Return to Video

Кто стоит за разрушением СССР?

  • 0:04 - 0:10
    Qui était derrière la destruction de l’URSS ? Opinion d’Anatoli Loukianov
  • 0:10 - 0:24
    Qui se trouvait en coulisses de tous ces événements ?
    Qui appuyait ces forces intérieures..
  • 0:24 - 0:33
    et extérieures, conduites pour détruire l’URSS, et en finir avec une superpuissance ?
  • 0:33 - 0:47
    Et que se passa t-il entre le 7et 8 décembre 91 ?
  • 0:47 - 1:01
    Une question importante nous vient à l’esprit : Quelles forces de l’étranger ont-elles pu exécuter cela ?
  • 1:01 - 1:19
    Chacun peut avoir son opinion, en se basant sur les déclarations de Bill Clinton, Brzezinski, Matlock, etc.
  • 1:19 - 1:35
    Mais il y a un témoignage qui est lié, de très près, à la destruction de l’URSS.
  • 1:35 - 1:46
    Ce témoignage vient de la première ministre de l’époque, de la Grande-Bretagne, Margaret Thatcher.
  • 1:46 - 2:00
    En mai 91, j’avais eu une entrevue, de plus de deux heures, avec Margaret Thatcher.
  • 2:00 - 2:14
    M.Thatcher, fidèle défenseure de l’économie de marché et du libre commerce,
  • 2:14 - 2:25
    me demandait durant cette entrevue, la formule constitutionnelle qui permettait la sortie de l’Union [soviétique] etc.
  • 2:25 - 2:33
    Je lui expliquais la naissance de l’Union, la façon dont elle avait été formée, les références dans la Constitution, etc.
  • 2:33 - 2:53
    Quelques mois plus tard, en novembre 91, Margaret Thatcher intervenait dans un congrès de chimistes, à Houston.
  • 2:53 - 3:04
    Et là, elle fit connaitre aux congressistes –mais je pense, au monde également -,
  • 3:04 - 3:16
    les efforts qu'avait développés le monde capitaliste, pour détruire l’URSS.
  • 3:16 - 3:30
    On pourrait en parler, mais il est impossible de le dire, mieux que Margaret Thatcher elle-même à Houston.
  • 3:30 - 3:39
    C’est pour ça qu’il est préférable de citer, ce que disait Margaret Thatcher, ce jour-là :
  • 3:39 - 3:52
    « L’URSS est un pays qui représente une sérieuse menace pour le monde occidental. Je ne me réfère pas à la menace militaire ;
  • 3:52 - 4:02
    en réalité celle-ci n’existait pas. Nos pays sont suffisamment armés, y compris en nucléaire.
  • 4:02 - 4:09
    Non, je parle de la menace économique. Grâce à l’économie planifiée
  • 4:09 - 4:16
    et à cette mosaïque d’encouragements moraux et matériels,
  • 4:16 - 4:22
    l’Union Soviétique a atteint des indicateurs économiques très élevés.
  • 4:22 - 4:32
    Le taux de son Produit National Brut est pratiquement le double que celui dans nos pays.
  • 4:32 - 4:38
    Si nous y ajoutons les extraordinaires quantités de ressources naturelles dont elle dispose,
  • 4:38 - 4:51
    avec une gestion rationnelle de l’économie, les possibilités qu’elle a, de nous expulser du marché mondial, sont plus que réelles ».
  • 4:51 - 4:55
    C’est ce que disait Thatcher.
  • 4:55 - 5:05
    « C’est pour cela que nous avons adopté des mesures, prévues pour affaiblir l’économie de l’Union Soviétique
  • 5:05 - 5:16
    et y créer des difficultés économiques. La course aux armements a joué le rôle principal.
  • 5:16 - 5:23
    Une des priorités dans notre politique, était la prise en considération des faiblesses de la constitution de l’URSS.
  • 5:23 - 5:31
    Au plan formel, celle-ci prévoyait la sortie immédiate de l’URSS, d’une république
  • 5:31 - 5:39
    qui l’aurait décrété, par la décision de son Soviet Suprême et une majorité simple.
  • 5:39 - 5:51
    Bien sûr, ce droit était pratiquement impossible à réaliser compte tenu du rôle fédérateur du Parti Communiste
  • 5:51 - 5:59
    et des organes de sécurité. Mais malgré ça, avec cette particularité constitutionnelle,
  • 5:59 - 6:05
    nous avions des possibilités potentielles pour notre politique.
  • 6:05 - 6:11
    Malheureusement et malgré tous nos efforts, pendant longtemps la situation politique en URSS
  • 6:11 - 6:19
    est restée stable. Notre situation était devenue compliquée,
  • 6:19 - 6:25
    cependant, quelque temps plus tard, une information sur le décès imminent du leader soviétique nous est parvenue
  • 6:25 - 6:31
    avec la possibilité de faire accéder au pouvoir, une personne..
  • 6:31 - 6:38
    qui pouvait nous permettre de réaliser nos intentions dans cette sphère.
  • 6:38 - 6:46
    Ce sont mes experts qui avaient estimé cette possibilité. J’ai toujours favorisé la formation d’un groupe qualifié
  • 6:46 - 6:50
    d’experts sur l’Union Soviétique et lorsque la situation le nécessitait
  • 6:50 - 6:57
    je faisais émigrer vers l’URSS, les spécialistes ad hoc.
  • 6:57 - 7:08
    La personne en question était Mikhaïl Gorbatchev, que nos experts avaient qualifié comme quelqu’un d’imprudent,
  • 7:08 - 7:16
    d’influençable et très ambitieux. Il avait de bons rapports avec la majorité
  • 7:16 - 7:25
    de l’élite politique soviétique, et c’est pour cela que sa venue au pouvoir, avec notre aide, avait été possible.
  • 7:25 - 7:37
    L’activité du front populaire n’avait pas besoin d’énormes investissements: de simples photocopieuses et une aide économique à des fonctionnaires.
  • 7:37 - 7:47
    Par contre, l’aide aux grèves prolongées des mineurs, était celle qui nécessitait des fonds considérables.
  • 7:47 - 7:55
    Dans les débats d’experts, la question à trancher était celle de la candidature de Boris Eltsine en tant que leader
  • 7:55 - 8:04
    de ce front populaire, suivie rapidement de son élection, au Soviet Suprême de la Fédération de Russie,
  • 8:04 - 8:13
    La majorité des experts se prononçait contre la candidature d’Eltsine,
  • 8:13 - 8:17
    La majorité des experts se prononçaient contre la candidature d’Eltsine,
  • 8:17 - 8:22
    à cause des particularités de son caractère et de son passé.
  • 8:22 - 8:31
    Cependant, les contacts appropriés se sont produits, les accords et la décision de forcer la candidature d’Eltsine,
  • 8:31 - 8:37
    étaient définitivement adoptés. Malgré beaucoup de difficulté,
  • 8:37 - 8:48
    Eltsine fut élu Président du Soviet Suprême de Russie et la déclaration de souveraineté de la Russie immédiatement adoptée.
  • 8:48 - 8:59
    Mais une question se posait : la Russie souveraine de qui ? Puisque l’URSS avait été créée autour de la Russie. On ne comprend pas.
  • 8:59 - 9:10
    De là, sans aucun doute, le début de la désintégration de l’URSS. L’aide apportée à Eltsine,
  • 9:10 - 9:19
    pendant les événements d’août 91, a été déterminante, au moment où l’équipe qui gouvernait l’URSS
  • 9:19 - 9:29
    avait isolé Gorbatchev, et tentait de rétablir l’intégrité de l’URSS.
  • 9:29 - 9:36
    Les partisans d’Eltsine résistèrent, et ce dernier put acquérir un pouvoir réel,
  • 9:36 - 9:45
    significatif, mais pas total, sur les organes de sécurité.
  • 9:45 - 9:52
    Toutes les républiques de l’Union, ont profité de la conjoncture pour déclarer leur souveraineté,
  • 9:52 - 10:00
    bien que certaines l’aient fait de manière sui generis sans sortir de l’Union.
  • 10:00 - 10:09
    De cette sorte, la dissolution de l’Union Soviétique s’est produite dans les faits,
  • 10:09 - 10:20
    bien que de droit, elle continue d’exister. Mais je peux vous assurer, que dans les prochains mois
  • 10:20 - 10:28
    ils recevront la note de la formulation juridique de la dissolution de l’Union Soviétique ».
  • 10:28 - 10:38
    Ce discours de Thatcher explique parfaitement la position uniforme de l’Occident. Position étalée au grand jour.
  • 10:38 - 10:45
    Un discours qui avait été prononcé presque deux semaines avant..
  • 10:45 - 10:52
    que soient rendus publics les accords de Belovezh. Que pouvons-nous indiquer à cet égard ?
  • 10:52 - 11:03
    Que l’Occident connaissait parfaitement le rôle du Parti Communiste en tant que noyau de l’Union Soviétique
  • 11:03 - 11:12
    et savait combien l’URSS pouvait être forte, si son économie planifiée se poursuivait.
  • 11:12 - 11:24
    L’Occident comprenait la mécanique des forces de ceux qui tout en se déclarant communistes ou ceux occupant un poste, déterminé,
  • 11:24 - 11:32
    travaillaient contre, c’est à dire, en faveur du marché, du libre commerce, pour l’affaiblir le rôle de l’État.
  • 11:32 - 11:37
    Thatcher était ouvertement liée à tout ça.
  • 11:37 - 11:50
    Il n'y a pas longtemps, j’ai lu son dernier livre, dans lequel, il y est écrit,en grandes lignes, ce qu’elle avait dit à Houston..
  • 11:50 - 11:59
    quelques semaines avant la dissolution, la désintégration de l’URSS,
  • 11:59 - 12:08
    et pas seulement par les forces internes, mais aussi avec l’aide des forces ennemies du système soviétique..
  • 12:08 - 12:17
    du Parti Communiste, qui étaient parvenues à diviser notre grand pays.
  • 12:17 - 12:26
    Et pourtant, je suis convaincu que tôt ou tard, le mouvement pour la prise ne mains du pouvoir soviétique,
  • 12:26 - 12:33
    pour le socialisme, reviendra à notre peuple.
  • 12:33 -
    Traduction ES>FR : EG
    RU>ES : Josafat S. Comín
Title:
Кто стоит за разрушением СССР?
Description:

Одной из основных причин разрушения СССР стала планомерная подрывная работа Запада. Запад боялся не военной мощи СССР, а экономического потенциала, заложенного в плановой системе экономики. Мнение Анатолия Лукьянова.

Кто находился за кулисами этих всех событий? Кто поддерживал все силы внутри и вовне, направленные на раскол СССР, на уничтожение великой державы? И как это было 7-8 декабря 1991 года? И возникает один очень существенный вопрос: какие силы за рубежом это делали?

more » « less
Video Language:
Russian
Duration:
12:36

French subtitles

Revisions Compare revisions