définition.
  254. Les gens du centre
    pour l'équité policière,
  255. nous avons peut-être mesuré
  256. plus de comportements policiers
    que n'importe qui
  257. et cela signifie qu'une fois
    que nous aurons la volonté
  258. et les ressources pour ce faire,
  259. ce pourrait être la génération
  260. qui arrête d'avoir l'impression
    que le racisme est un problème insoluble
  261. et voit plutôt
  262. que ce qui est nécessaire
    depuis bien trop longtemps est possible.
  263. Merci.

  264. (Applaudissements et acclamations)