Return to Video

Les mensonges que l'on dit aux femmes enceintes

  • 0:01 - 0:03
    Aujourd'hui, nous allons partager
    beaucoup de secrets
  • 0:03 - 0:05
    et en le faisant,
  • 0:05 - 0:07
    j'espère que l'on pourra ôter
    une partie de la honte
  • 0:07 - 0:09
    que beaucoup ressentent
    à propos du sexe.
  • 0:11 - 0:14
    Combien d'entre vous ont déjà
    été sifflés par un inconnu ?
  • 0:16 - 0:17
    De nombreuses femmes.
  • 0:19 - 0:21
    Pour ma part,
    mon souvenir le plus marquant
  • 0:21 - 0:25
    concerne la fois où cet inconnu
    était l'un de mes étudiants.
  • 0:26 - 0:29
    Il est venu me voir
    après le cours ce soir-là
  • 0:29 - 0:31
    et ses paroles ont confirmé
    ce que je savais déjà :
  • 0:31 - 0:33
    « Je suis désolé, professeure.
  • 0:33 - 0:37
    Si j'avais su que c'était vous,
    je n'aurais jamais dit ces choses. »
  • 0:37 - 0:38
    (Rires)
  • 0:39 - 0:44
    Je n'étais pas une personne pour lui
    jusqu'à ce que je sois sa prof.
  • 0:44 - 0:47
    Ce concept que l'on appelle réification
  • 0:47 - 0:49
    est la base du sexisme
  • 0:49 - 0:53
    et on voit qu'elle s'est consolidée
    à travers chaque aspect de nos vies.
  • 0:56 - 0:59
    On le voit lorsque le gouvernement
  • 0:59 - 1:01
    refuse de punir les hommes
  • 1:01 - 1:03
    lorsqu'ils violent des femmes.
  • 1:03 - 1:05
    On le voit dans les publicités.
  • 1:05 - 1:10
    Combien d'entre vous ont vu une publicité
    qui utilise la poitrine d'une femme
  • 1:10 - 1:13
    pour vendre un produit
    qui n'a absolument aucun lien ?
  • 1:16 - 1:18
    Ou film après film,
  • 1:18 - 1:22
    lorsque les femmes sont représentées
    seulement comme des partenaires ?
  • 1:22 - 1:26
    Ces exemples peuvent paraître
    sans conséquence et inoffensifs
  • 1:26 - 1:27
    mais ils sont trompeurs,
  • 1:27 - 1:29
    ils s'intégrent peu à peu à une culture
  • 1:29 - 1:32
    qui refuse de voir les femmes
    comme des personnes.
  • 1:32 - 1:36
    On le voit lorsqu'une école renvoie
    une petite fille de 10 ans chez elle
  • 1:36 - 1:40
    parce que ses vêtements sont perçus
    comme une distraction pour les garçons
  • 1:40 - 1:46
    ou lorsque le gouvernement s'obstine
    à refuser de punir les violeurs,
  • 1:47 - 1:48
    ou lorsqu'une femme est tuée
  • 1:48 - 1:51
    parce qu'elle a demandé à un homme
    d'arrêter de se frotter à elle
  • 1:51 - 1:52
    sur la piste de danse.
  • 1:56 - 1:57
    Les médias jouent un rôle majeur
  • 1:57 - 2:00
    dans la perpétuation
    de cette réification des femmes.
  • 2:01 - 2:04
    Prenons l'exemple
    de la comédie romantique classique.
  • 2:04 - 2:08
    Deux types de femmes
    nous sont présentés dans ces films,
  • 2:08 - 2:10
    deux types de femmes désirables,
    en tout cas.
  • 2:11 - 2:13
    Le premier type est celui
    de la bombe sexuelle.
  • 2:13 - 2:17
    Il s'agit de la femme incroyablement belle
    et avec un corps parfait.
  • 2:17 - 2:20
    Le personnage principal masculin
    n'a aucun mal à l'identifier
  • 2:20 - 2:22
    et encore moins de problème
    à coucher avec elle.
  • 2:23 - 2:25
    Le second est le personnage
    principal féminin,
  • 2:25 - 2:28
    la femme est belle mais réservée
    de laquelle notre homme tombe amoureux
  • 2:28 - 2:33
    sans même l'avoir remarquée
    ou appréciée au début.
  • 2:34 - 2:36
    La première est la traînée.
  • 2:36 - 2:38
    On l'utilise et on l'oublie.
  • 2:38 - 2:39
    Elle est bien trop disponible.
  • 2:40 - 2:43
    La seconde est désirable
    mais modeste,
  • 2:43 - 2:47
    et de ce fait, elle mérite de porter
    les enfants du personnage principal.
  • 2:47 - 2:48
    Bonne à épouser.
  • 2:49 - 2:51
    En fait, on nous dit
    que les femmes ont deux rôles,
  • 2:52 - 2:55
    mais ces deux rôles
    ont du mal à cohabiter.
  • 2:57 - 3:00
    Les rares fois où je partage
    avec une nouvelle connaissance
  • 3:00 - 3:02
    le fait que j'étudie le sexe,
  • 3:02 - 3:04
    si elle ne met pas directement
    fin à la discussion,
  • 3:04 - 3:07
    elle est plutôt intriguée.
  • 3:07 - 3:09
    « Oh, dis-m'en plus. »
  • 3:09 - 3:10
    Donc je lui dis.
  • 3:12 - 3:15
    « Je m'intéresse à l'étude
    des comportements sexuels
  • 3:15 - 3:17
    des couples avant
    et après l'accouchement. »
  • 3:17 - 3:20
    Après ça,
    on me répond différemment.
  • 3:20 - 3:22
    (Rires)
  • 3:22 - 3:24
    « Oh. Euh...
  • 3:25 - 3:27
    Les femmes enceintes
    ont des relations sexuelles ?
  • 3:28 - 3:32
    Avez-vous pensé à étudier
    le désir sexuel
  • 3:32 - 3:33
    ou les orgasmes ?
  • 3:33 - 3:37
    Cela serait intéressant et sexy. »
  • 3:38 - 3:39
    Dites-moi :
  • 3:39 - 3:41
    qu'est-ce qui vous vient à l'esprit
  • 3:41 - 3:43
    lorsque vous imaginez une femme enceinte ?
  • 3:43 - 3:47
    J'ai posé cette question à un panel
    de plus de 500 adultes
  • 3:47 - 3:50
    et la plupart ont répondu
    « ventre » ou « rond »
  • 3:51 - 3:53
    et « mignon ».
  • 3:53 - 3:55
    Cela ne m'a pas trop surprise.
  • 3:55 - 3:56
    Que qualifions-nous de mignon ?
  • 3:58 - 4:00
    Les bébés. Les chiots. Les chatons.
  • 4:00 - 4:02
    Les personnes âgées, n'est-ce pas ?
  • 4:02 - 4:04
    (Rires)
  • 4:05 - 4:08
    Par contre, lorsque l'on qualifie
    un adulte de mignon,
  • 4:08 - 4:10
    on lui retire une partie
    de son intelligence,
  • 4:10 - 4:12
    de sa complexité.
  • 4:12 - 4:15
    On le réduit à des qualités enfantines.
  • 4:16 - 4:18
    J'ai aussi demandé
    à des hommes hétérosexuels
  • 4:18 - 4:20
    d'imaginer que la femme
    avec qui ils sont est enceinte,
  • 4:20 - 4:23
    ensuite j'ai demandé à des femmes
    de s'imaginer enceinte,
  • 4:23 - 4:26
    puis de me dire les premiers mots
    qui leur viennent à l'esprit
  • 4:26 - 4:28
    lorsqu'ils imaginent un rapport sexuel.
  • 4:29 - 4:31
    La plupart des réponses ont été négatives.
  • 4:32 - 4:34
    « Répugnant. »
  • 4:34 - 4:35
    « Embarrassant. »
  • 4:35 - 4:36
    « Pas sexy. »
  • 4:37 - 4:37
    « Bizarre. »
  • 4:38 - 4:38
    « Gênant. »
  • 4:39 - 4:40
    « Comment ? »
  • 4:41 - 4:43
    (Rires)
  • 4:43 - 4:46
    « Ça vaut pas le coup. »
    « Le risque est trop grand. »
  • 4:46 - 4:48
    La dernière réponse m'a frappée.
  • 4:50 - 4:52
    On pourrait penser qu'en dissociant
    les femmes enceintes
  • 4:52 - 4:54
    et les mamans de la sexualité,
  • 4:54 - 4:59
    on élimine les limites
    de la réification sexuelle.
  • 5:00 - 5:02
    Elles subissent moins de sexisme,
    n'est-ce pas ?
  • 5:02 - 5:03
    Pas vraiment.
  • 5:04 - 5:07
    C'est un autre type de réification
    qui se passe à la place.
  • 5:08 - 5:10
    Dans mon application
    à expliquer cela aux autres,
  • 5:10 - 5:14
    une discussion a mené
    à la Vénus de Willendorf,
  • 5:14 - 5:15
    une statuette paléolithique
  • 5:15 - 5:19
    que les spécialistes ont supposé
    être la déesse de l'amour et de la beauté,
  • 5:19 - 5:20
    d'où le nom Vénus.
  • 5:20 - 5:23
    Cependant, cette théorie
    a depuis été révisée
  • 5:23 - 5:26
    lorsque les spécialistes ont remarqué
    l'intérêt notable du sculpteur
  • 5:26 - 5:30
    pour les caractéristiques
    de la statuette :
  • 5:30 - 5:32
    une forte poitrine,
    jugée idéale pour l'allaitement ;
  • 5:33 - 5:36
    un ventre rond,
    potentiellement de femme enceinte ;
  • 5:36 - 5:37
    les vestiges de colorant rouge,
  • 5:37 - 5:40
    faisant allusion aux menstruations
    ou à la naissance.
  • 5:41 - 5:44
    Ils ont aussi supposé qu'elle devait
    être placée en position allongée
  • 5:44 - 5:48
    car ses petits pieds ne lui permettent pas
    de se maintenir seule.
  • 5:49 - 5:50
    Elle n'a également pas de visage.
  • 5:51 - 5:52
    Pour cette raison,
  • 5:52 - 5:55
    on a supposé qu'elle était
    la représentation de la fertilité
  • 5:55 - 5:57
    et non le portrait d'une personne.
  • 5:58 - 5:59
    Elle était un objet.
  • 6:00 - 6:02
    Dans l'histoire de son interprétation,
  • 6:02 - 6:05
    elle est passée d'objet
    de beauté idéale et d'amour
  • 6:05 - 6:07
    à objet de reproduction.
  • 6:07 - 6:13
    Je pense que ce passage parle davantage
    des spécialistes ayant interprété son but
  • 6:14 - 6:18
    que du but réel
    de la statuette elle-même.
  • 6:18 - 6:20
    Lorsqu'une femme tombe enceinte,
  • 6:21 - 6:24
    elle quitte le royaume
    du désir sexuel masculin
  • 6:24 - 6:28
    et bascule vers son rôle de reproduction
    et d'éducation des enfants.
  • 6:29 - 6:30
    Ce faisant,
  • 6:30 - 6:33
    elle devient aussi
    la propriété de la communauté,
  • 6:33 - 6:37
    considérée très importante
    mais juste car elle est enceinte, non ?
  • 6:38 - 6:41
    J'ai pris l'habitude de l'appeler
    l'effet Willendorf,
  • 6:41 - 6:44
    et une fois de plus, on le voit
    renforcé dans divers aspects de sa vie.
  • 6:45 - 6:48
    Avez-vous déjà été enceinte
    de façon visible ?
  • 6:48 - 6:49
    (Rires)
  • 6:49 - 6:50
    Ouais. Beaucoup d'entre vous.
  • 6:50 - 6:54
    À combien d'entre vous a-t-on déjà
    touché le ventre durant la grossesse,
  • 6:54 - 6:57
    peut-être sans même avoir
    avoir demandé la permission ?
  • 6:58 - 7:01
    Ou que quelqu'un qui n'est ni médecin,
    ni prestataire de santé,
  • 7:01 - 7:04
    vous dise ce que vous pouvez
    manger ou non ?
  • 7:04 - 7:07
    À qui a-t-on déjà posé
    des questions privées sur l'accouchement ?
  • 7:08 - 7:11
    À qui a-t-on ensuite dit que
    tous ces choix étaient mauvais ?
  • 7:11 - 7:13
    Ouais, moi aussi.
  • 7:13 - 7:16
    Ou à qui a-t-on refusé
    de servir un verre de vin ?
  • 7:17 - 7:20
    Ça peut vous laisser songeur,
    je sais mais restez avec moi.
  • 7:20 - 7:22
    C'est un énorme secret.
  • 7:22 - 7:26
    Cela ne pose pas de problème de boire
    avec modération lors de la grossesse.
  • 7:26 - 7:28
    Beaucoup d'entre nous l'ignorent
  • 7:28 - 7:32
    car les médecins ne font pas confiance
    aux femmes enceintes à ce sujet...
  • 7:32 - 7:34
    (Rires)
  • 7:37 - 7:41
    surtout si elles sont
    moins instruites ou de couleur.
  • 7:42 - 7:43
    Ce que cela nous dit,
  • 7:43 - 7:47
    c'est que l'effet Willendorf
    est classiste et raciste.
  • 7:48 - 7:54
    On le voit lorsque
    le gouvernement rappelle aux femmes
  • 7:54 - 7:56
    à chaque nouvelle loi anti-IVG
  • 7:56 - 7:59
    que leur utérus ne leur appartient pas,
  • 7:59 - 8:01
    ou lorsqu'un gynéco dit :
  • 8:01 - 8:05
    « Même si le sexe pendant la grossesse
    n'est pas risqué, on ne sait jamais.
  • 8:05 - 8:07
    Mieux vaut prévenir que guérir, non ? »
  • 8:07 - 8:12
    On lui refuse toute intimité
    et toute autonomie physique
  • 8:12 - 8:14
    en utilisant le prétexte
    « d'être une bonne mère ».
  • 8:14 - 8:17
    On ne lui fait pas confiance
    dans ses propres décisions.
  • 8:17 - 8:19
    Elle est mignonne, rappelez-vous.
  • 8:22 - 8:26
    Lorsque l'on dit aux femmes
    que le plaisir sexuel...
  • 8:26 - 8:27
    excusez-moi.
  • 8:27 - 8:32
    Lorsque l'on dit aux femmes que le sexe
    lors de la grossesse ne vaut pas le risque
  • 8:32 - 8:36
    ce qu'on leur dit vraiment c'est que
    leur plaisir sexuel ne compte pas...
  • 8:36 - 8:39
    En fait ce qu'on leur dit
    c'est qu'elles ne comptent pas,
  • 8:39 - 8:44
    même si les besoins du fœtus ne sont pas
    opposés à leurs propres besoins.
  • 8:45 - 8:47
    Alors les prestataires de soins médicaux,
  • 8:47 - 8:50
    tels que l'American College
    of Obstetricians and Gynecologists
  • 8:50 - 8:55
    peuvent sensibiliser au sujet des risques
    d'un rapport pendant la grossesse.
  • 8:55 - 8:57
    Que disent les experts ?
  • 8:58 - 9:00
    L'ACOG ne dispose
    d'aucune déclaration officielle
  • 9:00 - 9:03
    sur le risque des rapports
    durant la grossesse.
  • 9:04 - 9:07
    Les conseils de la Mayo Clinic
    sont généralement positifs
  • 9:07 - 9:10
    mais présentés avec un avertissement :
  • 9:10 - 9:13
    « Même si la plupart des femmes peuvent
    avoir des rapports,
  • 9:13 - 9:15
    mieux vaut être prudent
    pendant la grossesse. »
  • 9:15 - 9:18
    Certaines femmes ne veulent pas
    de relations pendant la grossesse
  • 9:18 - 9:19
    et c'est normal.
  • 9:19 - 9:22
    Certaines veulent avoir des relations
    pendant la grossesse
  • 9:22 - 9:23
    et c'est normal aussi.
  • 9:23 - 9:26
    La société doit arrêter
    de dire aux femmes
  • 9:26 - 9:28
    ce qu'elles peuvent faire
    ou non de leur corps.
  • 9:29 - 9:32
    (Applaudissements)
  • 9:36 - 9:41
    Les femmes enceintes ne sont pas
    des statuettes sans visage ni identité
  • 9:41 - 9:43
    qui ne peuvent pas
    tenir sur leurs pieds.
  • 9:44 - 9:47
    Mais la vérité, c'est,
    le vrai secret, c'est,
  • 9:47 - 9:51
    que nous disons à toutes les femmes
    que leur plaisir sexuel ne compte pas.
  • 9:51 - 9:54
    On refuse même de reconnaître
    que les femmes lesbiennes
  • 9:54 - 9:56
    ou les femmes
    ne voulant pas d'enfants existent.
  • 9:57 - 9:59
    « Oh... c'est juste une phase...
  • 9:59 - 10:01
    il faut juste que le bon arrive. »
  • 10:02 - 10:04
    À chaque fois qu'une femme
    a un rapport sexuel
  • 10:04 - 10:06
    seulement par pur plaisir,
  • 10:06 - 10:08
    c'est révolutionnaire.
  • 10:08 - 10:10
    Elle est révolutionnaire.
  • 10:10 - 10:13
    Elle lutte contre cette société qui dit
  • 10:13 - 10:15
    qu'elle n'existe
    que pour le plaisir masculin
  • 10:15 - 10:17
    ou pour la reproduction.
  • 10:18 - 10:22
    Une femme qui donne la priorité
    à ses besoins sexuels effraie,
  • 10:22 - 10:27
    car de ce fait, elle se donne la priorité.
  • 10:28 - 10:31
    (Applaudissements)
  • 10:31 - 10:36
    C'est une femme qui ne demande
    qu'à être traitée en égale.
  • 10:36 - 10:37
    C'est une femme qui insiste
  • 10:37 - 10:41
    pour que vous lui fassiez de la place
    à la table du pouvoir,
  • 10:41 - 10:43
    et c'est le plus effrayant de tout
  • 10:43 - 10:45
    car on ne peut pas lui faire de place
  • 10:45 - 10:49
    sans abandonner chacun un peu
    de l'espace que nous avons.
  • 10:51 - 10:53
    (Applaudissements)
  • 10:56 - 10:58
    J'ai un dernier secret pour vous.
  • 10:59 - 11:01
    Je suis mère de deux garçons
  • 11:01 - 11:03
    et on aurait besoin de votre aide.
  • 11:03 - 11:08
    Même si mes fils
    m'entendent régulièrement dire
  • 11:08 - 11:12
    qu'il est important que les hommes
    reconnaissent les femmes comme égales,
  • 11:12 - 11:14
    et même s'ils voient leur père
    incarner cette idée,
  • 11:14 - 11:17
    ce qu'il se passe à l'extérieur
    doit renforcer
  • 11:17 - 11:19
    ce qu'il se passe dans nos foyers.
  • 11:19 - 11:22
    Il ne s'agit ni d'un problème masculin
    ni d'un problème féminin.
  • 11:22 - 11:24
    C'est le problème de tous,
  • 11:24 - 11:28
    nous jouons tous un rôle pour démanteler
    les systèmes d'inégalité.
  • 11:29 - 11:31
    Pour commencer, nous devons
    arrêter de dire aux femmes
  • 11:31 - 11:34
    ce qu'elles peuvent faire
    ou non de leur corps.
  • 11:34 - 11:37
    (Applaudissements)
  • 11:38 - 11:42
    Cela inclut de ne pas traiter
    les femmes enceintes comme un bien commun.
  • 11:42 - 11:46
    Si vous ne la connaissez pas,
    ne lui demandez pas de toucher son ventre.
  • 11:46 - 11:48
    Vous le feriez pas à une autre.
  • 11:48 - 11:50
    Ne lui dites pas
    ce qu'elle peut manger ou non.
  • 11:50 - 11:53
    Ne lui demandez pas de détails privés
    sur ses choix médicaux.
  • 11:53 - 11:55
    Ça inclut aussi de comprendre
  • 11:55 - 11:57
    que même si vous êtes
    personnellement contre l'avortement,
  • 11:57 - 12:00
    vous pouvez lutter
    pour le droit des femmes à choisir.
  • 12:01 - 12:04
    Quand il s'agit de l'égalité des femmes,
    les deux ne doivent pas s'opposer.
  • 12:05 - 12:07
    Si vous avez des relations sexuelles
    avec une femme,
  • 12:07 - 12:09
    donnez la priorité à son plaisir.
  • 12:09 - 12:11
    Si vous ne savez pas comment,
    demandez-lui.
  • 12:12 - 12:14
    Si vous avez des enfants...
  • 12:14 - 12:16
    (Rires)
  • 12:16 - 12:19
    éduquez-les au sujet du sexe au plus tôt,
  • 12:19 - 12:24
    parce que les enfants ne cherchent plus
    le mot sexe dans le dictionnaire,
  • 12:24 - 12:25
    ils le cherchent sur internet.
  • 12:26 - 12:29
    Et quand vous avez ces discussions
    à propos du sexe,
  • 12:30 - 12:32
    ne les centrez pas juste
    sur la reproduction.
  • 12:32 - 12:33
    Les gens ont des rapports sexuels...
  • 12:33 - 12:35
    certains parce qu'ils veulent un bébé,
  • 12:35 - 12:38
    mais la plupart d'entre nous
    parce que ça fait du bien.
  • 12:38 - 12:39
    Avouez-le.
  • 12:41 - 12:43
    Et que vous ayez des enfants ou non,
  • 12:43 - 12:48
    soutenez une éducation sexuelle complète
    qui ne fasse pas honte à nos ados.
  • 12:48 - 12:50
    (Applaudissements)
  • 12:56 - 12:59
    Rien de positif ne ressort
    lorsque l'on couvre de honte les ados
  • 12:59 - 13:02
    à propos de leurs désirs sexuels,
    de leurs comportements,
  • 13:02 - 13:06
    à part être positif à une MST
    et les tests de grossesse positifs.
  • 13:07 - 13:10
    Chaque jour, on a tous l'opportunité
  • 13:10 - 13:12
    de perturber les modèles d'inégalité.
  • 13:13 - 13:16
    Je pense qu'on peut tous s'accorder
    sur le fait que ça en vaut le coup.
  • 13:17 - 13:18
    Merci.
  • 13:18 - 13:22
    (Applaudissements)
Title:
Les mensonges que l'on dit aux femmes enceintes
Speaker:
Sofia Jawed-Wessel
Description:

« Lorsque l'on dit aux femmes que le sexe lors de la grossesse ne vaut pas le risque, ce qu'on leur dit vraiment c'est que leur plaisir sexuel ne compte pas... qu'en fait, elles ne comptent pas », déclare la chercheuse en sexologie Sofia Jawed-Wessel. Dans ce discours révélateur, cette dernière analyse nos pensées sur la grossesse et le plaisir afin de dévoiler la relation entre les femmes, le sexe et les systèmes de pouvoir.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
14:56

French subtitles

Revisions