Return to Video

L'Afrique est un géant endormi que j'essaie de réveiller

  • 0:01 - 0:02
    Salut tout le monde.
  • 0:02 - 0:05
    Je n'y crois pas, je parle à TED.
  • 0:05 - 0:07
    C'est énorme.
  • 0:07 - 0:08
    Car en ce moment,
  • 0:08 - 0:10
    tout le monde dans mon village me regarde.
  • 0:10 - 0:13
    Et donc, évidemment,
    ma dot vient d'augmenter.
  • 0:13 - 0:15
    Je m'appelle Adeola Fayehun.
  • 0:15 - 0:16
    Je viens du Nigeria.
  • 0:16 - 0:17
    Je vis aux États-Unis.
  • 0:17 - 0:20
    Je suis journaliste, humoriste
  • 0:20 - 0:21
    ou satiriste,
  • 0:21 - 0:23
    tout ce que voulez, vraiment.
  • 0:23 - 0:25
    Je suis toutes les femmes,
    elles sont toutes en moi.
  • 0:25 - 0:29
    J'anime une émission sur YouTube
    « Keeping It Real avec Adeola ».
  • 0:30 - 0:35
    Cette émission est une manière
    douce, respectueuse et très directe
  • 0:35 - 0:37
    de dénoncer les dirigeants
    africains corrompus.
  • 0:37 - 0:40
    (Vidéo) Muhammadu Buhari :
    Je ne connais pas le parti de ma femme,
  • 0:40 - 0:42
    je sais qu'elle est dans ma cuisine.
  • 0:42 - 0:44
    Adeola Fayehun : Oh mon Dieu !
  • 0:44 - 0:45
    J'ai besoin d'eau –
  • 0:45 - 0:47
    j'ai dit que j'avais besoin d'eau.
  • 0:49 - 0:50
    Vous voyez ?
  • 0:50 - 0:52
    En gros, je fais réellement comme eux.
  • 0:52 - 0:55
    Surtout quand ils font des bêtises,
    ce qui arrive souvent.
  • 0:55 - 0:58
    Si un fonctionnaire africain
    me regarde, en fait,
  • 0:58 - 1:00
    je ne parle pas de vous, monsieur.
  • 1:00 - 1:03
    Mais je parle de vos collègues.
  • 1:03 - 1:07
    Je le fais car l'Afrique
    a tout pour être formidable.
  • 1:07 - 1:09
    J'ai grandi convaincue
  • 1:09 - 1:12
    que l'Afrique est un géant
    en tant que continent.
  • 1:12 - 1:14
    Nous avons les compétences,
    les intellectuels,
  • 1:14 - 1:18
    plus de ressources naturelles
    qu'aucun autre continent.
  • 1:18 - 1:22
    L'Afrique fournit 31 %
    de la production mondiale d'or,
  • 1:22 - 1:24
    du manganèse et de l'uranium,
  • 1:24 - 1:27
    57 % de la production mondiale de diamants
  • 1:27 - 1:29
    et 13 % de la production
    mondiale de pétrole.
  • 1:29 - 1:32
    Nous n'avons pas de raison
    de dépendre de l'aide
  • 1:32 - 1:36
    ou d'emprunter de l'argent
    à la Chine ou à la Banque mondiale.
  • 1:36 - 1:37
    Mais sans bons dirigeants,
  • 1:37 - 1:42
    nous sommes comme un aigle
    qui n'imagine pas qu'il peut voler
  • 1:42 - 1:43
    et encore moins s'envoler.
  • 1:43 - 1:46
    L'Afrique est comme un géant endormi.
  • 1:46 - 1:49
    En vérité, j'essaie de réveiller ce géant
  • 1:49 - 1:51
    et pour ça, je lave
    en public le linge sale
  • 1:51 - 1:53
    des personnes responsables de ce géant.
  • 1:53 - 1:56
    Nos politiciens, nos dirigeants religieux,
  • 1:56 - 1:58
    avec beaucoup de respect, bien sûr,
  • 1:58 - 2:01
    parce que plus que tout,
  • 2:01 - 2:04
    les dirigeants africains
    aiment être respectés.
  • 2:04 - 2:06
    Donc je leur en donne en grandes doses.
  • 2:06 - 2:08
    Dans mon émission,
  • 2:08 - 2:09
    je m'agenouille devant eux – ah ! –
  • 2:09 - 2:12
    je les appelle mes oncles, mes tantes,
  • 2:12 - 2:14
    mes pères devant le Seigneur,
  • 2:14 - 2:15
    et puis –
  • 2:15 - 2:19
    je les insulte pour avoir insulté
    notre intelligence.
  • 2:19 - 2:21
    Et parce que nous sommes las
  • 2:21 - 2:24
    de l'hypocrisie et des fausses promesses.
  • 2:24 - 2:26
    Par exemple,
  • 2:26 - 2:29
    le président du Nigeria s'est engagé
    à mettre fin au tourisme médical
  • 2:29 - 2:32
    en réparant nos hôpitaux délabrés
  • 2:32 - 2:34
    et à en construire de nouveaux.
  • 2:34 - 2:36
    Mais qu'a-t-il fait ?
  • 2:36 - 2:41
    Il a passé trois mois
    à se faire soigner à Londres en 2017.
  • 2:41 - 2:44
    Nous avons été sans président
    pendant trois mois.
  • 2:44 - 2:46
    Pas de président pendant trois mois.
  • 2:46 - 2:49
    C'est donc mon rôle
    d'interpeler le président,
  • 2:49 - 2:50
    avec respect, bien sûr.
  • 2:50 - 2:54
    J'ai dit : « M. le Président,
    c'est votre amie, Adeola.
  • 2:54 - 2:56
    Je vais bien, comment allez-vous ?
  • 2:56 - 2:57
    Vous n'avez pas honte. »
  • 2:57 - 2:59
    J'ai oublié « Monsieur ».
  • 2:59 - 3:01
    « Monsieur, vous n'avez pas honte.
  • 3:01 - 3:03
    (En yorouba : Vous ne craignez pas Dieu.)
  • 3:03 - 3:04
    Vous ne craignez pas Dieu. »
  • 3:04 - 3:09
    35 000 médecins nigérians
    travaillent aux États-Unis,
  • 3:09 - 3:10
    au Royaume-Uni et au Canada,
  • 3:10 - 3:12
    où ils font des choses formidables,
  • 3:12 - 3:15
    car, au Nigeria,
    ils ne sont pas bien payés
  • 3:15 - 3:17
    et n'ont pas non plus
    l'équipement nécessaire
  • 3:17 - 3:20
    pour faire leur travail de médecin.
  • 3:20 - 3:24
    C'est ce qui se produit
    dans beaucoup de pays africains.
  • 3:24 - 3:26
    Nous avons la capacité de voler.
  • 3:26 - 3:31
    Mais hélas, beaucoup de talents africains
    s'envolent directement d'Afrique
  • 3:31 - 3:33
    vers d'autres continents.
  • 3:33 - 3:34
    Par exemple,
  • 3:34 - 3:37
    ce médecin nigérian a opéré un fœtus
  • 3:37 - 3:39
    au Texas.
  • 3:39 - 3:40
    Cet autre médecin nigérian
  • 3:40 - 3:45
    a découvert les effets neurologiques de
    la commotion cérébrale sur les athlètes.
  • 3:45 - 3:48
    Et beaucoup de pays
    ont des athlètes africains
  • 3:48 - 3:51
    qui gagnent des médailles d'or pour eux.
  • 3:51 - 3:52
    Ce qui est intéressant,
  • 3:52 - 3:55
    c'est que nous attendons
    que Dieu redresse l'Afrique.
  • 3:55 - 3:58
    Pour de vrai, ce n'est pas une blague,
    nous attendons Dieu.
  • 3:58 - 4:00
    Regardez le président du Burundi.
  • 4:00 - 4:02
    Il emprisonne des journalistes
    et des opposants,
  • 4:02 - 4:05
    mais il a instauré
    une journée nationale de prière
  • 4:05 - 4:08
    afin que les gens prient
    pour que Dieu redresse le pays.
  • 4:08 - 4:11
    Et je me dis, ce n'est pas à lui
    de redresser le pays ?
  • 4:11 - 4:13
    Oh, non, non, non, non, non.
  • 4:13 - 4:15
    On veut que Dieu le redresse.
  • 4:15 - 4:17
    Vous voyez ce à quoi j'ai affaire ?
  • 4:17 - 4:19
    Je vous le dis,
  • 4:19 - 4:22
    la foudre est prête
    à s'abattre sur ces politiciens un jour.
  • 4:22 - 4:24
    Nous sommes meilleurs que ça.
  • 4:24 - 4:28
    Je veux que nos dirigeants commencent
    à prendre leurs responsabilités
  • 4:28 - 4:32
    et à arrêter de mettre tout sur Dieu.
  • 4:32 - 4:34
    Dieu nous a donné tout le nécessaire.
  • 4:34 - 4:37
    Tout est là, utilisons-le.
  • 4:37 - 4:40
    Mais surtout, ce que je préfère
    dans mon travail,
  • 4:40 - 4:43
    c'est de montrer des Africains
    qui font un boulot incroyable,
  • 4:43 - 4:45
    des gens ordinaires qui changent des vies.
  • 4:45 - 4:48
    Comme cette Kényane, Wangari Maathai,
  • 4:48 - 4:52
    la première femme africaine
    à recevoir le prix Nobel de la paix,
  • 4:52 - 4:53
    pour avoir défendu les droits de l'Homme
  • 4:53 - 4:56
    et planté des millions d'arbres.
  • 4:56 - 4:58
    Également, cette Zimbabwéenne,
  • 4:58 - 4:59
    le docteur Tererai Trent,
  • 4:59 - 5:02
    mariée à l'âge de 14 ans
  • 5:02 - 5:04
    en échange d'une vache.
  • 5:04 - 5:07
    Pourtant, cette femme a appris à lire
    et à écrire par elle-même
  • 5:07 - 5:09
    et elle a fini par faire
    l'émission d'Oprah.
  • 5:09 - 5:13
    Oh, Seigneur, je veux
    passer chez Oprah un jour.
  • 5:13 - 5:15
    Aujourd'hui, cette femme
    construit des écoles
  • 5:15 - 5:18
    pour des milliers d'enfants au Zimbabwe.
  • 5:18 - 5:22
    Le célèbre architecte britannique
    David Adjaye a construit
  • 5:22 - 5:24
    des bâtiments spectaculaires
    partout dans le monde.
  • 5:24 - 5:27
    Et il est moitié ghanéen,
    moitié tanzanien,
  • 5:27 - 5:31
    donc nous savons que probablement
    le riz jollof ghanéen,
  • 5:31 - 5:33
    qu'il a mangé,
  • 5:33 - 5:35
    lui a donné l'inspiration pour dessiner.
  • 5:35 - 5:37
    Peut-être que c'est
    le riz jollof nigérian,
  • 5:37 - 5:38
    car il est meilleur.
  • 5:38 - 5:41
    Bref, c'est ce qui lui a donné
    l'inspiration pour devenir
  • 5:41 - 5:43
    le grand homme qu'il est aujourd'hui.
  • 5:43 - 5:45
    Et tant que j'ai votre attention,
  • 5:45 - 5:46
    j'ai une chose de plus à dire,
  • 5:46 - 5:47
    veuillez vous rapprocher.
  • 5:47 - 5:50
    D'accord, c'est bon, pas trop près.
  • 5:50 - 5:53
    Je n'aime pas comment
    certains d'entre vous décrivent l'Afrique.
  • 5:53 - 5:55
    Pas vous tous, juste quelques-uns.
  • 5:55 - 5:56
    Vous en particulier.
  • 5:56 - 5:59
    Tout d'abord, ce n'est pas un pays,
    c'est un continent.
  • 5:59 - 6:01
    Je ne connais pas Paul d'Ouganda.
  • 6:01 - 6:04
    Je ne connais pas Rebecca du Zimbabwe.
  • 6:04 - 6:06
    Le Nigeria est aussi loin du Zimbabwe
  • 6:06 - 6:08
    que New York de la France.
  • 6:08 - 6:11
    Et ce ne sont pas des gens tous nus
    nécessitant l'aide occidentale.
  • 6:11 - 6:13
    Vous avez tout faux.
  • 6:13 - 6:15
    Les lions ne rugissent pas dans nos rues.
  • 6:15 - 6:17
    Et je pourrais continuer,
  • 6:17 - 6:19
    mais vous voyez déjà de quoi je parle.
  • 6:19 - 6:20
    Alors, quand je fais mon boulot
  • 6:20 - 6:22
    pour réveiller l'Afrique,
    le géant endormi,
  • 6:22 - 6:26
    afin qu'il prenne la place
    qui lui revient sur la scène mondiale,
  • 6:26 - 6:27
    vous pouvez aussi faire votre part.
  • 6:27 - 6:30
    Soyez davantage à l'écoute.
  • 6:30 - 6:32
    Écoutez vos amis africains
  • 6:32 - 6:34
    sans idée préconçue
  • 6:34 - 6:37
    de ce que vous pensez qu'ils vont dire.
  • 6:37 - 6:39
    Lisez des auteurs africains.
  • 6:39 - 6:41
    Oh mon Dieu, regardez des films africains.
  • 6:41 - 6:42
    Ou tout au moins,
  • 6:42 - 6:46
    apprenez certains des noms
    de nos 54 magnifiques pays.
  • 6:46 - 6:49
    C'est bien ça, 54,
    mon chou, cinq et quatre.
  • 6:49 - 6:51
    OK, les amis, tout est vrai
  • 6:51 - 6:53
    et j'ai été honnête avec vous.
  • 6:53 - 6:55
    À la prochaine, on se revoit plus tard.
  • 6:55 - 6:56
    Salut.
Title:
L'Afrique est un géant endormi que j'essaie de réveiller
Speaker:
Adeola Fayehun
Description:

« L'Afrique est comme un géant endormi », déclare la journaliste et satiriste Adeola Fayehun pour démarrer cette intervention hilarante et incisive. « En vérité, j'essaie de réveiller ce géant. C'est pourquoi je mets le linge sale de ses responsables en public. » Suivez l'intervention d'Adeola Fayehun qui se moque des fonctionnaires africains corrompus et montre pourquoi le continent a déjà tout ce qu'il faut pour prendre la place qui lui revient sur la scène mondiale – si seulement ses dirigeants commençaient à prendre leurs responsabilités.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
07:09

French subtitles

Revisions