Return to Video

Rupert Sheldrake - 'L'Illusion de la Science' Conférence censurée par TED

  • 0:19 - 0:25
    L'illusion de la science est de croire que la science a déjà, en principe, compris la nature du réel
  • 0:25 - 0:27
    en remettant à plus tard la résolution des détails.
  • 0:27 - 0:31
    Ceci est une croyance très répandue dans notre société.
  • 0:31 - 0:34
    C'est le système de croyances des gens qui disent
  • 0:34 - 0:37
    'Je ne crois pas en Dieu, je crois en la science.'
  • 0:37 - 0:43
    c'est un système de croyance qui s'est étendu au monde entier. Mais il
  • 0:43 - 0:48
    y a conflit au cœur de la science, entre science en tant que méthode de recherche
  • 0:48 - 0:54
    basée sur raison, preuves, hypothèses, et recherches collégiales
  • 0:54 - 0:57
    et la science en tant que système de croyance ou 'vision du monde'.
  • 0:57 - 1:03
    Et malheureusement, l'aspect 'vision du monde' de la science inhibe et étrangle
  • 1:03 - 1:08
    la libre recherche qui est pourtant le souffle vital de la quête scientifique.
  • 1:08 - 1:13
    Depuis la fin du 19°siècle, la science a été dominée
  • 1:13 - 1:18
    par un système de croyance ou 'vision du monde'
  • 1:18 - 1:22
    qui est essentiellement matérialiste. Le matérialisme philosophique.
  • 1:22 - 1:28
    Les sciences sont à présent totalement inféodées à la vision du monde matérialiste.
  • 1:28 - 1:35
    Je pense qu'en rompant avec ce système, les sciences s'en trouveront régénérées.
  • 1:35 - 1:42
    Dans mon livre 'The Science Delusion' - 'Science set Free' aux USA-
  • 1:42 - 1:50
    je prends les dix dogmes ou présupposés de la science et je les remets en question,
  • 1:50 - 1:57
    je vois comment ils s'en sortent si on les considère scientifiquement.
  • 1:57 - 2:00
    Aucun ne s'en sort très bien.
  • 2:00 - 2:04
    Je vais tout d'abord définir ces dix dogmes,
  • 2:04 - 2:09
    et je n'aurai le temps de parler en détail que d'un ou deux.
  • 2:09 - 2:16
    Mais en essence, les dix dogmes qui représentent la vision du monde défaillante
  • 2:16 - 2:18
    de la majorité des gens éduqués de par le monde, sont les suivants :
  • 2:18 - 2:22
    d'abord la nature est mécanique, comme une machine, l'univers est comme une machine,
  • 2:22 - 2:26
    les animaux et les plantes sont comme des machines, nous sommes comme des machines.
  • 2:26 - 2:27
    En fait, nous sommes des machines.
  • 2:27 - 2:31
    Nous sommes des 'robots empesés' pour citer Richard Dawkings,
  • 2:31 - 2:36
    avec des cerveaux qui sont des ordinateurs génétiquement programmés.
  • 2:36 - 2:41
    Deux, la matière est inconsciente, tout l'univers est formé de matière inconsciente
  • 2:41 - 2:47
    Les étoiles, les galaxies, les planètes, les animaux, les plantes sont dépourvus
  • 2:47 - 2:52
    de conscience, et nous-même en sommes dépourvus, si cette théorie est vraie.
  • 2:52 - 2:57
    Ainsi, beaucoup de philosophies de l'esprit des cent dernières années
  • 2:57 - 3:00
    ont essayé de prouver que nous ne sommes en fait pas conscients du tout.
  • 3:00 - 3:08
    Donc, la matière est inconsciente, les lois de la nature sont fixes. C'est dogme 3.
  • 3:08 - 3:12
    Les lois de la nature sont les mêmes maintenant qu'au moment du Big Bang
  • 3:12 - 3:15
    et elles resteront les mêmes de toute éternité. Pas juste les lois mais
  • 3:15 - 3:21
    les constantes de la nature sont fixes, c'est pourquoi on les nomme 'constantes'.
  • 3:21 - 3:25
    Dogme 4 : la somme totale de matière et d'énergie est toujours identique.
  • 3:25 - 3:29
    Elle ne change jamais en quantité sauf au moment du Big Bang, quand tout a surgi
  • 3:29 - 3:38
    à l'existence, de nulle part et en un seul instant. Le dogme 5 énonce que la nature
  • 3:38 - 3:43
    est sans but, il n'y a ni but ni raison dans toute la nature, et le processus évolutif
  • 3:43 - 3:53
    n'a ni but ni direction. Dogme 6 : l'hérédité biologique est matérielle,
  • 3:53 - 3:57
    tout ce dont vous héritez est dans vos gènes ou dans les modifications épigénétiques
  • 3:57 - 4:04
    des gènes, ou alors dans l'héritage cytoplasmique. C'est matériel. Dogme 7 :
  • 4:04 - 4:09
    les souvenirs sont stockés à l'intérieur du cerveau en tant que traces matérielles.
  • 4:09 - 4:13
    Tout ce dont vous vous souvenez est dans votre cerveau, dans les protéines
  • 4:13 - 4:16
    phosphorylées des terminaisons nerveuses. Personne ne sait comment ça marche,
  • 4:16 - 4:22
    mais néanmoins presque tous les scientifiques croient que c’est dans le cerveau.
  • 4:22 - 4:26
    Dogme 8 : votre mental est à l'intérieur de votre tête. Toute votre conscience
  • 4:26 - 4:32
    n'est que l'activité de votre cerveau et rien de plus. Dogme 9, qui découle du dogme 8
  • 4:32 - 4:37
    les manifestations psychiques, telle la télépathie, sont impossibles.
  • 4:37 - 4:41
    Vos pensées et vos intentions ne peuvent avoir aucun effet à distance
  • 4:41 - 4:44
    parce que votre mental est dans votre tête. Donc toute preuve
  • 4:44 - 4:49
    apparente en faveur de la télépathie et autres manifestations sont des illusions.
  • 4:49 - 4:53
    Les gens croient que ces choses existent mais c'est uniquement parce qu'ils sont
  • 4:53 - 5:00
    ignorants des statistiques, ou ils sont trompés par des coïncidences, ou suggestionnés.
  • 5:00 - 5:05
    Et enfin dogme 10 : la médecine mécanique est la seule qui soit vraiment efficace.
  • 5:05 - 5:08
    C'est pourquoi les gouvernements ne financent que les recherches en médecine
  • 5:08 - 5:13
    mécanique et ignorent les thérapies complémentaires et alternatives.
  • 5:13 - 5:17
    Celles-ci ne peuvent pas marcher car elles ne sont pas mécaniques, elles peuvent donner
  • 5:17 - 5:21
    l'impression de marcher car les gens allaient guérir de toutes façons, ou alors
  • 5:21 - 5:29
    c'est l'effet placébo. Mais la seule médecine efficace est la médecine mécanique. C'est
  • 5:29 - 5:35
    la vision du monde défaillante partagée par la majorité des personnes éduquées de par le monde,
  • 5:35 - 5:41
    c'est la base de notre système éducatif, de notre système de santé, de la recherche médicale,
  • 5:41 - 5:50
    des gouvernements, et c'est juste la vision du monde défaillante des gens éduqués.
  • 5:50 - 5:56
    Mais je crois que chacun de ces dogmes est très, très contestable et quand vous les
  • 5:56 - 6:03
    examinez, ils ne tiennent pas. Prenons en premier l'idée que les lois de la nature
  • 6:03 - 6:08
    sont fixes. Ceci est un reliquat d'une vision du monde pré-datant les années 1960
  • 6:08 - 6:13
    et l'apparition de la théorie du Big Bang. Les gens croyaient que tout l'univers
  • 6:13 - 6:17
    était éternel, régi par des lois mathématiques éternelles.
  • 6:17 - 6:21
    Quand le Big Bang fit son entrée, ce pré-supposé perdura, bien que
  • 6:21 - 6:27
    le Big Bang dévoila un univers de 14 milliards d'années radicalement évolutif.
  • 6:27 - 6:32
    En expansion, en développement et en évolution depuis 14 milliards d'années.
  • 6:32 - 6:37
    Grandissant et se refroidissant, se structurant et s'organisant de plus en plus.
  • 6:37 - 6:42
    Mais l'idée est : toutes les lois de la nature étaient complètement fixes au moment
  • 6:42 - 6:46
    du Big Bang, comme un Code Napoléon cosmique.
  • 6:46 - 6:49
    Et mon ami Terence McKenna disait souvent, 'La science moderne
  • 6:49 - 6:52
    repose sur un principe 'donne-moi un miracle gratuit et nous expliquerons le reste'
  • 6:52 - 6:56
    Le miracle gratuit c'est l'apparition de toute la matière et de toute l'énergie de
  • 6:56 - 7:01
    l'univers et de toutes les lois qui le régissent à partir de rien, en un seul instant
  • 7:01 - 7:07
    Dans un univers en évolution, pourquoi les lois ne devraient-elles pas évoluer? Après
  • 7:07 - 7:12
    tout, les lois humaines évoluent, et l'idée de lois de la nature est une métaphore
  • 7:12 - 7:17
    des lois humaines C'est une métaphore anthropomorphique, seuls les humains ont des lois,
  • 7:17 - 7:22
    en fait seules les sociétés civilisées ont des lois. C.S. Lewis a dit un jour,
  • 7:22 - 7:28
    'Dire qu'une pierre tombe sur la terre car elle obéit à une loi, fait d'elle un humain ou même un citoyen.'
  • 7:28 - 7:32
    C'est une métaphore à laquelle nous sommes si habitués que nous en oublions
  • 7:32 - 7:37
    que c'est une métaphore. Dans un univers en évolution, je crois que l'idée 'd'habitude'
  • 7:37 - 7:41
    est plus appropriée. Je pense que les habitudes de la nature évoluent
  • 7:41 - 7:45
    les régularités de la nature sont essentiellement habituelles.
  • 7:45 - 7:52
    Cette idée a été émise au début du 20°siècle par le philosophe américain C. S. Pierce.
  • 7:52 - 7:56
    Et cette idée a été reprise par plusieurs autres philosophes.
  • 7:56 - 8:01
    Je l'ai moi-même développée en hypothèse scientifique,
  • 8:01 - 8:03
    l'hypothèse de la résonance morphique
  • 8:03 - 8:07
    qui est la base de ces habitudes évolutives.
  • 8:07 - 8:11
    Selon cette hypothèse, tout dans la nature possède une sorte de mémoire collective.
  • 8:11 - 8:15
    La résonance se produit sur une base de similitude.
  • 8:15 - 8:19
    Tandis qu'un embryon de girafe se développe dans l'utérus de sa mère,
  • 8:19 - 8:24
    il se 'branche' sur la résonance morphique des girafes précédentes,
  • 8:24 - 8:28
    et il capte cette mémoire collective, il grandit comme une girafe,
  • 8:28 - 8:33
    il se comporte en girafe car il capte cette mémoire collective. ll a les gènes appropriés
  • 8:33 - 8:38
    pour fabriquer les bonnes protéines, mais les gènes, d'après moi, sont totalement sur-estimés.
  • 8:38 - 8:42
    Ils n'entrent que dans la fabrication des protéines, pas dans le schéma, la forme
  • 8:42 - 8:48
    ou le comportement. Chaque espèce possède une sorte de mémoire collective.
  • 8:48 - 8:53
    Même les cristaux. Cette théorie prédit que quand vous créez un nouveau genre de cristal,
  • 8:53 - 9:01
    la toute première fois, il n'a pas d'habitude existante. Mais un fois qu'il aura cristallisé
  • 9:01 - 9:05
    alors la fois suivante quand vous le referez, il y aura l' influence du premier cristal
  • 9:05 - 9:10
    et les seconds partout dans le monde, par résonance morphique, cristalliseront
  • 9:10 - 9:14
    plus facilement La troisième fois, il y aura l'influence des premiers et seconds cristaux
  • 9:14 - 9:18
    Il existe en fait de sérieuses preuves que les nouveaux composés
  • 9:18 - 9:24
    cristallisent plus facilement partout dans le monde, comme cette théorie le prédisait.
  • 9:24 - 9:28
    Elle prédit aussi que si vous enseignez un nouveau tours à un animal,
  • 9:28 - 9:32
    par exemple des rats apprennent un nouveau tours à Londres, alors partout dans le monde
  • 9:32 - 9:35
    les rats de la même espèce, apprendront le même tours plus vite,
  • 9:35 - 9:38
    juste parce que des rats l'auront appris ici.
  • 9:38 - 9:43
    Et surprise, il y déjà des preuves que ça se passe ainsi.
  • 9:43 - 9:48
    Bien, ceci est, succinctement, mon hypothèse de résonance morphique,
  • 9:48 - 9:51
    tout dépend d'habitudes évolutives et non de lois fixes.
  • 9:51 - 9:56
    Mais j'aimerais aussi considérer les constantes de la nature.
  • 9:56 - 10:00
    Car, celles-ci sont tenues pour être constantes.
  • 10:00 - 10:02
    Les choses, telles la constante gravitationnelle, la vitesse de la lumière
  • 10:02 - 10:07
    sont appelées 'constantes fondamentales'. Sont-elles vraiment constantes?
  • 10:07 - 10:11
    Bien, quand je me suis intéressé à cette question, j'ai voulu savoir.
  • 10:11 - 10:15
    Elles sont énoncées dans les manuels de physique. Les manuels de
  • 10:15 - 10:20
    physique énumèrent les constantes fondamentales et donnent leur valeur. Mais je voulais
  • 10:20 - 10:24
    voir si elles avaient changé, alors je me suis procuré d'anciens manuels de physique.
  • 10:24 - 10:27
    Je me suis rendu à la Bibliothèque du Bureau des Brevets à Londres,
  • 10:27 - 10:33
    c'est le seul endroit qui conserve les anciens volumes, normalement les gens les jettent
  • 10:33 - 10:36
    Quand les nouvelles valeurs sont publiées, ils jettent les vieilles.
  • 10:36 - 10:42
    En cherchant, j'ai trouvé que la vitesse de la lumière avait diminué entre 1928 et 1945
  • 10:42 - 10:46
    d'à peu près 20 kilomètres seconde. C'est une baisse
  • 10:46 - 10:52
    énorme car elle était donnée avec la marge d'erreur de toutes fractions décimales.
  • 10:52 - 10:55
    Et pourtant, elle avait chuté partout dans le monde et ils
  • 10:55 - 11:00
    obtenaient tous des résultats similaires avec des marges d'erreurs négligeables,
  • 11:00 - 11:03
    et en 1948, elle remonte à nouveau,
  • 11:03 - 11:08
    et tout le monde obtient à nouveau des résultats similaires.
  • 11:08 - 11:12
    J'étais très intrigué et ne me l'expliquais pas,
  • 11:12 - 11:15
    j'ai alors été voir le directeur de la Métrologie,
  • 11:15 - 11:17
    au Laboratoire National de Physique, à Teddington.
  • 11:17 - 11:22
    La métrologie est la science qui mesure les constantes.
  • 11:22 - 11:24
    Et je l'ai questionné à ce sujet, et lui ai dit :
  • 11:24 - 11:29
    'Que pensez-vous de cette baisse de la vitesse de la lumière entre 1928 et 1945?
  • 11:29 - 11:32
    Et il m'a dit, 'Oh, vous avez découvert l'épisode
  • 11:32 - 11:39
    le plus embarrassant dans l'histoire des sciences.' J'ai dit 'la vitesse de la lumière
  • 11:39 - 11:43
    a-t-elle effectivement chuté, cela aurait, dans ce cas, des conséquences étonnantes.
  • 11:43 - 11:48
    Et il dit alors 'non, non, elle ne peut évidemment pas chuter, c'est une constante!'
  • 11:48 - 11:52
    Oh, bien, alors comment expliquez-vous que tout le monde trouvait
  • 11:52 - 11:57
    qu'elle allait plus lentement durant cette période? Est-ce parce qu'ils falsifiaient
  • 11:57 - 12:01
    les résultats pour obtenir ce qu'ils pensaient que les autres obtiendraient
  • 12:01 - 12:04
    et c'était entièrement le produit du mental des physiciens?
  • 12:04 - 12:08
    'Nous n'aimons pas utiliser le mot 'falsifier'.
  • 12:08 - 12:09
    Je lui demandais ce qu'il préférait
  • 12:09 - 12:16
    Il dit 'Je préfère l'appeler 'verrouillage de phase intellectuel'.
  • 12:16 - 12:28
    Bien, si ça se passait alors, comment pouvons-nous être sûr que ça
  • 12:28 - 12:30
    n'arrive pas de nos jours, et que les valeurs actuelles ne sont pas produites
  • 12:30 - 12:36
    par un 'verrouillage de phase intellectuel'? Et il dit, 'non, nous savons que ce n'est pas le cas.'
  • 12:36 - 12:37
    Comment le savons-nous?
  • 12:37 - 12:40
    Il dit 'et bien, nous avons résolu le problème'. J'ai demandé 'comment?'
  • 12:40 - 12:42
    Il a répondu 'et bien, nous avons arrêté par définition la vitesse de la lumière en 1972'
  • 12:42 - 12:44
    Donc elle peut encore changer.
  • 12:44 - 12:47
    Il dit, 'Oui mais nous ne le saurons pas car nous avons défini le mètre
  • 12:47 - 12:50
    en fonction de la vitesse de la lumière, ainsi les unités ont changé de concert.'
  • 12:50 - 12:57
    Il avait l'air très satisfait, ils avaient résolu le problème.
  • 12:57 - 13:02
    Mais je demandais alors 'Et qu'en est-il du Grand G?'
  • 13:02 - 13:04
    La constante gravitationnelle connue sous le nom de 'Grand G', avec un 'G' majuscule.
  • 13:04 - 13:09
    La constante de la gravitation universelle de Newton. Elle a varié de plus de 1.3%
  • 13:09 - 13:16
    ces dernières années. Et il semble qu'elle varie d'un endroit à un autre et de temps en temps
  • 13:16 - 13:22
    Il dit 'c'est vrai, il y a risque d'erreur' et malheureusement il y a des erreurs avec G.
  • 13:22 - 13:30
    Alors je dis, 'et si elle varie vraiment, peut-être varie-t-elle vraiment. Et alors
  • 13:30 - 13:34
    j'ai examiné la façon dont ils procèdent : ils font des mesures dans différents labos
  • 13:34 - 13:38
    ils obtiennent des valeurs différentes selon les jours, et ils font une moyenne.
  • 13:38 - 13:41
    Puis d'autres labos partout dans le monde font de même
  • 13:41 - 13:43
    et ils obtiennent en général une moyenne différente.
  • 13:43 - 13:47
    Le Comité International de Métrologie se réunit à peu près tous les 10 ans et établit
  • 13:47 - 13:52
    une moyenne de tous les résultats des labos du monde pour définir la valeur du Grand G
  • 13:52 - 13:57
    Mais qu'en est-il si 'G' en fait fluctue? S'il change?
  • 13:57 - 14:03
    Il y a déjà des éléments de preuve qu'il varie au cours de la journée et de l'année.
  • 14:03 - 14:07
    Qu'arrive-t-il si la Terre, en se déplaçant dans la galaxie, traverse des poches
  • 14:07 - 14:11
    de matière sombre ou si d'autres facteurs environnementaux viennent à l'affecter?
  • 14:11 - 14:16
    Peut-être changent-ils tous de concert. Et si ces erreurs montent et descendent ensemble?
  • 14:16 - 14:21
    Depuis plus de dix ans j'essaye de convaincre les métrologues d'examiner les données brutes
  • 14:21 - 14:25
    En fait, j'essaye maintenant de les convaincre de les mettre en ligne sur internet,
  • 14:25 - 14:29
    avec les dates et les mesures réelles, et voir si elles sont corrélées
  • 14:29 - 14:33
    voir si elles sont toutes en haut à un moment et toutes en bas à un autre.
  • 14:33 - 14:35
    Si c'est le cas, il se pourrait qu'elles fluctuent ensemble et ça nous dirait
  • 14:35 - 14:39
    quelque chose de très très intéressant. Mais personne ne l'a fait, ils ne l'ont pas fait
  • 14:39 - 14:44
    puisque 'G' est une constante. Aucune raison de chercher des changements.
  • 14:44 - 14:50
    Vous avez là un exemple tout bête de pré-supposé dogmatique qui inhibe la recherche.
  • 14:50 - 14:55
    Je pense que les constantes peuvent considérablement varier.
  • 14:55 - 14:58
    Dans des limites étroites, mais il se peut qu'elles varient toutes.
  • 14:58 - 15:02
    Et je pense qu'un jour les revues scientifiques, telle 'Nature', publieront
  • 15:02 - 15:06
    un cours hebdomadaire des constantes comme les cours de la bourse dans les journaux.
  • 15:06 - 15:10
    Cette semaine le Grand G était en légère hausse, la charge de l'électron était
  • 15:10 - 15:14
    en baisse, la vitesse de la lumière se stabilise, etc...
  • 15:14 - 15:24
    Ceci est un domaine, juste un domaine où je pense qu'une pensée moins dogmatique
  • 15:24 - 15:27
    pourrait ouvrir des horizons. Un des plus importants domaines concerne
  • 15:27 - 15:31
    la nature de l'esprit, c'est le plus grand problème non élucidé comme l'a dit Graham
  • 15:31 - 15:36
    La science n'arrive pas à gérer le fait que nous sommes conscients.
  • 15:36 - 15:42
    Et elle n'arrive pas à gérer le fait que nos pensées ne semblent pas être dans notre cerveau.
  • 15:42 - 15:47
    Nos expériences ne semblent pas être toutes dans notre cerveau.
  • 15:47 - 15:51
    Votre image de moi maintenant ne semble pas être à l'intérieur de votre cerveau.
  • 15:51 - 15:54
    Pourtant la ligne officielle est qu'il y a un petit Rupert quelque part
  • 15:54 - 15:57
    à l'intérieur de votre tête et toutes les autres choses dans cette
  • 15:57 - 16:01
    pièce sont dans votre tête. Vos expériences sont à l'intérieur de votre cerveau.
  • 16:01 - 16:05
    Je suggère en fait que la vue implique une projection extérieure des images,
  • 16:05 - 16:08
    ce que vous voyez est dans votre mental mais pas dans votre tête. Notre mental
  • 16:08 - 16:14
    s'étend au-delà de notre cerveau dans les plus simples actes de perception. Je pense
  • 16:14 - 16:17
    que nous projetons au dehors les images que nous voyons et ces images touchent
  • 16:17 - 16:22
    ce que nous regardons. Si je vous regarde par derrière et que vous ne savez pas
  • 16:22 - 16:26
    que je suis là, puis-je vous affecter? Pourriez-vous sentir mon regard?
  • 16:26 - 16:29
    Il y a beaucoup d'éléments prouvant que les gens le peuvent.
  • 16:29 - 16:32
    La sensation d'être observé est une expérience très commune.
  • 16:32 - 16:37
    Et les recherches expérimentales actuelles suggèrent que c'est bien réel.
  • 16:37 - 16:40
    Les animaux semblent avoir ce sens.
  • 16:40 - 16:43
    Je pense qu'il s'est développé dans la relation prédateur-proie.
  • 16:43 - 16:46
    Les proies qui sentent le regard du prédateur ont un plus grande chance de survie
  • 16:46 - 16:50
    que les autres. Ceci nous conduirait à une façon nouvelle de penser les relations
  • 16:50 - 16:56
    écologiques entre prédateurs et proies, et aussi les limites de notre mental.
  • 16:56 - 17:00
    Quand nous regardons les étoiles lointaines, je pense que notre mental s'étend
  • 17:00 - 17:06
    jusqu'à toucher ces étoiles et littéralement se prolonge sur des distances astronomiques.
  • 17:06 - 17:09
    Elles ne sont pas qu'à l'intérieur de notre tête.
  • 17:09 - 17:14
    C'est renversant que cela soit un sujet de discussion au 21°siècle.
  • 17:14 - 17:17
    Nous savons si peu de choses sur notre mental que décider où se trouvent les images
  • 17:17 - 17:21
    est un sujet d'actualité très débattu dans le cadre des recherches sur la conscience.
  • 17:21 - 17:28
    Je n'ai plus le temps de traiter ces dogmes mais chacun d'entre eux est contestable.
  • 17:28 - 17:31
    Si d'aucun les remet en question, de nouvelles formes de recherche
  • 17:31 - 17:36
    de nouvelles possibilités se dessineront. Et je pense qu'en mettant ces dogmes en question
  • 17:36 - 17:42
    qui depuis si longtemps empêchent la science d'avancer, la science connaitra un renouveau
  • 17:42 - 17:46
    une Renaissance Je suis un croyant convaincu en l'importance de la science.
  • 17:46 - 17:50
    J'ai consacré ma vie à la recherche scientifique, toute ma carrière.
  • 17:50 - 17:55
    Mais je crois qu'en dépassant ces dogmes, elle peut se régénérer.
  • 17:55 - 18:00
    Et à nouveau, ce sera intéressant et j'espère, porteur de vie.
  • 18:00 - 18:02
    Merci.
Title:
Rupert Sheldrake - 'L'Illusion de la Science' Conférence censurée par TED
Description:

Retéléchargé car TED ont censuré Rupert et retiré cette vidéo de leur chaine. Suivez ce lien pour accéder au communiqué de TED et à la réponse du Dr.Sheldrake : http://blog.ted.com/2013/03/14/open-for-discussion-graham-hancock-and-rupert-sheldrake/

more » « less
Video Language:
English
Duration:
18:20

French (Canada) subtitles

Revisions Compare revisions