Return to Video

Au-delà des nuages du mental : telle est la façon la plus élevée dont je puisse être avec vous

  • 0:17 - 0:20
    Week-end de Retraite en ligne avec Mooji
  • 0:20 - 0:23
    22-24 janvier 2021
    (avec sous-titres)
  • 0:25 - 0:29
    Au-delà des nuages du mental : telle est la façon
    la plus élevée dont je puisse être avec vous
  • 0:29 - 0:32
    23 janvier 2021 | Satsang du soir
  • 0:33 - 0:36
    [Mooji lit] « Très cher Moojibaba... »
  • 0:36 - 0:38
    [M.] Je sais que...
    Ah, te voilà !
  • 0:38 - 0:45
    [M.] Et c'est sûr que nous sommes
    en contact étroit depuis des années.
  • 0:45 - 0:49
    Merci d'avoir écrit.
    Je découvre ta lettre à l'instant.
  • 0:49 - 0:51
    [M.] « Immense gratitude, écris-tu,
  • 0:51 - 0:57
    Immense gratitude de nous guider
    vers notre liberté et notre Vérité.
  • 0:57 - 1:01
    Je veux profiter de cette occasion bénie
  • 1:01 - 1:04
    pour demander ta grâce et tes bénédictions,
  • 1:04 - 1:08
    afin que la reconnaissance du Soi soit complète,
  • 1:08 - 1:17
    et que la moindre graine d'illusion, d'ego,
    d'identité et de peur
  • 1:17 - 1:21
    soit totalement brûlée et éliminée. »
  • 1:21 - 1:26
    [Mooji] Tous ceux qui ont goûté
    au nectar du réel
  • 1:26 - 1:31
    veulent spontanément : « Je veux seulement
    aller jusqu'au bout, jusqu'à chez moi ! »
  • 1:31 - 1:36
    Tu veux aller jusqu'au bout
    parce que tu sais
  • 1:36 - 1:43
    que c'est quelque chose
    qui ne se trouve dans aucun objet du monde.
  • 1:43 - 1:45
    Ce n'est pas là que cela se trouve.
  • 1:45 - 1:48
    Tu le découvres à l'intérieur de ton Cœur.
  • 1:48 - 1:51
    Et tu ne veux pas laisser
    quoi que ce soit t'empêcher
  • 1:51 - 1:54
    de parvenir complètement
    au cœur de ta découverte.
  • 1:54 - 1:59
    C'est une sage attitude, bien sûr,
    et elle est efficace aussi.
  • 1:59 - 2:04
    Cependant, nous aimerions tous
    avoir un interrupteur
  • 2:04 - 2:07
    qui nous permettrait simplement
    d'éteindre le mental.
  • 2:07 - 2:10
    Juste un [clic] : « Merci beaucoup,
    on t'a assez entendu ! »
  • 2:10 - 2:13
    Mais en même temps, nous remarquons
  • 2:13 - 2:20
    que bien sûr, on a donné beaucoup de pouvoir
    à l'énergie du mental au travers de l'habitude.
  • 2:20 - 2:27
    Et nous sommes censés vivre
    cette phase du soi mental,
  • 2:27 - 2:30
    de l'identité psychologique,
    pendant un temps
  • 2:30 - 2:32
    Mais tu dois savoir
  • 2:32 - 2:35
    que l'expérience que tu fais
    est basé sur la conscience.
  • 2:35 - 2:37
    La conscience est là d'abord ;
  • 2:37 - 2:40
    elle prendra la forme
    de l'identité personnelle pendant un temps,
  • 2:40 - 2:43
    et nous ne savons pas pendant combien
    de temps ; nous ne le savons pas.
  • 2:43 - 2:48
    D'après certains, bien avant
    cette vie et cette forme de vie,
  • 2:48 - 2:51
    nous sommes passés, disons-nous,
  • 2:51 - 2:58
    en tant qu'âme, par de nombreux corps
    dans ce voyage de la découverte du Soi.
  • 2:58 - 3:00
    Et ce que nous pouvons dire,
  • 3:00 - 3:05
    c'est que dans cette durée de vie,
    dans cette forme de vie,
  • 3:05 - 3:08
    quelque chose a été suscité
    pour provoquer un éveil,
  • 3:08 - 3:20
    on est naturellement convaincu
    que le Soi est notre réalité
  • 3:20 - 3:24
    et que nous ne voulons pas
    perdre de temps
  • 3:24 - 3:29
    à vivre dans le mode superficiel
    et étriqué de l'identité personnelle.
  • 3:29 - 3:32
    Nous avons déjà reçu le darshan de Dieu.
  • 3:32 - 3:37
    D'une certaine manière, tout voyage
    est un voyage vers l'intérieur.
  • 3:37 - 3:40
    Avant ça, les voyages se faisaient à l'extérieur.
  • 3:41 - 3:45
    Désormais, le voyage apparent
    est en direction du cœur.
  • 3:45 - 3:47
    Et on peut voir
  • 3:47 - 3:54
    que bien sûr, de temps à autre,
    d'anciennes habitudes peuvent resurgir.
  • 3:54 - 3:57
    Quelque chose peut se passer,
  • 3:57 - 4:00
    et sans effort, on se retrouve
  • 4:00 - 4:04
    à nouveau dans l'ancien régime
    de l'identité personnelle.
  • 4:04 - 4:08
    Je te dis : ne sois pas
    trop surpris par ce fait ;
  • 4:08 - 4:11
    c'est la force de l'habitude.
  • 4:11 - 4:14
    Ton Soi n'est allé nulle part.
  • 4:14 - 4:18
    Ta Vérité ne se met pas de côté
  • 4:18 - 4:20
    pour laisser la place à ton mental.
  • 4:20 - 4:25
    Non, c'est juste un basculement de l'attention
  • 4:25 - 4:27
    et nous nous retrouvons à éprouver
    à nouveau les choses
  • 4:27 - 4:32
    comme si nous étions replongés
    dans l'ancienne identité.
  • 4:32 - 4:36
    Et acceptez simplement
    que ce n'est pas de la malchance.
  • 4:36 - 4:39
    Ce n'est pas quelque chose de terrible.
  • 4:39 - 4:45
    Cette oscillation entre la personne et la présence
    peut se produire pendant un temps.
  • 4:45 - 4:50
    On pourra se sentir, dans l'état de présence,
    tellement béni, tellement paisible :
  • 4:50 - 4:54
    « Merci, merci. Je suis si heureux ! »
    On veut juste rester là.
  • 4:54 - 4:59
    Et puis parfois, quelque chose se passe
    et le pendule bascule vers l'extérieur,
  • 4:59 - 5:03
    et à nouveau, on se dit :
    « Oh, qu'est-ce qui s'est passé ? Je ne sais pas.
  • 5:03 - 5:06
    C'est horrible. J'ai horreur
    d'être dans cet état. »
  • 5:06 - 5:10
    Et à nouveau, tu te sens :
    « Merci, Alléluia à la Vérité !
  • 5:10 - 5:12
    Je suis si heureux,
    me revoici de retour ! »
  • 5:12 - 5:16
    Donc cette oscillation se produit
    chez tout le monde, pendant un temps.
  • 5:16 - 5:20
    Par la force et la puissance de l'habitude,
    cela va et vient.
  • 5:20 - 5:22
    Mais ce qui se passe, c'est que quand ça vient,
  • 5:22 - 5:29
    c'est comme si nous étions hypnotisés
    par les vieux schémas,
  • 5:29 - 5:34
    et nous jouons le jeu de l'identité personnelle.
  • 5:34 - 5:37
    Et puis, d'une certaine manière,
    par la grâce ou par ton satsang,
  • 5:37 - 5:43
    tu te retrouvez à nouveau libéré
    et vide de l'énergie mentale,
  • 5:43 - 5:46
    et de nouveau dans ton lieu naturel de silence.
  • 5:46 - 5:51
    Et on ressent : « Oh, comme c'est divin,
    quelle bénédiction ! » et ainsi de suite.
  • 5:51 - 5:54
    Aussi, tous ceux qui font l'expérience
    de ces états demandent :
  • 5:54 - 5:58
    « Comment pouvons-nous nous stabiliser
    dans cet état ?
  • 5:58 - 6:04
    S'il te plaît, aide-nous à mettre fin
    aux dynamiques du mental
  • 6:04 - 6:08
    pour que nous puissions
    toujours être dans cet état. »
  • 6:08 - 6:13
    Alors, je te demande : « Qui est celui
    qui souffre à cause du mental ?
  • 6:13 - 6:16
    Qui est celui qui subit le mental ? »
  • 6:16 - 6:19
    Et bien sûr, on ressent :
    « Mais c'est moi, c'est moi ! »
  • 6:19 - 6:21
    Et je te demande :
  • 6:21 - 6:27
    S'il te plaît, concentrons-nous un peu
    sur ce sens du « moi » à nouveau.
  • 6:27 - 6:30
    Qui est ce « moi » qui subit le mental ?
  • 6:30 - 6:33
    Et on se rend compte que parfois,
    les gens sont un peu coincés.
  • 6:33 - 6:38
    Ils ne savent pas
    comment répondre à cette question, parce que jusqu'ici, pour la plupart,
  • 6:38 - 6:43
    nous ne sommes pas allés au-delà
    du reflet superficiel de ce que nous sommes.
  • 6:43 - 6:46
    Nous nous contentons de dire : « Je suis moi ».
  • 6:46 - 6:50
    Mais nous n'avons jamais poussé la réflexion
    au-delà. Qu'est-ce que ce « je » ?
  • 6:50 - 6:54
    Maintenant, je t'indique une fois de plus,
  • 6:54 - 6:59
    plutôt que d'essayer de démêler
    ce mental et de comprendre,
  • 6:59 - 7:03
    car nous avons parfois l'impression
    d'avoir compris,
  • 7:03 - 7:05
    mais nous ne sommes pas allés
    assez en profondeur.
  • 7:05 - 7:14
    Alors les premiers exercices que j'ai donnés,
    qui consistent à simplement se poser...
  • 7:14 - 7:18
    Laisse de côté ces notions qui disent :
    « Je dois me débarrasser de mon mental »,
  • 7:18 - 7:22
    je dois le refouler »
    ou« je dois expulser le mental ».
  • 7:22 - 7:28
    N'aie aucune intention pour un moment,
    pas même de bonnes intentions.
  • 7:28 - 7:35
    Laisse de côté la « préparation
    à devenir quelque chose ».
  • 7:35 - 7:37
    Et en faisant cela,
  • 7:37 - 7:44
    même ton identité actuelle,
    celui que tu crois être,
  • 7:44 - 7:47
    ton désir de quelque chose
    que tu voudrais voir se réaliser dans l'avenir
  • 7:47 - 7:52
    et tout ce genre de trucs, toute espèce
    de tendance mentale ou d'habitude,
  • 7:52 - 7:54
    laisse-les simplement de côté
    pour un moment.
  • 7:54 - 7:56
    Laisse simplement tout,
  • 7:56 - 7:59
    jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien
    à garder.
  • 7:59 - 8:01
    Et cela, tu peux le faire à l'instant même.
  • 8:01 - 8:04
    C'est tellement pratique
    et c'est tellement immédiat.
  • 8:04 - 8:08
    Lasse tout de côté, à l'instant même,
  • 8:08 - 8:13
    jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien
    à laisser de côté.
  • 8:13 - 8:18
    Alors, ce qui demeure ici, c'est une belle
    sensation d'être simplement vide.
  • 8:22 - 8:25
    Maintenant, cette vacuité n'est pas quelque chose
  • 8:25 - 8:27
    que tu peux voir de tes yeux physiques.
  • 8:27 - 8:34
    C'est un savoir intuitif.
    Tu es simplement ici.
  • 8:34 - 8:43
    Maintenant, ici, tu sais que tu es,
    naturellement.
  • 8:43 - 8:47
    Et ce sens « je suis »,
    regarde !
  • 8:47 - 8:50
    il n'est attaché à aucune histoire.
  • 8:50 - 8:53
    S'il te plaît, regarde avec moi,
    tant que je suis ici maintenant.
  • 8:53 - 8:58
    Ce sens « je suis », et ça s'adresse
    à tout le monde et n'importe qui,
  • 8:58 - 9:10
    cette conscience non apprise du Soi
    est dépourvue d'histoire.
  • 9:10 - 9:13
    Elle n'est pas personnelle.
  • 9:17 - 9:27
    Donc, tu n'es pas un récipient
    de souvenirs ou de concepts.
  • 9:27 - 9:30
    Tout le monde.
  • 9:30 - 9:38
    Il n'y a que ce sentiment naturel d'être.
  • 9:38 - 9:44
    Et la conscience est là.
  • 9:44 - 9:48
    Non pas la conscience de ceci ou de cela.
    Seulement la conscience.
  • 9:48 - 9:53
    Tu sais naturellement que tu existes.
  • 9:53 - 9:56
    Mais ce toi quoi existe, c'est quoi ?
  • 9:56 - 10:00
    Regarde. Regarde simplement.
    Ne crée rien.
  • 10:00 - 10:04
    Et n'imagine pas.
  • 10:04 - 10:07
    Commence ici.
  • 10:07 - 10:12
    Alors, bien sûr, l'habitude mentale
    veut intervenir
  • 10:12 - 10:17
    pour donner un avis,
    proposer des réponses.
  • 10:17 - 10:20
    Mais tu sais et tu sauras dire
    si cela se produit :
  • 10:20 - 10:22
    « Non, pas toi.
    Ce n'est pas le moment.
  • 10:22 - 10:25
    Je ne veux pas d'opinions
    au sujet de quoi que ce soit. »
  • 10:25 - 10:29
    Tu restes simplement tel que tu es, OK ?
  • 10:29 - 10:34
    Aussi, quelque fois le mental vient
    et suggère : « Oui, mais...
  • 10:34 - 10:36
    il n'y a rien, rien du tout ! Allez !
  • 10:36 - 10:43
    Pourquoi attendre davantage de rien !
    Il ne se passe rien ! »
  • 10:43 - 10:49
    Mais sa voix n'est plus si, comment dire,
  • 10:49 - 10:52
    son influence n'est plus forte à présent,
  • 10:52 - 10:58
    parce que tu as choisi simplement d'être.
  • 10:58 - 11:02
    Et ce sens d'être n'est pas un verbe,
  • 11:02 - 11:05
    être n'est pas quelque chose que tu fais.
  • 11:05 - 11:09
    Tu es simplement. Sois attentif à ça.
  • 11:09 - 11:14
    Tous, soyez seulement attentifs à ça.
  • 11:14 - 11:19
    Où que vous soyez,
    dans quelque pays que ce soit,
  • 11:19 - 11:22
    où que vous soyez,
  • 11:22 - 11:26
    votre expérience et votre vision
  • 11:26 - 11:31
    est universellement une,
    en cet instant même, si vous me suivez.
  • 11:31 - 11:35
    Je ne vous demande pas d'y penser.
  • 11:35 - 11:38
    Simplement, vous êtes ici.
  • 11:38 - 11:40
    Vous êtes ici.
  • 11:40 - 11:47
    Ce qui est ici maintenant, quoi que ce soit,
  • 11:47 - 11:51
    je vous vous poser quelques questions à tous,
  • 11:51 - 11:56
    et ne ne vais pas vous demander
    nécessairement une réponse verbale.
  • 11:56 - 11:59
    [M.] Mais vous pouvez faire signe
    de la tête pour signifier oui,
  • 11:59 - 12:02
    ou non. Ce sera suffisant.
  • 12:02 - 12:04
    Je vous demande de faire ça,
  • 12:04 - 12:10
    parce que le fait d'exprimer physiquement
    ce que vous voyez,
  • 12:10 - 12:16
    d'un simple oui ou non, a un pouvoir.
  • 12:16 - 12:23
    C'est comme si vous enregistriez
    ce que vous voyez,
  • 12:23 - 12:26
    pas ce que vous imaginez simplement.
  • 12:26 - 12:32
    Donc maintenant, nous sommes ici.
    Nous sommes simplement ici, dans l'espace de l'être.
  • 12:36 - 12:41
    Maintenant, permettez-moi de vous poser
    à nouveau quelques questions
  • 12:41 - 12:45
    auxquelles vous pouvez répondre
    oui ou non de la tête.
  • 12:45 - 12:49
    Regardez. Ce qui est ici, quoi que ce soit.
  • 12:53 - 12:58
    Est-ce un objet ?
  • 12:58 - 13:03
    [Mooji] Non, ce n'est pas un objet.
    Pas un objet.
  • 13:03 - 13:10
    Est-ce que ce n'est qu'une sensation ?
    Ce n'est qu'une sensation ?
  • 13:10 - 13:14
    Non, pas une simple sensation,
    pas une simple sensation.
  • 13:14 - 13:19
    Est-ce une humeur ?
    Est-ce que c'est une humeur ?
  • 13:19 - 13:26
    Non, ce n'est pas une humeur,
    pas une humeur.
  • 13:26 - 13:31
    [Mooji] Est-ce que c'est personnel ?
  • 13:31 - 13:34
    [M.] Non, pas personnel, pas personnel.
  • 13:34 - 13:36
    [M.] Merci.
  • 13:40 - 13:43
    Quoi que ça puisse être,
  • 13:43 - 13:48
    j'appelle parfois cela
    seulement ce qui Est ou l'Êtreté,
  • 13:48 - 13:53
    pour nous tenir à l'écart des mots
    que nous avons si souvent utilisés auparavant
  • 13:53 - 13:57
    et pour lesquels nous avons développé
    toutes sortes de connotations différentes.
  • 13:57 - 14:02
    Simplement ce qui est ici maintenant,
  • 14:02 - 14:07
    est-ce quelque chose qui est arrivé,
    ce dont vous êtes conscients ?
  • 14:07 - 14:11
    Est-il arrivé de quelque part ?
  • 14:11 - 14:15
    Je vous regarde. Je regarde.
    Je suis avec vous.
  • 14:15 - 14:18
    Donc je suis simplement en train
    d'enregistrer vos réponses.
  • 14:18 - 14:21
    [Mooji] C'est un moment interactif,
  • 14:21 - 14:26
    donc je peux voir et ressentir
    vos réponses aussi.
  • 14:31 - 14:34
    Ce dont vous êtes conscients
    en ce moment même,
  • 14:34 - 14:37
    ce dont vous êtes conscients en ce moment même,
  • 14:37 - 14:42
    Il y a-t-il des limites à cela ?
  • 14:42 - 14:48
    Au sens où, à un certain point,
    pouvez-vous parvenir à l'extrémité de cela ?
  • 14:48 - 14:52
    Le retour que je reçois de vous,
    c'est : « Non, il n'y a pas de limites ».
  • 14:52 - 14:56
    Pas de limites.
  • 14:56 - 14:59
    (silence)
  • 15:08 - 15:14
    Puis-je vous demander, quoi que ce soit
    dont vous avez connaissance,
  • 15:14 - 15:19
    cela peut-il être malade ?
    Cela même peut-il jamais être malade ?
  • 15:19 - 15:22
    Mes yeux sont sur vous. Dites-moi.
  • 15:22 - 15:26
    [Mooji] Ça ne peut pas être malade.
  • 15:26 - 15:29
    [Mooji] J'ai eu les réponses de tout le monde là ?
  • 15:29 - 15:33
    [Mooji] Ah, ça ne peut pas être malade.
  • 15:33 - 15:38
    Cela peut-il être déprimé ?
  • 15:38 - 15:43
    Non, ça ne peut pas être déprimé, OK.
  • 15:47 - 15:53
    Et puis-je vous demander :
    Êtes-vous en train d'imaginer cela ou de la percevoir directement ?
  • 15:53 - 15:55
    Vous êtes en train de l'imaginer ?
  • 15:55 - 15:58
    Non, pas de l'imaginer. Ce n'est pas nécessaire d'imaginer.
    Pas besoin d'imaginer.
  • 16:02 - 16:08
    Je vais prendre le risque de vous poser une question :
  • 16:08 - 16:13
    Est-ce que cela a un commencement ?
    Simplement, simplement.
  • 16:13 - 16:15
    Avez-vous l'impression
  • 16:15 - 16:19
    que ça a un point de départ
    ou un commencement ?
  • 16:19 - 16:23
    Je suis avec vous. Je suis avec vous ici.
    Regardez maintenant.
  • 16:23 - 16:26
    Non, pas de commencement.
  • 16:26 - 16:29
    Ou, allons à l'autre extrémité à présent.
  • 16:29 - 16:34
    Cela peut-il finir ou être détruit
    d'une manière ou d'une autre ?
  • 16:34 - 16:36
    Regardez, s'il vous plaît.
  • 16:39 - 16:44
    [M.] Non, ça ne peut pas.
    Ça ne peut pas être détruit.
  • 16:48 - 16:54
    [M.] Est-ce que cela peut être contre ce que vous êtes ou contre n'importe qui ?
  • 16:58 - 17:01
    Ça ne peut pas. Très bien.
  • 17:05 - 17:12
    Est-ce que cela a le moindre jugement ?
  • 17:12 - 17:14
    Non, ça n'a aucun jugement.
  • 17:18 - 17:26
    Est-ce que cela appartient à une religion spécifique et pas à une autre ?
  • 17:26 - 17:30
    Est-ce que cela peut appartenir à quelqu'un ?
    Quelqu'un peut-il en avoir la propriété ?
  • 17:30 - 17:33
    Je regarde, juste pour avoir vos réponses.
  • 17:33 - 17:38
    Non. Très bien.
  • 17:38 - 17:41
    Merveilleux !
  • 17:45 - 17:48
    Permettez-moi de vous demander :
  • 17:48 - 17:53
    vous êtes tellement conscients
    en ce moment.
  • 17:53 - 17:58
    Est-ce un objet ?
    Je repose la question : est-ce un objet ?
  • 18:04 - 18:08
    Cela peut-il s'effacer ?
  • 18:08 - 18:10
    Cela peut-il s'effacer ?
  • 18:10 - 18:12
    Autrement dit, est-ce cela peut
    disparaître petit à petit ?
  • 18:12 - 18:18
    [Mooji] Est-ce que cela peut disparaître ?
  • 18:18 - 18:22
    [M.] Est-ce que c'est apparu ?
  • 18:22 - 18:25
    [M.] Ah, merveilleux !
  • 18:29 - 18:34
    Vous voyez, c'est pour ça que je vous ai demandé
  • 18:34 - 18:40
    de remettre à plus tard votre énergie de pensée,
  • 18:40 - 18:43
    de vider complètement votre tête
  • 18:43 - 18:49
    des habitudes du mental,
  • 18:49 - 18:54
    d'être totalement vides,
    même de l'identité personnelle.
  • 18:54 - 18:59
    Pourquoi je vous demande d'être
    tellement vides, vides, vides, vides ?
  • 18:59 - 19:06
    Parce que quand vous êtes vides
    de tout ce que vous croyez avoir appris,
  • 19:06 - 19:10
    alors je peux vous poser
    ce genre de questions.
  • 19:10 - 19:18
    Ce genre de questions auxquelles
    la plupart des gens ne peuvent même pas répondre,
  • 19:18 - 19:21
    tellement c'est, c'est...
  • 19:21 - 19:26
    Aucune université de peut vous enseigner
    quoi que ce soit à ce sujet !
  • 19:26 - 19:29
    Et pourtant, sans prendre du temps à penser,
  • 19:29 - 19:31
    et de comprendre quelque chose,
  • 19:31 - 19:38
    vos réponses surgissent dès que la question est entendue.
  • 19:38 - 19:40
    Pourquoi ?
  • 19:40 - 19:43
    Est-ce que je peux vous poser une autre question ?
  • 19:47 - 19:51
    À quelle distance de vous
    cela se trouve-t-il ?
  • 19:51 - 19:54
    Ce dont vous êtes conscients en ce moment,
  • 19:54 - 19:59
    quelle distance devez-vous parcourir
    pour le rencontrer ?
  • 19:59 - 20:05
    Devez-vous franchir une distance
    pour vous connecter avec cela ?
  • 20:05 - 20:09
    Aucune distance. Aucune distance.
  • 20:09 - 20:12
    Donc ce sont les questions
    que je vous ai posées.
  • 20:12 - 20:15
    Ces questions sont les questions
  • 20:15 - 20:19
    que j'ai posées partout dans le monde.
  • 20:19 - 20:22
    Quel que soit l'environnement
    dont ils venaient,
  • 20:22 - 20:25
    quel que soit le système de croyances
    qu'ils avaient,
  • 20:25 - 20:31
    quel que soit le contexte de leur vie,
    et toutes ces choses,
  • 20:31 - 20:37
    en grande majorité, la réponse vient d'ici.
  • 20:37 - 20:41
    Quasiment 95, 96 % des gens sont conscients.
  • 20:41 - 20:44
    Certains disent : « Je ne peux pas trouver de réponse. »
  • 20:44 - 20:47
    Je leur dis OK pour le moment,
    si je laisse ceux-là de côté,
  • 20:47 - 20:52
    l'énorme majorité voit et répond
    de la même manière.
  • 20:52 - 20:55
    Donc peu importe quel est votre pays,
  • 20:55 - 20:58
    peu importe que vous soyez
    un homme ou une femme,
  • 20:58 - 21:02
    peu importe que vous soyez blanc ou noir,
    ça n'a aucune importance.
  • 21:02 - 21:06
    La vision confirme quelque chose
    qui ne peut pas être touché.
  • 21:06 - 21:08
    Ce n'est pas une forme.
  • 21:08 - 21:12
    Donc, je vais juste récapituler pour moi-même.
  • 21:12 - 21:15
    Quand on vous demande :
    « Est-ce un objet ? »,
  • 21:15 - 21:18
    vous dites : « Ce n'est pas un objet. »
  • 21:18 - 21:23
    Je vous demande à nouveau :
    est-ce que cela a une forme ou une taille ?
  • 21:23 - 21:25
    Je vous pose la question maintenant.
  • 21:25 - 21:28
    « Ça n'a ni forme ni taille. »
  • 21:28 - 21:31
    Est-ce une humeur ?
    Vous dites : « Non, ce n'est pas une humeur ».
  • 21:31 - 21:36
    Un sentiment, alors ?
    « Non, ce n'est pas un sentiment. »
  • 21:36 - 21:38
    Cela peut-il s'évanouir ?
  • 21:38 - 21:43
    Par exemple, vous êtes conscients de cela
    en ce moment,
  • 21:43 - 21:46
    et disons que demain en vous réveillant,
    sera-t-il partir ?
  • 21:46 - 21:50
    Cela peut-il partir ?
    Peut-il s'en aller ?
  • 21:50 - 21:52
    Je vous regarde. Cela peut-il s'en aller ?
  • 21:52 - 21:55
    [M.] Non, ça ne peut pas s'en aller.
  • 21:55 - 21:58
    [M.] Je vous ai demandé : cela peut-il être malade ? Vous avez dit « Non ».
  • 21:58 - 22:01
    [M.] Je vous ai demandé :
    cela peut-il être déprimé ?
  • 22:01 - 22:04
    Vous avez dit : « Non, ça ne peut pas être déprimé. »
  • 22:04 - 22:08
    Je vous ai demandé : où cela a-t-il commencé ? Est-ce que cela commence quelque part ?
  • 22:08 - 22:10
    Vous avez dit : « Ça ne commence nulle part. »
  • 22:10 - 22:13
    Je dis : est-ce que ça se termine quelque part ?
  • 22:13 - 22:16
    Vous dites : « Non, ça ne se termine pas quelque part. »
  • 22:16 - 22:19
    Je demande : Est-ce que cela juge ?
    Vous dites : « Ça ne juge pas. »
  • 22:19 - 22:22
    Je vous demande : cela peut-il appartenir à un groupe particulier ?
  • 22:22 - 22:26
    Vous dites : « Non, ce n'est pas un groupe religieux ou une autre catégorie. »
  • 22:26 - 22:32
    Un gouvernement peut-il s'en emparer ?
  • 22:32 - 22:35
    « Non, ce n'est pas possible. »
  • 22:35 - 22:37
    J'ai dit OK.
  • 22:37 - 22:43
    Je veux dire, est-ce que cela est né ?
  • 22:43 - 22:47
    « Non, ce n'est pas né. »
  • 22:47 - 22:52
    Puis-je vous demander :
    cela peut-il mourir ? Peut-il mourir ?
  • 22:52 - 22:55
    [Mooji] Oh, mon Dieu, peut-il mourir ?
  • 22:59 - 23:02
    Alors je vous demande :
  • 23:02 - 23:06
    combien de temps vous faudra-t-il
    pour l'atteindre ?
  • 23:06 - 23:09
    Vous dites : « Il n'y a aucune distance ».
  • 23:09 - 23:14
    Alors j'ai dit, si c'est votre réponse,
  • 23:14 - 23:19
    alors ce que vous percevez directement,
  • 23:19 - 23:25
    ce dont vous êtes conscients
    est votre propre être,
  • 23:25 - 23:27
    votre propre Soi,
  • 23:27 - 23:30
    votre propre nature
  • 23:30 - 23:33
    en Vérité.
  • 23:33 - 23:36
    Cela peut-il s'arrêter ?
  • 23:40 - 23:45
    Êtes-vous en état d'hypnose ?
  • 23:45 - 23:47
    Non. Vous voyez.
  • 23:47 - 23:52
    Alors regardez ce que vous êtes
    en train de vérifier aujourd'hui,
  • 23:52 - 23:56
    ce que vous êtes en train de vérifier
    par vous-mêmes.
  • 23:56 - 24:00
    Si vous êtes quelqu'un qui aime résoudre
    les choses avec votre tête,
  • 24:00 - 24:05
    que vous avez l'habitude d'utiliser votre tête,
    vous vous sentez peut-être un peu perdu en ce moment,
  • 24:05 - 24:10
    genre : « Je ne sais pas. Je ne peux répondre
    à aucune de ces questions ».
  • 24:10 - 24:15
    Mais je suis heureux de vos réponses.
  • 24:15 - 24:19
    Vous êtes, en cet instant,
  • 24:19 - 24:25
    je ne veux pas même dire
    que vous êtes en contact avec cela.
  • 24:25 - 24:31
    Pouvez-vous en être séparé ?
  • 24:31 - 24:36
    Alors regardez ça. Regardez ça.
  • 24:36 - 24:42
    Pour la première fois,
    vous dites la Vérité.
  • 24:42 - 24:50
    Pour la première fois,
    vous n'avez pas besoin d'une opinion.
  • 24:50 - 24:55
    Vous pouvez voir directement,
    sans vos yeux physiques,
  • 24:55 - 24:58
    avec votre connaissance intérieure.
  • 24:58 - 25:04
    Avez-vous dû aller loin, loin, loin au fond
    pour découvrir ce que vous voyez ? Non.
  • 25:07 - 25:14
    [Mooji] Ceci est le fruit de votre satsang.
  • 25:14 - 25:20
    Quelqu'un peut-il vous l'enlever ?
  • 25:20 - 25:23
    C'est merveilleux.
  • 25:23 - 25:26
    C'est merveilleux !
  • 25:30 - 25:35
    De quelle façon pouvez-vous
    être différent de Cela ?
  • 25:35 - 25:38
    (silence)
  • 25:46 - 25:56
    Donc, c'est le fruit
    de l'Invitation à la Liberté.
  • 26:01 - 26:07
    Donc, si je dis OK,
    en tant qu'exercice, c'est terminé !
  • 26:07 - 26:11
    Donc est-ce que Cela est parti ?
    Est-ce que Cela est terminé ?
  • 26:15 - 26:19
    [Mooji] C'est la vrai découverte du Soi.
  • 26:19 - 26:22
    [M.] Cela ne vous demande pas
    les opinions de votre mental,
  • 26:22 - 26:25
    qui pourrait dire aujourd'hui :
    « C'est comme ça »,
  • 26:25 - 26:28
    et demain : « Ce n'est pas comme ça ».
  • 26:28 - 26:32
    Si je devais vous voir dans trois semaines,
  • 26:32 - 26:36
    qu'on se tombe dessus par hasard,
  • 26:36 - 26:39
    vous faudra-t-il du temps pour dire :
  • 26:39 - 26:43
    « Attendez une minute, cette chose que vous...
    Il faut que la recherche ?
  • 26:43 - 26:47
    Peut-elle se cacher ?
  • 26:47 - 26:49
    [Mooji] Ha ha !
  • 26:53 - 27:00
    Donc, rien que regarder est une joie en soi.
  • 27:00 - 27:05
    Est-ce seulement une découverte mentale ?
  • 27:05 - 27:08
    Non.
  • 27:08 - 27:11
    Merci.
  • 27:11 - 27:13
    Merci.
  • 27:13 - 27:20
    Et quelle joie de vous regarder
    dans votre propre présence,
  • 27:20 - 27:24
    vous reposant dans votre propre être !
  • 27:24 - 27:28
    Donc, supposez maintenant
    que le mental revienne,
  • 27:28 - 27:31
    un gros tsunami « Rooarr ! »,
  • 27:31 - 27:34
    peut-il perturber Ceci ?
  • 27:44 - 27:47
    [Mooji] Ceci peut-il s'en aller ?
  • 27:50 - 27:55
    [Mooji] Et c'est tout ce que vous avez
    à vraiment savoir.
  • 27:55 - 27:58
    Parce que le mental va venir,
  • 27:58 - 28:03
    et ça vous donnera l'impression
    que vous êtes hypnotisés dans le retour à l'identification :
  • 28:03 - 28:06
    « Oh, je l'ai perdu... Je suis perdu à nouveau !
  • 28:06 - 28:09
    Hier le satsang était tellement bien. »
  • 28:09 - 28:11
    Et vous allez parler comme ça.
  • 28:11 - 28:18
    J'appelle ça parler en dormant,
    marcher en somnambule, vivre en dormant.
  • 28:18 - 28:22
    Comment s'éveiller de ce sommeil ?
  • 28:22 - 28:28
    Est-ce que Cela est endormi ou éveillé ?
  • 28:28 - 28:33
    Au-delà d'endormi et d'éveillé.
  • 28:33 - 28:37
    Combien avez-vous payé pour l'obtenir ?
  • 28:44 - 28:48
    [Mooji rit]
  • 28:48 - 28:51
    Comme ça, vous voyez. Comme ça.
  • 28:51 - 28:57
    Et je vous ai demandé :
    êtes-vous dans un état d'hypnose ?
  • 28:57 - 29:03
    Êtes-vous en train de visualiser le Soi ?
  • 29:03 - 29:06
    Non. Non.
  • 29:06 - 29:09
    Le Soi ne peut pas être visualisé.
  • 29:09 - 29:11
    Vous pouvez essayer d'imaginer quelque chose,
  • 29:11 - 29:14
    mais ce ne sera pas Ceci.
  • 29:14 - 29:17
    Ceci est Ceci.
  • 29:17 - 29:20
    Ceci, c'est ce que vous êtes.
  • 29:20 - 29:22
    Et en même temps,
  • 29:22 - 29:26
    on nous a donné l'opportunité
    et l'expérience
  • 29:26 - 29:31
    de nous identifier à ce corps instrumental,
  • 29:31 - 29:36
    afin de goûter la sensation d'être
    une personne individuelle,
  • 29:36 - 29:40
    qui apprend des choses
    par le biais de notre mental,
  • 29:40 - 29:45
    qui fait l'expérience des opposés interreliés
    et de toutes les émotions.
  • 29:45 - 29:48
    Nous sommes censés faire l'expérience de tout !
  • 29:48 - 29:51
    D'éprouver la sensation de peur,
  • 29:51 - 29:53
    le sentiment de la peur de mourir,
  • 29:53 - 29:55
    parfois de la peur de vivre,
  • 29:55 - 29:59
    faire l'expérience d'être privé
    de choses importantes,
  • 29:59 - 30:02
    faire l'expérience d'avoir peur,
  • 30:02 - 30:04
    faire l'expérience d'être amoureux,
  • 30:04 - 30:06
    faire l'expérience d'être seul,
  • 30:06 - 30:11
    faire l'expérience d'avoir faim,
  • 30:11 - 30:13
    toutes ces choses,
    nous devons en faire l'expérience.
  • 30:13 - 30:16
    Vous devez en faire l'expérience
    non pas comme une punition,
  • 30:16 - 30:21
    mais parce que la conscience le voulait,
    avait besoin d'explorer,
  • 30:21 - 30:32
    de faire l'expérience de la diversité
    de sa capacité à manifester des différences.
  • 30:32 - 30:34
    Comprenez cela.
  • 30:34 - 30:37
    Mais comprenez cela.
  • 30:37 - 30:41
    Cela n'a pas besoin de s'arrêter
    dans sa manifestation.
  • 30:41 - 30:44
    Mais à présent, quand vous dirigez votre attention
  • 30:44 - 30:49
    sur le fait d'être présent,
    et de ne faire qu'un avec cela,
  • 30:49 - 30:54
    votre attention est-elle séparée de Cela ?
  • 30:57 - 31:01
    Nous avons...
    C'est un peu subtil comme question.
  • 31:01 - 31:05
    Parce qu'on dirait que quand l'attention
    se dirige vers le mental,
  • 31:05 - 31:09
    et le sens de l'identité, etc.
  • 31:09 - 31:13
    des expériences très différentes
    entrent en jeu.
  • 31:13 - 31:16
    Et ces expériences sont crues
  • 31:16 - 31:19
    sur la base de l'identité personnelle.
  • 31:19 - 31:24
    Et chaque fois que l'on retourne
    à l'état d'identité personnelle,
  • 31:24 - 31:30
    c'est comme si l'identité éclipsait
    votre savoir naturel
  • 31:30 - 31:33
    que vous venez juste de partager avec moi
  • 31:33 - 31:36
    et vous commencez à parler
    depuis l'endroit de la personne,
  • 31:36 - 31:40
    ce que j'appelle le masque
  • 31:40 - 31:43
    qui donne l'impression d'être capable
    de recouvrir le Soi.
  • 31:43 - 31:50
    Est-ce que quoi que ce soit peut recouvrir le Soi ?
    Je vous pose la question maintenant.
  • 31:50 - 31:56
    Pourtant, au travers du mental,
    c'est comme si le Soi était une expérience
  • 31:56 - 31:59
    et qu'à présent il était parti :
    « Je ne le trouve pas ».
  • 31:59 - 32:01
    Et le « je » qui dit :
  • 32:01 - 32:06
    « Oh, le Soi, l'expérience est partie,
    je ne sais pas quoi faire »,
  • 32:06 - 32:09
    ce « je », qui apparaît,
  • 32:09 - 32:16
    apparaît aussi dans le même espace
    de conscience que vous êtes.
  • 32:16 - 32:23
    Mais vous oubliez parce que l'attention
    retourne dans l'identité en tant qu'une personne.
  • 32:23 - 32:30
    Au fur et à mesure que vous passerez
    du temps à mariner dans cette vision,
  • 32:30 - 32:34
    qui est votre Vérité,
  • 32:34 - 32:42
    il apparaîtra de plus en plus clairement
    où l'erreur est faite.
  • 32:42 - 32:46
    Maintenant, puis-je vous demander,
    l'exercice est terminé,
  • 32:46 - 32:51
    l'exercice est terminé pour le moment, OK ?
    Est-ce qu'il est parti ?
  • 32:51 - 32:53
    Le Soi est-il parti ?
  • 32:55 - 33:01
    [Mooji] Je vais continuer à vérifier
    avec vous s'il est parti.
  • 33:01 - 33:03
    Imaginez que vous ayez la capacité...
  • 33:03 - 33:06
    je peux vous poser cette question,
    nous pouvons jouer avec ça.
  • 33:06 - 33:08
    Imaginez que vous puissiez monter
    dans un vaisseau spatial
  • 33:08 - 33:14
    et voyager jusqu'à une planète très, très lointaine.
    Est-ce qu'il ne sera pas là ?
  • 33:14 - 33:17
    Pouvez-vous quitter votre Soi ?
  • 33:17 - 33:20
    Tout est là.
  • 33:20 - 33:24
    Et comme c'est simple, si simple.
  • 33:24 - 33:30
    Et pourtant, c'est un mystère
    que le mental puisse venir
  • 33:30 - 33:33
    et que tout se passe
    comme si on était hypnotisé
  • 33:33 - 33:37
    et amené à redevenir une chose finie.
  • 33:37 - 33:41
    Alors, vous allez vous habituer à cela.
  • 33:41 - 33:46
    Vous avez reçu en vous,
    de vous-même,
  • 33:46 - 33:50
    la grâce de la vision réelle.
  • 33:50 - 33:54
    Et même si quelques distorsions,
    une sorte de distraction
  • 33:54 - 33:56
    peut venir jouer pendant un temps,
  • 33:56 - 33:58
    elles vont devenir de plus en plus faibles,
  • 33:58 - 34:05
    à mesure que vous continuerez à affirmer
    et à confirmer votre vision véritable.
  • 34:05 - 34:10
    C'est dire le pouvoir qu'elle possède !
  • 34:10 - 34:12
    Le pouvoir qu'elle possède.
  • 34:12 - 34:17
    Alors, c'était très bon pour moi
    de partager cela avec vous,
  • 34:17 - 34:24
    dans votre présence, vous êtes venus,
    et grâce à vous, en un sens,
  • 34:24 - 34:31
    j'ai pu à nouveau présenter l'Invitation.
  • 34:31 - 34:39
    [Mooji] Et quand je vous demande,
    et je demande à tous :
  • 34:39 - 34:43
    pouvez-vous jamais ne pas être Cela ?
  • 34:47 - 34:49
    Vous pouvez prendre votre temps.
  • 34:49 - 34:52
    Vous pouvez prendre votre temps.
  • 34:56 - 34:58
    Merveilleux !
  • 34:58 - 35:02
    Alors, merci, Nupur et Nisheeth.
    Merci.
  • 35:02 - 35:07
    [M.] Merci. C'est très bien pour le moment.
    [I.1] Merci Guruji.
  • 35:07 - 35:09
    [M.] Merveilleux, merveilleux.
  • 35:09 - 35:13
    [I.] Merci Guruji.
    [I.1] Nous t'aimons tellement, Guruji.
  • 35:13 - 35:15
    [M.] Merveilleux, merveilleux ! C'est très beau !
  • 35:15 - 35:19
    [M.] Merci, merci.
    [I.2] Plein d'amour, Guruji.
  • 35:19 - 35:24
    [M.] Prenons un instant, juste pour...
    je ne sais pas.
  • 35:24 - 35:27
    Même si je dis pour être avec Cela,
    ça va.
  • 35:27 - 35:30
    Je peux dire soyez avec Cela.
  • 35:31 - 35:35
    À cause du langage,
    du conditionnement et de l'habitude,
  • 35:35 - 35:38
    je dois dire : « Soyez avec Cela ».
  • 35:38 - 35:42
    Mais en fait, vous êtes Cela.
  • 35:42 - 35:48
    Vous êtes plus Cela que n'importe quelle
    personne que vous avez cru être auparavant.
  • 35:48 - 35:51
    Et vous pouvez dire
    que vous êtes votre personne aussi,
  • 35:51 - 35:53
    mais il s'agit d'un état bien plus superficiel,
  • 35:53 - 35:57
    parce qu'un jour vous êtes comme ceci
    et un autre jour comme cela.
  • 35:57 - 36:00
    Un autre jour comme ci,
    un autre jour comme ça.
  • 36:00 - 36:06
    Mais à partir de cet endroit,
    si je vous pose la question, vous ne direz pas :
  • 36:06 - 36:10
    « Oh, hier, j'étais différent
    de ce que je suis aujourd'hui. »
  • 36:10 - 36:15
    Parce que c'est pas une humeur,
    ce n'est pas une sensation,
  • 36:15 - 36:19
    ce n'est pas une abstraction,
    ce n'est pas une visualisation,
  • 36:19 - 36:22
    ce n'est pas un produit de l'imagination,
  • 36:22 - 36:24
    ce n'est pas une croyance,
  • 36:24 - 36:29
    ce n'est pas un objet,
  • 36:29 - 36:32
    C'est tout simplement.
  • 36:38 - 36:44
    Soyez attentifs simplement à Cela.
  • 36:44 - 36:48
    Dans quelle direction pouvez-vous regarder
    où Cela n'est plus ?
  • 36:58 - 37:00
    Merveilleux !
  • 37:00 - 37:05
    Vous savez, un moment viendra,
    un temps viendra
  • 37:05 - 37:11
    où étant parvenu à cette reconnaissance,
    cette réalisation,
  • 37:11 - 37:15
    et je dis, que nous devons nous stabiliser
    à cet endroit,
  • 37:15 - 37:19
    parce que ce facteur « moi »,
    ce facteur « je », ce facteur « nous »,
  • 37:19 - 37:26
    qui semble impliquer une sorte
    d'identité personnelle,
  • 37:26 - 37:28
    ce sentiment de :
  • 37:28 - 37:33
    « Oui, je suis revenu à mon Soi »
    et « Je m'éloigne de mon Soi »,
  • 37:33 - 37:36
    ça vous paraîtra naturel pendant un temps
    de continuer à parler de la sorte,
  • 37:36 - 37:38
    mais peut-être que quelque chose change.
  • 37:38 - 37:40
    Peut-être que quand vous ressentirez :
  • 37:40 - 37:44
    « Vous savez quoi,
    je ne sais plus ce que j'aime »,
  • 37:44 - 37:48
    vous entendrez cela à l'intérieur
    de l'espace plus vaste de votre être véritable
  • 37:48 - 37:53
    et vous pourrez simplement en rire
    et vous dire : « Mais qu'est-ce que je dis ? »
  • 37:53 - 37:55
    [Mooji rit]
  • 37:55 - 37:59
    Vous pourrez vous surprendre à rire :
    « Mais qui a dit ça ? »
  • 38:03 - 38:08
    « Qui est en train de prendre
    toutes ces décisions ? »
  • 38:08 - 38:12
    « Qui subit toutes ces humeurs ? »
  • 38:16 - 38:21
    Donc, ça, c'est le pouvoir de l'auto-investigation
  • 38:21 - 38:23
    qui se présente à présent sous la forme,
  • 38:23 - 38:28
    cette forme simple de l'Invitation à la Liberté,
    c'est ainsi que je l'appelle.
  • 38:28 - 38:31
    Et elle est avec vous.
  • 38:31 - 38:35
    Qu'est-ce que ça veut dire Elle est avec vous ?
    Est-ce vraiment vrai ?
  • 38:35 - 38:38
    Le Soi est-il avec vous ? Qui êtes-vous ?
  • 38:42 - 38:48
    Quelle distance y a-t-il
    entre vous et le Soi véritable ?
  • 38:48 - 38:50
    Donc, ce dont nous faisons l'expérience
  • 38:50 - 38:53
    est le sens naturel de séparation
  • 38:53 - 38:56
    qui vient à force de vivre
    pendant des années et des années
  • 38:56 - 39:00
    dans la notion d'être cette personne.
  • 39:00 - 39:04
    Et l'identité personnelle va se sentir
    un peu laissée de côté.
  • 39:04 - 39:08
    Du genre : « Oh, tu veux
    m'abandonner maintenant ».
  • 39:08 - 39:12
    Alors parfois, elle revient
    et cela peut créer
  • 39:12 - 39:17
    au niveau du ressenti, dans le mental,
    comme un accès de rage,
  • 39:17 - 39:20
    comme une distorsion de la perception :
  • 39:20 - 39:24
    « Mon mental ne s'arrête pas »
    et ce genre de choses.
  • 39:24 - 39:28
    Cela peut se produire pendant une courte période.
  • 39:28 - 39:32
    Mais ici, s'est-il passé quelque chose ?
  • 39:37 - 39:41
    Je vous regarde.
  • 39:41 - 39:43
    Je te regarde, Dee.
  • 39:47 - 39:50
    Je te regarde, Michael.
  • 39:50 - 39:55
    Je vous regarde, Yam et Joel,
  • 39:55 - 39:58
    et Henrique et Donna, chacun de vous.
  • 39:58 - 40:05
    Duong, Sandy, Julian, Maureen,
    vous tous.
  • 40:08 - 40:14
    Quand Cela pourra-t-il être perdu
    et qu'est-ce qui éliminera cette connaissance ?
  • 40:14 - 40:18
    [Mooji] Alors, qu'est-ce qu'on appelle
    la réalisation du Soi ?
  • 40:18 - 40:21
    Est-ce la sensation de division
  • 40:21 - 40:25
    entre toi-même dans ton mental et ta personne
  • 40:25 - 40:28
    et le Soi qui est immuable ?
  • 40:28 - 40:35
    Quelque chose fait fondre en quelque sorte
    l'idée superficielle d'un soi,
  • 40:35 - 40:37
    du soi personnel,
  • 40:37 - 40:44
    et il se fond dans l'être naturel,
    de plus en plus.
  • 40:44 - 40:46
    Allez-vous changer d'aspect ?
  • 40:46 - 40:50
    Eh bien, si c'est le cas,
    ce sera une amélioration.
  • 40:50 - 40:52
    Ce sera un visage
  • 40:52 - 40:57
    qui ne portera plus les stigmates
    du stress, de l'anxiété,
  • 40:57 - 41:03
    de la peur, des désirs, du besoin. Non.
  • 41:03 - 41:07
    Ce sera ce que j'appelle vous sans vous.
  • 41:07 - 41:14
    C'est-à-dire sans tout de bazar,
    ce fouillis qui encombre, qui étouffe.
  • 41:18 - 41:22
    Et souvent, quand je vois les gens au satsang,
  • 41:22 - 41:27
    j'ai le sentiment de voir votre vrai visage.
  • 41:27 - 41:29
    Qu'est-ce que votre vrai visage ?
  • 41:29 - 41:34
    Ce n'est pas le visage de vos pensées,
    de vos attachements et de vos peurs,
  • 41:34 - 41:40
    mais le visage, les traits et l'aspect
    de votre être pur,
  • 41:40 - 41:47
    radieux, silencieux, paisible, sage.
  • 41:47 - 41:51
    N'essayez pas d'être cela !
    N'essayez pas, ça ne marche pas.
  • 41:51 - 41:53
    Parce que celui qui essaierait d'être cela...
  • 41:53 - 41:58
    serait déjà tombé dans le piège d'être
    une personne en train d'essayer d'être cela.
  • 41:58 - 42:02
    Quand je vous ai demandé de regarder,
    vous avez fait une découverte,
  • 42:02 - 42:06
    pas une invention.
  • 42:06 - 42:10
    Donc, c'est le pouvoir de votre observation.
  • 42:10 - 42:15
    Un temps viendra où cela sera suffisant.
  • 42:15 - 42:17
    Ce n'est qu'un rappel :
  • 42:17 - 42:21
    Pourquoi parles-tu
    comme si tu étais une personne ?
  • 42:21 - 42:26
    Et tu diras : « Ouf ! Merci.
    Merci, merci, Mooji ! Merci ! »
  • 42:26 - 42:28
    Vous voyez, « J'ai été distrait
    pendant un moment ».
  • 42:28 - 42:33
    Nous souffrons surtout de la distraction,
  • 42:33 - 42:40
    du fait d'être distraits de notre être central.
  • 42:40 - 42:43
    C'est une sorte de paradoxe.
  • 42:43 - 42:48
    Mais petit à petit, vous direz peut-être :
    « Comment puis-je amener ces deux-là à fusionner ? »
  • 42:48 - 42:51
    D'où es-tu en train de parler ?
    Qui pose cette question ?
  • 42:51 - 42:56
    Alors je dis, simplement en vous posant,
    en étant dans l'unité avec cela,
  • 42:56 - 43:03
    ce qui signifie dans la reconnaissance
    naturelle de votre être déjà présent,
  • 43:03 - 43:07
    confirmé par une vision directe,
  • 43:07 - 43:10
    une vision non duelle...
  • 43:10 - 43:14
    En vous reposant dans la conscience,
  • 43:14 - 43:20
    tous les problèmes, toutes les complications,
    toutes les listes de choses à faire
  • 43:20 - 43:23
    s'adoucissent et se fondent dans l'être.
  • 43:23 - 43:27
    Et vous trouverez spontanément
  • 43:27 - 43:32
    que vos actions en retour,
    vos réactions, vos interactions
  • 43:32 - 43:37
    sont vues et vécues
    comme se produisant spontanément.
  • 43:37 - 43:40
    Ayez confiance en cela !
  • 43:40 - 43:42
    Alors pourquoi dis-je
    de faire confiance à cela ?
  • 43:42 - 43:45
    Parce que parfois, au travers du mental,
    vous allez peut-être penser :
  • 43:45 - 43:50
    « Je ne peux pas affronter
    le monde en étant simplement ici ».
  • 43:50 - 43:52
    C'est encore une ruse !
  • 43:52 - 43:54
    « Je ne peux pas être !
    J'ai tant de choses à faire !
  • 43:54 - 43:57
    Je subis tellement de pressions ! »
  • 43:57 - 44:01
    Cela revient à retourner
    sous l'ancien régime de l'identité.
  • 44:01 - 44:04
    Apprenez à être tranquille avec vous-même.
  • 44:04 - 44:09
    Ne cédez pas aux réactions
    quand elles proviennent du mental.
  • 44:09 - 44:11
    Vous allez commencer à savoir cela.
  • 44:11 - 44:15
    Je pourrais rester assis là
    à vous en parler pendant longtemps, mais je ne le ferai pas.
  • 44:15 - 44:17
    Parce que ce n'est pas
    comme ça que ça marche.
  • 44:17 - 44:22
    Ce qui marche, c'est que vous soyez attentifs
    simplement au sens d'être.
  • 44:22 - 44:26
    Cela peut vous paraître trop simpliste
    ou même naïf,
  • 44:26 - 44:32
    mais il y a un tel pouvoir
    qui émane de cette attitude !
  • 44:32 - 44:37
    Alors, puis-je prendre pour acquis,
    tandis que je suis assis avec vous tous,
  • 44:37 - 44:48
    qu'un sens naturel d'être loyal
    à votre Vérité
  • 44:48 - 44:52
    est ressenti dans votre Cœur ?
  • 44:52 - 44:56
    Vous n'avez pas besoin d'aller
    le chercher ailleurs. Où que vous soyez.
  • 44:56 - 44:59
    Parfois, vous aurez peut-être besoin
    de vous écarter
  • 44:59 - 45:03
    du trafic du bruit du monde
    pendant un temps,
  • 45:03 - 45:08
    rien que vous asseoir et clarifier
    votre esprit dans votre être à nouveau.
  • 45:08 - 45:12
    Cela peut durer cinq minutes,
    rien qu'à vous asseoir.
  • 45:12 - 45:14
    Et en apprenant à faire ça,
  • 45:14 - 45:17
    vous allez découvrir
    que vous êtes naturellement attirés
  • 45:17 - 45:21
    à rester et à vous honorer de cette manière.
  • 45:21 - 45:24
    Si quelqu'un vous demande :
    « Qu'est-ce que tu fais ? »
  • 45:24 - 45:27
    Ne répondez pas :
    « J'essaye d'être un avec moi-même ».
  • 45:27 - 45:31
    Ne parlez pas comme ça, parce que les gens
    vous prendront pour un fou !
  • 45:31 - 45:34
    Dites simplement : « Je m'accorde un moment
    pour me poser tranquillement. »
  • 45:34 - 45:37
    Vous n'avez besoin de rien dire
    à personne.
  • 45:37 - 45:40
    Je ne suis pas en train
    de faire de vous des évangélisateurs.
  • 45:40 - 45:43
    Je vous dis de simplement vous reposer
    dans votre être
  • 45:43 - 45:46
    et de découvrir le pouvoir qu'il est là. OK ?
  • 45:46 - 45:52
    Et ce sera si beau,
    ça aura tellement d'impact !
  • 45:52 - 45:54
    Je ne saurai dire sur quel aspect de votre vie.
  • 45:54 - 45:59
    Parfois, les gens que vous avez
    l'habitude de côtoyer
  • 45:59 - 46:03
    ne vous comprendront peut-être pas
    parce que nous avons tous une image les uns des autres.
  • 46:03 - 46:05
    Et quand quelqu'un échappe
  • 46:05 - 46:08
    à la forme au travers de laquelle
    on a l'habitude de les voir,
  • 46:08 - 46:10
    quelque chose n'aime pas ça.
  • 46:10 - 46:15
    On veut vous voir revenir à l'ancienne forme
    qu'on a dans la tête.
  • 46:15 - 46:17
    Alors ne vous souciez pas de ça.
  • 46:17 - 46:21
    Ne vous efforcez pas trop
    de faire comprendre les choses aux gens.
  • 46:21 - 46:25
    Mais vous allez voir que vous êtes
    capables d'être gentils
  • 46:25 - 46:27
    et sans jugements,
  • 46:27 - 46:31
    que vous avez une profonde confiance naturelle
  • 46:31 - 46:34
    pas une confiance égoïque,
  • 46:34 - 46:39
    et une paix en vous qui est indéniable.
  • 46:39 - 46:42
    Parfois, certains sont intimidés
  • 46:42 - 46:45
    par la présence de quelqu'un qui est éveillé.
  • 46:45 - 46:48
    C'est une réaction superficielle.
  • 46:48 - 46:52
    Ou quelqu'un qui approfondit
    sa découverte du Soi.
  • 46:52 - 46:56
    Vous vous rendrez peut-être compte
    que vous vous attendez à ce que les gens le remarquent,
  • 46:56 - 46:58
    et qu'ils veuillent vous dire des choses gentilles.
  • 46:58 - 47:01
    Mais vous pourriez être surpris
    que les gens vous disent :
  • 47:01 - 47:04
    « Tu te prends pour qui ? »,
    ce genre de choses.
  • 47:04 - 47:09
    Et n'allez pas dire quelque chose d'intelligent.
    Contentez-vous de rester dans votre Cœur.
  • 47:09 - 47:13
    Même si vous avez l'impression
    d'être mis à l'épreuve,
  • 47:13 - 47:18
    restez simplement dans ce que vous êtes,
    comme ça.
  • 47:18 - 47:21
    Et vos actions qui découlent de la conscience,
  • 47:21 - 47:25
    elles possèdent toujours un pouvoir profond,
  • 47:25 - 47:27
    et une belle qualité.
  • 47:27 - 47:31
    Donc, j'ai toutes ces lettres à lire,
  • 47:31 - 47:35
    je crois avoir répondu à toutes
    rien que dans cette invitation.
  • 47:35 - 47:39
    Honnêtement, je pourrais
    les passer toutes en revues et les lire,
  • 47:39 - 47:45
    il y a de très belles lettres,
    mais nous les avons dépassées.
  • 47:45 - 47:49
    Nous avons dépassé ça !
    Si je dois répondre à celle-ci :
  • 47:49 - 47:53
    « Je crois que tu devrais prendre
    un peu plus de temps en dehors du travail,
  • 47:53 - 47:56
    et accorder un peu plus d'énergie à ceci... »
  • 47:56 - 47:58
    Non, nous n'avons pas besoin
    d'entrer là-dedans !
  • 47:58 - 48:02
    Reste simplement dans Cela, honore Cela
  • 48:02 - 48:07
    et tu vas découvrir
    que ta vie deviendra magique !
  • 48:07 - 48:10
    Notre vie doit être magique.
  • 48:10 - 48:15
    Mais pas comme ton mental l'entend :
    « Je dois essayer de rendre ma vie... » Non !
  • 48:15 - 48:20
    Parce que la vie divine,
    la vie réelle est magique !
  • 48:20 - 48:24
    Ne t'efforce pas d'être trop prévisible
    et trop cohérent.
  • 48:24 - 48:27
    Ce sont des choses que le mental
    essaie de faire.
  • 48:27 - 48:31
    Il y a quelque chose d'imprévisible
    dans celui qui est vraiment vivant.
  • 48:31 - 48:36
    C'est-à-dire imprévisible au sens
    où il te surprendra toujours,
  • 48:36 - 48:39
    et il se surprend lui-même toujours,
    si je peux dire.
  • 48:39 - 48:42
    Ce n'est pas vrai,
    on ne se surprend pas soi-même.
  • 48:42 - 48:45
    Quand on est en paix avec soi-même,
  • 48:45 - 48:50
    quelque chose est dans un profond sentiment d'acceptation et on trouve sa voie.
  • 48:50 - 48:54
    Et c'est ce qui est beau dans notre satsang
    d'aujourd'hui avec vous.
  • 48:54 - 48:57
    Je ne vous donne pas tout un tas d'instructions.
  • 48:57 - 49:00
    Je me contente de vous ramener
    à votre Soi par mes indications.
  • 49:00 - 49:05
    Tout est déjà en vous,
    dans votre être naturel.
  • 49:05 - 49:10
    Commencez à apprécier l'aventure
    de la découverte du Soi
  • 49:10 - 49:15
    et les fruits qui en découlent.
  • 49:15 - 49:17
    Soyez simplement avec ça.
  • 49:17 - 49:20
    Votre mental dira peut-être : « Je voulais
    que tu répondes à ma question ».
  • 49:20 - 49:23
    Ne repartez pas en arrière. Vous êtes ici.
  • 49:23 - 49:26
    Je ne vais même pas vous dire
    d'aller en avant.
  • 49:26 - 49:29
    Restez dans votre silence.
  • 49:29 - 49:32
    Le Soi n'est pas derrière ni devant.
  • 49:32 - 49:38
    Il est toujours omniprésent
    et il est illimité.
  • 49:38 - 49:44
    Je vous tiens tous dans mon Cœur,
    je vous le dis parce que nous nous sommes rencontrés.
  • 49:44 - 49:48
    Et nous nous sommes rencontrés
    de la manière la plus authentique que des êtres humains puissent se rencontrer,
  • 49:48 - 49:50
    de la manière la plus vraie.
  • 49:50 - 49:53
    Je ne suis pas venu vous parler de football
  • 49:53 - 49:58
    ou de la politique des États-Unis.
    Je ne vais pas parler de ça.
  • 49:58 - 50:00
    Cela est bien, bien trop élevé
    pour de tels sujets !
  • 50:00 - 50:03
    Bien trop élevé pour ça, OK ?
  • 50:03 - 50:06
    Vous trouverez votre voie.
  • 50:06 - 50:08
    Vous trouverez votre voie
  • 50:08 - 50:11
    parce que vous n'êtes plus guidés
  • 50:11 - 50:16
    par la lampe de poche du mental,
  • 50:16 - 50:22
    mais par le rayonnement du Cœur
    et c'est magnifique !
  • 50:22 - 50:25
    Allez-vous commettre des erreurs ?
    En apparence.
  • 50:25 - 50:29
    Vous découvrirez des erreurs apparentes,
    mais vous savez quoi, ce n'est pas si grave.
  • 50:29 - 50:37
    Elles seront toutes comme ce que j'appelle
    des hormones de croissance.
  • 50:37 - 50:48
    Elles t'aideront à découvrir
    des choses plus profondes dans ton être.
  • 50:48 - 50:52
    [Mooji] Comment vous sentez-vous,
    tout le monde ?
  • 50:52 - 50:56
    [M.] Oui, bien sûr, bien sûr !
    Ça ne me surprend pas.
  • 50:56 - 51:00
    [M.] Bien sûr, bien sûr !
  • 51:07 - 51:09
    Mais un temps va venir
  • 51:09 - 51:14
    où vous ne vous soucierez pas
    de comment vous vous sentez
  • 51:14 - 51:17
    si les sentiments viennent du mental,
  • 51:17 - 51:20
    et vous saurez faire la différence.
  • 51:20 - 51:22
    Il existe de purs sentiments
  • 51:22 - 51:26
    qui émanent du parfum de votre propre être.
  • 51:26 - 51:28
    Vous n'avez pas à les planifier.
  • 51:28 - 51:33
    Spontanément, c'est comme si
    on vous embrassait de l'intérieur,
  • 51:33 - 51:35
    et vous sentez : Ouf !
  • 51:35 - 51:39
    Vous êtes soulevés au-dessus
    des nuages du mental.
  • 51:39 - 51:46
    Mais ce n'est qu'une partie
    du ce que la spontanéité vous offre,
  • 51:46 - 51:54
    de la palette d'expressions qui émanent
    de la vraie nature.
  • 51:54 - 52:02
    Et c'est alors que de façon mystérieuse,
  • 52:02 - 52:10
    vous ne pouvez expliquer
    cette merveilleuse transformation,
  • 52:10 - 52:15
    ce merveilleux ancrage.
  • 52:15 - 52:21
    Et comme je l'ai dit précédemment,
    vous n'avez pas besoin de l'expliquer.
  • 52:21 - 52:26
    Vous n'avez pas besoin d'écrire
    une thèse sur ce sujet.
  • 52:26 - 52:35
    C'est juste le parfum de votre propre être.
  • 52:35 - 52:40
    Qu'est-ce que je vais faire ce ces lettres ?
    Je ne sais pas.
  • 52:46 - 52:54
    Combien de fois ai-je attendu
    ce genre d'occasions !
  • 52:54 - 52:57
    Je me retrouve toujours...
  • 52:57 - 53:04
    Parce que c'est la façon la plus élevée
    dont je puisse être avec vous.
  • 53:04 - 53:08
    N'ayez pas l'impression que vos questions
    sont restées sans réponse.
  • 53:08 - 53:11
    Vous allez probablement découvrir que quoi ?
    Vos questions ne sont pas résolues,
  • 53:11 - 53:18
    elles sont dissoutes par la lumière
    de votre propre présence.
  • 53:18 - 53:25
    Combien de fois ai-je aspiré
    à être avec vous comme ça, comme ça.
  • 53:25 - 53:30
    Alors le mental arrive :
    « Oui, mais je voulais que tu parles de ça »,
  • 53:30 - 53:33
    « S'il te plaît, parle-moi un peu
    de la réincarnation »,
  • 53:33 - 53:35
    « Qu'est-ce qui se passe après ça ? »
  • 53:35 - 53:39
    Non, non, s'il vous plaît, s'il vous plaît,
    ne vous rabaissez pas.
  • 53:39 - 53:41
    Ne vous rabaissez pas.
  • 53:41 - 53:44
    Demeurez au sommet de votre être.
  • 53:44 - 53:47
    Demeurez au sommet de votre être
  • 53:47 - 53:50
    et vous saurez que tout est bien !
  • 53:50 - 53:54
    Laissez Dieu s'en occuper. Tout est bien !
  • 53:54 - 53:57
    Continuez à grandir intérieurement.
  • 53:57 - 54:00
    C'est ça la vraie vitalité !
  • 54:00 - 54:03
    C'est la vraie vie.
  • 54:03 - 54:07
    Et c'est vous.
  • 54:07 - 54:11
    Je ne suis pas en train
    de vous faire des compliments. Vous n'avez pas besoin de compliments.
  • 54:11 - 54:16
    La Vérité suffit ! La Vérité suffit.
  • 54:16 - 54:20
    Je ne suis pas en train de vous flatter.
  • 54:20 - 54:24
    Je vous dis et je vous montre,
  • 54:24 - 54:29
    et vous découvrez par vous-même
    ce qui est ici.
  • 54:33 - 54:36
    Honorez Cela.
  • 54:36 - 54:40
    Nous avons une vieille phrase :
    « Demeure en Cela ».
  • 54:40 - 54:42
    C'est la Grâce.
  • 54:42 - 54:47
    C'est être en présence de Dieu,
    directement.
  • 54:47 - 54:52
    C'est marcher dans la Vérité.
  • 54:52 - 54:57
    Alors, je suis très heureux
    pour le Satsang de ce soir.
  • 55:02 - 55:07
    Je vois que...
  • 55:07 - 55:12
    Je ne sais pas. Peut-être que je peux
    essayer de vous poser une question. Mais ça n'arrivera peut-être pas. OK ?
  • 55:12 - 55:14
    Ça n'arrivera peut-être pas.
  • 55:14 - 55:17
    Je vais regarder et je verrai.
  • 55:17 - 55:20
    Parce que par le...
  • 55:20 - 55:23
    (silence)
  • 55:48 - 55:51
    Par exemple, je regarde ceci.
  • 55:51 - 55:53
    Je ne dirai pas de qui il s'agit.
    Elle le sait.
  • 55:53 - 55:57
    « Très cher Mooji,
    la pandémie m'a accordé plus de temps
  • 55:57 - 56:00
    pour approfondir la reconnaissance de Cela
    que tu indiques. »
  • 56:00 - 56:03
    Ce que vous avez découvert.
  • 56:03 - 56:08
    « Cela, en revanche, me donne
    une vision plus claire de ce que je ne suis pas,
  • 56:08 - 56:11
    ce pourquoi j'ai la plus grande gratitude. »
    Merveilleux !
  • 56:11 - 56:15
    « L'une des choses qui me sont apparues
    de cette manière,
  • 56:15 - 56:19
    c'est l'attrait de ce qui me distrait du Soi ».
  • 56:19 - 56:25
    L'attention du mental peut être
    comme « éloignée du Soi ».
  • 56:25 - 56:29
    Alors dites-moi maintenant,
    dans quelle direction pouvez-vous aller
  • 56:29 - 56:33
    pour être éloigné du Soi, en vérité ?
  • 56:33 - 56:38
    Je pose juste une question ouverte, OK ?
  • 56:38 - 56:43
    Quand vous aviez une localisation,
  • 56:43 - 56:48
    une identité très physique
    qui était honorée,
  • 56:48 - 56:53
    alors, relativement à cette identité,
    en termes de lieu et de temps,
  • 56:53 - 56:57
    on peut dire : « Je m'éloigne de quelque chose,
    la distraction m'en éloigne ».
  • 56:57 - 57:02
    Mais quand vous découvrez le Soi,
    qui est partout,
  • 57:02 - 57:04
    et ce n'est pas de l'imagination,
  • 57:04 - 57:09
    vous êtes en unité directe
    avec votre vision.
  • 57:09 - 57:11
    Soyez simplement avec cela.
  • 57:11 - 57:15
    Si je devais dire : Oh, eh bien,
    essaye toujours. Essaye !
  • 57:15 - 57:17
    Vous l'avez accompli.
  • 57:18 - 57:23
    À présent, honorez cela.
  • 57:23 - 57:25
    Comment l'honorer ?
  • 57:25 - 57:28
    Ne va pas chercher au dehors
    comment honorer le Soi.
  • 57:28 - 57:33
    Le mental vous montrera
    quand vous devez honorer votre Soi.
  • 57:33 - 57:37
    Vous me suivez ? Le mental lui-même
    viendra vous le montrer :
  • 57:37 - 57:39
    « Maintenant, tu dois honorer ton Soi
  • 57:39 - 57:44
    parce que chaque fois que tu te tourneras vers moi, je vais te mordre ! »
  • 57:44 - 57:46
    Il va te dire ça.
  • 57:46 - 57:50
    Chaque fois que tu te tourneras
    et que tu commenceras à reprendre les « Comment faire »
  • 57:50 - 57:52
    et les « Que faut-il ne pas faire », et autres,
  • 57:52 - 57:57
    vous allez découvrir qu'il vous mord
    en semant la confusion, les anxiétés.
  • 57:57 - 57:59
    Restez en tant que le Soi. Restez tranquilles.
  • 57:59 - 58:03
    Si quelque chose doit être connu,
    ne vous précipitez pas.
  • 58:03 - 58:06
    Attendes le timing de Dieu.
  • 58:06 - 58:12
    Le timing de Dieu est parfaitement
    en harmonie avec la vibration de votre Coeur.
  • 58:12 - 58:14
    Ne vous inquiétez pas.
  • 58:14 - 58:17
    N'écoutez pas les évaluations du mental
    sur votre vie,
  • 58:17 - 58:20
    ni sur celle de n'importe qui d'autre.
  • 58:20 - 58:26
    Apprenez à ne faire qu'un
    avec votre propre silence et votre être.
  • 58:26 - 58:28
    Et n'imaginez pas
  • 58:28 - 58:32
    que vous êtes en train de refouler quelque chose.
    Refouler ! Non.
  • 58:32 - 58:35
    Vous n'avez pas à refouler le mental.
    vous pouvez le contrôler.
  • 58:35 - 58:39
    C'est-à-dire que vous voyez
    que l'énergie veut aller par là,
  • 58:39 - 58:43
    mais vous savez grâce à votre intuition,
  • 58:43 - 58:49
    vous savez grâce à votre intelligence
    que ce n'est pas authentique.
  • 58:49 - 58:54
    Ce n'est que par habitude, par addiction
    ou par une sensation de besoin.
  • 58:54 - 58:56
    Donc quand vous êtes attentifs,
  • 58:56 - 59:00
    et qu'au lieu de lutter contre le mental
    ou de lui résister, vous vous souvenez de votre Soi.
  • 59:00 - 59:04
    Retournez à nouveau dans votre Cœur et voyez :
    que veut la pure conscience ?
  • 59:04 - 59:07
    Que veut la conscience et de la part de qui ?
  • 59:07 - 59:11
    Et vous allez découvrir que tout
    reprend son cours, et s'en va.
  • 59:11 - 59:16
    Et j'aimerais beaucoup que, tandis
    que ces jours vont s'écouler,
  • 59:16 - 59:20
    et que la vie va continuer à se dérouler
    selon son cours naturel,
  • 59:20 - 59:27
    j'aimerais en quelque sorte être en contact avec vous
  • 59:27 - 59:29
    et voir comment vous allez.
  • 59:29 - 59:34
    Et je veux vous dire quelque chose :
    ça va être mystérieux !
  • 59:34 - 59:38
    [Mooji rit]
    Oui, ça va être mystérieux !
  • 59:38 - 59:40
    [Mooji] Vous allez voir. Vous allez voir.
  • 59:40 - 59:44
    [Mooji] Par la grâce de Dieu, vous allez voir !
  • 59:44 - 59:48
    [Mooji] Aussi, mes bien-aimés,
  • 59:54 - 59:58
    nous sommes heureux ensemble
    dans cette Unité.
  • 59:58 - 60:01
    (silence)
  • 60:12 - 60:16
    Est-ce que je peux vous poser
    encore une question ?
  • 60:16 - 60:20
    Dans cette pure conscience,
  • 60:20 - 60:26
    quelle heure est-il à cet endroit ?
  • 60:26 - 60:33
    En quelle saison sommes-nous ?
  • 60:33 - 60:38
    C'est ce que j'appelle l'intelligence divine.
  • 60:38 - 60:43
    Elle ne fonctionne pas comme le mental terrestre.
  • 60:48 - 60:53
    Quoi que vous fassiez, où que vous soyez,
  • 60:53 - 61:00
    tout se produit dans ce royaume de l'être,
    on peut le dire comme ça.
  • 61:00 - 61:04
    Peu importe quoi, peu importe que ça aille vite ou lentembent, vers le haut ou vers le bas.
  • 61:04 - 61:07
    Tout ça n'est qu'un mouvement dans le mental,
  • 61:07 - 61:11
    qui apparaît dans le Soi conscience immuable.
  • 61:15 - 61:19
    Vous êtes dans la zone de Dieu.
  • 61:19 - 61:22
    (silence)
  • 61:31 - 61:37
    Et tant de paix va continuer à jaillir en vous,
  • 61:37 - 61:45
    tant de joie, imméritées.
  • 61:45 - 61:48
    Tant de vitalité.
  • 61:48 - 61:51
    (silence)
  • 62:01 - 62:04
    Le Soi ne peut jamais vous quitter.
  • 62:04 - 62:08
    Tout va aller et venir
    à cause de la conscience,
  • 62:08 - 62:11
    jouer dedans et dehors comme des nuages qui passent en flottant
  • 62:11 - 62:16
    dans l'immensité infinie du ciel, immuable.
  • 62:16 - 62:20
    Vous allez remarquer cela,
    et votre joie n'en sera que de plus en plus intense.
  • 62:20 - 62:25
    Je peux vous le dire.
  • 62:25 - 62:29
    Personne ne peut vous connaître,
    même personnellement.
  • 62:29 - 62:35
    Chacun n'a qu'une vision, un point de vue
    et il n'est pas stable.
  • 62:35 - 62:38
    Dieu merci. C'est bien comme ça.
  • 62:38 - 62:43
    Mais Ceci n'est pas un savoir mental.
  • 62:43 - 62:49
    C'est une conscience non duelle.
  • 62:49 - 62:53
    Soyez avec cela,
  • 62:53 - 62:58
    et vous serez véritablement amoureux,
  • 62:58 - 63:02
    d'un amour non duel.
  • 63:02 - 63:08
    Quoi que vous fassiez
  • 63:08 - 63:11
  • 63:11 - 63:16
  • 63:16 - 63:20
  • 63:20 - 63:22
  • 63:22 - 63:26
  • 63:26 - 63:30
  • 63:30 - 63:35
  • 63:35 - 63:41
  • 63:41 - 63:47
  • 63:47 - 63:53
  • 63:53 - 63:56
  • 63:56 - 63:58
  • 63:58 - 64:03
  • 64:03 - 64:08
  • 64:14 - 64:18
  • 64:18 - 64:21
  • 64:21 - 64:25
  • 64:29 - 64:32
  • 64:37 - 64:43
  • 64:50 - 64:53
  • 64:53 - 64:58
  • 64:58 - 65:03
  • 65:03 - 65:05
  • 65:05 - 65:08
  • 65:08 - 65:10
  • 65:10 - 65:13
  • 65:13 - 65:18
  • 65:18 - 65:25
  • 65:25 - 65:29
  • 65:29 - 65:31
  • 65:31 - 65:36
  • 65:36 - 65:38
  • 65:38 - 65:41
  • 65:41 - 65:43
  • 65:43 - 65:49
  • 65:49 - 65:52
  • 65:52 - 65:57
  • 65:57 - 66:02
  • 66:02 - 66:06
  • 66:06 - 66:09
  • 66:35 - 66:39
  • 66:39 - 66:43
  • 66:43 - 66:47
  • 66:47 - 66:57
  • 66:57 - 67:02
  • 67:07 - 67:11
  • 67:11 - 67:13
  • 67:13 - 67:17
  • 67:17 - 67:21
  • 67:21 - 67:24
  • 67:32 - 67:37
  • 68:01 - 68:06
  • 68:06 - 68:10
  • 68:10 - 68:15
Title:
Au-delà des nuages du mental : telle est la façon la plus élevée dont je puisse être avec vous
Description:

more » « less
Video Language:
English
Duration:
01:08:21

French subtitles

Revisions Compare revisions