Return to Video

Aaron Huey: Les prisonniers de guerre indigènes des États-Unis

  • 0:00 - 0:03
    Je suis ici aujourd'hui pour vous montrer mes photographies des Lakotas.
  • 0:04 - 0:06
    Beaucoup d'entre vous ont entendu parler d'eux,
  • 0:06 - 0:08
    ou au moins du groupe plus large de tribus
  • 0:08 - 0:10
    appelé les Sioux.
  • 0:10 - 0:13
    Les Lakotas sont une des nombreuses tribus que l'on a enlevées à leur terre
  • 0:13 - 0:15
    pour les emmener dans des camps de prisonniers de guerre
  • 0:15 - 0:17
    qu'on appelle maintenant des réserves.
  • 0:17 - 0:19
    La réserve de Pine Ridge,
  • 0:19 - 0:21
    le sujet de la présentation d'aujourd'hui,
  • 0:21 - 0:23
    se trouve à environ 120 kilomètres au sud-est
  • 0:23 - 0:25
    des Montagnes noires du Dakota du Sud.
  • 0:25 - 0:27
    On y fait parfois référence
  • 0:27 - 0:30
    comme le camp de prisonniers de guerre numéro 334,
  • 0:30 - 0:33
    et c'est là que les Lakotas vivent à présent.
  • 0:33 - 0:35
    Ainsi, si certains d'entre vous ont entendu parler d'AIM,
  • 0:35 - 0:37
    L'American Indian Movement -- Mouvement Amérindien,
  • 0:37 - 0:39
    ou de Russell Means,
  • 0:39 - 0:41
    ou de Leonard Peltier,
  • 0:41 - 0:43
    ou de la situation sans issue à Oglala,
  • 0:43 - 0:46
    alors vous savez que Pine Ridge est le plus grand désastre
  • 0:46 - 0:49
    en matière de questions indigènes aux États-Unis.
  • 0:49 - 0:51
    Donc on m'a demandé de parler un peu aujourd'hui
  • 0:51 - 0:53
    de ma relation avec les Lakotas
  • 0:53 - 0:55
    et c'est très difficile pour moi.
  • 0:55 - 0:57
    Car si vous n'avez pas remarqué ma couleur de peau,
  • 0:57 - 0:59
    je suis blanc
  • 0:59 - 1:02
    et c'est une barrière immense dans une réserve indienne.
  • 1:04 - 1:06
    Vous verrez beaucoup de gens dans mes photos aujourd'hui,
  • 1:06 - 1:09
    dont je suis devenu très proche et qui m'ont accueilli comme si j'étais de la famille.
  • 1:09 - 1:11
    Ils m'ont appelé frère et oncle
  • 1:11 - 1:13
    et m'ont invité encore et encore pendant 5 ans.
  • 1:13 - 1:15
    Mais à Pine Ridge,
  • 1:15 - 1:18
    je serai toujours ce qu'on appelle un wasichu,
  • 1:18 - 1:21
    et wasichu est un mot Lakota
  • 1:21 - 1:23
    qui signifie non-Indien,
  • 1:23 - 1:25
    mais le mot a un autre sens,
  • 1:25 - 1:29
    "celui qui prend la meilleure viande pour lui-même".
  • 1:29 - 1:31
    Et c'est ce sur quoi je veux insister --
  • 1:31 - 1:33
    celui qui prend la meilleure part de viande.
  • 1:33 - 1:35
    Ça signifie avide.
  • 1:36 - 1:38
    Alors regardez autour de vous dans cet auditorium aujourd'hui.
  • 1:38 - 1:41
    Nous sommes dans une école privée dans l'ouest américain,
  • 1:41 - 1:44
    assis sur des fauteuils de velours rouge
  • 1:44 - 1:46
    avec de l'argent dans nos poches.
  • 1:46 - 1:48
    Et si nous regardons nos vies,
  • 1:48 - 1:50
    nous avons effectivement pris
  • 1:50 - 1:52
    la meilleure part de viande
  • 1:52 - 1:55
    Alors regardons aujourd'hui une série de photos
  • 1:55 - 1:57
    d'un peuple qui a perdu
  • 1:57 - 1:59
    pour que nous puissions gagner,
  • 1:59 - 2:02
    et sachez que quand vous voyez les visages de ces gens
  • 2:02 - 2:05
    que ce ne sont pas seulement des images des Lakotas,
  • 2:05 - 2:08
    elles représentent tous les peuples indigènes.
  • 2:10 - 2:12
    Sur ce bout de papier,
  • 2:12 - 2:14
    il y a l'Histoire comme je l'ai apprise
  • 2:14 - 2:17
    de mes amis et ma famille lakota.
  • 2:17 - 2:19
    Ce qui suit est une chronologie
  • 2:19 - 2:22
    de traités passés, de traités rompus
  • 2:22 - 2:24
    et de massacres déguisés en batailles.
  • 2:24 - 2:26
    Je commencerai en 1824.
  • 2:26 - 2:28
    "Ce qu'on connait sous le nom de Bureau des Affaires Indiennes
  • 2:28 - 2:30
    est créé cette année-là au cœur du Ministère de la Guerre,
  • 2:30 - 2:32
    donnant dès le départ un ton agressif
  • 2:32 - 2:34
    à nos relations avec les Amérindiens.
  • 2:34 - 2:36
    1851:
  • 2:36 - 2:38
    Le premier traité de Fort Laramie est passé,
  • 2:38 - 2:41
    délimitant clairement les frontières de la Nation lakota.
  • 2:41 - 2:43
    Selon le traité,
  • 2:43 - 2:45
    ces terres sont une nation souveraine.
  • 2:45 - 2:47
    Si les frontières de ce traité avaient tenu --
  • 2:47 - 2:50
    et légalement elles auraient dû --
  • 2:50 - 2:53
    voilà à quoi les États-Unis ressembleraient aujourd'hui.
  • 2:55 - 2:57
    Dix ans plus tard,
  • 2:57 - 3:00
    le Homestead Act, loi sur la propriété signée par le président Lincoln,
  • 3:00 - 3:03
    déverse un flot de colons blancs sur les terres indiennes.
  • 3:03 - 3:05
    1863:
  • 3:05 - 3:07
    Un soulèvement de Sioux Santee dans le Minnesota
  • 3:07 - 3:10
    se termine par la pendaison de 30 hommes sioux,
  • 3:10 - 3:13
    la plus grande exécution de masse de l'Histoire des États-Unis.
  • 3:14 - 3:16
    L'exécution est alors ordonnée par le président Lincoln
  • 3:16 - 3:18
    seulement deux jours après la signature
  • 3:18 - 3:21
    de l'Emancipation Proclamation -- proclamation d'émancipation.
  • 3:22 - 3:25
    1866, début de la ligne de chemin de fer transcontinentale --
  • 3:25 - 3:27
    une ère nouvelle.
  • 3:27 - 3:29
    Des terres au cœur de la Nation lakota sont saisies
  • 3:29 - 3:32
    afin de créer un raccourci pour les sentiers et les trains.
  • 3:32 - 3:34
    Les traités sont piétinés.
  • 3:34 - 3:37
    En réaction, trois tribus conduites par le chef lakota Nuage-Rouge
  • 3:37 - 3:40
    attaquent et battent de nombreuses fois l'armée des États-Unis.
  • 3:40 - 3:42
    Je veux répéter cette partie.
  • 3:42 - 3:45
    Les Lakotas vainquent l'armée des États-Unis.
  • 3:45 - 3:48
    1868: Le deuxième traité de Fort Laramie
  • 3:48 - 3:51
    garantit clairement la souveraineté de la Grande Nation Sioux
  • 3:51 - 3:54
    et la propriété des Montagnes noires sacrées par les Lakotas.
  • 3:54 - 3:56
    Le gouvernement promet aussi des terres et des autorisations de chasse
  • 3:56 - 3:58
    dans les états voisins.
  • 3:58 - 4:00
    Nous promettons que la région de Powder River
  • 4:00 - 4:03
    sera par conséquent fermée à tous les blancs.
  • 4:03 - 4:05
    Le traité semble être une victoire totale
  • 4:05 - 4:07
    pour Nuage-Rouge et les Sioux.
  • 4:07 - 4:10
    En fait, c'est la seule guerre de l'Histoire des États-Unis
  • 4:10 - 4:13
    pendant laquelle le gouvernement négocie la paix
  • 4:13 - 4:16
    en concédant tout ce que l'ennemi exige.
  • 4:18 - 4:20
    1869:
  • 4:20 - 4:22
    Le chemin de fer transcontinental est achevé.
  • 4:22 - 4:25
    Il commence à transporter, entre autre, de nombreux chasseurs
  • 4:25 - 4:28
    qui débutent un abattage massif des bisons,
  • 4:28 - 4:31
    éliminant une source de nourriture, de vêtements et d'abri pour les Sioux.
  • 4:31 - 4:33
    1871:
  • 4:33 - 4:35
    L'Indian Appropriation Act -- loi d'appropriation indienne
  • 4:35 - 4:38
    fait de tous les Indiens des pupilles du gouvernement fédéral.
  • 4:38 - 4:41
    En outre, l'armée publie des mandats
  • 4:41 - 4:44
    interdisant aux Indiens de l'ouest de quitter les réserves.
  • 4:44 - 4:46
    Tous les Indiens de l'ouest à ce moment-là
  • 4:46 - 4:48
    deviennent des prisonniers de guerre.
  • 4:48 - 4:50
    En 1871 également,
  • 4:50 - 4:52
    nous mettons un terme à la période des traités.
  • 4:52 - 4:55
    Le problème des traités est qu'ils permettent aux tribus d'exister en tant que nations souveraines,
  • 4:55 - 4:57
    et nous ne pouvons pas tolérer ça;
  • 4:57 - 4:59
    nous avons des projets.
  • 4:59 - 5:01
    1874:
  • 5:01 - 5:04
    Le général George Custer annonce la découverte d'or sur le territoire lakota,
  • 5:04 - 5:06
    en particulier dans les Montagnes noires.
  • 5:06 - 5:08
    La nouvelle de l'or crée un afflux massif de colons blancs
  • 5:08 - 5:10
    sur les terres de la Nation lakota.
  • 5:10 - 5:12
    Custer recommande au Congrès de trouver un moyen
  • 5:12 - 5:14
    de mettre fin aux traités avec les Lakotas
  • 5:14 - 5:16
    dès que possible.
  • 5:16 - 5:19
    1875: La guerre Lakota est déclenchée
  • 5:19 - 5:22
    suite à la violation du traité de Fort Laramie.
  • 5:22 - 5:24
    1876:
  • 5:24 - 5:26
    Le 26 juillet,
  • 5:26 - 5:28
    en route pour attaquer un village lakota,
  • 5:28 - 5:30
    le 7ème régiment de cavalerie de Custer est écrasé
  • 5:30 - 5:32
    à la bataille de Little Big Horn.
  • 5:32 - 5:34
    1877:
  • 5:34 - 5:37
    Le grand guerrier et chef lakota du nom de Cheval-Fou
  • 5:37 - 5:39
    capitule à Fort Robinson.
  • 5:39 - 5:42
    Plus tard il sera tué en détention.
  • 5:45 - 5:48
    1877 est aussi l'année où nous trouvons un moyen
  • 5:48 - 5:50
    de contourner les traités de Fort Laramie.
  • 5:50 - 5:53
    Un nouvel accord est présenté aux chefs sioux et à leurs hommes de tête
  • 5:53 - 5:56
    sous le nom de campagne "vendre ou mourir de faim".
  • 5:56 - 5:59
    Signez le papier, ou pas de nourriture pour votre tribu.
  • 5:59 - 6:02
    Seuls 10% des hommes adultes signent.
  • 6:02 - 6:04
    Le traité de Fort Laramie
  • 6:04 - 6:06
    stipulait qu'au moins trois-quarts de la tribu
  • 6:06 - 6:08
    devait signer pour la terre soit vendue.
  • 6:08 - 6:10
    Cette clause est de toute évidence ignorée.
  • 6:10 - 6:13
    1887: La loi Dawes
  • 6:13 - 6:16
    met fin à la propriété commune des terres des réserves.
  • 6:16 - 6:19
    Les réserves sont découpées en parcelles de 65 hectares
  • 6:19 - 6:21
    et distribuées aux Indiens de façon individuelle
  • 6:21 - 6:23
    et on se débarrasse des surplus de terre.
  • 6:23 - 6:26
    Les tribus perdent des millions d'hectares.
  • 6:26 - 6:28
    Le rêve américain de la propriété foncière individuelle
  • 6:28 - 6:30
    s'est avéré une manière très habile
  • 6:30 - 6:33
    de diviser la réserve jusqu'à ce qu'il ne reste rien.
  • 6:33 - 6:35
    Cette manipulation a détruit les réserves
  • 6:35 - 6:38
    en facilitant d'avantage la subdivision et la revente
  • 6:38 - 6:41
    à chaque passage d'une génération à une autre.
  • 6:41 - 6:43
    La plupart de la terre en surplus
  • 6:43 - 6:45
    et de nombreuses parcelles au sein des réserves
  • 6:45 - 6:48
    sont dès lors aux mains d'éleveurs blancs.
  • 6:48 - 6:51
    Une fois de plus, le wasichu vit grassement.
  • 6:52 - 6:54
    1890, une date qui selon moi est
  • 6:54 - 6:57
    la plus importante dans ma présentation.
  • 6:57 - 6:59
    C'est l'année du massacre de Wounded Knee.
  • 6:59 - 7:01
    Le 29 décembre,
  • 7:01 - 7:04
    les troupes américaines encerclent un campement sioux à la crique de Wounded Knee
  • 7:04 - 7:06
    et massacrent le chef Grand-Pied
  • 7:06 - 7:08
    et 300 prisonniers de guerre,
  • 7:08 - 7:10
    en utilisant une nouvelle arme de tir en rafale
  • 7:10 - 7:12
    qui tire des balles explosives
  • 7:12 - 7:14
    appelée la mitrailleuse Hotchkiss.
  • 7:14 - 7:16
    Pour cette soit-disant bataille,
  • 7:16 - 7:19
    20 Médailles d'honneur pour acte de courage
  • 7:19 - 7:22
    sont données au 7ème régiment de cavalerie.
  • 7:22 - 7:24
    À ce jour,
  • 7:24 - 7:27
    c'est le plus grand nombre de Médailles d'honneur
  • 7:27 - 7:30
    jamais remis pour une seule bataille.
  • 7:30 - 7:32
    Plus de Médailles d'honneur ont été données
  • 7:32 - 7:34
    pour le massacre aveugle de femmes et d'enfants
  • 7:34 - 7:36
    que pour toute autre bataille de la première guerre mondiale,
  • 7:36 - 7:38
    la deuxième guerre mondiale,
  • 7:38 - 7:40
    la Corée, le Vietnam,
  • 7:40 - 7:43
    l'Irak ou l'Afghanistan.
  • 7:44 - 7:46
    Le massacre de Wounded Knee
  • 7:46 - 7:49
    est considéré comme la fin des guerres indiennes.
  • 7:49 - 7:51
    Chaque fois que je me rends sur le site
  • 7:51 - 7:53
    de la fosse commune de Wounded Knee,
  • 7:53 - 7:55
    je n'y vois pas qu'une simple tombe
  • 7:55 - 7:57
    pour les Lakotas ou pour les Sioux,
  • 7:57 - 8:00
    mais une tombe pour tous les peuples indigènes.
  • 8:03 - 8:05
    L'homme sacré, Wapiti-Noir a dit,
  • 8:05 - 8:07
    "Je ne savais pas alors
  • 8:07 - 8:09
    tout ce qui s'achevait.
  • 8:09 - 8:11
    Quand j'y repense à présent
  • 8:11 - 8:13
    du haut de la colline de mon grand âge,
  • 8:13 - 8:15
    je vois encore les femmes et les enfants massacrés
  • 8:15 - 8:17
    gisant entassés et éparpillés
  • 8:17 - 8:20
    le long du ravin tordu
  • 8:23 - 8:25
    aussi bien que quand je les ai vu
  • 8:25 - 8:28
    de mes yeux encore jeunes.
  • 8:31 - 8:34
    Et je peux voir qu'autre chose d'autre est mort là-bas dans la boue ensanglantée
  • 8:35 - 8:38
    et a été enterré dans le blizzard.
  • 8:39 - 8:42
    Le rêve d'un peuple est mort là-bas,
  • 8:42 - 8:45
    et c'était un rêve magnifique."
  • 8:46 - 8:48
    Avec cet évènement,
  • 8:48 - 8:51
    une nouvelle ère dans l'Histoire amérindienne commence.
  • 8:52 - 8:54
    Tout peut être mesuré
  • 8:54 - 8:57
    avant Wounded Knee et après.
  • 8:57 - 8:59
    Car c'est à ce moment-là
  • 8:59 - 9:02
    le doigt sur la gâchette des mitrailleuses Hotchkiss
  • 9:02 - 9:06
    que le gouvernement des États-Unis a déclaré clairement sa position sur les droits des indigènes.
  • 9:06 - 9:08
    Ils étaient lassés des traités.
  • 9:08 - 9:10
    Ils étaient lassés des collines sacrées.
  • 9:10 - 9:13
    Ils étaient lassés des danses des esprits.
  • 9:13 - 9:16
    Et ils en ont eu assez des ennuis apportés par les Sioux.
  • 9:16 - 9:19
    Alors ils ont sorti leurs canons.
  • 9:20 - 9:23
    "Tu veux être un Indien maintenant," ont-ils dit,
  • 9:23 - 9:25
    le doigt sur la gâchette.
  • 9:30 - 9:32
    1900:
  • 9:32 - 9:35
    la population indienne aux États-Unis atteint son point le plus bas --
  • 9:36 - 9:38
    moins de 250 000,
  • 9:38 - 9:40
    contre 8 millions estimés
  • 9:40 - 9:42
    en 1492.
  • 9:44 - 9:46
    Avance rapide.
  • 9:46 - 9:48
    1980:
  • 9:48 - 9:50
    Le procès le plus long de l'Histoire américaine,
  • 9:50 - 9:53
    La Nation sioux contre les États-Unis,
  • 9:53 - 9:56
    est porté devant la Cour Suprême des États-Unis.
  • 9:57 - 10:00
    La cour décide que la délocalisation des Sioux dans les réserves
  • 10:00 - 10:03
    et l'ouverture de sept millions d'hectares de leur terre
  • 10:03 - 10:06
    aux prospecteurs et aux fermiers,
  • 10:06 - 10:08
    est une violation des termes
  • 10:08 - 10:10
    du deuxième traité de Fort Laramie.
  • 10:10 - 10:12
    La cour déclare
  • 10:12 - 10:14
    que les Montagnes noires ont été prises illégalement
  • 10:14 - 10:16
    et que les intérêts en sus du prix initial offert
  • 10:16 - 10:18
    doivent être payés à la Nation sioux.
  • 10:18 - 10:20
    En paiement pour les Montagnes noires,
  • 10:20 - 10:23
    la cour accorde seulement 106 millions de dollars
  • 10:23 - 10:25
    à la Nation sioux.
  • 10:25 - 10:28
    Les Sioux refusent l'argent avec ce cri de ralliement,
  • 10:28 - 10:31
    "Les Montagnes noires ne sont pas à vendre."
  • 10:31 - 10:33
    2010:
  • 10:33 - 10:36
    Les statistiques concernant la population indigène aujourd'hui,
  • 10:36 - 10:39
    plus d'un siècle après le massacre de Wounded Knee,
  • 10:39 - 10:41
    révèlent l'héritage de la colonisation,
  • 10:41 - 10:43
    l'exode forcé
  • 10:43 - 10:45
    et la violation des traités.
  • 10:45 - 10:48
    Le taux de chômage dans la réserve indienne de Pine Ridge
  • 10:48 - 10:51
    varie entre 85 et 90 pour cent.
  • 10:51 - 10:54
    Le bureau du logement est incapable de construire de nouvelles structures
  • 10:54 - 10:56
    et les structures existantes tombent en ruine.
  • 10:56 - 10:58
    Beaucoup sont sans abri
  • 10:58 - 11:00
    et les autres, parfois jusqu'à cinq familles
  • 11:00 - 11:02
    s'entassent dans des bâtiments qui se délabrent.
  • 11:02 - 11:04
    39 % des foyers de Pine Ridge
  • 11:04 - 11:06
    n'ont pas l'électricité.
  • 11:06 - 11:09
    Au moins 60% des foyers de la réserve
  • 11:09 - 11:11
    sont infestés par l'Aspergillus niger, la moisissure noire.
  • 11:11 - 11:13
    Plus de 90 % de la population
  • 11:13 - 11:16
    vit en dessous du seuil de pauvreté fédéral.
  • 11:16 - 11:19
    Le taux de tuberculose à Pine Ridge
  • 11:19 - 11:22
    est environ 8 fois supérieur à la moyenne nationale américaine.
  • 11:22 - 11:24
    Le taux de mortalité infantile
  • 11:24 - 11:26
    est le plus élevé du continent
  • 11:26 - 11:29
    et environ trois fois supérieur à la moyenne nationale américaine.
  • 11:29 - 11:31
    Le cancer du col de l'utérus est 5 fois plus fréquent
  • 11:31 - 11:33
    que la moyenne nationale américaine.
  • 11:33 - 11:36
    Le taux de déscolarisation va jusqu'à 70 %.
  • 11:36 - 11:38
    Le renouvellement des enseignants
  • 11:38 - 11:41
    est 8 fois supérieur à la moyenne nationale des États-Unis.
  • 11:41 - 11:44
    Il est fréquent que les grands-parents élèvent leurs petits-enfants
  • 11:44 - 11:47
    car les parents, en raison de l'alcoolisme,
  • 11:47 - 11:49
    de la violence conjugale et de l'apathie générale,
  • 11:49 - 11:51
    ne peuvent pas les élever.
  • 11:52 - 11:55
    50% de la population de plus de 40 ans
  • 11:55 - 11:57
    souffre de diabète.
  • 11:57 - 11:59
    L'espérance de vie pour les hommes
  • 11:59 - 12:01
    se situe entre 46
  • 12:01 - 12:04
    et 48 ans --
  • 12:04 - 12:06
    environ la même
  • 12:06 - 12:09
    qu'en Afghanistan et en Somalie.
  • 12:10 - 12:13
    Le dernier chapitre dans tout génocide réussi
  • 12:13 - 12:15
    est celui au cours duquel l'oppresseur
  • 12:15 - 12:18
    peut se retirer et dire,
  • 12:18 - 12:21
    "Mon dieu, qu'est-ce que ces gens se font à eux-mêmes?
  • 12:21 - 12:23
    Ils s'entre-tuent.
  • 12:23 - 12:25
    Ils se suicident
  • 12:25 - 12:28
    alors que nous les regardons mourir."
  • 12:28 - 12:31
    Voilà comment nous sommes entrés en possession de ces États-Unis.
  • 12:31 - 12:33
    Ceci est l'héritage
  • 12:33 - 12:35
    de la destinée manifeste.
  • 12:35 - 12:37
    Des prisonniers naissent encore
  • 12:37 - 12:39
    dans des camps de prisonniers de guerre
  • 12:39 - 12:42
    longtemps après le départ des gardes.
  • 12:44 - 12:46
    Voici les os qui restent
  • 12:46 - 12:49
    quand on a enlevé la meilleure viande.
  • 12:51 - 12:53
    Il y a longtemps,
  • 12:53 - 12:55
    une série d'évènements a été lancée
  • 12:55 - 12:58
    par un peuple qui me ressemble, par les wasichu,
  • 12:58 - 13:00
    avides de prendre la terre et l'eau
  • 13:00 - 13:03
    et l'or des collines.
  • 13:03 - 13:05
    Ces évènements ont conduit à un effet domino
  • 13:05 - 13:07
    qui n'a toujours pas cessé.
  • 13:07 - 13:11
    Pour aussi peu que nous, la société dominante,
  • 13:12 - 13:15
    nous sentions concernés par un massacre de 1890
  • 13:15 - 13:18
    ou une série de traités rompus il y a 150 ans,
  • 13:19 - 13:21
    je dois vous poser la question,
  • 13:21 - 13:24
    que devriez-vous ressentir devant ces statistiques aujourd'hui?
  • 13:25 - 13:27
    Quel est le rapport
  • 13:27 - 13:29
    entre ces images de souffrance
  • 13:29 - 13:31
    et l'Histoire que je viens de vous lire?
  • 13:31 - 13:33
    Et combien de cette Histoire
  • 13:33 - 13:35
    doit même être la vôtre?
  • 13:35 - 13:38
    Est-ce qu'aujourd'hui vous avez une quelconque responsabilité dans tout ça?
  • 13:39 - 13:42
    On m'a dit qu'on doit pouvoir faire quelque chose.
  • 13:42 - 13:45
    Qu'on doit pouvoir agir.
  • 13:45 - 13:48
    Parce que pendant si longtemps je me suis contenté de rester en marge
  • 13:48 - 13:50
    et de n'être qu'un témoin
  • 13:50 - 13:53
    prenant des photos.
  • 13:53 - 13:56
    Parce que la solution semble si loin dans le passé,
  • 13:56 - 13:58
    je n'avais besoin de rien de moins q'une machine à remonter le temps
  • 13:58 - 14:00
    pour l'atteindre.
  • 14:00 - 14:02
    Les souffrances des peuples indigènes
  • 14:02 - 14:05
    ne sont pas une question simple à régler.
  • 14:06 - 14:08
    Ce n'est pas une chose à laquelle tout le monde
  • 14:08 - 14:10
    peut adhérer comme pour Haïti,
  • 14:10 - 14:13
    la lutte contre le Sida, ou combattre une famine.
  • 14:13 - 14:15
    La solution, comme on l'appelle,
  • 14:15 - 14:18
    est peut-être beaucoup plus difficile pour la société dominante
  • 14:18 - 14:20
    que, disons, un chèque de 50 dollars
  • 14:20 - 14:22
    ou une sortie organisée par la paroisse
  • 14:22 - 14:24
    pour repeindre des maisons couvertes de graffitis,
  • 14:24 - 14:26
    ou une famille de banlieue aisée
  • 14:26 - 14:29
    qui donne un carton de vêtements dont ils ne veulent même plus.
  • 14:29 - 14:31
    Et où cela nous laisse-t-il?
  • 14:31 - 14:34
    Allons-nous hausser les épaules dans le noir?
  • 14:34 - 14:36
    Les États-Unis
  • 14:36 - 14:38
    continuent chaque jour
  • 14:38 - 14:40
    de violer les termes
  • 14:40 - 14:42
    des traités de Fort laramie
  • 14:42 - 14:45
    passés en 1851 et 1858 avec les Lakotas.
  • 14:45 - 14:47
    L'action que je propose aujourd'hui --
  • 14:47 - 14:50
    mon souhait TED -- est la suivante:
  • 14:51 - 14:53
    Respectez les traités.
  • 14:53 - 14:55
    Rendez les Montagnes noires.
  • 14:55 - 14:58
    Ce qu'ils en font ne vous regarde pas.
  • 15:00 - 15:06
    (Applaudissements)
Title:
Aaron Huey: Les prisonniers de guerre indigènes des États-Unis
Speaker:
Aaron Huey
Description:

L'effort d'Aaron Huey pour photographier la pauvreté en Amérique l'a conduit dans la réserve indienne de Pine Ridge, où la lutte du peuple indigène Lakota -- ignorée malgré la situation effroyable -- l'a forcé à ré-orienter son travail. Cinq ans plus tard, ses photos obsédantes s'entremêlent avec une leçon d'histoire choquante dans cette allocution courageuse et audacieuse à TEDxDU.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
15:07
Elisabeth Buffard added a translation

French subtitles

Revisions