YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Pourquoi les filles noires sont la cible de sanctions à l’école -- et comment changer cela

Get Embed Code
22 Languages

Showing Revision 18 created 06/15/2019 by eric vautier.

  1. Quand j'étais en sixième,
    je me suis bagarrée à l'école.
  2. Ce n'était pas ma première bagarre,
  3. mais c'était ma première fois à l'école.
  4. C'était avec un garçon plus grand que moi,
  5. plus fort que moi,
  6. et qui me provoquait depuis des semaines.
  7. Un jour en EPS, il m'a marché dessus
    et ne s'est pas excusé.
  8. Alors, furieuse, je l'ai attrapé
    et je l'ai poussé par terre.
  9. J'avais pris des cours de judo.
  10. (Rires)

  11. Notre bagarre n'a pas duré deux minutes,

  12. mais elle symbolisait cette furie
  13. qui montait en moi,
  14. en tant que jeune survivante
    d'agressions sexuelles,
  15. faisant face à l'abandon,
  16. et sujette à la violence
    dans d'autres parties de ma vie.
  17. Je me battais contre lui,
  18. mais aussi contre ces hommes
    et garçons qui m'avaient agressée,
  19. et contre cette culture qui m'imposait
    de ne pas en parler.
  20. Un enseignant nous a séparés
  21. et la principale m'a convoquée
    dans son bureau.
  22. Mais elle ne m'a pas dit : « Monique,
    qu'est-ce qui ne va pas chez toi ? »
  23. Elle m'a laissée reprendre mon souffle
  24. et m'a demandé : « Que s'est-il passé ? »
  25. Mes éducateurs ont fait preuve d'empathie.

  26. Ils me connaissaient.
  27. Ils savaient que j'aimais lire,
    que j'aimais dessiner,
  28. que j'adorais Prince.
  29. Ils ont utilisé ces informations
    pour m'aider à comprendre
  30. pourquoi mes actions,
    et celles de mes camarades
  31. perturbaient l'aspect pédagogique
    de leur communauté.
  32. Ils ne m'ont pas suspendue,
  33. ils n'ont pas contacté la police.
  34. Ma bagarre ne m'a pas empêchée
    d'aller à l'école le lendemain,
  35. elle ne m'a pas empêchée
    d'obtenir mon diplôme ou d'enseigner,
  36. Mais malheureusement,
    ce n'est pas la même expérience pour

  37. beaucoup de filles noires
    américaines ou dans le monde.
  38. Nous vivons une crise qui exclut
  39. les filles noires des écoles
    excessivement –
  40. pas parce que leur présence
    compromet la sécurité à l'école,
  41. mais parce qu'elles associent l'école
  42. avec des notions de sanction
    et de marginalisation.
  43. C'est ce que me disent les filles noires
    dans tout le pays.
  44. Mais ce n'est pas insurmontable.
  45. Nous pouvons changer ce récit.
  46. Commençons par quelques statistiques.

  47. Selon une enquête de l'institut national
    pour la justice des femmes noires
  48. sur les données des droits civils
  49. recueillies par
    le département de l'éducation américain,
  50. le groupe des filles noires
    est surreprésenté
  51. tout au long du continuum
    de la discipline à l'école.
  52. Cela ne veut pas dire que les autres
    filles ne se font jamais expulser
  53. ou qu'elles ne sont pas surreprésentées
  54. par ailleurs dans ce continuum.
  55. Mais les filles noires sont le seul groupe
  56. surreprésenté tout du long.
  57. Les filles noires ont sept fois plus
    de chance que leurs camarades blanches
  58. de subir au moins une suspension,
  59. et ont près de trois fois plus
    de chance que les blanches ou les latinas
  60. d'être envoyées au tribunal pour mineurs.
  61. Une étude récente du Centre Georgetown
    sur la pauvreté et l'inégalité

  62. démontre partiellement
    pourquoi ces disparités existent
  63. en confirmant que
    les filles noires subissent
  64. un phénomène spécifique
    de compression d'âge
  65. qui les fait paraître plus matures
    que leurs camarades blanches.
  66. Entre autres, l'étude a démontré que
  67. les gens pensent que les filles noires
    ont moins de besoins,
  68. nécessitent moins de protection,
    sont mieux informées sur le sexe,
  69. et sont plus indépendantes
    que leurs camarades blanches.
  70. L'étude a aussi constaté que
  71. cette disparité s'établit
    alors que les filles n'ont que cinq ans.
  72. Et que cette perception et cette disparité
    s'intensifient au fil du temps
  73. et culminent
    entre les âges de 10 et 14 ans.
  74. Ceci n'est pas sans conséquences.
  75. Juger qu'une fille est plus âgée
    peut entraîner un traitement plus sévère,
  76. une sanction immédiate
    quand elle commet une erreur,
  77. une condamnation de la victime
    quand on lui porte atteinte.
  78. Cela peut aussi la persuader
    que c'est elle qui est à tort,
  79. plutôt que les conditions
    dans lesquelles elle se trouve.
  80. Les filles noires sont souvent perçues
    comme trop bruyantes, trop agressives,

  81. trop coléreuses, trop visibles.
  82. Qualités souvent modérées dans le cas
    des filles qui ne sont pas noires
  83. et qui ignorent ce qu'il se passe
    par ailleurs dans la vie de cette fille,
  84. ou ses normes culturelles.
  85. Cela n'arrive pas qu'aux États-Unis.
  86. En Afrique du Sud à Pretoria,
  87. les filles noires du lycée pour filles
  88. ont été découragées de venir à l'école
    avec les cheveux au naturel,
  89. sans traitement chimique.
  90. Qu'ont fait ces filles ?
  91. Elles ont manifesté.
  92. Et c'était chouette de voir
    la majorité de la population
  93. serrer dans ses bras ces filles
    qui luttaient pour leurs droits.
  94. Mais certains les ont jugées importunes,
  95. surtout parce qu'elles ont osé
    poser cette question :
  96. « Où peut-on être noires
    si on ne peut pas l'être en Afrique ? »
  97. (Rires)

  98. (Applaudissements)
  99. C'est une bonne question.

  100. Partout dans le monde,
  101. les filles noires font face
    à cette question.
  102. Et partout dans le monde,
  103. elles luttent pour être visibles,
    travaillent pour être libres,
  104. et se battent pour être incluses
    dans le paysage de l'espoir
  105. que la sûreté d'un
    environnement éducatif apporte.
  106. Aux États-Unis, des petites filles,
    à peine sorties de la maternelle,
  107. se sont fait arrêter en classe
    à cause d'une crise de colère.
  108. Des collégiennes sont exclues de l'école
  109. pour porter leurs cheveux au naturel
  110. ou à cause de leur tenue vestimentaire.
  111. Des lycéennes sont sujettes à la violence
  112. des agents de police dans les écoles.
  113. Où les filles noires peuvent être noires
    sans réprimande ou sanction ?
  114. Il ne s'agit pas que de ces incidents.
  115. Dans mon travail
    de recherche et d'enseignement,

  116. j'ai eu l'opportunité de travailler
    avec des filles comme Stacy,
  117. une fille que j'ai profilée
    dans mon livre « Pushout »,
  118. qui lutte contre sa propre
    participation à la violence.
  119. Elle surpasse les analyses
    neuroscientifiques et structurelles
  120. que la science propose
  121. pour expliquer comment
    une enfance défavorable influence
  122. un comportement violent,
  123. et elle n'hésite pas à se décrire
    comme une « enfant à problèmes »,
  124. essentiellement car ces termes
    étaient ceux de ses éducateurs
  125. quand ils la suspendaient régulièrement.
  126. Seulement voilà,

  127. la déconnexion et l'internalisation
    de la souffrance
  128. s'accroissent dans l'isolement.
  129. Donc quand les filles ont des ennuis,
    il ne faut pas les repousser,
  130. il faut les rapprocher.
  131. L'éducation est essentielle
    à la protection
  132. contre le contact
    avec le système judiciaire.
  133. Il nous faut alors créer
    des stratégies et des méthodes
  134. qui connectent les filles
    à leur scolarité
  135. plutôt que de les en détourner.
  136. Voilà pourquoi j'aime dire que
    l'éducation est le travail de la liberté.
  137. Quand les filles se sentent en sécurité,
    elles peuvent étudier.
  138. Quand elles sont en danger,
    elles se battent,
  139. elles protestent, elles argumentent,
    elles fuient, elles se figent.
  140. Le cerveau humain est programmé
    pour nous protéger en cas de menace.
  141. Et tant que l'école
    représentera une menace,
  142. ou évoquera des épisodes
    douloureux de sa vie,
  143. une jeune fille voudra résister.
  144. Mais si l'école devenait
    un environnement apaisant,
  145. elle se prêterait mieux à l'apprentissage.
  146. Alors comment créer
    un environnement apaisant ?

  147. Eh bien, tout d'abord,
    il faut immédiatement mettre fin
  148. aux règles et méthodes
    qui pénalisent les filles noires
  149. pour leur coiffure ou leur tenue.
  150. (Applaudissements)

  151. Concentrons-nous sur les méthodes
    et la substance de son apprentissage

  152. plutôt que de surveiller son corps
    tout en promouvant la culture du viol,
  153. ou de punir les enfants
    à cause de leurs antécédents.
  154. C'est là que les parents et les adultes
    concernés peuvent participer.
  155. Établissez un dialogue avec l'école
  156. et encouragez-les à réévaluer
    leur code vestimentaire,
  157. et d'autres règles de conduites
    au sein d'un projet collaboratif
  158. entre les parents et les élèves,
  159. afin d'éviter le préjugé
    et la discrimination de façon délibérée.
  160. Mais n'oubliez pas,
  161. certaines des méthodes les plus blessantes
    ne sont pas flagrantes.
  162. Il nous faut donc persévérer
    et réévaluer nos propres idées préconçues
  163. dans notre considération des filles noires
    pour ce qu'elles sont vraiment,
  164. plutôt que pour ce qu'on nous a dit.
  165. Devenez bénévole à l'école,
  166. et créez des ateliers de discussions
    adaptés à toutes les cultures, les genres
  167. avec des filles noires,
    latinas, et indigènes
  168. et toutes celles qui ont subi
    la marginalisation à l'école,
  169. pour leur offrir un cadre sûr
  170. où elles peuvent assimiler leur identité
    et leurs expériences scolaires.
  171. Et pour que l'école devienne
    un milieu apaisant,
  172. il faut supprimer les officiers de police
  173. et augmenter le nombre d'éducateurs
    dans les écoles.
  174. (Applaudissements)

  175. L'éducation est le travail de la liberté.

  176. Et peu importe notre point de départ,
    il faut tous nous battre pour la liberté.
  177. Le point positif
    est qu'il y a des écoles
  178. très actives
    dans la création d'établissements
  179. où les filles se sentent
    sacrées et aimées.
  180. L'école préparatoire pour filles,
    à Columbus, dans l'Ohio,
  181. en est un bon exemple.
  182. Ils sont devenus exemplaires
    quand leur principal a déclaré
  183. qu'ils n'allaient plus punir les filles
    pour « mauvais comportement ».
  184. En plus de créer --
  185. Essentiellement, ils ont créé
    un environnement robuste
  186. d'alternatives aux suspensions,
    expulsions et arrestations.
  187. En plus d'établir un programme
    de justice réparatrice,
  188. ils ont amélioré la relation
    élève-enseignant
  189. en permettant à chaque fille
    d'avoir accès à au moins un adulte
  190. en cas de crise sur le campus.
  191. Ils ont construit le long des couloirs
    et dans les salles de classes
  192. des points de rassemblement
    pour les filles qui en auraient besoin.
  193. Et ils ont mis en place un programme
    consultatif qui offre aux filles
  194. l'opportunité de démarrer la journée
    avec la valorisation de l'estime de soi,
  195. des capacités en communication
    et d'établissement d'objectifs.
  196. Dans cette école,
  197. ils tentent de faire face
    aux expériences négatives de l'enfance
  198. plutôt que de les ignorer.
  199. Ils les rapprochent d'elles,
    ils ne les repoussent pas.
  200. Et par conséquent, l'absentéisme
    et les suspensions ont diminué,
  201. et les filles viennent à l'école
    prêtes à étudier,
  202. car elles savent que les enseignants
    s'intéressent à elles.
  203. Cela compte.
  204. Les écoles qui intègrent les arts
    et le sport au curriculum,

  205. ou qui créent un programme transformateur,
  206. tel que la justice réparatrice,
    la pleine conscience et la méditation,
  207. permettent aux filles de restaurer
    leurs relations avec les autres,
  208. mais aussi avec elles-mêmes.
  209. Répondre au traumatisme
    vécu, complexe et historique
  210. que nos élèves affrontent,
  211. exige que tous ceux qui ont de l'espoir
    pour nos enfants et nos adolescents
  212. développent des relations,
    un support pédagogique,
  213. des ressources humaines et financières
    ainsi que d'autres moyens,
  214. qui permettent aux enfants de se rétablir,
    pour qu'ils puissent étudier.
  215. La sensibilité de nos écoles
    envers nos filles les plus vulnérables

  216. est essentielle à la création
    d'une culture scolaire positive.
  217. Remplir cette promesse doit être
    de la plus grande précision
  218. lorsqu'elle est confrontée
    à la pauvreté et à la dépendance,
  219. sous le choc d'avoir été victime
    de trafic sexuel,
  220. ou ayant survécu à d'autres
    formes de violence,
  221. quand elle fait du bruit,
  222. ou quand elle est réservée.
  223. Il nous faut soutenir
    son bien-être intellectuel,
  224. social et émotionnel,
  225. qu'importe si son short lui arrive
    au genou, à la mi-cuisse ou plus haut.
  226. Cette tâche peut sembler difficile
    dans un monde
  227. tellement enraciné
    dans la politique de la crainte,
  228. d'imaginer des écoles où les filles
    se rétablissent et s'épanouissent,
  229. mais il nous faut avoir le courage
    de poursuivre cette intention.
  230. Si on s'engage dans cette notion que
    l'éducation est le travail de la liberté,
  231. nous pouvons changer
    les conditions scolaires
  232. afin qu'aucune fille,
    même la plus vulnérable d'entre nous,
  233. ne soit exclue de l'école.
  234. Ce sera alors un succès pour nous tous.
  235. Merci.

  236. (Applaudissements)