Return to Video

Comment l'innovation numérique peut combattre les pandémies et renforcer la démocratie

  • 0:01 - 0:03
    Audrey Tang : Heureuse de vous rejoindre
  • 0:03 - 0:04
    et bonjour à tout le monde.
  • 0:06 - 0:08
    David Biello : Alors, parlez-nous de –
  • 0:09 - 0:10
    Désolé de –
  • 0:10 - 0:13
    Parlez-nous du COVID
    et des outils numériques.
  • 0:14 - 0:15
    AT : Bien sûr.
  • 0:15 - 0:18
    Je suis très heureuse
    de partager avec vous
  • 0:18 - 0:21
    comment Taïwan a réussi
    à contrer le COVID
  • 0:21 - 0:23
    en utilisant le pouvoir
    des outils de démocratie numérique.
  • 0:24 - 0:28
    Comme on le sait, la démocratie progresse
    plus la participation augmente.
  • 0:28 - 0:32
    Et le numérique est l'un des meilleurs
    moyens de renforcer la participation,
  • 0:32 - 0:35
    tant que la priorité
    est de trouver un terrain d'entente,
  • 0:35 - 0:39
    c'est-à-dire les médias prosociaux
    et non les médias antisociaux.
  • 0:39 - 0:42
    Il y a trois idées clés
    que je voudrais partager aujourd'hui
  • 0:43 - 0:47
    sur une démocratie numérique
    qui est efficace, juste et ludique.
  • 0:48 - 0:50
    Tout d'abord, sur l'efficacité.
  • 0:50 - 0:54
    Alors que de nombreux pays se sont mis
    à combattre le coronavirus cette année,
  • 0:54 - 0:56
    Taïwan a commencé l'année dernière.
  • 0:56 - 1:00
    En décembre dernier, quand Li Wenliang,
    le médecin lanceur d'alerte en RPC,
  • 1:00 - 1:02
    a publié qu'il y avait
    de nouveaux cas de SRAS,
  • 1:02 - 1:05
    il a été interrogé
    et finalement sanctionné
  • 1:05 - 1:07
    par les autorités policières de la RPC.
  • 1:07 - 1:08
    Mais en même temps,
  • 1:08 - 1:11
    sur PTT Bulletin Board System,
    l'équivalent de Reddit à Taïwan,
  • 1:11 - 1:13
    un utilisateur nommé nomorepipe
  • 1:13 - 1:16
    a partagé l'alerte du docteur Li Wenliang.
  • 1:16 - 1:19
    Nos experts médicaux ont immédiatement
    remarqué ce message
  • 1:19 - 1:20
    et ont donné l'ordre
  • 1:20 - 1:23
    à tous les passagers
    en provenance de Wuhan vers Taïwan
  • 1:23 - 1:25
    de passer des examens médicaux
    dès le lendemain,
  • 1:26 - 1:28
    c'est-à-dire le premier jour de janvier.
  • 1:28 - 1:29
    Et cela révèle deux choses pour moi.
  • 1:29 - 1:32
    D'abord, la société civile
    fait assez confiance à l’État
  • 1:32 - 1:35
    pour parler de nouveaux foyers
    de SRAS sur la place publique.
  • 1:35 - 1:37
    Et l’État fait assez
    confiance aux citoyens
  • 1:37 - 1:40
    pour les prendre au sérieux
    et agir comme lors du SRAS,
  • 1:40 - 1:44
    une chose à laquelle nous nous sommes
    toujours préparés depuis 2003.
  • 1:44 - 1:46
    Et grâce à cette société civile ouverte,
  • 1:46 - 1:50
    d'après le Monitor CIVICUS
    suite au mouvement des tournesols,
  • 1:50 - 1:53
    Taïwan est aujourd'hui la société
    la plus ouverte de toute l'Asie.
  • 1:53 - 1:56
    Nous jouissons de la même liberté
    de parole, de réunion,
  • 1:56 - 1:58
    [pas clair] que les autres
    démocraties libérales,
  • 1:58 - 2:01
    mais en veillant à garder l'esprit ouvert
  • 2:01 - 2:03
    aux nouvelles idées venant de la société.
  • 2:03 - 2:07
    C'est pourquoi nos écoles et entreprises
    restent ouvertes aujourd'hui,
  • 2:07 - 2:08
    il n'y a pas eu de confinement,
  • 2:08 - 2:11
    cela fait un mois qu'aucun cas local
    n'a été confirmé.
  • 2:12 - 2:13
    Donc, l'efficacité.
  • 2:13 - 2:16
    Chaque jour, le CECC, le Centre
    de Commandement Central des Épidémies,
  • 2:16 - 2:19
    tient une conférence de presse
    diffusée en direct.
  • 2:19 - 2:21
    On travaille avec les journalistes,
  • 2:21 - 2:23
    on répond à toutes leurs questions
  • 2:23 - 2:26
    et chaque fois qu'une nouvelle idée
    apparaît dans la société,
  • 2:26 - 2:28
    chacun peut appeler le 1922 au téléphone
  • 2:28 - 2:30
    pour partager cette idée avec le CECC.
  • 2:30 - 2:33
    Par exemple, un jour en avril,
  • 2:33 - 2:36
    un jeune garçon a dit
    qu'il ne voulait pas aller à l'école,
  • 2:36 - 2:38
    que ses camarades allaient
    se moquer de lui
  • 2:38 - 2:40
    parce qu'il n'avait
    qu'un masque médical rose.
  • 2:40 - 2:42
    Le lendemain même,
  • 2:42 - 2:46
    tous à la conférence de presse du CECC
    portaient des masques médicaux roses,
  • 2:46 - 2:49
    pour que tout le monde apprenne
    à intégrer la question du genre.
  • 2:49 - 2:51
    Ce type de système de réponse rapide
  • 2:51 - 2:54
    établit la confiance entre l’État
    et la société civile.
  • 2:54 - 2:56
    Le deuxième objectif est l'équité.
  • 2:56 - 2:59
    Garantir que tout le monde peut utiliser
    sa carte d'assurance maladie
  • 2:59 - 3:01
    pour récupérer des masques
    à la pharmacie,
  • 3:01 - 3:04
    en plus de publier le niveau des stocks
    de masques de toutes les pharmacies,
  • 3:04 - 3:05
    6 000 d'entre elles,
  • 3:06 - 3:08
    nous l'actualisons toutes les 30 secondes.
  • 3:08 - 3:12
    C'est pourquoi nos hackers citoyens,
    nos ingénieurs civils du numérique,
  • 3:12 - 3:16
    ont construit plus de 100 outils
    pour que les gens voient sur une carte,
  • 3:16 - 3:20
    que les aveugles utilisant
    des assistants vocaux,
  • 3:20 - 3:23
    que tous puissent bénéficier
    du même accès global à l'information
  • 3:23 - 3:26
    sur les pharmacies autour d'eux
    qui ont encore des masques.
  • 3:26 - 3:29
    Et parce que l'assurance maladie nationale
  • 3:29 - 3:32
    assure plus de 99,9 %
    de la couverture santé,
  • 3:32 - 3:33
    les gens avec des symptômes
  • 3:33 - 3:36
    peuvent récupérer un masque médical,
  • 3:36 - 3:37
    aller dans une clinique,
  • 3:37 - 3:39
    en sachant qu'ils seront traités
    de manière juste
  • 3:39 - 3:41
    sans subir aucune charge financière.
  • 3:41 - 3:43
    Un tableau de bord a été conçu
  • 3:43 - 3:45
    pour que tout le monde voit
    l'augmentation de l'offre
  • 3:46 - 3:48
    et s'il y a sur ou sous-approvisionnement,
  • 3:48 - 3:50
    pour codéfinir ce système de distribution
  • 3:50 - 3:53
    avec les pharmacies
    et l'ensemble de la société.
  • 3:53 - 3:55
    Sur la base de cette analyse,
  • 3:55 - 3:59
    nous montrons qu'il y a eu un pic à 70 %,
  • 3:59 - 4:03
    et que les 20 % de personnes restantes
    étaient souvent jeunes, travaillaient tard
  • 4:03 - 4:06
    et quand ils rentraient chez eux,
    les pharmacies étaient fermées.
  • 4:06 - 4:08
    Nous travaillons donc avec les supérettes
  • 4:08 - 4:11
    pour permettre d'acheter
    un masque à tout moment,
  • 4:11 - 4:12
    24 heures sur 24.
  • 4:12 - 4:14
    Nous assurons donc l'équité,
  • 4:14 - 4:17
    en nous basant sur les retours
    de la démocratie numérique.
  • 4:17 - 4:21
    Et enfin, je tiens à souligner
    que c'est une période très stressante.
  • 4:21 - 4:23
    Les gens se sentent anxieux, choqués,
  • 4:23 - 4:25
    il y a beaucoup d'achats compulsifs,
  • 4:25 - 4:27
    de théories du complot
    dans toutes les économies.
  • 4:27 - 4:29
    Et à Taïwan,
  • 4:29 - 4:31
    notre stratégie contre
    la désinformation est très simple.
  • 4:31 - 4:34
    On l'appelle « l'humour
    contre la rumeur ».
  • 4:34 - 4:37
    Quand il y eu une panique sur l'achat
    de papier toilette, par exemple,
  • 4:37 - 4:39
    une rumeur disait :
  • 4:39 - 4:40
    « Nous produisons plus de masques.
  • 4:40 - 4:43
    C'est le même matériau
    que le papier toilette
  • 4:43 - 4:45
    et donc nous allons manquer
    de papier toilette. »
  • 4:45 - 4:49
    Et notre premier ministre a partagé
    une image parfaite pour un mème
  • 4:49 - 4:51
    que je me dois partager avec vous.
  • 4:51 - 4:52
    En très gros caractères,
  • 4:52 - 4:55
    il montre ses fesses,
  • 4:55 - 4:57
    en les remuant un peu,
  • 4:57 - 4:59
    puis les gros caractères disent :
  • 4:59 - 5:02
    « Chacun de nous n'a
    qu'une seule paire de fesses. »
  • 5:02 - 5:05
    Et bien sûr, le graphique sérieux montre
  • 5:05 - 5:08
    que le papier toilette est fait
    de matériaux sud-américains
  • 5:08 - 5:10
    et les masques médicaux
    de matériaux domestiques.
  • 5:10 - 5:12
    Impossible qu'en accélérant
    la production de l'un,
  • 5:12 - 5:15
    on nuise à la production de l'autre.
  • 5:15 - 5:17
    Et c'est devenu absolument viral.
  • 5:17 - 5:19
    Grâce à cela, les achats
    compulsifs se sont calmés
  • 5:19 - 5:21
    en un jour ou deux.
  • 5:21 - 5:24
    Nous avons fini par découvrir la personne
    qui a répandu la rumeur au départ :
  • 5:24 - 5:26
    le vendeur de papier toilette.
  • 5:26 - 5:29
    Et ce n'est pas le seul objet marquant
    sur les médias sociaux.
  • 5:29 - 5:30
    Chaque jour,
  • 5:30 - 5:32
    la conférence de presse est traduite
  • 5:32 - 5:34
    par le porte-parole canin
    du ministère de la Santé,
  • 5:34 - 5:37
    qui traduit beaucoup d'informations.
  • 5:37 - 5:41
    Par exemple, la distanciation physique
    est formulée comme suit :
  • 5:41 - 5:44
    « Si vous êtes à l'extérieur,
    tenez-vous à deux longueurs de chien,
  • 5:44 - 5:47
    si vous êtes à l'intérieur,
    à trois longueurs de chien », etc.
  • 5:47 - 5:49
    Et les règles pour
    se laver les mains, etc.
  • 5:49 - 5:51
    Pour que tout cela devienne viral,
  • 5:51 - 5:54
    nous veillons à ce que l'humour factuel
    se répande plus vite que la rumeur.
  • 5:54 - 5:57
    Et il sert de vaccin,
    comme une inoculation,
  • 5:57 - 5:59
    afin que si des théories
    du complot apparaissent,
  • 5:59 - 6:01
    leur valeur R0 soit inférieure à un,
  • 6:01 - 6:04
    c'est-à-dire que ces idées
    ne se répandent pas.
  • 6:04 - 6:07
    Je n'ai que cette présentation
    de cinq minutes,
  • 6:07 - 6:09
    le reste sera guidé
    par vos questions et réponses.
  • 6:09 - 6:11
    Pour en savoir plus
  • 6:11 - 6:13
    sur la stratégie de lutte de Taïwan
    contre le coronavirus,
  • 6:13 - 6:15
    visitez taiwancanhelp.us.
  • 6:15 - 6:16
    Je vous remercie.
  • 6:19 - 6:21
    DB : C'est incroyable.
  • 6:21 - 6:25
    Et j'adore ce concept de
    « l'humour contre la rumeur ».
  • 6:26 - 6:28
    Le problème ici,
    aux États-Unis, peut-être,
  • 6:28 - 6:33
    c'est que les rumeurs semblent circuler
    plus vite que les réponses,
  • 6:33 - 6:35
    humoristiques ou non.
  • 6:35 - 6:38
    Comment faites-vous pour vaincre
    cet obstacle à Taïwan ?
  • 6:40 - 6:42
    AT : Nous avons bien sûr constaté que
  • 6:42 - 6:45
    l'humour permet de sublimer implicitement
  • 6:45 - 6:49
    la colère et l'indignation.
  • 6:49 - 6:53
    Et donc, comme vous le voyez
    dans l'exemple de notre premier ministre,
  • 6:53 - 6:55
    il se moque de lui-même.
  • 6:55 - 6:59
    Il ne fait pas de blague
    au détriment d'autres personnes.
  • 6:59 - 7:00
    Et c'était ça la clé.
  • 7:00 - 7:02
    Parce que les gens trouvent ça hilarant
  • 7:02 - 7:03
    et partagent,
  • 7:03 - 7:06
    sans intention malveillante ou nocive.
  • 7:06 - 7:08
    Les gens se rappellent du côté pratique,
  • 7:08 - 7:11
    ce tableau sur les matériaux
    utilisés pour produire des masques,
  • 7:11 - 7:13
    beaucoup plus facilement.
  • 7:13 - 7:17
    S'ils font une blague
    qui exclut certaines parts de la société,
  • 7:17 - 7:20
    cette part de la société
    sera bien sûr scandalisée
  • 7:20 - 7:22
    et nous finirons par
    créer davantage de divisions,
  • 7:22 - 7:24
    plutôt qu'un comportement prosocial.
  • 7:24 - 7:27
    Donc l'humour sans victime,
  • 7:27 - 7:30
    qui n'exclut pas des parts de la société,
  • 7:30 - 7:32
    je pense que ça a été la clé.
  • 7:34 - 7:35
    DB : C'est aussi incroyable
  • 7:35 - 7:41
    parce que Taïwan a des liens très étroits
    avec le point d'origine de tout ça.
  • 7:41 - 7:42
    AT : Avec la RPC, oui.
  • 7:42 - 7:43
    DB : Le continent.
  • 7:43 - 7:47
    Compte tenu de ces liens
    économiques étroits,
  • 7:47 - 7:51
    comment survivre à
    ce genre de bouleversement ?
  • 7:53 - 7:56
    AT : Oui, à ce jour,
  • 7:56 - 8:00
    nous n'avons pas de cas local confirmé
    depuis presque un mois maintenant,
  • 8:00 - 8:01
    donc tout va bien.
  • 8:01 - 8:03
    Et ce que nous faisons, au fond,
  • 8:03 - 8:07
    c'est simplement de réagir plus vite
    que presque tout le monde.
  • 8:07 - 8:09
    Nous avons commencé
    à réagir l'année dernière,
  • 8:09 - 8:13
    alors que presque tout le monde
    s'y est mis cette année.
  • 8:13 - 8:16
    Nous avons essayé d'avertir le monde
    l'an dernier, mais peu importe.
  • 8:16 - 8:17
    Quoi qu'il en soit,
  • 8:17 - 8:20
    le fait est que si vous commencez
    suffisamment tôt,
  • 8:20 - 8:23
    vous devez vous assurer
    que le poste de contrôle frontalier
  • 8:23 - 8:29
    est l'endroit où mettre en quarantaine
    tous les résidents de retour,
  • 8:29 - 8:32
    au lieu d'attendre le stade
    de la propagation locale,
  • 8:32 - 8:36
    où encore plus de méthodes
    restreignant les droits de l'homme
  • 8:36 - 8:38
    devront être déployés
    d'une manière ou d'une autre.
  • 8:38 - 8:42
    Ainsi, nous n'avons pas déclaré
    l'état d'urgence à Taïwan.
  • 8:42 - 8:44
    Nous restons soumis
    au cadre du droit constitutionnel.
  • 8:44 - 8:47
    De ce fait, toutes les mesures
    prises par l'administration
  • 8:47 - 8:50
    sont aussi applicables
    hors période de coronavirus.
  • 8:50 - 8:52
    Et cela nous oblige à innover.
  • 8:52 - 8:56
    Tout comme l'idée de « nous sommes
    une démocratie libérale ouverte »
  • 8:56 - 8:58
    nous a évité de devoir
    restreindre des libertés.
  • 8:58 - 9:02
    Et donc, nous devons innover
    avec l'humour contre la rumeur,
  • 9:02 - 9:04
    parce que le moyen le plus facile,
    la censure en ligne,
  • 9:04 - 9:06
    nous est impossible.
  • 9:06 - 9:09
    Nos principes directeurs,
    qui ne prévoient pas de confinement,
  • 9:10 - 9:13
    nous ont également empêché
    de mettre en place
  • 9:13 - 9:17
    un dispositif de réponse
    très envahissant pour la vie privée.
  • 9:17 - 9:18
    Nous devons donc
    innover à la frontière,
  • 9:18 - 9:21
    et veiller à avoir par un exemple
    un nombre suffisant
  • 9:21 - 9:24
    d'hôtels de quarantaine
    ou de barrières numériques,
  • 9:24 - 9:29
    qui connectent votre téléphone
    aux réseaux télécoms à proximité,
  • 9:29 - 9:33
    et qui font en sorte que si le téléphone
    sort d'un rayon d'environ 15 mètres,
  • 9:33 - 9:38
    un SMS soit envoyé à l'autorité locale
    aux gérants de l'hôtel ou à la police.
  • 9:38 - 9:41
    Mais grâce à la concentration
    de ces mesures à la frontière,
  • 9:41 - 9:44
    la grande majorité des personnes
    peut vivre normalement.
  • 9:45 - 9:47
    DB : Parlons un peu de cela.
  • 9:47 - 9:49
    Faites-moi découvrir ces outils numériques
  • 9:50 - 9:52
    et leur application face au Covid.
  • 9:53 - 9:54
    AT : Oui.
  • 9:54 - 9:58
    Il y a trois parties
    que je viens d'évoquer.
  • 9:58 - 10:01
    Le premier est le système
    d'intelligence collective.
  • 10:01 - 10:02
    Grâce à des espaces en ligne
  • 10:02 - 10:06
    que nous concevons pour être dépourvus
    de boutons « Répondre »,
  • 10:06 - 10:09
    parce que nous voyons que,
    s'il y a ces boutons,
  • 10:09 - 10:13
    les gens se concentrent sur l'apparence,
    et non sur le contenu.
  • 10:13 - 10:15
    Sans boutons « Répondre »,
  • 10:15 - 10:17
    on peut obtenir
    une intelligence collective
  • 10:17 - 10:22
    travaillant à un consensus général
    de la direction à prendre
  • 10:22 - 10:24
    dans les stratégies de riposte.
  • 10:24 - 10:26
    On utilise plein
    de nouvelles technologies,
  • 10:26 - 10:27
    comme Polis,
  • 10:27 - 10:30
    qui est avant tout un forum
    qui vous permet de voter pour ou contre
  • 10:30 - 10:33
    les opinions des autres,
  • 10:33 - 10:35
    mais en se rassemblant en temps réel,
  • 10:35 - 10:38
    de sorte que si vous allez sur cohack.tw,
  • 10:38 - 10:40
    vous verrez six conversations de ce type,
  • 10:40 - 10:43
    parlant de comment protéger
    les personnes les plus vulnérables,
  • 10:43 - 10:44
    faire une transition en douceur,
  • 10:44 - 10:48
    distribuer équitablement
    le ravitaillement, etc.
  • 10:48 - 10:50
    Et les gens sont libres
    d'exprimer leurs idées,
  • 10:50 - 10:53
    de voter pour ou contre
    les idées des autres.
  • 10:53 - 10:56
    Mais l'astuce, c'est de montrer aux gens
    les principaux points de division
  • 10:56 - 10:58
    et de consensus,
  • 10:58 - 11:00
    et de ne réagir qu'aux idées
  • 11:00 - 11:03
    qui peuvent convaincre
    toutes les différentes sensibilités.
  • 11:03 - 11:07
    Les gens sont donc encouragés à proposer
    des idées plus éclectiques et nuancées.
  • 11:07 - 11:10
    Ils découvrent à l'issue
    de cette consultation,
  • 11:10 - 11:13
    que les gens s'accordent
    sur la plupart des choses,
  • 11:13 - 11:16
    avec la plupart de leurs voisins
    sur la plupart des questions.
  • 11:16 - 11:18
    Et c'est ce que nous appelons
    le mandat social
  • 11:18 - 11:19
    ou le mandat démocratique,
  • 11:19 - 11:23
    qui oriente ensuite l'élaboration
    de la stratégie anti-coronavirus
  • 11:23 - 11:26
    et notre aide au monde grâce à ces outils.
  • 11:26 - 11:27
    C'est donc la première partie
  • 11:27 - 11:30
    nommée « écouter au bon niveau
    pour un consensus général ».
  • 11:30 - 11:34
    La deuxième partie dont j'ai déjà parlé
    est le registre de distribution.
  • 11:34 - 11:36
    Tout le monde peut aller
    à une pharmacie proche
  • 11:36 - 11:40
    montrer sa carte NHI, acheter neuf masques
    ou dix si vous êtes un enfant
  • 11:40 - 11:43
    et voir le niveau des stocks
    de cette pharmacie sur son téléphone
  • 11:43 - 11:47
    diminuant de neuf ou dix
    en quelques minutes.
  • 11:47 - 11:49
    Et s'il augmente de neuf ou dix,
  • 11:49 - 11:51
    vous appelez évidemment le 1922
  • 11:51 - 11:53
    pour signaler quelque chose de suspect.
  • 11:53 - 11:55
    C'est une responsabilité participative.
  • 11:55 - 11:57
    C'est publié toutes les 30 secondes,
  • 11:57 - 11:59
    ainsi chacun est responsable de ses actes,
  • 11:59 - 12:01
    ce qui augmente énormément la confiance.
  • 12:01 - 12:05
    Et enfin, la troisième,
    l'humour face à la rumeur.
  • 12:05 - 12:07
    Je pense que ce
    qu'il est important de voir ici,
  • 12:07 - 12:11
    c'est que partout où la désinformation ou
    la théorie du complot peuvent surgir,
  • 12:11 - 12:13
    il faut y répondre par
    un vaccin humoristique
  • 12:13 - 12:15
    dans les deux heures.
  • 12:15 - 12:17
    Nous avons découvert
    qu'en répondant dans les deux heures,
  • 12:18 - 12:22
    alors plus de gens voient le vaccin
    que la théorie du complot.
  • 12:22 - 12:25
    Mais si vous répondez quatre heures
    ou le jour d'après,
  • 12:25 - 12:26
    c'est peine perdue.
  • 12:26 - 12:30
    On ne peut plus vraiment le contrer
    en utilisant l'humour,
  • 12:30 - 12:33
    il faut inviter la personne
    qui diffuse ces messages
  • 12:33 - 12:35
    à des ateliers de cocréation.
  • 12:35 - 12:37
    Mais nous sommes prêts
    à le faire aussi.
  • 12:38 - 12:39
    DB : Votre rythme est incroyable.
  • 12:39 - 12:42
    Je vois que Whitney nous a rejoint
    avec quelques questions.
  • 12:43 - 12:45
    Whitney Pennington Rodgers : C'est exact,
  • 12:45 - 12:47
    nous en avons déjà
    quelques unes du public.
  • 12:47 - 12:48
    Bonjour, Audrey.
  • 12:48 - 12:52
    Nous commençons par Michael Backes,
    un membre de notre communauté.
  • 12:52 - 12:56
    Il demande depuis combien de temps
    la stratégie de l'humour face à la rumeur
  • 12:56 - 12:57
    a été mise en œuvre.
  • 12:57 - 12:58
    Excusez-moi.
  • 12:58 - 13:02
    « Depuis quand appliquez-vous la stratégie
    de l'humour face à la rumeur ?
  • 13:02 - 13:05
    Des comiques ont-ils été sollicités
    pour créer des blagues ? »
  • 13:06 - 13:07
    AT : Oui, absolument.
  • 13:07 - 13:10
    Les comiques sont nos collègues préférés.
  • 13:10 - 13:16
    Chaque ministère dispose d'une équipe
    dite d'agents de participation
  • 13:16 - 13:19
    chargée de s'occuper
    des sujets d'actualité.
  • 13:19 - 13:22
    Et c'est une équipe de plus
    de 100 personnes aujourd'hui.
  • 13:22 - 13:25
    Nous nous voyons chaque mois
    et toutes les deux semaines
  • 13:25 - 13:26
    sur des sujets spécifiques.
  • 13:26 - 13:31
    C'est comme ça depuis fin 2016,
  • 13:31 - 13:35
    mais ce n'est qu'avec l'arrivée de notre
    dernière porte-parole, Kolas Yotaka,
  • 13:35 - 13:38
    il y a environ un an et demi,
  • 13:38 - 13:40
    que les comiques professionnels
    se joignent à l'équipe.
  • 13:40 - 13:47
    Auparavant, nous invitions plutôt
    les personnes qui publiaient
  • 13:47 - 13:51
    des citations comme : « Le système de
    déclaration fiscale est hyper hostile »,
  • 13:51 - 13:53
    et deviennent suivis.
  • 13:53 - 13:55
    Avant, les agents de participation
    n'invitaient que ces gens.
  • 13:56 - 13:57
    Tous ceux qui se plaignent
  • 13:57 - 13:59
    du ministre des finances
    sur la déclaration fiscale
  • 13:59 - 14:02
    sont invités à cocréer
    une nouvelle démarche.
  • 14:02 - 14:04
    Avant, c'était comme ça.
  • 14:04 - 14:07
    Mais Kolas Yotaka et le premier ministre
    Su Tseng-chang ont dit
  • 14:07 - 14:09
    que ce serait mieux
    pour atteindre plus de gens
  • 14:09 - 14:12
    d'ajouter des chiens
    et des photos de chats.
  • 14:12 - 14:15
    Et cela dure depuis un an et demi.
  • 14:17 - 14:20
    WPR : Je pense que c'est une grande
    différence, rien que de les voir
  • 14:20 - 14:23
    sans faire partie du processus
    de réflexion derrière cela.
  • 14:23 - 14:28
    Et nous avons une autre question
    de la part de G. Ryan Ansin
  • 14:29 - 14:32
    qui demande : « Quel niveau de confiance
  • 14:32 - 14:34
    avait votre population avant la pandémie,
  • 14:34 - 14:36
    afin que l’État puisse avoir une chance
  • 14:36 - 14:38
    de contrôler efficacement cette crise ? »
  • 14:39 - 14:42
    AT : Je dirais que la population
    doit se faire confiance.
  • 14:42 - 14:45
    C'est là le principe essentiel
    de la démocratie numérique.
  • 14:45 - 14:48
    Il ne s'agit pas que les gens
    fassent plus confiance à l’État.
  • 14:48 - 14:51
    Il s'agit que l'Etat fasse
    plus confiance aux citoyens,
  • 14:51 - 14:53
    de rendre l'État transparent
    pour le citoyen
  • 14:53 - 14:55
    et non le citoyen transparent pour l'État,
  • 14:55 - 14:57
    ce qui serait un tout autre régime.
  • 14:57 - 14:59
    Rendre l'État transparent
    pour les citoyens
  • 14:59 - 15:01
    ne suscite pas toujours plus de confiance,
  • 15:01 - 15:04
    car vous pourriez voir une chose
    qui ne va pas, qui manque,
  • 15:04 - 15:07
    une chose incompatible
    à l'expérience d'utilisateur
  • 15:07 - 15:08
    de l'État.
  • 15:08 - 15:12
    Cela ne crée donc pas forcément
    plus de confiance de la part de l’État.
  • 15:12 - 15:14
    Pardon, du citoyen envers l’État.
  • 15:14 - 15:18
    Mais cela crée toujours plus de confiance
    entre les acteurs de la société.
  • 15:18 - 15:21
    Je dirais donc que
    le niveau de confiance entre les gens
  • 15:21 - 15:23
    qui travaillent, par exemple,
  • 15:23 - 15:26
    dans le secteur de la santé
  • 15:26 - 15:29
    et les personnes qui travaillent
    sur les réponses à la pandémie,
  • 15:29 - 15:31
    les fabricants de masques médicaux,
  • 15:31 - 15:32
    et ainsi de suite,
  • 15:32 - 15:33
    toutes ces personnes,
  • 15:33 - 15:35
    se font beaucoup confiance entre elles.
  • 15:35 - 15:38
    Et elles ne font pas forcément
    confiance à l’État.
  • 15:38 - 15:42
    Mais nous n'en avons pas besoin
    pour réussir notre réponse.
  • 15:42 - 15:44
    Si vous demandez à quelqu'un au hasard,
  • 15:44 - 15:48
    on vous dira que Taïwan se porte si bien
    grâce à sa population.
  • 15:48 - 15:50
    Si le CECC nous dit de porter un masque,
  • 15:50 - 15:51
    nous portons un masque.
  • 15:51 - 15:53
    Si le CECC dit
    que ce n'est pas nécessaire,
  • 15:53 - 15:55
    tant que la distance physique
    est maintenue,
  • 15:55 - 15:57
    nous le portons de toute façon.
  • 15:57 - 15:58
    Et donc grâce à cela,
  • 15:58 - 16:02
    je pense que la confiance de la société
    envers ses différents composantes,
  • 16:02 - 16:04
    c'est la clé de la réponse.
  • 16:06 - 16:09
    WPR : Je reviendrai bientôt
    avec plus de questions,
  • 16:09 - 16:11
    mais je vous laisse
    poursuivre votre conversation.
  • 16:11 - 16:13
    AT : Parfait.
  • 16:13 - 16:17
    DB : Eh bien, il est clair qu'une partie
    de cette confiance dans l’État
  • 16:17 - 16:22
    n'était peut-être pas là en 2014
    pendant le mouvement des tournesols.
  • 16:22 - 16:25
    Parlez-moi de cela
  • 16:25 - 16:30
    et de la façon dont il a préparé
    cette transformation numérique.
  • 16:32 - 16:33
    AT : En effet.
  • 16:33 - 16:39
    Avant mars 2014, si vous aviez demandé
    à quelqu'un au hasard à Taïwan,
  • 16:39 - 16:43
    s'il était possible par exemple
    qu'un ministre – c'est mon cas –
  • 16:43 - 16:47
    ait son bureau dans un parc,
    un parc au sens littéral,
  • 16:47 - 16:50
    où tout le monde peut entrer
    et me parler pendant 40 minutes,
  • 16:50 - 16:53
    je suis actuellement dans ce parc,
    le Lab d'Innovation Sociale,
  • 16:53 - 16:55
    ils trouveraient ça fou, n'est-ce pas ?
  • 16:55 - 16:57
    Aucun fonctionnaire ne travaille comme ça.
  • 16:57 - 17:01
    Mais c'est parce que le 18 mars 2014,
  • 17:01 - 17:04
    des centaines de jeunes militants
    dont beaucoup d'étudiants,
  • 17:04 - 17:05
    ont occupé le Parlement
  • 17:05 - 17:09
    pour exprimer leur profonde opposition
    à un accord commercial avec Pékin
  • 17:09 - 17:11
    en cours d'examen,
  • 17:11 - 17:15
    et à la manière opaque par laquelle
    il avait été introduit au Parlement
  • 17:15 - 17:17
    par le Kuomintang, au pouvoir à l'époque.
  • 17:17 - 17:19
    Les manifestants ont tout simplement exigé
  • 17:19 - 17:21
    que l'accord soit abandonné
  • 17:21 - 17:24
    et que le gouvernement institue
    un processus législatif plus transparent.
  • 17:25 - 17:27
    Et ce projet a reçu
    un large soutien populaire.
  • 17:27 - 17:30
    Il s'est terminé un peu plus
    de trois semaines plus tard,
  • 17:30 - 17:33
    après que le gouvernement
    ait promis et accepté
  • 17:33 - 17:37
    les quatre demandes [pas clair]
    de contrôle législatif.
  • 17:37 - 17:40
    Un sondage publié après le mouvement
  • 17:40 - 17:43
    a montré que plus de 75 % des gens
    restaient insatisfaits
  • 17:43 - 17:45
    du gouvernement au pouvoir,
  • 17:45 - 17:49
    illustrant la crise de confiance créée
    par un différend sur un accord commercial.
  • 17:49 - 17:51
    Et pour combler cette brèche
    et mieux communiquer
  • 17:51 - 17:53
    avec tous les citoyens,
  • 17:53 - 17:56
    l'administration a tendu la main
    à ceux qui ont soutenu les manifestants,
  • 17:57 - 17:59
    par exemple la communauté g0v,
  • 17:59 - 18:02
    qui a tenté d'améliorer
    la transparence de l'administration
  • 18:02 - 18:04
    en créant des outils open source.
  • 18:04 - 18:07
    Et donc, Jaclyn Tsai, une ministre
    du gouvernement de l'époque,
  • 18:07 - 18:09
    a participé à notre hackathon
  • 18:09 - 18:12
    et a proposé la mise en place
    de nouvelles plates-formes
  • 18:12 - 18:15
    avec la communauté en ligne
    pour échanger des idées politiques.
  • 18:15 - 18:18
    Une expérience est née, appelée vTaiwan,
  • 18:18 - 18:21
    qui a utilisé de façon pionnière
    des outils comme Polis,
  • 18:21 - 18:25
    permettant d'exprimer son accord
    ou son désaccord, sans bouton de réponse,
  • 18:25 - 18:29
    et recueillant le consensus général sur
    le sujet du financement participatif,
  • 18:29 - 18:32
    du financement participatif
    sur fonds propres pour être précis,
  • 18:32 - 18:35
    du télétravail et de bien d'autres
    législations relatives au numérique
  • 18:35 - 18:38
    pour lesquelles il n'existe pas
    de syndicats ou d'associations.
  • 18:38 - 18:40
    Et cela a remporté un grand succès.
  • 18:40 - 18:43
    Ils ont par exemple résolu
    le problème Uber
  • 18:43 - 18:45
    et à présent, on peut appeler un Uber –
  • 18:45 - 18:48
    j'ai appelé un Uber cette semaine –
  • 18:48 - 18:51
    mais dans tous les cas,
    ils fonctionnent comme des taxis.
  • 18:51 - 18:54
    Ils ont créé une compagnie de taxi
    locale appelée Q Taxi,
  • 18:54 - 18:58
    et c'est parce que sur la plate-forme,
    les gens se préoccupaient de l'assurance,
  • 18:58 - 18:59
    de leur inscription,
  • 18:59 - 19:03
    de toutes sortes de choses,
    de la protection des passagers, etc.
  • 19:03 - 19:06
    Nous avons donc modifié
    la réglementation sur les taxis,
  • 19:06 - 19:09
    et maintenant Uber n'est
    qu'une compagnie de taxi
  • 19:09 - 19:11
    parmi les autres.
  • 19:12 - 19:14
    DB : Donc, d'une certaine manière,
  • 19:14 - 19:19
    la production participative des lois
    permet de faire de vrais lois.
  • 19:19 - 19:22
    AT : Oui, vous pouvez
    en apprendre plus sur crowd.law.
  • 19:22 - 19:23
    C'est un vrai site web.
  • 19:25 - 19:29
    DB : Certains pourraient dire
    que c'est plus facile
  • 19:29 - 19:32
    parce que Taïwan est une île,
  • 19:32 - 19:35
    ce qui vous aide peut-être
    à contrôler le Covid,
  • 19:35 - 19:37
    à promouvoir la cohésion sociale.
  • 19:37 - 19:41
    C'est peut-être un pays
    plus petit que d'autres.
  • 19:41 - 19:45
    Pensez-vous que cela pourrait
    être appliqué au-delà de Taïwan ?
  • 19:46 - 19:47
    AT : Tout d'abord,
  • 19:47 - 19:50
    23 millions de personnes,
    c'est encore beaucoup de gens.
  • 19:50 - 19:52
    Ce n'est pas une ville,
  • 19:52 - 19:56
    comme certains le disent souvent :
    « Taïwan est une ville-État ».
  • 19:56 - 20:00
    23 millions de personnes,
    ce n'est pas tout à fait une ville-État.
  • 20:00 - 20:02
    Et ce que j'essaie de montrer,
  • 20:02 - 20:07
    c'est que la forte densité de population
    et la diversité des cultures –
  • 20:07 - 20:09
    nous avons plus de 20 langues nationales –
  • 20:09 - 20:14
    ne conduisent pas forcément
    à la cohésion sociale comme vous le dites.
  • 20:14 - 20:19
    Je pense plutôt que c'est l'humilité
    de tous les ministres
  • 20:19 - 20:22
    dans la réaction face au coronavirus.
  • 20:22 - 20:27
    Ils ont tous suivi l'approche
    de tirer les enseignements du SRAS –
  • 20:27 - 20:30
    beaucoup étaient en poste
    au moment de l'épidémie de SRAS,
  • 20:31 - 20:33
    mais c'était de l'épidémiologie classique.
  • 20:33 - 20:36
    Le Covid, c'est le SRAS 2.0
    avec des caractéristiques différentes.
  • 20:36 - 20:38
    Les outils que nous utilisons
    sont très différents
  • 20:38 - 20:40
    grâce à la transformation numérique.
  • 20:40 - 20:43
    Nous sommes donc là
    pour apprendre avec les citoyens.
  • 20:43 - 20:46
    Notre vice-président de l'époque,
  • 20:46 - 20:48
    le docteur Chen Chien-jen, un académicien,
  • 20:48 - 20:52
    a même écrit le manuel d'épidémiologie.
  • 20:52 - 20:54
    Mais il continue à dire :
  • 20:54 - 20:57
    « Ce que je vais faire,
    c'est enregistrer un MOOC en ligne,
  • 20:57 - 20:59
    un cours accéléré d'épidémiologie
  • 20:59 - 21:00
    accessible à
  • 21:01 - 21:03
    plus de 20 000 personnes
    inscrites le premier jour,
  • 21:03 - 21:04
    j'étais parmi eux,
  • 21:04 - 21:06
    pour apprendre le principal,
  • 21:06 - 21:10
    par exemple ce que sont
    le R0 et la transmission simple,
  • 21:10 - 21:13
    comment fonctionnent
    les différentes mesures
  • 21:13 - 21:15
    et comment les gens
    peuvent ensuite innover.
  • 21:15 - 21:19
    Si vous avez une nouvelle idée à laquelle
    le vice-président n'a pas pensé,
  • 21:19 - 21:21
    appelez simplement le 1922
  • 21:21 - 21:24
    et votre idée sera présentée
    à la conférence de presse du lendemain.
  • 21:24 - 21:27
    C'est cette stratégie
    d'apprentissage collectif,
  • 21:27 - 21:31
    qui a, plus que tout je pense,
    permis la cohésion sociale
  • 21:31 - 21:32
    dont vous avez parlé.
  • 21:32 - 21:36
    Mais il s'agit plutôt d'une société civile
    robuste que d'une uniformité.
  • 21:36 - 21:38
    Il n'y a pas du tout
    d'uniformité à Taïwan,
  • 21:38 - 21:40
    tout le monde a le droit
    d'avoir ses idées,
  • 21:40 - 21:42
    et d'innover socialement,
  • 21:42 - 21:44
    de l'utilisation
    d'un cuiseur à riz traditionnel
  • 21:44 - 21:47
    pour remettre en état
    et désinfecter son masque,
  • 21:47 - 21:49
    au port d'un masque médical rose, etc.
  • 21:49 - 21:52
    Il y a toute une série
    d'idées très intéressantes
  • 21:52 - 21:54
    qui sont relayées
    à la conférence de presse quotidienne.
  • 21:56 - 21:58
    DB : C'est génial.
  • 21:59 - 22:01
    Maintenant – oh, Whitney est de retour,
  • 22:01 - 22:03
    Je vais la laisser
    poser la question suivante.
  • 22:04 - 22:07
    WPR : Oui, nous avons
    des questions qui arrivent.
  • 22:07 - 22:10
    Aria Bendix, une membre
    de notre communauté,
  • 22:10 - 22:14
    demande : « Comment faites-vous pour
    que les campagnes en ligne agissent vite
  • 22:14 - 22:16
    sans diminuer la précision ?
  • 22:16 - 22:20
    Aux États-Unis, on craignait
    de provoquer la panique avec le Covid-19
  • 22:20 - 22:21
    dès le début du mois de janvier. »
  • 22:23 - 22:25
    AT : C'est une excellente question.
  • 22:25 - 22:32
    La plupart des idées des scientifiques
    sur le Covid évoluent.
  • 22:32 - 22:37
    L'efficacité des masques
    en est un très bon exemple,
  • 22:37 - 22:42
    parce que les différentes spécificités
    de maladies respiratoires antérieures
  • 22:42 - 22:44
    réagissent différemment au masque facial.
  • 22:44 - 22:46
    Ainsi, nos campagnes en ligne
  • 22:46 - 22:50
    se concentrent sur l'idée d'obtenir
    un consensus général.
  • 22:50 - 22:53
    Donc en gros, c'est
    une réflexion de la société.
  • 22:53 - 22:57
    En utilisant Polis, Slido
    et grâce à la plate-forme commune,
  • 22:57 - 22:59
    les différents outils
    que vTaiwan a mis au point,
  • 22:59 - 23:03
    nous savons que les gens trouvent
    un consensus général sur les choses
  • 23:03 - 23:06
    et nous répondons à la société en disant :
  • 23:06 - 23:07
    « Voici ce que vous éprouvez tous
  • 23:07 - 23:10
    et voici ce que nous faisons
    pour y répondre.
  • 23:10 - 23:13
    Le consensus scientifique
    n'est pas encore établi,
  • 23:13 - 23:14
    mais nous savons par exemple,
  • 23:14 - 23:18
    les gens pensent que le port du masque
    vous protège surtout,
  • 23:18 - 23:21
    car il vous rappelle
    de ne pas toucher votre visage
  • 23:21 - 23:22
    et de bien vous laver les mains. »
  • 23:22 - 23:25
    Et ce sont, indépendamment
    de tout le reste,
  • 23:25 - 23:27
    les deux points d'accord
    partagés par tous.
  • 23:27 - 23:29
    Alors, exploitons-les pour se dire :
  • 23:29 - 23:31
    « OK, lave-toi bien les mains
  • 23:31 - 23:32
    et ne touche pas ton visage,
  • 23:32 - 23:34
    porter un masque te le rappelle. »
  • 23:34 - 23:36
    Et cela nous permet de dépasser
  • 23:36 - 23:39
    ce genre de débats très idéologiques
  • 23:39 - 23:43
    et de nous concentrer sur ce que les gens
    ressentent en commun.
  • 23:43 - 23:47
    C'est ainsi que nous agissons vite
    sans sacrifier la précision scientifique.
  • 23:49 - 23:53
    WPR : La question suivante est
    en quelque sorte liée à cela aussi.
  • 23:53 - 23:56
    C'est une question d'un membre
    anonyme de la communauté.
  • 23:56 - 23:58
    « Concrètement, pensez-vous
    l'une de vos politiques
  • 23:58 - 24:02
    pourrait être appliquée aux États-Unis
    sous l'administration Trump ? »
  • 24:02 - 24:03
    AT : Un certain nombre, oui.
  • 24:03 - 24:08
    Nous travaillons avec de nombreux États,
    aux États-Unis et à l'étranger,
  • 24:08 - 24:13
    sur ce que nous appelons « l'épicentre
    de la diplomatie de l'épicentre ». (Rires)
  • 24:13 - 24:16
    Donc, en gros, voici ce que nous faisons :
  • 24:16 - 24:18
    par exemple, à Taïwan
    un agent conversationnel
  • 24:19 - 24:22
    vous permet, en particulier
    si vous êtes en quarantaine chez vous,
  • 24:22 - 24:24
    de lui demander n'importe quoi.
  • 24:24 - 24:27
    Et si un conseiller scientifique
  • 24:27 - 24:29
    a déjà répondu à
    une question fréquemment posée,
  • 24:29 - 24:31
    l'agent conversationnel répondra ça.
  • 24:31 - 24:34
    Mais autrement, il appellera
    le conseil scientifique consultatif
  • 24:34 - 24:37
    qui rédigera une réponse
    compréhensible à ce sujet
  • 24:37 - 24:41
    et le porte-parole canin le traduira
    en un mème de chien mignon.
  • 24:41 - 24:43
    Ainsi ce cycle de réponses
  • 24:43 - 24:47
    qui permet aux gens de poser une question
    très facilement à un scientifique,
  • 24:47 - 24:50
    et une API ouverte
    qui permet à l'assistance vocale
  • 24:50 - 24:54
    et à d'autres développeurs
    indépendants de l'utiliser,
  • 24:54 - 24:57
    suscitent l'intérêt
    de plusieurs États américains
  • 24:57 - 24:59
    et je pense que beaucoup d'entre eux
    le mettent en œuvre.
  • 24:59 - 25:03
    Avant l'Assemblée mondiale de la santé,
    trois jours avant je crois,
  • 25:03 - 25:08
    nous avons organisé avec 14 pays
    une conférence multilatérale,
  • 25:08 - 25:09
    une sorte de pré-Assemblée,
  • 25:09 - 25:13
    où nous avons partagé plusieurs petites
    victoires faciles comme celle-ci.
  • 25:13 - 25:16
    De nombreux États y ont pris part,
  • 25:16 - 25:18
    notamment à l'humour face à la rumeur.
  • 25:18 - 25:19
    La plupart a déclaré
  • 25:19 - 25:21
    qu'ils recruteront désormais des comiques.
  • 25:21 - 25:23
    WPR : (Rires) J'adore ça.
  • 25:23 - 25:25
    DB : Je l'espère.
  • 25:25 - 25:26
    WPR : Je l'espère aussi.
  • 25:26 - 25:29
    Nous avons une autre question,
    en fait un complément
  • 25:29 - 25:32
    de Michael Backes,
    qui a posé une question plus tôt.
  • 25:32 - 25:35
    « Le ministère va-t-il publier
    ses plans dans un livre blanc ? »
  • 25:35 - 25:38
    On dirait que vous partagez déjà
    vos projets avec les gens,
  • 25:38 - 25:40
    mais avez-vous le projet
    de le publier à l'écrit ?
  • 25:40 - 25:41
    AT : Bien sûr.
  • 25:41 - 25:43
    Oui, plusieurs livres blancs.
  • 25:43 - 25:47
    Si vous allez sur taiwancanhelp.us,
  • 25:47 - 25:50
    vous trouverez l'essentiel
    de notre stratégie.
  • 25:50 - 25:54
    Ce site est en fait lui aussi
    alimenté par la population
  • 25:54 - 25:57
    et il montre que plus
    de cinq millions désormais, je crois,
  • 25:57 - 26:00
    de masques médicaux
    ont été donnés à l'aide humanitaire.
  • 26:00 - 26:02
    C'est aussi une initiative des gens.
  • 26:02 - 26:05
    Certaines personnes
    ont des masques chez eux
  • 26:05 - 26:08
    ou n'ont pas récupéré
    leurs masques rationnés.
  • 26:08 - 26:10
    Sur une application, ils peuvent dire :
  • 26:10 - 26:13
    « Je veux donner ce masque
    à l'aide humanitaire internationale. »
  • 26:13 - 26:16
    La moitié d'entre eux choisit
    de publier son nom,
  • 26:16 - 26:19
    vous pouvez donc voir les noms
    des gens qui y ont participé.
  • 26:19 - 26:22
    Et il y a aussi un site web
    « Ask Taiwan Anything »
  • 26:22 - 26:24
    (Rires)
  • 26:24 - 26:27
    sur fightcovid.edu.tw,
  • 26:27 - 26:31
    qui décrit, sous forme de livre blanc,
    toutes les stratégies de réponse,
  • 26:31 - 26:32
    alors allez y faire un tour.
  • 26:33 - 26:34
    WPR : Super.
  • 26:34 - 26:38
    Je vais m'éclipser et revenir
    plus tard avec d'autres questions.
  • 26:39 - 26:42
    DB : Un blizzard
    de livres blancs, pour ainsi dire.
  • 26:42 - 26:47
    J'aimerais qu'on parle un peu de vous.
  • 26:47 - 26:52
    Comment une anarchiste conservatrice
    devient ministre du numérique ?
  • 26:53 - 26:57
    AT : Eh bien en occupant
    le Parlement, et par là-même.
  • 26:57 - 26:58
    (Rires)
  • 26:58 - 26:59
    Plus intéressant encore,
  • 26:59 - 27:03
    je dirais que je travaille avec l’État,
  • 27:03 - 27:05
    mais jamais pour l’État.
  • 27:05 - 27:08
    Et je travaille avec les gens,
    pas pour les gens.
  • 27:08 - 27:10
    Je suis comme un point de Lagrange
  • 27:10 - 27:13
    entre les mouvements populaires d'un côté
  • 27:13 - 27:16
    et l’État de l'autre côté.
  • 27:16 - 27:18
    Parfois en plein milieu,
  • 27:18 - 27:20
    essayant d’œuvrer
    comme coach ou traducteur.
  • 27:20 - 27:23
    Parfois dans une sorte de triangle,
  • 27:23 - 27:28
    en cherchant à apporter aux deux parties
    des outils de communication prosociale.
  • 27:28 - 27:31
    Mais toujours avec cette idée
  • 27:31 - 27:35
    de faire émerger les principes communs
    à partir de positions différentes,
  • 27:35 - 27:37
    de positions variées.
  • 27:37 - 27:38
    Parce que trop souvent,
  • 27:38 - 27:41
    la démocratie se base sur la confrontation
    entre des valeurs opposées.
  • 27:41 - 27:44
    Mais pendant la pandémie,
    pendant l'infodémie,
  • 27:44 - 27:46
    avec le changement climatique,
  • 27:46 - 27:48
    pour nombre de questions stratégiques,
  • 27:48 - 27:52
    le virus ou le dioxyde de carbone
    ne s'assied pas pour négocier avec vous.
  • 27:52 - 27:56
    C'est une question stratégique
    qui exige des principes communs
  • 27:56 - 27:58
    basés sur des positions différentes.
  • 27:58 - 28:03
    C'est pourquoi mon mode de travail
    repose sur une transparence radicale.
  • 28:03 - 28:05
    Chaque conversation, y compris celle-ci,
  • 28:05 - 28:06
    est enregistrée,
  • 28:06 - 28:09
    y compris les réunions internes
    que j'organise.
  • 28:09 - 28:12
    Vous pouvez voir toutes
    les transcriptions des réunions
  • 28:12 - 28:15
    sur ma chaîne YouTube,
    sur la plateforme SayIt,
  • 28:15 - 28:18
    et que, depuis que je suis
    ministre du numérique,
  • 28:18 - 28:21
    j'ai tenu 1 300 réunions
    avec plus de 5 000 intervenants,
  • 28:21 - 28:25
    et plus de 260 000 déclarations.
  • 28:25 - 28:28
    Chacune d'entre elles a une URL
  • 28:28 - 28:31
    qui devient un objet social
    dont les gens peuvent discuter.
  • 28:31 - 28:32
    Et pour cette raison,
  • 28:32 - 28:38
    lorsque par exemple David Plouffe d'Uber
    m'a rendu visite pour défendre Uber,
  • 28:38 - 28:40
    en raison de ma transparence radicale
  • 28:40 - 28:42
    dont il était tout à fait conscient,
  • 28:42 - 28:44
    il a axé tous ses arguments
    sur le bien public,
  • 28:44 - 28:46
    sur la soutenabilité
    et des choses comme ça,
  • 28:46 - 28:50
    parce qu'il savait que les autres parties
    verraient ses positions
  • 28:50 - 28:52
    de manière claire et transparente.
  • 28:52 - 28:55
    Cela encourage donc les gens
    à compléter l'argument de l'autre,
  • 28:55 - 28:58
    au lieu d'attaquer l'autre en personne,
  • 28:58 - 29:00
    en leur accordant le crédit approprié.
  • 29:00 - 29:02
    Je pense donc que c'est là, plus que tout,
  • 29:02 - 29:07
    le principe essentiel de la préservation
    de l'anarchisme d'Internet,
  • 29:07 - 29:08
    c'est-à-dire
  • 29:08 - 29:11
    que personne ne peut forcer quiconque
    à se connecter à Internet,
  • 29:11 - 29:14
    ou à adhérer à
    un nouveau protocole Internet.
  • 29:14 - 29:17
    Tout doit se faire sur un consensus global
    et un code de conduite.
  • 29:19 - 29:22
    DB : J'aimerais que vous ayez plus
    d'homologues dans le monde entier.
  • 29:22 - 29:25
    Vous aimeriez peut-être
    en avoir plus dans le monde.
  • 29:25 - 29:28
    AT : C'est pourquoi ces idées
    méritent d'être diffusées.
  • 29:28 - 29:29
    DB : Exactement.
  • 29:29 - 29:35
    L'un des défis qui pourrait se poser
    avec certains de ces outils numériques,
  • 29:35 - 29:37
    c'est l'accès.
  • 29:37 - 29:39
    Comment aborder cet élément
  • 29:39 - 29:43
    pour les personnes qui n'ont peut-être pas
    la meilleure connexion haut débit,
  • 29:43 - 29:49
    le dernier téléphone portable
    ou tout ce qui est nécessaire ?
  • 29:50 - 29:51
    AT : Partout à Taïwan,
  • 29:51 - 29:55
    même au sommet de Taïwan,
    à près de 4 000 mètres d'altitude,
  • 29:55 - 29:57
    le Saviah ou la montagne de Jade,
  • 29:57 - 30:00
    vous êtes sûr de bénéficier
    d'un débit de 10 mégabits par seconde
  • 30:00 - 30:02
    sur la 4G, la fibre ou le câble,
  • 30:02 - 30:07
    pour seulement 16 dollars américains
    par mois, un forfait illimité.
  • 30:07 - 30:10
    Et au sommet de la montagne,
    c'est plus rapide en fait,
  • 30:10 - 30:12
    moins de gens utilisent la bande passante.
  • 30:12 - 30:14
    Et sinon, c'est ma faute.
  • 30:14 - 30:15
    C'est directement ma faute.
  • 30:15 - 30:18
    À Taïwan, le haut débit
    est un droit de l'homme.
  • 30:18 - 30:20
    Et donc, lorsque nous déployons la 5G,
  • 30:20 - 30:23
    nous regardons là où
    le signal 4G est le plus faible
  • 30:23 - 30:27
    et nous commençons par ces endroits
    pour déployer la 5G.
  • 30:27 - 30:30
    Et ce n'est qu'en voyant le haut débit
    comme un droit de l'homme
  • 30:30 - 30:33
    que nous pourrons dire
    qu'il est accessible à tous.
  • 30:33 - 30:36
    Cette démocratie numérique
    renforce réellement la démocratie.
  • 30:36 - 30:40
    Sinon, nous exclurions
    des pans entiers de la société.
  • 30:40 - 30:41
    Et cela vaut aussi, par exemple,
  • 30:41 - 30:44
    pour les centres locaux
    de développement du numérique
  • 30:44 - 30:46
    où on peut louer une tablette
  • 30:46 - 30:48
    fabriquée ces trois dernières années,
  • 30:48 - 30:49
    et des choses de ce genre,
  • 30:49 - 30:52
    qui permettent aussi
    différents accès au numérique
  • 30:52 - 30:56
    grâce aux universités, aux écoles,
    aux centres de développement du numérique,
  • 30:56 - 30:58
    aux bibliothèques publiques,
    c'est très important.
  • 30:58 - 31:02
    Et si les gens préfèrent en parler
    dans leur mairie,
  • 31:02 - 31:06
    je vais personnellement à cette mairie
    avec un enregistreur vocal
  • 31:06 - 31:10
    et je le retransmets en direct à Taipei
    et dans d'autres municipalités,
  • 31:10 - 31:12
    où les fonctionnaires de l’État
    peuvent se joindre
  • 31:12 - 31:14
    dans une sorte de salle connectée,
  • 31:14 - 31:17
    en écoutant les habitants
    qui ont fixé l'ordre du jour.
  • 31:17 - 31:19
    Les gens continuent donc
    de se réunir en personne,
  • 31:19 - 31:22
    nous ne voulons pas
    remplacer les réunions physiques.
  • 31:22 - 31:24
    Nous amenons plus de participants
  • 31:24 - 31:26
    de l’État, des collectivités locales,
  • 31:26 - 31:28
    et nous amplifions leurs voix
  • 31:28 - 31:31
    en veillant à ce que les transcriptions,
    les représentations, etc.
  • 31:31 - 31:34
    soient diffusées
    en temps réel sur Internet,
  • 31:34 - 31:37
    mais on ne dit jamais
    aux personnes âgées :
  • 31:37 - 31:40
    « Apprends à taper, sinon
    tu ne prends pas part à la démocratie ».
  • 31:40 - 31:41
    Ce n'est pas notre style.
  • 31:41 - 31:42
    Mais il faut le haut débit.
  • 31:42 - 31:46
    Parce que sans haut débit,
    avec une bande passante très limitée,
  • 31:46 - 31:49
    vous êtes forcé d'utiliser
    la communication textuelle.
  • 31:49 - 31:50
    DB : C'est exact.
  • 31:50 - 31:51
    Avec l'accès, bien sûr,
  • 31:51 - 31:56
    vient l'accès à des gens qui feront
    peut-être mauvais usage de la plateforme.
  • 31:56 - 31:58
    Vous avez un peu parlé de désinformation,
  • 31:58 - 32:00
    d'utiliser l'humour face à la rumeur.
  • 32:00 - 32:05
    Mais parfois, la désinformation
    est mieux armée.
  • 32:05 - 32:09
    Comment lutter
    contre ce genre d'attaques ?
  • 32:10 - 32:13
    AT : C'est vrai, vous voulez dire
    la mauvaise information.
  • 32:13 - 32:19
    Surtout l'information conçue pour créer
    un préjudice public intentionnel.
  • 32:19 - 32:22
    Et il n'y a pas de quoi en rire.
  • 32:22 - 32:27
    Pour cela, nous avons une idée appelée
    « Avis et avis public ».
  • 32:27 - 32:29
    C'est une photo de Reuters.
  • 32:29 - 32:31
    Je vais lire la légende originale.
  • 32:31 - 32:33
    La légende originale dit :
  • 32:33 - 32:36
    « Un adolescent opposé au projet de loi
    sur l'extradition à Hong Kong
  • 32:36 - 32:40
    lors d'une marche pour la démocratie
    et la réforme politique à Hong Kong ».
  • 32:40 - 32:43
    C'est un titre très neutre
    de l'agence Reuters.
  • 32:43 - 32:47
    Mais une mauvaise information
    s'est propagée
  • 32:47 - 32:49
    en novembre dernier,
  • 32:49 - 32:51
    juste avant notre élection présidentielle,
  • 32:51 - 32:53
    montrant quelque chose de très différent.
  • 32:53 - 32:56
    C'est la même photo et il est écrit :
  • 32:56 - 32:59
    « Ce voyou de 13 ans a acheté
    de nouveaux iPhones,
  • 32:59 - 33:01
    des consoles de jeux,
    des baskets de marque,
  • 33:01 - 33:03
    et a recruté ses frères
    pour tuer des policiers
  • 33:03 - 33:07
    et récupérer 200 000 dollars ».
  • 33:07 - 33:10
    Et c'est, bien sûr, une arme
    conçue pour semer la discorde,
  • 33:10 - 33:16
    et susciter chez les électeurs à Taïwan
    une sorte de dégoût pour Hong Kong.
  • 33:16 - 33:19
    Et parce qu'ils savaient
    que c'était le sujet principal.
  • 33:19 - 33:22
    Et si nous avions eu recours à la censure,
  • 33:22 - 33:23
    cela aurait échoué,
  • 33:23 - 33:25
    car nous n'aurions créé
    que plus d'indignation.
  • 33:25 - 33:27
    Nous ne l'avons donc pas retirée.
  • 33:27 - 33:29
    Au lieu de ça, avec des décodeurs
  • 33:29 - 33:30
    et des journalistes,
  • 33:30 - 33:35
    nous sommes remontés au message original
    le premier jour où il a été mis en ligne.
  • 33:35 - 33:38
    Il est venu de Zhongyang Zhengfawei.
  • 33:38 - 33:44
    C'est la principale unité politique
    du parti central,
  • 33:44 - 33:47
    au sein du Parti communiste chinois.
  • 33:47 - 33:52
    Nous savons que leur compte Weibo
    a été le premier à publier cette légende.
  • 33:52 - 33:54
    Nous avons donc envoyé un avis public
  • 33:54 - 33:57
    et nos partenaires
    dans les médias sociaux,
  • 33:57 - 33:58
    à peu près tous les acteurs,
  • 33:58 - 34:01
    ont juste accolé ce tout petit rappel
  • 34:01 - 34:05
    qui s'affiche à chaque fois que l'image
    est partagée avec la mauvaise légende :
  • 34:05 - 34:08
    « Ce contenu provient
    de l'unité centrale de propagande
  • 34:08 - 34:10
    du parti communiste chinois.
  • 34:10 - 34:13
    Cliquez ici pour en savoir plus
    sur l'histoire complète. »
  • 34:13 - 34:15
    Et nous avons constaté
    que cela fonctionnait,
  • 34:15 - 34:19
    parce que les gens comprennent
    qu'il ne s'agit pas d'une information.
  • 34:19 - 34:22
    Il s'agit plutôt d'une usurpation
    du contenu informatif de Reuters
  • 34:22 - 34:24
    et d'une violation du droit d'auteur.
  • 34:24 - 34:26
    Je pense que cela fait
    partie du [peu clair].
  • 34:26 - 34:29
    En tout cas, le fait est
    que lorsque les gens comprennent
  • 34:29 - 34:31
    qu'il s'agit d'un récit intentionnel,
  • 34:31 - 34:33
    ils ne le partagent pas seulement.
  • 34:33 - 34:35
    Ils peuvent le partager,
    avec un commentaire qui dit :
  • 34:35 - 34:41
    « Voici ce que le Zhongyang Zhengfawei
    essaie de faire à notre démocratie. »
  • 34:42 - 34:46
    DB : Des entreprises mondiales
    des réseaux sociaux
  • 34:46 - 34:51
    pourraient apprendre quelque chose
    de « Avis et avis public ».
  • 34:51 - 34:52
    AT : L'avis public, c'est exact.
  • 34:52 - 34:55
    DB : Quels conseils donneriez-vous
  • 34:55 - 35:00
    aux Twitter, Facebook, LINE, WhatsApp
  • 35:00 - 35:03
    et tous les autres, du monde entier ?
  • 35:04 - 35:05
    AT : Oui.
  • 35:05 - 35:09
    Donc, juste avant nos élections,
  • 35:09 - 35:10
    nous leur avons dit à tous
  • 35:10 - 35:16
    que nous ne faisons pas une loi
    dans une logique de punition.
  • 35:16 - 35:19
    Cependant, nous leur partageons
    ce fait très simple
  • 35:19 - 35:21
    qu'il existe cette loi à Taïwan
  • 35:21 - 35:24
    que nous avons même
    une branche séparée de l’État,
  • 35:24 - 35:25
    la branche de contrôle,
  • 35:25 - 35:28
    qui rend publics les dons
    et les dépenses de campagne.
  • 35:28 - 35:31
    Et il nous est venu à l'esprit
  • 35:31 - 35:34
    que lors des élections précédentes,
    les élections municipales,
  • 35:34 - 35:35
    beaucoup de candidats
  • 35:35 - 35:38
    n'intégraient pas la publicité
    sur les médias sociaux
  • 35:38 - 35:40
    dans leurs dépenses
    pour le Yuan de contrôle.
  • 35:40 - 35:44
    Et donc, en fait, cela veut dire
    qu'une somme spécifique
  • 35:44 - 35:49
    de dons et de dépenses politiques
    échappe à tout contrôle public.
  • 35:49 - 35:51
    Et notre Yuan de contrôle
    a publié les chiffres
  • 35:51 - 35:52
    en tant que données brutes,
  • 35:52 - 35:54
    ce ne sont pas des statistiques,
  • 35:54 - 35:58
    mais des dossiers individuels
    de qui a fait un don pour quelle cause,
  • 35:58 - 35:59
    quand et où.
  • 35:59 - 36:01
    Les journalistes d'investigation
    sont très heureux,
  • 36:01 - 36:04
    car ils peuvent alors faire des enquêtes
  • 36:04 - 36:06
    sur les liens entre les candidats
  • 36:06 - 36:08
    et ceux qui les financent.
  • 36:08 - 36:10
    Mais ils ne peuvent pas utiliser
    le même contenu
  • 36:10 - 36:12
    issu des entreprises de médias sociaux.
  • 36:12 - 36:14
    Alors j'ai dit :
    « Écoutez, c'est très simple.
  • 36:14 - 36:16
    C'est la norme sociale ici,
  • 36:16 - 36:18
    je ne me soucie pas vraiment
    des autres États.
  • 36:18 - 36:22
    Soit vous adhérez à la norme sociale
    fixée par le Yuan de contrôle
  • 36:22 - 36:24
    et les journalistes d'investigation,
  • 36:24 - 36:26
    soit vous vous exposez
    à des sanctions sociales.
  • 36:26 - 36:28
    Et ce n'est pas le mandat du gouvernement,
  • 36:28 - 36:32
    mais c'est le peuple
    qui en a assez de la boîte noire
  • 36:32 - 36:36
    et cela fait aussi partie des exigences
    du mouvement des tournesols.
  • 36:36 - 36:40
    C'est ainsi que Facebook a publié
    dans sa banque d'annonces,
  • 36:40 - 36:45
    je pense qu'à l'époque, c'était
    l'une des réactions les plus rapides,
  • 36:45 - 36:51
    où tous ceux qui font
    des publicités douteuses
  • 36:51 - 36:53
    seront dévoilés très rapidement
  • 36:53 - 36:56
    et les journalistes d'investigation
    travaillent avec les experts locaux
  • 36:56 - 37:01
    pour s'assurer que, si quelqu'un utilise
    les médias sociaux de façon conflictuelle,
  • 37:01 - 37:05
    dans l'heure qui suit,
    un rapport le condamnera.
  • 37:05 - 37:09
    Personne n'a donc essayé lors
    des dernières élections présidentielles.
  • 37:09 - 37:11
    DB : Le changement est donc possible.
  • 37:12 - 37:13
    AT : Oui.
  • 37:16 - 37:19
    WPR : Nous avons d'autres questions
    de la communauté.
  • 37:19 - 37:21
    Un membre anonyme
  • 37:21 - 37:26
    demande : « Je crois que Taïwan
    ne fait pas du tout partie de l'OMS
  • 37:26 - 37:29
    et a un programme
    de préparation en 130 parties –
  • 37:29 - 37:31
    développé entièrement par elle-même –
  • 37:31 - 37:33
    dans quelle mesure attribuez-vous
    votre préparation
  • 37:33 - 37:35
    à la construction
    de votre propre système ? »
  • 37:36 - 37:40
    AT : En partie, je suppose.
  • 37:40 - 37:43
    Nous avons essayé d'avertir l'OMS,
  • 37:43 - 37:44
    mais à ce stade –
  • 37:44 - 37:48
    nous ne sommes pas totalement extérieurs,
    nous avons un accès scientifique limité.
  • 37:48 - 37:51
    Mais nous n'avons pas d'accès ministériel.
  • 37:51 - 37:52
    Et c'est très différent.
  • 37:52 - 37:55
    Si vous n'avez
    qu'un accès scientifique limité,
  • 37:55 - 38:01
    sauf si le meilleur épidémiologiste
    de l'autre partie est le vice-président,
  • 38:01 - 38:03
    comme c'est le cas à Taïwan,
  • 38:03 - 38:07
    ils ne racontent pas toujours
    assez bien l'histoire
  • 38:07 - 38:11
    pour la traduire en action politique
    comme l'a fait notre vice-président.
  • 38:11 - 38:13
    Ainsi, je pense que
    notre absence d'accès ministériel
  • 38:13 - 38:16
    a pénalisé la communauté mondiale,
  • 38:16 - 38:19
    parce qu'autrement, les dirigeants
    auraient pu réagir comme nous,
  • 38:19 - 38:21
    le premier jour de janvier,
  • 38:21 - 38:24
    au lieu de devoir attendre des semaines
  • 38:24 - 38:28
    avant que l'OMS ne déclare
    que c'est important,
  • 38:28 - 38:30
    qu'il y a bien une transmission
    d'humain à humain,
  • 38:30 - 38:33
    qu'il faut contrôler les gens
    en provenance de Wuhan,
  • 38:33 - 38:34
    ce qu'ils ont fini par faire,
  • 38:34 - 38:38
    alors que nous le faisions
    depuis déjà deux ou trois semaines.
  • 38:40 - 38:42
    WPR : C'est très logique.
  • 38:42 - 38:45
    DB : Plus de scientifiques et
    d'experts de la technologie en politique.
  • 38:45 - 38:47
    On dirait que c'est la réponse.
  • 38:47 - 38:48
    AT : Oui.
  • 38:51 - 38:54
    WPR : Nous avons une autre
    question de Kamal Srinivasan
  • 38:54 - 38:56
    sur votre stratégie de déconfinement.
  • 38:56 - 39:00
    « Comment permettez-vous aux restaurants
    et aux commerces d'ouvrir sans risques ? »
  • 39:01 - 39:03
    AT : Ils n'ont jamais fermé... (Rires)
  • 39:03 - 39:05
    WPR : Oh !
  • 39:05 - 39:06
    AT : Ils n'ont jamais fermé,
  • 39:06 - 39:09
    il n'y a pas eu de confinement,
    ni de fermetures.
  • 39:09 - 39:13
    Nous avons juste dit une chose très simple
    à la conférence de presse du CECC,
  • 39:13 - 39:15
    c'est qu'il y aura
    une distanciation physique.
  • 39:15 - 39:17
    Gardez un mètre et demi à l'intérieur
  • 39:17 - 39:18
    ou portez un masque.
  • 39:18 - 39:20
    Et c'est tout.
  • 39:20 - 39:24
    Et donc, quelques restaurants mettent,
    je suppose, des rideaux rouges,
  • 39:24 - 39:29
    d'autres des ours en peluche
    très mignons sur les chaises,
  • 39:29 - 39:31
    pour que les gens
    se répartissent équitablement,
  • 39:31 - 39:37
    certains installent des murs transparents
    en verre ou en plastique
  • 39:37 - 39:39
    entre les sièges.
  • 39:39 - 39:42
    Différentes innovations
    sociales se produisent.
  • 39:42 - 39:47
    Et je pense que les seuls commerces
    qui ont fermé pendant un certain temps,
  • 39:47 - 39:51
    parce qu'ils ne pouvaient pas innover
    assez vite pour répondre à ces règles,
  • 39:52 - 39:54
    sont les bars privés à hôtesses.
  • 39:54 - 39:58
    Mais finalement, ils ont même
    inventé de nouvelles méthodes,
  • 39:58 - 40:02
    en distribuant des casquettes
    de protection en plastique
  • 40:02 - 40:06
    qui laissent tout de même la place
    de boire en la portant.
  • 40:06 - 40:08
    Ils ont donc rouvert
    grâce à cette innovation sociale.
  • 40:10 - 40:12
    DB : C'est incroyable.
  • 40:12 - 40:17
    WPR : Oui, il y a beaucoup à apprendre
    de vos réponses à Taïwan.
  • 40:17 - 40:21
    Merci, je reviendrai vers la fin
    avec les dernières questions.
  • 40:22 - 40:26
    DB : Je suis très heureux d'entendre
    que les restaurants n'ont pas fermé,
  • 40:26 - 40:30
    car je crois que Taipei offre
    certains des meilleurs plats au monde
  • 40:30 - 40:33
    parmi toutes les villes que j'ai visitées,
  • 40:33 - 40:37
    donc bravo à vous pour ça.
  • 40:38 - 40:45
    La grande préoccupation quand il s'agit
    d'utiliser le numérique face au COVID
  • 40:45 - 40:47
    ou d'utiliser le numérique
    pour la démocratie,
  • 40:47 - 40:50
    c'est toujours le respect
    de la vie privée.
  • 40:50 - 40:53
    Vous en avez un peu parlé,
  • 40:53 - 40:57
    mais je suis sûr
    que les citoyens de Taïwan
  • 40:57 - 40:59
    sont aussi préoccupés
    par le respect de leur vie privée,
  • 40:59 - 41:02
    surtout compte tenu
    du contexte géopolitique.
  • 41:03 - 41:04
    AT : Certainement.
  • 41:04 - 41:06
    DB : Comment faites-vous face
    à ces demandes ?
  • 41:07 - 41:13
    AT : Oui, nous concevons non seulement
    une stratégie défensive,
  • 41:13 - 41:15
    comme minimiser la collecte de données,
  • 41:16 - 41:18
    mais aussi des mesures proactives,
  • 41:18 - 41:21
    comme des techniques
    de protection de la vie privée.
  • 41:21 - 41:24
    Une des meilleures équipes
    qui a émergé de notre « cohack »,
  • 41:24 - 41:27
    la riposte taïwanaise de Polis,
  • 41:27 - 41:30
    comment faciliter
    la recherche de contacts
  • 41:30 - 41:33
    en se basant non pas
    sur le traçage de contacts,
  • 41:33 - 41:35
    ni sur le personnel médical,
    mais sur la personne.
  • 41:35 - 41:38
    Ils ont dit : « Vous avez un téléphone,
  • 41:38 - 41:40
    vous pouvez enregistrer votre température,
  • 41:40 - 41:43
    vous pouvez enregistrer
    vos déplacements et tout ça,
  • 41:43 - 41:45
    mais ça reste dans votre téléphone,
  • 41:45 - 41:47
    sans même utiliser le Bluetooth.
  • 41:47 - 41:48
    Il n'y a pas de transmission.
  • 41:48 - 41:50
    Cette technologie est open source,
  • 41:50 - 41:52
    on peut l'inspecter,
    l'utiliser en mode avion.
  • 41:52 - 41:55
    Et si un traceur de contacts
    vous dit finalement
  • 41:55 - 41:57
    que vous faites partie
    d'un groupe à risque
  • 41:57 - 41:59
    et qu'il veut l'historique
    de vos contacts,
  • 41:59 - 42:03
    cet outil peut générer
    une URL à usage unique
  • 42:03 - 42:06
    qui ne contient que les informations,
  • 42:06 - 42:08
    anonymisées,
  • 42:08 - 42:09
    dont il a besoin.
  • 42:09 - 42:13
    Mais ce ne sera pas comme
    dans un entretien classique
  • 42:13 - 42:14
    où on vous demande –
  • 42:14 - 42:18
    on vous pose une question,
    juste pour savoir où vous vous trouviez,
  • 42:18 - 42:20
    mais vous répondez si précisément
  • 42:20 - 42:23
    que vous finissez par compromettre
    la vie privée des autres.
  • 42:23 - 42:25
    Il s'agit donc principalement
    de concevoir un outil
  • 42:25 - 42:29
    dans le but de renforcer
    la vie privée des autres,
  • 42:29 - 42:32
    car les données personnelles
    ne sont pas que personnelles.
  • 42:32 - 42:34
    Elles sont toujours sociales,
    au cœur des relations.
  • 42:34 - 42:37
    Si je prends un selfie à une fête,
  • 42:37 - 42:41
    je prends aussi par inadvertance
    à peu près tous les autres
  • 42:41 - 42:44
    sur la photo, l'environnement,
    l'ambiance et ainsi de suite.
  • 42:44 - 42:48
    Et si je la télécharge
    sur un service de cloud computing,
  • 42:48 - 42:51
    alors je fais vraiment pencher
    le rapport de forces
  • 42:51 - 42:53
    au détriment de tous ceux
    qui m'entourent,
  • 42:53 - 42:56
    car leurs données
    font alors partie du cloud
  • 42:56 - 42:58
    et le cloud n'a pas à les indemniser,
  • 42:58 - 43:00
    ni à obtenir leur accord pour ça.
  • 43:00 - 43:02
    Et ce n'est qu'en concevant des outils
  • 43:02 - 43:06
    qui voient la protection de la vie privée
    comme une valeur positive,
  • 43:06 - 43:08
    et non pas seulement
    la propre vie privée de la personne.
  • 43:08 - 43:10
    Comme un masque médical qui vous protège,
  • 43:10 - 43:12
    mais surtout qui protège aussi les autres.
  • 43:13 - 43:16
    Donc, si nous concevons des outils
    en utilisant cette idée,
  • 43:16 - 43:19
    toujours en open source
    et avec une API ouverte,
  • 43:19 - 43:21
    nous serons bien plus performants
  • 43:21 - 43:25
    que les systèmes centralisés
    ou les services de cloud computing.
  • 43:28 - 43:30
    DB : Eh bien, clairement
    vous vivez dans l'avenir
  • 43:30 - 43:33
    et au sens propre aussi,
  • 43:33 - 43:36
    car c'est le lendemain matin chez vous.
  • 43:36 - 43:37
    AT : Douze heures.
  • 43:37 - 43:38
    DB : Oui.
  • 43:39 - 43:42
    Dites-moi, que voyez-vous dans l'avenir ?
  • 43:42 - 43:43
    Que va-t-il se passer ensuite ?
  • 43:45 - 43:49
    AT : Je vois le coronavirus
    comme un grand amplificateur.
  • 43:49 - 43:53
    Si on part d'une société autoritaire,
  • 43:53 - 43:56
    avec les mesures comme
    le confinement, le coronavirus
  • 43:56 - 44:01
    peut rendre la société
    encore plus totalitaire.
  • 44:01 - 44:03
    Mais si les gens font confiance
  • 44:03 - 44:04
    à la société,
  • 44:04 - 44:07
    à l'ingéniosité des innovateurs sociaux,
  • 44:07 - 44:09
    alors la pandémie, comme à Taïwan,
  • 44:09 - 44:11
    renforce en fait notre démocratie.
  • 44:11 - 44:15
    Les gens sentent vraiment
    que chacun peut penser à une chose
  • 44:15 - 44:18
    qui améliore le bien-être
    non seulement à Taïwan,
  • 44:18 - 44:21
    mais aussi pour plein de gens
    à travers le monde.
  • 44:21 - 44:23
    Et ce que je veux dire ici,
  • 44:23 - 44:28
    c'est que le grand amplificateur
    survient, que vous le vouliez ou non,
  • 44:28 - 44:32
    mais ce que peut faire la société,
    c'est ce qu'a fait Taïwan après le SRAS.
  • 44:32 - 44:35
    En 2003, lorsque le SRAS est apparu,
  • 44:35 - 44:37
    nous avons dû fermer un hôpital entier,
  • 44:37 - 44:41
    le barricader sans fixer de date précise.
  • 44:41 - 44:42
    C'était très traumatisant,
  • 44:42 - 44:46
    toute personne de plus de 30 ans
    se souvient de ce traumatisme.
  • 44:46 - 44:47
    Les municipalités
  • 44:47 - 44:50
    et l’État disaient des choses
    très différentes,
  • 44:50 - 44:52
    et c'est pourquoi, après le SRAS,
  • 44:52 - 44:55
    les cours constitutionnelles
    ont chargé le législateur
  • 44:55 - 44:57
    de mettre en place le système
    en place aujourd'hui.
  • 44:57 - 44:59
    Et c'est aussi pour cela,
  • 44:59 - 45:02
    grâce aux personnes
    qui ont réagi à la crise en 2003
  • 45:02 - 45:06
    que nous avons un système
    de riposte robuste et rapide.
  • 45:06 - 45:09
    Tout comme le mouvement des tournesols,
  • 45:09 - 45:13
    à cause de la crise de confiance,
    construisons de nouveaux outils
  • 45:13 - 45:15
    qui donnent la priorité à la confiance.
  • 45:15 - 45:20
    Je pense que le coronavirus est une chance
    pour tous ceux qui ont survécu
  • 45:20 - 45:21
    à la première vague
  • 45:21 - 45:27
    d'établir un nouvel ensemble de normes
    qui renforceront vos valeurs fondatrices,
  • 45:27 - 45:31
    au lieu d'adopter des valeurs étrangères
    au nom de la survie.
  • 45:33 - 45:35
    DB : Oui, espérons le.
  • 45:35 - 45:40
    Et espérons que le reste du monde
    soit aussi bien préparé que Taïwan
  • 45:40 - 45:43
    la prochaine fois.
  • 45:43 - 45:46
    Mais quand il s'agit de démocratie
  • 45:46 - 45:48
    et de citoyenneté numérique,
  • 45:48 - 45:50
    comment voyez-vous le futur,
  • 45:50 - 45:52
    à la fois à Taïwan et peut-être
    dans le reste du monde ?
  • 45:53 - 45:56
    AT : Eh bien, j'ai ici
    ma description de poste
  • 45:56 - 45:57
    que je vais vous lire.
  • 45:57 - 46:01
    C'est ma description de poste
    et la réponse à cette question.
  • 46:01 - 46:02
    Et voilà, commençons.
  • 46:02 - 46:05
    Quand on parle d'Internet des objets,
  • 46:05 - 46:07
    transformons-le en Internet des humains.
  • 46:08 - 46:10
    Quand on parle de réalité virtuelle,
  • 46:10 - 46:12
    transformons-la en réalité partagée.
  • 46:13 - 46:15
    Quand on parle
    d'apprentissage automatique,
  • 46:15 - 46:17
    transformons-le
    en apprentissage collaboratif.
  • 46:18 - 46:20
    Quand on parle d'expérience utilisateurs,
  • 46:20 - 46:23
    transformons-la en expérience humaine.
  • 46:23 - 46:26
    Et chaque fois que nous entendons
    que la singularité est proche,
  • 46:26 - 46:28
    souvenons-nous toujours
  • 46:28 - 46:30
    que la pluralité est là.
  • 46:31 - 46:33
    Merci de m'avoir écoutée.
  • 46:33 - 46:35
    DB : Ouah.
  • 46:35 - 46:37
    Il faut que j'applaudisse un peu,
  • 46:37 - 46:38
    c'était magnifique.
  • 46:39 - 46:40
    (Rires)
  • 46:40 - 46:42
    Sacrée description de poste.
  • 46:42 - 46:44
    Donc, anarchiste conservatrice,
  • 46:44 - 46:47
    ministre du numérique
    et avec cette description de poste –
  • 46:47 - 46:48
    c'est impressionnant.
  • 46:48 - 46:50
    AT : Une « poéticiennne » oui.
  • 46:50 - 46:52
    DB : (Rires)
  • 46:53 - 46:58
    J'ai du mal à imaginer
  • 46:58 - 47:01
    que ces techniques puissent être
    adoptées aux États-Unis.
  • 47:01 - 47:05
    C'est peut-être mon pessimisme
    qui entre en jeu.
  • 47:05 - 47:10
    Mais quels mots d'espoir avez-vous
    pour les États-Unis face au Covid ?
  • 47:12 - 47:15
    AT : Comme je l'ai mentionné,
    au cours de l'épidémie de SRAS à Taïwan,
  • 47:15 - 47:20
    personne n'imaginait que nous pourrions
    avoir le CECC et un porte-parole canin.
  • 47:20 - 47:23
    Avant le mouvement des tournesols,
    pour une grande manifestation,
  • 47:23 - 47:27
    il y avait dans la rue
    plus de 500 000 personnes.
  • 47:27 - 47:31
    Personne ne pensait que nous pouvions
    avoir un système d'intelligence collective
  • 47:31 - 47:34
    qui utilise l'ouverture
    des données publiques
  • 47:34 - 47:37
    comme moyen de relancer
    la participation des citoyens.
  • 47:37 - 47:39
    Ne perdez donc jamais espoir.
  • 47:39 - 47:45
    Comme mon chanteur préféré, Leonard Cohen,
    un poète lui aussi, aime à le dire :
  • 47:45 - 47:47
    « Sonnez les cloches
    qui peuvent encore sonner
  • 47:47 - 47:49
    Oubliez vos offrandes parfaites
  • 47:49 - 47:53
    Il y a une fissure en toute chose
    C'est ainsi qu'entre la lumière »
  • 47:55 - 47:56
    WPR : Ouah.
  • 47:57 - 47:59
    C'est tellement beau.
  • 47:59 - 48:02
    Je crois que c'est un excellent message
    de laisser le public
  • 48:02 - 48:04
    partager le sentiment
  • 48:04 - 48:07
    que tout le monde semble si reconnaissant
    pour ce que vous avez dit, Audrey,
  • 48:07 - 48:13
    toutes ces formidables informations
    et cet aperçu de la stratégie de Taïwan.
  • 48:15 - 48:16
    AT : Merci.
  • 48:16 - 48:17
    WPR : Et David –
  • 48:18 - 48:20
    DB : J'allais justement dire,
    merci beaucoup pour ça,
  • 48:20 - 48:22
    merci pour cette belle
    description de poste
  • 48:22 - 48:27
    et pour toute la sagesse que vous avez
    partagée en mode tir rapide.
  • 48:27 - 48:30
    Je crois que vous n'avez pas partagé
    qu'une seule idée,
  • 48:30 - 48:33
    mais, je ne sais pas,
    peut-être 20, 30 ou 40 ?
  • 48:33 - 48:35
    J'ai perdu le compte à un moment donné.
  • 48:36 - 48:38
    AT : Des idées qui méritent
    d'être diffusées,
  • 48:38 - 48:39
    c'est une forme plurielle.
  • 48:39 - 48:41
    (Rires)
  • 48:41 - 48:43
    DB : Très juste.
  • 48:43 - 48:45
    Merci beaucoup de vous être jointe à nous.
  • 48:45 - 48:46
    WPR : Merci Audrey.
  • 48:46 - 48:48
    DB : Et bonne chance pour tout.
  • 48:49 - 48:51
    AT : Merci et bonne journée.
  • 48:51 - 48:52
    Soyez prudents.
Title:
Comment l'innovation numérique peut combattre les pandémies et renforcer la démocratie
Speaker:
Audrey Tang
Description:

La technologie peut-elle créer une démocratie efficace, juste... et même ludique ? La ministre du numérique Audrey Tang nous raconte comment Taïwan a évité le confinement du COVID-19 début 2020 grâce à des innovations comme le développement d'applications pour cartographier la disponibilité des masques, la production participative d'idées qui peuvent devenir des lois et la création d'une campagne « l'humour face à la rumeur » pour combattre la désinformation par la comédie. (Cette conversation virtuelle, animée par David Biello, curateur scientifique de TED, et Whitney Pennington Rodgers, curatrice des sujets d'actualité, a été enregistrée le 1er juin 2020).

more » « less
Video Language:
English
Team:
TED
Project:
TEDTalks
Duration:
49:05

French subtitles

Revisions