Return to Video

L'Avenir de l'humanité augmentée | Maurice Conti | TEDxPortland

  • 0:11 - 0:14
    Salut, Portland.
    Merci de me recevoir.
  • 0:14 - 0:15
    J'adore venir ici à Portland.
  • 0:16 - 0:19
    Le petit-déjeuner est incroyable.
  • 0:19 - 0:20
    (Rires)
  • 0:20 - 0:24
    Et c'est une ville pleine de créateurs.
  • 0:24 - 0:25
    (Rires)
  • 0:25 - 0:27
    Combien d'entre vous sont des créateurs,
  • 0:27 - 0:31
    des stylistes, des ingénieurs,
    des entrepreneurs, des artistes,
  • 0:31 - 0:33
    ou ont tout simplement
    beaucoup d'imagination ?
  • 0:34 - 0:35
    Levez la main ? (Acclamation)
  • 0:35 - 0:37
    La plupart d'entre vous.
  • 0:38 - 0:40
    J'ai des nouvelles pour nous,
    les créateurs.
  • 0:41 - 0:44
    Au cours des vingt prochaines années,
  • 0:46 - 0:49
    il y aura plus de changements
    dans nos modes de travail
  • 0:50 - 0:52
    que dans les 2 000 ans précédents.
  • 0:53 - 0:57
    Je pense qu'on est à l'aube d'une
    nouvelle ère de l'histoire de l'humanité.
  • 0:58 - 1:03
    Il y a eu quatre âges historiques majeurs
    définis par nos modes de travail.
  • 1:04 - 1:07
    L'âge des chasseurs-cueilleurs a duré
    plusieurs millions d'années.
  • 1:08 - 1:11
    Puis l'âge agricole a duré
    plusieurs milliers d'années.
  • 1:11 - 1:15
    L'âge industriel s'est étendu
    sur deux siècles.
  • 1:15 - 1:19
    Et maintenant l'âge de l'information
    n'a duré que quelques décennies.
  • 1:19 - 1:24
    Et nous sommes à l'aube de notre prochain
    grand âge en tant qu'espèce.
  • 1:26 - 1:28
    Bienvenus dans l'âge augmenté.
  • 1:28 - 1:32
    Dans cette nouvelle ère, vos capacités
    humaines naturelles seront augmentées
  • 1:32 - 1:35
    par des systèmes informatiques
    qui vous aideront à penser,
  • 1:35 - 1:37
    des systèmes robotiques qui aideront
    à construire,
  • 1:37 - 1:39
    et un système nerveux central
  • 1:39 - 1:43
    qui vous reliera à un monde qui excède
    celui de vos sens naturels.
  • 1:45 - 1:47
    Commençons par l'augmentation cognitive.
  • 1:47 - 1:49
    Combien d'entre vous
    sont des cyborgs augmentés ?
  • 1:49 - 1:52
    (Rires)
  • 1:52 - 1:53
    Il y en a trois ou quatre.
  • 1:53 - 1:55
    C'est ça, Portland.
  • 1:55 - 1:58
    (Rires)
  • 1:58 - 1:59
    Ne changez rien !
  • 1:59 - 2:02
    (Rires)
  • 2:02 - 2:04
    Je soutiendrais en fait que
    nous sommes déjà augmentés.
  • 2:05 - 2:07
    Disons que vous êtes à une fête
  • 2:07 - 2:10
    et qu'on vous pose une question
    à laquelle vous ne pouvez pas répondre.
  • 2:10 - 2:14
    Si vous avez ça, en quelques secondes,
    vous avez la réponse.
  • 2:15 - 2:17
    Mais c'est là un balbutiement primitif.
  • 2:18 - 2:21
    Même Siri n'est qu'un outil passif.
  • 2:21 - 2:25
    En vérité, pendant trois millions
    et demi d'années,
  • 2:25 - 2:28
    nos outils ont été complètement passifs.
  • 2:30 - 2:33
    Ils se contentent de faire ce qu'on leur
    dit de faire et rien de plus.
  • 2:33 - 2:36
    Notre premier outil ne faisait que
    couper là où on frappait.
  • 2:37 - 2:40
    Le ciseau ne sculpte que
    là où l'artiste l'applique.
  • 2:41 - 2:47
    Et même nos outils les plus avancés
    ne font rien sans instructions explicites.
  • 2:48 - 2:51
    En fait, jusqu'à maintenant,
    et ça m'énerve vraiment,
  • 2:51 - 2:52
    nous avons toujours été limités
  • 2:52 - 2:56
    par ce besoin de mettre nos désirs
    dans nos outils à la main,
  • 2:56 - 2:58
    je veux dire,
    en utilisant nos mains,
  • 2:58 - 3:00
    même avec les ordinateurs.
  • 3:01 - 3:03
    Je suis plus comme Scotty
    dans « Star Trek ».
  • 3:03 - 3:05
    (Rires)
  • 3:05 - 3:07
    Je veux pouvoir parler avec un ordinateur.
  • 3:07 - 3:10
    Je veux dire « Ordinateur, concevons
    une voiture »
  • 3:10 - 3:12
    et il me montrerait une voiture.
  • 3:12 - 3:14
    Et je dirais : « D'allure plus rapide
    et moins allemande »
  • 3:14 - 3:17
    et l'ordinateur me montre
    un choix possible.
  • 3:17 - 3:18
    (Rires)
  • 3:19 - 3:21
    Cette conversation n'est pas
    pour maintenant
  • 3:21 - 3:24
    et sans doute pour plus tôt
    qu'on ne croit,
  • 3:24 - 3:26
    mais c'est maintenant
  • 3:26 - 3:27
    que nous y travaillons.
  • 3:27 - 3:31
    Les outils sont en train de passer
    de la passivité à la capacité de création.
  • 3:31 - 3:36
    Les outils de conception générative
    utilisent ordinateur et algorithmes
  • 3:36 - 3:39
    pour synthétiser la géométrie
  • 3:39 - 3:42
    et inventer de nouvelles conceptions
    tout seuls.
  • 3:42 - 3:45
    Il leur faut seulement
    vos buts et vos restrictions.
  • 3:45 - 3:46
    Je vous donne un exemple.
  • 3:46 - 3:49
    Pour le châssis de ce drone,
  • 3:49 - 3:52
    tout ce que vous devez faire
    c'est lui dire, en gros,
  • 3:52 - 3:53
    il faut quatre hélices,
  • 3:53 - 3:55
    et qu'il soit le plus léger possible,
  • 3:55 - 3:58
    et qu'il soit aérodynamique.
  • 3:58 - 4:02
    Ensuite, l'ordinateur examine
    toutes les possibilités :
  • 4:02 - 4:06
    chaque possibilité qui répond
    à vos critères
  • 4:06 - 4:08
    et il y en a des millions.
  • 4:08 - 4:10
    L'ordinateur doit être énorme pour ça.
  • 4:10 - 4:12
    Mais il nous présente des conceptions
  • 4:12 - 4:15
    que nous n'aurions jamais pu imaginer
    sans lui.
  • 4:15 - 4:18
    Et l'ordinateur trouve tout ça tout seul.
  • 4:18 - 4:20
    Personne n'a rien dessiné,
  • 4:20 - 4:22
    et il a fait tout ça à partir de rien.
  • 4:23 - 4:26
    Au fait, ce n'est pas un hasard
  • 4:26 - 4:29
    si le drone ressemble au pelvis
    d'un écureuil volant.
  • 4:29 - 4:32
    (Rires)
  • 4:32 - 4:34
    C'est que les algorithmes sont conçus
  • 4:34 - 4:36
    pour mimer l'évolution.
  • 4:37 - 4:40
    Et c'est génial qu'on commence à voir
    cette technologie
  • 4:40 - 4:41
    dans la vraie vie.
  • 4:41 - 4:43
    Cela fait deux ans
    qu'on travaille avec Airbus
  • 4:43 - 4:45
    sur cette idée d'avion du futur.
  • 4:45 - 4:47
    Il faudra encore du temps.
  • 4:47 - 4:51
    Mais récemment nous avons utilisé
    un robot de conception générative
  • 4:51 - 4:53
    pour créer ceci.
  • 4:54 - 4:59
    Cette cloison pour cabine imprimée en 3D
    a été conçue par un ordinateur.
  • 4:59 - 5:02
    Elle est plus solide que celle d'avant
    et pèse moitié moins.
  • 5:02 - 5:05
    Elle sera utilisée en vol dans
    l'Airbus A320 cette année.
  • 5:07 - 5:09
    Les ordinateurs peuvent créer.
  • 5:09 - 5:14
    Ils peuvent apporter des solutions
    à nos problèmes bien définis.
  • 5:15 - 5:16
    Mais ils ne sont pas intuitifs.
  • 5:16 - 5:19
    Ils doivent recommencer du début
    à chaque fois
  • 5:19 - 5:22
    parce qu'ils n'apprennent jamais.
  • 5:23 - 5:25
    Pas comme Maggie.
  • 5:25 - 5:26
    (Rires)
  • 5:26 - 5:30
    Elle est plus intelligente que nos outils
    de conception les plus avancés.
  • 5:30 - 5:31
    C'est-à-dire ?
  • 5:31 - 5:33
    Quand son maître prend sa laisse,
  • 5:33 - 5:35
    Maggie estime assez justement
  • 5:35 - 5:37
    qu'elle va en promenade.
  • 5:37 - 5:38
    Comment a-t-elle appris ?
  • 5:38 - 5:41
    Chaque fois qu'il a pris sa laisse,
    la promenade a suivi.
  • 5:41 - 5:43
    Et Maggie a fait trois choses :
  • 5:43 - 5:45
    elle a fait attention,
  • 5:45 - 5:47
    elle s'est rappelée ce qui s'est passé
  • 5:47 - 5:51
    et elle a retenu cette succession
    d'événements.
  • 5:52 - 5:54
    Tiens, tiens, c'est exactement ce que
  • 5:54 - 5:57
    les spécialistes tentent d'inculquer
    aux robots intelligents
  • 5:57 - 5:58
    depuis 60 ans.
  • 6:00 - 6:01
    En 1952,
  • 6:01 - 6:05
    ils ont construit cet ordinateur
    qui pouvait jouer au morpion.
  • 6:06 - 6:07
    Super.
  • 6:08 - 6:11
    Et puis en 1997, 45 ans plus tard,
  • 6:11 - 6:14
    Deep Blue a battu Kasparov aux échecs.
  • 6:15 - 6:20
    En 2011, Watson a battu deux humains
    à Jeopardy,
  • 6:20 - 6:23
    ce qui est bien plus dur que les échecs
    pour un ordinateur.
  • 6:23 - 6:27
    Plutôt que d'utiliser des recettes
    prédéfinies,
  • 6:27 - 6:30
    Watson a dû réfléchir rationnellement
    pour gagner.
  • 6:31 - 6:34
    Et il y a deux semaines,
  • 6:34 - 6:38
    AlphaGo de DeepMind a battu
    les meilleurs joueurs de go humains
  • 6:38 - 6:40
    et le go est le jeu le plus difficile.
  • 6:40 - 6:44
    Il y a plus de mouvements possibles
    au jeu de go
  • 6:44 - 6:46
    que d'atomes dans l'univers.
  • 6:48 - 6:50
    Donc pour gagner,
  • 6:50 - 6:53
    AlphaGo a dû développer son intuition.
  • 6:53 - 6:57
    Et en fait, à certains moments,
    ses programmeurs n'ont pas compris
  • 6:57 - 6:59
    les raisons derrière ses choix.
  • 7:01 - 7:03
    Et tout va très vite.
  • 7:03 - 7:06
    Pensez donc... au cours d'une vie humaine,
  • 7:06 - 7:08
    les ordinateurs, des jeux pour enfants,
  • 7:10 - 7:13
    sont passés à la pointe
    de la réflexion stratégique.
  • 7:14 - 7:16
    Ce qui se produit en gros,
  • 7:16 - 7:19
    c'est que les ordinateurs,
    qui étaient comme Spock,
  • 7:20 - 7:22
    deviennent Kirk.
  • 7:22 - 7:26
    (Rires)
  • 7:26 - 7:30
    Pas vrai ? De la logique pure
    à l'intuition.
  • 7:32 - 7:33
    Ça vous dit de traverser ce pont ?
  • 7:34 - 7:36
    Vous avez l'air de dire
    « Ça va pas, non ? »
  • 7:36 - 7:38
    (Rires)
  • 7:38 - 7:40
    Et vous avez décidé ça en
    une fraction de seconde.
  • 7:40 - 7:43
    Vous saviez que le pont était dangereux.
  • 7:43 - 7:45
    Et c'est exactement ce genre d'intuition
  • 7:45 - 7:48
    que nos systèmes d'apprentissage avancé
    développent en ce moment.
  • 7:49 - 7:51
    Bientôt, vous pourrez
  • 7:51 - 7:54
    montrer quelque chose que vous avez conçu
    à un ordinateur,
  • 7:54 - 7:55
    et il le regardera et dira :
  • 7:55 - 7:58
    « Désolé, mon pote, ça ne marchera jamais.
    Essaie encore. »
  • 7:59 - 8:03
    Vous pourrez lui demander si le
    public aimera votre nouvelle chanson
  • 8:03 - 8:05
    ou votre nouveau parfum de glace.
  • 8:07 - 8:10
    Ou, plus crucial encore,
  • 8:10 - 8:12
    on peut travailler ensemble
    à résoudre un problème
  • 8:12 - 8:14
    encore jamais abordé.
  • 8:14 - 8:15
    Comme le changement climatique.
  • 8:15 - 8:17
    On n'est pas très efficaces à nous seuls
  • 8:17 - 8:19
    et on va avoir besoin d'aide.
  • 8:19 - 8:21
    C'est ce que je veux dire,
  • 8:21 - 8:23
    la technologie amplifie
    nos capacités cognitives
  • 8:23 - 8:27
    de sorte que nous pouvons imaginer
    et concevoir des choses impossibles
  • 8:27 - 8:30
    avec nos capacités d'humains
    non augmentés.
  • 8:31 - 8:34
    Et que dire de la production
    de ces produits fous
  • 8:34 - 8:37
    que nous allons inventer et concevoir ?
  • 8:37 - 8:41
    Je pense que l'ère de l'humain augmenté
    concerne tout autant le monde physique
  • 8:41 - 8:45
    que le monde virtuel et intellectuel.
  • 8:45 - 8:48
    Comment la technologie
    va-t-elle nous augmenter ?
  • 8:48 - 8:50
    Dans le monde physique,
    par les systèmes robotiques.
  • 8:52 - 8:53
    Bon, il y a cette peur
  • 8:53 - 8:56
    des robots qui prendraient les jobs
    des humains
  • 8:56 - 8:58
    et c'est le cas dans certains secteurs.
  • 8:58 - 9:01
    Mais ce qui m'intéresse plus, c'est l'idée
  • 9:01 - 9:06
    que robots et humains travaillant ensemble
    vont s'augmenter les uns les autres
  • 9:06 - 9:08
    et occuper un nouvel espace.
  • 9:08 - 9:11
    Voici notre labo de recherche appliquée
    à San Francisco
  • 9:11 - 9:14
    où l'un de nos domaines de recherche
    est la robotique avancée
  • 9:14 - 9:16
    et plus précisément la collaboration
    humain/robot.
  • 9:17 - 9:20
    Et voici Bishop, l'un de nos robots.
  • 9:20 - 9:22
    Dans une expérience, il devait
  • 9:22 - 9:25
    aider une personne à faire des tâches
    de construction répétitives
  • 9:26 - 9:30
    comme faire des trous pour des prises
    dans des plaques de plâtre.
  • 9:30 - 9:33
    (Rires)
  • 9:34 - 9:37
    Son partenaire humain peut lui dire quoi
    faire dans un anglais simple
  • 9:37 - 9:38
    avec des gestes simples,
  • 9:38 - 9:40
    comme s'il parlait à un chien.
  • 9:40 - 9:42
    Et puis Bishop suit les instructions
  • 9:42 - 9:44
    avec une précision parfaite.
  • 9:44 - 9:47
    On utilise chez l'humain
    ce qu'il a d'efficace :
  • 9:47 - 9:49
    vigilance, perception et
    prise de décision.
  • 9:49 - 9:52
    Et chez le robot,
    ce qu'il maîtrise mieux :
  • 9:52 - 9:53
    la précision et la répétition.
  • 9:54 - 9:57
    Voici un autre projet sympa avec Bishop.
  • 9:57 - 10:00
    Le but du projet, qu'on a appelé le HIVE,
  • 10:00 - 10:04
    était de voir ce qui se passe
    quand humains, ordinateurs et robots
  • 10:04 - 10:07
    travaillent ensemble à résoudre un
    problème de conception complexe.
  • 10:08 - 10:09
    Les humains étaient la main d'œuvre
  • 10:09 - 10:13
    sur le site de construction,
    manipulaient le bambou,
  • 10:13 - 10:16
    le bambou qui est d'ailleurs,
    étant non isomorphe,
  • 10:16 - 10:17
    très compliqué pour les robots.
  • 10:18 - 10:20
    Les robots ont fait
    cet enroulement de fibres
  • 10:20 - 10:22
    presqu'impossible à faire pour un humain.
  • 10:22 - 10:26
    Et une machine d'intelligence artificielle
    contrôlait le tout.
  • 10:26 - 10:29
    Elle disait aux humains quoi faire,
    et aux robots,
  • 10:29 - 10:32
    et surveillait des milliers de
    composants individuels.
  • 10:32 - 10:34
    Et surtout,
  • 10:34 - 10:37
    construire ce pavillon était impossible
  • 10:37 - 10:41
    sans qu'humains, robots et machines
    intelligentes ne s'augmentent.
  • 10:42 - 10:46
    Bon, je vais parler d'un autre projet.
    Celui-là est un peu fou.
  • 10:48 - 10:52
    Nous travaillons avec Joris Laarman,
    artiste d'Amsterdam, et son équipe à MX3D
  • 10:54 - 10:57
    pour concevoir de manière générative
    et imprimer avec la robotique
  • 10:57 - 10:59
    le premier pont construit
    de façon autonome.
  • 11:01 - 11:05
    Joris et une intelligence artificielle
    le conçoivent en ce moment
  • 11:05 - 11:06
    à Amsterdam.
  • 11:07 - 11:09
    Quand ils auront fini, on appuiera
    sur « lancement »
  • 11:09 - 11:13
    et les robots se mettront à imprimer
    en 3D et en inox.
  • 11:13 - 11:16
    Et ils imprimeront toujours et encore
    sans intervention humaine
  • 11:16 - 11:18
    jusqu'à ce que le pont soit construit.
  • 11:19 - 11:22
    Les ordinateurs vont augmenter
    notre capacité
  • 11:22 - 11:24
    à imaginer et concevoir des nouveautés,
  • 11:24 - 11:27
    et les systèmes robotiques vont nous aider
    à fabriquer des choses
  • 11:27 - 11:29
    que nous n'avons jamais pu fabriquer.
  • 11:30 - 11:34
    Qu'en est-il de notre capacité à percevoir
    et contrôler tout ça ?
  • 11:34 - 11:38
    Et si les choses que nous fabriquons
    avaient un système nerveux central ?
  • 11:40 - 11:43
    Notre système nerveux d'humains
  • 11:43 - 11:45
    nous dit tout ce qu'il se passe
    autour de nous.
  • 11:46 - 11:49
    Mais le système nerveux des choses
    que nous fabriquons est rudimentaire.
  • 11:49 - 11:52
    Et même plutôt merdique.
  • 11:52 - 11:53
    (Rires)
  • 11:53 - 11:57
    Par exemple, une voiture ne dit pas
    au service municipal des voiries
  • 11:57 - 12:00
    qu'elle a roulé sur un nid-de-poule.
  • 12:01 - 12:03
    Un bâtiment ne dit pas à ses concepteurs
  • 12:03 - 12:06
    si les gens à l'intérieur aiment y être
  • 12:08 - 12:11
    et le fabricant de jouets ne sait pas
  • 12:11 - 12:13
    si on joue vraiment avec ce jouet,
  • 12:13 - 12:15
    ni comment ni où et si c'est sympa.
  • 12:16 - 12:20
    Je suis sûr que ses concepteurs
    avaient ça en tête pour Barbie
  • 12:20 - 12:21
    quand ils l'ont conçue.
  • 12:21 - 12:22
    (Rires)
  • 12:23 - 12:26
    Et si Barbie était en fait très seule ?
  • 12:26 - 12:30
    (Rires)
  • 12:30 - 12:32
    Si les concepteurs savaient
  • 12:32 - 12:34
    ce qu'il se passe vraiment dans la vie
  • 12:34 - 12:36
    pour leurs créations (la route,
    le bâtiment, Barbie),
  • 12:36 - 12:39
    ils pourraient utiliser ce savoir
    et créer une expérience
  • 12:39 - 12:40
    optimale pour l'utilisateur.
  • 12:41 - 12:42
    Il manque un système nerveux central
  • 12:42 - 12:46
    qui nous connecte à tout ce que
    l'on conçoit, fabrique et utilise.
  • 12:47 - 12:51
    Et si nous avions tous ce genre
    d'informations provenant
  • 12:51 - 12:53
    des choses que nous créons dans la vie ?
  • 12:54 - 12:56
    Pour vendre ce qu'on fabrique,
  • 12:56 - 12:58
    nous dépensons des montagnes
    d'argent et d'énergie
  • 12:58 - 13:01
    (deux mille milliards
    de dollars l'an passé)
  • 13:01 - 13:04
    à convaincre les gens
    d'acheter nos produits.
  • 13:04 - 13:07
    Si on avait cette connexion avec
    les choses qu'on invente
  • 13:07 - 13:09
    une fois qu'ils sont dans le monde,
  • 13:09 - 13:12
    après leur achat ou leur mise en vente,
  • 13:13 - 13:14
    nous pourrions changer ça
  • 13:14 - 13:18
    et au lieu de convaincre les gens
    d'acheter nos produits,
  • 13:18 - 13:21
    nous produirions ce que les gens veulent.
  • 13:24 - 13:28
    Bonne nouvelle : nous travaillons
    sur des systèmes nerveux digitaux
  • 13:28 - 13:30
    qui nous connectent à nos créations.
  • 13:31 - 13:33
    Nous travaillons sur un projet
  • 13:33 - 13:38
    avec des gens de Los Angeles,
    les Bandito Brothers,
  • 13:38 - 13:39
    et leur équipe.
  • 13:39 - 13:43
    Ils construisent notamment
    des voitures de fou
  • 13:43 - 13:46
    qu font des trucs de fou.
  • 13:47 - 13:49
    Ces mecs sont fous
  • 13:49 - 13:50
    (Rires)
  • 13:50 - 13:51
    dans le bon sens du terme.
  • 13:55 - 13:57
    Voilà ce qu'on fait avec eux :
  • 13:57 - 13:59
    on donne au châssis d'une voiture
    de course classique
  • 13:59 - 14:01
    un système nerveux.
  • 14:01 - 14:04
    On l'a appareillé avec des dizaines
    de capteurs,
  • 14:04 - 14:06
    on a mis un pilote d'élite au volant,
  • 14:06 - 14:10
    et on l'a conduite à fond dans le désert
    pendant une semaine.
  • 14:10 - 14:12
    Et son système nerveux a tout retenu
  • 14:12 - 14:14
    de ce qui arrivait.
  • 14:14 - 14:16
    On a capturé quatre milliards de données
  • 14:17 - 14:19
    sur les forces auxquelles
    elle était soumise.
  • 14:19 - 14:20
    Et puis on a fait un truc fou.
  • 14:21 - 14:23
    On a mis toutes ces données
  • 14:23 - 14:26
    dans une intelligence artificielle de
    conception générative, Dreamcatcher.
  • 14:27 - 14:31
    Qu'obtient-on quand on donne à un outil
    de conception un système nerveux
  • 14:31 - 14:34
    et qu'on lui dit de construire
    le châssis de voiture ultime ?
  • 14:35 - 14:37
    Ça.
  • 14:38 - 14:42
    Voilà quelque chose qu'un humain
    n'aurait jamais pu concevoir.
  • 14:43 - 14:45
    Mais un humain l'a pourtant conçu,
  • 14:45 - 14:49
    un humain augmenté par une intelligence
    artificielle de conception générative,
  • 14:49 - 14:50
    un système nerveux digital
  • 14:50 - 14:53
    et des robots qui peuvent construire ça.
  • 14:54 - 14:58
    Si l'avenir est là, dans l'âge augmenté,
  • 14:58 - 15:02
    et que nos capacités cognitives, physiques
    et perceptives sont augmentées,
  • 15:02 - 15:03
    à quoi cela ressemblera ?
  • 15:04 - 15:07
    Comment sera cet âge d'or ?
  • 15:08 - 15:11
    Je pense que notre monde
  • 15:11 - 15:14
    va passer des choses qu'on fabrique
  • 15:15 - 15:17
    aux choses qu'on cultive.
  • 15:18 - 15:22
    On passera des choses qu'on construit
  • 15:22 - 15:24
    à celles qu'on fait pousser.
  • 15:27 - 15:29
    On passera de l'isolement
  • 15:30 - 15:31
    à la connexion.
  • 15:33 - 15:36
    Et on abandonnera l'extraction
  • 15:36 - 15:38
    au bénéfice de l'agrégation.
  • 15:40 - 15:44
    Je pense qu'on passera aussi du besoin
    de voir nos objets nous obéir
  • 15:45 - 15:47
    à l'appréciation de l'autonomie.
  • 15:49 - 15:51
    Grâce à nos capacités augmentées,
  • 15:51 - 15:54
    notre monde va être transformé.
  • 15:55 - 15:58
    Représentez-vous
    le microcosme d'un récif corallien.
  • 15:59 - 16:02
    Nous aurons un monde plus varié,
    plus connecté,
  • 16:02 - 16:04
    plus dynamique, plus complexe,
  • 16:04 - 16:07
    plus flexible et bien sûr,
  • 16:07 - 16:08
    plus beau.
  • 16:09 - 16:10
    Ce qui nous attend
  • 16:10 - 16:13
    ne ressemblera à rien de ce qui a précédé.
  • 16:13 - 16:14
    Pourquoi ?
  • 16:14 - 16:18
    Parce que toutes ces choses seront
    façonnées par cette collaboration nouvelle
  • 16:18 - 16:21
    entre technologie, nature et humanité.
  • 16:23 - 16:27
    Pour moi, c'est là un avenir
    qui vaut bien la peine d'être vu.
  • 16:27 - 16:28
    Merci beaucoup à vous.
  • 16:28 - 16:35
    (Applaudissements)
Title:
L'Avenir de l'humanité augmentée | Maurice Conti | TEDxPortland
Description:

Que se passe-t-il quand on dote un outil de design d'un système nerveux central ? Maurice Conti explore un nouveau partenariat entre technologie, nature et humanité, autrement dit l'avenir de l'humanité augmentée.

Cette présentation a été donnée lors d'un évènement TEDx organisé indépendamment des conférences TED. Pour en savoir plus, rendez-vous sur http://ted.com/tedx

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
16:42

French subtitles

Revisions