Return to Video

Les conséquences inattendues d'un monde trépidant

  • 0:01 - 0:05
    Savez-vous pourquoi nous sommes entourés
    de choses qui nous aident à tout faire
  • 0:05 - 0:08
    de plus en plus vite ?
  • 0:08 - 0:10
    Communiquer plus vite,
  • 0:10 - 0:13
    travailler plus vite,
    accéder plus vite à ses comptes,
  • 0:13 - 0:15
    voyager plus vite,
    trouver un rencard plus vite,
  • 0:15 - 0:20
    cuisiner plus vite, nettoyer plus vite
    et faire tout ça en même temps ?
  • 0:21 - 0:25
    Qu'est-ce que ça vous fait de caser
    toutes ces tâches dans une seule journée ?
  • 0:27 - 0:29
    Eh bien, pour ma génération d'Américains,
  • 0:29 - 0:31
    la rapidité semble être
    un droit de naissance.
  • 0:31 - 0:35
    Parfois, je pense qu'on a
    une vitesse minimale de Mach 3.
  • 0:35 - 0:38
    En dessous, on craint de perdre
    notre avantage concurrentiel.
  • 0:39 - 0:41
    Mais même ma génération
    commence à se demander
  • 0:41 - 0:44
    si nous maîtrisons la vitesse
  • 0:44 - 0:46
    ou si c'est la vitesse qui nous maîtrise.
  • 0:47 - 0:50
    Je suis anthropologue
    pour Rand Corporation.
  • 0:50 - 0:53
    La plupart d'entre nous
    étudie les cultures anciennes,
  • 0:53 - 0:55
    mais moi, je me concentre
    sur les cultures modernes
  • 0:55 - 0:59
    et sur notre adaptation
    à tous ces changements mondiaux.
  • 1:00 - 1:05
    Récemment, avec l'ingénieur Seifu Chonde,
    nous avons étudié la vitesse.
  • 1:05 - 1:10
    Nous voulions voir comment les gens
    s'adaptent à cette ère d’accélération
  • 1:10 - 1:13
    et les incidences
    sur la politique et la sécurité.
  • 1:14 - 1:16
    À quoi ressemblera le monde dans 25 ans
  • 1:16 - 1:19
    si la vitesse actuelle de changement
    ne cesse d’accélérer ?
  • 1:19 - 1:21
    Qu'adviendrait-il des transports,
  • 1:21 - 1:23
    de l'apprentissage, de la communication,
  • 1:23 - 1:26
    de l'industrie, de l'armement
  • 1:26 - 1:28
    ou encore de la sélection naturelle ?
  • 1:28 - 1:32
    Un futur plus rapide apportera-t-il
    plus de sécurité et de productivité ?
  • 1:32 - 1:35
    Ou nous rendra-t-il plus vulnérables ?
  • 1:35 - 1:39
    Dans notre étude, les gens considèrent
    l'accélération comme inévitable,
  • 1:39 - 1:42
    à la fois l'excitation
    et le manque de contrôle.
  • 1:42 - 1:44
    Ils craignent que s'ils devaient ralentir,
  • 1:44 - 1:47
    ils prendraient le risque
    de devenir obsolètes.
  • 1:47 - 1:50
    Ils préfèreraient s'épuiser
    que se rouiller.
  • 1:50 - 1:52
    Pourtant, en même temps,
  • 1:52 - 1:55
    ils craignent que cela affaiblisse
    leurs traditions culturelles
  • 1:55 - 1:57
    et leur sentiment d'appartenance.
  • 1:58 - 2:00
    Mais même ceux qui gagnent
    ce jeu de vitesse
  • 2:00 - 2:02
    admettent se sentir mal à l'aise.
  • 2:02 - 2:05
    Ils trouvent que cette accélération
    accentue l'écart entre les riches,
  • 2:05 - 2:08
    les jet-setteurs qui font le buzz,
  • 2:08 - 2:09
    et les pauvres
  • 2:09 - 2:12
    qui sont mis de côté à l'ère du numérique.
  • 2:13 - 2:17
    Oui, nous avons de bonnes raisons
    de prévoir que le futur sera plus rapide,
  • 2:17 - 2:19
    mais j'ai compris
  • 2:19 - 2:21
    que la vitesse est paradoxale,
  • 2:21 - 2:23
    et que comme avec tout paradoxe,
  • 2:23 - 2:26
    nous apprenons des choses
    sur l'expérience humaine,
  • 2:26 - 2:29
    aussi absurde et complexe que ce soit.
  • 2:30 - 2:32
    Le premier paradoxe :
    nous adorons la vitesse
  • 2:32 - 2:34
    et son intensité nous emballe.
  • 2:34 - 2:38
    Mais nos cerveaux préhistoriques
    ne sont pas conçus pour cela,
  • 2:38 - 2:43
    alors nous créons des montagnes russes,
    des bolides et des avions supersoniques
  • 2:43 - 2:46
    mais nous souffrons du coup du lapin,
    du mal des transports
  • 2:46 - 2:47
    ou du décalage horaire.
  • 2:48 - 2:50
    On n'a pas évolué pour être multitâches
  • 2:50 - 2:54
    mais pour faire une seule chose
    avec une concentration incroyable
  • 2:54 - 2:57
    comme la chasse,
    pas forcément avec rapidité
  • 2:57 - 3:00
    mais avec de l'endurance
    sur une longue distance.
  • 3:00 - 3:04
    Mais l'écart se creuse entre
    notre biologie et nos modes de vie,
  • 3:04 - 3:07
    une incompatibilité entre
    ce pour quoi notre corps est fait
  • 3:07 - 3:09
    et ce que nous lui faisons faire.
  • 3:09 - 3:11
    Ce phénomène, mes mentors l'ont nommé :
  • 3:11 - 3:14
    « Les hommes préhistoriques
    sur la voie rapide ».
  • 3:14 - 3:15
    (Rires)
  • 3:16 - 3:20
    Le deuxième paradoxe de la vitesse :
    on peut la mesurer objectivement.
  • 3:20 - 3:22
    Kilomètres par heure,
    gigabits par seconde.
  • 3:23 - 3:25
    Pourtant, la façon dont on la ressent
  • 3:25 - 3:27
    et dont on l'apprécie
  • 3:27 - 3:28
    est extrêmement subjective.
  • 3:29 - 3:30
    Nous pouvons prouver
  • 3:31 - 3:35
    que la vitesse à laquelle nous adoptons
    les nouvelles technologies augmente.
  • 3:35 - 3:40
    Par exemple, il a fallu 85 ans
    après le lancement du téléphone
  • 3:40 - 3:43
    pour que la majorité des Américains
    en possède un chez eux.
  • 3:43 - 3:48
    En revanche, il a fallu 13 ans seulement
    pour que nous ayons des smartphones.
  • 3:49 - 3:51
    Face à la vitesse,
    les actions et les réactions
  • 3:51 - 3:56
    varient d'une culture à l'autre
    et au sein d'une même culture.
  • 3:56 - 3:59
    Selon les cultures, les interactions
    pouvaient être considérées
  • 3:59 - 4:01
    comme brusques et pratiques
  • 4:01 - 4:03
    ou bien terriblement grossières.
  • 4:03 - 4:07
    Vous ne demanderiez pas un thé à emporter
    lors d'une cérémonie du thé japonaise
  • 4:07 - 4:10
    pour vite rejoindre
    votre prochaine destination.
  • 4:10 - 4:11
    N'est-ce pas ?
  • 4:12 - 4:16
    Le troisième paradoxe :
    la vitesse engendre de la vitesse.
  • 4:16 - 4:19
    Plus vite je réponds,
    plus j'ai de réponses,
  • 4:19 - 4:21
    plus je dois répondre en retour.
  • 4:21 - 4:23
    Pouvoir communiquer
  • 4:23 - 4:25
    et avoir des informations à portée de main
  • 4:25 - 4:27
    à n'importe quel moment
  • 4:27 - 4:31
    était censé rendre les prises de décisions
    plus simples et plus rationnelles.
  • 4:32 - 4:35
    Mais ça ne semble pas être le cas.
  • 4:36 - 4:38
    Un dernier paradoxe :
  • 4:39 - 4:44
    si toutes ces technologies rapides
    devaient nous libérer du dur labeur,
  • 4:44 - 4:47
    pourquoi nous sentons-nous
    pressés par le temps ?
  • 4:47 - 4:50
    Pourquoi battons-nous
    des records d'accidents de voiture ?
  • 4:50 - 4:53
    Car il faudrait qu'on réponde
    à ce SMS tout de suite ?
  • 4:54 - 4:57
    La vie sur la voie rapide
    ne devrait-elle pas être plus amusante
  • 4:57 - 4:59
    et moins angoissante ?
  • 4:59 - 5:02
    Les germanophones ont un mot pour cela :
  • 5:02 - 5:03
    « Eilkrankheit ».
  • 5:03 - 5:06
    « La maladie de l'urgence » en français.
  • 5:07 - 5:10
    Lorsque nous devons prendre
    des décisions rapidement,
  • 5:10 - 5:12
    on se met en pilote automatique
  • 5:12 - 5:14
    et on compte sur
    les comportements qu'on a appris,
  • 5:14 - 5:18
    nos réflexes, nos biais cognitifs,
  • 5:18 - 5:21
    pour nous aider à comprendre
    et répondre rapidement.
  • 5:22 - 5:24
    Parfois, ça nous sauve la vie, non ?
  • 5:24 - 5:25
    On lutte ou on fuit.
  • 5:25 - 5:28
    Mais parfois, sur le long terme,
    cela nous induit en erreur.
  • 5:29 - 5:33
    Souvent, quand la société
    fait face à des échecs majeurs,
  • 5:33 - 5:36
    il ne s'agit pas d'échecs technologiques.
  • 5:36 - 5:40
    Il s'agit d'échecs qui arrivent
    suite à une décision trop rapide,
  • 5:40 - 5:41
    en pilote automatique.
  • 5:41 - 5:44
    Nous avons omis l'analyse créative
    ou critique nécessaire
  • 5:44 - 5:45
    pour comprendre,
  • 5:46 - 5:47
    éliminer de fausses informations
  • 5:47 - 5:50
    ou pour en comprendre la complexité.
  • 5:50 - 5:54
    Ce genre d'analyse
    ne peut pas être faite à la va-vite.
  • 5:54 - 5:56
    C'est la pensée lente.
  • 5:56 - 5:59
    Deux psychologues,
    Daniel Kahneman et Amos Tversky,
  • 5:59 - 6:03
    ont commencé à le signaler en 1974
  • 6:03 - 6:06
    et nous avons toujours du mal
    à faire quoi que ce soit de leurs idées.
  • 6:07 - 6:12
    On peut considérer l'histoire moderne
    comme une succession d'accélérations.
  • 6:12 - 6:14
    C'est comme penser
    qu'en accélérant juste assez
  • 6:14 - 6:16
    nous pourrions fuir nos problèmes.
  • 6:17 - 6:18
    Nous ne le faisons jamais.
  • 6:18 - 6:20
    Nous savons tous cela,
  • 6:20 - 6:22
    et les législateurs aussi.
  • 6:23 - 6:25
    Nous avons recours
    à l'intelligence artificielle
  • 6:25 - 6:28
    pour des décisions
    plus rapides et intelligentes
  • 6:28 - 6:31
    pour traiter cet univers de données
    en perpétuelle expansion.
  • 6:32 - 6:36
    Mais les machines qui traitent
    les données ne remplacent pas
  • 6:36 - 6:38
    l'analyse critique et soutenue
  • 6:38 - 6:40
    faite par les humains
  • 6:40 - 6:44
    dont le cerveau préhistorique requiert
    du temps pour diminuer leurs impulsions,
  • 6:44 - 6:46
    pour ralentir leur esprit
  • 6:46 - 6:48
    et laisser leurs pensées s'exprimer.
  • 6:49 - 6:52
    Si vous commencez à penser
    qu'il nous suffirait de freiner,
  • 6:52 - 6:55
    ce ne sera pas toujours la bonne solution.
  • 6:55 - 7:00
    Nous savons qu'un train peut dérailler
    lorsqu'il va trop vite dans un virage,
  • 7:00 - 7:01
    mais Seifu, l'ingénieur,
  • 7:02 - 7:06
    m'a dit qu'un train peut aussi dérailler
    quand il va trop lentement dans un virage.
  • 7:07 - 7:12
    Gérer ces accélérations
    commence par comprendre
  • 7:12 - 7:15
    que nous avons davantage de contrôle
    sur la vitesse que nous le pensons,
  • 7:15 - 7:19
    individuellement et en tant que société.
  • 7:19 - 7:22
    Parfois, nous devrons nous améliorer
    pour aller plus vite.
  • 7:22 - 7:24
    Nous voudrons éradiquer les bouchons,
  • 7:24 - 7:26
    accélérer les aides
    aux victimes d'ouragans
  • 7:26 - 7:30
    ou utiliser les imprimantes 3D
    pour produire sur le champ
  • 7:30 - 7:31
    ce dont on a besoin.
  • 7:32 - 7:36
    Parfois, nous voudrons des cadres de vie
    qui paraissent plus lents
  • 7:36 - 7:39
    pour élaborer une solution
    pour éviter l'accident lié à la vitesse.
  • 7:40 - 7:44
    C'est bien de ne pas être
    constamment stimulés.
  • 7:44 - 7:45
    C'est bon pour les adultes
  • 7:45 - 7:47
    et pour les enfants.
  • 7:47 - 7:51
    C'est peut-être ennuyant,
    mais ça laisse du temps pour réfléchir.
  • 7:51 - 7:55
    Prendre son temps,
    ce n'est pas perdre son temps.
  • 7:56 - 8:00
    Nous devons réévaluer
    ce que signifie « gagner du temps ».
  • 8:00 - 8:04
    À travers le monde, les cultures
    et les rituels se créent dans la lenteur
  • 8:04 - 8:09
    car elle nous aide à nous rapprocher
    et à renforcer nos valeurs partagées.
  • 8:09 - 8:12
    Les relations sont une partie essentielle
    du développement humain.
  • 8:13 - 8:15
    Nous devons maîtriser la vitesse,
  • 8:15 - 8:19
    c'est-à-dire réfléchir prudemment
    aux contreparties de toute technologie.
  • 8:20 - 8:24
    Vous rendra-t-elle le temps nécessaire
    pour que vous exprimiez votre humanité ?
  • 8:24 - 8:28
    Vous donnera-t-elle, à vous
    ou aux autres, la maladie de l'urgence ?
  • 8:28 - 8:32
    Si vous pouvez décider de la vitesse
    à laquelle vous voulez mener votre vie,
  • 8:32 - 8:34
    vous avez un privilège.
  • 8:34 - 8:36
    Utilisez-le.
  • 8:36 - 8:39
    Vous pourriez décider d'accélérer
  • 8:39 - 8:41
    et de créer des moments lents :
  • 8:42 - 8:44
    des moments pour réfléchir,
  • 8:44 - 8:45
    pour aller
  • 8:45 - 8:47
    à votre rythme ;
  • 8:48 - 8:49
    pour écouter,
  • 8:50 - 8:51
    pour compatir,
  • 8:52 - 8:53
    pour apaiser votre esprit,
  • 8:54 - 8:56
    pour vous attarder à table.
  • 8:57 - 8:59
    En zoomant vers le futur,
  • 8:59 - 9:03
    envisageons d'adapter
    les technologies de la vitesse,
  • 9:03 - 9:05
    les objectifs de la vitesse
  • 9:05 - 9:08
    et nos attentes envers la vitesse
  • 9:08 - 9:10
    à un rythme plus humain.
  • 9:11 - 9:12
    Merci.
  • 9:12 - 9:13
    (Applaudissements)
Title:
Les conséquences inattendues d'un monde trépidant
Speaker:
Kathryn Bouskill
Description:

Pourquoi la technologie moderne nous promet-elle de l'efficacité alors que nous avons tout le temps l'impression d'être pris pas le temps ? Kathryn Bouskill, anthropologue, explore les paradoxes de la vie dans une société trépidante et explique pourquoi nous devons réévaluer la nécessité de ralentir dans un monde qui nous demande de ne jamais nous arrêter.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
09:26

French subtitles

Revisions