Return to Video

Comment empêcher ma colère d'exploser ?

  • 0:00 - 0:08
    Village des Pruniers, France, Mai 2014
    Le Maître Zen Thich Nhat Hanh répond aux questions
  • 0:08 - 0:15
    Comment empêcher ma colère d'exploser
  • 0:15 - 0:22
    et de blesser les autres ?
  • 0:27 - 0:34
    Cher Thây, chère Sangha
  • 0:35 - 0:39
    Parfois je contrôle la colère qui monte.
  • 0:39 - 0:43
    Je la garde à l'intérieur, mais ensuite
    elle explose soudainement
  • 0:43 - 0:45
    Je laisse tout sortir d'un coup,
  • 0:45 - 0:49
    sans savoir pourquoi et
    sans pouvoir la contrôler.
  • 0:50 - 0:55
    Quand ma colère explose,
    je blesse l'autre personne,
  • 0:55 - 0:59
    et moi-même aussi.
  • 0:59 - 1:05
    Et je n'ai pas de compassion pour elle
    car je ne me rends pas compte.
  • 1:07 - 1:13
    Et quand je me calme,
    et que toute la colère est sortie,
  • 1:13 - 1:17
    alors j'ai de la compassion et
    j'ai conscience que je l'ai fait souffrir
  • 1:17 - 1:20
    Mais sur le moment,
    je ne peux rien faire.
  • 1:20 - 1:22
    Comment faire ?
  • 1:25 - 1:27
    Cher Thây, notre amie dit que...
  • 1:27 - 1:30
    C'est une autre question sur la colère.
  • 1:30 - 1:34
    Elle sent beaucoup de colère qui monte parfois
  • 1:34 - 1:37
    et elle ne veut pas la laisser sortir.
  • 1:37 - 1:41
    Donc elle essaye de la contrôler,
    elle la refoule.
  • 1:41 - 1:44
    Mais alors, à un moment
    ça explose, ça sort
  • 1:44 - 1:48
    et elle peut blesser l'autre.
  • 1:48 - 1:51
    Elle est désolée de blesser l'autre.
  • 1:51 - 1:55
    Elle sent de la compassion
    pour la souffrance qu'elle lui a causé.
  • 1:55 - 2:00
    Elle veut savoir comment
    mieux gérer la situation.
  • 2:03 - 2:07
    Est-elle capable de voir la souffrance
    de l'autre personne ?
  • 2:40 - 2:43
    Je vois leur souffrance
  • 2:43 - 2:47
    mais l'émotion forte arrive quand même
  • 2:47 - 2:49
    Que puis-je faire ?
  • 2:56 - 2:58
    Contrôler ne suffit pas.
  • 2:59 - 3:03
    Contrôler peut être supprimer.
  • 3:04 - 3:06
    Supprimer n'est pas bon,
  • 3:06 - 3:10
    parce qu'elle est toujours là,
    tu la coinces,
  • 3:10 - 3:12
    mais elle est encore là.
  • 3:13 - 3:17
    Donc supprimer n'est pas bon.
  • 3:17 - 3:20
    Nous devons transformer.
  • 3:23 - 3:29
    Et pour transformer,
    on a besoin de compassion.
  • 3:30 - 3:35
    Le seul antidote pour la colère, la violence
    c'est la compassion.
  • 3:37 - 3:39
    Il n'y a pas d'autre moyen.
  • 3:40 - 3:44
    Mais comment créer de la compassion ?
  • 3:44 - 3:47
    Comment générer cette énergie ?
  • 3:47 - 3:49
    C'est ça la vraie question.
  • 3:49 - 3:54
    Et dans cette retraite nous avons appris
  • 3:54 - 3:57
    à reconnaître la soufrance.
  • 3:59 - 4:02
    Car la souffrance en cette personne est
  • 4:02 - 4:08
    la cause de son action ou ses mots
    qui peuvent te blesser.
  • 4:11 - 4:15
    La colère en lui arrose la colère en toi
  • 4:17 - 4:22
    La violence en lui arrose
    la violence en toi.
  • 4:26 - 4:32
    Et c'est pourquoi... nous devons
    inspirer et expirer consciemment
  • 4:32 - 4:40
    et voir que l'autre est victime
  • 4:40 - 4:46
    de sa propre violence, souffrance,
    incompréhension.
  • 4:46 - 4:48
    C'est très important.
  • 4:50 - 4:53
    C'est l'enseignement du Bouddha :
  • 4:53 - 4:55
    regarder la souffrance
  • 4:55 - 4:58
    et comprendre la souffrance.
  • 4:58 - 5:01
    Quand on comprend sa propre souffrance
  • 5:01 - 5:06
    on peut comprendre celle de l'autre.
  • 5:06 - 5:09
    Comprendre la souffrance apporte
    toujours la compassion
  • 5:09 - 5:17
    Et c'est seulement la compassion
    qui peut transformer la colère et la violence.
  • 5:19 - 5:24
    Il y a ceux qui pensent qu'on peut
  • 5:25 - 5:29
    retirer le bloc de colère de nous
  • 5:30 - 5:34
    comme une opération chirurgicale.
  • 5:38 - 5:40
    Mais on ne peut pas faire ça avec la colère.
  • 5:40 - 5:45
    On ne peut pas l'extirper.
  • 5:45 - 5:48
    On peut seulement la transformer.
  • 5:48 - 5:52
    La colère peut être transformée
    en quelque chose d'autre.
  • 5:52 - 5:56
    Elle peut être transformée en
    compréhension et compassion
  • 5:57 - 6:02
    Et c'est le travail d'un pratiquant :
  • 6:02 - 6:04
    regarder dans la souffrance,
  • 6:04 - 6:07
    sa propre souffrance
    et celle des autres
  • 6:07 - 6:12
    et essayer d'en comprendre la cause.
  • 6:12 - 6:16
    C'est comme ça qu'on génère
  • 6:16 - 6:19
    l'énergie de compassion
  • 6:19 - 6:22
    Et quand la compassion est là
  • 6:22 - 6:24
    elle transforme la colère.
  • 6:24 - 6:29
    On n'a pas besoin de l'enlever.
  • 6:29 - 6:33
    Il y a ceux qui essayent de la retirer.
  • 6:34 - 6:36
    Il y a ceux qui conseillent de...
  • 6:36 - 6:42
    l'enlever par une pratique
    appelée "ventilation"
  • 6:42 - 6:46
    Comme s'il y avait de la fumée chez vous
  • 6:46 - 6:50
    et que vous vouliez ventiler la fumée
    pour l'enlever.
  • 6:50 - 6:57
    La technique c'est de s'enfermer
    dans sa chambre
  • 6:57 - 7:04
    et de frapper un oreiller
  • 7:05 - 7:11
    pendant 10, 15 minutes
  • 7:11 - 7:13
    Et ils pensent qu'en faisant ça
  • 7:13 - 7:20
    on peut... enlever la colère.
  • 7:21 - 7:24
    "j'ai conscience que la colère est là"
  • 7:24 - 7:27
    "je veux l'enlever"
  • 7:27 - 7:30
    Car ils pensent que c'est plus sûr
    de frapper l'oreiller
  • 7:30 - 7:34
    que de frapper l'autre personne directement.
  • 7:34 - 7:38
    Et ils appellent ça
    "l'enlever de soi".
  • 7:40 - 7:42
    Mais ça ne marche pas.
  • 7:43 - 7:45
    Ca ne marche pas.
  • 7:45 - 7:48
    Ça peut renforcer votre colère.
  • 7:50 - 7:54
    C'est comme ressasser votre colère
  • 7:59 - 8:03
    Et ils appellent ça
    "entrer en contact avec sa colère"
  • 8:04 - 8:07
    C'est bien d'être en contact avec sa colère.
  • 8:07 - 8:12
    Le Bouddha nous conseille aussi d'inspirer
  • 8:12 - 8:16
    de retourner en nous et
    d'entrer en contact avec notre colère,
  • 8:17 - 8:19
    de l'étreindre tendrement
  • 8:19 - 8:23
    et de regarder profondément en elle.
  • 8:24 - 8:31
    Mais dans cette pratique de
    marteler l'oreiller
  • 8:32 - 8:37
    on ne rentre pas vraiment en contact
    avec notre colère.
  • 8:39 - 8:42
    On est victime de notre colère.
  • 8:42 - 8:45
    On ne la contacte pas.
  • 8:45 - 8:48
    On n'est même pas
    en contact avec l'oreiller...
  • 8:50 - 8:53
    même si on le frappe.
  • 8:53 - 8:57
    Car si vous êtes vraiment en contact
    avec votre oreiller,
  • 8:57 - 8:59
    vous savez que ce n'est qu'un oreiller
  • 9:02 - 9:04
    C'est drôle de frapper un oreiller.
  • 9:04 - 9:06
    L'oreiller est innocent.
  • 9:07 - 9:10
    Si vous n' êtes pas
    en contact avec l'oreiller
  • 9:10 - 9:13
    vous ne pouvez pas être en contact
    avec votre colère.
  • 9:14 - 9:16
    Et si vous continuez comme ça
  • 9:16 - 9:21
    peut-être qu'un jour, en le croisant
    dans la rue, vous aurez envie de...
  • 9:21 - 9:23
    le frapper directement
    et vous irez en prison
  • 9:24 - 9:30
    Donc ça ne vous aide pas vraiment
    à faire sortir la colère
  • 9:32 - 9:35
    Donc selon cette pratique
  • 9:36 - 9:40
    que le Bouddha recommande,
  • 9:40 - 9:44
    on doit revenir à nous
    et reconnaître la colère
  • 9:44 - 9:47
    et essayer de la contenir
    avec l'énergie de pleine conscience
  • 9:47 - 9:49
    C'est la pleine conscience de la colère
  • 9:50 - 9:53
    On pratique toujours
    la pleine conscience de quelque chose
  • 9:53 - 9:59
    Quand je bois mon thé et deviens conscient
  • 9:59 - 10:05
    que je suis ici et maintenant
  • 10:05 - 10:07
    c'est la pleine conscience de boire.
  • 10:08 - 10:10
    Et quand je respire consciemment
  • 10:10 - 10:13
    c'est la pleine conscience de la respiration.
  • 10:13 - 10:15
    Quand je marche consciemment,
  • 10:15 - 10:17
    c'est la pleine conscience de la marche.
  • 10:17 - 10:18
    Donc quand je reviens en moi-même
  • 10:18 - 10:22
    et reconnais ma colère,
    et tiens ma colère
  • 10:22 - 10:25
    la colère devient l'objet
    de ma pleine conscience
  • 10:25 - 10:28
    C'est la pleine conscience de la colère
  • 10:28 - 10:30
    Il y a deux énergies :
  • 10:30 - 10:33
    d'abord l'énergie de la colère
  • 10:33 - 10:37
    et ensuite, l'énergie de pleine conscience.
  • 10:37 - 10:40
    Pour avoir cette énergie,
  • 10:40 - 10:43
    on doit pratiquer la respiration
    et la marche en pleine conscience.
  • 10:43 - 10:50
    Avec la seconde énergie, on reconnait
    la première et on l'embrasse tendrement,
  • 10:50 - 10:53
    on ne supprime pas...
  • 10:57 - 11:01
    ... mais on l'embrasse tendrement
  • 11:01 - 11:04
    Comme une mère qui embrasse
  • 11:07 - 11:09
    son bébé qui souffre.
  • 11:12 - 11:14
    Et quand l'énergie de pleine conscience
  • 11:14 - 11:16
    embrasse l'énergie de colère,
  • 11:16 - 11:18
    on souffre moins.
  • 11:20 - 11:25
    C'est comme le soleil
    qui embrasse la fleur de lotus
  • 11:25 - 11:28
    Le lotus reçoit la chaleur,
  • 11:28 - 11:32
    l'énergie, pour éclore.
  • 11:32 - 11:35
    Donc quand on utilise l'énergie
    de pleine conscience
  • 11:35 - 11:38
    pour embrasser notre colère,
  • 11:38 - 11:40
    on souffre moins,
    on est soulagé.
  • 11:40 - 11:43
    On souffre moins.
  • 11:43 - 11:45
    Et si on regarde plus profondément,
  • 11:45 - 11:50
    on peut identifier la cause de notre colère :
  • 11:50 - 11:51
    une perception erronée
  • 11:51 - 11:54
    ou peut-être notre manque de capacité
  • 11:54 - 11:58
    à voir la souffrance de l'autre.
  • 11:58 - 12:01
    Et si on identifie notre perception erronée,
  • 12:01 - 12:04
    si on peut voir la souffrance de l'autre
  • 12:04 - 12:08
    alors soudain, cette compréhension,
  • 12:08 - 12:12
    cette vision, fait naître la compassion.
  • 12:12 - 12:14
    Et quand la compassion survient,
  • 12:14 - 12:16
    c'est comme un nectar qui allège
  • 12:16 - 12:18
    notre souffrance immédiatement.
  • 12:18 - 12:20
    On est soulagé.
  • 12:20 - 12:22
    Et on peut transformer.
  • 12:31 - 12:36
    Cette pratique fonctionne toujours.
  • 12:36 - 12:39
    Vous savez qu'avant,
    au Village des Pruniers
  • 12:39 - 12:45
    on sponsorisait un groupe
    de Palestiniens et d'Israëliens
  • 12:45 - 12:47
    pour qu'il viennent pratiquer.
  • 12:48 - 12:52
    Il y a beaucoup d'incompréhension,
  • 12:52 - 12:54
    de colère et de suspicion dans chaque groupe.
  • 12:57 - 13:01
    Mais s'ils peuvent rester 2 semaines,
  • 13:01 - 13:06
    la transformation et la guérison
    sont possibles
  • 13:06 - 13:11
    On pratique : calmer, relâcher les tensions
  • 13:11 - 13:14
    On pratique : entrer en contact avec
  • 13:14 - 13:17
    les merveilles de la vie pour se nourrir.
  • 13:17 - 13:20
    On pratique aussi la respiration
  • 13:20 - 13:24
    pour reconnaître notre suspicion,
  • 13:24 - 13:28
    notre peur, notre colère.
  • 13:29 - 13:32
    Puis on s'assied, et on essaye
  • 13:32 - 13:35
    de s'écouter les uns les autres
  • 13:36 - 13:39
    et de parler au groupe
  • 13:39 - 13:41
    de notre souffrance,
  • 13:41 - 13:42
    notre peur.
  • 13:44 - 13:49
    On utilise la pratique du 4ème entraînement
    à la pleine conscience :
  • 13:49 - 13:53
    la parole aimante, et l'écoute profonde.
  • 13:54 - 13:59
    On peut leur partager tout ce que
    nous avons sur le coeur :
  • 13:59 - 14:02
    notre souffrance, notre peur, notre colère
  • 14:03 - 14:07
    Mais on le fait de façon à ce que
    l'autre personne, l'autre groupe
  • 14:07 - 14:09
    puisse vous comprendre.
  • 14:09 - 14:11
    Aidez-les à comprendre.
  • 14:12 - 14:16
    Donc quand vous parlez,
  • 14:16 - 14:20
    vous ne condamnez pas, vous n'accusez pas.
  • 14:21 - 14:24
    Vous les aidez juste à comprendre
  • 14:24 - 14:26
    combien vous souffrez
  • 14:26 - 14:30
    vous et votre peuple et vos enfants.
  • 14:30 - 14:33
    Ainsi, vous les aidez
    à comprendre votre souffrance.
  • 14:36 - 14:41
    Puis ce sera votre tour de vous asseoir
  • 14:41 - 14:44
    et d'écouter leurs souffrances.
  • 14:44 - 14:46
    Ils vous diront
  • 14:46 - 14:50
    leurs souffrances, leurs peurs,
    leur colère, leur désespoir.
  • 14:50 - 14:53
    Et vous devez écouter.
  • 14:54 - 14:57
    Et pendant qu'ils parlent
  • 14:57 - 14:59
    vous remarquerez peut-être qu'ils ont
  • 14:59 - 15:02
    des perceptions erronées sur vous.
  • 15:05 - 15:09
    Et vous voudrez les corriger.
  • 15:09 - 15:10
    Mais selon cette pratique
  • 15:10 - 15:12
    vous ne devriez pas le faire.
  • 15:13 - 15:16
    Car si vous les corrigez
    pendant qu'ils parlent
  • 15:16 - 15:20
    vous transformez la séance en débat.
  • 15:21 - 15:24
    Ce n'est pas la pratique de l'écoute profonde.
  • 15:24 - 15:27
    Vous dites : "oh ils disent
    des choses fausses car
  • 15:27 - 15:30
    ils n'ont pas vu la vérité.
  • 15:30 - 15:33
    Mais j'ai le temps de les aider
  • 15:33 - 15:38
    à corriger leurs perceptions
    dans quelques jours
  • 15:38 - 15:42
    car ils seront là encore pendant une semaine.
  • 15:42 - 15:44
    Donc nous aurons encore l'occasion
  • 15:44 - 15:47
    de leur dire, de leur donner
  • 15:47 - 15:49
    des informations qui les aideront
  • 15:49 - 15:50
    à corriger leurs perceptions.
  • 15:50 - 15:52
    Mais pas maintenant.
  • 15:52 - 15:59
    Maintenant nous devons écouter,
  • 15:59 - 16:01
    écouter attentivement."
  • 16:01 - 16:03
    Ecouter comme cela s'appelle
  • 16:03 - 16:06
    "l'écoute compatissante".
  • 16:07 - 16:08
    Et si vous savez comment écouter
  • 16:08 - 16:11
    avec compassion pendant une heure,
  • 16:11 - 16:13
    ils souffriront moins.
  • 16:13 - 16:15
    Donc on pratique la compassion.
  • 16:15 - 16:19
    On leur donne l'opportunité
    de moins souffrir.
  • 16:22 - 16:25
    C'est la pratique du 4 ème entraînement.
  • 16:25 - 16:27
    Ecouter avec compassion pour
  • 16:27 - 16:31
    aider l'autre à moins souffrir.
  • 16:31 - 16:34
    On peut faire cela avec
    notre mari, notre femme
  • 16:34 - 16:39
    notre fils, notre fille,
    avec notre père ou notre mère.
  • 16:39 - 16:43
    Ecoutez pour qu'ils aient une chance
  • 16:43 - 16:47
    de vider leur coeur.
  • 16:47 - 16:50
    C'est cela la compassion.
  • 16:50 - 16:54
    Et après une semaine de pratique
  • 16:54 - 17:00
    on peut enlever beaucoup
    de perceptions erronées.
  • 17:00 - 17:03
    On améliore notre compréhension mutuelle.
  • 17:03 - 17:07
    Et les deux groupes peuvent s'asseoir,
  • 17:07 - 17:12
    se prendre par la main
    pendant la méditation marchée,
  • 17:12 - 17:15
    et partager un repas ensemble.
  • 17:16 - 17:20
    La fraternité est née.
  • 17:21 - 17:25
    Donc c'est une pratique très importante.
  • 17:30 - 17:36
    Et nous croyons que les politiques
    doivent apprendre cette pratique.
  • 17:36 - 17:39
    Quand ils vont à une négociation pour la paix,
  • 17:39 - 17:41
    ils devraient suivre les instructions :
  • 17:41 - 17:43
    se calmer,
  • 17:44 - 17:46
    lâcher prise,
  • 17:47 - 17:49
    reconnaître la souffrance en soi,
  • 17:49 - 17:52
    reconnaître la souffrance en l'autre.
  • 17:53 - 17:57
    Et s'ils passent une semaine ou deux
    à pratiquer ainsi,
  • 17:57 - 18:01
    leurs négociations pour la paix
    seront fructueuses.
  • 18:04 - 18:09
    Et je pense que dans les écoles
    de sciences politiques
  • 18:09 - 18:12
    les étudiants doivent
    apprendre ce genre de pratiques.
  • 18:12 - 18:16
    Ils n'ont pas besoin d'être bouddhistes
    pour les apprendre.
  • 18:16 - 18:18
    C'est de l'éthique appliquée qui peut être
  • 18:18 - 18:22
    enseignée dans n'importe quelle école,
  • 18:22 - 18:25
    y compris l'école primaire.
  • 18:25 - 18:28
    Car les enfants peuvent apprendre la pratique
  • 18:28 - 18:31
    et se réconcilier avec leurs frères et soeurs
  • 18:31 - 18:33
    et leurs parents
  • 18:33 - 18:36
    et même aider leurs parents.
  • 18:36 - 18:40
    Il y a beaucoup de retraites organisées
    pour les jeunes, et les enfants.
  • 18:40 - 18:42
    Et les enfants se transforment
  • 18:42 - 18:45
    quand il parviennent à voir la souffrance
  • 18:45 - 18:48
    dans leur père, dans leur mère.
  • 18:48 - 18:50
    Et ils rentrent chez eux après la retraite,
  • 18:50 - 18:52
    écoutent leur père et leur mère
  • 18:52 - 18:55
    et les aident à moins souffrir.
  • 18:55 - 18:56
    C'est un miracle.
  • 18:56 - 19:01
    Ca arrive toujours dans nos retraites.
  • 19:04 - 19:09
    Se connecter, être inspiré, être nourri.
Title:
Comment empêcher ma colère d'exploser ?
Description:

Questions/Réponses avec Thich Nhat Hanh le 12 Juillet 2011

more » « less
Video Language:
English
Duration:
19:42

French subtitles

Revisions Compare revisions