Return to Video

Un robot qui mange la pollution

  • 0:01 - 0:02
    Bonjour, je suis un ingénieur
  • 0:02 - 0:04
    et je fais des robots.
  • 0:04 - 0:08
    Bien entendu, vous savez tous
    ce qu'est un robot, n'est-ce pas ?
  • 0:08 - 0:10
    Sinon, vous pouvez aller sur Google
  • 0:10 - 0:12
    et lui demander ce qu'est un robot.
  • 0:12 - 0:13
    Alors, faisons ça.
  • 0:14 - 0:16
    On cherche sur Google,
    et voici ce qu'on trouve.
  • 0:16 - 0:20
    Vous pouvez voir ici
    qu'il y a différentes sortes de robots
  • 0:20 - 0:23
    mais ils sont principalement de
    structure humanoïde.
  • 0:23 - 0:25
    Ils semblent conventionnels
  • 0:25 - 0:27
    parce qu'ils sont en plastique,
    ou en métal,
  • 0:28 - 0:30
    ils ont des moteurs et des mécanismes
    etc.
  • 0:30 - 0:31
    Il y en a qui semblent amicaux,
  • 0:31 - 0:34
    on pourrait aller leur faire un câlin.
  • 0:34 - 0:35
    Et d'autres pas si amicaux,
  • 0:35 - 0:37
    qui sortent de Terminator
  • 0:37 - 0:39
    et peut-être que c'est le cas.
  • 0:39 - 0:42
    On peut faire des choses vraiment
    cools avec ces robots,
  • 0:42 - 0:44
    des choses très excitantes.
  • 0:44 - 0:47
    Mais je m'intéresse
    à d'autres sortes de robots,
  • 0:47 - 0:49
    je veux en faire diverses sortes,
  • 0:49 - 0:53
    Et je m'inspire des choses
    qui ne nous ressemblent pas
  • 0:53 - 0:54
    mais qui ressemblent à ça.
  • 0:55 - 0:57
    Des organismes biologiques naturels
  • 0:57 - 1:00
    qui font des choses vraiment cools
    dont nous,
  • 1:00 - 1:02
    et les robots actuels, sommes incapables.
  • 1:02 - 1:05
    Ils font des trucs géniaux
    comme se déplacer sur le sol,
  • 1:05 - 1:08
    aller dans nos jardins
    et manger nos récoltes,
  • 1:08 - 1:09
    ils montent aux arbres,
  • 1:09 - 1:11
    ils vont dans l'eau, ils sortent de l'eau,
  • 1:11 - 1:14
    ils piègent des insectes et les digèrent.
  • 1:14 - 1:16
    Ils font des choses intéressantes.
  • 1:16 - 1:19
    Ils vivent, ils respirent, ils meurent,
  • 1:19 - 1:21
    ils se nourrissent
    de l'environnement.
  • 1:21 - 1:24
    Nos robots actuels ne font pas ça.
  • 1:24 - 1:25
    Ne serait-il pas génial
  • 1:25 - 1:29
    d'exploiter certaines de ces
    caractéristiques pour les futurs robots
  • 1:29 - 1:31
    pour résoudre quelques
    problèmes très intéressants ?
  • 1:31 - 1:34
    Là je vais regarder
    quelques problèmes dans l'environnement
  • 1:34 - 1:37
    où l'on peut utiliser les
    capacités et les technologies
  • 1:37 - 1:39
    dérivées de ces animaux
  • 1:39 - 1:41
    et des plantes,
  • 1:41 - 1:43
    pour résoudre ces problèmes.
  • 1:43 - 1:45
    Regardons deux
    problèmes environnementaux.
  • 1:46 - 1:47
    Nous en sommes à l'origine,
  • 1:47 - 1:50
    c'est l'homme en interaction
    avec l'environnement
  • 1:50 - 1:52
    et faisant des choses
    plutôt contrariantes.
  • 1:52 - 1:56
    Le premier est dû
    à la croissance démographique.
  • 1:56 - 1:59
    Cette croissance démographique
    mondiale est telle
  • 1:59 - 2:03
    que l'on oblige l'agriculture
    à produire de plus en plus.
  • 2:03 - 2:04
    Et pour faire ça,
  • 2:04 - 2:07
    les fermiers utilisent plus de
    produits chimiques.
  • 2:07 - 2:10
    Ils se servent d'engrais,
    de nitrates, de pesticides...
  • 2:10 - 2:13
    tout ce qui peut faciliter
    l'augmentation des récoltes,
  • 2:13 - 2:15
    mais il y a des répercussions négatives.
  • 2:15 - 2:19
    L'une d'elles est que si l'on utilise
    beaucoup d'engrais sur les terres,
  • 2:19 - 2:21
    tout ne part pas dans les récoltes.
  • 2:21 - 2:24
    Une grande quantité reste dans les sols.
  • 2:24 - 2:25
    Et puis quand il pleut,
  • 2:25 - 2:28
    ces produits chimiques vont
    dans la nappe phréatique.
  • 2:28 - 2:29
    Après la nappe phréatique,
  • 2:29 - 2:33
    ils vont dans les ruisseaux,
    dans les lacs, dans les rivières
  • 2:33 - 2:34
    et dans la mer.
  • 2:34 - 2:37
    Et si l'on introduit
    ces produits, ces nitrates,
  • 2:37 - 2:39
    dans ces genres de milieux,
  • 2:39 - 2:42
    des organismes de ces milieux
    en seront affectés,
  • 2:42 - 2:44
    les algues par exemple.
  • 2:44 - 2:47
    Les algues adorent les nitrates
    et les engrais.
  • 2:47 - 2:49
    Donc elles vont absorber tous ces produits
  • 2:49 - 2:52
    et si les conditions sont bonnes,
    elles produiront en masse.
  • 2:52 - 2:54
    Elles produiront beaucoup
    de nouvelles algues.
  • 2:54 - 2:56
    On appelle ça une efflorescence.
  • 2:56 - 2:59
    Le problème est que,
    lorsque les algues se reproduisent ainsi,
  • 2:59 - 3:01
    elles privent l'eau d'oxygène.
  • 3:01 - 3:03
    Et quand cela arrive,
  • 3:03 - 3:06
    les autres organismes dans l'eau
    ne peuvent pas survivre.
  • 3:06 - 3:08
    Donc, que fait-on ?
  • 3:08 - 3:12
    On essaye de produire un robot
    qui mangera toutes ces algues,
  • 3:12 - 3:14
    qui les consommera et rendra cela sûr.
  • 3:14 - 3:15
    Cela est le premier problème.
  • 3:16 - 3:19
    Le deuxième problème est
    aussi de notre responsabilité :
  • 3:19 - 3:20
    la pollution par les hydrocarbures.
  • 3:21 - 3:25
    Le pétrole sort
    des moteurs que nous utilisons,
  • 3:25 - 3:26
    comme ceux de nos bateaux.
  • 3:26 - 3:29
    Parfois, les navires-citernes
    vident leurs cuves en mer,
  • 3:29 - 3:31
    le pétrole est ainsi répandu.
  • 3:31 - 3:34
    Ne serait-il pas sympa
    si nous pouvions traiter cela,
  • 3:34 - 3:39
    via des robots qui mangeraient
    la pollution des nappes de pétrole ?
  • 3:39 - 3:41
    C'est donc ce que nous faisons.
  • 3:41 - 3:43
    Nos robots mangent la pollution.
  • 3:44 - 3:45
    Pour faire ces robots,
  • 3:45 - 3:47
    nous nous inspirons de deux organismes.
  • 3:48 - 3:50
    À droite, là,
    vous voyez le requin pèlerin.
  • 3:50 - 3:53
    Le requin pèlerin est un énorme requin.
  • 3:53 - 3:56
    Il est non carnivore,
    vous pouvez donc nager avec lui,
  • 3:56 - 3:57
    comme vous pouvez le voir.
  • 3:57 - 3:59
    Le requin pèlerin ouvre sa bouche,
  • 3:59 - 4:02
    plonge sous l'eau,
    afin de récolter du plancton.
  • 4:03 - 4:05
    Au fur et à mesure,
    il digère la nourriture,
  • 4:05 - 4:09
    et ensuite il utilise cette énergie
    dans son corps pour avancer.
  • 4:09 - 4:11
    Donc, pourrions-nous
    faire un tel robot,
  • 4:11 - 4:14
    comme le requin pèlerin
    qui traverse l'eau
  • 4:14 - 4:15
    et mange la pollution ?
  • 4:16 - 4:18
    Eh bien,
    regardons si cela est possible.
  • 4:18 - 4:21
    Mais également, nous nous inspirons
    d'autres organismes.
  • 4:21 - 4:23
    J'ai ici une photographie
    d'une corise
  • 4:23 - 4:25
    et la corise est vraiment mignonne.
  • 4:25 - 4:26
    Lorsqu'elle nage dans l'eau,
  • 4:27 - 4:29
    elle utilise ses pattes
    en forme de pagaies pour avancer.
  • 4:30 - 4:32
    Nous avons donc pris ces deux organismes
  • 4:32 - 4:35
    et nous les avons combinés
    afin de réaliser un nouveau type de robot.
  • 4:35 - 4:38
    En fait, parce que nous utilisons
    la corise comme inspiration,
  • 4:39 - 4:43
    notre robot rame au-dessus de l'eau,
    [NdT : row = rame]
  • 4:43 - 4:45
    nous l'avons donc appelé : le « Row-bot ».
  • 4:45 - 4:49
    Donc le Row-Bot est un robot qui rame.
  • 4:49 - 4:51
    OK. À quoi ressemble-t-il ?
  • 4:51 - 4:53
    Voici des photos du Row-bot,
  • 4:53 - 4:53
    vous le verrez,
  • 4:53 - 4:57
    il ne ressemble pas aux robots
    que nous avons vus au début.
  • 4:57 - 5:00
    Google se trompe :
    les robots ne ressemblent pas à ça,
  • 5:00 - 5:01
    ils ressemblent à ça.
  • 5:01 - 5:03
    J'ai donc un Row-bot ici.
  • 5:03 - 5:04
    Je vous le montre,
  • 5:04 - 5:06
    cela vous donne un sens de l'échelle,
  • 5:06 - 5:08
    et ils ne ressemble
    pas du tout aux autres.
  • 5:08 - 5:10
    OK, il est donc fait de plastique,
  • 5:10 - 5:12
    et regardons
    les composants
  • 5:12 - 5:13
    qui font que le Row-bot
  • 5:13 - 5:15
    est vraiment spécial.
  • 5:16 - 5:19
    Le Row-Bot est fait en trois parties,
  • 5:19 - 5:22
    et ces trois parties sont
    comme les parties de tout organisme.
  • 5:22 - 5:24
    Il a un cerveau,
  • 5:24 - 5:25
    il a un corps
  • 5:25 - 5:27
    et il a un estomac.
  • 5:27 - 5:30
    Il a besoin de son estomac
    pour créer de l'énergie.
  • 5:30 - 5:32
    Tous les Row-bot auront
    ces trois composants,
  • 5:32 - 5:34
    tout organisme les aura,
  • 5:34 - 5:36
    alors analysons-les l'un après l'autre.
  • 5:36 - 5:38
    Il a un corps,
  • 5:38 - 5:39
    et ce corps est fait en plastique,
  • 5:39 - 5:42
    et il est à la surface de l'eau.
  • 5:42 - 5:45
    Il y a des palmes sur le côté ici,
  • 5:45 - 5:46
    des pagaies qui l'aident à bouger,
  • 5:46 - 5:47
    tout comme la corise.
  • 5:48 - 5:50
    Il a un corps en plastique,
  • 5:50 - 5:52
    mais il y a une bouche
    en caoutchouc souple ici,
  • 5:52 - 5:54
    et une autre ici ;
    il a deux bouches.
  • 5:54 - 5:56
    Pourquoi a-t-il deux bouches ?
  • 5:56 - 5:58
    L'une pour faire entrer la nourriture,
  • 5:58 - 6:00
    et l'autre pour la faire sortir.
  • 6:00 - 6:03
    Donc comme vous pouvez le voir,
    il a une bouche et un derrière.
  • 6:03 - 6:04
    ou un --
  • 6:04 - 6:05
    (Rires)
  • 6:05 - 6:06
    quelque chose d'où les choses sortent,
  • 6:06 - 6:08
    qui est tout comme un véritable organisme.
  • 6:08 - 6:12
    Il commence donc à ressembler
    au requin pèlerin.
  • 6:12 - 6:13
    Ça, c'est le corps.
  • 6:13 - 6:16
    Le deuxième unité pourrait être l'estomac.
  • 6:16 - 6:20
    Nous avons besoin d'énergie dans le robot
    et nous devons traiter la pollution,
  • 6:20 - 6:22
    la pollution va donc là,
  • 6:22 - 6:23
    et quelque chose doit se produire.
  • 6:23 - 6:27
    Il y a une pile au milieu ici,
    une pile à combustible microbienne.
  • 6:27 - 6:30
    Je vais le poser,
    et je vais prendre la pile à combustible.
  • 6:30 - 6:32
    Ici, au lieu d'avoir des piles,
  • 6:32 - 6:34
    au lieu d'un système d'énergie standard,
  • 6:34 - 6:36
    il a ceci.
  • 6:36 - 6:37
    Ceci est un estomac.
  • 6:37 - 6:38
    C'est vraiment un estomac,
  • 6:38 - 6:42
    vous pouvez introduire de l'énergie
    par ce côté sous la forme de pollution,
  • 6:42 - 6:43
    et cela crée de l'électricité.
  • 6:43 - 6:44
    Qu'est-ce donc ?
  • 6:44 - 6:46
    Une pile à combustible microbienne.
  • 6:46 - 6:48
    C'est comme une pile à combustible,
  • 6:48 - 6:50
    que vous pourriez avoir à l'école,
  • 6:50 - 6:51
    ou vu aux informations.
  • 6:51 - 6:54
    Les piles à combustible
    prennent de l'hydrogène et de l'oxygène,
  • 6:54 - 6:57
    les combinent ensemble,
    et vous avez de l'électricité.
  • 6:57 - 7:00
    C'est une technologie bien établie,
    c'était dans les missions Apollo.
  • 7:00 - 7:02
    Il y a 40, 50 ans de cela.
  • 7:02 - 7:04
    Ceci est plus récent.
  • 7:04 - 7:05
    Sa combustion est microbienne.
  • 7:05 - 7:06
    C'est le même principe :
  • 7:06 - 7:08
    ça prend l'oxygène d'un côté,
  • 7:08 - 7:10
    mais au lieu d'avoir
    de l'hydrogène de l'autre,
  • 7:10 - 7:11
    il utilise une soupe,
  • 7:11 - 7:14
    et à l'intérieur de cette soupe,
    il y a des microbes vivants.
  • 7:14 - 7:17
    Maintenant, si vous prenez
    quelques matériaux organiques --
  • 7:17 - 7:19
    ça pourrait être des déchets,
    des aliments,
  • 7:19 - 7:21
    ou une part de votre sandwich --
  • 7:21 - 7:24
    vous le déposez ici,
    les microbes mangeront cette nourriture,
  • 7:24 - 7:26
    et ils la transformeront en électricité.
  • 7:26 - 7:29
    Pas seulement ça, mais,
    en sélectionnant le bon type de microbes,
  • 7:29 - 7:32
    vous pouvez utiliser
    la pile à combustible microbienne
  • 7:32 - 7:34
    pour traiter une partie de la pollution.
  • 7:34 - 7:36
    Si vous choisissez les bons microbes,
  • 7:36 - 7:39
    les microbes mangeront les algues.
  • 7:39 - 7:41
    Si vous utilisez d'autres microbes,
  • 7:41 - 7:45
    ils mangeront l'éther du pétrole
    et le pétrole brut.
  • 7:45 - 7:48
    Donc vous pouvez voir comment
    cet estomac peut être utilisé
  • 7:48 - 7:51
    pas uniquement pour traiter la pollution
  • 7:51 - 7:54
    mais également pour générer
    de l'électricité de cette pollution.
  • 7:54 - 7:57
    Donc, le robot va se déplacer
    à travers l'environnement,
  • 7:57 - 7:59
    prendre de la nourriture dans son estomac,
  • 7:59 - 8:02
    digérer cette nourriture,
    créer de l'électricité,
  • 8:02 - 8:04
    utiliser cette électricité
    afin de se déplacer,
  • 8:04 - 8:06
    et continuer à faire cela.
  • 8:06 - 8:09
    D'accord, alors, voyons ce qui se passe
    lorsque nous démarrons le Row-bot --
  • 8:09 - 8:11
    quand il rame.
  • 8:11 - 8:12
    Ici nous avons plusieurs vidéos,
  • 8:12 - 8:15
    la première chose que vous verrez,
    espérons-le,
  • 8:15 - 8:16
    est la bouche ouverte.
  • 8:16 - 8:19
    Les bouches avant et arrière s'ouvrent
  • 8:19 - 8:21
    et lorsqu'elles seront ouvertes,
  • 8:21 - 8:23
    le robot commencera à avancer.
  • 8:23 - 8:24
    Il se déplace sur l'eau
  • 8:24 - 8:27
    de sorte que la nourriture entre
    et que les déchets sont éliminés.
  • 8:27 - 8:29
    Dès qu'il a assez bougé,
  • 8:29 - 8:31
    il s'arrête et il ferme ses bouches --
  • 8:32 - 8:34
    il les ferme doucement --
  • 8:34 - 8:36
    il s'immobilisera
  • 8:36 - 8:37
    et digèrera la nourriture.
  • 8:38 - 8:41
    Bien sûr,
    ces piles à combustible microbiennes,
  • 8:41 - 8:42
    contiennent des microbes.
  • 8:42 - 8:44
    Vous voulez que de l'énergie
  • 8:44 - 8:46
    sorte de ces microbes
    aussi vite que possible.
  • 8:47 - 8:48
    Mais, nous ne pouvons les forcer,
  • 8:48 - 8:51
    et ils génèrent qu'un petit quantité
    d'électricité par seconde.
  • 8:51 - 8:54
    Ils créent des milli-, ou des microwatts.
  • 8:54 - 8:56
    Mettons cela en place dans le contexte.
  • 8:56 - 8:58
    Votre téléphone portable,
  • 8:58 - 8:59
    l'un de ces modernes,
  • 8:59 - 9:02
    en l'utilisant, cela prend un watt.
  • 9:02 - 9:05
    C'est donc mille ou un million de fois
    autant d'énergie que celle
  • 9:05 - 9:07
    de la pile à combustible microbienne.
  • 9:08 - 9:10
    Comment faisons-nous face à cela ?
  • 9:10 - 9:12
    Eh bien, lorsque le Row-Bot
    a terminé sa digestion,
  • 9:12 - 9:14
    quand il a pris la nourriture,
  • 9:14 - 9:17
    il restera sans bouger et attendra
    d'avoir consommé toute cette nourriture.
  • 9:18 - 9:21
    Cela peut prendre plusieurs heures,
    voire plusieurs jours.
  • 9:21 - 9:24
    Le cycle typique d'un Row-Bot
    ressemble à cela :
  • 9:24 - 9:26
    tu ouvres la bouche,
  • 9:26 - 9:27
    tu te déplaces,
  • 9:27 - 9:28
    tu fermes ta bouche,
  • 9:28 - 9:30
    tu t'arrêtes et tu attends.
  • 9:30 - 9:32
    Une fois la nourriture digérée,
  • 9:32 - 9:34
    alors tu peux aller faire
    la même chose une nouvelle fois.
  • 9:34 - 9:37
    Mais, cela ressemble
    à un véritable organisme, n'est-ce pas ?
  • 9:37 - 9:39
    Cela ressemble à ce que nous faisons.
  • 9:39 - 9:41
    Samedi soir,
    nous sortons, ouvrons la bouche,
  • 9:41 - 9:43
    nous remplissons nos estomacs,
  • 9:43 - 9:46
    on s'assoit devant la télé,
    et on digère.
  • 9:46 - 9:48
    Quand on en a assez,
    on recommence.
  • 9:49 - 9:51
    Avec de la chance, via ce cycle,
  • 9:51 - 9:55
    à la fin de celui-ci,
    il nous restera assez d'énergie
  • 9:55 - 9:57
    pour faire autre chose.
  • 9:57 - 9:59
    Nous pourrions envoyer un message.
  • 9:59 - 10:00
    Un message qui dirait :
  • 10:00 - 10:03
    « Voici la quantité de pollution
    que j'ai mangée »,
  • 10:03 - 10:05
    ou, « C'est le genre de choses
    que j'ai rencontrées »,
  • 10:05 - 10:07
    ou « Voici où je suis ».
  • 10:08 - 10:11
    L'habilité d'envoyer un message
    qui dit « Voici où je suis »,
  • 10:11 - 10:13
    est vraiment, vraiment très important.
  • 10:13 - 10:16
    Pensez aux marées noires
    que nous avons déjà eues,
  • 10:16 - 10:17
    ou aux proliférations d'algues,
  • 10:17 - 10:20
    on aimerait y mettre un Row-bot,
  • 10:20 - 10:22
    pour qu'il mange toute cette pollution,
  • 10:22 - 10:24
    et alors vous devez les récupérer.
  • 10:24 - 10:25
    Pourquoi ?
  • 10:25 - 10:26
    Parce que ces Row-bots,
  • 10:26 - 10:28
    ce Row-Bot que j'ai ici,
  • 10:28 - 10:30
    il contient des moteurs, des fils,
  • 10:30 - 10:34
    il contient des composants
    qui ne sont pas eux-mêmes biodégradables.
  • 10:34 - 10:36
    Les Row-bots actuels contiennent
    des batteries toxiques.
  • 10:36 - 10:39
    On ne peut pas les laisser
    dans l'environnement,
  • 10:39 - 10:40
    on doit les suivre,
  • 10:40 - 10:42
    et quand ils ont fini leur travail,
  • 10:42 - 10:43
    les récupérer.
  • 10:43 - 10:46
    Cela limite le nombre de Row-Bots
    que vous pouvez utiliser.
  • 10:46 - 10:47
    Si, d'autre part,
  • 10:47 - 10:50
    vous avez un robot
    un peu comme un organisme biologique,
  • 10:50 - 10:53
    quand il arrive à la fin de sa vie,
  • 10:53 - 10:55
    il meurt et il se dégrade.
  • 10:55 - 10:57
    Alors, ne serait-il pas super
    que ces robots,
  • 10:57 - 10:59
    au lieu d'être comme ça,
    en plastique,
  • 10:59 - 11:01
    soient produits en d'autres matériaux,
  • 11:01 - 11:04
    qui se bio-dégradent entièrement ?
  • 11:04 - 11:07
    Cela change la façon dont
    nous utilisons les robots.
  • 11:07 - 11:10
    Au lieu d'en mettre 10 ou 100
    dans l'environnement,
  • 11:10 - 11:11
    à devoir les suivre,
  • 11:11 - 11:13
    et lorsqu'ils meurent,
  • 11:13 - 11:14
    les récupérer,
  • 11:14 - 11:16
    vous pourriez mettre mille,
  • 11:16 - 11:18
    un million, un milliard de robots
    dans l'environnement.
  • 11:18 - 11:20
    Il suffit de les répandre.
  • 11:20 - 11:23
    Vous savez que, à la fin de leur vie,
    ils se dégraderont.
  • 11:23 - 11:25
    Vous n'avez pas à vous en inquiéter.
  • 11:25 - 11:28
    Cela change donc
    ce que vous pensez des robots
  • 11:28 - 11:29
    et comment vous les utilisez.
  • 11:29 - 11:31
    La question est :
    sait-on le faire ?
  • 11:31 - 11:33
    Et la réponse est oui.
  • 11:33 - 11:35
    On sait faire des robots
    qui sont biodégradables.
  • 11:36 - 11:39
    C'est intéressant, car vous pouvez
    utiliser des matériaux ménagers
  • 11:39 - 11:40
    pour faire ces robots biodégradables.
  • 11:40 - 11:43
    Je vais vous en montrer,
    vous serez surpris.
  • 11:43 - 11:46
    Vous pouvez faire un robot en gelée.
  • 11:46 - 11:49
    Au lieu d'avoir un moteur,
    comme nous avons en ce moment,
  • 11:49 - 11:51
    vous pouvez faire
    des « muscles artificiels ».
  • 11:51 - 11:53
    Ce sont des matériaux intelligents,
  • 11:53 - 11:55
    en leur donnant de l'électricité,
  • 11:55 - 11:57
    et ils se contractent,
    se courbent, se tordent.
  • 11:57 - 11:59
    Ils ressemblent à de vrais muscles.
  • 11:59 - 12:02
    Au lieu d'avoir un moteur,
    vous avez ces muscles artificiels.
  • 12:02 - 12:05
    Vous pouvez faire des muscles artificiels
    avec de la gelée.
  • 12:05 - 12:07
    En prenant de la gelée,
    un peu de sel,
  • 12:07 - 12:09
    et avec un peu de bidouille,
  • 12:09 - 12:11
    vous pouvez faire un muscle artificiel.
  • 12:11 - 12:14
    Nous avons montré que vous pouvez créer
    ces piles microbiennes pour l'estomac
  • 12:14 - 12:16
    à partir de papier.
  • 12:16 - 12:19
    Vous pouvez donc fabriquer tout le robot
    à partir de matériaux biodégradables.
  • 12:19 - 12:22
    Vous les répandez,
    et ils se dégradent entièrement.
  • 12:24 - 12:25
    Eh bien, c'est vraiment très excitant.
  • 12:25 - 12:29
    Cela va complètement changer la façon
    dont nous pensons aux robots,
  • 12:29 - 12:31
    cela vous permet aussi
    d'être vraiment créatif
  • 12:31 - 12:34
    si vous pensez
    à ce que vous pouvez faire avec.
  • 12:34 - 12:35
    Je vais vous donner un exemple.
  • 12:35 - 12:38
    Si vous faites un robot en gelée --
  • 12:38 - 12:40
    vous mangez de la gelée, n'est-ce pas ?
  • 12:40 - 12:43
    Pourquoi ne pas faire ce type de choses ?
  • 12:43 - 12:44
    Un robot en oursons gélifiés.
  • 12:45 - 12:48
    Je l'ai déjà préparé.
  • 12:48 - 12:50
    Nous y voilà. J'ai un paquet --
  • 12:51 - 12:52
    j'en ai un saveur citron.
  • 12:53 - 12:56
    Je vais prendre cet ourson gélifié,
    Il n'est pas robotique, OK ?
  • 12:56 - 12:58
    Nous ferons semblant.
  • 12:58 - 13:01
    Qu'est-ce que vous faites avec ?
    Vous le mangez --
  • 13:01 - 13:02
    le citron est sympa.
  • 13:03 - 13:06
    Essayez de ne pas trop mâcher,
    c'est un robot, il ne va pas aimer.
  • 13:07 - 13:09
    et puis, vous l'avalez.
  • 13:09 - 13:11
    Il va dans votre ventre.
  • 13:11 - 13:15
    Quand il est dans votre estomac,
    il bouge, pense, se tord, se penche,
  • 13:15 - 13:16
    il fait des trucs.
  • 13:16 - 13:18
    Il pourrait aller plus loin
    dans vos intestins,
  • 13:18 - 13:20
    découvrir si vous avez
    un ulcère ou un cancer,
  • 13:20 - 13:22
    peut-être faire une injection,
    ou autre chose.
  • 13:23 - 13:25
    Vous le savez,
    une fois qu'il a fait son travail,
  • 13:25 - 13:28
    il pourrait être digéré par votre estomac,
  • 13:28 - 13:29
    ou si vous ne le voulez pas,
  • 13:29 - 13:31
    il pourrait traverser votre corps,
  • 13:31 - 13:32
    jusqu'aux toilettes,
  • 13:32 - 13:34
    et se bio-dégrader dans l'environnement.
  • 13:35 - 13:38
    Cela change donc la manière
    dont nous pensons aux robots.
  • 13:39 - 13:43
    Nous avons commencé à regarder
    les robots qui mangent de la pollution,
  • 13:43 - 13:46
    puis, nous avons regardé
    les robots que nous pouvons manger.
  • 13:46 - 13:47
    J'espère que ça vous donne une idée
  • 13:47 - 13:50
    de ce que nous pouvons faire
    avec les futurs robots.
  • 13:52 - 13:53
    Merci beaucoup pour votre attention.
  • 13:53 - 13:56
    (Applaudissements)
Title:
Un robot qui mange la pollution
Speaker:
Jonathan Rossiter
Description:

Rencontrez le «Row-bot», un robot qui nettoie la pollution et qui génère l'électricité nécessaire afin de s'alimenter tout en avalant de l'eau sale. Le robotiste Jonathan Rossiter, explique comment cette machine spéciale, qui utilise une pile à combustible microbienne pour neutraliser les proliférations d'algues et les marées noires, pourrait être un précurseur des robots autonomes de lutte contre la pollution, tout en étant biodégradable.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
14:10
eric vautier approved French subtitles for A robot that eats pollution
eric vautier accepted French subtitles for A robot that eats pollution
eric vautier edited French subtitles for A robot that eats pollution
Antoine Combeau edited French subtitles for A robot that eats pollution
Antoine Combeau edited French subtitles for A robot that eats pollution
Antoine Combeau edited French subtitles for A robot that eats pollution
eric vautier declined French subtitles for A robot that eats pollution
Antoine Combeau edited French subtitles for A robot that eats pollution
Show all

French subtitles

Revisions