French subtitles

← Abstractions quotidiennes de Maryam Hoseini| Art21 "New York Close Up"

Get Embed Code
14 Languages

Showing Revision 15 created 01/05/2020 by Odile Michely.

  1. [Gowanus, Brooklyn]
  2. Être artiste, dépend de la vie
    de tous les jours,
  3. des interactions, de la
    gestion du quotidien.
  4. Ce travail concerne surtout
    la représentation de soi.
  5. ["Abstractions de chaque jour
    de Maryam Hoseini"]
  6. La première fois que j'ai
    réalisé que j'adore dessiner
  7. c'est quand j'avais treize ans.
  8. A l'école j'avais un professeur
  9. la façon dont elle enseignait...
  10. elle était aussi très humaine,
  11. comme femme, dans un
    endroit comme l'Iran...
  12. la raison pour laquelle
    cela m'intéressait tant.
  13. Je me rappelle bien de cette
    époque style,
  14. "Je veux juste aller à
    son cours de dessin"
  15. "Je veux continuer à travailler."
  16. Ainsi j'avais des tas de piles
    de papiers chez mes parents.
  17. J'avais l'impression
    d'être une dessinatrice.
  18. Je commence ainsi,
    je mets de la peinture,
  19. ensuite je fais un dessin.
  20. C'est donc toujours un va-et-vient.
  21. On m'a demandé de réaliser
    un travail sur ce célèbre poème,
  22. "Layla et le Majnun."
  23. C'est l'histoire d'un amour interdit.
  24. J'ai développé cette série,
  25. "Des secrets entre elle et son ombre".
  26. J'étais plus intéressée par
    le personnage féminin,
  27. car apparemment, personne
    ne s'était intéressée à elle,
  28. tout tournait autour de,
    comment Majnun perdit la raison.
  29. J'étais curieuse de Laylah,
    cette femme si vulnérable
  30. interdite de s'exprimer
  31. et même de désirer
  32. ce qu'elle voulait vraiment.
  33. Je pense tellement au travail,
    mélange d'humour et de peur.
  34. Il y a des moments où on rit vraiment
  35. bien que apeuré par
    plusieurs choses.
  36. Dans mes premières peintures,
  37. l'espace où se trouvent les
    personnages est plus lisible.
  38. Les années passées,
  39. j'ai vraiment utilisé cette lisibilité,
  40. J'avais choisi de présenter
    les corps sans la tête,
  41. à cause des politiques d'identité.
  42. Ces espaces fracturés
  43. et ces corps fragmentés,
  44. un peu la réflexion de mes
    propres expériences de vie
  45. en tant que immigrée
  46. et une personne ne pouvant
    pas voyager dans son pays,
  47. puis retourner à son travail
    et à sa vie, ici aux USA.
  48. Je veux dire, ces corps, ils sont anxieux.
  49. Mais aussi d'un autre côté
    ils sont très forts.
  50. Je leur donne de la puissance.
  51. Je pense souvent aux interactions du
    corps dans ma peinture
  52. et la relation du corps avec
    l'espace physique qui l'entoure.
  53. Je m'intéresse à l'espace
    peinture-dessin,
  54. le public et le privé.
  55. Cet espace procure une sorte
    d'ouverture
  56. pour que les corps se
    déplacent librement,
  57. selon les interprétations des spectateurs.
  58. La présence des personnes,
  59. ça complète presque cette...
  60. ou plutôt, ça construit cette...
  61. performance là.