Return to Video

Une journée de la vie d'un architecte de la Grèce antique - Mark Robinson

  • 0:07 - 0:12
    Alors que le soleil se lève sur Athènes,
    Phidias est déjà en retard au travail.
  • 0:12 - 0:15
    Nous sommes en 432 av. J.-C.
  • 0:15 - 0:18
    et il est l'architektôn,
    ou constructeur en chef,
  • 0:18 - 0:22
    du Parthénon – le plus récent
    et le plus grand temple d'Athènes.
  • 0:22 - 0:27
    Une fois achevé, son chef-d'œuvre sera
    un immense sanctuaire à la déesse Athéna
  • 0:27 - 0:31
    et un hommage à la gloire des Athéniens.
  • 0:31 - 0:36
    Mais une fois sur place, il tombe sur cinq
    epistatai, ou fonctionnaires de la cité,
  • 0:36 - 0:38
    qui l'attendent pour le confronter.
  • 0:38 - 0:40
    Ils accusent Phidias de détourner de l'or
  • 0:40 - 0:44
    réservé à la statue sacrée
    qui sera placée au centre du temple.
  • 0:44 - 0:48
    Il a jusqu'au coucher du soleil pour
    justifier toutes les dépenses du temple
  • 0:48 - 0:54
    jusqu'à la moindre paillette d'or –
    ou il affrontera le jugement du tribunal.
  • 0:54 - 0:59
    Bien qu'il soit offensé par ces fausses
    accusations, Phidias n'est pas surpris.
  • 0:59 - 1:02
    Périclès, l'homme politique
    qui a commandé le Parthénon,
  • 1:02 - 1:05
    a beaucoup d’ennemis au conseil de la cité
  • 1:05 - 1:08
    et ce projet est quelque peu controversé.
  • 1:08 - 1:12
    Le peuple s'attend à un temple classique
    dans le style dorique :
  • 1:12 - 1:16
    des colonnes simples supportant
    un entablement horizontal,
  • 1:16 - 1:18
    couronné d'un toit triangulaire.
  • 1:18 - 1:23
    Mais les plans de Phidias s'éloignent
    beaucoup des standards athéniens.
  • 1:23 - 1:28
    Son projet combine des colonnes doriques
    avec une large frise ionique,
  • 1:28 - 1:34
    représentant un vaste panorama des fêtes
    des Grandes Panathénées.
  • 1:34 - 1:39
    Non seulement cette sculpture représentera
    des humains et des dieux côte à côte –
  • 1:39 - 1:42
    ce qui n'a jamais été vu auparavant
    dans le décor d'un temple –
  • 1:42 - 1:46
    mais elle va aussi coûter beaucoup
    plus cher que la méthode traditionnelle.
  • 1:46 - 1:51
    Priant les dieux pour que ses collègues
    aient gardé une trace de leurs dépenses,
  • 1:51 - 1:54
    Phidias se prépare à prouver
    son innocence.
  • 1:54 - 1:59
    Tout d'abord, il fait le point avec
    ses architectes Ictinos et Callicratès.
  • 1:59 - 2:00
    Plutôt que d'utiliser un plan,
  • 2:00 - 2:04
    ils étudient en détail le syngraphai,
    une esquisse globale,
  • 2:04 - 2:07
    et le paradeigma, un modèle en 3D.
  • 2:07 - 2:12
    Sans plan précis, l'équipe doit souvent
    résoudre des problèmes en temps réel,
  • 2:12 - 2:18
    guidée seulement par des calculs minutieux
    et par son sens de la symétrie.
  • 2:18 - 2:22
    Conserver cette symétrie s'est avéré être
    particulièrement difficile.
  • 2:22 - 2:24
    Le Parthénon est bâti sur une courbe
  • 2:24 - 2:28
    avec des colonnes penchant
    légèrement vers l'intérieur.
  • 2:28 - 2:29
    Pour montrer sa puissance
  • 2:29 - 2:33
    et faire en sorte que les colonnes
    aient l'air droites de loin,
  • 2:33 - 2:39
    les architectes ont utilisé l'entasis,
    un léger bombement, pour chaque colonne.
  • 2:39 - 2:41
    Pour les autres éléments du temple,
  • 2:41 - 2:46
    l'équipe calcule la symétrie en conservant
    des proportions similaires
  • 2:46 - 2:47
    pour tout le projet.
  • 2:47 - 2:52
    Mais leurs modifications nécessitent
    constamment de nouveaux calculs.
  • 2:52 - 2:55
    Après avoir aidé à résoudre
    l'un de ces calculs,
  • 2:55 - 2:57
    Phidias regroupe les registres d'or
    tenus par ses collègues
  • 2:57 - 3:01
    et part recevoir une livraison spéciale.
  • 3:01 - 3:05
    D'immenses blocs de marbre destinés
    au fronton du Parthénon viennent d'arriver
  • 3:05 - 3:08
    des carrières du mont Pentélique.
  • 3:08 - 3:10
    Les rampes habituelles
    risquant de s'écrouler
  • 3:10 - 3:14
    sous le poids de ces blocs
    de deux ou trois tonnes,
  • 3:14 - 3:18
    Phidias ordonne de construire
    de nouvelles poulies.
  • 3:18 - 3:20
    Après avoir noté la dépense supplémentaire
  • 3:20 - 3:23
    et supervisé la construction
    tout l'après-midi,
  • 3:23 - 3:26
    il arrive enfin à l'atelier de sculpture.
  • 3:26 - 3:31
    Ses sculpteurs sont en train de graver
    92 scènes mythiques, ou métopes,
  • 3:31 - 3:34
    pour décorer le temple.
  • 3:34 - 3:38
    Chaque gravure dépeint des combats
    de plusieurs batailles épiques,
  • 3:38 - 3:42
    toutes des représentations mythiques
    de la victoire de la Grèce contre la Perse
  • 3:42 - 3:45
    environ 40 ans plus tôt.
  • 3:45 - 3:49
    Aucun temple n'a jamais utilisé
    autant de métopes auparavant
  • 3:49 - 3:54
    et chaque scène fait encore gonfler
    un peu plus les dépenses du temple.
  • 3:54 - 3:58
    Enfin, Phidias se tourne vers
    sa principale responsabilité
  • 3:58 - 4:01
    et le point focal de l'ensemble du temple.
  • 4:01 - 4:05
    Recouverte d'épaisses couches d'or,
    minutieusement décorée
  • 4:05 - 4:08
    et trônant au-dessus de ses fidèles,
  • 4:08 - 4:14
    se trouvera la statue de la patronne et
    protectrice de la cité : Athéna Parthénos.
  • 4:14 - 4:18
    Une fois le temple achevé,
    la foule se pressera autour d'elle,
  • 4:18 - 4:21
    offrant des prières,
    réalisant des sacrifices
  • 4:21 - 4:26
    et versant des libations en l'honneur
    de la déesse de la sagesse.
  • 4:26 - 4:28
    Phidias passe le reste de la journée
  • 4:28 - 4:30
    à finaliser les derniers
    détails de la statue,
  • 4:30 - 4:35
    et alors que la lumière du jour s'estompe,
    les epistatai arrivent pour le confronter.
  • 4:35 - 4:39
    Après s'être penchés sur ses registres,
    ils lèvent la tête triomphalement.
  • 4:39 - 4:43
    Phidias a peut-être noté
    les dépenses générales pour le temple,
  • 4:43 - 4:47
    mais ses registres ne
    mentionnent pas l'or de la statue.
  • 4:47 - 4:52
    À ce moment, Périclès en personne arrive
    pour sauver son constructeur en chef.
  • 4:52 - 4:56
    Le commanditaire du temple leur dit
    que tout l'or de la statue
  • 4:56 - 5:01
    peut être enlevé et pesé pièce par pièce
    pour prouver l'innocence de Phidias.
  • 5:01 - 5:03
    Assignant des travailleurs à cette tâche,
  • 5:03 - 5:07
    et chargeant les fonctionnaires
    de les surveiller tard dans la nuit,
  • 5:07 - 5:10
    Phidias et son mécène
    laissent leurs adversaires
  • 5:10 - 5:12
    à la merci de la puissante Athéna.
Title:
Une journée de la vie d'un architecte de la Grèce antique - Mark Robinson
Speaker:
Mark Robinson
Description:

Retrouvez la leçon complète : https://ed.ted.com/lessons/a-day-in-the-life-of-an-ancient-greek-architect-mark-robinson

Nous sommes en 432 av. J.-C. Alors que le jour se lève sur Athènes, Phidias est déjà en retard au travail. Il est le constructeur en chef du Parthénon, le plus récent et le plus grand temple d'Athènes. Lorsqu'il arrive sur place, des fonctionnaires de la cité l'accusent de détourner de l'or de la statue sacrée qui sera placée au centre du temple. Il a jusqu'au coucher du soleil pour prouver son innocence ou faire face au tribunal. Mark Robinson présente une journée de la vie d'un architecte grec.

Leçon par Mark Robinson, réalisée par Hana Tintor et Laura Martinović.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TED-Ed
Duration:
05:13

French subtitles

Revisions