Return to Video

Sam Richards: Une expérience radicale d'empathie

  • 0:00 - 0:03
    Mes étudiants me demandent souvent,
  • 0:03 - 0:05
    "Qu'est-ce que la sociologie?"
  • 0:05 - 0:07
    Et je leur dis: «C'est l'étude
  • 0:07 - 0:09
    de la manière dont les êtres humains
  • 0:09 - 0:12
    sont façonnés par des choses qu'ils ne voient pas. "
  • 0:12 - 0:16
    Et ils disent: "Alors, comment puis-je être un sociologue?
  • 0:16 - 0:18
    Comment puis-je comprendre ces forces invisibles?
  • 0:18 - 0:20
    Et je dis, "l'empathie.
  • 0:20 - 0:22
    Commencez par l'empathie.
  • 0:22 - 0:25
    Tout commence avec l'empathie.
  • 0:25 - 0:27
    Oubliez qui vous êtes
  • 0:27 - 0:29
    pour vous mettre dans la peau d'une autre personne. "
  • 0:29 - 0:32
    Ici, je vais vous donner un exemple.
  • 0:32 - 0:34
    Donc, j'imagine que ma vie,
  • 0:34 - 0:36
    si il y a cent ans
  • 0:36 - 0:38
    la Chine avait été la nation la plus puissante du monde
  • 0:38 - 0:40
    et que les Chinois étaient venus aux États-Unis
  • 0:40 - 0:42
    à la recherche de charbon,
  • 0:42 - 0:45
    et qu'ils en avaient trouvé, et, en fait, qu'ils en avaient trouvé beaucoup ici même.
  • 0:45 - 0:48
    Et si très vite, ils avaient commencé à expédier ce charbon,
  • 0:48 - 0:50
    tonne par tonne,
  • 0:50 - 0:53
    wagon par wagon, chargement de bateau par chargement de bateau,
  • 0:53 - 0:57
    vers la Chine et ailleurs dans le monde.
  • 0:57 - 1:00
    Et si ils étaient devenus fabuleusement riche en faisant ça.
  • 1:00 - 1:02
    Et qu'ils avaient construit de belles villes
  • 1:02 - 1:06
    toutes alimentées par ce charbon.
  • 1:07 - 1:10
    Et qu'ici aux États-Unis,
  • 1:10 - 1:12
    nous avions connu le marasme économique, la privation.
  • 1:12 - 1:14
    C'est ce que j'ai vu.
  • 1:14 - 1:17
    J'ai vu des gens qui luttent pour s'en sortir,
  • 1:17 - 1:20
    ne sachant pas ce qui était quoi et ce qui allait suivre.
  • 1:20 - 1:22
    Et puis je me suis posé la question.
  • 1:22 - 1:25
    Je dis: "Comment est-il possible que nous puissions être si pauvre ici aux États-Unis,
  • 1:25 - 1:27
    parce que le charbon est une ressource riche,
  • 1:27 - 1:29
    ça représente tant d'argent? "
  • 1:29 - 1:31
    Et j'ai réalisé,
  • 1:31 - 1:34
    parce que les Chinois avaient gagné les bonnes grâces
  • 1:34 - 1:37
    d'une petite classe dirigeante ici aux États-Unis
  • 1:37 - 1:41
    qui a volé tout cet argent et toutes ces richesses pour leur propre bénéfice.
  • 1:41 - 1:43
    Et le reste d'entre nous, la grande majorité d'entre nous,
  • 1:43 - 1:45
    luttons pour nous en sortir.
  • 1:45 - 1:48
    Et les Chinois ont donné à cette petite élite dirigeante
  • 1:48 - 1:51
    des tas d'armes et de technologies militaires sophistiquées
  • 1:51 - 1:54
    pour veiller à ce que des gens comme moi
  • 1:54 - 1:57
    ne s'élevent pas contre cette relation.
  • 1:58 - 2:01
    Est-ce ça vous rappelle quelque chose?
  • 2:01 - 2:03
    Et ils ont fait les choses comme former les Américains
  • 2:03 - 2:05
    à aider à protéger le charbon.
  • 2:05 - 2:08
    Et partout, il y avait des symboles de la Chine -
  • 2:08 - 2:11
    partout, un rappel constant.
  • 2:11 - 2:13
    Et de retour en Chine,
  • 2:13 - 2:15
    que disent-ils en Chine?
  • 2:15 - 2:18
    Rien. Ils ne parlent pas de nous. Ils ne parlent pas du charbon.
  • 2:18 - 2:20
    Si vous leur demandez,
  • 2:20 - 2:22
    ils diront: "Eh bien, vous savez le charbon, nous avons besoin du charbon.
  • 2:22 - 2:25
    Je veux dire, allez, je ne vais pas baisser mon thermostat.
  • 2:25 - 2:28
    Vous ne pouvez pas attendre ça de moi. "
  • 2:28 - 2:31
    Et alors je me fâche, et j'en ai marre,
  • 2:31 - 2:33
    comme beaucoup de gens ordinaires.
  • 2:33 - 2:36
    Et nous nous défendons, et ça devient vraiment moche.
  • 2:36 - 2:39
    Et les Chinois répondre d'une manière très moche.
  • 2:40 - 2:43
    Et avant qu'on ait le temps de nous en apercevoir, ils envoient les blindés
  • 2:43 - 2:45
    puis ils envoyent les troupes,
  • 2:45 - 2:47
    et beaucoup de gens meurent,
  • 2:47 - 2:52
    et c'est une situation très, très difficile.
  • 2:52 - 2:55
    Pouvez-vous imaginer ce que vous vous ressentiriez
  • 2:55 - 2:57
    si vous étiez à ma place?
  • 2:57 - 3:00
    Pouvez-vous imaginer sortant de ce bâtiment
  • 3:00 - 3:02
    et voir un blindé là-bas
  • 3:02 - 3:05
    ou d'un camion rempli de soldats?
  • 3:05 - 3:07
    Et imaginez ce que vous ressentiriez.
  • 3:07 - 3:10
    Parce que vous savez pourquoi ils sont là, et vous savez ce qu'ils font ici.
  • 3:10 - 3:14
    Et vous ressentez la colère et vous ressentez la peur.
  • 3:14 - 3:17
    Si vous le pouvez, c'est de l'empathie - c'est de l'empathie.
  • 3:17 - 3:20
    Vous avez quitté votre peau, et vous vous êtes mis dans la mienne.
  • 3:20 - 3:22
    Et vous devez ressentir cela.
  • 3:22 - 3:24
    Bon, ça, c'est l'échauffement.
  • 3:24 - 3:26
    C'est l'échauffement.
  • 3:26 - 3:28
    Maintenant, nous allons passer
  • 3:28 - 3:30
    à la véritable expérience radicale.
  • 3:30 - 3:33
    Et donc pour le reste de mon discours, ce que je veux que vous fassiez
  • 3:33 - 3:35
    c'est de vous mettre dans la peau
  • 3:35 - 3:38
    d'un arabe musulman
  • 3:38 - 3:40
    qui vit au Moyen-Orient -
  • 3:40 - 3:43
    en particulier, en Irak.
  • 3:44 - 3:46
    Et donc pour vous aider,
  • 3:46 - 3:50
    vous êtes peut-être un membre de cette famille de classe moyenne à Bagdad -
  • 3:50 - 3:53
    et ce que vous voulez c'est le meilleur pour vos enfants.
  • 3:53 - 3:55
    Vous voulez que vos enfants aient une vie meilleure.
  • 3:55 - 3:57
    Et vous regardez les nouvelles, vous faites attention,
  • 3:57 - 4:00
    vous lisez le journal, vous descendez au café avec vos amis,
  • 4:00 - 4:02
    et vous lisez les journaux du monde entier.
  • 4:02 - 4:04
    Et parfois vous regarder même la télé par satellite,
  • 4:04 - 4:06
    CNN en provenance des États-Unis.
  • 4:06 - 4:08
    Vous avez donc une idée de ce que les Américains pensent.
  • 4:08 - 4:11
    Mais vraiment, tout ce que vous voulez, c'est avoir une vie meilleure.
  • 4:11 - 4:13
    C'est ce que vous voulez.
  • 4:13 - 4:15
    Vous êtes arabe musulman vivant en Irak.
  • 4:15 - 4:17
    Vous voulez avoir une vie meilleure.
  • 4:17 - 4:19
    Donc, ici, laissez-moi vous aider.
  • 4:19 - 4:21
    Permettez-moi de vous aider avec certaines choses
  • 4:21 - 4:23
    que vous pourriez penser.
  • 4:23 - 4:26
    Numéro un: cette incursion dans votre pays
  • 4:26 - 4:28
    ces 20 dernières années, et avant,
  • 4:28 - 4:31
    la raison pour laquelle tout le monde s'intéresse à votre pays, et en particulier les États-Unis,
  • 4:31 - 4:33
    c'est le pétrole.
  • 4:33 - 4:36
    C'est une question de pétrole, vous le savez, tout le monde le sait.
  • 4:36 - 4:39
    Les gens ici aux Etats-Unis savent que c'est le pétrole.
  • 4:39 - 4:41
    C'est parce que quelqu'un d'autre
  • 4:41 - 4:44
    a un plan pour votre ressource.
  • 4:44 - 4:47
    C'est votre ressource, pas celle de quelqu'un d'autre.
  • 4:47 - 4:50
    C'est votre pays, c'est votre ressource.
  • 4:50 - 4:52
    Quelqu'un d'autre a un plan pour elle.
  • 4:52 - 4:54
    Et vous savez pourquoi ils ont un plan?
  • 4:54 - 4:56
    Vous savez pourquoi ils ont les yeux fixés sur elle?
  • 4:56 - 4:58
    Parce qu'ils ont tout un système économique
  • 4:58 - 5:00
    qui dépend de ce pétrole -
  • 5:00 - 5:02
    un pétrole étranger,
  • 5:02 - 5:05
    un pétrole dans d'autres parties du monde qui ne leur appartiennent pas.
  • 5:05 - 5:07
    Et que pensez-vous d'autre de ces gens?
  • 5:07 - 5:09
    Les Américains, ils sont riches.
  • 5:09 - 5:11
    Allez, ils vivent dans de grandes maisons, ils ont de grosses voitures,
  • 5:11 - 5:13
    ils ont tous les cheveux blonds, les yeux bleus, ils sont heureux.
  • 5:13 - 5:15
    Vous pensez ça. Ce n'est pas vrai, bien sûr,
  • 5:15 - 5:18
    mais c'est l'impression que donnent les médias, et c'est ce que vous avez.
  • 5:18 - 5:20
    Et ils ont de grandes villes,
  • 5:20 - 5:23
    et les villes sont toutes dépendantes du pétrole.
  • 5:24 - 5:26
    Et chez vous, que voyez-vous?
  • 5:26 - 5:28
    La pauvreté, le désespoir, la lutte.
  • 5:28 - 5:31
    Regardez, vous ne vivez pas dans un pays riche.
  • 5:31 - 5:34
    C'est l'Irak.
  • 5:35 - 5:37
    C'est ce que vous voyez.
  • 5:37 - 5:39
    Vous voyez des gens qui luttent pour s'en sortir.
  • 5:39 - 5:41
    Je veux dire, ce n'est pas facile, vous voyez beaucoup de pauvreté.
  • 5:41 - 5:43
    Et vous ressentez quelque chose par rapport à ça.
  • 5:43 - 5:45
    Ces gens ont des plans pour votre ressource,
  • 5:45 - 5:47
    et c'est ça que vous voyez?
  • 5:47 - 5:49
    Quelque chose d'autre vous voyez et dont vous parlez -
  • 5:49 - 5:51
    Les américains ne parlent pas de ça, mais vous oui.
  • 5:51 - 5:54
    Il y a cette chose, la militarisation du monde,
  • 5:54 - 5:56
    et elle est centrée sur les États-Unis.
  • 5:56 - 5:58
    Et les États-Unis
  • 5:58 - 6:01
    sont responsables de près de la moitié
  • 6:01 - 6:03
    des dépenses militaires dans le monde -
  • 6:03 - 6:05
    4% de la population mondiale.
  • 6:05 - 6:08
    Et vous le sentez, vous le voyez tous les jours.
  • 6:08 - 6:10
    Cela fait partie de votre vie.
  • 6:10 - 6:12
    Et vous en parlez avec vos amis.
  • 6:12 - 6:15
    Vous avez lu à ce sujet.
  • 6:15 - 6:18
    Et à l'époque où Saddam Hussein était au pouvoir,
  • 6:18 - 6:21
    les Américains ne se souciaient pas de ses crimes.
  • 6:21 - 6:23
    Quand il gazait des Kurdes et qu'il gazait l'Iran,
  • 6:23 - 6:25
    ils ne s'en souciaient pas.
  • 6:25 - 6:27
    Quand le pétrole a été en jeu,
  • 6:27 - 6:31
    en quelque sorte, tout à coup les choses ont eu d'importance.
  • 6:32 - 6:34
    Et ce que vous voyez, quelque chose d'autre,
  • 6:34 - 6:36
    les États-Unis,
  • 6:36 - 6:38
    le centre de la démocratie dans le monde entier,
  • 6:38 - 6:40
    ils ne semblent pas vraiment
  • 6:40 - 6:44
    soutenir les pays démocratiques du monde entier.
  • 6:44 - 6:47
    Il y a de nombreux pays, les pays producteurs de pétrole,
  • 6:47 - 6:50
    qui ne sont pas très démocratiques, mais soutenus par les États-Unis.
  • 6:50 - 6:52
    C'est bizarre.
  • 6:52 - 6:55
    Oh, ces incursions, ces deux guerres,
  • 6:55 - 6:57
    les 10 ans de sanctions,
  • 6:57 - 7:01
    les huit ans d'occupation,
  • 7:01 - 7:04
    l'insurrection qui a été lâchée sur votre peuple,
  • 7:04 - 7:07
    des centaines de milliers
  • 7:07 - 7:12
    de décès de civils,
  • 7:12 - 7:15
    tout ça à cause du pétrole.
  • 7:15 - 7:17
    Vous ne pouvez pas ne pas y penser.
  • 7:17 - 7:19
    Vous en parlez.
  • 7:19 - 7:22
    C'est toujours l'idée prédominante dans votre esprit.
  • 7:22 - 7:25
    Vous dites: «Comment est-ce possible?"
  • 7:25 - 7:28
    Et cet homme, il incarne tous les hommes --
  • 7:28 - 7:30
    votre grand-père, votre oncle,
  • 7:30 - 7:32
    votre père, votre fils,
  • 7:32 - 7:35
    votre voisin, votre professeur, votre élève.
  • 7:35 - 7:38
    Ce qui fut une vie de bonheur et de joie,
  • 7:38 - 7:41
    et soudain la douleur et le chagrin.
  • 7:41 - 7:44
    Tout le monde dans votre pays
  • 7:44 - 7:47
    a été touché par la violence,
  • 7:47 - 7:49
    l'effusion de sang, la douleur,
  • 7:49 - 7:51
    l'horreur, tout le monde.
  • 7:51 - 7:54
    Pas une seule personne dans votre pays
  • 7:54 - 7:56
    n'a été épargnée.
  • 7:56 - 7:58
    Mais il y a autre chose.
  • 7:58 - 8:00
    Il y a autre chose au sujet de ces personnes,
  • 8:00 - 8:02
    ces Américains qui sont là.
  • 8:02 - 8:05
    Vous voyez autre chose à leur sujet - ils ne se voient pas.
  • 8:05 - 8:08
    Et que voyez-vous? Ils sont chrétiens.
  • 8:08 - 8:10
    Ils sont chrétiens.
  • 8:10 - 8:13
    Ils adorent le Dieu des chrétiens, ils ont des croix, ils portent des bibles.
  • 8:13 - 8:15
    Leur Bibles ont un petit insigne dessus
  • 8:15 - 8:18
    qui dit "armée des Etats-Unis".
  • 8:19 - 8:22
    Et leurs dirigeants, leurs dirigeants:
  • 8:22 - 8:24
    avant d'envoyer leurs fils et leurs filles
  • 8:24 - 8:26
    à la guerre dans votre pays -
  • 8:26 - 8:28
    et vous connaissez la raison -
  • 8:28 - 8:30
    avant de les envoyer,
  • 8:30 - 8:32
    ils vont dans une église chrétienne, et ils prient leur dieu chrétien,
  • 8:32 - 8:35
    et ils demandent la protection et les conseils de ce dieu.
  • 8:35 - 8:37
    Pourquoi?
  • 8:37 - 8:41
    Eh bien, évidemment, quand les gens meurent à la guerre,
  • 8:41 - 8:43
    ils sont musulmans, ils sont Irakiens -
  • 8:43 - 8:45
    ils ne sont pas Américains.
  • 8:45 - 8:48
    Vous ne voulez pas que des Américains meurent. Protégez nos troupes.
  • 8:48 - 8:50
    Et vous vous ressentez quelque chose à ce sujet -
  • 8:50 - 8:52
    bien sûr.
  • 8:52 - 8:54
    Et ils font des choses merveilleuses.
  • 8:54 - 8:56
    Vous avez lu à ce sujet, vous en entendez parler.
  • 8:56 - 8:58
    Ils sont là-bas pour construire des écoles et aider les gens, et c'est ce qu'ils veulent faire.
  • 8:58 - 9:00
    Ils font des choses merveilleuses, mais ils font aussi les mauvaises choses,
  • 9:00 - 9:02
    et vous ne pouvez pas faire la différence.
  • 9:02 - 9:06
    Et ce gars-là, vous avez un gars comme le lieutenant général William Boykin.
  • 9:06 - 9:09
    je veux dire, voici un gars qui dit que votre Dieu est un faux dieu.
  • 9:09 - 9:11
    Votre Dieu est une idole, son Dieu est le Dieu véritable.
  • 9:11 - 9:14
    La solution au problème du Moyen-Orient, selon lui,
  • 9:14 - 9:16
    est de tous vous convertir au christianisme -
  • 9:16 - 9:18
    simplement de vous débarrasser de votre religion.
  • 9:18 - 9:20
    Et vous le savez. Les Américains ne lisent pas à son sujet.
  • 9:20 - 9:23
    Ils ne savent rien de lui, mais vous oui.
  • 9:23 - 9:25
    Vous le faire circuler. Vous faites circuler ses mots.
  • 9:25 - 9:28
    Je veux dire que c'est grave.
  • 9:28 - 9:31
    Il a été l'un des commandants de premier plan dans la seconde invasion de l'Irak.
  • 9:31 - 9:34
    Et vous vous dites: «Dieu, si ce gars dit ça,
  • 9:34 - 9:36
    alors tous les soldats doivent dire ça. "
  • 9:36 - 9:38
    Et ce mot ici,
  • 9:38 - 9:40
    George Bush a appelé cette guerre une croisade.
  • 9:40 - 9:42
    Les Américains, ils se disent, "Ah, la croisade.
  • 9:42 - 9:44
    Peu importe. Je ne sais pas. "
  • 9:44 - 9:46
    Vous savez ce que cela signifie.
  • 9:46 - 9:48
    C'est une guerre sainte contre les musulmans.
  • 9:48 - 9:51
    Regarder, envahir, les soumettre, prendre leurs ressources.
  • 9:51 - 9:53
    S'ils ne se soumettent pas, les tuer.
  • 9:53 - 9:55
    C'est de cela qu'il s'agit.
  • 9:55 - 9:58
    Et vous vous dites: «Mon Dieu, ces chrétiens sont venus nous tuer."
  • 9:58 - 10:00
    C'est effrayant.
  • 10:00 - 10:03
    Vous avez peur. Bien sûr, vous avez peur.
  • 10:03 - 10:06
    Et cet homme, Terry Jones:
  • 10:06 - 10:08
    Je veux dire voici un gars qui veut brûler des Corans.
  • 10:08 - 10:10
    Et les Américains: «Ah, c'est un crétin.
  • 10:10 - 10:12
    C'est un ancien gérant d'un hôtel ;
  • 10:12 - 10:14
    il a trois douzaines de membres de son église. "
  • 10:14 - 10:16
    Ils se moquent de lui. Vous ne vous moquez pas de lui.
  • 10:16 - 10:18
    Parce que dans le contexte de tout le reste,
  • 10:18 - 10:20
    toutes les pièces s'imbriquent.
  • 10:20 - 10:22
    Je veux dire, bien sûr, c'est comme ça que les Américains le prennent,
  • 10:22 - 10:24
    donc les gens dans tout le Moyen-Orient, et pas seulement dans votre pays,
  • 10:24 - 10:26
    protestent.
  • 10:26 - 10:28
    "Il veut brûler des Corans, notre livre saint.
  • 10:28 - 10:30
    Ces chrétiens, qui sont ces chrétiens?
  • 10:30 - 10:32
    Ils sont si mauvais, ils sont si méchants -
  • 10:32 - 10:34
    ils sont comme ça.
  • 10:34 - 10:36
    C'est ce que vous pensez en tant qu'arabe musulman,
  • 10:36 - 10:38
    en tant qu'Irakien.
  • 10:38 - 10:40
    Bien sûr, vous allez penser ça.
  • 10:40 - 10:42
    Et puis, votre cousin
  • 10:42 - 10:44
    dit, "Hey, regarde ce site.
  • 10:44 - 10:46
    Tu dois voir ça - Bible Boot Camp.
  • 10:46 - 10:48
    Ces chrétiens sont cinglés.
  • 10:48 - 10:51
    Ils forment leurs petits enfants à être des soldats de Jésus.
  • 10:51 - 10:53
    Et ils prennent ces petits enfants et ils les soumettent à ces choses
  • 10:53 - 10:55
    jusqu'à ce qu'ils leur apprendre à dire: «Monsieur, oui, monsieur,
  • 10:55 - 10:58
    et des choses comme lancer des grenades et l'entretien des armes.
  • 10:58 - 11:00
    Et allez sur le site.
  • 11:00 - 11:02
    Il y a dessus: "armée des Etats-Unis" .
  • 11:02 - 11:05
    Je veux dire, ces chrétiens, ils sont cinglés. Comment peuvent-ils faire cela à leurs petits enfants? "
  • 11:05 - 11:07
    Et vous lisez ce site.
  • 11:07 - 11:10
    Et bien sûr, les chrétiens aux Etats-Unis, ou n'importe qui,
  • 11:10 - 11:12
    disent: «Ah, c'est une toute petite église au milieu de nulle part."
  • 11:12 - 11:14
    Vous ne savez pas ça.
  • 11:14 - 11:17
    Pour vous, c'est comme si c'était tous les chrétiens.
  • 11:17 - 11:19
    C'est partout sur le Web, la Bible Boot Camp.
  • 11:19 - 11:21
    Et regardez ça:
  • 11:21 - 11:23
    ils apprennent même à leurs enfants -
  • 11:23 - 11:25
    ils les entrainent de la même manière que les US Marines.
  • 11:25 - 11:27
    N'est-ce pas intéressant.
  • 11:27 - 11:29
    Et ça vous fait peur, et cela vous terrifie.
  • 11:29 - 11:31
    Donc, ces gars-là, vous les voyez.
  • 11:31 - 11:34
    Vous voyez, moi, Sam Richards, je sais qui sont ces gars-là.
  • 11:34 - 11:36
    Ce sont mes élèves, mes amis.
  • 11:36 - 11:38
    Je sais ce qu'ils pensent: "Vous ne savez pas."
  • 11:38 - 11:40
    Quand vous les voyez,
  • 11:40 - 11:43
    ils sont quelque chose d'autre, ils sont quelque chose d'autre.
  • 11:43 - 11:46
    C'est ce qu'ils sont pour vous.
  • 11:46 - 11:49
    Nous ne le voyons pas comme ça aux Etats-Unis,
  • 11:49 - 11:52
    mais vous le voyez de cette façon.
  • 11:54 - 11:56
    Donc, ici.
  • 11:56 - 11:58
    Bien sûr, vous vous êtes trompé.
  • 11:58 - 12:01
    Vous généralisez. C'est faux.
  • 12:01 - 12:03
    Vous ne comprenez pas les Américains.
  • 12:03 - 12:05
    Ce n'est pas une invasion chrétienne.
  • 12:05 - 12:07
    Nous ne sommes pas seulement là pour le pétrole, nous sommes là pour de nombreuses raisons.
  • 12:07 - 12:09
    Vous avez tout faux. Vous passez à côté.
  • 12:09 - 12:12
    Et bien sûr, la plupart d'entre vous ne soutiennent pas l'insurrection;
  • 12:12 - 12:14
    vous ne soutenez pas le fait de tuer des Américains;
  • 12:14 - 12:16
    vous ne soutenez pas les terroristes.
  • 12:16 - 12:18
    Bien sûr, que non. Très peu de gens le font.
  • 12:18 - 12:21
    Mais certains d'entre vous oui.
  • 12:21 - 12:24
    Et c'est un point de vue.
  • 12:24 - 12:26
    Bon, maintenant, alors voici ce que nous allons faire.
  • 12:26 - 12:28
    Sortez de la peau
  • 12:28 - 12:30
    dans laquelle vous êtes là tout de suite
  • 12:30 - 12:32
    et revenez dans votre peau normale.
  • 12:32 - 12:34
    Donc tout le monde est de retour dans la salle, d'accord.
  • 12:34 - 12:36
    Maintenant, voici l'expérience radicale.
  • 12:36 - 12:38
    Donc, nous sommes tous chez nous.
  • 12:38 - 12:40
    Cette photo: cette femme,
  • 12:40 - 12:42
    je la ressens.
  • 12:42 - 12:44
    Je la ressens.
  • 12:44 - 12:46
    Elle est ma sœur,
  • 12:46 - 12:49
    ma femme, ma cousine, ma voisine.
  • 12:49 - 12:51
    Elle est n'importe qui pour moi.
  • 12:51 - 12:53
    Ces gars là, debout, tout le monde dans la photo.
  • 12:53 - 12:56
    Je ressens cette photo.
  • 12:56 - 12:58
    Alors, voici ce que je veux que vous fassiez.
  • 12:58 - 13:01
    Revenons à mon premier exemple de la Chine.
  • 13:02 - 13:04
    Donc, je veux que vous alliez là-bas.
  • 13:04 - 13:07
    Donc, il s'agit du charbon, et les Chinois sont ici aux États-Unis.
  • 13:07 - 13:09
    Et ce que je veux vous faire, c'est imaginer que c'est une chinoise
  • 13:09 - 13:12
    qui reçoit un drapeau chinois
  • 13:12 - 13:15
    parce que celui qu'elle aime est décédé en Amérique
  • 13:15 - 13:17
    dans le soulèvement du charbon.
  • 13:17 - 13:19
    Et les soldats sont chinois,
  • 13:19 - 13:21
    et tout le monde est chinois.
  • 13:21 - 13:24
    En tant qu'Américain, comment ressentez-vous cette photo?
  • 13:26 - 13:29
    Que pensez-vous de cette scène?
  • 13:31 - 13:33
    Très bien, essayez ceci. Revenez.
  • 13:33 - 13:35
    C'est ici la scène.
  • 13:35 - 13:37
    C'est un Américain, les soldats américains,
  • 13:37 - 13:39
    une américaine qui a perdu celui qu'elle aime
  • 13:39 - 13:42
    au Moyen-Orient - en Irak ou en Afghanistan.
  • 13:42 - 13:44
    Maintenant, mettez-vous dans la peau,
  • 13:44 - 13:46
    revenez dans la peau
  • 13:46 - 13:49
    d'un arabe musulman en Irak.
  • 13:50 - 13:53
    Que ressentez-vous et que pensez-vous
  • 13:53 - 13:55
    de cette photo,
  • 13:55 - 13:58
    à propos de cette femme?
  • 14:05 - 14:07
    Très bien.
  • 14:07 - 14:09
    Maintenant, suivez-moi bien,
  • 14:09 - 14:11
    parce que je prends un grand risque ici.
  • 14:11 - 14:14
    Et je vais donc vous inviter à prendre un risque avec moi.
  • 14:14 - 14:16
    Ces messieurs, ce sont des insurgés.
  • 14:16 - 14:18
    Ils ont été capturés par les soldats américains,
  • 14:18 - 14:20
    en train d'essayer de tuer des Américains.
  • 14:20 - 14:23
    Et peut-être ils ont réussi. Ils ont peut-être réussi.
  • 14:23 - 14:25
    Mettez-vous dans la peau
  • 14:25 - 14:29
    des Américains qui les ont capturés.
  • 14:29 - 14:31
    Pouvez-vous ressentir la rage?
  • 14:31 - 14:33
    Pouvez-vous ressentir que vous voulez juste prendre ces gars-là
  • 14:33 - 14:35
    et leur tordre le cou?
  • 14:35 - 14:37
    Pouvez-vous le ressentir?
  • 14:37 - 14:39
    Ça ne devrait pas être si difficile.
  • 14:39 - 14:42
    Vous venez - oh.
  • 14:44 - 14:48
    Maintenant, mettez-vous dans leur peau.
  • 14:50 - 14:52
    Sont-ils des tueurs brutaux
  • 14:52 - 14:55
    ou des patriotes?
  • 14:55 - 14:57
    Que sont-ils?
  • 14:58 - 15:01
    Pouvez-vous sentir leur colère,
  • 15:01 - 15:03
    leur peur,
  • 15:03 - 15:05
    leur rage
  • 15:05 - 15:07
    ce qui s'est passé dans leur pays?
  • 15:07 - 15:09
    Pouvez-vous imaginer
  • 15:09 - 15:12
    que peut-être l'un d'eux le matin
  • 15:12 - 15:15
    s'est penché vers son enfant et a étreint son enfant
  • 15:15 - 15:19
    et a dit: "Chéri, je reviendrai plus tard.
  • 15:19 - 15:22
    je vais défendre ta liberté, ta vie.
  • 15:22 - 15:26
    Je vais partir à la recherche pour nous,
  • 15:26 - 15:28
    pour l'avenir de notre pays. "
  • 15:28 - 15:30
    Pouvez-vous imaginer cela?
  • 15:30 - 15:33
    Pouvez-vous imaginer dire cela?
  • 15:33 - 15:36
    Pouvez-vous le faire?
  • 15:37 - 15:40
    Que pensez-vous qu'ils ressentent?
  • 15:47 - 15:49
    Vous voyez, c'est l'empathie.
  • 15:49 - 15:52
    C'est aussi la compréhension.
  • 15:52 - 15:54
    Maintenant, vous pourriez demander,
  • 15:54 - 15:57
    "Très bien Sam, pourquoi faites-vous ce genre de choses?
  • 15:57 - 15:59
    Pourquoi voudriez-vous utiliser cet exemple de tous les exemples?
  • 15:59 - 16:02
    Et je dis, parce que ... parce que.
  • 16:02 - 16:04
    Vous avez le droit de haïr ces gens.
  • 16:04 - 16:07
    Vous avez le droit de les haïr
  • 16:07 - 16:09
    avec toutes les fibres de votre être.
  • 16:09 - 16:11
    Et si je peux faire
  • 16:11 - 16:13
    que vous vous mettiez à leur place
  • 16:13 - 16:15
    ne serait-ce qu'une minute,
  • 16:15 - 16:17
    une toute petite minute,
  • 16:17 - 16:20
    alors imaginez le type d'analyse sociologique
  • 16:20 - 16:24
    que vous pouvez faire dans tous les autres aspects de votre vie?
  • 16:24 - 16:26
    Vous pouvez aller loin
  • 16:26 - 16:28
    quand il s'agit de comprendre
  • 16:28 - 16:31
    pourquoi cette personne conduit à 60 km/heure
  • 16:31 - 16:34
    dans la voie de dépassement,
  • 16:34 - 16:36
    ou votre fils adolescent,
  • 16:36 - 16:38
    ou votre voisin qui vous agace
  • 16:38 - 16:40
    en tondant son gazon le dimanche matin.
  • 16:40 - 16:43
    Quoi qu'il en soit, vous pouvez aller aussi loin que ça.
  • 16:43 - 16:45
    Et c'est ce que je dis à mes étudiants:
  • 16:45 - 16:49
    sortez de votre petit monde minuscule.
  • 16:49 - 16:51
    Entrez dans le petit monde minuscule
  • 16:51 - 16:53
    de quelqu'un d'autre.
  • 16:53 - 16:57
    Et puis recommencez encore et encore.
  • 16:57 - 16:59
    Et soudain, tous ces petits mondes minuscules,
  • 16:59 - 17:01
    ils s'unissent dans ce réseau complexe.
  • 17:01 - 17:04
    Et ils construisent un monde vaste et complexe.
  • 17:04 - 17:06
    Et tout à coup, sans s'en rendre compte,
  • 17:06 - 17:09
    vous voyez le monde différemment.
  • 17:09 - 17:11
    Tout a changé.
  • 17:11 - 17:13
    Tout dans votre vie a changé.
  • 17:13 - 17:16
    Et c'est, bien sûr, ce dont il s'agit.
  • 17:16 - 17:19
    Participer à la vie des autres,
  • 17:19 - 17:21
    à d'autres visions.
  • 17:21 - 17:23
    Écoutez les autres,
  • 17:23 - 17:26
    éclairons-nous nous-même.
  • 17:26 - 17:28
    Je ne dis pas
  • 17:28 - 17:30
    que je soutiens les terroristes en Irak,
  • 17:30 - 17:32
    mais en tant que sociologue,
  • 17:32 - 17:34
    ce que je dis
  • 17:34 - 17:37
    est que je comprends.
  • 17:38 - 17:42
    Et maintenant, peut-être - peut-être - que vous aussi.
  • 17:42 - 17:44
    Merci.
  • 17:44 - 17:46
    (Applaudissements)
Title:
Sam Richards: Une expérience radicale d'empathie
Speaker:
Sam Richards
Description:

En emmenant étape par étape les Américains dans son auditoire à TEDxPSU dans le processus de pensée, le sociologue Sam Richards leur pose un défi extraordinaire: peuvent-ils comprendre - non pas approuver, mais comprendre - les motivations d'un insurgé irakien? Et par extension, peut-on vraiment comprendre et compatir avec un autre?

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
17:47
Elisabeth Buffard added a translation

French subtitles

Revisions