YouTube

Got a YouTube account?

New: enable viewer-created translations and captions on your YouTube channel!

French subtitles

← Climat : pourquoi on est toujours en retard ? | Christian DE PERTHUIS | TEDxBelfort

Get Embed Code
1 Language

Download

Showing Revision 4 created 07/21/2019 by Guillaume Rouy.

  1. Nous allons donc parler ensemble
  2. de climat,
  3. d'émissions de CO2
  4. et d'économie.
  5. Alors vous pouvez vous
    interroger peut-être :
  6. « Bizarre !
  7. Pourquoi inviter un économiste
    pour parler du climat ? »
  8. Et effectivement,
  9. il y a encore 20 ans, en 2000, on m'aurait
    demandé ce qu'était l'effet de serre,
  10. je ne suis pas sûr
    que j'aurais su répondre.
  11. Mais j'ai changé complètement mon
    activité professionnelle d'économiste
  12. dans les années 2000.
  13. J'ai eu la chance
    de rencontrer des climatologues,
  14. des gens qui travaillent
    sur la science du climat,
  15. et qui nous expliquent la question
    du changement climatique.
  16. Écoutons-les cinq minutes
  17. car si l'économiste n'est pas capable
    d'écouter les climatologues,
  18. il risque de dire beaucoup
    de bêtises sur le climat.
  19. Nous accumulons
  20. dans l'atmosphère
  21. un stock de gaz à effet de serre
    dont le principal est le CO2.
  22. Et ce stock, il est là pour longtemps.
  23. Ce stock,
  24. nous l'augmentons
    chaque fois que nous émettons
  25. du CO2 ou d'autres gaz à effet de serre,
  26. et puis le milieu naturel
  27. va au contraire stocker une partie
    du CO2 qui est dans l'atmosphère,
  28. dans les océans
  29. et dans la nature
    avec les plantes, la photosynthèse.
  30. Ce que nous disent les climatologues,
  31. c'est que si nous ne sommes
    pas capables très rapidement
  32. de complètement modifier le
    fonctionnement de ce système du carbone
  33. en visant la neutralité
    carbone dans le monde,
  34. à savoir si nous ne sommes pas capables
  35. d'avoir une société dans laquelle
  36. le montant de nos émissions sera
  37. au moins au niveau de la captation
    dans l'océan et dans les plantes,
  38. nous allons vers des risques
    climatiques considérables.
  39. Et le dernier rapport du GIEC
  40. nous rappelle que
    nous n'avons pas de temps.
  41. Il faut aller très vite.
  42. Alors que faire
  43. pour transformer notre économie
    qui, aujourd'hui,
  44. remplit l'atmosphère
    de gaz à effet de serre
  45. pour aller vers une économie
    qui sera neutre en carbone ?
  46. Et le faire vite !
  47. Alors,
  48. il faut faire deux grandes choses.
  49. La première,
  50. c'est conserver la capacité
    du milieu naturel à stocker le carbone,
  51. les forêts, l'océan.
  52. Et puis simultanément,
  53. il faut drastiquement et rapidement
  54. réduire les émissions
    de gaz à effet de serre,
  55. et notamment
  56. toutes celles qui viennent de l'énergie,
    qui est la première source
  57. d'émission de gaz à effet de serre.
  58. Alors interrogeons-nous.
  59. Comment fonctionne
    aujourd'hui l'économie ?
  60. Et,
  61. souvent lorsqu'on parle de ces questions
    climatiques, on regarde la Chine, l'Inde,
  62. des pays où l'augmentation est très forte,
  63. mais regardons chez nous.
  64. 2015,
  65. 2016,
  66. 2017,
  67. embellie de l'économie,
  68. ça va mieux ou moins mal qu'avant,
    suivant qu'on est optimiste ou pessimiste.
  69. Et puis il vient s'ajouter
    un autre phénomène :
  70. baisse du prix du pétrole,
    contre-choc pétrolier.
  71. Nos émissions augmentent
  72. en 2015,
  73. en 2016, en 2017.
  74. Donc dans le fonctionnement
    actuel de l'économie,
  75. lorsque l'économie va mieux,
  76. et lorsque le prix l'énergie est bas,
  77. nous augmentons rapidement
    nos émissions de gaz à effet de serre.
  78. Et nous accentuons dramatiquement
  79. le changement climatique.
  80. Et nous prenons du retard,
  81. car les climatologues nous expliquent
    que l'horloge climatique
  82. tourne irrémédiablement.
  83. Et chaque année d'émissions
    supplémentaires va retarder
  84. l'avènement de cette société
    neutre en carbone.
  85. Alors que peuvent faire les économistes ?
  86. C'est là que, peut-être,
  87. nous avons une certaine utilité
    avec nos amis les climatologues.
  88. Grâce à ces rencontres
    avec des climatologues,
  89. j'ai créé la chaire de recherche
    d'économie du climat,
  90. et nous travaillons
    avec beaucoup de jeunes
  91. sur comment
  92. changer les règles de l'économie
    pour faire en sorte que demain,
  93. nous ayons une économie qui,
  94. lorsqu'on va mieux eux, eh bien,
  95. on accélère les réductions d'émissions
    au lieu de les augmenter.
  96. Comment faire ?
  97. Nous autres économistes,
  98. on est intéressés par
  99. les échanges,
  100. les prix.
  101. Lorsque je regarde le fonctionnement
    de l'économie, je vois que
  102. les prix sont loin d'exprimer toutes
    les valeurs environnementales.
  103. Lorsque nos grandes compagnies pétrolières
    importent du pétrole et le raffinent,
  104. elles payent un prix du pétrole,
    un coût de raffinage,
  105. mais où est le coût associé
    aux émissions de CO2,
  106. le coût du changement climatique ?
  107. Il n'est pas dans les prix.
  108. Lorsque nous autres citoyens,
    nous faisons nos choix
  109. sur les produits que nous achetons
  110. pour l'alimentation,
  111. pour le transport et l'énergie,
  112. lorsque nous faisons notre plein
    de fioul pour le chauffage l'hiver,
  113. le gaz, les carburants.
  114. La valeur associée
  115. aux dégâts climatiques,
  116. elle n'est que très faiblement
    intégrée dans les prix.
  117. Comment faire ?
  118. Changer le système des prix.
  119. Comment changer le système des prix ?
  120. Intégrer
  121. dans les valeurs qui s'échangent
    au plan international,
  122. au plan national,
  123. les coûts associés
    aux dégâts environnementaux,
  124. qu'il s'agisse du changement climatique
    ou des dégâts environnementaux locaux.
  125. En France,
  126. l'agence sanitaire nationale
    nous dit que pour 2016,
  127. 68 000 décès prématurés.
  128. C'est un coût considérable ! Ce n'est pas
    dans les prix du gazole qu'on achète.
  129. Donc nous autres économistes,
    nous pensons
  130. qu'il faut effectivement intégrer
  131. la valeur de l'environnement
    dans les prix,
  132. via des mécanismes qui peuvent être soit
    de la taxe, soit des marchés de permis.
  133. Pourquoi on ne le fait pas ?
    Pourquoi est-ce si difficile ?
  134. Pour des raisons de justice,
  135. pour des raisons d'équité.
  136. Deux exemples en France.
  137. Il ne vous a pas échappé que,
    actuellement, il y a quelques difficultés
  138. dans l'augmentation de la taxation
    du carbone et du diesel,
  139. qui se cristallisent
  140. sur les carburants. Pourquoi ?
  141. Parce qu'il n'y a pas
    les mesures d'accompagnement social
  142. et de redistribution nécessaires.
  143. Or,
  144. une taxe carbone est anti-redistributive.
  145. En moyenne,
  146. les riches consomment plus
    d'énergie que les pauvres,
  147. mais en proportion du budget du ménage,
  148. le coût de l'énergie est bien plus élevé.
  149. Et si vous avez des faibles revenus
    et que vous êtes loin du centre-ville...
  150. Depuis trente ans,
  151. nos politiques ont sorti
    les pauvres des centre-villes
  152. pour les mettre dans le milieu périurbain.
  153. Vous êtes encore beaucoup plus affecté.
  154. Donc,
  155. dans notre pays,
  156. il faut absolument
    accélérer l'augmentation
  157. de la taxation du carbone
    et des nuisances environnementales
  158. si nous voulons
  159. aller dans le sens de ce que
    nous disent les climatologues,
  160. mais il faut le faire
    avec un accompagnement social
  161. beaucoup plus important
  162. pour éviter que
  163. ces systèmes de valorisation
    de l'environnement
  164. ne se fassent au détriment de la justice.
  165. Prenons le plan international.
  166. Vous avez entendu parler des conférences
    climatiques sous l'égide de l'ONU
  167. et notamment celle de Paris
    en décembre 2015.
  168. Quel est fondamentalement
    le problème posé ?
  169. Si nous voulons que l'économie
    internationale change son fonctionnement,
  170. intègre la question du climat
    dans les échanges entre les pays,
  171. aboutisse à des choix radicalement
    différents en matière énergétique -
  172. et aujourd'hui, on a les technologies.
  173. Le coût du solaire est
    en train de s'effondrer,
  174. la question de l'hydrogène, question très
    intéressante, fait des grands progrès,
  175. le stockage de l'électricité
    fait des progrès.
  176. Qu'est-ce qui manque ?
  177. Un levier économique,
  178. un prix international du carbone
  179. qui fasse que, dans les échanges mondiaux,
  180. dans tous les flux incroyables
  181. qui vont d'Asie en Europe,
    en Amérique du Nord,
  182. on intègre dans les échanges la valeur
    des dommages associés au climat.
  183. Et on aura une économie qui va
    fonctionner complètement différemment.
  184. Pourquoi on n'arrive pas à le faire ou
    pourquoi c'est si difficile à faire ?
  185. Parce qu'au plan international,
  186. la même question se pose,
  187. et à une autre dimension,
  188. entre les pays riches et les pays pauvres.
  189. Et si nous voulons avoir
  190. une valeur internationale du carbone
  191. qui guide les grandes
    décisions économiques,
  192. il faut associer
  193. à cette valeur internationale du carbone
  194. ce prix international du carbone,
  195. un énorme mécanisme de redistribution
  196. depuis les riches
  197. vers les pauvres.
  198. Avec un nombre croissant de pays
    qui sont la classe intermédiaire.
  199. Ça, c'est très difficile à obtenir,
  200. parce que beaucoup de pays riches,
    beaucoup de classes aisées riches,
  201. n'ont pas envie de changer
    leur mode de vie et leurs privilèges.
  202. Donc la question de la justice climatique
    est une question absolument essentielle
  203. et liée à la tarification du carbone.
  204. Le travail des économistes,
  205. le travail des jeunes chercheurs
    de la chaire « Économie du climat »,
  206. consiste à essayer de trouver les
    mécanismes qui vont permettre de concilier
  207. l'efficacité économique,
  208. la justice climatique internationale
  209. et la réduction massive des émissions
    de gaz à effet de serre pour aller
  210. vers une société neutre en carbone
  211. qui est l'objectif que nous
    assignent les climatologues.
  212. Et si demain,
  213. nous parvenons à changer
    les mécanismes de l'économie
  214. grâce à cette tarification du carbone
  215. associée à de la redistribution
    et de la justice climatique,
  216. le fonctionnement de l'économie
  217. va complètement changer,
  218. et on va passer
  219. de l'impossible actuel -
  220. nos émissions de gaz à effet de serre
    qui augmentent, 2015, 2016, 2017,
  221. parce que l'économie va mieux -
  222. au possible -
  223. une économie bas carbone
  224. où on va intégrer
    dans nos décisions économiques,
  225. que nous soyons des ménages,
    des entreprises ou des États,
  226. la valeur du climat dans nos échanges.
  227. Et pour y parvenir,
  228. un immense effort de justice
    et de redistribution
  229. est absolument indispensable.
  230. De l'impossible au possible
    grâce au prix du carbone.