Return to Video

Le court-termisme nous tue : c'est l'heure du longchemin | Ari Wallach | TEDxMidAtlantic

  • 0:29 - 0:34
    16 Octobre 1993,
  • 0:34 - 0:35
    1h17 du matin.
  • 0:35 - 0:39
    Le téléphone a sonné chez mes parents.
  • 0:39 - 0:41
    J'ai répondu à la deuxième sonnerie.
  • 0:41 - 0:43
    Je savais qui appelait.
  • 0:43 - 0:47
    La voix à l'autre bout du fil
    a parlé pendant peut-être 10 secondes.
  • 0:48 - 0:50
    Ma réponse a été encore plus courte :
  • 0:51 - 0:52
    « Ne pas réanimer. »
  • 0:53 - 0:56
    J'avais 18 ans quand j'ai perdu mon père.
  • 1:00 - 1:01
    Plusieurs années plus tard,
  • 1:01 - 1:04
    je lisais le livre d'Ernest Becker
  • 1:04 - 1:05
    « Le Déni de la Mort ».
  • 1:05 - 1:07
    Il lui a fait gagner un Pulitzer en 1972.
  • 1:08 - 1:11
    Je vais paraphraser
    tout un livre en trois phrases.
  • 1:11 - 1:14
    L'homme est la seule espèce sensible
  • 1:14 - 1:18
    qui, très tôt dans sa vie,
  • 1:18 - 1:20
    sait qu'il cessera d'exister
  • 1:21 - 1:27
    et qui fait tout ce qu'il peut
    pour fuir, se protéger et se cacher
  • 1:27 - 1:28
    face à cette vérité inévitable.
  • 1:30 - 1:34
    Vous savez donc maintenant
    comment je suis devenu futuriste.
  • 1:35 - 1:36
    C'était ma fuite.
  • 1:38 - 1:41
    Je « futurise », terme que j'ai inventé --
  • 1:41 - 1:42
    (Rires)
  • 1:42 - 1:44
    il y a trois secondes,
  • 1:44 - 1:46
    je futurise depuis environ 20 ans
  • 1:46 - 1:50
    et, quand j'ai commencé,
    je m'asseyais avec des gens
  • 1:50 - 1:53
    et disais : « Hey,
    parlons de dans 10, 20 ans. »
  • 1:53 - 1:54
    Ils disaient : « Super. »
  • 1:55 - 1:57
    Et cet horizon temporel
  • 1:57 - 2:01
    se rapproche de plus en plus,
  • 2:01 - 2:04
    tant et si bien que j'ai rencontré
    un PDG il y a deux mois
  • 2:04 - 2:07
    et j'ai dit -- au début
    de notre conversation,
  • 2:07 - 2:09
    il a dit : « J'adore ce que vous faites.
  • 2:09 - 2:11
    Je veux vous parler
    des six prochains mois. »
  • 2:11 - 2:12
    (Rires)
  • 2:13 - 2:16
    Nous faisons face à beaucoup de problèmes.
  • 2:16 - 2:19
    Ce sont des problèmes
    à l'échelle de la civilisation.
  • 2:21 - 2:23
    Cependant, le problème est
  • 2:23 - 2:25
    que nous ne pouvons pas les résoudre
  • 2:25 - 2:27
    en utilisant les modèles mentaux
    que nous utilisons
  • 2:27 - 2:29
    pour essayer de résoudre ces problèmes.
  • 2:29 - 2:32
    Nous faisons beaucoup
    de super travail technique
  • 2:32 - 2:37
    mais il y a un problème
    que nous devons résoudre a priori, avant,
  • 2:37 - 2:40
    si nous voulons vraiment
    changer ces gros problèmes :
  • 2:42 - 2:44
    le « court-termisme ».
  • 2:44 - 2:46
    Il n'y a pas de marches.
    Il n'y a pas de bracelets.
  • 2:46 - 2:50
    Il n'y a pas de pétitions à signer
    contre le court-termisme.
  • 2:51 - 2:54
    J'ai essayé d'en créer une,
    personne n'a signé.
  • 2:54 - 2:55
    C'était bizarre.
  • 2:57 - 3:00
    Mais cela nous empêche
    de faire tant de choses.
  • 3:00 - 3:03
    Au passage, cela s'applique en politique,
  • 3:03 - 3:05
    à la maison, aux problèmes majeurs.
  • 3:05 - 3:08
    Le court-termisme,
    pour de nombreuses raisons,
  • 3:08 - 3:11
    a envahi tous les coins
    et recoins de notre réalité.
  • 3:11 - 3:13
    Pourtant c'est quelque chose
    dont nous ne parlons pas,
  • 3:13 - 3:16
    mais cela nous empêche
    de faire tant de choses.
  • 3:17 - 3:19
    J'aimerais que, durant un instant,
  • 3:19 - 3:21
    vous réfléchissiez à un problème
    auquel vous pensez,
  • 3:21 - 3:22
    sur lequel vous travaillez.
  • 3:22 - 3:24
    Il peut être personnel, au travail
  • 3:24 - 3:26
    ou de grande envergure.
  • 3:26 - 3:29
    Réfléchissez à jusqu'où
    vous avez tendance à penser
  • 3:29 - 3:31
    en terme de solution.
  • 3:35 - 3:39
    Le court-termisme empêche les PDG
  • 3:39 - 3:42
    d'acheter des équipements de sécurité
    vraiment très chers.
  • 3:43 - 3:45
    Cela nuit à la ligne de fond.
  • 3:45 - 3:46
    Le résultat est Deepwater Horizon.
  • 3:48 - 3:51
    Le court terme empêche les professeurs
  • 3:51 - 3:55
    de passer du temps de qualité
    seul à seul avec leurs étudiants.
  • 3:55 - 3:57
    Et donc actuellement aux États-Unis,
  • 3:57 - 4:00
    un lycéen abandonne l'école
    toutes les 26 secondes.
  • 4:02 - 4:04
    Le court-termisme empêche le Congrès --
  • 4:05 - 4:07
    désolé s'il y a quelqu'un du Congrès --
  • 4:07 - 4:09
    (Rires)
  • 4:09 - 4:11
    pas vraiment désolé en fait --
  • 4:11 - 4:13
    (Rires)
  • 4:13 - 4:16
    d'investir de l'argent
    dans une réelle infrastructure.
  • 4:16 - 4:19
    Le résultat est l'effondrement
    du pont I-35W
  • 4:19 - 4:21
    au-dessus du Mississippi :
  • 4:21 - 4:22
    13 morts.
  • 4:24 - 4:27
    Ce n'a pas toujours été ainsi.
    Nous avons créé le canal du Panama.
  • 4:29 - 4:31
    Nous avons éradiqué la polio
    à l'échelle mondiale.
  • 4:31 - 4:35
    Il y a eu les chemins de fer
    transcontinentaux, le plan Marshall.
  • 4:35 - 4:39
    Il n'y a pas que de gros problèmes
    d'infrastructure physique.
  • 4:39 - 4:41
    Le vote des femmes, le droit de vote.
  • 4:41 - 4:44
    Mais à notre époque de court-termisme
  • 4:44 - 4:47
    où tout semble arriver maintenant
  • 4:47 - 4:51
    et nous ne pouvons voir que
    jusqu'au prochain tweet ou post,
  • 4:51 - 4:53
    nous sommes hyper réactionnaires.
  • 4:53 - 4:54
    Alors que faisons-nous ?
  • 4:57 - 5:00
    Nous prenons les gens qui fuient
    leur pays en guerre
  • 5:00 - 5:01
    et nous en prenons à eux ;
  • 5:01 - 5:05
    les petits délinquants de la drogue
    et les mettons en prison à vie.
  • 5:05 - 5:07
    Puis nous construisons
    des manoirs sans penser
  • 5:08 - 5:10
    à comment les gens se déplaceront
    du manoir à leur travail.
  • 5:10 - 5:12
    C'est de l'argent facile.
  • 5:13 - 5:15
    En réalité,
    pour beaucoup de ces problèmes,
  • 5:15 - 5:18
    il y a des solutions techniques,
  • 5:18 - 5:19
    beaucoup de solutions.
  • 5:19 - 5:23
    J'appelle ces solutions techniques
    « stratégies du sac de sable ».
  • 5:23 - 5:24
    Vous savez qu'une tempête approche,
  • 5:24 - 5:27
    la digue ne tient plus,
    personne n'y a investi d'argent,
  • 5:27 - 5:29
    vous entourez votre maison
    de sacs de sable.
  • 5:29 - 5:31
    Devinez quoi ? Cela fonctionne.
  • 5:33 - 5:35
    La tempête prend fin, l'eau descend,
  • 5:35 - 5:36
    vous enlevez les sacs de sable
  • 5:36 - 5:39
    et recommencez cela
    à chaque nouvelle tempête.
  • 5:40 - 5:41
    Voici ce qui est insidieux :
  • 5:42 - 5:44
    une stratégie de sac de sable
  • 5:44 - 5:45
    peut vous faire réélire ;
  • 5:46 - 5:50
    peut vous aider à atteindre
    vos chiffres trimestriels.
  • 5:50 - 5:53
    Si nous voulons aller de l'avant
  • 5:53 - 5:56
    vers un avenir différent
    que celui que nous avons,
  • 5:56 - 5:58
    je ne pense pas que --
  • 5:58 - 6:00
    2016 n'est pas l'apogée
    de la civilisation.
  • 6:00 - 6:01
    (Rires)
  • 6:01 - 6:03
    Nous pouvons faire plus.
  • 6:04 - 6:07
    Pour le court-termisme,
    il y a beaucoup de solutions techniques.
  • 6:07 - 6:10
    Je pourrais passer quatre heure
    à faire une liste
  • 6:10 - 6:13
    de politique fiscale, d'assurance,
  • 6:13 - 6:17
    d'une litanie de choses à faire
    pour nous attaquer au court-termisme.
  • 6:17 - 6:21
    Mais mon argument est qu'à moins
    de changer nos cartes et modèles mentaux
  • 6:21 - 6:24
    sur notre vision du court,
  • 6:24 - 6:25
    cela n'arrivera pas.
  • 6:25 - 6:28
    J'ai développé quelque chose
    appelé « longchemin »,
  • 6:28 - 6:30
    c'est une pratique.
  • 6:30 - 6:34
    Longchemin n'est pas un exercice
    à ne faire qu'une seule fois.
  • 6:34 - 6:37
    Je suis certains que vous avez tous
    déjà été en hors-site
  • 6:37 - 6:39
    et utilisé beaucoup
    de Post-it, de tableaux,
  • 6:39 - 6:42
    et fait --
  • 6:42 - 6:44
    sans vouloir offenser
    les consultants qui font cela --
  • 6:44 - 6:46
    vous faites un plan à long terme
  • 6:46 - 6:48
    et deux semaines plus tard,
    tout le monde a oublié.
  • 6:50 - 6:53
    Ou bien une semaine plus tard.
    Si vous êtes chanceux, trois mois.
  • 6:53 - 6:57
    C'est une pratique car ce n'est pas
    forcément quelque chose que vous faites.
  • 6:57 - 7:01
    C'est un processus où vous revisitez
    différentes façons de penser
  • 7:01 - 7:03
    pour toute décision
    sur laquelle vous travaillez.
  • 7:03 - 7:06
    J'aimerais vous présenter
    ces trois façons de penser.
  • 7:07 - 7:08
    La première,
  • 7:08 - 7:11
    je vais l'énoncer lentement
    pour que ce soit correct.
  • 7:11 - 7:13
    La pensée transgénérationnelle.
  • 7:14 - 7:16
    J'adore les philosophes :
  • 7:16 - 7:18
    Platon, Socrate, Habermas, Heidegger.
  • 7:18 - 7:19
    J'ai été élevé avec eux.
  • 7:21 - 7:23
    Mais ils ont tous fait une chose
  • 7:23 - 7:25
    qui ne semblait pas importante
  • 7:25 - 7:27
    jusqu'à ce que j'y regarde de plus près.
  • 7:27 - 7:29
    Ils ont tous pris
  • 7:29 - 7:32
    comme unité de mesure
    de leur réalité tout entière,
  • 7:32 - 7:34
    du sens de la vigueur et de la bonté,
  • 7:35 - 7:36
    un seul cycle de vie,
  • 7:37 - 7:39
    de la naissance à la mort.
  • 7:40 - 7:42
    Mais ces sujets posent un problème :
  • 7:42 - 7:44
    ils s'accumulent au-dessus de nous
  • 7:44 - 7:47
    car notre seule façon de faire
    quelque chose de bien dans le monde,
  • 7:47 - 7:49
    c'est entre notre naissance et notre mort.
  • 7:49 - 7:50
    Nous sommes programmés ainsi.
  • 7:51 - 7:53
    Dans la section
    développement personnel,
  • 7:53 - 7:54
    il n'est question que de vous.
  • 7:56 - 7:57
    Ce qui est génial
  • 7:58 - 8:00
    à moins de faire face
    à un de ces problèmes majeurs.
  • 8:02 - 8:05
    Avec la pensée transgénérationnelle,
  • 8:06 - 8:08
    qui est en fait une éthique
    transgénérationnelle,
  • 8:08 - 8:12
    vous pouvez étendre
    votre façon de penser à ces problèmes,
  • 8:12 - 8:15
    quel est votre rôle dans leur résolution.
  • 8:16 - 8:21
    Ce n'est pas une chose faite
    uniquement au conseil de sécurité.
  • 8:22 - 8:25
    C'est une chose que vous pouvez faire
    de façon très personnelle.
  • 8:25 - 8:30
    De temps en temps, si j'ai de la chance,
    ma femme et moi aimons aller dîner.
  • 8:30 - 8:33
    Nous avons trois enfants
    de moins de sept ans,
  • 8:33 - 8:35
    vous imaginez que c'est un repas
    très paisible et calme.
  • 8:35 - 8:36
    (Rires)
  • 8:36 - 8:42
    Nous nous asseyons et ne voulons
    que manger et nous détendre,
  • 8:42 - 8:45
    mes enfants ont une idée
    complètement différente
  • 8:45 - 8:46
    de ce que nous allons faire.
  • 8:46 - 8:49
    Ma première idée
  • 8:49 - 8:51
    est la stratégie du sac de sable.
  • 8:51 - 8:53
    Je mets la main dans ma poche
    et sors l'iPhone
  • 8:53 - 8:54
    avec « La reine des neiges »
  • 8:54 - 8:57
    ou un autre jeu populaire.
  • 8:59 - 9:02
    Puis je marque une pause
  • 9:02 - 9:07
    et mets le chapeau
    de la pensée transgénérationnelle.
  • 9:07 - 9:10
    Je ne le fais pas au restaurant,
    cela serait bizarre --
  • 9:10 - 9:11
    mais je le dois --
  • 9:11 - 9:14
    je l'ai fait une fois
    et je sais donc que c'est bizarre.
  • 9:14 - 9:15
    (Rires)
  • 9:15 - 9:19
    Il vous faut penser :
    « D'accord, je peux le faire. »
  • 9:20 - 9:21
    Qu'est-ce que cela leur apprend ?
  • 9:25 - 9:27
    Qu'est-ce que cela signifie
    si j'amène du papier
  • 9:27 - 9:29
    ou engage une conversation avec eux ?
  • 9:29 - 9:31
    C'est dur et je rends cela très personnel.
  • 9:31 - 9:33
    C'est plus traumatisant
  • 9:33 - 9:36
    que les problèmes mondiaux
    sur lesquels je travaille --
  • 9:36 - 9:37
    divertir mes enfants à table.
  • 9:37 - 9:41
    Mais cela les connecte
    au moment présent avec moi
  • 9:41 - 9:42
    mais aussi --
  • 9:42 - 9:45
    et c'est le cœur de l'éthique
    de la pensée transgénérationnelle --
  • 9:45 - 9:49
    cela établit comment ils interagiront
    avec leurs enfant
  • 9:49 - 9:51
    et leurs enfants avec leurs enfants.
  • 9:53 - 9:55
    Deuxièmement : penser aux futurs.
  • 9:57 - 10:00
    Quand nous pensons au futur --
  • 10:01 - 10:02
    ne fermez pas les yeux,
  • 10:02 - 10:04
    tout le monde le dit
    et personne ne le fait.
  • 10:04 - 10:06
    Faites semblant de fermer les yeux.
  • 10:06 - 10:07
    (Rires)
  • 10:07 - 10:09
    Pensez à dans 10, 15 ans,
  • 10:10 - 10:12
    donnez-moi une vision du futur.
  • 10:13 - 10:16
    Pas besoin de me la donner
    mais imaginez-la.
  • 10:16 - 10:18
    Ce que vous allez probablement voir
  • 10:18 - 10:20
    est le prisme culturel dominant
  • 10:20 - 10:23
    qui, actuellement,
    domine notre vision du futur :
  • 10:23 - 10:24
    la technologie.
  • 10:25 - 10:27
    Quand nous pensons aux problèmes,
  • 10:27 - 10:29
    nous les voyons à travers la technologie,
  • 10:29 - 10:32
    une utopie centrée sur la technologie,
    et ce n'est pas un problème,
  • 10:32 - 10:35
    mais nous devons
    réfléchir profondément à cela
  • 10:35 - 10:38
    si nous voulons aller de l'avant
    sur ces problèmes majeurs
  • 10:38 - 10:40
    car cela n'a pas toujours été ainsi.
  • 10:40 - 10:43
    Les anciens avaient leur façon de penser
  • 10:44 - 10:45
    à ce que le futur serait.
  • 10:47 - 10:52
    L'Eglise avait son idée
    de ce que le futur pouvait être
  • 10:52 - 10:55
    et vous pouviez payer
    pour accéder à ce futur.
  • 10:55 - 10:56
    Heureusement pour l'humanité,
  • 10:57 - 11:00
    il y a eu la révolution scientifique.
  • 11:02 - 11:03
    De là, il y a eu la technologie
  • 11:03 - 11:05
    mais ce qu'il s'est passé --
  • 11:05 - 11:07
    et, au passage, ce n'est pas une critique.
  • 11:08 - 11:11
    J'adore la technologie.
  • 11:11 - 11:13
    Dans ma maison, tout me répond,
  • 11:13 - 11:15
    de mes enfants à mes haut-parleurs, tout.
  • 11:15 - 11:18
    (Rires)
  • 11:18 - 11:24
    Nous avons renoncé au futur
    des hauts prêtres à Rome
  • 11:24 - 11:27
    pour celui des hauts prêtres
    de la Silicon Valley.
  • 11:28 - 11:31
    Quand nous pensons à comment
    gérer le changement climatique,
  • 11:31 - 11:33
    la pauvreté ou les sans-abri,
  • 11:33 - 11:36
    notre première réaction est d'y penser
    à travers la technologie.
  • 11:37 - 11:42
    Je ne recommande pas
    de nous tourner vers ce mec.
  • 11:42 - 11:44
    J'adore Joel, ne vous méprenez pas,
  • 11:44 - 11:46
    mais ne nous tournons pas vers lui.
  • 11:46 - 11:48
    Nous devons repenser
  • 11:48 - 11:53
    notre hypothèse disant que nous n'avons
    qu'une façon de voir le futur,
  • 11:53 - 11:55
    qu'à travers le prisme dominant.
  • 11:55 - 11:57
    Car nos problèmes sont
    si importants et vastes
  • 11:57 - 12:00
    qu'il nous faut être ouverts.
  • 12:00 - 12:04
    C'est pourquoi je fais tout ce que je peux
    pour ne pas parler du futur.
  • 12:04 - 12:06
    Je parle des futurs.
  • 12:07 - 12:08
    Cela rouvre la conversation.
  • 12:08 - 12:11
    Quand vous réfléchissez
  • 12:11 - 12:14
    à comment aller de l'avant
    pour ce problème majeur --
  • 12:14 - 12:16
    que ce soit à la maison,
  • 12:16 - 12:18
    au travail
  • 12:18 - 12:20
    ou sur la scène mondiale --
  • 12:20 - 12:25
    ne vous empêchez pas de penser
    à une autre solution que la technologie
  • 12:25 - 12:28
    car, actuellement, nous nous inquiétons
    plus de l'évolution technologique
  • 12:28 - 12:31
    que de l'évolution morale.
  • 12:31 - 12:33
    A moins de régler cela,
  • 12:33 - 12:35
    nous ne pourrons pas
    sortir du court-termisme
  • 12:35 - 12:37
    et aller là où nous voulons.
  • 12:37 - 12:40
    La dernière : la pensée telos,
    issue de la racine grecque.
  • 12:40 - 12:43
    Un but ultime et un objectif ultime.
  • 12:43 - 12:45
    Cela revient à poser une question :
  • 12:47 - 12:48
    à quelle fin ?
  • 12:49 - 12:52
    Quand vous êtes-vous demandé
    « à quelle fin » ?
  • 12:54 - 12:58
    Quand vous vous l'êtes demandé,
    jusqu'où êtes-vous allé ?
  • 12:58 - 13:01
    Car loin n'est plus assez loin.
  • 13:02 - 13:04
    Trois, cinq ans ne suffisent pas.
  • 13:04 - 13:06
    C'est 30, 40, 50, 100 ans.
  • 13:08 - 13:14
    Dans l'épopée d'Homère, « L'Odyssée »,
  • 13:14 - 13:17
    Ulysse avait la réponse
    à la question « à quelle fin ? ».
  • 13:17 - 13:18
    C'était Ithaque,
  • 13:19 - 13:21
    la vision audacieuse de ce qu'il voulait :
  • 13:21 - 13:22
    retourner auprès de Pénélope.
  • 13:22 - 13:25
    Je peux vous le dire,
    du fait de mon travail
  • 13:25 - 13:28
    mais aussi intuitivement,
    nous avons perdu notre Ithaque.
  • 13:28 - 13:31
    Nous avons perdu notre « à quelle fin »
    alors nous courons dans notre roue.
  • 13:31 - 13:34
    Oui, nous essayons
    de résoudre ces problèmes,
  • 13:34 - 13:36
    mais qu'y a-t-il après
    la résolution de ces problèmes ?
  • 13:37 - 13:40
    A moins de définir ce qu'il y a après,
    les gens ne bougeront pas.
  • 13:41 - 13:44
    Thomas Kuhn, qui nous a donné
    le terme « changement de paradigme »,
  • 13:44 - 13:49
    la partie du livre
    qui n'est pas aussi célèbre
  • 13:49 - 13:51
    est quand il dit :
    « Les gens ne changent pas
  • 13:51 - 13:54
    à moins qu'ils n'aient une vision
    de ce pour quoi ils changent. »
  • 13:55 - 13:59
    La grenouille ne sautera pas d'un nénuphar
    à un autre si elle ne le voit pas.
  • 14:01 - 14:04
    Vous ne pouvez pas
    dire à la grenouille une phrase telos.
  • 14:04 - 14:06
    Cela doit être très détaillé.
  • 14:06 - 14:09
    C'était la force de ce que
    Martin Luter King, Jr. faisait.
  • 14:10 - 14:13
    Il parcourait la liste des problèmes
  • 14:13 - 14:16
    puis il vous offrait
    une bonne compréhension
  • 14:16 - 14:20
    de ce que c'était, « J'ai un rêve » --
    qu'y a-t-il après ?
  • 14:20 - 14:22
    Il ne s'agit pas que d'affaires
  • 14:22 - 14:26
    et les entreprises qui sortent
    du court-termisme,
  • 14:26 - 14:28
    ce n'est pas surprenant, sont familiales.
  • 14:28 - 14:31
    Elles sont transgénérationnelles,
    telos et pensent aux futurs.
  • 14:31 - 14:35
    Voici une publicité pour Patek Philippe.
    La marque a 175 ans
  • 14:35 - 14:38
    et ce qui est génial est d'incarner
  • 14:38 - 14:41
    ce genre de vision à long terme
    dans leur marque
  • 14:41 - 14:44
    car, au passage, vous ne possédez
    jamais une Patek Philippe,
  • 14:44 - 14:46
    je n'en aurai jamais --
  • 14:46 - 14:47
    (Rires)
  • 14:47 - 14:50
    à moins que quelqu'un veuille
    lancer 25 000$ sur la scène.
  • 14:50 - 14:53
    Vous ne faites que la garder
    pour la génération suivante.
  • 14:57 - 14:59
    Il est important de nous souvenir
  • 14:59 - 15:02
    que nous traitons le futur comme un nom.
  • 15:02 - 15:04
    Ce n'en est pas un, c'est un verbe.
  • 15:05 - 15:06
    Il nécessite une action.
  • 15:06 - 15:08
    Il nécessite que nous allions vers lui.
  • 15:08 - 15:10
    Ce n'est pas une chose qui se produit.
  • 15:10 - 15:12
    C'est une chose sur laquelle
    nous avons le contrôle.
  • 15:12 - 15:16
    Dans une société à court terme,
    nous avons l'impression du contraire,
  • 15:16 - 15:17
    d'être coincés.
  • 15:17 - 15:18
    Nous pouvons dépasser cela.
  • 15:20 - 15:23
    Je suis plus à l'aise
  • 15:23 - 15:25
    avec le fait qu'à un moment donné
  • 15:26 - 15:27
    dans l'inévitable futur,
  • 15:29 - 15:30
    je mourrai.
  • 15:31 - 15:35
    Mais du fait de ces nouvelles façons
    de penser et d'agir,
  • 15:35 - 15:39
    dans le monde extérieur
    et avec ma famille à la maison,
  • 15:39 - 15:42
    de ce que je laisse à mes enfants,
    je plus à l'aise face à ce fait.
  • 15:42 - 15:45
    C'est une chose qui met
    beaucoup d'entre nous mal à l'aise
  • 15:45 - 15:47
    mais je vous le dis,
  • 15:48 - 15:49
    réfléchissez-y.
  • 15:49 - 15:52
    Appliquez ce genre de pensée
    et vous pourrez aller au-delà
  • 15:52 - 15:54
    de ce qui est inévitablement
    très inconfortable.
  • 15:54 - 15:58
    Tout commence
    en vous posant cette question :
  • 15:59 - 16:00
    quel est votre longchemin ?
  • 16:02 - 16:04
    Mais je vous demande,
    quand vous vous poserez cette question,
  • 16:04 - 16:07
    que ce soit maintenant,
    ce soir, au volant,
  • 16:07 - 16:10
    lors d'un conseil d'administration
    ou dans une salle de crise,
  • 16:12 - 16:14
    allez au-delà du longchemin,
  • 16:14 - 16:18
    au-delà de votre longchemin
    sur les trois ou cinq prochaines années.
  • 16:18 - 16:21
    Essayez de dépasser votre propre vie,
  • 16:21 - 16:24
    cela vous fera faire
    des choses un peu plus grandes
  • 16:24 - 16:25
    que ce que vous pensiez possible.
  • 16:27 - 16:30
    Oui, nous avons d'énormes problèmes.
  • 16:32 - 16:34
    Avec ce processus, avec cette pensée,
  • 16:35 - 16:36
    nous pouvons changer les choses.
  • 16:37 - 16:40
    Vous pouvez changer les choses,
  • 16:40 - 16:41
    je crois en vous.
  • 16:41 - 16:42
    Merci.
  • 16:42 - 16:46
    (Applaudissements)
Title:
Le court-termisme nous tue : c'est l'heure du longchemin | Ari Wallach | TEDxMidAtlantic
Description:

Actuellement, nous faisons face à d'énormes problèmes mondiaux à l'échelle de la civilisation. Cependant, nous ne pouvons pas les résoudre en utilisant la pensée à court terme. Si nous voulons aller vers un futur différent, nous devons adopter ce que Ari Wallach appelle le « longchemin ». Ari partage trois façons de penser afin d'approcher les problèmes majeurs auxquels nous faisons face.

Futuriste appliqué et expert en stratégie d'innovation, Ari Wallach est le PDG de Synthesis Corp, basée à New York, et est l'expert de Fast Company sur les macro tendances dans les affaires et la culture. Combinant une compréhension des nouvelles technologie et de modèles commerciaux avec une compréhension plus étendue des transformations sociales, politiques, économiques et démographiques, Wallach aide les dirigeants à comprendre et à façonner le futur de leur organisation, de leur industrie et du monde.

Cette présentation a été donnée lors d'un évènement TEDx local utilisant le format des conférences TED mais organisé indépendamment. En savoir plus : http://ted.com/tedx

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDxTalks
Duration:
16:46

French subtitles

Revisions