Return to Video

Comment nous explorons les questions sans réponses en physique

  • 0:01 - 0:05
    Il y a quelque chose
    à propos de la physique
  • 0:05 - 0:09
    qui me dérange vraiment
    depuis que je suis petit.
  • 0:11 - 0:13
    Et cela concerne une question
  • 0:13 - 0:16
    que les scientifiques se posent
    depuis presque 100 ans,
  • 0:16 - 0:17
    en vain.
  • 0:19 - 0:22
    Comment les plus petites choses
    de la nature,
  • 0:22 - 0:24
    les particules du monde quantique,
  • 0:24 - 0:27
    sont-elles reliées
    aux plus grandes choses de la nature --
  • 0:27 - 0:31
    les planètes, les étoiles et les galaxies
    retenues par la gravité ?
  • 0:31 - 0:34
    Enfant, c'était le genre de questions
    qui me perturbaient.
  • 0:34 - 0:37
    Je m'amusais avec des microscopes
    et des électroaimants,
  • 0:37 - 0:39
    je lisais sur les forces du minuscule
  • 0:39 - 0:41
    et sur la mécanique quantique
  • 0:41 - 0:44
    et je m'émerveillais
    de l'exactitude de la description
  • 0:44 - 0:46
    par rapport à nos observations.
  • 0:46 - 0:48
    Puis je regardais les étoiles,
  • 0:48 - 0:50
    je lisais que nous comprenions
    si bien la gravité,
  • 0:50 - 0:54
    je pensais que c'était
    sûrement très élégant,
  • 0:54 - 0:56
    la façon dont
    ces deux systèmes étaient reliés.
  • 0:57 - 0:58
    Mais il n'y en a pas.
  • 1:00 - 1:01
    Et les livres disaient
  • 1:01 - 1:04
    que nous comprenions très bien
    ces deux domaines séparément,
  • 1:04 - 1:07
    mais lorsque nous essayons
    de les relier mathématiquement,
  • 1:07 - 1:08
    tout s'écroule.
  • 1:09 - 1:10
    Et pendant 100 ans,
  • 1:10 - 1:15
    aucune de nos idées censées
    résoudre ce désastre de la physique
  • 1:15 - 1:17
    n'a pu être appuyée par des preuves.
  • 1:18 - 1:20
    Et pour moi, enfant --
  • 1:20 - 1:22
    le petit, curieux et sceptique James --
  • 1:22 - 1:25
    c'était une réponse extrêmement décevante.
  • 1:26 - 1:28
    Je suis d'ailleurs
    toujours un enfant sceptique.
  • 1:28 - 1:32
    Faisons un bon en avant
    jusqu'en décembre 2015,
  • 1:33 - 1:36
    quand je me suis retrouvé coincé au milieu
  • 1:36 - 1:38
    du monde de la physique
    complètement retourné.
  • 1:40 - 1:43
    Au CERN, on a remarqué
    une chose intrigante dans nos données :
  • 1:43 - 1:46
    la trace d'une nouvelle particule,
  • 1:46 - 1:50
    l'ombre d'une éventuelle
    réponse extraordinaire à cette question.
  • 1:52 - 1:54
    Je suis encore un enfant sceptique,
  • 1:54 - 1:56
    mais je suis aussi
    un chasseur de particules.
  • 1:56 - 2:00
    Je suis physicien au Grand collisionneur
    de hadrons (LHC) du CERN,
  • 2:00 - 2:03
    la plus grande expérience scientifique
    jamais organisée.
  • 2:04 - 2:07
    C'est un tunnel de 27 kilomètres
    à la frontière franco-suisse,
  • 2:08 - 2:09
    creusé 100 mètres sous terre.
  • 2:09 - 2:10
    Et dans ce tunnel,
  • 2:10 - 2:14
    on utilise des aimants supraconducteurs
    plus froids que la température de l'espace
  • 2:14 - 2:18
    pour accélérer des protons,
    presque à la vitesse de la lumière
  • 2:18 - 2:21
    et les écraser les uns contre les autres
    des millions de fois par seconde,
  • 2:21 - 2:24
    afin de recueillir
    les débris de ces collisions
  • 2:24 - 2:28
    pour découvrir de nouvelles
    particules fondamentales.
  • 2:29 - 2:31
    Sa création a demandé
    des décennies de travail
  • 2:31 - 2:34
    à des centaines de physiciens
    à travers le monde
  • 2:34 - 2:37
    et lors de l'été 2015,
  • 2:37 - 2:40
    nous avons travaillé sans relâche
    afin de lancer le LHC
  • 2:40 - 2:45
    à la plus grande énergie jamais utilisée
    pour ce genre d'expérience.
  • 2:46 - 2:48
    Une énergie plus élevée
    est en fait indispensable
  • 2:48 - 2:50
    car pour les particules,
    il existe un équivalent
  • 2:50 - 2:53
    entre l'énergie
    et la masse des particules,
  • 2:53 - 2:55
    et la masse n'est qu'un nombre
    mis là par la nature.
  • 2:56 - 2:58
    Pour découvrir des particules,
  • 2:58 - 2:59
    on doit atteindre ces grands nombres.
  • 2:59 - 3:03
    Et pour ça, il faut créer un collisionneur
    plus grand et plus puissant,
  • 3:03 - 3:05
    et le plus grand, plus puissant
    collisionneur au monde
  • 3:05 - 3:07
    est le Grand collisionneur de hadrons.
  • 3:08 - 3:13
    Ensuite, nous réalisons des collisions
    de protons des quadrillons de fois,
  • 3:13 - 3:17
    nous rassemblons ces données très
    lentement, au fur et à mesure des mois.
  • 3:19 - 3:23
    Les nouvelles particules pourraient
    y apparaître comme des disparités,
  • 3:23 - 3:26
    de légers écarts par rapport
    à ce qu'on attendait,
  • 3:26 - 3:30
    de petits amas de points qui rendent
    une ligne fluide un peu moins fluide.
  • 3:30 - 3:32
    Par exemple, cette disparité,
  • 3:33 - 3:36
    après des mois de collecte
    de données en 2012,
  • 3:36 - 3:38
    a révélé l'existence
    de la particule de Higgs --
  • 3:38 - 3:39
    le boson de Higgs --
  • 3:39 - 3:42
    et a mené à un prix Nobel
    pour la confirmation de son existence.
  • 3:44 - 3:48
    Ce pic dans le domaine
    de l'énergie en 2015
  • 3:49 - 3:52
    était la meilleure chance
    que nous avions, en tant qu'espèce,
  • 3:52 - 3:53
    de découvrir des particules --
  • 3:53 - 3:56
    des réponses à ces éternelles questions,
  • 3:56 - 3:59
    car c'était presque le double de l'énergie
    que nous avons utilisée
  • 3:59 - 4:01
    pour la découverte du boson de Higgs.
  • 4:01 - 4:04
    Beaucoup de mes collègues ont travaillé
    toute leur carrière pour ce moment
  • 4:04 - 4:06
    et honnêtement,
    pour le jeune moi si curieux,
  • 4:07 - 4:09
    c'était le moment
    que j'avais attendu toute ma vie.
  • 4:09 - 4:11
    2015 était un grand moment.
  • 4:13 - 4:15
    Et donc en juin 2015,
  • 4:16 - 4:18
    le LHC a été rallumé.
  • 4:19 - 4:22
    Nous avons retenu notre souffle
    et rongé nos ongles
  • 4:22 - 4:24
    et enfin assisté
    à la première collision de protons
  • 4:24 - 4:26
    à l'énergie la plus haute jamais utilisée.
  • 4:27 - 4:29
    Applaudissements, champagne, célébration.
  • 4:29 - 4:32
    C'était un tournant pour la science,
  • 4:32 - 4:34
    nous n'avions aucune idée
  • 4:34 - 4:37
    de ce qu'on trouverait
    dans ces nouvelles données.
  • 4:40 - 4:42
    Quelques semaines après,
    on a trouvé une disparité.
  • 4:44 - 4:46
    Ce n'était pas une grosse disparité,
  • 4:47 - 4:49
    mais c'était assez gros
    pour nous faire sourciller.
  • 4:49 - 4:52
    Sur l'échelle de 1 à 10
    du haussement de sourcils,
  • 4:52 - 4:54
    si 10 indique la découverte
    d'une nouvelle particule,
  • 4:54 - 4:56
    c'était un quatre.
  • 4:56 - 4:57
    (Rires)
  • 4:58 - 5:04
    J'ai passé des heures, des jours,
    des semaines à des réunions secrètes,
  • 5:04 - 5:06
    débattant avec mes collègues
    sur cette disparité,
  • 5:06 - 5:09
    la manipulant sans pitié
    avec ce qui nous passait par la tête
  • 5:09 - 5:11
    pour voir si elle supporterait
    d'être observée.
  • 5:12 - 5:15
    Mais après des mois de travail acharné --
  • 5:15 - 5:18
    à dormir dans nos bureaux
    sans rentrer à la maison,
  • 5:18 - 5:20
    des barres chocolatées en guise de dîner,
  • 5:20 - 5:22
    du café par litres entiers --
  • 5:22 - 5:26
    les physiciens sont des machines
    qui transforment le café en diagrammes --
  • 5:26 - 5:27
    (Rires)
  • 5:27 - 5:30
    Cette petite disparité ne s'en allait pas.
  • 5:31 - 5:33
    Après quelques mois,
  • 5:33 - 5:37
    nous avons montré cette petite disparité
    au monde avec un message très clair :
  • 5:37 - 5:40
    cette petite disparité
    est intéressante, mais pas définitive,
  • 5:40 - 5:44
    donc surveillons-la
    et récupérons plus de données.
  • 5:44 - 5:47
    Nous avons essayé
    d'être très décontractés à ce sujet.
  • 5:47 - 5:50
    Et le monde entier
    s'est quand même enthousiasmé.
  • 5:50 - 5:52
    Les journaux nous adoraient.
  • 5:53 - 5:55
    Les gens nous ont dit
    que ça leur rappelait la disparité
  • 5:55 - 5:59
    qui avait mené à la découverte
    du boson de Higgs.
  • 5:59 - 6:02
    Mieux que ça, mes collègues théoriciens --
  • 6:03 - 6:05
    j'adore mes collègues théoriciens --
  • 6:05 - 6:09
    mes collègues théoriciens ont écrit
    500 articles sur cette petite disparité.
  • 6:09 - 6:10
    (Rires)
  • 6:11 - 6:15
    Le monde de la physique des particules
    avait été complètement retourné.
  • 6:16 - 6:20
    Mais qu'est-ce qui faisait
    que cette petite disparité
  • 6:20 - 6:24
    avait réussi à enthousiasmer
    des centaines de physiciens ?
  • 6:26 - 6:27
    Cette petite disparité était unique.
  • 6:28 - 6:30
    Cette disparité indiquait
  • 6:30 - 6:33
    que nous observions un nombre
    étonnamment grand de collisions
  • 6:33 - 6:36
    dont les débris étaient composés
    de seulement deux photons,
  • 6:36 - 6:37
    deux particules de lumière.
  • 6:37 - 6:38
    Et c'est rare.
  • 6:39 - 6:42
    Une collision ne ressemble pas
    à un accident de voiture.
  • 6:42 - 6:43
    Elle répond à d'autres règles.
  • 6:43 - 6:46
    Si celle-ci se fait
    presque à la vitesse de la lumière,
  • 6:46 - 6:47
    c'est dans le monde quantique.
  • 6:47 - 6:49
    Dans ce monde quantique,
  • 6:49 - 6:52
    les deux particules peuvent brièvement
    créer une nouvelle particule
  • 6:52 - 6:54
    qui vit pendant une fraction de seconde
  • 6:55 - 6:58
    puis explose en d'autres particules
    repérées par notre détecteur.
  • 6:58 - 7:01
    Imaginez un accident où les deux voitures
    disparaissent sous l'impact,
  • 7:01 - 7:03
    une bicyclette apparaît à la place --
  • 7:03 - 7:04
    (Rires)
  • 7:04 - 7:07
    et puis cette bicyclette
    éclate en deux skateboards,
  • 7:07 - 7:08
    qui frappent notre détecteur.
  • 7:08 - 7:09
    (Rires)
  • 7:09 - 7:11
    Heureusement, pas littéralement.
  • 7:11 - 7:13
    Ils coûtent très cher.
  • 7:14 - 7:18
    Les moments où deux photons atteignent
    notre détecteur sont très rares.
  • 7:18 - 7:22
    Et à cause des propriétés
    quantiques des photons,
  • 7:22 - 7:25
    il existe un nombre très petit
    de nouvelles particules possibles --
  • 7:26 - 7:27
    ces bicyclettes mythiques --
  • 7:27 - 7:30
    qui peuvent donner naissance
    à seulement deux photons.
  • 7:30 - 7:33
    Mais une de ces options est immense
  • 7:33 - 7:36
    et concerne cette éternelle question
  • 7:36 - 7:38
    qui me dérangeait quand j'étais petit,
  • 7:38 - 7:39
    à propos de la gravité.
  • 7:42 - 7:45
    La gravité vous semble plutôt forte,
  • 7:45 - 7:49
    mais elle est en réalité très faible
    comparée à d'autres forces de la nature.
  • 7:49 - 7:51
    Je peux brièvement
    vaincre la gravité en sautant,
  • 7:52 - 7:55
    mais je ne peux pas attraper
    un des photons de ma main.
  • 7:56 - 8:00
    La force de la gravité comparée
    aux autres forces de la nature ?
  • 8:00 - 8:03
    C'est 10 puissance moins 39.
  • 8:03 - 8:05
    C'est une décimale avec 39 zéros derrière.
  • 8:05 - 8:06
    Pire que ça,
  • 8:06 - 8:09
    toutes les autres forces de la nature
    sont très bien décrites
  • 8:09 - 8:11
    par ce que nous appelons
    le modèle standard,
  • 8:12 - 8:15
    notre meilleure description actuelle
    de la nature à sa plus petite échelle
  • 8:15 - 8:16
    et franchement,
  • 8:16 - 8:20
    une des plus grandes réussites
    de l'humanité --
  • 8:20 - 8:24
    à l'exception de la gravité,
    qui est absente du modèle standard.
  • 8:24 - 8:26
    C'est dingue.
  • 8:26 - 8:29
    C'est presque comme si
    la majorité de la gravité avait disparu.
  • 8:30 - 8:32
    On en ressent une petite partie,
  • 8:32 - 8:34
    mais qu'en est-il du reste ?
  • 8:34 - 8:35
    Personne ne le sait.
  • 8:36 - 8:40
    Mais une explication théorique
    propose une solution folle.
  • 8:42 - 8:43
    Vous et moi --
  • 8:43 - 8:45
    même vous, au fond --
  • 8:45 - 8:47
    nous vivons dans
    trois dimensions de l'espace.
  • 8:47 - 8:50
    J'espère que c'est une déclaration
    admise par tous.
  • 8:50 - 8:52
    (Rires)
  • 8:52 - 8:55
    Toutes les particules connues
    existent aussi dans trois dimensions.
  • 8:55 - 8:57
    En fait, une particule
    est juste un autre nom
  • 8:57 - 9:00
    pour une excitation
    dans un champ tridimensionnel ;
  • 9:00 - 9:02
    une oscillation dans l'espace.
  • 9:03 - 9:07
    Et surtout, toutes les mathématiques
    que nous utilisons pour décrire tout ça
  • 9:07 - 9:10
    présument qu'il n'y a
    que trois dimensions dans l'espace.
  • 9:10 - 9:13
    Mais on peut jouer avec les maths
    comme on veut, car ce sont les nôtres.
  • 9:13 - 9:16
    Et on joue avec des dimensions
    supplémentaires dans l'espace
  • 9:16 - 9:17
    depuis longtemps,
  • 9:17 - 9:20
    mais c'est toujours resté
    un concept mathématique abstrait.
  • 9:20 - 9:23
    Je veux dire, regardez autour de vous --
    vous aussi, au fond --
  • 9:24 - 9:26
    il n'y a clairement
    que trois dimensions dans l'espace.
  • 9:27 - 9:29
    Mais si ce n'était pas vrai ?
  • 9:30 - 9:36
    Et si la gravité manquante disparaissait
    dans une dimension extra-spatiale
  • 9:36 - 9:38
    qui nous était invisible ?
  • 9:39 - 9:42
    Et si la gravité était aussi forte
    que les autres forces
  • 9:42 - 9:45
    si on la regardait
    dans cette dimension extra-spatiale ?
  • 9:46 - 9:49
    Et si nous ne ressentions
    qu'une infime partie de la gravité
  • 9:49 - 9:51
    et que c'était pour ça
    qu'elle était si faible ?
  • 9:52 - 9:53
    Si c'était vrai,
  • 9:53 - 9:56
    on devrait élargir
    notre modèle standard de particules
  • 9:56 - 9:58
    pour y inclure une nouvelle particule,
  • 9:58 - 10:00
    une particule de gravité
    hyper-dimensionnelle,
  • 10:00 - 10:03
    un graviton qui existerait
    dans une dimension extra-spatiale.
  • 10:03 - 10:05
    Si vous pouviez voir vos têtes.
  • 10:05 - 10:07
    Vous devriez me poser la question :
  • 10:07 - 10:10
    « Comment pouvons tester
    cette folle idée de science-fiction,
  • 10:10 - 10:13
    puisque nous sommes coincés
    dans trois dimensions ? »
  • 10:13 - 10:14
    De la manière habituelle,
  • 10:14 - 10:16
    en télescopant deux protons --
  • 10:16 - 10:17
    (Rires)
  • 10:17 - 10:20
    assez fort pour que
    la collision se réverbère
  • 10:20 - 10:23
    dans une dimension extra-spatiale
    qui pourrait être là,
  • 10:23 - 10:25
    créant temporairement
    ce graviton hyper-dimensionnel
  • 10:25 - 10:30
    avant de revenir
    dans les trois dimensions du LHC
  • 10:30 - 10:32
    et de se séparer en deux photons,
  • 10:32 - 10:34
    deux particules de lumière.
  • 10:35 - 10:38
    Cet hypothétique graviton
    extra-dimensionnel
  • 10:38 - 10:42
    est une des seules nouvelles particules
    possibles et hypothétiques
  • 10:42 - 10:44
    qui possèdent ces propriétés quantiques
  • 10:44 - 10:48
    et qui pourraient donner naissance
    à notre petite disparité à deux photons.
  • 10:50 - 10:56
    La possibilité d'expliquer
    les mystères de la gravité
  • 10:56 - 10:59
    et de découvrir
    des dimensions supplémentaires --
  • 10:59 - 11:01
    vous comprenez mieux maintenant
  • 11:01 - 11:05
    pourquoi des centaines de geeks physiciens
    ont tous perdu leur sang-froid
  • 11:05 - 11:07
    juste pour cette disparité
    à deux photons.
  • 11:07 - 11:10
    Une découverte de ce type pourrait
    changer les manuels scolaires.
  • 11:11 - 11:12
    Mais souvenez-vous,
  • 11:12 - 11:14
    notre avis, celui des expérimentateurs,
  • 11:14 - 11:16
    qui travaillions là-dessus était clair :
  • 11:16 - 11:17
    il faut plus de données.
  • 11:18 - 11:20
    Avec plus de données,
  • 11:20 - 11:24
    cette petite disparité
    se transformera en joli Prix Nobel --
  • 11:24 - 11:26
    (Rires)
  • 11:26 - 11:29
    ou les nouvelles données se placeront
    autour de cette disparité
  • 11:29 - 11:31
    et la transformeront
    en jolie ligne fluide.
  • 11:31 - 11:33
    On a pris plus de données
  • 11:33 - 11:35
    et avec cinq fois plus de données,
    quelques mois après,
  • 11:35 - 11:37
    notre petite disparité
  • 11:37 - 11:39
    s'est transformé en ligne fluide.
  • 11:43 - 11:47
    Les journaux ont décrit « l'énorme
    déception », les « espoirs évanouis »
  • 11:47 - 11:49
    et les « tristes »
    physiciens des particules.
  • 11:49 - 11:51
    À en croire le ton des articles,
  • 11:51 - 11:55
    on avait décidé d'éteindre le LHC
    et de rentrer à la maison.
  • 11:55 - 11:56
    (Rires)
  • 11:57 - 11:59
    Mais ce n'est pas ce que nous avons fait.
  • 12:01 - 12:03
    Et pourquoi ?
  • 12:04 - 12:08
    Si je n'ai pas découvert
    de particule -- ce qui est le cas --
  • 12:08 - 12:11
    si je n'en ai pas découvert,
    pourquoi je vous parle à présent ?
  • 12:11 - 12:14
    Pourquoi je n'ai pas juste
    baissé la tête, honteux,
  • 12:14 - 12:15
    avant de rentrer chez moi ?
  • 12:19 - 12:23
    Les physiciens des particules
    sont des explorateurs.
  • 12:23 - 12:26
    Et la majorité de ce que nous faisons
    est de la cartographie.
  • 12:27 - 12:30
    Voyons ça comme ça :
    oubliez le LHC pendant une seconde.
  • 12:30 - 12:32
    Imaginez que vous êtes un explorateur
  • 12:32 - 12:34
    arrivant sur une planète lointaine,
  • 12:34 - 12:35
    à la recherche d'aliens.
  • 12:35 - 12:37
    Quelle est votre première tâche ?
  • 12:38 - 12:41
    Tourner autour de la planète,
    atterrir, observer les alentours
  • 12:41 - 12:43
    pour chercher des signes de vie évidents
  • 12:43 - 12:45
    et retourner à la base principale.
  • 12:45 - 12:47
    C'est l'étape où nous sommes actuellement.
  • 12:47 - 12:49
    Nous commençons à observer le LHC
  • 12:49 - 12:51
    pour chercher de nouvelles
    particules en évidence
  • 12:51 - 12:53
    et nous pouvons dire qu'il n'y en a pas.
  • 12:54 - 12:56
    On a vu au loin cet étrange
    alien sur une montagne,
  • 12:56 - 12:59
    mais quand on s'est rapprochés,
    c'était un rocher.
  • 12:59 - 13:01
    Qu'est-ce qu'on fait ensuite ?
    On abandonne et s'en va ?
  • 13:01 - 13:03
    Pas du tout.
  • 13:03 - 13:05
    On serait des scientifiques vraiment nuls.
  • 13:05 - 13:09
    Non, on passe les quelques
    prochaines décennies à explorer,
  • 13:09 - 13:10
    à cartographier le territoire,
  • 13:10 - 13:13
    à fouiner dans le sable
    avec un outil de précision,
  • 13:13 - 13:14
    à regarder sous chaque pierre,
  • 13:14 - 13:16
    à creuser sous la surface.
  • 13:16 - 13:19
    Les particules peuvent
    autant apparaître aussitôt,
  • 13:19 - 13:21
    comme des disparités en évidence,
  • 13:21 - 13:25
    qu'elles peuvent apparaître
    après des années de collecte de données.
  • 13:26 - 13:29
    L'humanité vient juste de commencer
    son exploration au LHC
  • 13:29 - 13:31
    à cette si haute énergie
  • 13:31 - 13:32
    et nous avons des recherches à faire.
  • 13:32 - 13:36
    Mais que se passera-t-il
    dans 10 ou 20 ans,
  • 13:36 - 13:38
    si on ne trouve toujours pas
    de nouvelles particules ?
  • 13:39 - 13:41
    On construira une plus grosse machine.
  • 13:41 - 13:42
    (Rires)
  • 13:42 - 13:44
    On recherche à une plus haute énergie.
  • 13:44 - 13:46
    On recherche à une plus haute énergie.
  • 13:47 - 13:50
    On planifie déjà
    un tunnel de 100 kilomètres
  • 13:51 - 13:54
    où l'énergie d'une collision
    serait dix fois grande qu'au LHC.
  • 13:54 - 13:56
    On ne décide pas où se trouvent
    les nouvelles particules.
  • 13:56 - 13:58
    On décide de continuer à explorer.
  • 13:58 - 14:01
    Et si même avec un tunnel
    de 100 kilomètres
  • 14:01 - 14:02
    ou un tunnel de 500 kilomètres
  • 14:03 - 14:05
    ou un collisionneur de 10 000 km
    flottant dans l'espace
  • 14:05 - 14:07
    entre la Terre et la Lune,
  • 14:07 - 14:10
    on ne trouvait aucune particule ?
  • 14:12 - 14:14
    Alors là, il faudrait revoir
    notre physique des particules.
  • 14:14 - 14:16
    (Rires)
  • 14:16 - 14:18
    Peut-être que nous devons
    repenser les choses.
  • 14:19 - 14:22
    Que nous avons besoin de plus
    de ressources, technologies, expertises
  • 14:22 - 14:24
    que ce que l'on a maintenant.
  • 14:25 - 14:27
    On utilise déjà
    l'intelligence artificielle
  • 14:27 - 14:28
    et l'apprentissage automatique
  • 14:28 - 14:29
    dans le LHC ;
  • 14:29 - 14:31
    imaginez une expérience
    de physique des particules
  • 14:32 - 14:33
    utilisant des algorithmes si avancés
  • 14:33 - 14:36
    qu'elle s'apprendrait à trouver
    des gravitons hyper-dimensionnels.
  • 14:37 - 14:38
    Et si...
  • 14:38 - 14:39
    l'ultime question :
  • 14:39 - 14:43
    Et si même l'intelligence artificielle
    ne répondait pas à nos questions ?
  • 14:43 - 14:45
    Et si ces questions posées
    depuis tant d'années
  • 14:45 - 14:47
    étaient destinées à rester
    sans réponse dans le futur ?
  • 14:47 - 14:50
    Et si ce qui me dérangeait
    quand j'étais enfant
  • 14:50 - 14:53
    était destiné à rester sans réponse
    pour mon existence entière ?
  • 14:54 - 14:56
    Alors, ça sera....
  • 14:56 - 14:58
    encore plus fascinant.
  • 15:00 - 15:03
    On serait obligés de penser
    de manières complètement différentes.
  • 15:04 - 15:06
    On serait obligés
    de revoir nos suppositions
  • 15:06 - 15:09
    pour voir si elles
    ne contiennent pas d'erreurs.
  • 15:09 - 15:13
    Il faut encourager plus de monde
    à nous rejoindre pour étudier la science
  • 15:13 - 15:16
    car nous avons besoin de nouveaux regards
    sur ces problèmes anciens.
  • 15:16 - 15:19
    Je n'ai pas les réponses
    et je les cherche encore.
  • 15:19 - 15:21
    Mais quelqu'un --
    peut-être à l'école en ce moment,
  • 15:21 - 15:23
    peut-être pas encore né --
  • 15:24 - 15:27
    pourrait nous faire voir la physique
    d'une façon vraiment nouvelle,
  • 15:27 - 15:31
    et nous montrer qu'on pose simplement
    les mauvaises questions.
  • 15:32 - 15:35
    Ce ne sera pas la fin de la physique,
  • 15:35 - 15:36
    mais un nouveau départ.
  • 15:37 - 15:38
    Merci.
  • 15:38 - 15:41
    (Applaudissements)
Title:
Comment nous explorons les questions sans réponses en physique
Speaker:
James Beacham
Description:

James Beacham cherche des réponses aux questions les plus importantes de la physique à l'aide de la plus grande expérience scientifique jamais organisée, le Grand collisionneur de hadrons du CERN. Dans cette conférence amusante et accessible à tous expliquant les processus de la science, il nous emmène à travers les dimensions extra-spatiales, à la recherche des particules fondamentales qu'il nous reste à découvrir (et de l'explication des mystères de la gravité) et nous raconte la volonté d'explorer encore et toujours.

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
15:54

French subtitles

Revisions