French subtitles

← Quand prendre position — et quand laisser tomber

Get Embed Code
28 Languages

Showing Revision 25 created 04/03/2016 by eric vautier.

  1. Cet été, j'étais de retour dans l'Ohio
  2. pour un mariage de famille.
  3. Pendant mon séjour,
  4. une rencontre avec Anna et Elsa
    de « La Reine des Neiges » a eu lieu.
  5. Pas les Anna et Elsa
    de « La Reine des Neiges »,
  6. puisque ce n'était pas
    organisé par Disney.
  7. Ces deux entrepreneuses
    organisaient des fêtes de princesses.
  8. Votre enfant va avoir cinq ans ?
  9. Elles viendront chanter quelques chansons,
    lancer de la poudre magique, c'est super.
  10. Et elles n'allaient
    pas rater l'opportunité
  11. que représentait le phénomène
    de « La Reine des Neiges ».
  12. Elles sont engagées
    par un magasin de jouets,

  13. les enfants viennent un samedi matin,
    achètent des babioles Disney,
  14. se font prendre en photo
    avec les princesses, et puis basta.
  15. C'est comme le Père Noël,
    sans les contraintes saisonnières.
  16. (Rires)
  17. Et Samantha, ma nièce de trois ans
    et demi, était en plein dedans.

  18. Elle se fichait que ces femmes signent
    des posters et des livres de coloriage
  19. en tant que Reine de la Neige
    et Princesse Ana avec un N
  20. pour éviter des poursuites.
  21. (Rires)
  22. Selon ma nièce et les 200 enfants
    dans le parking ce jour-là,
  23. il s'agissait bien des Anna et Elsa
    de « La Reine des Neiges ».
  24. C'est un samedi matin d'août dans l'Ohio
    où il fait une chaleur écrasante.

  25. Nous arrivons à 10h, l'heure indiquée,
  26. et on nous donne le numéro 59.
  27. À 11h, ils avaient appelé
    les numéros 21 à 25 ;
  28. ça allait prendre un moment,
  29. et aucun maquillage
    ou tatouages temporaires gratuits
  30. ne pouvaient empêcher les crises
    qui se produisaient devant le magasin.
  31. (Rires)
  32. À 12h30, on nous appelle :

  33. « 56 à 63, s'il vous plaît. »
  34. Alors que nous entrons,
  35. je ne peux décrire la scène
    qu'en la qualifiant de vomi norvégien.
  36. (Rires)
  37. Des flocons de neige en carton
    recouvraient le sol,
  38. des paillettes sur toutes les surfaces,
  39. et des stalactites
    partout sur les murs.
  40. Pendant qu'on attendait, dans l'espoir
    de donner une meilleure vue à ma nièce

  41. que le postérieur
    de la mère numéro 58,
  42. je la mets sur mes épaules.
  43. Elle fut immédiatement fascinée
    par la vue des princesses.
  44. Alors qu'on avançait,
    elle était de plus en plus excitée.
  45. Quand nous sommes
    arrivées en tête de file,
  46. et que le numéro 58 déroulait son poster
    pour que les princesses le signent,
  47. je pouvais littéralement sentir
    l'excitation qui la parcourait.
  48. Et pour être honnête, à ce moment-là,
    j'étais aussi plutôt excitée.
  49. (Rires)
  50. La décadence scandinave
    était fascinante.
  51. (Rires)
  52. Donc on arrive au début de la queue,

  53. et l'employée exténuée se tourne
    vers ma nièce et lui dit :
  54. « Bonjour ma chérie.
    Tu es la suivante ! »
  55. Tu veux descendre
  56. ou tu restes sur les épaules
    de ton papa pour la photo ? »
  57. (Rires)
  58. Faute d'un terme plus approprié,
    j'étais figée.
  59. (Rires)
  60. C'est fou comme on peut être confrontée,
    de manière tout à fait inattendue,

  61. à la question : « Qui suis-je ? »
  62. Est-ce que je suis une tante ?
  63. Ou bien une militante ?
  64. Des millions de gens ont vu ma vidéo
    sur l'art des conversations difficiles,
  65. et je me trouvais dans cette situation.
  66. En même temps, rien n'est plus
    important pour moi que les enfants,
  67. donc je me retrouvais dans une situation
    à laquelle on est souvent confronté :
  68. tiraillée entre deux options,
    deux choix impossibles.
  69. Devrais-je me positionner
    comme militante ?
  70. Devrais-je enlever ma nièce
    de mes épaules, me tourner vers l'employée
  71. et lui expliquer qu'en fait,
    je suis sa tante et non son père,
  72. qu'elle devrait faire plus attention
  73. et ne pas tirer de conclusions
  74. d'après une coupe de cheveux
    ou une balade sur les épaules.
  75. (Rires)
  76. Et en faisant tout ça,
  77. manquer ce qui était, jusqu'ici,
    le plus beau jour de la vie de ma nièce.
  78. Ou devais-je être une tante ?
  79. Ignorer ce commentaire,
    prendre tout un tas de photos,
  80. et ne pas me laisser distraire
    de ce moment de pur bonheur,
  81. et en agissant de cette façon,
  82. partir avec la honte
    de ne pas m'être affirmée,
  83. surtout devant ma nièce.
  84. Qui étais-je ?

  85. Quelle facette était la plus importante ?
    Quel rôle en valait plus la peine ?
  86. Étais-je une tante ? Ou une militante ?
  87. Je n'avais qu'une fraction
    de seconde pour décider.
  88. On nous apprend que l'on vit dans un monde
    de polarité constante et croissante.

  89. C'est tellement noir et blanc,
    tellement nous et eux, vrai et faux.
  90. Il n'y a pas de juste milieu,
    pas de gris, juste de la polarité,
  91. un état où deux idées ou opinions
    sont à l'opposé l'une de l'autre ;
  92. des points de vue
    diamétralement opposés.
  93. De quel côté êtes-vous ?
  94. Êtes-vous pacifiste, pro-avortement,
    contre la peine de mort,
  95. pour la régulation des armes, partisan
    de l'ouverture des frontières
  96. et pro-syndicats ?
  97. Ou êtes-vous un farouche partisan
    de la guerre, contre l'avortement,
  98. pour la peine de mort,
  99. un défenseur
    du Deuxième Amendement,
  100. contre l'immigration
    et pro-business ?
  101. C'est tout ou rien,
    vous êtes avec nous ou contre nous.
  102. Voilà ce qu'est la polarité.
  103. Le problème avec la polarité
    et les absolus,

  104. c'est qu'ils ne tiennent pas compte
    de la singularité de nos expériences,
  105. et sont donc contradictoires
    avec la nature humaine.
  106. Si nous sommes poussés
    dans ces deux directions,
  107. mais qu'elles ne nous correspondent pas,
    que la polarité n'est pas notre réalité,
  108. vers quoi allons-nous ?
  109. Qu'y a-t-il comme autre choix ?
  110. Je ne pense pas que ça soit
    une utopie harmonieuse et inaccessible,

  111. je pense que le contraire
    de la polarité est la dualité.
  112. La dualité consiste à avoir deux éléments,
    qui ne sont pas diamétralement opposés,
  113. et qui coexistent.
  114. Vous pensez que c'est impossible ?
  115. Voici les personnes que je connais :
  116. des catholiques pour l'avortement,
    des féministes en hijabs,
  117. des vétérans contre la guerre,
  118. des membres de la NRA
    pour le mariage gay.

  119. Ce sont les gens que je connais,
    mes amis et ma famille.
  120. Il s'agit de la majorité de notre société,
    c'est vous, c'est moi.
  121. (Applaudissements)
  122. La dualité est la capacité
    à concilier deux opposés.
  123. La question est :
    peut-on assumer notre dualité ?
  124. Peut-on avoir le courage de concilier
    ces deux opposés ?
  125. Je travaillais
    dans un restaurant en ville,
  126. et je suis devenue très amie
    avec le commis en salle.
  127. J'étais serveuse et nous avions
    de très bonnes relations,

  128. on passait du bon temps ensemble.
  129. Son espagnol était excellent
    car elle était originaire du Mexique.
  130. (Rires)
  131. Cette réplique est sortie à l'envers.
  132. Son anglais était limité,
    mais bien meilleur que mon espagnol.
  133. (Rires)
  134. Nous étions unies
    par nos points communs
  135. et non séparées par nos différences.
  136. Nous étions proches,
    malgré nos milieux très différents.
  137. Elle venait du Mexique et avait quitté
    sa famille pour venir ici,
  138. et leur offrir une vie
    plus agréable là-bas.
  139. Elle était une fervente catholique,
    conservatrice,
  140. croyant aux valeurs
    familiales traditionnelles,
  141. aux rôles stéréotypés
    des hommes et des femmes,
  142. et j'étais... moi.
  143. (Rires)
  144. Mais ce qui nous liait était lorsqu'elle
    demandait des nouvelles de ma petite amie
  145. ou qu'elle partageait
    des photos de sa famille.
  146. Ce sont les choses
    qui nous ont rassemblées.
  147. Un jour, nous étions à l'arrière,
  148. dévorant de la nourriture aussi vite
    que possible, autour d'une table,
  149. lors d'une très rare accalmie.

  150. Un nouveau gars
    de la cuisine arriva —
  151. qui était son cousin —
  152. et s'assit avec tout
    le machisme et la bravade
  153. que son corps de 20 ans pouvait contenir.
  154. (Rires)
  155. Il lui demanda, [en espagnol] :
    « Est-ce qu'Ash a un petit ami ? »
  156. Et elle répondit, [en espagnol] :
    « Non, elle a une petite amie. »
  157. Il dit, [en espagnol] :
    « Une petite amie ? »
  158. Et elle posa sa fourchette
    et le regarda droit dans les yeux,
  159. et dit [en espagnol] :
    « Oui, une petite amie. C'est tout. »
  160. Son sourire suffisant se transforma
    en un sourire de respect maternel,
  161. il prit son assiette, s'en alla,
    et retourna travailler.
  162. Elle ne m'a jamais regardée.
  163. Elle partit, fit la même chose —
  164. la conversation avait duré 10 secondes,
    une interaction si courte.
  165. Elle avait bien
    plus en commun avec lui :

  166. langue, culture, histoire, famille,
  167. ici, sa communauté
    était sa bouée de sauvetage,
  168. mais sa boussole morale
    l'emportait sur tout ça.
  169. Un peu plus tard, ils blaguaient
    en espagnol dans la cuisine,
  170. je n'en faisais pas partie,
  171. et c'est ça, la dualité.
  172. Elle n'avait pas à choisir
  173. une prise de position
    pour l'homosexualité à son héritage.
  174. Elle n'avait pas à choisir
    sa famille contre notre amitié.
  175. Ce n'était pas Jésus ou Ash.
  176. (Rires)
  177. (Applaudissements)
  178. Sa morale individuelle
    était ancrée si fortement

  179. qu'elle a eu le courage
    de conserver ces deux choix.
  180. Notre intégrité morale
    est notre responsabilité,
  181. et nous devons être préparés à la défendre
    même lorsque ce n'est pas évident.
  182. Voici ce qu'être un allié signifie,
  183. et si vous voulez être un allié,
    vous devez être un allié actif :
  184. posez des questions, agissez lorsque
    vous entendez quelque chose d'inapproprié,
  185. discutez vraiment.
  186. Pendant des années, une amie de ma famille
    a appelé ma petite amie mon amante.

  187. (Rires)
  188. Vraiment ? Amante ?
  189. C'est si ouvertement sexuel,
  190. tellement porno gay des années 70.
  191. (Rires)
  192. Mais elle essayait, et elle a demandé.
  193. Elle aurait pu l'appeler mon amie,
  194. ou mon « amie »,
    ou mon « amie particulière » —
  195. (Rires)
  196. ou même pire, ne pas avoir
    demandé du tout.
  197. Croyez-moi, nous préférons
    que vous demandiez.
  198. Je préfère qu'elle l'appelle amante,
    que ne rien dire du tout.
  199. Les gens me disent souvent :
    « Ash, je m'en fiche.

  200. Je ne vois pas l'ethnie,
    la religion ou la sexualité.
  201. Ça ne m'importe pas.
    Je ne la vois pas. »
  202. Mais l'opposé de l'homophobie, du racisme
    et de la xénophobie n'est pas l'amour,
  203. c'est l'apathie.
  204. Si vous ne voyez pas mon homosexualité,
    alors vous ne me voyez pas.
  205. Si avec qui je couche
    ne vous importe pas,
  206. alors vous ne pouvez
    pas imaginer ce que ça fait
  207. lorsque je marche dans la rue
    la nuit, tenant sa main,
  208. que j'approche un groupe
    et que je dois décider
  209. de tenir sa main ou de la lâcher,
  210. lorsque tout ce dont j'ai envie
    est de la serrer plus fort.
  211. Et la petite victoire que je ressens
  212. lorsque j'y arrive
    et que je n'ai pas à la lâcher.
  213. Et l'incroyable lâcheté et déception
    que je ressens lorsque je la lâche.
  214. Si vous ne voyez pas ce combat,
  215. qui est unique à mon expérience humaine
    parce que je suis gay,
  216. alors vous ne me voyez pas.
  217. Si vous devez être un allié,
    j'ai besoin que vous me voyiez.
  218. En tant qu'individus, alliés, humains,

  219. nous devons pouvoir
    être ces deux choses :
  220. ce qui est bien et ce qui ne l'est pas,
  221. ce qui est facile et ce qui ne l'est pas.
  222. On n'apprend pas comment
    être deux choses avec du coton,
  223. on l'apprend avec ses tripes.
  224. Et si la dualité
    n'est que le premier pas ?
  225. Et si, à travers la compassion,
    l'empathie et l'interaction humaine,
  226. nous étions capables
    d'apprendre à être deux choses.
  227. Si nous pouvons
    en être deux,
  228. nous pouvons en être quatre,
    puis huit, puis des centaines.
  229. Nous sommes des individus complexes,

  230. des tourbillons de contradiction.
  231. Vous êtes tous tellement
    de choses en cet instant.
  232. Que pouvez-vous faire pour en être
    juste quelques-unes de plus ?
  233. Revenons à Toledo, dans l'Ohio.

  234. Je suis en tête de file,
  235. ma nièce sur mes épaules,
    l'employée épuisée m'appelle Papa.
  236. Vous a-t-on déjà pris
    pour le mauvais sexe ?
  237. Même pas ça.
  238. Vous a-t-on déjà appelé
    quelque chose que vous n'êtes pas ?
  239. Voici ce que ça me fait :
  240. immédiatement, je deviens une tempête
    interne d'émotions contradictoires.
  241. J'éclate dans une sueur qui est
    une combinaison de rage et d'humiliation,
  242. je sens que le magasin entier m'observe,
  243. et en même temps,
    je me sens invisible.
  244. Je veux exploser
    dans une tirade de fureur,
  245. et je veux ramper sous un rocher.
  246. Et pour couronner le tout,
    la frustration de porter
  247. un t-shirt violet moulant
    qui n'est pas mon style,
  248. et le magasin entier
    peut voir mes seins,
  249. pour m'assurer que cette chose
    même ne se produise pas.
  250. (Rires)
  251. Mais malgré mes meilleurs efforts
    pour être vue selon le sexe que je suis,
  252. ça arrive encore.
  253. Et j'espère de tout mon cœur
    que personne n'a entendu —
  254. pas ma sœur, ma petite amie
    et certainement pas ma nièce.
  255. Je suis habituée
    à cette douleur familière,
  256. mais je ferai tout ce que je peux
    pour en protéger les gens que j'aime.
  257. Mais alors j'ôte ma nièce de mes épaules,

  258. et elle court vers Elsa et Anna —
  259. ce qu'elle a attendu
    pendant si longtemps —
  260. et tout s'en va.
  261. Tout ce qui m'importe
    est le sourire sur son visage.
  262. Tandis que les 30 secondes
  263. pour lesquelles nous avons attendu
    deux heures et demi s'achèvent,
  264. nous rassemblons nos affaires, et je fixe
    à nouveau des yeux l'employée ;
  265. et elle me fait un sourire
    d'excuse et murmure :
  266. « Je suis tellement désolée ! »
  267. (Rires)
  268. Et son humanité, sa volonté d'admettre
    son erreur me désarment immédiatement.
  269. Puis je lui dis : « C'est pas grave,
    ça arrive. Mais merci. »
  270. Et je réalise à ce moment

  271. que je n'ai pas à choisir
    entre tante et militante,
  272. je peux être les deux.
  273. Je peux vivre en dualité,
    et je peux être deux choses.
  274. Et si je peux être deux choses
    dans cet environnement,
  275. je peux en être bien plus.
  276. Tandis que ma petite amie
    et ma nièce sautillent vers la sortie,
  277. je me tourne vers ma sœur et dit :
    « Est-ce que ça valait le coup ? »
  278. Et elle répond : « Tu plaisantes ?
    As-tu vu sa tête ?
  279. C'était le plus beau jour de sa vie ! »
  280. (Rires)
  281. « Ça valait les deux heures
    et demi dans la chaleur,
  282. ça valait l'album de coloriage
    hors de prix que nous avions déjà.
  283. (Rires)
  284. Ça valait même
    qu'on t'appelle Papa. »
  285. (Rires)
  286. Et pour la toute
    première fois de ma vie,
  287. ça valait en effet le coup.
  288. Merci, Boulder.
    Passez une bonne soirée.

  289. (Applaudissements)