YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Comment booster ses performances cognitives | Marie Prevost | TEDxGEM

Get Embed Code
3 Languages

Download

Showing Revision 24 created 05/18/2019 by eric vautier.

  1. Alors, qui ici cuisine à l'inspiration,
    sans recette, au feeling ?

  2. Pas mal de monde.
  3. (Rires)
  4. Qui, au contraire,
    cuisine en suivant une recette
  5. qui vient de votre enfance, votre famille,
    ou en suivant un livre ?
  6. Okay, pas mal,
    donc il y a un peu des deux.
  7. Alors à tous ceux qui cuisinent
    à l'inspiration, bravo.
  8. Vous avez sûrement
    un vrai don de chimiste.
  9. Et, bon, je n'ai pas gouté vos créations,
    donc je m'avance un peu, peut-être.
  10. Et à tous les autres,
    une grande majorité parfois,
  11. qui suivez une recette
    que vous connaissez par cœur,
  12. toutes mes félicitations.
  13. Vous avez appris,
    ou vous avez trouvé tout seul,
  14. ou on vous a appris, excusez-moi,
  15. qu'il y a une méthode
    pour produire un repas comestible,
  16. voire délicieux.
  17. Et cette méthode, c'est la recette
  18. qui a été pré-testée
    pour vous par des chefs,
  19. des pères et mères de famille,
    des amateurs d'un bon repas,
  20. et améliorée au fil des ans.
  21. Et si maintenant je vous demande,
    qui ici a une méthode pour mémoriser ?
  22. Qui a une méthode pour se concentrer ?
  23. Qui a une méthode pour réfléchir,
    résoudre des problèmes ?
  24. Il y en a.
  25. Qui a une méthode pour gérer ses émotions,
  26. pour comprendre les autres,
    pour se faire comprendre des autres ?
  27. Qui a une méthode pour aller chercher un
    souvenir bien enfoui au fond de sa tête ?
  28. Et si à l'inverse, je vous demande
    qui fait tout ça au feeling ?
  29. La grande majorité d'entre vous
    fait ça de façon un peu intuitive
  30. et très peu, mais quelques-uns, font ça
  31. en ayant une méthode, une recette.
  32. Et de fait, quand on n'a pas de recette,
  33. le résultat n'est pas toujours
    à la hauteur de nos attentes.
  34. On n'a pas du tout réussi à retenir
  35. le prénom des trois personnes
    hyper importantes
  36. qu'on vient de nous
    présenter dans le couloir,
  37. ou alors on n'a rien retenu
    de la réunion de ce matin
  38. et là, pas de bol, il faut faire
    un petit compte-rendu.
  39. À l'inverse, nous, à cette même réunion,
  40. on a dit plein de choses,
    les gens n'ont rien compris,
  41. et tout au long de la journée,
    on subit nos émotions,
  42. on ne sait pas pourquoi,
    on ne comprend rien.
  43. Ou on n'arrive pas à se concentrer,
    on est distrait, c'est l'enfer.
  44. Et à la fin de la journée,
    on va en conclure qu'on est nuls,
  45. qu'on n'est pas à la hauteur,
  46. alors qu'en fait, on n'a pas la recette.
  47. On ne sait pas comment faire.
  48. Si maintenant je vous demande
    si ça ne serait pas plus intéressant
  49. d'utiliser notre cerveau
    comme quand on fait de la cuisine.
  50. Si on l'utilisait de façon
    un peu plus méthodique,
  51. avec une recette.
  52. Si on utilisait notre cerveau,
    en comprenant un petit peu mieux
  53. juste ce qu'il faut pour
    améliorer nos performances,
  54. pour éviter de gâcher de l'énergie
    dans tous les sens.
  55. Et c'est ça que
    je veux transmettre ce soir.
  56. En comprenant mieux notre cerveau,
  57. nous avons la possibilité
    d'obtenir un résultat attendu,
  58. comme une recette bien rodée qui nous
    donne satisfaction à tous les coups.
  59. Et la grande nouvelle, c'est qu'on a
    les connaissances modestes,
  60. mais suffisamment utiles
    et applicables pour tous,
  61. pour que chacun apprenne
    le fonctionnement de son cerveau,
  62. le comprenne,
  63. et améliore toutes
    ses tâches quotidiennes,
  64. même les plus petites d'entre elles.
  65. Ces connaissances,
    une méthode, c'est la métacognition.
  66. La métacognition,
    c'est la capacité que nous avons
  67. à réfléchir sur nos propres
    processus mentaux.
  68. La métacognition, c'est comprendre
    nos propres fonctionnements,
  69. et en comprenant notre fonctionnement,
  70. nous allons mieux utiliser notre cerveau,
  71. un peu comme un sportif
    qui connaît bien son corps,
  72. qui connaît ses limites et qui sait ce
    dont il a besoin pour courir son marathon.
  73. Il y a pas mal d'études,
  74. peut-être que ça va parler à certains ici,
  75. qui montrent qu'un étudiant à
    qui on a appris comment apprendre,
  76. à qui on a appris la métacognition,
  77. comment utiliser son cerveau,
  78. aura de meilleurs résultats scolaires
    qu'un étudiant qui n'a pas appris tout ça.
  79. Donc c'est vraiment une
    recette formidable, la métacognition,
  80. pour améliorer l'apprentissage
    et pour aider les enfants,
  81. et les adultes aussi,
  82. à mieux apprendre.
  83. Prenons l'exemple de la mémorisation.
  84. La mémorisation, ça fait des années
  85. qu'on connaît les stratégies
    pour l'améliorer ou pour s'aider.
  86. La mémorisation, c'est une histoire
    de mettre des informations en mémoire.
  87. Et cette mémoire, elle est très limitée.
  88. Elle est vraiment très limitée au moment
  89. de mettre de nouvelles
    informations à l'intérieur.
  90. Une fois qu'on a bien appris,
    qu'on a tout retenu,
  91. la mémoire à long terme,
    là, il y a plus de limite.
  92. Mais au moment de l'apprentissage,
    c'est un peu compliqué.
  93. Si on sait tout de suite à ce moment-là
  94. que cette mémoire
    à court terme est limitée,
  95. qu'on ne peut pas retenir
    trop d'informations en même temps,
  96. qu'on peut pas manipuler
    trop d'informations en même temps,
  97. on n'essaiera juste pas,
    et on évitera de se mettre en échec.
  98. Si en plus, on connaît
    les quelques stratégies
  99. qui nous permettent
    d'améliorer notre mémoire,
  100. là, c'est bingo.
  101. On va se mettre en situation
    de réussite tout de suite.
  102. Il y a un autre levier incroyable
  103. qui nous permet de
    booster nos performances,
  104. peut-être une autre méthode potentielle,
  105. que nous connaissons tous, mais
    que nous maîtrisons vraiment très mal,
  106. à ma connaissance.
  107. Ce sont les émotions.
  108. Les émotions, pour la recherche actuelle,
    ce sont des états biologiques
  109. qui nous signalent quelque chose sur notre
    monde interne ou sur le monde externe.
  110. Ce sont des indicateurs que quelque chose
    va mériter notre attention.
  111. Je vous invite,
    peut-être chez vous ou ici,
  112. à essayer de chercher pourquoi vous
    ressentez les émotions que vous ressentez.
  113. Qu'est-ce qui cause
    chacune de ces émotions ?
  114. Pourquoi votre cerveau vous invite
    à faire attention à cette cause ?
  115. Vous êtes en colère.
  116. Qu'est-ce qui mérite
    à ce point-là votre attention
  117. que ça vous mette dans cet état ?
  118. Vous êtes triste. Pourquoi ?
  119. Cette métacognition de nos émotions,
    comprendre nos émotions,
  120. ça va être aussi un excellent
    début pour les réguler.
  121. Mais on peut aller un peu
    plus loin que cette compréhension.
  122. Tous nos fonctionnements cognitifs,
    nos performances cognitives,
  123. dépendent de nos états émotionnels.
  124. Par exemple, un peu de stress peut
    vraiment améliorer nos performances.
  125. En examen, c'est un peu le cas.
  126. On peut peut-être réfléchir un peu mieux,
  127. on peut raisonner peut-être
    un petit peu plus fort,
  128. on peut mémoriser,
  129. on peut se concentrer peut-être
    un peu mieux aussi.
  130. Évidemment, le stress quotidien,
    le stress du travail,
  131. le stress chronique, c'est très délétère,
    et ça empêche plutôt la bonne performance.
  132. Mais là, on peut imaginer
    déclencher soi-même
  133. un tout petit peu de stress,
    juste ce qu'il faut, à volonté,
  134. pour améliorer nos performances.
  135. Ce serait pas mal.
  136. Alors, je vais être
    un petit peu provocatrice.
  137. On sait que la psychologie humaine,
  138. ce n'est pas juste une
    question d'action et de réaction.
  139. Seulement à l'heure actuelle,
    dans nos sociétés,
  140. les émotions ne sont
    pas du tout considérées
  141. comme bienvenues, ni même
    intéressantes, et encore moins utiles.
  142. Est-ce qu'on ne peut pas se servir
    de ses émotions en les comprenant mieux
  143. et en les utilisant
    pour booster nos performances ?
  144. Je reprends l'exemple de la mémorisation.
  145. La mémorisation, je disais,
    c'est une question de répétition
  146. d'informations nouvelles,
  147. une question de répétitions utiles.
  148. C'est à dire qu'une nouvelle
    information, on va l'utiliser,
  149. et la répétition
    de cette utilisation va faire
  150. que ça va passer dans notre mémoire
    à long terme, qu'on va s'en souvenir.
  151. Il y a certains événements,
    certaines informations,
  152. qui passent directement
    dans cette mémoire à long terme
  153. qui vont directement
    s'ancrer pour la vie entière.
  154. C'est le cas des événements traumatisants,
    hélas, très négatifs,
  155. mais c'est aussi le cas des
    événements personnels assez forts,
  156. exceptionnels, uniques, joyeux,
    et ceux-là sont plutôt positifs.
  157. On peut donc se dire :
  158. si j'arrive à déclencher cette émotion
    forte, peut-être que j'arriverais derrière
  159. à mémoriser en un coup, en une seule fois,
  160. les informations pertinentes
    que j'essaie de retenir.
  161. Alors, évidemment, je ne prône pas du tout
    de traumatiser toute la population,
  162. mais avec une émotion positive,
    c'est vraiment possible.
  163. Et là, je vous laisse imaginer un peu
    la puissance de ce mode de mémorisation.
  164. C'est quand même assez phénoménal.
  165. En une fois, on retient tout.
    Pas de répétition.
  166. Finalement, comprendre
    nos émotions et les connaître,
  167. connaître les causes de
    ces émotions va nous permettre
  168. de les déclencher pour permettre
    d'améliorer nos performances cognitives.
  169. De la même façon, comprendre et connaître
    nos fonctions cognitives,
  170. avoir une bonne métacognition,
    nous permettra les améliorer.
  171. Et donc là, il n'y a
    pas besoin de matériel.
  172. Il n'y a pas besoin d'outils.
    Il n'y a pas besoin de petites pilules.
  173. Il y a juste besoin
    d'une bonne connaissance de soi,
  174. une bonne connaissance de cette recette,
  175. la bonne métacognition.
  176. Merci.
  177. (Applaudissements)