Return to Video

Qu'est-ce que le sexting peut nous apprendre sur la vie privée ? | Amy Adele Hasinoff | TEDxMileHigh

  • 0:19 - 0:24
    Cela fait longtemps que les gens
    utilisent les médias pour parler de sexe :
  • 0:24 - 0:27
    les lettres d'amour,
    le téléphone rose, les Polaroids rapides.
  • 0:27 - 0:31
    Il a même l'histoire d'une fille
    qui s'est enfuie avec un homme
  • 0:31 - 0:35
    qu'elle avait rencontré
    par télégraphe en 1886.
  • 0:35 - 0:37
    (Rires)
  • 0:37 - 0:39
    Aujourd'hui, nous avons le sexting
  • 0:39 - 0:42
    et je suis experte en sexting.
  • 0:42 - 0:44
    Pas une experte sexteuse,
  • 0:44 - 0:45
    (Rires)
  • 0:45 - 0:48
    Bien que je sache ce que cela signifie --
  • 0:48 - 0:49
    et je pense que vous aussi.
  • 0:49 - 0:50
    [C'est un pénis]
  • 0:50 - 0:52
    (Rires)
  • 0:52 - 0:54
    J'étudie le sexting
  • 0:54 - 0:59
    depuis qu'il a attiré
    l'attention des médias en 2008.
  • 0:59 - 1:02
    J'ai écrit un livre
    sur la panique morale liée au sexting.
  • 1:02 - 1:03
    Voici ce que j'ai découvert :
  • 1:03 - 1:06
    la plupart des gens ne s'inquiètent pas
    pour la bonne raison.
  • 1:06 - 1:11
    Ils veulent empêcher
    que le sexting se produise.
  • 1:11 - 1:12
    Laissez-moi vous demander ceci :
  • 1:12 - 1:17
    tant que c'est entièrement consensuel,
    quel est le problème du sexting ?
  • 1:17 - 1:21
    Les gens apprécient plein de choses
    que vous n'appréciez peut-être pas,
  • 1:21 - 1:24
    comme le bleu ou la coriandre.
  • 1:24 - 1:27
    (Rires)
  • 1:27 - 1:31
    Le sexting est risqué,
    comme toute chose amusante,
  • 1:31 - 1:32
    mais...
  • 1:32 - 1:33
    (Rires)
  • 1:33 - 1:37
    tant que vous n'envoyez pas une image
    à quelqu'un ne voulant pas la recevoir,
  • 1:37 - 1:39
    aucun mal n'est fait.
  • 1:39 - 1:42
    Ce qui, à mon avis,
    est un sérieux problème
  • 1:42 - 1:45
    est lorsque les gens partagent
    des images privées d'autres
  • 1:45 - 1:47
    sans leur permission.
  • 1:47 - 1:50
    Au lieu de nous inquiéter du sexting,
  • 1:50 - 1:55
    nous devrions réfléchir
    à une meilleure vie privée numérique.
  • 1:55 - 1:57
    La clé, c'est le consentement.
  • 1:58 - 2:01
    Actuellement, la plupart des gens
    pensent au sexting
  • 2:01 - 2:04
    sans vraiment penser au consentement.
  • 2:04 - 2:08
    Saviez-vous que nous criminalisons
    les adolescents qui sextent ?
  • 2:09 - 2:13
    Cela peut être un crime
    car c'est de la pornographie infantile,
  • 2:13 - 2:16
    s'il y a une image
    de quelqu'un de moins de 18 ans,
  • 2:16 - 2:19
    peu importe qu'il ait pris
    cette image lui-même
  • 2:19 - 2:22
    et qu'il la partage de son plein gré.
  • 2:22 - 2:25
    Nous finissons
    dans une situation légale bizarre
  • 2:25 - 2:28
    où deux ados de 17 ans
    peuvent légalement coucher ensemble
  • 2:28 - 2:29
    dans la majorité des États américains
  • 2:29 - 2:31
    mais ils ne peuvent pas prendre de photo.
  • 2:33 - 2:37
    Certains États ont également essayé
    de faire passer des lois sur le sexting
  • 2:37 - 2:40
    mais ces lois répètent le même problème
  • 2:40 - 2:44
    car elles rendent
    le sexting consensuel illégal.
  • 2:44 - 2:48
    Cela n'a pas de sens
    d'essayer d'interdire le sexting
  • 2:48 - 2:50
    pour régler le problème
    des violations de la vie privée.
  • 2:50 - 2:55
    C'est comme essayer de régler
    le problème des viols lors d'un rencard
  • 2:55 - 2:58
    en interdisant totalement les rencards.
  • 2:59 - 3:02
    La plupart des adolescents
    ne sont pas arrêtés pour avoir sexté,
  • 3:02 - 3:04
    mais devinez qui se fait arrêter ?
  • 3:04 - 3:09
    Ce sont souvent les adolescents que les
    parents de leur partenaire n'aiment pas.
  • 3:09 - 3:15
    Cela peut être dû à des préjugés
    de classe, du racisme ou de l'homophobie.
  • 3:15 - 3:18
    Bien sûr, la plupart des procureurs
    sont assez intelligents
  • 3:18 - 3:21
    pour ne pas utiliser de charges
    de pornographie infantile
  • 3:21 - 3:24
    envers des adolescents,
    mais certains le font.
  • 3:24 - 3:27
    Selon des chercheurs
    de l'université du New Hampshire,
  • 3:27 - 3:31
    7% des arrestations pour possession
    de pornographie infantile
  • 3:31 - 3:33
    sont effectuées sur des adolescents
  • 3:33 - 3:36
    qui sextent avec d'autres adolescents
    de façon consensuelle.
  • 3:37 - 3:40
    La pornographie infantile
    est un crime grave
  • 3:40 - 3:44
    mais ce n'est pas la même chose
    que du sexting d'adolescents.
  • 3:45 - 3:48
    Les parents et éducateurs
    répondent également au sexting
  • 3:48 - 3:51
    sans trop réfléchir au consentement.
  • 3:51 - 3:56
    Leur message aux adolescents
    est souvent de ne pas le faire.
  • 3:56 - 3:58
    Je comprends totalement --
  • 3:58 - 4:00
    il y a des risques légaux importants
  • 4:00 - 4:03
    et, bien sûr, ce potentiel
    de violation de la vie privée.
  • 4:03 - 4:05
    Vous avez été adolescents,
  • 4:05 - 4:08
    je suis certaine que vous faisiez
    exactement ce que l'on vous disait.
  • 4:09 - 4:13
    Vous pensez probablement
    que votre enfant ne sextera jamais.
  • 4:13 - 4:16
    C'est vrai, votre petit ange
    ne sexte peut-être pas
  • 4:16 - 4:22
    car seulement 33%
    des jeunes de 16 ou 17 ans sextent.
  • 4:23 - 4:25
    Mais, désolée, quand ils seront plus âgés,
  • 4:25 - 4:28
    il y a des chances qu'ils sextent.
  • 4:28 - 4:34
    Toutes les études que j'ai vues évaluent
    le taux à plus de 50% pour les 18-24 ans.
  • 4:35 - 4:38
    La plupart du temps, rien ne tourne mal.
  • 4:38 - 4:41
    Les gens me demandent souvent
  • 4:41 - 4:44
    si le sexting n'est pas dangereux.
  • 4:44 - 4:47
    Vous ne laisseriez pas
    votre portefeuille sur un banc,
  • 4:47 - 4:51
    vous vous attendez
    à ce qu'il soit volé si vous faites cela.
  • 4:51 - 4:53
    Voici comment il faut le voir :
  • 4:53 - 4:57
    sexter, c'est comme laisser
    votre portefeuille chez votre petit ami.
  • 4:57 - 5:01
    Si vous revenez le jour suivant
    et que tout l'argent a disparu,
  • 5:01 - 5:04
    vous devez vraiment larguer ce mec.
  • 5:04 - 5:06
    (Rires)
  • 5:08 - 5:10
    Alors, au lieu de criminaliser le sexting
  • 5:10 - 5:13
    pour essayer d'empêcher
    ces violations de la vie privée,
  • 5:13 - 5:16
    nous devrions plutôt
    rendre le consentement central
  • 5:16 - 5:20
    dans notre réflexion sur la circulation
    de nos informations privées.
  • 5:21 - 5:23
    Toute nouvelle technologie de médias
  • 5:23 - 5:25
    soulève des préoccupations
    sur la vie privée.
  • 5:25 - 5:30
    En fait, aux États-Unis, les premiers
    débats majeurs sur la vie privée
  • 5:30 - 5:34
    étaient en réponse à une technologie
    relativement nouvelle à l'époque :
  • 5:34 - 5:38
    à la fin du XIXe siècle, les gens
    s'inquiétaient des appareils photo,
  • 5:38 - 5:42
    soudain beaucoup plus portables
    qu'auparavant,
  • 5:42 - 5:44
    et de la rubrique de ragots
    dans les journaux.
  • 5:44 - 5:48
    Ils avaient peur que l'appareil photo
    capture des informations sur eux,
  • 5:48 - 5:52
    les sortent de leur contexte
    et les diffusent.
  • 5:52 - 5:53
    Cela semble-t-il familier ?
  • 5:53 - 5:58
    Nous avons peur de la même chose
    avec les médias sociaux, les drones
  • 5:58 - 6:00
    et, bien sûr, le sexting.
  • 6:00 - 6:04
    Ces peurs liées à la technologie
    sont sensées
  • 6:04 - 6:06
    car les technologies peuvent amplifier
  • 6:06 - 6:10
    et faire ressortir
    nos pires qualités et comportements.
  • 6:11 - 6:13
    Mais il y a des solutions.
  • 6:13 - 6:17
    Nous avons déjà connu
    une nouvelle technologie dangereuse.
  • 6:17 - 6:21
    En 1908, Ford a introduit la Fort T.
  • 6:21 - 6:25
    Le nombre de morts sur la route
    était en augmentation.
  • 6:25 - 6:27
    C'était un sérieux problème --
    cela semblait si sûr.
  • 6:27 - 6:28
    (Rires)
  • 6:29 - 6:33
    Nous avons d'abord essayé de changer
    le comportement des conducteurs,
  • 6:33 - 6:37
    développant des limites de vitesse
    et les imposant via des amendes.
  • 6:37 - 6:41
    Mais au cours des décennies suivantes,
    nous avons réalisé
  • 6:41 - 6:45
    que la technologie
    de la voiture n'était pas neutre.
  • 6:45 - 6:48
    Nous pouvions concevoir la voiture
    pour la rendre plus sûre.
  • 6:48 - 6:51
    Dans les années 20, nous avons ajouté
    des pare-brises résistant aux chocs.
  • 6:51 - 6:54
    Dans les années 50,
    des ceintures de sécurité.
  • 6:54 - 6:57
    Dans les années 90, des airbags.
  • 6:58 - 7:03
    Ces trois secteurs :
    la loi, les individus et l'industrie
  • 7:03 - 7:06
    se sont réunis avec le temps
  • 7:06 - 7:09
    pour aider à résoudre le problème
    qu'une nouvelle technologie cause.
  • 7:09 - 7:13
    Nous pouvons en faire de même
    avec la vie privée numérique.
  • 7:13 - 7:16
    Bien sûr, on en revient au consentement.
  • 7:16 - 7:18
    Voici l'idée :
  • 7:18 - 7:21
    avant que quiconque puisse distribuer
    vos informations privées,
  • 7:21 - 7:24
    il devrait avoir votre permission.
  • 7:24 - 7:29
    Cette idée de consentement affirmatif
    vient des activistes anti-viol
  • 7:29 - 7:33
    qui nous disent qu'il nous faut
    un consentement pour tout acte sexuel.
  • 7:33 - 7:36
    Nous avons des standards élevés
    en matière de consentement
  • 7:36 - 7:37
    dans beaucoup d'autres domaines.
  • 7:37 - 7:39
    Pensez à la chirurgie.
  • 7:39 - 7:41
    Votre médecin doit s'assurer
  • 7:41 - 7:45
    que vous consentez sciemment
    et volontairement à une procédure.
  • 7:45 - 7:49
    Ce n'est pas le même consentement
    que pour les conditions générales d'iTunes
  • 7:49 - 7:53
    où vous faites tout défiler jusqu'en bas
    et vous acceptez, sans y prêter attention.
  • 7:53 - 7:54
    (Rires)
  • 7:55 - 7:58
    En réfléchissant plus au consentement,
  • 7:58 - 8:00
    nous pouvons avoir de meilleures lois
    sur la vie privée.
  • 8:00 - 8:04
    Actuellement, nous n'avons pas
    beaucoup de protections.
  • 8:04 - 8:07
    Si votre ex-mari ou ex-femme
    est quelqu'un d'horrible,
  • 8:07 - 8:12
    ils peuvent prendre vos photos nues
    et les mettre sur un site pornographique.
  • 8:12 - 8:15
    Il peut être très difficile
    de faire enlever ces images.
  • 8:15 - 8:16
    Dans beaucoup d'États,
  • 8:16 - 8:20
    vous vous en tirez mieux
    si vous avez pris ces photos vous-mêmes
  • 8:20 - 8:23
    car vous pouvez revendiquer
    des droits d'auteur.
  • 8:23 - 8:25
    (Rires)
  • 8:25 - 8:28
    Actuellement, si quelqu'un
    viole votre vie privée,
  • 8:28 - 8:33
    que ce soit un individu,
    une entreprise ou la NSA,
  • 8:33 - 8:38
    vous pouvez essayer d'intenter un procès
    mais cela pourrait échouer
  • 8:38 - 8:40
    car beaucoup de tribunaux considèrent
  • 8:40 - 8:43
    que la vie privée numérique
    est simplement impossible.
  • 8:43 - 8:47
    Ils ne veulent donc pas
    punir quiconque pour l'avoir violée.
  • 8:47 - 8:50
    J'entends encore souvent
    des gens me demander
  • 8:50 - 8:55
    si une image numérique n'est pas
    à la limite entre privé et public
  • 8:55 - 8:58
    car c'est du numérique.
  • 8:58 - 8:59
    Non ! Non !
  • 8:59 - 9:02
    Tout ce qui est numérique
    n'est pas automatiquement public.
  • 9:02 - 9:04
    Cela n'a aucun sens.
  • 9:04 - 9:08
    En tant que spécialiste du droit à NYU,
    Helen Nissenbaum nous dit
  • 9:08 - 9:10
    que nous avons des lois,
    réglementations et normes
  • 9:10 - 9:13
    qui protègent tous types
    d'informations privées
  • 9:13 - 9:17
    et le fait qu'elles soient
    numériques ou non ne change rien.
  • 9:17 - 9:20
    Vos archives de santé sont digitalisées
  • 9:20 - 9:23
    mais votre médecin ne peut pas
    les partager avec n'importe qui.
  • 9:23 - 9:27
    Vos informations financières
    sont dans des bases de données numériques
  • 9:27 - 9:29
    mais votre société de carte de crédit
  • 9:29 - 9:31
    ne peut pas publier
    votre historique d'achats.
  • 9:33 - 9:37
    De meilleures lois pourraient aider
    à gérer les violations de la vie privée
  • 9:37 - 9:38
    après qu'elles se sont produites,
  • 9:38 - 9:43
    mais il est plus facile de faire
    des changements personnels
  • 9:43 - 9:46
    pour aider à protéger
    la vie privée de tous.
  • 9:46 - 9:51
    On dit que la vie privée relève seulement
    de notre responsabilité individuelle.
  • 9:51 - 9:54
    On nous dit de constamment
    surveiller et mettre à jour
  • 9:54 - 9:55
    nos paramètres de confidentialité.
  • 9:55 - 9:59
    On nous dit de ne jamais partager
    ce que nous ne voudrions pas
  • 9:59 - 10:01
    que le monde entier voit.
  • 10:01 - 10:03
    Cela n'a aucun sens.
  • 10:03 - 10:06
    Les médias numériques
    sont des environnements sociaux
  • 10:06 - 10:07
    et nous partageons des choses
  • 10:07 - 10:11
    avec des gens à qui nous faisons confiance
    toute la journée, tous les jours.
  • 10:11 - 10:14
    Comme le soutient Janet Vertesi,
    chercheuse à Princeton,
  • 10:14 - 10:18
    nos données et notre vie privée
    ne sont pas seulement personnelles,
  • 10:18 - 10:20
    elles sont interpersonnelles.
  • 10:20 - 10:23
    Une chose très facile
    que vous pouvez faire
  • 10:23 - 10:26
    est de demander la permission
  • 10:26 - 10:29
    avant de partager les informations
    de quelqu'un d'autre.
  • 10:29 - 10:32
    Si vous voulez poster une photo
    de quelqu'un en ligne,
  • 10:32 - 10:33
    demandez la permission.
  • 10:33 - 10:36
    Si vous voulez faire suivre
    un fil de discussion,
  • 10:36 - 10:37
    demandez la permission.
  • 10:37 - 10:40
    Si vous voulez partager
    le selfie nu de quelqu'un,
  • 10:40 - 10:42
    évidemment, demandez la permission.
  • 10:43 - 10:47
    Ces changements individuels
    peuvent nous aider à protéger
  • 10:47 - 10:48
    la vie privée de tous
  • 10:48 - 10:52
    mais il faut également que les entreprises
    technologiques participent.
  • 10:52 - 10:57
    Ces entreprises ont peu de raisons
    d'aider à protéger notre vie privée
  • 10:57 - 11:00
    car leurs modèles commerciaux
    nécessitent que nous partageons tout
  • 11:00 - 11:03
    avec autant de gens que possible.
  • 11:03 - 11:05
    Si je vous envoie une image,
  • 11:05 - 11:08
    vous pouvez la transférer
    à qui vous voulez.
  • 11:08 - 11:12
    Et si je pouvais décider si cette image
    est transférable ou non ?
  • 11:12 - 11:16
    Cela vous indiquerait que vous n'avez pas
    ma permission de partager cette image.
  • 11:16 - 11:21
    Nous faisons souvent ce genre de choses
    pour protéger le droit d'auteur.
  • 11:21 - 11:25
    Si vous achetez un e-book, impossible
    de le transférer à plein de personnes.
  • 11:25 - 11:28
    Pourquoi ne pas essayer cela
    avec les téléphones ?
  • 11:29 - 11:34
    Nous pouvons exiger que ces entreprises
    technologiques ajoutent ces protections
  • 11:34 - 11:38
    par défaut à nos appareils et plateformes.
  • 11:38 - 11:41
    Après tout, vous pouvez
    choisir la couleur de votre voiture
  • 11:41 - 11:44
    mais les airbags sont un standard.
  • 11:45 - 11:47
    Si nous ne réfléchissons pas plus
  • 11:47 - 11:49
    à la vie privée numérique
    et au consentement,
  • 11:49 - 11:52
    cela pourrait avoir
    des conséquences graves.
  • 11:53 - 11:55
    Une adolescente en Ohio --
  • 11:55 - 11:59
    appelons-la Jennifer,
    pour protéger sa vie privée.
  • 11:59 - 12:02
    Elle a partagé des photos nues d'elles
    avec son petit ami au lycée
  • 12:02 - 12:04
    en pensant pouvoir lui faire confiance.
  • 12:05 - 12:10
    Malheureusement, il l'a trahie
    et a envoyé ses photos à toute l'école.
  • 12:10 - 12:14
    Jennifer était gênée et humiliée
  • 12:14 - 12:18
    mais, au lieu de montrer de la compassion,
    ses camarades l'ont harcelée.
  • 12:18 - 12:23
    Ils l'ont traitée de « pute », « salope »
    et ont fait de sa vie un enfer.
  • 12:23 - 12:27
    Jennifer a arrêté d'aller en cours
    et ses notes ont chuté.
  • 12:27 - 12:31
    Finalement, Jennifer a décidé
    de mettre fin à sa propre vie.
  • 12:32 - 12:35
    Jennifer n'a rien fait de mal.
  • 12:35 - 12:37
    Elle n'a fait que partager une photo nue
  • 12:37 - 12:40
    avec quelqu'un en qui elle pensait
    pouvoir avoir confiance.
  • 12:40 - 12:43
    Pourtant nos lois lui disent
  • 12:43 - 12:47
    qu'elle a commis un crime horrible
    équivalent à la pornographie infantile.
  • 12:47 - 12:49
    Nos normes sur le genre lui disent
  • 12:49 - 12:52
    qu'en produisant
    cette image nue d'elle-même,
  • 12:52 - 12:56
    elle a fait la chose la plus horrible,
    honteuse possible.
  • 12:56 - 12:57
    Quand nous considérons
  • 12:57 - 13:00
    que la vie privée est impossible
    dans les médias numériques,
  • 13:00 - 13:06
    nous ignorons et excusons le très mauvais
    comportement de son copain.
  • 13:06 - 13:12
    Constamment, les gens disent aux victimes
    de violations de la vie privée :
  • 13:12 - 13:14
    « A quoi pensais-tu ?
  • 13:14 - 13:16
    Tu n'aurais jamais dû
    envoyer cette image. »
  • 13:17 - 13:22
    Si vous cherchez
    quoi dire à la place, essayez ceci.
  • 13:22 - 13:25
    Imaginez tomber sur votre ami
    qui s'est cassé la jambe au ski.
  • 13:25 - 13:28
    Il a pris le risque de faire
    quelque chose d'amusant,
  • 13:28 - 13:30
    cela a mal fini.
  • 13:30 - 13:33
    Vous n'allez probablement pas
    être l'abruti qui dit :
  • 13:33 - 13:36
    « Tu n'aurais pas dû aller skier. »
  • 13:37 - 13:40
    Si nous réfléchissons plus
    au consentement,
  • 13:40 - 13:43
    nous verrons que les victimes
    des violations de la vie privée
  • 13:43 - 13:45
    méritent notre compassion,
  • 13:45 - 13:50
    pas la criminalisation, la honte,
    le harcèlement ou le châtiment.
  • 13:50 - 13:52
    Nous pouvons soutenir les victimes
  • 13:52 - 13:54
    et aider à empêcher
    certaines violations de la vie privée
  • 13:54 - 13:59
    à travers ces changements légaux,
    individuels et technologiques.
  • 13:59 - 14:05
    Ce n'est pas un problème de sexting,
    c'est un problème de vie privée numérique.
  • 14:05 - 14:08
    Une solution est le consentement.
  • 14:08 - 14:13
    La prochaine fois que nous verrons
    une victime de violation de la vie privée,
  • 14:13 - 14:15
    au lieu de lui faire des reproches,
    faisons plutôt ceci :
  • 14:15 - 14:19
    changeons nos idées
    de la vie privée numérique
  • 14:19 - 14:22
    et répondons avec compassion.
  • 14:22 - 14:23
    Merci.
  • 14:23 - 14:25
    (Applaudissements)
Title:
Qu'est-ce que le sexting peut nous apprendre sur la vie privée ? | Amy Adele Hasinoff | TEDxMileHigh
Description:

Cette présentation a été faite lors d'un événement TEDx local, produit indépendamment des conférences TED.

Avec chaque nouvelle technologie, nous devons adapter nos préoccupations sur la vie privée. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de débats sociaux et légaux sur le sexting, en particulier parmi les adolescents. Joignez-vous à la chercheuse Amy Adele Hasinoff alors qu'elle pose cette question : le sexting est-il vraiment le problème ou nous concentrons-nous sur la mauvaise chose ?

Amy Adelle étudie les médias et la culture pour examiner comment nous interagissons avec la vague de nouveaux médias et comment cela affecte notre façon de développer, utiliser et réguler les technologies de communication. Elle est l'auteur de « Sexting Panic » où elle considère les réponses bien intentionnées mais problématiques envers le sexting des médias de masse, de la loi et de l'éducation. Sa recherche est apparue dans des journaux tels que « New Media & Society », « Critical Studies in Media Communication » et « Feminist Media Studies ». Amy est aussi professeure assistante au département de la communication à l'université de Colorado Denver.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
14:46

French subtitles

Revisions