French subtitles

← Ce qu'on apprend sur le son quand on écoute le silence.

Get Embed Code
36 Languages

Showing Revision 12 created 09/21/2020 by Anne-Sophie.

  1. Pour la plupart d'entre nous,
    nos vies sont plus calmes que d'habitude.
  2. La quiétude peut être déstabilisante.
  3. Elle peut vous faire ressentir
    de la solitude,
  4. ou vous faire prendre conscience
    de tout ce que vous ratez.
  5. Je réfléchis au son continuellement.

  6. Je suis designer sonore
  7. et j'anime le podcast
    « Twenty Thousand Hertz ».
  8. Ça parle des sons les plus connus
    et les plus intéressants au monde.
  9. Et je pense que c'est le moment idéal
    pour parler du silence.
  10. Je suis venu en effet à comprendre
  11. qu'il n'y a rien de tel que le silence.
  12. La personne qui a ouvert
    la porte de mon esprit à cette idée
  13. est un des compositeurs
    les plus influents de l'histoire.
  14. (Musique au piano)

  15. John Cage a eu un impact important
    sur les artistes de toutes disciplines,

  16. des musiciens avant-gardistes aux danseurs
    de danse moderne et la musique pop.
  17. Actuellement, nous écoutons
    sa composition de 1948
  18. intitulée : « In a Landscape. »
  19. Cette interprétation de Stephen Drury
    a été enregistrée en 1994.
  20. (Musique au piano)

  21. Ce morceau n'est en fait pas représentatif
    des compositions de John Cage.

  22. Il est mieux connu pour ses innovations
    et ses techniques avant-gardistes.
  23. Mais en dépit de sa réputation,
  24. personne n'était prêt
    lorsqu'il créa, en 1952,
  25. la composition la plus audacieuse
    de sa carrière.
  26. Elle est intitulée : « 4'33" ».
  27. Des critiques ont refusé
    d'appeler cela de la musique
  28. car pendant la totalité
    de la durée de la composition,
  29. le musicien ne joue
  30. rien du tout.
  31. Techniquement parlant,
    le musicien joue un silence.
  32. Mais aux oreilles du public,
    rien ne semble survenir.
  33. La composition de John Cage « 4'33" »
    fut interprétée pour la première fois

  34. l'été 1952
  35. par le célèbre pianiste David Tudor
  36. au Maverick Concert hall
    de Woodstock à New York.
  37. Une construction magnifique en bois avec
    d'immenses ouvertures vers l'extérieur.
  38. David Tudor est entré sur scène,
  39. s'est assis au piano
  40. et a refermé le couvercle.
  41. Il est ensuite resté assis en silence,
  42. bougeant uniquement pour ouvrir
    et fermer le couvercle
  43. entre les trois mouvements.
  44. À la fin,
  45. il s'est levé
  46. et a quitté la scène.
  47. (Musique au piano)

  48. Le public était sans voix.

  49. Les gens se sont demandé si Cage
    prenait sa carrière au sérieux.
  50. Un ami proche lui a même écrit
  51. pour le supplier
    de ne pas ridiculiser sa carrière.
  52. John Cage venait de composer,
  53. si vous me permettez l'expression,
  54. un morceau de musique qui remettait
    en question les idées ancrées
  55. sur la composition musicale.
  56. Les musiciens en débattent
    encore aujourd'hui.
  57. Pour comprendre ce que John Cage pensait,

  58. revenons aux années 40.
  59. Alors,
  60. il forgeait sa réputation en composant
    pour le piano préparé.
  61. (Musique au piano)

  62. Pour créer une telle musique,

  63. John Cage posait des objets
    dans le piano,
  64. entre les cordes.
  65. Des choses qui traînent partout
  66. comme des vis, du papier collant
    ou des gommes.
  67. On transforme ainsi le piano,
  68. qui est un instrument tonal
    avec des hauteurs hautes et basses,
  69. en une collection de sons uniques.
  70. La musique que vous écoutez
    est la Sonate V de Cage,
  71. de Sonates et Interludes
    pour piano préparé,
  72. sans conteste, son œuvre la plus célèbre
    avec « 4'33" ».
  73. Ceci est l'interprétation de Boris Berman.
  74. John Cage a décrit avec force détail
  75. où placer exactement chaque objet
    dans le piano.
  76. Mais c'est impossible que chaque musicien
    aient exactement les mêmes objets
  77. et le son est finalement
    toujours différent.
  78. En somme, il faut de la chance.
  79. C'était totalement insensé
    et étranger
  80. à la manière de faire que les compositeurs
    et les musiciens apprennent.
  81. John Cage devenait de plus en plus curieux

  82. au sujet de la chance et de l'aléatoire
  83. et de laisser l'univers fournir
    la réponse à la question :
  84. « Quelle note jouer ensuite ? »
  85. Mais pour entendre la réponse
    à cette question,
  86. il faut d'abord écouter.
  87. Et dans les années 40,
  88. écouter l'univers devenait
    de plus en plus difficile.
  89. (Musique d'ambiance)

  90. La maison de disque Muzak fut créée
    dans les années 30.

  91. Elle a eu du succès
  92. et la musique d'ambiance a envahi
    tous les lieux.
  93. C'était impossible d'y échapper.
  94. John Cage a pris conscience qu'on était
    en train de perdre le choix
  95. d'éteindre la musique d'ambiance
    dans le monde.
  96. Il craignait que Muzak empêche les gens
    d'entendre le silence.
  97. En 1948,

  98. quatre ans avant qu'il compose « 4'33" »,
  99. John Cage a évoqué son souhait d'écrire
  100. une musique de silence
    de quatre minutes et demi
  101. et de la vendre à Muzak.
  102. Ce qui démarra
    comme une prise de position politique,
  103. ou une remarque désinvolte
  104. s'est ancrée dans sa conscience
    et a évolué rapidement.
  105. John Cage a commencé à réfléchir
    en profondeur au silence.
  106. Quand il visita un lieu vraiment calme,
  107. il fit une découverte déconcertante.
  108. Il visitait une chambre anéchoïque
    à l'université de Harvard.

  109. Les chambres anéchoïques sont des salles
    acoustiques conçues
  110. pour réduire le son jusqu'à presque zéro.
  111. Il n'y a aucun son dans ces salles.
  112. Donc, John Cage ne s'attendait pas
    à entendre quoi que ce soit.
  113. Mais il a entendu
    sa propre circulation sanguine.
  114. (Battement de cœur)

  115. J'ai eu l'occasion d'être enfermé
    dans une chambre anéchoïque

  116. et ça déchire complètement.
  117. Ça transforme totalement notre perception
  118. du son et du silence.
  119. J'ai eu l'impression que mon cerveau
    augmentait les amplis
  120. dans l'espoir d'entendre un son.
  121. Comme John Cage,
  122. j'ai pu entendre mon propre sang
    circuler dans mon corps.
  123. John Cage a alors réalisé

  124. que peu importe où nous sommes,
    même nos corps produisent du son.
  125. Le vrai silence n'existe pas.
  126. Tant qu'on est dans son corps,
  127. on entend toujours quelque chose.
  128. C'est là que l'intérêt de John Cage
    pour la chance et l'aléatoire

  129. a rencontré son intérêt pour le silence.
  130. Il a compris que créer un environnement
    sans source de distraction
  131. ne signifiait pas créer le silence.
  132. Il ne s'agissait même pas
    de contrôler le bruit.
  133. Ça concernait les sons
    qui sont déjà présents
  134. mais qu'on entend pour la première fois
  135. dès qu'on est prêt à les écouter.
  136. C'est cela qui est si souvent
    mal compris au sujet de « 4'33" ».

  137. Les gens imaginent
    que c'est une plaisanterie
  138. mais rien n'est moins vrai.
  139. C'est différent à chaque interprétation.
  140. Et c'est le but.
  141. John Cage souhaitait que nous entendions
  142. la beauté sonique du monde
    qui nous entoure.
  143. (gazoullis d'oiseaux)

  144. (Voix et bruits de chariots)

  145. (Son de cloches d'une église)

  146. (Stridulation de criquets
    et hululement de hibou)

  147. « 4'33" » se doit d'être
    une expérience spirituelle

  148. qui nous aide à nous concentrer
    sur l'acception des choses
  149. telles qu'elles sont.
  150. Personne ne peut nous dire
    comment on est censé le ressentir.
  151. C'est profondément intime.
  152. Cela soulève aussi
    des questions importantes
  153. sur notre monde sonique.
  154. « 4'33" » est-il de la musique,
    est-ce du son,
  155. est-ce de la musique sonore ?
  156. Y a-t-il une différence ?
  157. John Cage nous rappelle
  158. que la musique n'est pas la seule sorte
    de son qui vaut la peine d'être écoutée.
  159. Tous les sons valent la peine
    qu'on s'y intéresse.
  160. Nous avons une seule chance dans notre vie

  161. de remettre notre ouïe à zéro.
  162. Et en devenant plus conscient
    de ce que nous entendons,
  163. nous rendrons le son
    de notre monde meilleur.
  164. Le calme ne consiste pas
    à couper notre esprit des sons,
  165. mais à écouter attentivement
  166. et entendre le monde
    dans toute sa beauté sonique.
  167. Dans cet esprit,

  168. je vous invite à interpréter « 4'33" »
    ensemble,
  169. où que vous soyez.
  170. Il y a trois mouvements
  171. et je signalerai leur début.
  172. Écoutez la texture et le rythme
    de sons qui vous entourent.
  173. Écoutez les forts et les doux,
  174. les harmonies et les dissonances
  175. et tous les petits détails qui rendent
    chaque son unique.
  176. Passez ce temps en conscience et avec
    concentration du moment sonique de la vie.
  177. Appréciez la magnificence
    d'entendre et d'écouter.
  178. Voici le premier mouvement.
  179. Un, deux, ...
  180. Maintenant.
  181. [II. Tacet]

  182. (Pas de son)

  183. Voici le mouvement deux.

  184. Il dure deux minutes et 23 secondes.
  185. [III. Tacet]

  186. (Pas de son)

  187. Le mouvement final à présent.

  188. Il dure une minute et 40 secondes.
  189. [I. Tacet]

  190. (Pas de son)

  191. Voilà.

  192. On a réussi !
  193. Merci pour votre écoute.