Return to Video

Rupert Sheldrake - The Science Delusion BANNED TED TALK

  • 0:12 - 0:24
    L'illusion de la science est la croyance qu'elle comprend par principe la nature de la réalité,
  • 0:25 - 0:27
    et que seuls les détails restent à combler.
  • 0:27 - 0:30
    C'est une idée très répandue dans notre société.
  • 0:31 - 0:34
    C'est le genre de système de croyance des gens qui disent :
  • 0:34 - 0:37
    "Je ne crois pas en Dieu, je crois en la Science."
  • 0:37 - 0:41
    Ce système de croyance est maintenant répandu dans le monde entier.
  • 0:43 - 0:48
    Mais il y a un conflit au coeur de la science, entre la science comme méthode d'investigation
  • 0:48 - 0:53
    basée sur la raison, les preuves, les hypothèses et la recherche collective
  • 0:54 - 0:57
    et la science comme système de croyance ou vision du monde.
  • 0:58 - 1:01
    Et malheureusement l'aspect vision du monde
  • 1:01 - 1:05
    est devenu une entrave à la libre recherche,
  • 1:05 - 1:08
    qui est l'essence même de la démarche scientifique.
  • 1:10 - 1:14
    Depuis la fin du 19ème siècle, la science a été menée
  • 1:14 - 1:18
    selon une philosophie essentiellement matérialiste.
  • 1:23 - 1:28
    Et les sciences d'aujourd'hui sont directement issues de la vision matérialiste du monde.
  • 1:30 - 1:35
    Je pense qu'en sortant de ce système, les sciences vont être régénérées.
  • 1:36 - 1:42
    Ce que je fais dans mon livre "Réenchanter la Science" - intitulé "La Science Libérée" aux Etats-Unis -
  • 1:43 - 1:50
    est de prendre les 10 dogmes ou postulats de la science et les tourner en question;
  • 1:50 - 1:55
    pour voir comment ils tiennent lorsqu'on les approche scientifiquement.
  • 1:56 - 1:59
    Aucun d'entre eux ne tient très bien.
  • 1:59 - 2:04
    Je vais maintenant énumérer ces 10 assomptions,
  • 2:04 - 2:08
    ensuite, j'aurai juste assez de temps pour en présenter une ou deux en détail.
  • 2:09 - 2:13
    Essentiellement, les dix dogmes qui constituent la vision du monde par défaut
  • 2:13 - 2:16
    de la plupart des gens éduqués sur cette planète sont :
  • 2:16 - 2:21
    premièrement, que la nature est mécanique, pareille à une machine, l'univers est comme une machine,
  • 2:21 - 2:25
    les animaux et les plantes sont comme des machines, nous sommes comme des machines.
  • 2:25 - 2:27
    En fait, nous sommes des machines.
  • 2:27 - 2:31
    Nous sommes des "robots empotés", selon l'expression saisissante de Richard Dawkins,
  • 2:31 - 2:35
    dotés d'un cerveau qui est un ordinateur génétiquement programmé.
  • 2:36 - 2:41
    Deuxièmement, la matière n'est pas consciente, l'univers entier est fait de matière inconsciente.
  • 2:42 - 2:48
    Il n'y a pas de conscience qui habite les étoiles, les galaxies, les planètes, les animaux et les plantes,
  • 2:48 - 2:52
    et il ne devrait pas y en avoir en nous-mêmes, si l'on suit cette théorie.
  • 2:52 - 2:56
    Ainsi une grande partie de la philosophie de l'esprit ces dernières centaines d'années
  • 2:56 - 3:00
    a essayé de prouver que nous ne sommes pas conscients du tout!
  • 3:00 - 3:08
    Donc si la matière est inconsciente, les lois de la nature sont fixes. C'est le troisième dogme.
  • 3:08 - 3:12
    Les lois de la nature sont les mêmes maintenant qu'elles étaient au moment du Big Bang
  • 3:12 - 3:14
    et seront les mêmes jusqu'à la fin des temps.
  • 3:14 - 3:19
    Pas seulement les lois mais les constantes de la nature sont fixes, c'est pourquoi on les appelle "constantes".
  • 3:20 - 3:25
    Quatrième dogme : la somme totale de matière et d'énergie est toujours la même.
  • 3:26 - 3:30
    Leur quantité totale ne change jamais, à part au moment du Big Bang
  • 3:30 - 3:34
    où tout cela est venu à la vie d'un seul instant.
  • 3:36 - 3:41
    Le cinquième dogme est que la nature est sans but, il n'y a aucun but dans toute la nature,
  • 3:41 - 3:46
    et le processus d'évolution n'a ni but ni direction.
  • 3:47 - 3:55
    Sixième dogme : l'hérédité biologique est matérielle, tout ce que nous héritons se trouve dans vos gènes
  • 3:55 - 4:02
    ou dans des modifications épigénétiques de vos gènes, ou font partie de l'héritage cytoplasmique. Tout cela est matériel.
  • 4:03 - 4:08
    Septième dogme : les souvenirs sont stockés dans le cerveau sous forme de résidu matériel.
  • 4:08 - 4:12
    D'une certaine manière, tout ce dont on se rappelle se trouve dans le cerveau dans les protéines phosphorylées
  • 4:12 - 4:14
    des terminaisons nerveuses modifiées. (?°?)
  • 4:14 - 4:16
    Personne ne sait comment ça marche,
  • 4:16 - 4:21
    cependant presque tous les scientifiques du monde sont persuadés que ça se situe dans le cerveau.
  • 4:22 - 4:25
    Dogme 8 : l'esprit est situé à l'intérieur de la tête.
  • 4:25 - 4:29
    La conscience est le fait du cerveau et rien d'autre.
  • 4:30 - 4:36
    Dogme 9, qui résulte du dogme 8 : des phénomènes psychiques comme la télépathie sont impossibles.
  • 4:37 - 4:40
    Les pensées et intentions ne peuvent avoir aucun effet à distance
  • 4:40 - 4:42
    puisque l'esprit se situe dans la tête.
  • 4:42 - 4:48
    Par conséquent, tous les semblants de preuve en faveur de la télépathie et autres phénomènes psychiques sont illusoires.
  • 4:49 - 4:54
    Les gens croient que ces choses existent mais c'est parce qu'ils ne connaissent pas bien les statistiques,
  • 4:54 - 4:58
    ou qu'ils sont trompés par des coincidences ou ils prennent leurs désirs pour des réalités.
  • 5:00 - 5:04
    Et le dixième dogme : la médecine mécanique est la seule médecine vraiment efficace.
  • 5:04 - 5:09
    C'est pourquoi les gouvernements ne fondent que la recherche en médecine mécanique
  • 5:09 - 5:12
    et ignorent les thérapies complémentaires et alternatives.
  • 5:12 - 5:16
    Celles-ci ne peuvent réellement marcher parce qu'elles ne sont pas mécaniques.
  • 5:16 - 5:20
    Elles peuvent sembler fonctionner quand les gens se seraient rétablis de toutes façons,
  • 5:20 - 5:22
    ou c'est un effet placebo.
  • 5:23 - 5:27
    Mais la seule vraiment efficace est la médecine mécanique.
  • 5:28 - 5:34
    Et bien, c'est la vision du monde partagée par presque toutes les personnes éduquées, partout dans le monde.
  • 5:34 - 5:41
    C'est la base du système éducatif, du service de santé national, du Conseil de la Recherche Médicale,
  • 5:42 - 5:48
    des gouvernements... c'est simplement la vision du monde par défaut des gens éduqués.
  • 5:49 - 5:54
    Mais je pense que chacun de ces dogmes est tout à fait contestable,
  • 5:54 - 5:58
    et quand on les observe, on s'aperçoit qu'ils ne tiennent pas debout.
  • 5:59 - 6:03
    Prenons d'abord l'idée selon laquelle les lois de la nature sont fixes.
  • 6:03 - 6:09
    C'est un vestige de la conception du monde antérieure aux années 60, où la théorie du Big Bang est apparue.
  • 6:09 - 6:15
    Les gens croyaient que l'univers était éternel, gouverné par des lois mathématiques immuables.
  • 6:17 - 6:20
    Quand l'idée du Big Bang est arrivée, cette assomption est restée,
  • 6:20 - 6:27
    même si le Big Bang révéla un univers radicalement évolutif et âgé de 14 milliards d'années;
  • 6:27 - 6:31
    qui croît, se développe et évolue depuis 14 milliards d'années.
  • 6:31 - 6:35
    Croissant et se refroidissant, avec toujours plus de structures et de motifs naissant en lui.
  • 6:36 - 6:41
    Mais l'idée veut que toutes les lois naturelles étaient complètement fixées au moment du Big Bang,
  • 6:41 - 6:43
    comme un Code Napoléonien cosmique.
  • 6:44 - 6:46
    Ainsi que mon ami Terrence McKenna disait,
  • 6:47 - 6:52
    "La science moderne est fondée sur ce principe : donnez-nous un miracle gratuit et nous expliquerons le reste."
  • 6:52 - 6:56
    Et ce miracle, c'est l'apparition de toute la matière et l'énergie de l'univers
  • 6:56 - 7:00
    ainsi que toutes ses lois, de nulle part, en un seul instant.
  • 7:02 - 7:07
    Eh bien, dans un univers évolutif, pourquoi les lois n'évolueraient pas elles aussi?
  • 7:08 - 7:14
    Après tout les lois humaines le font, et l'idée des "lois de la nature" vient d'une métaphore des lois humaines.
  • 7:14 - 7:20
    C'est une image anthropocentrique : seuls les humains ont des lois, en fait seules les sociétés civilisées ont des lois.
  • 7:21 - 7:22
    Comme l'a dit C. S. Lewis
  • 7:22 - 7:28
    "Dire qu'un caillou tombe au sol parce qu'il obéit a une loi, c'est en faire un homme et même un citoyen"
  • 7:29 - 7:33
    On s'est tellement habitué à cette métaphore, on en oublie que c'en est une.
  • 7:34 - 7:38
    Dans un univers en évolution je crois qu'une bien meilleure idée est celle de l'habitude.
  • 7:38 - 7:44
    Je pense que les habitudes de la nature évoluent, les régularités de la nature sont essentiellement habituelles.
  • 7:45 - 7:49
    Cette idée a été mise en avant au début du 20ème siècle
  • 7:49 - 7:51
    par le philosophe américain C. S. Peirce.
  • 7:52 - 7:55
    Elle a été envisagée par d'autres philosophes;
  • 7:55 - 8:00
    je l'ai moi-même développée en une hypothèse scientifique,
  • 8:00 - 8:03
    l'hypothèse de la résonance morphique
  • 8:03 - 8:06
    qui est à la base de ces habitudes en évolution.
  • 8:07 - 8:11
    Selon cette hypothèse, tout dans la nature a une sorte de mémoire collective.
  • 8:12 - 8:14
    La résonance se produit sur la base de la similitude.
  • 8:15 - 8:19
    Lorsqu'un jeune embryon de girafe se développe dans le ventre de sa mère,
  • 8:19 - 8:24
    il se connecte au champ de résonance morphique de la girafe,
  • 8:24 - 8:28
    il extrait de l'information de cette mémoire collective, grandit comme une girafe,
  • 8:28 - 8:31
    se comporte comme une girafe parce qu'il va piocher dans cette mémoire colective.
  • 8:32 - 8:37
    Il doit avoir les bons gènes pour fabriquer les bonnes protéines, mais selon moi les gènes sont vraiment surévalués.
  • 8:37 - 8:44
    Ile rendent seulement compte des protéines qu'un organisme peut produire, pas de sa forme ni de son comportement.
  • 8:45 - 8:49
    Chaque espèce possède une sorte de mémoire collective. Y compris les cristaux.
  • 8:50 - 8:54
    Cette théorie prédit que si l'on crée une nouvelle espèce de cristal,
  • 8:55 - 9:00
    la toute première fois que l'on le fabrique, il n'aura aucune configuration existante.
  • 9:00 - 9:05
    Mais dès qu'il se crystallisera, alors la prochaine fois qu'on en fabriquera il y aura une influence des premiers cristaux
  • 9:05 - 9:11
    vers les deuxièmes partout sur la planète, et par résonance morphique il se crystalliseront un peu plus facilement.
  • 9:11 - 9:14
    Le troisième fois il y aura une influence des premiers et des deuxièmes.
  • 9:15 - 9:21
    Il y a en fait de bonnes preuves que les nouveaux composés se crystallisent de plus en plus facilement
  • 9:21 - 9:23
    tout comme cette théorie le prédit.
  • 9:23 - 9:28
    Elle dit aussi que si on enseigne à un animal une nouvelle astuce,
  • 9:28 - 9:31
    par exemple des rats apprennent quelque chose à Londres,
  • 9:31 - 9:35
    dans le monde entier les rats de cette espèce apprendront la même astuce plus rapidement
  • 9:35 - 9:37
    juste parce que certains d'entre eux l'ont appris ici.
  • 9:37 - 9:41
    Et curieusement, il y a déjà des preuves que cela se produit vraiment.
  • 9:43 - 9:47
    Bref, en résumé de mes hypothèses sur la résonance morphique,
  • 9:47 - 9:51
    tout dépend d'habitudes en constante évolution et pas de lois fixes.
  • 9:51 - 9:55
    Mais je voudrais aussi passer quelques instants sur les constantes de la nature.
  • 9:55 - 9:59
    Parce que celles-ci sont, encore une fois, supposées être constantes.
  • 9:59 - 10:04
    Des choses comme la constante gravitationnelle, la vitesse de la lumière sont appelées les constantes fondamentales.
  • 10:05 - 10:07
    Sont-elles réellement constantes?
  • 10:07 - 10:11
    Et bien, je me suis intéressé à la question et j'ai tenté de découvrir.
  • 10:11 - 10:15
    Elles sont données dans les manuels de physiques.
  • 10:15 - 10:20
    Les manuels de physiques font la liste des constantes fondamentales et en donnent la valeur.
  • 10:20 - 10:24
    Mais je voulais savoir si elles avaient changé, alors je me suis procuré les anciens volumes.
  • 10:24 - 10:28
    Je me suis rendu à la Bibliothèque des brevets à Londres,
  • 10:28 - 10:31
    c'est le seul endroit où j'ai pu trouver les anciens volumes,
  • 10:31 - 10:36
    d'habitude les gens les jettent, lorsque les nouvelles valeurs arrivent, ils jettent les anciennes.
  • 10:37 - 10:42
    Ce faisant, j'ai découvert que la vitesse de la lumière a chuté entre 1928 et 1945,
  • 10:42 - 10:45
    d'environ 20 kilomètres par secondes.
  • 10:45 - 10:50
    C'est une chute énorme, car ces chiffres sont notés à la décimale près.
  • 10:52 - 10:55
    Et pourtant, tout autour du monde, cette valeur a chuté,
  • 10:55 - 10:59
    et tous les chercheurs trouvaient des valeurs très proches les unes des autres, avec de petites erreurs.
  • 10:59 - 11:03
    Puis en (1945) 1948, la valeur est montée à nouveau
  • 11:03 - 11:07
    et tout le monde recommença à trouver des valeurs quasi identiques.
  • 11:08 - 11:11
    Je fus très intrigué, cela ne faisait aucun sens pour moi,
  • 11:11 - 11:13
    je suis donc allé voir le Directeur de la Métrologie
  • 11:13 - 11:16
    au Laboratoire National de Physique de Teddington
  • 11:17 - 11:21
    La métrologie est la discipline dans laquelle on mesure les constantes.
  • 11:22 - 11:23
    Je lui ai donc demandé :
  • 11:23 - 11:29
    Que faites-vous de cette chute de la valeur de la vitesse de la lumière entre 1928 et 1945 ?
  • 11:29 - 11:31
    Il fit : "Oh, cher ami..."
  • 11:31 - 11:36
    "Vous avez déniché le plus gênant épisode de l'histoire de notre science." (Rires)
  • 11:36 - 11:42
    Je lui dit, "La vitesse de la lumière a-t-elle pu effectivement chuté, cela ayant des implications incroyables?"
  • 11:43 - 11:47
    et il dit "Non, non, bien-sûr qu'elle ne peut pas avoir réellement chuté, c'est une constante!"
  • 11:48 - 11:51
    "Ah, d'accord, mais comment expliquez-vous le fait que tout le monde ou presque
  • 11:51 - 11:54
    trouvait qu'elle avait nettement ralenti durant cette période?
  • 11:54 - 11:59
    Est-ce qu'ils falsifiaient les résultats afin d'obtenir ce qu'ils pensaient que les autres observaient
  • 11:59 - 12:03
    et tout cela aurait été produit dans l'esprit des physiciens?"
  • 12:04 - 12:07
    Il répondit "Nous n'aimons pas u'iliser le terme "falsifier" "
  • 12:07 - 12:09
    Je lui demandai donc : "Et bien, lequel préférez-vous?"
  • 12:10 - 12:13
    "Nous aimons mieux employer "verrouillage de phase intellectuel" "
  • 12:13 - 12:18
    (Rires!)
  • 12:19 - 12:23
    Mais si cela se produisait à l'époque, comment pouvons-nous être si sûrs, que ça ne continue pas aujourd'hui,
  • 12:23 - 12:28
    et que les valeurs actuelles ne sont pas le produit d'un verrouillage de phase intellectuel?
  • 12:28 - 12:30
    Il dit "Nous savons que ce n'est pas le cas."
  • 12:30 - 12:32
    Comment le savez-vous?
  • 12:32 - 12:35
    "Et bien nous avons résolu le problème." Je lui demandai comment.
  • 12:35 - 12:40
    Il me dit : "Nous avons fixé la vitesse de la lumière par définition en 1972."
  • 12:41 - 12:43
    Elle pourrait encore changer, alors.
  • 12:43 - 12:48
    Il dit : "Oui, mais nous ne le saurions jamais, parce que nous avons défini le mètre en fonction de la vitesse de la lumière,
  • 12:48 - 12:50
    les unités ont donc changé avec elle."
  • 12:50 - 12:53
    Il avait l'air très satisfait qu'ils soient parvenus à régler le problème.
  • 12:57 - 12:59
    Mais je lui dit, "Et alors, qu'en est-il du grand G?"
  • 12:59 - 13:04
    La constante gravitationnelle est connue sous ce nom parmi les physiciens, avec un G majuscule.
  • 13:04 - 13:11
    La constante gravitationnelle universelle de Newton. Elle a varié de plus de 1,3 pour cent ces dernières années.
  • 13:13 - 13:17
    Et elles semblent varier d'un endroit ou d'un temps à l'autre.
  • 13:17 - 13:23
    Il me répondit : "Il y a une marge d'erreur, et malheureusement il y a d'assez importantes erreurs avec le grand G."
  • 13:24 - 13:28
    Je lui dit "Et si la valeur changeait vraiment? Peut-être qu'elle évolue réellement."
  • 13:29 - 13:33
    A ce moment j'ai observé comment ils procédaient : en fait, les mesures sont faites dans différents labos,
  • 13:33 - 13:37
    ils obtiennent des valeurs différentes selon les jours, et ils font ensuite une moyenne.
  • 13:38 - 13:40
    Puis d'autres labos dans le monde font la même chose,
  • 13:40 - 13:42
    et arrivent souvent avec des moyennes différentes.
  • 13:42 - 13:47
    Et puis le Comité International de Métrologie se réunit environ tous les 10 ans
  • 13:47 - 13:52
    et fait la moyenne de celles des labos, qui sera la valeur du grand G.
  • 13:52 - 13:57
    Mais, et si G fluctuait? Et s'il évoluait?
  • 13:57 - 14:02
    Il y a en fait des preuves qu'il change au cour de la journée et de l'année.
  • 14:02 - 14:07
    Et si la Terre, à mesure qu'elle se déplace dans la galaxie, traversait des zones de matière noire
  • 14:07 - 14:10
    ou rencontrait d'autres facteurs environnementaux qui pourrait l'altérer?
  • 14:11 - 14:13
    Peut-être qu'ils changent tous ensemble.
  • 14:13 - 14:16
    Et si ces graphiques montaient et descendaient ensemble?
  • 14:16 - 14:21
    Pendant plus de dix ans, j'ai tenté de persuader les métrologistes de jeter un œil aux données brutes.
  • 14:21 - 14:24
    En fait, j'essaie actuellement de les persuader de les mettre en ligne sur Internet,
  • 14:24 - 14:27
    avec toutes les dates et les mesures,
  • 14:27 - 14:32
    afin de voir s'il y a correspondance; si elles sont toutes hautes à un moment et toutes basses à un autre.
  • 14:32 - 14:37
    Si c'est le cas, elles pourraient fluctuer ensemble et cela nous dirait quelque chose de très, très intéressant
  • 14:37 - 14:41
    Mais personne n'a fait cela, ils ne l'ont pas fait parce que G est une constante.
  • 14:41 - 14:43
    Il n'y a pas de raison de chercher des fluctuations.
  • 14:43 - 14:49
    Vous voyez, ceci est un simple exemple, où une supposition dogmatique inhibe la recherche.
  • 14:49 - 14:54
    Je considère moi-même que les constantes pourraient varier de manière assez considérable.
  • 14:54 - 14:57
    Au sein d'étroites limites, certes, mais elles pourraient bien toutes varier.
  • 14:57 - 15:00
    Et je pense qu'un jour viendra où les revues scientifiques comme Nature
  • 15:00 - 15:03
    publieront des rapports hebdomadaires sur les constantes,
  • 15:03 - 15:05
    tout comme les journaux ont leurs rapports des actions en bourse.
  • 15:05 - 15:14
    Cette semaine le grand G est légèrement monté, la charge de l'électron était basse, la vitesse de la lumière est restée stable... etc. (Rires)
  • 15:16 - 15:25
    Bien. Ce n'est qu'un des domaines où, selon moi, penser de façon moins dogmatique pourrait ouvrir de nouvelles voies.
  • 15:25 - 15:28
    L'un des domaines les plus importants est celui de la nature de l'esprit.
  • 15:28 - 15:31
    C'est le plus irrésolu des problèmes, comme Grahamn (Hancock) vient de le dire.
  • 15:32 - 15:35
    La science n'arrive simplement pas à gérer le fait que nous soyons conscients.
  • 15:37 - 15:41
    Et elle n'arrive pas à gérer le fait que nos pensées ne semblent pas être dans notre cerveau.
  • 15:43 - 15:46
    Nos expériences ne paraissent pas toutes se produire à l'intérieur du cerveau.
  • 15:46 - 15:50
    L'image que vous avez de moi à cet instant ne semble pas se trouver dans votre cerveau.
  • 15:50 - 15:54
    Pourtant la vision officielle est qu'il y a un petit Rupert quelque part dans votre tête
  • 15:54 - 15:57
    et tout le contenu de cette pièce se trouve dans votre tête.
  • 15:57 - 15:59
    Vos expériences se passent dans votre cerveau.
  • 16:00 - 16:04
    Je suggère plutôt que la vue implique une projection d'images à l'extérieur ;
  • 16:04 - 16:07
    ce que vous voyez est dans votre esprit, mais pas dans votre tête.
  • 16:08 - 16:12
    Notre esprit s'étend au-delà de notre cerveau par le simple acte de perception.
  • 16:13 - 16:19
    Je pense que nous projetons les images que nous voyons, et que ces images touchent ce que nous regardons.
  • 16:19 - 16:24
    Si je vous observe de derrière sans que vous le sachiez, pourrais-je vous affecter?
  • 16:24 - 16:26
    Pourriez-vous sentir mon regard?
  • 16:26 - 16:29
    Il y a de nombreuses indications que nous le pouvons.
  • 16:29 - 16:32
    La sensation d'être observé(e) est une expérience des plus communes,
  • 16:32 - 16:36
    et des recherches expérimentales récentes suggèrent la réalité de ce phénomène.
  • 16:37 - 16:38
    Les animaux semblent aussi avoir cette capacité.
  • 16:38 - 16:42
    Je pense que cela est apparu dans le contexte de la relation proie-prédateur.
  • 16:42 - 16:47
    Les proies qui peuvent sentir le regard du prédateur survivraient mieux que les autres.
  • 16:47 - 16:53
    Cela mènerait à une toute nouvelle approche des relations écologiques entre les prédateurs et les proies,
  • 16:53 - 16:55
    ainsi que de l'étendue de notre esprit.
  • 16:55 - 17:01
    Je pense que lorsque nous regardons de lointaines étoiles, notre esprit s'étend jusqu'à pouvoir toucher ces étoiles
  • 17:01 - 17:05
    et s'allonge sur des distances astronomiques.
  • 17:05 - 17:08
    Elles ne sont pas seulement dans notre tête.
  • 17:08 - 17:13
    Il peut paraître stupéfiant qu'un tel sujet soit encore débatu au 21ème siècle.
  • 17:13 - 17:17
    Nous en savons si peu sur notre propre esprit que la location des images que nous voyons
  • 17:17 - 17:21
    est un sujet brûlant au sein des études menées sur la conscience.
  • 17:22 - 17:28
    Je n'ai pas le temps de passer en revue chacun de ces dogmes, mais ils sont tous contestables.
  • 17:28 - 17:33
    Si on les remet en question, de nouvelles formes de recherche, de nouvelles possibilités émergeront.
  • 17:33 - 17:38
    Et je crois qu'à mesure que nous interrogeons ces dogmes qui ont tenu la science pendant si longtemps,
  • 17:39 - 17:42
    celle-ci va connaître une nouvelle floraison, une Renaissance.
  • 17:43 - 17:45
    Je crois totalement en l'importance de la science.
  • 17:45 - 17:49
    J'ai passé toute ma vie en tant que chercheur scientifique, toute ma carrière.
  • 17:50 - 17:55
    Mais je pense qu'en dépassant ces dogmes elle peut être régénérée.
  • 17:55 - 17:59
    A nouveau elle deviendra intéressante, et je l'espère axée sur la vie.
  • 17:59 - 18:01
    Merci.
Title:
Rupert Sheldrake - The Science Delusion BANNED TED TALK
Description:

more » « less
Video Language:
English
Duration:
18:20

French subtitles

Revisions Compare revisions