YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Louise Despont : Dessin de la vie à Bali| Art21 "New York Close Up"

Get Embed Code
8 Languages

Showing Revision 40 created 12/05/2019 by Odile Michely.

  1. [Bali, en Indonesie]
  2. Grâce au soleil qui se lève
    régulièrement à la même heure à Bali,
  3. le temps semble suspendu...
  4. comme un long été.
  5. On ressent un sentiment
    de paix
  6. sans se sentir pressé.
  7. Cette routine est liée au
    rythme du monde tout autour.
  8. [Bruit des canards caquettant]
  9. ["Drawing from Life in Bali"]
  10. Je viens de New York, c'est là
    où j'ai grandi,
  11. c'est là ou je reviens toujours
    encore maintenant.
  12. Mais je sais que le plus
    important pour faire du bon travail
  13. c'est le temps
  14. et l'espace.
  15. En vivant à Bali,
  16. c’est là où j’allais en avoir le plus.
  17. Je me lève vers 6h30
  18. car le lever du soleil est si lumineux.
  19. Vers 8h30, je commence à
    installer mes affaires à l'atelier.
  20. Le chat est enfermé dehors
    pour ne pas courir sur les dessins.
  21. Nopi et Wiwik arrivent à 9h00,
  22. - "Le dessin est de là à là" ?
  23. - "Oui oui".
  24. et Nyoman vers 10h30, elle
    fait les offrandes pour la maison.
  25. C’est un flux continu de
    cérémonies et rituels.
  26. Tout le monde entretient
    l’énergie de l’île.
  27. Tout le monde la nourrit.
  28. A Bali ces temples sont
    construits autour de sources naturelles.
  29. On approche de l'eau et on a
    cette sensation
  30. de profonde déférence et de
    profond respect
  31. pour cet endroit et cette matière.
  32. Ensuite, y pénétrer c'est
    vraiment puissant...
  33. cette impression d'aller et venir.
  34. Le lendemain, j'ai l'impression
    d'avoir laissé quelque chose...
  35. quelque chose a vraiment
    été lavé en moi.
  36. de cette expérience, je
    voulais être capable de peindre...
  37. essayer d'avoir une mémoire visuelle.
  38. Le dessin n’est pas répandu
    sous les tropiques.
  39. Le papier ne se conserve pas.
  40. L'air est extrêmement humide,
  41. beaucoup de pages se
    déforment en quelques jours.
  42. J’ai récupéré ce
    boîtier en verre très simple
  43. pour y mettre un petit déshumidificateur,
  44. Tout, sur quoi je ne travaillais
    pas restait dedans.
  45. Penestanan est un petit village construit
  46. par la communauté des
    artistes traditionnels balinais.
  47. Des expats ont commencé
    à s’y installer
  48. des choses se sont développées
    plus loin dans les rizières.
  49. Une grande empreinte s’est produite
  50. avec tous les touristes présents.
  51. Trois années passées là-bas,
    j’ai vu beaucoup de changements.
  52. Mais la vie continue d’une
    façon ou d’une autre,
  53. sans interruption.
  54. J’avais déménagé dans ce
    nouveau pays sans amis là-bas.
  55. Le plus effrayant était que
    j'avais juste terminé une relation,
  56. je me demandais comment
    travailler sans être amoureuse,
  57. j’ai toujours eu l’impression
    que l’amour apporte tant d’exubérance
  58. et c’est vraiment l'inspiration
    de mes dessins
  59. depuis très longtemps...
  60. du moins s'agissant de
    mon meilleur travail.
  61. Et je me disais,
  62. "puis-je dessiner quand
    je suis triste ?"
  63. "puis-je dessiner déprimée ?"
  64. "puis-je dessiner quand j'ai peur" ?
  65. En fait, c’était si agréable
    d'avoir le dessin,
  66. c’était comme la seule partie
    de ma vie qui n'avait pas changé.
  67. Moi, dans le studio avec du papier
  68. j’étais là, dans une
    relation amoureuse ou non.
  69. Pas vraiment aussi
    facile que d'être amoureux,
  70. mais c'est possible,
  71. c'est chouette d'avoir
    une pratique qui vous soutient.
  72. [Le Drawing Center, SoHo, à Manhattan]
  73. Lorsque j'ai eu l'opportunité
    d'exposer au Drawing center,
  74. Je voulais imaginer l'énergie
    prenant forme d'un corps physique.
  75. J'ai dessiné la forme d'un embryon.
  76. J'ai vu des diagrammes scientifiques
    sur la division des cellules,
  77. puis c'est comme suivre le
    processus de la vie...
  78. s’achevant par la désintégration
    du corps
  79. pour reprendre un état informe.
  80. Je voulais cet espace ovale
    de grand dessin
  81. avec le même air que maintenant.
  82. C'est fragile mais ça se
    maintient bien ensemble.
  83. Ce travail sans cadre donne
    un bel aspect de vulnérabilité.
  84. C’est vraiment ce que j’ai
    ressenti cette année à Bali :
  85. une super vulnérabilité.
  86. Aaron composait la musique
    dans l'espace dessin.
  87. Des compositions sporadiques
  88. qui ressemblaient à une
    respiration lente.
  89. Et je pense vraiment
  90. que le son des gamelans
    d'Aaron procure une atmosphère de paix
  91. là où les gens déambulent
    dans ce sanctuaire où ils sont entrés,
  92. venant de la rue.
  93. Je sais que pour moi
  94. quand je viens admirer une œuvre...
  95. et j'ai peut-être voyagé
    loin pour aller la voir...
  96. parfois on n'y consacre que
    30 secondes.
  97. J'ai beaucoup réfléchi à
  98. combien de temps nous
    restons devant une œuvre d'art.
  99. Je voulais une atmosphère
    ou le visiteur a assez de temps
  100. pour voyager à travers les
    dessins dans sa tête.
  101. J'ai réalisé que ce moment
    est plus précieux qu'un dessin achevé,
  102. c’est le potentiel d’un dessin
    que je ne suis pas en mesure de faire.
  103. [Depuis ce reportage, Louise
    a rencontré quelqu’un, ils ont un enfant.]
  104. [Ils vivent toujours à Bali.]