French subtitles

← Restaurer la dignité humaine à la frontière avec le Mexique

Get Embed Code
25 Languages

Showing Revision 8 created 06/08/2020 by Shadia Ramsahye.

  1. Je suis ici pour honorer
    le caractère sacré de la vie
  2. que je vois à la frontière
    mexicaine du Texas.
  3. En 2014,
  4. j'ai visité un centre de détention
  5. où des centaines de jeunes enfants,
  6. des enfants migrants,
  7. étaient détenus pendant des semaines
  8. dans des conditions très éprouvantes.
  9. Ils étaient sales et crottés,
  10. ils pleuraient.
  11. Leurs visages étaient baignés de larmes.
  12. On m'a autorisée à visiter le centre
    et à passer du temps avec eux.
  13. Ils étaient tout autour de moi.
  14. Ils étaient très petits,
  15. certains n'avaient pas plus de cinq ans.
  16. Ils me disaient en espagnol :
  17. « Sácame de aquí. » --
  18. « Sortez-moi de là. »
  19. « Por favor, ayúdame. » --
  20. « S'il vous plaît, aidez-moi. »
  21. C'était si difficile d'être là avec eux.
  22. J'ai commencé à pleurer avec eux
  23. et je leur ai dit :
  24. « Prions. » --
  25. « Vamos a rezar. »
  26. Et ils ont répété après moi :
  27. « Diosito, ayúdanos. » --
  28. « Dieu, s'il vous plaît, aidez-nous. »
  29. Pendant que nous priions,
    je voyais les garde-frontières
  30. nous regarder à travers une vitre.
  31. Ils étaient au bord des larmes.
  32. Alors qu'ils voyaient
    et entendaient les enfants prier,
  33. un petit garçon s'est rapproché de moi --
  34. il y en avait partout,
  35. on tenait à peine
    dans cette petite cellule.
  36. Et ce petit garçon m'a dit :
  37. « Ayúdame.
  38. Quiero irme con mi mamá. » -
  39. « Aidez-moi, s'il vous plaît,
  40. je veux retrouver ma mère.
  41. Elle est ici, on a été séparés. »
  42. Je lui ai dit :
  43. « Mijo, si ta maman est là,
  44. je suis certaine que vous serez réunis. »
  45. Quand je suis sortie de la cellule,
  46. un agent s'est approché
    de moi et m'a dit :
  47. « Merci, ma sœur.
  48. Vous nous avez aidés à réaliser
  49. qu'ils étaient des êtres humains. »
  50. Vous savez, parfois,
    quel que soit notre métier,
  51. on ne doit jamais oublier de reconnaître
  52. l'humanité de l'autre.
  53. Sinon on perd sa propre humanité.
  54. Laissez-moi vous parler un peu
    de ce que je vois et de ce que je fais
  55. à la frontière avec le Mexique,
  56. où je vis et où je travaille.
  57. Des centaines de familles
    entrent aux États-Unis
  58. en traversant le Rio Grande.
  59. Et une fois qu'elles sont aux États-Unis,
  60. beaucoup d'entre elles sont autorisées
    à poursuivre leur processus d'immigration
  61. à un autre endroit des États-Unis.
  62. Ce qui m'a étonnée toutes ces années,
  63. c'est l'incroyable réponse humanitaire
  64. de la communauté du sud du Texas.
  65. Des milliers de bénévoles
  66. ont donné si généreusement de leur temps.
  67. Pour moi, ce sont tous
    des gens extraordinaires.
  68. Et toute la communauté,
  69. les autorités municipales,
  70. les chefs d'entreprise,
  71. les organisations civiques,
  72. toutes les communautés religieuses,
  73. les garde-frontières
    et les agents de l'immigration,
  74. nous sommes tous unis dans un effort
  75. pour aider au moins 150 000 migrants
    depuis le jour où nous avons commencé.
  76. À l'époque
  77. où nous avons commencé
    à aider les migrants,
  78. un jour, un agent de la mairie est entré
    dans notre centre humanitaire d'accueil
  79. et m'a dit :
  80. « Ma sœur, que faites-vous ici ? »
  81. Je me suis retournée
    et j'ai regardé ce qu'il se passait
  82. dans le centre.
  83. J'étais stupéfaite par ce que je voyais.
  84. Il y avait des centaines de bénévoles
  85. qui aidaient tant de familles
    qui avaient besoin d'aide.
  86. Ils leur expliquaient où se laver,
  87. où trouver des vêtements propres,
    de la nourriture,
  88. des produits d'hygiène.
  89. Ce n'était qu'amour et compassion.
  90. Je lui ai alors répondu :
  91. « On restaure la dignité humanité.
  92. Voilà ce que nous faisons. »
  93. Je ne pense pas
    qu'il attendait cette réponse,
  94. parce qu'il s'est reculé,
  95. puis est revenu vers moi en disant :
  96. « Ma sœur, si j'avais
    une baguette magique,
  97. que voudriez-vous que je fasse avec ?
  98. - Des douches ? »
  99. Et dès le soir, nous avions
    une unité mobile de huit douches.
  100. Incroyable.
  101. Et après ça,
  102. on a eu le soutien à 100 %
    des autorités municipales.
  103. Nous étions là,
  104. voulant nous assurer que nous aidions
  105. et réussissions à répondre
  106. à toutes ces familles que nous voyions
  107. tous les jours.
  108. Je pense que nous devons
    aider les autres à voir
  109. ce que nous voyons.
  110. Je pense qu'il est important
  111. que nous partagions cela avec d'autres.
  112. Vous avez probablement
    déjà entendu cette idée,
  113. que nous devons toujours considérer
    les enfants de Dieu comme égaux.
  114. Mais pour y arriver,
  115. je pense qu'il est important
    de pouvoir les voir
  116. comme des individus.
  117. De pouvoir avoir
    une rencontre personnelle,
  118. pour ressentir ce qu'ils ressentent,
  119. pour comprendre ce qu'ils endurent.
  120. Pour vraiment les rencontrer.
  121. C'est alors que nous sommes
    présents pour eux
  122. et que nous pouvons faire de leur humanité
  123. une partie de la nôtre.
  124. Et nous comprenons
  125. que nous faisons tous partie
    de la même famille humaine.
  126. Un jour,
  127. une dame est venue me voir et m'a dit :
  128. « Ma sœur, je suis à 100%
    contre ce que vous faites,
  129. d'aider ces illégaux. »
  130. Je lui ai répondu :
  131. « Laissez-moi vous dire
    ce que je fais et pourquoi. »
  132. J'ai parlé avec elle et lui ai présenté
    les familles et les enfants,
  133. les histoires qu'ils vivaient.
  134. Quand j'ai eu fini de lui parler,
  135. elle s'est retournée vers moi :
  136. « Ma sœur, je suis à 100 %
    en faveur de ce que vous faites. »
  137. (Rires et applaudissements)
  138. Ce soir-là, son mari m'a appelée,
  139. il m'a dit :
  140. « Ma sœur, je ne sais pas
    ce que vous avez fait à ma femme.
  141. Mais elle est rentrée
    ce soir en me disant :
  142. "Si sœur Norma t'appelle un jour,
  143. assure-toi de faire
    ce qu'elle te demande."
  144. Je vous appelle donc juste pour vous dire
    que je suis à votre disposition. »
  145. Eh bien...
  146. Je pense que --
  147. Était-ce à cause d'une rencontre
    qu'elle a faite ce soir-là ?
  148. Je pense que ça serait
    une belle idée, un beau message,
  149. mais je ne pense pas que ça explique tout.
  150. Dans cette rencontre, nous devons mettre
    de côté nos préjugés envers les autres,
  151. qui nous séparent
    et ne nous permettent pas de les voir,
  152. les murs que nous érigeons
    dans notre propre cœur
  153. et qui nous séparent des autres.
  154. Lorsque nous sommes
    capables de faire cela,
  155. nous sommes capables de les atteindre.
  156. Vous savez, je pense
    que ce qui ne rend pas cela possible,
  157. c'est la peur --
    le fait que nous ayons peur.
  158. Et parce que nous avons peur --
  159. très probablement parce que
    nous avons vu dans les médias
  160. toute cette rhétorique négative
    que nous entendons à propos des migrants,
  161. ils sont diabolisés,
    comme s'ils n'étaient pas humains,
  162. comme si nous pouvions les jeter
  163. et nous en débarrasser,
  164. sans même nous sentir mal pour autant.
  165. Les familles de migrants
    ne sont pas des criminels.
  166. Les familles de migrants
    sont comme les nôtres,
  167. comme nos voisins.
  168. Ce sont des gens bien
  169. qui viennent aux États-Unis
  170. simplement parce qu'ils fuient la violence
  171. et qu'ils veulent être en sécurité.
  172. Malheureusement,
    ce que nous voyons à la frontière
  173. est horrible.
  174. Les gens souffrent et sont blessés.
  175. Par milliers.
  176. Et j'ai surtout l'impression
  177. que c'est à cause de ces murs
    que nous érigeons,
  178. ceux dans notre cœur,
  179. que nous ne nous en soucions pas.
  180. Nous avons donc des politiques
  181. qui renvoient les gens au Mexique,
  182. pour qu'ils y attendent.
  183. Et ils attendent là pendant des mois.
  184. Dans des conditions qui sont horribles,
  185. qui font que ces gens souffrent.
  186. Avec de mauvais traitements.
  187. Et même pas les moyens d'être bien.
  188. Je pense qu'il est vrai
  189. que nous devons assurer
    la sécurité de notre pays,
  190. que nous devons vérifier
    qui entre dans notre pays,
  191. que les criminels
    doivent être mis en prison.
  192. Mais il est également vrai
  193. que nous ne devons pas perdre
    notre humanité en agissant ainsi.
  194. Que nous devons avoir
    des politiques et des procédures
  195. qui ne contribuent pas
    à la souffrance humaine
  196. dont souffrent déjà les gens.
  197. Et que nous pouvons trouver des solutions
    respectueuses de la vie humaine.
  198. Nous pouvons le faire,
  199. si nous autorisons
    notre bonté à se manifester.
  200. Parce que ce que je vois à la frontière,
  201. ce sont des familles, des hommes,
    qui vont prendre un enfant
  202. et qui vont essayer
    de réconforter cet enfant qui pleure
  203. parce que cet enfant
    pleure pour son propre père.
  204. Et ces hommes pleurent avec cet enfant.
  205. Je vois des hommes
    et des femmes qui se mettent à genoux
  206. et prient,
  207. comme on le fait au réveillon de Noël.
  208. Je vois des enfants qui ont été séparés
    de leurs parents pendant des mois.
  209. Et quand ils sont réunis,
  210. ils ont peur de les lâcher
  211. parce qu'ils ont peur
    de perdre leur mère à nouveau.
  212. Une fois, une enfant m'a regardée
    après avoir retrouvé sa famille
  213. et elle m'a dit :
  214. « Hoy no voy a llorar. » --
    « Aujourd'hui, je ne vais pas pleurer. »
  215. J'ai dit : « Por qué, mija ? »
    « Pourquoi ? »
  216. Elle m'a dit : « Parce que j'ai pleuré
    tout le mois dernier
  217. parce que je ne savais pas
    où était ma mère.
  218. Mais ce soir, je vais être avec elle. »
  219. Le jour où j'ai visité
    le centre de détention en 2014,
  220. un petit garçon s'est approché
    de moi et m'a demandé
  221. de l'aider à trouver sa mère.
  222. Ce soir-là, j'étais de retour
    au centre humanitaire d'accueil,
  223. et le petit garçon est entré avec sa mère.
  224. Et dès qu'il m'a repérée,
  225. il a couru vers moi, je me suis baissée
  226. et il s'est jeté dans mes bras.
  227. C'était tellement beau,
  228. c'était vraiment
    une belle rencontre humaine.
  229. Je pense que c'est
    le meilleur de l'humanité.
  230. C'est ce qu'on intime tous à faire.
  231. Pensez-y.
  232. Nous devons juste nous permettre
    de nous approcher suffisamment pour voir
  233. et cela nous importera.
  234. Merci.
  235. (Applaudissements)